SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

23 mai 2017

O.M. AÏVANHOV – Q/R – PARTIE 2 – MAI 2017


Eh bien maintenant que votre pause est terminée, nous allons continuer, si vous le voulez bien, à échanger. Alors, à nouveau, je t’écoute.

Question : j’ai un ami acupuncteur, très relié, qui travaille à un niveau très élevé et qui est très connecté. Lorsque l’acupuncteur place ses aiguilles sur le méridien de l’organe malade, peut-il, en fonction de son niveau, associer son travail au génie de cet organe malade ?

J’ai rien compris. J’ai tout entendu, mais j’ai rien compris. Qui pose la question ? Le médecin, l’ami du médecin, j’ai rien compris.

Question : une amie de cet acupuncteur.

Elle demande si pendant l’acte d’acupuncture, il est possible et loisible d’appeler les génies des viscères. C’est ça ? Qui avait été donné un petit peu, d’accord.


Bien évidemment, c’est pas uniquement parce que c’est une aiguille, c’est valable pour tout thérapeute quel qu’il soit, que celui-ci fasse de la médecine normale, en prescrivant une ordonnance, il y a toujours une interaction qui se produit entre un thérapeute et un patient, qui est fonction, bien évidemment, du niveau ou d’état de la conscience de chacun des deux. C’est pas spécifique à l’acupuncture, la même chose peut être obtenue avec la main, comme avec une opération quelle qu’elle soit. Même dans des évènements très matériels, le plus important est effectivement le niveau de conscience. C’est pas spécifique à l’acupuncture, faut pas croire ça, c’est présent dans tous les secteurs de toute interaction humaine.

Il y a des choses qui sont observables, les mots, la physionomie, les expressions, l’acte thérapeutique, en l’occurrence ici, aussi, mais y a autre chose qui intervient et qui est effectivement directement relié à la conscience du thérapeute, mais aussi du patient, si je peux dire. Les deux sont possibles. Maintenant, il est tout à fait possible d’appeler le génie de l’organe par rapport au méridien qui est traité, que ce soit par le thérapeute ou par le patient, mais je fais pas bien le lien de cette question. Quelle est la demande, finalement ? C’est simplement de savoir si on peut appeler un génie pendant une séance d’acupuncture ?

Question : oui.

La réponse est oui, bien sûr, mais c’est pas spécifique de l’acupuncture. Je comprenais pas le discours qui a été fait sur le thérapeute exceptionnel, génial, ça semblait de trop, quand même. Ou alors y a une adoration sans fin de cette personne envers son aiguilleur préféré. C’est toute la symbolique de la pénétration qui est active, là. La pénétration de l’aiguille, ça renvoie à la psychanalyse. Bon, c’était une histoire drôle, mais… Donc on peut continuer.

Question : des fourmillements importants et continus du corps, à gauche, main et pied, sont-ils aussi des signes du Coeur Ascensionnel ?

C’est avant tout un signe de la vibration. Mais effectivement, les mécanismes de picotements fourmillements, vibration, chaleur, pression, sont maintenant, vous le savez, de plus en plus constants au niveau de vos corps, que ce soit au niveau des Portes, au niveau des extrémités, les frissonnements aussi, que vous appelez de froid, même si vous avez réellement froid. Vous verrez qu’ils surviendront, si vous allez jusqu’à l’été, même en plein été avec 40 degrés. Vous frissonnerez, c’est normal, parce que votre structure, qui est à cheval maintenant entre la structure de 3D de carbone et la structure silicée, puisque le corps d’Êtreté est là, crée une espèce d’alchimie où la perception de vos limites corporelles et vos sensations purement sensorielles sont profondément différentes.

Donc y a eu les douleurs sur les Portes, les vibrations sur les Portes, les Couronnes, vous vous transformez maintenant en organes sensibles. L’ensemble de votre corps est un organe de résonance à la Lumière par la superposition de l’éphémère et de l’Éternel, tel que nous avons employé ce mot souvent, ou si vous préférez, la superposition des corps éphémères et du corps d’Êtreté. Tout ça donne lieu à des manifestations du corps, au niveau de la perception du corps, par phénomènes comme je l’ai dit, de fourmillement, de chaleur, de frissonnement de froid, de pression par exemple, pour les Théophanies, au niveau de la poitrine, qui sont tout à fait normales.

Donc c’est lié, bien sûr, aux processus en cours. C’est pas nécessairement le Coeur Ascensionnel, c’est pour ça que j’ai développé, ça peut être simplement lié à l’ajustement, sans pour autant que ce soit lié à l’activité du Lemniscate sacré ou la mise en branle du Coeur Ascensionnel par le Feu Igné. C’est indépendant, mais ça peut être conjoint. Mais c’est pas parce que vous avez des fourmillements, si vous sentez pas ce qui se passe dans votre poitrine, au niveau perception, ressenti, à ce moment-là vous pouvez pas parler de Coeur Ascensionnel. Parce que même ceux parmi les frères et les soeurs qui s’ouvrent dans cette période depuis le 8 mars, sans jamais avoir été ni intéressés ni informés de ce qui se passait durant cette période, décrivent les mêmes termes, ces pressions, cette transfixion du coeur, cette ouverture sans fin du coeur. C’est exactement les mêmes mécanismes qui sont à l’oeuvre, qui correspondent au Coeur Ascensionnel précisément, et donc à l’allumage de la Merkabah interdimensionnelle personnelle.

