SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

25 mai 2017

SHANALINE (Fée) – MAI 2017


Je vous dis bonjour. Puisqu’il vous faut un nom, je vous donne mon nom. Retenez bien ce nom car entre nous, fées, ce nom permet de nous appeler, et ce nom est Shanaline. Permettez-moi tout d’abord de vous exprimer toute ma gratitude pour m’avoir donné la possibilité de venir vous donner quelques informations.

J’ai la chance de pouvoir m’exprimer aujourd’hui, du fait que celle que vous nommez Marie a ouvert, au niveau de cette terre, les portes, si je peux dire, de notre perception. Alors bien sûr, nous sommes très présentes dans vos contes et légendes. Certains, parmi vous humains, ont réussi à nous voir, même à nous filmer quand nous l’acceptons. Nous n’avons aucune place particulière, contrairement aux peuples de la nature que vous connaissez. Nous ne sommes pas non plus organisées ni en villages ni en communautés, nous nous situons bien sûr dans la nature, et si possible près des fleurs et près de l’eau, mais pas exclusivement. Notre forme vous est connue de par vos contes et vos légendes, même si nous n’avons pas vraiment un visage, comme c’est représenté dans vos légendes. Mais avant de commencer et d’aller plus loin, puisque les portes ont été ouvertes par Marie, je souhaiterais établir avec vous une radiance d’Amour. Je vous expliquerai pourquoi après.


… Silence…

Nous sommes la représentation fidèle ici, quand vous nous voyez dans cette dimension où vous vivez, qui n’est pas la nôtre (nous n’appartenons d’ailleurs à aucune dimension)… Ce que nous sommes est bien au-delà de ce que vous pouvez voir ou ressentir. C’est notre forme, quelque part, intermédiaire, qui nous permet d’expérimenter un certain nombre de choses sur votre monde. Nous sommes insensibles au principe d’enfermement que, hélas, vous vivez encore, mais pour peu de temps. Nous ne sommes pas fixées dans une dimension, donc la forme que vous voyez, ici sur votre monde, pour ceux qui ont réussi à nous imaginer, à nous voir, est une forme, je dirais, de circonstance.

Alors que faisons-nous ici sur cette terre ? Nous sommes là simplement pour éprouver la beauté et la légèreté de l’Amour. C’est pour ça que nous choisissons le plus souvent de résider, si je peux dire, là où il y a les fleurs et là, souvent, où il y a l’eau de vos rivières, mais pas seulement. Toute eau qui circule nous intéresse, et nous sommes là simplement pour éprouver cette beauté, la beauté, la légèreté de l’Amour, et bien sûr les fleurs sont porteuses de cela. Nous voyons d’ailleurs, à ce niveau-là, la même chose que vous. Simplement nous, nous en percevons les couleurs, les odeurs, de ces fleurs, mais aussi leur quintessence, ce que je pourrais nommer peut-être l’Esprit de la fleur.

Nous sommes là pour témoigner, témoigner à la source de la beauté qui est encore présente sur cette terre, quelles que soient vos pauvres conditions, mais qui changent très bientôt, vous le savez. Alors quel est l’intérêt de venir vous parler ? Oh, déjà tout simplement la joie d’éprouver cet Amour qui pour la plupart maintenant, que vous le sentiez ou pas, est installé dans votre poitrine. C’est cela qui rend ma communication possible, même si effectivement certains d’entre vous, au cours des siècles passés sur cette terre, avez réussi parfois à nous capter, à nous voir ou à recevoir des informations.

Rappelez-vous, nous sommes simplement là pour témoigner de la beauté, de la légèreté de l’Amour. Notre origine, si vous pouvez parler d’origine, si tant est qu’il y en ait une, se confond de manière parfaite avec ce qui justement est au-delà de toute forme. Nous sommes les émanations de la Source, et plus précisément les émanations des Triangles, vous savez, ceux qui sont au-delà de toute structure de vie dimensionnelle. Cette civilisation des Triangles est souvent nommée les agenceurs de mondes. Agencer le monde, c’est simplement témoigner de la beauté, témoigner de la légèreté et de l’Amour, ce qui est votre lot naturel et commun quand vous êtes en éternité. Nous, nous rendons témoignage, par notre Présence.

Je suis venue vous parler aujourd’hui pour une raison qui est très simple. Marie vous a longuement expliqué, ainsi que d’autres êtres de Lumière, ce que représentent ces Théophanies sur le chemin que vous suivez en ce moment sur cette terre. Alors bien sûr, il vous a été dit que vous pouvez réaliser des Théophanies avec à peu près n’importe quoi ou n’importe qui, et moi je viens vous dire aussi, nous sommes là, à votre disposition, non pas pour agir comme le font les gnomes, les elfes ou les dragons, ou les ondines, mais bien plus pour vous éprouver dans votre Amour, vous donner à sentir et à vivre de façon plus libre ce qu’est cette Théophanie, cette communion des coeurs.

Alors bien sûr vous n’avez pas besoin, dorénavant, de nous voir ou de venir chez nous, parce que de toute façon vous nous trouverez uniquement par hasard. Nous ne sommes pas, je vous l’ai dit, constituées en villages, en sociétés ou en groupes. Sur un lieu géographique, nous sommes solitaires, même si parfois vous pouvez nous croiser par plusieurs, mais le plus souvent nous sommes en extase devant les fleurs. Nous sommes là pour butiner, en quelque sorte, cette beauté, cette légèreté et cet Amour. En tant qu’agenceurs des mondes en d’autres dimensions, nous sommes là pour vivre l’expérience, au travers d’une forme, certes, qui n’est pas de votre monde, ni même de ce que vous pourriez nommer la 5ème dimension, ni même à cheval entre votre dimension et la 5ème dimension. Nous ne sommes ni carbonées, ni silicées, je crois vous dites, nous sommes sur les éléments particuliers. Alors nous, nous appelons cela l’Éther, pour vous c’est l’équivalent de l’Éther mais c’est un Éther encore plus subtil que celui que vous connaissez sur cette terre.