Par contre, les phénomènes vibratoires sont, eux, le témoin surtout de l’ajustement entre le corps d’Êtreté et les corps éphémères, ça oui, mais c’est pas nécessairement la traduction de la mise en oeuvre du Coeur Ascensionnel parce que là, la perception elle est située au centre, directement, et surtout l’état de la conscience ne laisse aucun doute sur le vécu à ce moment-là, même si y a pas de mots pour exprimer cela.

Donc la réponse, oui c’est lié aux vibrations et à l’état actuel, non ce n’est pas nécessairement lié au Coeur Ascensionnel. Si les fourmillements qui sont décrits, pied gauche et main gauche, sont aussi accompagnés – à d’autres moments ou en même temps, peu importe – de cette sensation du coeur et de la conscience, alors à ce moment-là oui, c’est lié au Coeur Ascensionnel.

Je vous rappelle que l’activité et l’activation des Portes a donné, vous l’avez vécu durant ces années (pour ceux qui l’ont vécu), des douleurs parfois, des vibrations, ou des douleurs sur les Portes elles-mêmes. Là, maintenant, ces phénomènes périphériques traduisent ce que j’ai dit. Et maintenant, si vous avez cette perception, indépendamment de vos états antérieurs d’expérience ou de vibration, si vous sentez que votre conscience se modifie et que c’est lié à cette perception de quelque chose, même si vous n’arrivez pas à mettre de mots, qui se passe à l’intérieur de votre poitrine entre la face antérieure, ici, et entre les omoplates à l’arrière, c’est que vous vivez le Coeur Ascensionnel même si vous n’avez pas de mots ou d’explications à fournir, en particulier pour les derniers arrivés qui sont les premiers, je vous le rappelle.

Question : la variation d’intensité des sons peut-elle être considérée comme un appel à se poser ?

Bien sûr. Vous remarquez en cette période, depuis que les Radiances nouvelles ont démarré et depuis les Théophanies, que vous avez des fréquences dans les oreilles qui à la fois deviennent plus aigües, donc c’est pas uniquement une question d’intensité, ça devient plus cristallin, si vous voulez, mais effectivement l’intensité monte aussi. C’est un appel de la Lumière, et souvent vous remarquez que si vous avez ces modifications de perception des sons dans les oreilles, qui deviennent plus intenses et plus aigus, ça se produit dans l’après-midi et c’est une forme de rémanence des Théophanies qui sont réalisées les jeudis soir, qui se produit maintenant chaque jour. Je pense que Marie développera ça un peu plus tard après moi.

Question : un rêve m’est resté depuis plusieurs dizaines d’années. Je voyais une île lumineuse et blanche. Elle irradiait un immense amour et je n’avais qu’un désir, la rejoindre, et je ne pouvais pas. Je me suis réveillée avec cet immense amour dans le coeur, me demandant où elle pouvait être.

Dans le Soleil. C’est le corps d’Êtreté qui était prisonnier dans le Soleil.

Question : ... depuis, je pense l’avoir rejointe en moi. Merci OMA, pour tout.

C’est un témoignage plutôt qu’un rêve, tout à fait. Effectivement, y a plusieurs dizaines d’années, vous pouviez faire les rêves les plus fantastiques et les expériences les plus fantastiques, il était très difficile de pouvoir maintenir cet état d’Infinie Présence ou encore de Libéré Vivant. Vous savez qu’il y avait très peu de Libérés Vivants qui ont parcouru, jusqu’à des temps récents, la surface de cette terre, bien sûr, mais maintenant vous êtes innombrables à être libérés vivants, même sans savoir ce que c’est, c’est ça qui est merveilleux, mais vous avez trouvé, comme je l’ai dit, pour ceux des frères et soeurs qui nous rejoignent maintenant, la Vérité – et il n’y en a qu’une, vous le savez. Et quand vous avez trouvé la Vérité, tout le reste vous paraît totalement inutile et insensé.

Donc c’est effectivement une transcendance totale et immédiate de la personnalité vers l’Êtreté, avec dissolution de la personnalité, qui n’est pas passée, pour les derniers arrivés, par tous les schémas que nous avons expliqués depuis les Noces Célestes. Et ça se produit et ça se produira chaque jour de plus en plus. Et vous allez observer ça même autour de vous, même chez des frères et des soeurs qui vous semblaient, comment dire, obtus voire fermés. C’est ça la Grâce, c’est ça la Théophanie. C’est l’antichambre, si vous préférez, du Serment et de la Promesse, et de la stase. D’ailleurs, certains qui ont posé des questions commencent à disparaître comme s’ils étaient dans des mini-stases, je crois qu’on a eu ça tout à l’heure, dans des rêves ou dans des témoignages.

Question : il y a vingt ans, au moment de m’endormir, j’ai senti mon corps vibrer et je me suis senti partir à une vitesse vertigineuse. Une voix, du côté gauche, m’a dit de respirer calmement et je me suis abandonné. À mon retour, mes oreilles étaient bizarres, comme lors du passage d’un train dans un tunnel. J’étais très calme et ressentais un grand bien-être. Que pouvez-vous en dire ?

À tous les coups, c’est sûr, ça s’appelle un voyage astral. Le phénomène de vrombissement, de vibration, de sons dans les oreilles, de partir comme une fusée à toute vitesse, soit par la tête, soit par les pieds, est typique de l’expérience nommée hors du corps, c’est-à-dire la sortie astrale. Voilà ce que je peux en dire. Mais toute ces choses, qui ont été parfaitement décrites par ceux qui étaient capables, avant les Noces Célestes, de faire spontanément ou avec des exercices, ces voyages astraux… vous savez qu’aujourd’hui y a plus de voyage astral, c’est une sortie en Êtreté qui se produit, donc le processus est un peu différent. Mais si c’est y a plusieurs dizaines d’années, effectivement c’était lié à une décorporation, tout simplement.

Et effectivement, quand vous faites une décorporation spontanée, sans avoir cherché, sans avoir pratiqué une technique, et que ça vous tombe dessus, si on peut dire, avant les Noces Célestes, vous aviez toujours un être de Lumière qui était à votre gauche et qui vous disait, soit de respirer, soit de ne pas avoir peur, soit qui vous appelait par votre prénom, pour vous rassurer. Parce que y avait une possibilité, tant que nous ne pouvions par rentrer en contact avec vous, directement par le coeur ou le Canal Marial, ou par les phénomènes que vous nommez canalisations, avec ouverture des chakras du haut et du chakra du coeur, il était toujours possible, lors de la sortie ou de l’élévation vibratoire, si vous préférez, en astral, de capter les voix des êtres de Lumière, effectivement, du côté gauche, au niveau de l’oreille gauche bien sûr, pas à droite.

Ce qui signifiait déjà que y a quelques dizaines d’années, le voyage astral était possible, mais que y avait déjà une certaine perméabilité. Je vous rappelle que l’imperméabilité des couches isolantes a été rompue par les premiers rayonnements venus de Sirius, et qui étaient en août 1984. À partir de ce moment-là, les règles de la décorporation, ou sortie astrale, se sont un peu modifiées, de par l’interpénétration de la Lumière au niveau déjà du monde mental et astral, et pas encore causal à l’époque, hein. Le causal, si vous voulez, correspond à l’héliosphère, c’est-à-dire la couche isolante la plus externe. Mais les perturbations magnétosphériques, la couche intermédiaire – et pas la dernière couche, éthérique, c’est-à-dire la ionosphère, tel que vous le vivez maintenant –, était déjà infiltrée, si je peux dire, par la Lumière authentique. Donc les processus de décorporation se sont modifiés progressivement pour les tenants ou les expérienceurs de ces expériences-là, de ces états-là, il y avait quelque chose qui se produisait, qui était différent. Mais ce que tu décris là, dans ce témoignage, ce rêve et ce retour à la conscience, c’est le vrai voyage astral, tel qu’il était possible de le faire voilà quelques années.

Question : si j’ai bien compris, des frères et soeurs décédés préparent le terrain avec impatience...

Non, le terrain est préparé. Ils attendent avec impatience l’Appel de Marie, mais la préparation, elle est achevée déjà depuis de nombreuses années. Y en a qui commencent à s’ennuyer un peu, si je peux dire. Mais je détaillerai pas quelle est cette préparation parce que vous n’êtes pas tous concernés par ça et je vois pas à quoi ça vous servirait.

Question : merci.

De rien, j’ai rien répondu.

Question : j’ai demandé à la Lumière de trouver quelqu’un pour faire des travaux dans ma maison qui en a grand besoin. Un peintre m’a proposé de repeindre l’extérieur. Après réflexion et réponse du coeur, j’ai refusé, cela me paraît inutile en cette période, mais il a tant insisté que j’ai accepté.

Alors là, cher ami, c’est un peu contradictoire ce qu’elle raconte cette personne, ou ce frère. Elle appelle la Lumière pour demander des travaux, un peintre arrive et elle le met dehors en disant que c’est plus le moment. Mais elle est fada ou quoi ?

Question : … je ne comprends pas ce qui s’est passé, comme si tout se déroulait contre ma volonté, surtout en ces temps réduits, et j’avais du mal à rester stabilisé pendant la période des travaux.

J’ai pas compris la dernière phrase. Les travaux, ils ont été faits ou pas ?

Question : oui.

J’y comprends rien.

Elle a accepté finalement ; heureusement parce que c’est elle qui demande à la Lumière quelque chose, et après elle refuse, sous prétexte que y a plus le temps. Ça, c’est l’erreur fondamentale que vous avez fait pour la plupart depuis déjà, même pas 2012, avant. Et je vous avais prévenus, en 2012 et en 2011. Rappelez-vous au dernier trimestre 2012, j’avais dit que ceux qui avaient pris un crédit ou acheté une Ferrari en pensant échapper au crédit ou à l’impôt, allaient avoir des très grosses surprises. Aujourd’hui, c’est la même chose, ne remets pas à demain ce que tu peux faire, sous prétexte que c’est la fin du monde ou la fin des temps ; ça n’a aucune espèce d’importance.

Tu dois continuer à vivre comme si chaque jour était le dernier, pour être dans l’instant présent. Dès l’instant ou tu penses ou tu réfères ta problématique, que ce soit peinture, achat de voiture, divorce ou ce que vous voulez, sous prétexte que vous vous dites « à quoi bon, vu les temps réduits », vous êtes dans l’erreur, et vous êtes dans la négligence. Il faut rester vivants, si je peux dire, jusqu’à la dernière minute. Pourquoi est-ce que vous vous privez ou pourquoi est-ce que vous vous adonnez à des choses par rapport à un évènement quel qu’il soit ? Être dans l’instant, c’est ne pas dépendre de l’instant suivant, surtout là. Ce frère ou cette soeur appelle la Lumière, on lui envoie quelqu’un pour faire les travaux, qui insiste, et au début elle veut pas le faire. Alors maintenant le dérangement avec les travaux, ça me paraît normal. C’était par rapport à quoi le dérangement ? La dernière phrase, j’ai pas compris.