Je m’adresse à vous aujourd’hui parce que dorénavant vous avez donc la possibilité aussi de communier avec nous. Alors je vous ai donné mon nom. Gardez ce nom, même si ce n’est pas moi qui viendrai communier avec vous. Quand je dis venir, ce n’est pas me déplacer mais déposer en votre coeur le sens réel, la perception réelle de l’Amour, de la beauté et de la légèreté. Appelez simplement « Shamaline », pensez aux fées, quelles qu’elles soient, même si vous n’en avez jamais vues, et nous déposerons en votre coeur ce sentiment de beauté et de légèreté qui accompagne l’Amour inconditionné.

Venez à nous, pensez à nous, quand il y a une peine à alléger. Oh je ne parle pas de votre corps, je parle surtout de votre conscience. Tout ce qui peut vous sembler pesant parfois, en vous, en ces temps, peut être soulagé par notre communion. Cette Théophanie-là, si elle vous est accordée par vous-mêmes et par nous-mêmes, alors vous fera grandir dans cette beauté et dans cette légèreté. C’est par cet allègement, d’ailleurs, que votre âme s’élèvera, si elle n’est pas encore élevée ni disparue, et vous permettra de réaliser avec plus d’aisance peut-être, le retournement de votre âme et sa dissolution au sein de l’Esprit de Vérité, de la beauté.

Nous n’avons pas d’organisation, comme je l’ai dit, en groupes d’individus. Nous sommes constituées de ce que vous ne connaissez pas sur cette terre, et c’est l’interaction des rayons du soleil sur notre limite, qui n’est pas une peau mais la limite de la forme que nous avons est magnifiée quand il y a du soleil, parce que nous apparaissons alors, par les rayonnements solaires, même si nous cherchons plus souvent l’ombre mais nous jouons avec le soleil au travers des fleurs, au travers des végétaux. C’est ces jours-là que vous avez le plus de possibilités de nous voir. En général, nous aimons bien nous tenir à côté des elfes, à côté des cours d’eau, à côté des ondines aussi, qui ont sensiblement la même légèreté que nous.

Nous n’avons aucun rôle sur ce qui se déroule sur votre plan matériel, aujourd’hui, de la Terre. Nous n’en sommes pas affectées et n’en serons jamais affectées, mais par contre, vu votre ouverture et vu la disparition de ce qui nous séparait, de ce qui fut nommé, je crois, les couches isolantes, il nous est aujourd’hui plus facile de nous révéler à vous, par le processus de la Théophanie. Je dirais même qu’établir des Théophanies avec nous, ce n’est pas seulement découvrir la légèreté et la beauté, mais c’est aussi retrouver une forme d’innocence, une forme de spontanéité, qui vous est si utile en ce moment parce qu’effectivement, vous le savez, vous avez surtout à fonctionner selon les lignes de moindre résistance, selon le coeur, là où tout est évidence et là où tout est léger et simple.

Alors nous nous réjouissons de vous proposer aussi ces Théophanies. Appelez-nous des fées, si vous voulez, appelez-nous, si vous voulez, par mon nom à moi. Nous sommes au-delà de toute différenciation ou de polarité que vous nommez masculine et féminine, bien que notre fonction nous fasse plutôt assimiler à quelque chose de plus féminin que masculin, d’où nos représentations. Mais nous n’avons que faire de ces histoires de polarités. Si vous voulez, nous pouvons être appelées des androgynes, un androgyne qui a certaines caractéristiques qui vous font penser à un côté féminin quelque part, par la douceur, la légèreté, la beauté, et par cet Amour dont sont capables les femmes de votre terre, quand elles sont mères, quand elles sont femmes, cette délicatesse qui est quand même caractéristique, chez vous, plutôt du féminin, me semble-t-il.

Nous descendons, même si cette expression n’est pas adaptée, depuis des dimensions très élevées qui sont au-delà de toute forme. Nous sommes le témoignage vivant de la Source et les témoins de la Source en action, et de la création en action. Or vous savez que toutes les créations, quelles qu’elles soient, dans quelque dimension que ce soit, sont toujours liées à des créatrices. Nous sourions quand nous vous voyons encore, certains d’entre vous, parler de « Créateur ». Il ne peut pas y avoir de Créateur. La polarité masculine ne peut être qu’exemptée – et il vaut mieux – de ces côtés créatifs, en tout cas des mondes, ou d’agencement des mondes.

Nous, nous ne créons rien, nous veillons à l’agencement des mondes ; nous n’administrons rien non plus. Nous sommes uniquement là, je vous l’ai dit, pour la beauté, la légèreté et l’Amour. C’est en cela que si vous réalisez des Théophanies avec nous, vous n’avez pas besoin de nous trouver, ce qui est assez difficile sauf si cela est prévu, si je peux dire. Vous avez juste besoin de penser à nous, et comme disait je ne sais qui, qui est intervenu il y a peu de temps, d’être en quelque sorte une cible ou votre but.

Encore une fois, même si cela est merveilleux, nous ne sommes pas là simplement pour une expérience merveilleuse avec vous. Nous sommes à votre disposition simplement pour vous aider à alléger votre âme, la faire se retourner vers la Vérité, ou entreprendre sa propre consumation par l’Esprit, je vous l’ai dit, quand vous sentez une pesanteur, une lourdeur, dans votre conscience, quand celle-ci vous semble obstruée par des mémoires, je crois, vous nommez cela comme ça, par des engrammes, par ce qui peut résister à la Lumière dans votre conscience.

D’ailleurs nous ne voyons même pas vos corps, nous voyons simplement votre coeur, c’est-à-dire votre Coeur du Coeur, je crois vous dites. Le reste nous est invisible – et nous importe peu, d’ailleurs. C’est d’ailleurs au travers de ce coeur que se joue, une fois que l’âme s’est retournée, l’alchimie qui conduit à l’Esprit. Et c’est dans cette alchimie-là que nous souhaitons, si cela vous agrée, vous manifester notre Présence, notre communion, et aussi procurer en vous cette légèreté nécessaire et cette beauté, afin de vivre avec moins d’effort, je dirais, cet Amour inconditionné qui ne dépend ni de vous, ni d’un objet, ni d’une personne, mais qui est, je vous le rappelle, votre nature réelle, au-delà de toute apparence et de toute forme. Nos Théophanies sont faites pour cela.