Question : « Je ne comprends pas ce qui s’est passé, comme si tout se déroulait contre ma volonté.»

Alors celle-là, elle est pas banale, cette phrase.

Question : surtout en ces temps réduits…

Surtout en ces temps réduits, ça j’ai expliqué, mais la phrase que tu viens de prononcer, je comprends pas ce qu’elle fait là-dedans, parce que elle dit elle-même, ou il dit lui-même qu’il a appelé la Lumière pour lui envoyer quelqu’un.

Question : et elle dit : « après réflexion et réponse du coeur, je refuse, cela me paraissant inutile en cette période. »

Alors là, on est bien d’accord, c’est une erreur de positionnement manifeste. Comment est-ce qu’on peut demander quelque chose à la Lumière, que la Lumière répond, et après dire : «Non finalement j’ai réfléchi, finalement c’est plus la peine. » Le problème il est là, il est pas ailleurs. Vous demandez quelque chose à la Lumière, la Lumière vous répond, par son Intelligence, par la Grâce, par les rencontres, par les intuitions, par ce que vous voulez, par des rêves. Et après vous dites « non non, après ma réponse du coeur… », vous demandez autre chose et vous rompez vous-même votre demande qui a été accomplie. C’est quand même surprenant, indépendamment de la notion de temps réduits.

Vous pouvez pas demander à la Lumière telle chose, et ensuite refuser les conséquences de ce que vous avez demandé. Vous saisissez ce que je veux dire à travers ce qui est présenté là ? Si vous demandez à la Lumière, vous n’avez besoin ni de réflexion, ni de réponse du coeur, surtout tel que c’est présenté. C’est comme si vous alliez voir, je sais pas moi, trois avocats, les trois avocats vous diront trois choses différentes. Vous allez voir trois médecins, vous aurez trois avis différents, vous voyez trois frères et soeurs, vous aurez trois avis différents. Mais quand vous avez demandé à la Lumière, est-ce que l’avis de l’autre ou de votre coeur ou de votre réflexion est important ? C’est très ambivalent, c’est à la limite je dirais, d’une certaine forme de… comment vous dites, de duplicité, quelque part.

Quand vous avez demandé quelque chose à la Lumière, quoi que vous demandiez, que ce soit pour avoir à manger, pour rencontrer un amoureux ou une amoureuse, que ce soit pour déménager, si après, quelque chose vous tombe dessus, là c’est le peintre mais ça pourrait être une offre de maison, ou une rencontre amoureuse, après vous allez intervenir avec votre personne pour demander si c’est la réponse du coeur, si c’est le bon ? Mais ça montre quoi ? Ça montre une duplicité, ou au minimum une dualité inscrite dans le fonctionnement de ce frère ou de cette soeur, qui n’a pas été vue. La façon même dont sont formulés les mots. Vous voyez l’antinomie entre « demander à la Lumière » et « aller à l’encontre de ma volonté » ? Quand vous demandez à la Lumière, votre volonté, elle n’a plus de raison d’être, sans ça vous n’avez rien compris à la Grâce elle-même et à l’action de la Lumière.

Méditez, enfin méditez, réfléchissez bien, oui c’est le cas de le dire, à ce que vous demandez à la Lumière, mais après, ne faites pas oeuvre de dualité ou de réflexion, ou de demander à votre coeur. Voyez ce qu’il y a derrière, le besoin de soupeser le bien, le mal, la notion temporelle, quelqu’un qui est inscrit dans le temps et qui agit dans le présent en fonction du temps. Si vous faites ça, vous êtes cuits. Je l’ai expliqué pour 2012, y a quelques minutes. Je l’ai répété même déjà en 2011 parce que y en a qui espéraient ça pour 2011. Donc soit vous faites confiance à la Lumière, mais ne venez pas vous plaindre après, si en faisant intervenir votre volonté, votre réponse du coeur, votre pendule, ou votre radiesthésie, ou ce que vous voulez, ou un autre avis, ne venez pas vous plaindre après. Elle est où votre foi ou votre Abandon à la Lumière, là-dedans ? C’est pas une critique, c’est justement pour attirer l’attention sur les comportements ou les attitudes que vous avez.

Si vous reportez un soin, quelque chose, sous prétexte que c’est la fin… tant que vous n’avez pas eu l’Appel de Marie, vivez. Préparez-vous intérieurement, mais si l’extérieur a besoin d’être arrangé, d’une manière ou d’une autre, demandez à la Lumière mais n’allez pas après regimber ou dire : « non c’est pas ça ». La Lumière saura toujours mieux que vous et mieux que votre volonté et que votre réflexion, et je dirais même mieux que votre propre réponse du coeur que j’avais pourtant détaillée y a trois ans. La réponse du coeur, vous savez, j’avais expliqué ça pour les aliments. J’avais pris l’exemple : vous voulez manger un concombre et vous revenez avec une salade parce que votre coeur… là oui. Mais si vous avez demandé à la Lumière, qu’est-ce qui va se passer ? Vous allez avoir le concombre qui va arriver chez vous, et vous, vous dites : « non, je veux manger une laitue ». C’est le même principe.

Soit vous êtes en accord avec votre coeur, soit vous êtes en accord avec la Lumière, mais ne mêlez pas la réflexion ou une interrogation en termes de dualité, ou binaire oui-non. Ça c’est valable pour une décision, mais si vous avez demandé à la Lumière avant, qu’est-ce que vous allez demander à votre coeur, puisque vous avez demandé à votre éternité d’agir. Là à ce moment-là, y a un risque d’erreur, ce qui est le cas, puisque là, elle a demandé à la Lumière un ouvrier ou une société pour faire les travaux – qui avaient grand besoin, ça a été dit hein, j’invente pas les mots –, et ces travaux ont été faits mais elle était réticente. Comment pouvez-vous demander quelque chose à la Lumière, et après exprimer une quelconque réponse de votre personne, ou en fonction du temps ? Parce que si vous commencez à vivre en fonction des échéances, même qui sont maintenant imminentes, incessantes, vous figez tout.

Sauf bien sûr, dans les moments où la Lumière vous appelle ou vous enjoint de vous poser, parce que les sons montent, parce que la pression du coeur est tellement forte, ou que les énergies sont tellement puissantes que là, vous êtes obligés de vous soumettre. Mais dans les appels que vous mettez vous-mêmes à la Lumière, vous pouvez pas ne pas vous soumettre, sans ça, vous voyez un peu le problème ? C’est un problème de conscience, c’est pas un problème de faire les travaux ou de pas faire les travaux, ou d’être dérangé pendant les travaux, ou de refuser la Lumière ou d’accepter la Lumière. Une fois que c’est fait, c’est fait.

Ça rejoint aussi cette notion de sacrifice. Est-ce que vous acceptez de remettre votre Esprit entre les mains de la Source, de la Lumière, ou pas ? Mais vous pouvez pas mettre une main et la retirer après. En définitive, là, on vous montre quoi ? C’est pareil pour les fractures, les douleurs du côté droit ou sur les lieux de passage. Les problèmes d’épaule, de thyroïde et je sais pas, tout ce qui touche la jambe droite par exemple, ça vous renvoie à ça : vous suivez votre coeur, vous suivez la Lumière, vous essayez d’être libérés, et quelque part en vous, il y a, de manière inconsciente mais qu’il faut conscientiser aujourd’hui, que vous êtes en volonté de contrôle de la Lumière – pour votre profit personnel, pas pour la Lumière.

Et c’est ça qui va vous exploser… qui a déjà explosé à la figure, même de frères et soeurs qui sont ici présents. Vous ne pouvez pas mêler une quelconque volonté personnelle, ou réflexion personnelle, face à la Lumière. Vous êtes Lumière ou vous êtes la réflexion, mais vous pouvez pas être un jour la Lumière et le lendemain, non, vous servir de la Lumière pour vos profits personnels. Sans ça, ça entraîne des conséquences particulières quand même. Je vous l’ai dit en préambule, maintenant c’est l’un ou l’autre, y a plus de chaise, y a plus de choix, y a plus d’assignation. Tout ça c’est fini. Ce que vous vivez est le résultat, non pas de votre vie mais le résultat de toutes vos incarnations – c’est pas karmique –, et le résultat aussi de votre éternité. Ce sont ces deux-là qui se rencontrent et vous pouvez plus utiliser la Lumière à votre service en tant que personne.

Donc si vous faites une demande à la Lumière pour votre personne, pour votre lieu, pour le mari, pour la femme, vous pouvez pas à un autre moment réfuter la Lumière que vous avez appelée, ou prétexter que c’est la fin de quoi que ce soit, que demain est un autre jour. La fin, elle est actée depuis des années, depuis 2011. Est-ce que pour autant il fallait arrêter de vivre par rapport aux échéances de 2011 ou 2012 ? Donc il faut vous positionner clairement. Soit maintenant c’est l’Abandon total à la Lumière, soit c’est le maintien d’une volonté de contrôle, de maîtrise, donc liée à la personne. La Lumière ne contrôle rien et ne maîtrise rien, elle s’établit par l’action de Grâce et par l’état de Grâce.

C’est ça qui est important de vivre et de saisir quand même, quelque part. Il est fini le temps où vous vous serviez de la Lumière comme un jeu, pour faire ceci ou cela. Et souvent, dans ces cas-là, la Lumière sert de prétexte, c’est un alibi. Et la Lumière vous donne les preuves, pourtant, qu’elle agit, et à ce moment-là vous voyez que l’alibi n’a pas fonctionné ou qu’il a trop fonctionné, et à ce moment-là vous re-rentrez dans la réflexion – et à ce moment-là vous allez casser votre corps. Vous allez avoir des problèmes d’épaule, des problèmes de thyroïde, des problèmes au pied droit, des fractures de tibia, des fractures de hanche, du côté droit, vous allez perdre la vue de l’oeil droit.

Vous êtes face à vos conséquences. Ce n’est pas la Lumière, ni vous-mêmes, qui juge, c’est simplement un problème d’adéquation. C’est pas pour rien si nous avons employé des mots très précis, comme transparence, humilité, spontanéité, instant présent, ultime Présence, et tous ces mots qui vous ont été employés pendant des années sont extrêmement signifiants. Ne vous placez pas en opposition avec ce qu’il peut rester de votre personne dès que ça vous convient pas, sans ça vous allez vous retrouver dans une certaine forme, je dirais, de noirceur mentale, de dépression, de « à quoi bon », de désespérance, alors que vous êtes arrivés, maintenant. Et ça c’est ce que la Lumière, l’Intelligence de la Lumière montre à beaucoup de frères et soeurs incarnés depuis presque deux mois et demi maintenant, disons deux mois, deux mois et une semaine bientôt.