Nous n’avons aucune possibilité d’agir sur vos corps, j’en suis désolée. Pour nous, ce qui est essentiel pour vous, c’est de découvrir cette beauté et cette légèreté. C’est quelque chose qui est un petit peu différent de ce que vous nommez extase ou béatitude, parce que la beauté et la légèreté doivent se manifester dans votre plan afin que vous deveniez – quel que soit votre devenir – l’émanation même de cette beauté et de cette légèreté, afin que vous deveniez gracieux dans toutes les acceptions de ce terme.

Je crois que les êtres de Lumière qui interviennent parmi vous, vous ont souvent parlé de l’action de Grâce, de l’état de Grâce. L’état de Grâce vous fait devenir, ou retrouver plutôt, ce côté gracieux, cette légèreté. Cette légèreté, c’est celle de votre coeur, éveillé totalement et qui est en train d’accueillir, ou qui a peut-être déjà accueilli l’Esprit de Vérité, celui qui, je crois, avait dit : « Je viendrai comme un voleur dans la nuit en vous. »

Nous, nous n’avons pas besoin d’être libérées de quoi que ce soit comme les autres peuples de la nature. Nous sommes libres de formes, libres d’attachements, libres des dimensions, nous sommes le témoignage de la beauté. Et en la beauté, il n’y a de la place pour aucune disgrâce et pour aucune laideur, et c’est en cela que ça peut apaiser les résistances de votre psyché, de votre âme. Nous vous donnons à éclairer l’Esprit en vous, afin que celui-ci éclaire votre âme à son tour, et que celle-ci vive son allègement ou sa disparition.

Alors nous nous réjouissons, parce que tout en virevoltant autour de nos fleurs et de nos plans d’eau, nous voyons tout, tout ce qui concerne l’Amour – et seulement cela. Alors bien sûr, quand nous voyons l’Amour, nous ne pouvons qu’irradier et échanger pour magnifier, en quelque sorte, ce qui est déjà parfait, mais pour l’exalter, pour l’exhaler, pour l’irradier.

La légèreté dont je vous parle, c’est la légèreté de l’âme et de l’Esprit, qui n’est plus, qui ne peut plus vivre une lourdeur quelconque.

D’ailleurs vous portez en vous une structure très globale qui est le corps d’Êtreté, mais je crois qu’il a été insisté sur ce qui a été nommé la Nouvelle tri-Unité ou Nouvelle Eucharistie, qui, vous le savez, a la forme d’un triangle, avec à chaque pointe une vibration spécifique que vous avez nommée, dans votre schéma de conscience sur cette terre, Christ, Marie et Mikaël. Vous savez que ça se passe au centre de ce triangle, en quelque sorte, et à la pointe inférieure de ce triangle, ce qui est appelé le Coeur du Coeur. La Théophanie résulte de cette alchimie particulière de cette tri-Unité, et se traduit pour vous par les expériences que vous avez commencé à vivre et les états qui s’installent maintenant de façon de plus en plus importante et extensive.

Alors cette tri-Unité est représentée par un triangle. C’est notre civilisation des Triangles. Ce triangle-là est le triangle le plus important, bien sûr. Votre corps d’Êtreté est constitué de cet agencement de mondes, c’est-à-dire de ces formes le plus souvent triangulaires, ou alors qui sont des compositions de triangles, que cela soit les figures géométriques que vous nommez parfaites, ou que cela soit les formes de votre coeur d’Êtreté, qui est constitué aussi de triangles.

On peut dire aussi que quand nous communions et nous communierons avec vous, il y a une mise en ordre de l’agencement, non pas de votre corps mais de l’agencement et des interrelations ou des articulations entre le corps, l’âme et l’Esprit. Ceci correspond aussi à redevenir vous-mêmes un pilier de Lumière, c’est-à-dire incorporer à vous, non plus seulement ce qui a été nommé, je crois, l’impulsion Métatronique, afin que Métatron se révèle en vous – je crois qu’il vous l’a expliqué il n’y a pas longtemps – afin que votre colonne vertébrale devienne illuminée de l’intérieur, par elle-même. En cela nous pouvons régler ces agencements, qui ne concernent pas votre corps physique ni l’énergie physique mais bien plus votre structure d’éternité, pour la mettre en adéquation avec votre âme, et surtout avec votre Esprit.

Nous oeuvrons en vous de toute façon, même si vous ne nous avez pas senties en tant qu’entités, dès l’instant où vous avez senti l’ouverture des Portes qui correspondent à ce que vous nommez, je crois, AL, UNITÉ et « centre du chakra du coeur ». Parce qu’à ce moment-là, quand ce triangle est mis en beauté, mis en légèreté et mis en Amour, alors la radiance de votre coeur devient palpable pour nous, comme pour vos frères et soeurs ainsi que pour les peuples de la nature, comme aussi au sein des forces que vous nommez de la Confédération Intergalactique.

Alors ce lieu de la Terre va devenir un lieu de croisement, un lieu où vous allez croiser non seulement l’ensemble de la vie mais aussi vous croiser les uns les autres, non pas comme vous vous salueriez dans vos rues ou dans vos chemins, mais à distance. Cela, je crois que la Nouvelle tri-Unité vous l’a déjà expliqué.

Alors nous, c’est très simple, il n’y a pas à chercher d’avantages au niveau du corps, ou d’avantages au niveau de votre santé, mais simplement, dans les moments où vous êtes lourds, je crois que c’est l’expression la plus adaptée, de retrouver une certaine légèreté, dans votre conscience, dans votre pensée, dans tout ce qui peut vous sembler résister dans les mécanismes de vos pensées ou de défense, ou dans vos mécanismes d’abandon.

Appelez « Shanaline », et une fée viendra. Elle viendra à vous par son coeur. Comme je l’ai dit, nous n’avons pas besoin de sortir de notre environnement et de nous approcher de choses qui ne nous concernent pas, c’est-à-dire vos lieux, mais où que vous soyez sur la terre, de là où nous venons, si je peux dire, en notre origine, nous captons effectivement tout ce qui est appel lié à l’Amour, lié à cette légèreté et cette beauté.

Alors aujourd’hui vous êtes prêts à nous rencontrer en vous, à nous rencontrer peut-être aussi dans vos promenades, dès l’instant où il y a des fleurs, quelles que soient ces fleurs, et aussi, je l’ai dit, l’eau. Ce n’est pas exclusif mais c’est là où vous avez le plus de probabilité de nous voir, et peut-être de vivre quelque chose à proximité. Pour nous, cela ne fait aucune différence, pour vous aussi, mais je sais bien qu’au travers de vos sens, de vos perceptions, vous avez besoin encore de formes, de preuves, d’évidences.

Quoi qu’il en soit, nos Théophanies peuvent se réaliser si possible, et de préférence, au moment où les rayons du soleil sont les plus intenses. Évitez les jours où il n’y a pas de soleil, parce que nous ne sommes pas tristes, mais nous sommes peut-être plus en léthargie. Choisissez un jour radieux, quelle que soit la température. Choisissez les alentours du soleil, du zénith du soleil, pour qu’il y ait plus de facilité. Pensez à nous simplement, sans rien chercher, et simplement émettez, si je peux dire, votre Théophanie. Alors nous répondrons instantanément, l’une d’entre nous sera en votre coeur. N’oubliez pas les fonctions, elles ne concernent pas votre corps, elles ne concernent pas votre conscience usuelle et habituelle telle que vous la manifestez en ce monde, mais directement les mécanismes de retournement de l’âme, de dissolution de l’âme et d’émergence de l’Esprit.

C’est en cela que nous sommes représentées en vous par la tri-Unité, sans qu’il y ait de polarité, contrairement à Christ, Marie et Mikaël. C’est ce triangle-là, qui est au-devant de votre poitrine, qui est en résonance avec nous et qui permet d’installer avec plus de certitude votre coeur d’Êtreté. C’est cela qui vous allège, qui vous met en beauté et en amour. C’est une variété, si je peux dire, de ce que vous nommez béatitude, extase, mais c’est quelque chose de beaucoup plus fin, qui n’entrave pas votre conscience ordinaire mais qui va vous donner plus de présence, plus de présence au sein de votre forme, qui est encore présente, et plus d’évidence pour votre coeur aussi. Voilà l’utilité de nos Théophanies.

Nous ne pouvons répondre à aucune de vos questions concernant vos interrogations concernant ce monde ou concernant votre santé physique. Seul est essentiel pour nous, comme pour vous, et cela vous a été dit, je crois, de tellement de façons, seul est important votre coeur et la beauté de celui-ci, son éclat, sa brillance, sa transparence, sa conformité, quelque part, à la Source. Et pour cela, il faut que l’âme ait entraperçu l’Esprit, ou qu’elle soit déjà retournée et en cours de dissolution. Et là nous vous apporterons cette légèreté et nous communierons en vous à cette beauté. Je sais que c’est aussi un mot qui a été employé, et à dessein, à de nombreuses reprises, depuis déjà de nombreux mois chez vous, parce que la beauté est essentielle.

La beauté, elle ne dépend pas des goûts et des couleurs, comme vous dites en votre peuple humain, elle dépend uniquement du chant qui est émis par votre coeur, que nous captons bien sûr, de même que votre odeur. Oh ce n’est pas votre odeur corporelle mais l’odeur de votre coeur, parce qu’il a effectivement une odeur, une odeur délicieuse. Cette odeur pourrait ressembler, par exemple, à certaines odeurs qui accompagnent la présence de Marie, un mélange de lys, de rose et parfois de violette, qui sont d’ailleurs nos fleurs préférées, et en particulier les lys qui poussent au bord de l’eau. Cette exhalaison particulière est l’exhalaison de votre coeur aussi, quand vous touchez la Vérité et que vous la laissez s’installer.

Je crois que cette vertu s’appelle la clairsentience. Alors bien sûr, dans tout le travail que certains d’entre vous ont fait pour arriver là où vous êtes, vous avez des perceptions nouvelles, que cela soit la clairaudience, la clairvoyance, l’intuition. Nous, nous sommes plus reliées au sens le plus subtil qui est l’exhalaison, que vous nommez parfois le parfum. Cette exhalaison donne une tonalité à nos relations, voilà pourquoi nous nous tenons à côté des fleurs. Nous captons, je vous l’ai dit, l’Esprit de la fleur, et surtout au travers de cette exhalaison.

Aussi donc, éprouver une Théophanie avec nous, c’est bénéficier de la beauté, de la légèreté et de l’Amour, et ouvrir les canaux de l’Éther subtil que vous nommez la clairsentience. C’est sentir l’autre, non plus par la perception mais directement par l’olfaction, le fait de sentir avec le nez, avec le coeur, au-delà de toute vision et de toute imagination.

Et le parfum, vous le savez, est d’ailleurs utilisé dans certaines de vos églises, de vos temples, de vos lieux religieux, comme un agent assainissant et élevant votre conscience, et effectivement. Et d’ailleurs, je crois aussi que certaines odeurs vous sont données. Ce que vous nommez les huiles essentielles ne sont que la concentration de l’exhalaison de la plante, et vous avez vu l’efficacité sur vous-mêmes, sur ces portails interdimensionnels que sont vos Portes et vos Étoiles, qui vous mènent à votre Êtreté.

Alors nous ouvrirons en vous les canaux subtils de cette clairsentience, cette clairsentience qui n’est pas simplement une odeur mais bien plus un mouvement de l’âme et de l’Esprit en vous, qui vous élève et qui élève l’âme, si elle n’est pas encore partie, dissoute, transmuée par l’Esprit. Ces odeurs sont qualifiées d’odeurs mystiques, parce que cela est beaucoup plus léger que ce que vous nommez par exemple les encens, et vous élève beaucoup plus.

C’est cela que je suis venue vous proposer. Où que vous soyez, ici, ailleurs, osez, osez établir cette communion avec nous. Servez-vous de mon nom, si vous voulez, mais une fée, où qu’elle soit sur cette planète, répondra à votre appel. Alors vous vérifierez par vous-mêmes que la Théophanie qui se vivra alors sera plus légère, et surtout débouchera quelque part votre olfaction à ses côtés les plus subtils de l’Esprit.