La Lumière vous invite à lâcher, l’Intelligence de la Lumière vous invite au sacrifice. Alors bien sûr, pour la personne, le sacrifice, c’est intolérable, mais pour les mystiques, vous avez eu d’innombrables témoignages de cet Abandon à la Lumière. Que ce soit par la Voie de l’Enfance de Thérèse, que ce soit par Gemma Galgani, que ce soit par Hildegarde de Bingen. Tout ça vous a été expliqué, vous avez acquiescé à ces moments-là. Aujourd’hui le Christ vous l’a dit, vous êtes tous des Christ en puissance, alors comportez-vous comme des Christ et pas comme une petite personne assujettie de quelque façon que ce soit aux contraintes de son histoire. Il y a bien sûr déjà suffisamment de contraintes dans la société, et de contraintes même par rapport à votre propre corps qui est limité, surtout si vous avancez en âge. C’est ça qu’il faut voir maintenant. Il est pas question de culpabiliser ou de dire « je me suis trompé » ou « j’ai fait une erreur », mais de voir clairement la Vérité.

Vous ne pouvez plus vous tromper vous-mêmes, maintenant, faites attention. Les histoires de Lumière « j’ai raté le train parce que la Lumière n’a pas voulu que je vienne », ces histoires de travaux « j’ai appelé la Lumière pour qu’elle me trouve quelqu’un, puis finalement non, je veux pas », là maintenant ça va vous exploser dans le corps, je vous ai prévenus. C’était une mise en garde tout à fait fraternelle et réellement d’amour incroyable, de vous dire, non pas de faire attention ou d’avoir des peurs mais de voir clairement ce qui se déroule sur l’écran de votre scène de théâtre, de votre conscience – sans faux semblants, sans alibi.

Rappelez-vous, vous ne pouvez plus tricher, ni avec vous, ni avec le monde, et encore moins avec la Lumière. Surtout pour ceux qui ont beaucoup reçu. Par les vibrations, par tout ce que vous avez suivi comme écoute, que vous avez vécu. Je l’ai dit : « Aime et fait ce qu’il te plaît », mais comment peux-tu aimer, même toi-même – et je parle pas nécessairement à cette personne, je m’adresse à tout le monde – en appelant la Lumière, ou en prétextant la Lumière, dans d’autres cas, pour justifier vos comportements ou vos décisions. C’est plus possible ça, c’est plus possible parce que maintenant, c’est le corps qui va déguster, comme vous dites, qui va trinquer, et la conscience après.

Alors bien sûr, vous le savez, la finalité est toujours la même, y a pas de différence entre la 3D unifiée, la 5D, les Cercles de Feu, les voyages chez les Arcturiens ou l’Absolu. Ça ne fait aucune différence, mais pour arriver jusque-là, il va bien falloir, après la stase ou au moment de la stase, affronter ces résistances et voir vous-mêmes ce que vous n’aviez pas vu. Alors maintenant, ça s’appelle la rédemption, la repentance, comme a dit Marie, mais après, comment voulez-vous vivre cette rédemption et cette repentance s’il n’y a plus de corps, autrement que dans la conscience libre ? Le temps de mettre fin à tout ce à quoi vous avez peut-être résisté inconsciemment, sans erreur réelle, sans problème de cristallisation de mémoires, simplement par des attitudes, des postures, je dirais, de l’ego qui ne veut pas mourir.

Tout vous est donné à voir maintenant, que vous vibriez, que vous soyez libérés, que vous êtes pas libérés. Accepter ce qui est à voir, ça ne veut pas dire réagir, ça veut pas dire se mettre en colère, ça veut pas dire culpabiliser, ça veut dire traverser cela, voir, se pardonner, pardonner à tout, mais surtout ne pas recommencer. Comme disait Jésus à l’aveugle qui a été guéri : « Va et ne pèche plus. » Aujourd’hui, c’est la même chose pour chacun de vous, vous êtes avec le Christ, avec le Christ intérieur. Rappelez-vous de cela, que vous le sentiez ou pas encore, au niveau des Théophanies, des Radiances ou de vos alignements, comme vous voulez, mais le Christ est là, le Christ intérieur est là. Il vous l’a dit, il me semble.

C’est le moment de la Vérité, et pour être dans la Vérité, il faut être vrais. Vrais, spontanés, Un, enfin je vais pas vous redire tous ces termes qui ont été employés par les Anciens et les Étoiles. On n’a plus le temps maintenant de parler de tout ça, ça a déjà été fait, en plus. Là je vous dis, je vous accompagne et je viendrai à chaque fois que c’est possible, comme Marie le fait dès qu’il y a des évènements particuliers, afin de vous accompagner au plus juste. Il est pas question de se raconter des histoires, de reparler des Archontes, de l’enfermement, des chakras, des Portes, des Étoiles. Bien sûr, si vous avez des questions, j’y réponds, mais le plus important il est pas là, que vous soyez vibrants ou pas vibrants d’ailleurs. La question, c’est la question de la Vérité.

Vous ne pouvez pas être en paix si vous n’êtes pas vrais. Cette paix ne peut pas durer. Vous vivrez des expériences de paix, mais vous serez obligés d’attendre la stase pour vivre ce moment que vivent déjà de nombreux frères et soeurs actuellement, avant même l’Appel de Marie. Ils ont déjà dépassé l’Appel de Marie, ils ont déjà dépassé la stase, mais ils attendent le moment collectif. Ne vous épargnez aucun effort. Quand la Lumière vous demande, par exemple, ou que votre corps vous demande des soins, n’allez pas dire : « Oh bah c’est pas la peine, c’est fini demain. » Et si vous êtes là dans trois mois ou quatre mois, vous serez peut-être morts de maladie plutôt que de guérir. Vous voyez ce que je veux dire ?