Après le Verbe, il y a l’odeur, parce que l’odeur est en quelque sorte l’exhalaison du Verbe, et ce en toute dimension. Oh nous n’avons pas besoin de nez comme vous pour sentir cette odeur. Je vous l’ai dit, et j’en ai fait la relation, l’analogie, cette odeur est l’Esprit de la plante, et en ce qui nous concerne et avec vous, c’est l’Esprit, si je peux dire, de votre Triangle de la tri-Unité qui se révèle à vous alors. La tri-Unité devient Unité totale, et vous savez que le marqueur est la Joie, la Paix, la tranquillité.

Ainsi, de manière je pense assez rapide pour ceux d’entre vous qui établiront cette Théophanie et qui la stabiliseront – ça ne dépend pas de nous ni de vous, mais de votre abandon à cela –, vous vous apercevrez que certaines odeurs mystiques commencent à apparaître autour de vous, vous donnant à sentir, par exemple, si Marie vient vous voir au sein du Canal Marial ou dans votre coeur, à sentir l’odeur de la rose. Et vous verrez peut-être aussi que les Archanges eux-mêmes ont cette exhalaison, ce parfum, des parfums qui peuvent ressembler effectivement à certaines de vos fleurs, mais d’autres vous sont strictement inconnus, et participeront à votre libération ou à votre ascension, le moment venu, après l’Appel de Marie. Mais d’ores et déjà, vous pouvez bénéficier de cela, encore une fois, pour vous alléger.

Si vous voulez une équivalence, il vous a été communiqué les quatre Éléments et les quatre types de peuples de la nature qui étaient en rapport avec un élément donné. Nous, les fées, je vous l’ai dit, nous sommes en rapport avec l’Éther. Nous sommes donc la réunion et la résolution des quatre Éléments en vous. Nous sommes donc liées à l’Éther, ce que vous nommez votre sommet de la tête, là où est le chakra de la tête, là où est la Porte et correspond à l’accès à la multidimensionnalité aussi.

Et d’ailleurs l’Archange Anaël a préparé cela chez nombre d’entre vous ici présents, ou ailleurs, mais de manière confidentielle, c’est-à-dire mettre de l’huile essentielle, par exemple, sur le point ER de la tête. C’est quelque chose de très récent, parce que ça vous permettait de perméabiliser, en quelque sorte, la perception de l’exhalaison, c’est-à-dire de l’Esprit même. Vous êtes, à ce niveau, bien au-delà de la personnification, si je peux dire, liée à votre origine stellaire ou à vos lignées. Le Verbe créateur et l’exhalaison de l’Esprit, c’est ce parfum que nombre d’entre vous ont peut-être déjà senti à certaines occasions, mais que vous risquez de sentir de manière de plus en plus intense. C’est-à-dire que là, réellement, vous ne sentirez pas la vibration, l’énergie, mais l’odeur d’une situation, d’un lieu, d’un frère, d’une soeur, humains, vous affinant toujours plus et vous élevant toujours plus.

Je vous rappelle qu’il y a surtout trois fleurs dont l’exhalaison est la plus puissante pour nous, mais aussi pour vous, vous vous en apercevrez. Il s’agit des lys, quels que soient ces lys. Il s’agit des violettes, quelles que soient ces violettes, et pas seulement les violettes que vous connaissez en leurs couleurs ici, mais en tous les pays ; il y a des violettes multicolores, elles ne sont pas toutes violettes. Et les roses, bien sûr. Que ce soit des rosiers que vous nommez anciens ou des roses plus modernes, nous aimons la perfection de la rose.

Vous savez d’ailleurs que souvent le coeur est comparé à une rose, parce que le coeur a un parfum. L’odeur de votre coeur est l’odeur de votre Esprit, mais il y a des odeurs partout. Ces odeurs-là ne sont pas les odeurs que vous respirez habituellement, ce sont ces parfums extrêmement élevés en vibration, ou en énergie, si on peut dire ça comme ça pour vous, permettant aussi l’intégration quelque part du principe même des quatre Éléments qui, je vous le rappelle, sont aussi des Triangles – les Hayot Ha Kodesh –, expression si chère à celui qui est nommé, je crois, le Commandeur, parmi vous.

C’était le préambule de ce que j’avais à vous donner, qui devait vous préparer à vivre ces Théophanies. Je peux même dire que certains d’entre vous ont commencé à sentir, lors des Théophanies, des odeurs. Là, nous étions présentes. Alors quand je dis présentes, ça ne veut pas dire que nous sommes sorties de l’endroit où nous sommes pour venir vous rendre visite. Rappelez-vous, nous sommes totalement multidimensionnelles. Nous ne sommes pas attribuées à une forme données mais réellement à un parfum. Certains d’entre vous, je viens de le dire, ont déjà senti ces parfums, que cela soit dans les Théophanies où à d’autres moments.

Rappelez-vous de réaliser ces Théophanies quand le soleil est présent là où vous êtes, et de préférence aux alentours du maximum solaire. Je n’ai pas dit à l’heure précise où le soleil est au zénith, mais deux heures avant, deux heures après, parce que là, les voies de communication, si je peux les appeler ainsi, sont plus perméables. Et à ce moment-là, nous aussi, nous sommes connectées plus directement à notre essence, qui est au-delà de la forme, je vous le rappelle, et agencer en vous la beauté de votre coeur, agencer en vous l’harmonie de votre corps d’Êtreté, sa perception, ses senteurs même, et surtout l’allègement, tout ce qui vous semble lourd dans votre conscience, tout ce qui vous semble insistant, vous déranger, vous parasiter, alors là oui, nous répondrons présentes.