Soyez vrais, ne cherchez pas de prétextes, d’alibi, par rapport à la Lumière, par rapport aux évènements, par rapport à ce qui peut se produire dans votre vie. Soyez disponibles tout le temps pour la Lumière, et pas aux moments qui vous conviennent, pas aux moments seulement où elle vous appelle. Le Christ est venu comme un voleur dans la nuit, mais n’attendez pas un Christ qui arrive dans le ciel.

Alors on continue.

Il n’y a plus de questions écrites.

Et il y a peut-être des questions orales.

… Silence…

Tout le monde s’est endormi ou ils osent pas parler ?

Question : c’est un rêve : je me promenais en bord de la mer. Il y avait des maisons et des flammes sortaient sous les toitures. Je voulais avertir les gens, mais ça ne semblait pas les intéresser.

Et c’est tout ?

Dans la maison, il y a la cave, on en a parlé dans un rêve précédent, mais il y a aussi le grenier et le toit. Le toit, c’est la tête, le grenier, c’est tous les engrammes mentaux que vous avez gardés au cours de la vie. Voir le feu au-dessous des toits, ça veut dire simplement qu’il y a une purification des mémoires et de tout ce qui pouvait encombrer le mental. Maintenant toi, par rapport à ces gens, tu dis toi-même que tu es au bord de mer, là aussi, donc à cheval ou à la frontière, si tu préfères, entre la terre et l’eau. Ces maisons sont donc sur le littoral, sur la frontière, à cheval, enfin pas dans l’eau mais près de l’eau, même si c’est en hauteur, et là tu vois les toits, les flammes qui sortent du toit.

Ça veut dire qu’avant de passer dans l’eau, dans l’intuition, dans la Liberté Mariale, il faut effectivement consumer tout ce qui appartient aux mémoires, et c’est ce que tu as vu dans ton rêve – il s’adressait bien sûr à toi –, et qu’il fallait que la Lumière désobstrue, nettoie, brûle, dissolve, tout ce qui était sous la tête, sous le crâne, c’est-à-dire sous le toit. Puisque que les flammes, elles viennent pas du toit, en général c’est de l’ardoise ou de la terre séchée, mais là, c’est… le feu, il prend en dessous. Là elle m’a pas dit que y avait le feu aux fenêtres ou à la porte, ça sortait du toit, les flammes. Donc c’est le grenier qui est en feu. Le grenier est le symbole de ta tête. Ce qui est contenu sous le toit, ce qui est contenu sous le crâne, c’est le mental, c’est le cerveau, mais c’est surtout le mental. Toutes les idées, toutes les croyances, toutes les attitudes, les comportements, les blessures, les cristallisations, les mémoires de vie, si on veut.

Autre question.

Question : pourquoi certaines nuits, en dormant, y a-t-il la Lumière à l’intérieur et d’autres nuits, il n’y a pas cette Lumière ?

Alors le Christ est là, je vous l’ai dit, l’Ascension a démarré (pour ceux qui doivent ascensionner), la Libération est en cours ; le Christ est venu comme un voleur dans la nuit, il est logé en vous, ce qui explique qu’il y a cette Lumière à l’intérieur. Mais le problème, cette Lumière, elle disparaît pas, c’est toi qui t‘éloignes de toi-même, et à ce moment-là tu vois plus la Lumière à l’intérieur de toi. C’est pas le Christ qui est parti, ni la Lumière qui est partie, c’est toi qui n’es plus là. Tu n’es plus dans la disposition de l’Éternité, ces nuits-là où tu ne la vois pas, c’est que la journée qui a été écoulée, si tu regardes l’anamnèse de tes journées, c’est une journée où tu as été peut-être moins présente à toi-même, moins présente au Coeur du Coeur, dans ces journées-là.

Mais effectivement, la Lumière est à l’intérieur, nous l’avons toujours dit. Mais comme y a encore des oscillations entre l’éphémère et l’Éternel, même s’ils s’éloignent l’un de l’autre, maintenant qu’ils ont été totalement superposés et alchimisés, eh ben si à des moments, toi tu es plus dans la personne, à ce moment-là t’es pas éclairée la nuit. Tu es éclairée, en Éternité, mais cet éclairage n’arrive pas jusqu’à ta personne, parce que ta personne, dans cette journée-là ou dans les circonstances de ton vécu de cette journée, sans le vouloir, le plus souvent inconsciemment, tu as repris des attitudes antérieures à l’installation du Christ en toi.

Alors j’ai pas dit que le Christ était venu comme un voleur dans la nuit pour toute l’humanité, hein, pour l’instant, pas encore, mais vous avez, à travers ce témoignage, des illustrations de ce que je vous dis et ce que nous vous disons depuis déjà deux mois. Vous voyez bien, même à l’extérieur, des fois dans le noir le plus complet, que vous êtes pas dans le noir, vous êtes dans la Lumière. Elle vient d’où la lumière ? Alors parfois y a des entités, parfois y en a pas. C’est vous, la Lumière, puisqu’il n’y a que vous. Et c’est souvent le soir et la nuit, bien sûr.