Voilà un petit peu le préambule de ce que j’avais à dire. Il m’a été dit aussi que je devais rester un petit peu parmi vous, tout en répondant à des questionnements sur ce que je viens d’expliquer. Alors ne m’interrogez pas sur nos modes de vie, ils ne vous concernent pas. Ce qui vous concerne, c’est surtout ce que je viens de décrire concernant notre amour commun, nos communions, et si pour cela, il est besoin de préciser des éléments, alors je reste à votre disposition. Et j’en profite d’ailleurs d’ores et déjà, ici même comme partout quand vous lirez ce que j’ai dit, ou entendrez, de vivre la même chose, c’est-à-dire une Théophanie, durant même vos interrogations, et le temps qu’elles dureront.

Alors, j’écoute ce que vous avez à me demander concernant ce que je viens de dire, et de grâce ne me posez pas de questions autres sur nous, cela ne vous est d’aucun intérêt. C’est juste notre interaction qui a un intérêt. Alors je vous laisse vous exprimer.

… Silence…

Et je vous rappelle que dans les moments de silence, se réalise cette Théophanie.

… Silence…

Question : il me semble que pour les fées, on avait parlé de l’absolu de mimosa. Qu’en est-il ?

Je vous ai parlé volontairement des fleurs ; l’absolu de mimosa, qui est la quintessence du mimosa, est beaucoup plus difficile. Bien sûr il y a la quintessence, mais l’intérêt, c’est la plante entière et pas l’huile essentielle en ce cas-là, parce qu’il ne s’agit pas d’une action ponctuelle sur les Portes, les Étoiles, qui sont des lieux de résonance de ces exhalaisons, et donc d’accès à l’Esprit, mais de la totalité de votre Triangle de la tri-Unité. Et d’ailleurs vous pouvez, en parlant de cette essence particulière, vous pouvez très bien imaginer enduire les trois portails de votre Triangle de la tri-Unité cardiaque en y appliquant simplement une des trois huiles essentielles dont j’ai parlé au préalable, mais aussi, effectivement, l’absolu de mimosa. Il y en a plein d’autres mais je vous ai donné les plus courantes, je dirais, sur terre. Le lys, la rose, la violette, sont très abondants, les mimosas aussi en certaines régions.

Mais toutes les huiles essentielles ont des exhalaisons, sans aucune exception. En d’autres pays, en d’autres climats plutôt, que là où vous êtes, c’est-à-dire, je crois, un climat, je crois, méditerranéen, ou même continental. Il y a des pays tropicaux, il y a l’hémisphère sud de la terre où les végétaux, vous le savez, ne sont pas les mêmes. Alors à ce moment-là nous adaptons, et nous nous adaptons à d’autres types de végétaux. Et il y en a un aussi, qui vous est très connu. Nous adorons une grande île ; cette grande île est nommée, je crois, Madagascar. C’est là où il y a les plantes qui sont les plus anciennes et aussi, je dois dire, parfois tellement belles. Il y a une huile essentielle qui vient de ces pays-là, je crois, que vous nommez le Ravensara. Là aussi, cette exhalaison est très agréable, si je peux dire, à votre tri-Unité et à votre coeur d’Êtreté.


L’absolu de mimosa représente une quintessence de quintessence, c’est-à-dire que dans l’absolu de mimosa, vous retrouvez à la fois l’exhalaison de la rose, du lys, de la violette, comme en mélange, mais ce n’est pas véritablement un mélange mais c’est ce que ça pourrait être, je dirais, pour vos sens et votre olfaction.

Avez-vous d’autres interrogations sur ce que j’ai dit ?

Question : lors de la Radiance, au début de votre intervention, j’ai vu un entonnoir en spirale. De quoi s’agit-il ?

L’exhalaison, le parfum, ne se diffuse pas comme une onde, c’est-à-dire ça ne se diffuse pas en ligne droite ou alors en onde directement, quelle que soit sa forme, mais en spirale, effectivement. La spirale est en résonance directe avec ce qui était nommé chez vous le Lemniscate. Tout ça est lié, vous le savez, à l’alchimie et à l’élévation de votre coeur, que vous avez nommé Coeur Ascensionnel, je crois. Donc il est possible tout à fait de voir soit des triangles, soit une spirale, lumineux en général, de différentes couleurs.

Vous voyez déjà, ce que dit votre soeur humaine, c’est l’accès au monde des archétypes. Ce sont des formes simples, ou complexes, mais qui ne sont pas liées à une conscience. Ce sont des archétypes, des archétypes de l’Esprit ou des archétypes de la conscience. Et je dirais que la perception de cette spirale ou des Triangles, en phénomène de vision ou en surimpression sur votre corps, traduit déjà l’ouverture de ce que je vous ai dit concernant la captation des parfums, des parfums que vous nommez mystiques, même s’ils sont représentés ici sur terre par des fleurs.

… Silence…

Avez-vous d’autres interrogations sur ce que je suis venue vous proposer comme Théophanie ? Est-ce que cela est suffisamment clair pour vous ?

Question : depuis le début des questions, je ne peux plus bouger. Est-ce dû à votre Théophanie ?

Il y a de fortes chances. Rappelez-vous que la Théophanie la plus extrême se traduira au moment de l’Appel de Marie, par la stase avec l’immobilité complète de la conscience, de votre corps, de vos pensées et de tout ce qui fait votre ordinaire. Donc oui, cela peut être lié à cela, bien sûr. Cette légèreté de votre conscience se traduit immanquablement par un engourdissement ou un immobilisme du corps, ou un sentiment de densité de ce corps, qui accompagne cet allègement, en quelque sorte.

… Silence…

Retenez bien que nos Théophanies, si vous les réalisez avec nous, ne vous apporteront aucune information sur ce que vous êtes ici en ce monde, mais des informations bien plus importantes, bien plus agréables, des exhalaisons beaucoup plus subtiles que les méandres de vos vies en ce corps. Cela concerne votre conscience, votre âme, votre Esprit, et c’est ça qui vous allège. Et quand je parle d’allègement, vous l’avez compris, c’est aussi la mise en branle de votre Coeur Ascensionnel et la désincrustation de ce corps que vous n’êtes pas, l’allègement de tout ce qui vous ramène à la densité, dans votre conscience et dans votre âme.

La particularité – pas pour tout le monde, et peut-être pas tout de suite aussi, mais que certains d’entre vous risquent de ressentir –, c’est que durant nos Théophanies, il y aura un élément surajouté au niveau de la perception, non pas de l’exhalaison mais de la vibration. Alors vous verrez, vous sentirez bien sûr le Coeur du Coeur, mais vous sentirez aussi les points au-dessus de la Nouvelle tri-Unité. Parfois cette Théophanie se réalisera plus sur ce que vous nommez le portail AL ou le portail UNITÉ. Peu importe, c’est la même chose, mais simplement il y a une spécificité que nous seules pouvons vous apporter dans votre chemin de libération actuel dans ce corps.

Donc ne vous étonnez pas si la vibration se fait sur le coeur ou sur l’un des portails que je viens de nommer, et parfois les trois en même temps. Quelle que soit la modalité pour vous, l’effet est le même, simplement qu’il y a des points de pénétration qui sont plus adaptés pour vivre votre propre exhalaison d’Esprit.

Pour nous, il est beaucoup plus facile de réaliser ces Théophanies un peu particulières avec vous, parce que nous sommes quelque part les archétypes de construction de votre corps d’Êtreté. C’est pour ça que j’ai tant insisté sur la beauté, la légèreté et l’Amour.

Avez-vous d’autres questions pratiques sur ce que j’ai dit ?

Question : cette Théophanie vécue avec vous se diffuse jusqu’au bout des orteils et des doigts. Avez-vous une information à donner par rapport à cela ?

Non. Dès qu’il y a un allègement, je l’ai dit, puisque nous sommes la légèreté, il se crée en vous, surtout pour ceux d’entre vous qui ont encore une âme chevillée au corps, si je peux dire, une ascension de l’âme et donc une disjonction de la conscience physique avec le corps, et de la conscience d’Êtreté aussi. Cela donne une espèce de fourmillement, je crois, d’alourdissement de votre corps, et en même temps une légèreté de la conscience. C’est, je dirais, habituel dans notre Théophanie, habituel mais non constant. Mais vous constaterez, d’une manière ou d’une autre, une forme d’éloignement de la conscience ordinaire et une clarté plus grande de votre conscience éternelle.

… Silence…

Je précise : ne m’attendez pas dans votre Canal Marial, attendez-moi seulement dans votre coeur, soit dans le coeur, soit au niveau des portails dont j’ai parlé, au-dessus de vos glandes mammaires.

… Silence…

Avez-vous besoin d’autres précisions ?

… Silence…

Je parle maintenant pour l’ensemble des frères et soeurs humains de la Terre.

Au-delà de l’aparté que j’ai fait concernant votre venue là où je me tiens, il y a aussi la possibilité, pour chacun d’entre vous, de tenter de nous rencontrer au-delà des Théophanies, dans ce plan-là où vous êtes. Pour cela, il faut choisir les mêmes horaires, comme je l’ai dit, que pour vos Théophanies, c’est-à-dire un jour radieux et plutôt aux alentours du zénith du soleil, et pour faciliter notre communication, alors je vous conseille d’user d’une des essences dont nous avons parlé, et d’appliquer cette essence effectivement, avant de venir nous rendre visite et d’essayer de nous rencontrer, sur les trois points de votre tri-Unité au-devant de la poitrine. N’importe quelle huile essentielle dont nous avons parlé fera l’affaire, que cela soit de l’absolu de mimosa, que cela soit de la violette, une rose, quelle que soit cette rose, ou le lys, quel que soit ce lys, parce que vous savez qu’il y a une variété importante de lys selon les climats.

En approchant de nos lieux, là où il y a des fleurs et de l’eau, peut-être aurez-vous une chance, si l’un d’entre nous est là, de nous voir, et vous affinerez votre conscience en ayant déposé simplement une goutte affleurante sur ces trois portails que sont votre coeur, AL et UNITÉ. Là cela éclaircira vos sens, et vous donnera accès à la clairsentience aussi, et si l’une de nous est là, alors elle se dévoilera sans difficulté devant vos yeux. Où que vous soyez sur cette terre, vous pouvez tenter l’expérience ; ce n’est pas une expérience de curiosité, mais c’est quelque chose qui va vous apporter surtout une forme de certitude, et d’allègement en même temps.

Rappelez-vous les histoires de fées, quand vous étiez ce que vous nommez des enfants, le sentiment de magie, de rêve là où les fées apparaissent. D’ailleurs les fées sont souvent dites exaucer les voeux. Il ne s’agit pas tout à fait des mêmes voeux que ceux qui ont été diffusés par vos contes et vos légendes. Le seul voeu que vous pouvez formuler réellement avec nous, c’est le voeu de l’Esprit et le voeu de la Liberté.

… Silence…

Question : étiez-vous sur le plan d’eau dont vous avez parlé avant cette semaine ?

Bien sûr, c’est ma résidence de prédilection, si je peux dire.

Question : sous quelle forme peut-on vous voir ?

Selon votre capacité, quelque chose qui est éclairé de l’intérieur, qui brille, qui scintille, qui vous apparaîtra le plus souvent soit bleu ciel, soit rose, soit blanc, rarement d’une autre couleur. Alors parfois vous pouvez voir ce que vous nommez battement d’ailes, donc une espèce de vibration, d’oscillation, et un déplacement aussi, qui est aérien, léger et gracieux.

Il peut arriver aussi que nous nous rencontrions à plusieurs fées au même endroit, même si nous ne sommes pas établies, je vous l’ai dit, systématiquement toutes au même endroit, bien au contraire. Mais en certaines occasions, nous n’hésitons pas à nous rencontrer, mais vous ne nous croiserez jamais au-delà de deux ou trois individus, voire quatre. Mais étant donné que le plus souvent nous sommes isolées ou en faible nombre, il était jusqu’à aujourd’hui très difficile de nous capter, de nous enregistrer sur vos supports, ou de nous voir réellement avec vos yeux. Les choses changent.

Vous le savez déjà depuis de nombreuses années, il me semble qu’il vous avait été expliqué voilà longtemps les différences entre les différentes visions. La vision intérieure maintenant vous donne accès extérieurement à ce qui était invisible à vos yeux avant. Les fées en font partie.

… Silence…

Avez-vous encore d’autres interrogations ?

Question : certains ont vu des petites fées, et à d’autres endroits, il a été vu des grandes fées. De quelle taille êtes-vous et votre taille est-elle mutable ?

Notre taille est très peu mutable. Ce que vous avez vu, plus grand, ne sont pas des fées mais ce que vous pourriez appeler des croisements dimensionnels, mais je n’ai pas le temps de m’attarder là-dessus et cela ne présente aucun intérêt. La fée vous apparaîtra, si vous la voyez, avec une taille de quelques centimètres, à peine plus grande qu’un papillon par exemple. Ce que vous nommez grandes fées, en fait ne sont pas des fées, mais cela ne vous concerne pas, même si vous en avez vu.

Question : en dehors des fleurs, avez-vous des affinités avec des minéraux ou des animaux ?

Les animaux, non. En ce qui concerne ce que vous nommez minéraux, ce n’est pas des fées, c’est plutôt ce que vous nommez, je crois, des devas. Ceux-ci aussi d’ailleurs peuvent vous être visibles, mais ce ne sont pas des fées, même s’il y a similitude peut-être, non pas au niveau de l’exhalaison mais de ce qui peut être vu, pour ceux qui voient.

Nous sommes toujours là où nous trouvons la beauté, mais pas une beauté qui a été construite. Nous sommes insensibles, par exemple, à ce que vous nommez architecture, nous sommes insensibles à ce que vous créez vous-mêmes, mais seulement aux végétaux, et aux fleurs surtout.

Les devas sont présents aussi dans les végétaux, mais les devas des fleurs que je vous ai citées sont très difficiles pour vous à percevoir. Si vous voulez percevoir des devas de la nature, adressez-vous plutôt à ce qui est nommé plantes grasse ou cactus, parce que ceux-là ont un Esprit, un deva, qui est beaucoup plus accessible, je dirais, à votre perception.

Question : faut-il obligatoirement un plan d’eau pour vous rencontrer ?

Non, je l’ai dit. Le plus souvent, d’ailleurs, vous nous rencontrez au hasard de vos promenades. Ce que j’ai dit par rapport à ce lieu-là où vous êtes, et qui était un aparté, vous concerne vous. Nous ne sommes pas tributaires de l’eau mais nous aimons bien, non pas l’eau mais l’effet de l’eau sur les plantes qui poussent à côté, parce qu’en général l’exhalaison est parfaite. Vous savez que la fleur ne vit pas longtemps, par rapport au végétal qui constitue cette plante. C’est dans la délicatesse et le côté éphémère que se trouve la plus belle exhalaison.

Et d’ailleurs les fleurs dont je vous ai parlé, en tout cas dans les climats méditerranéens ou continentaux, sont des fleurs qui sont nommées plutôt des fleurs de printemps, de fin de printemps, même si certaines continuent à fleurir l’été. Parce que c’est effectivement dans les fleurs de printemps, ou même de fin d’hiver (vous avez parlé du mimosa), qu’il y a l’exhalaison la plus fine et la plus parfaite.

J’emploie à dessein le mot exhalaison à la place du mot parfum, parce que l’exhalaison est quelque chose de beaucoup plus subtil qu’un parfum. Vous savez tous qu’il y a les parfums très denses, ce sont en général les odeurs boisées, ensuite vous avez ce que vous appelez les parfums de tubéreuses, et ensuite vous avez des parfums qui sont beaucoup plus élevés, au travers des huiles essentielles que nous avons évoquées tout à l’heure.

… Silence…

Question : vous déplacez-vous dans les parcs et les jardins des villes ?

Non parce que la beauté des fleurs, l’exhalaison de la beauté de ces fleurs est altérée, nécessairement, par votre présence en excès. Nous préférons les lieux sauvages, les lieux naturels, les lieux où vous n’êtes pas, en définitive. Et ça s’explique fort logiquement. Je vous ai dit que nous cherchons la beauté et la légèreté. La légèreté et la beauté de ces fleurs est fonction bien sûr de la qualité de leur environnement, comme pour vous, comme pour nous, même si nous ne sommes pas tributaires des mêmes choses que vous. Nous ne sommes tributaires de rien, mais étant donné que nous témoignons de l’agencement de la beauté, de la légèreté, nous choisissons bien évidemment ce qui est tranquille : l’eau, je l’ai dit, mais même si ce n’est pas obligatoire, mais surtout la nature.

Parce que l’exhalaison de ce que vous nommez vos parcs et jardins dans vos villes, même s’il y a une beauté esthétique, nous ne retrouvons pas la même qualité d’exhalaison, ni même la même quantité, bien sûr.

… Silence…

Vous n’avons plus de questions et nous vous remercions.

Permettez-moi aussi de remercier, vous remercier, et remercier surtout la qualité de votre parfum, pour nombre d’entre vous ici.

Alors mon nom se prononce, c’est difficile pour moi de le… parce que c’est une vibration, bien sûr, ce n’est pas oral tel que vous le pratiquez, mais le mieux que vous puissiez dire, c’est Sha-ma-line ou Sha-na-line. C’est entre le N et le M de votre écriture.

Permettez-moi, au-delà de la Théophanie, de déposer en votre coeur ma propre exhalaison. Cela sera ma façon de vous saluer et de vous honorer.

… Silence…

Shanaline ou le peuple des fées, nous ne sommes pas séparés. Mon nom est reconnu parmi tout le peuple des fées. Je n’ai rien d’extraordinaire, mais dès que vous appelez une fée, toutes les fées sont au courant. C’est notre particularité aussi.

Alors, je transmets à votre coeur… mon parfum.

… Silence…

Le peuple des fées et Shanaline vous disent à bientôt, pour certains d’entre vous ou nombre d’entre vous. Ce que je vous dis est valable, ce que je vous ai proposé est valable jusqu’à l’Appel de Marie, parce qu’à ce moment-là, nous préférons quitter provisoirement la Terre le temps que tout soit résolu, si je peux dire.

Tout l’Amour des fées et leur exhalaison se déposent en votre coeur. Je vous dis, peut-être à bientôt.

Au revoir, à vous tous.