Un autre marqueur temporel pour ceux qui aiment ça : pour l’instant, les Théophanies, les Radiances, vous ressentez souvent, j’ai dit que y avait beaucoup de frères et soeurs qui commençaient à sentir, même indépendamment du jeudi, les mêmes circonstances vibrales et de conscience que le jeudi soir. Et souvent le jeudi, vous l’avez vu, ça commence bien avant. D’ailleurs la première Théophanie, Marie n’est intervenue qu’après pour dire qu’il y avait eu une Théophanie, pour ne pas vous influencer, pour vous montrer que ce que vous avez vécu, pour ceux qui l’ont vécu, était totalement réel.

Or quand vous commencerez à sentir ces processus de la conscience et du coeur, je parle pas des Portes qui sont autour, mais directement du coeur – vous le voyez bien, je parle même plus de chakra du coeur ou de Couronne radiante ou de Coeur Ascensionnel, je parle du coeur, le mot « coeur » –, quand vous sentez votre conscience qui est dans le coeur, parce que ça se sent, hein, c’est pas une vue de l’esprit ou une idée, c’est quelque chose de très concret, alors à ce moment-là, quand vous commencerez à vivre ça, ce que vous vivez pour les Théophanies ou juste avant, ou plutôt en fin d’après-midi, quand vous commencerez à le vivre avant le zénith du soleil, c’est-à-dire dès le matin, vous pouvez vous dire que les deux évènements tant attendus sont vraiment cette fois-ci, en termes de jours, à votre porte.

Si vous êtes très attentifs, pour ceux qui vivent ces Théophanies, ce coeur à coeur ou ce coeur igné, peu importent les mots, vous constatez que ça commençait à heure précise où c’était dit. Ça a commencé un peu avant, et vous voyez que maintenant ça commence de plus en plus tôt, mais rares sont ceux parmi vous qui pourront me dire que ça a déjà commencé avant midi. Pour l’instant, c’est plutôt milieu d’après-midi et vous allez voir, que soit de manière très rapide soit progressivement, ça dépend du temps qui reste, cette sensation, ce vécu de la vérité du coeur, de l’Infinie Présence et de l’Absolu, du Parabrahman, et de la Théophanie, va devenir constant. Là, vous saurez que vraiment, complètement, dans ce plan de la matière où vous êtes, tout est en train de finir. D’ailleurs le tohu-bohu sur le monde sera tel qu’il vous tardera, à ce moment-là, que ce soit fini, ce cinéma.

Question : un samedi, entre 16h et 18h, la Lumière m’a emmenée en stase. Ce n’était pas le jour de la Théophanie, la Lumière serait-elle venue travailler sur un organe en rapport avec cet horaire ?

Tout à fait, mais y a pas de lien établi avec les horaires de la chronobiologie, ou encore de l’acupuncture ou de l’homéopathie, par rapport à certains horaires. Ça a pas de liens avec ça, la Lumière est indépendante des horaires de quoi que ce soit, des méridiens, des remèdes homéopathiques ou de quoi que soit d’autre. Donc tu voulais savoir quoi ?

Question : si la Lumière était venue travailler sur un organe précis.

La Lumière est venue. Après, est-ce qu’elle a travaillé sur un organe, je pense que tu es mieux placée que moi, même à travers ce que je vois moi, pour définir ce qui a été changé en toi. Mais toutes les injonctions de la Lumière, toutes les mini-stases, les disparitions que vous vivez, ne sont pas destinées à vous soigner quoi que ce soit, mais à vous faire disparaître. Donc pourquoi voulez-vous que ça soit pour vous soigner quelque chose ? Et bien évidemment, vous pouvez demander à la Lumière de vous soigner quelque chose – c’est autorisé, c’est recommandé, faites en l’expérience – mais quand la Lumière te tombe dessus et que tu tombes en stase, pourquoi penses-tu que c’est lié à un soin sur un organe ?

Question : cela avait été dit lors d’une précédente intervention.

Oui, tout à fait. Mais c’est pas toi qui as demandé quoi que ce soit ?

Question : non.

Alors ne demande rien et contente-toi, quand ça se produit aussi tôt dans la journée, de vivre ça avec bénédiction, c’est tout. Le plus important, c’est ce que tu vis à ce moment-là, c’est pas les effets sur ton éphémère, c’est les effets, je te l’ai dit, sur le coeur et sur la conscience.

Nous n’avons plus de questions.

Ah les questions commencent à se raréfier, c’est-à-dire qu’il y a quasiment plus de questions, ça veut dire que vous êtes libérés bientôt.

Bien sûr je reviendrai, peut-être pas tout à fait à la fin, mais en fonction des intervenants et surtout, je dirais, en fonction du tohu-bohu de la terre, n’est-ce pas ? Que ce soit de l’humain, de la Terre elle-même, ou du ciel. Et en fonction de ça, et en fonction aussi de l’intervention de Marie, je vous repréciserai, quand je reviendrai vous voir pour des questions, mais aussi parce que j’aurai des choses à dire mais que je ne peux pas dire maintenant. Il faut attendre un certain nombre de signes, pour nous, qui sont pas nécessairement des signes pour vous, hein, mais qui sont des signes pour nous, à travers notre observation minutieuse maintenant, de là où nous sommes, des forces éthériques, si je peux dire, qui sont en action.

D’un côté vous avez le Feu Igné, de l’autre côté vous avez les restes de feu, vital, individuel, collectif, sociétal, à l’échelon de la Terre. Et c’est plus des lignes de prédation au niveau astral, c’est vraiment des mises en forme éthériques qui sont liées aux habitudes et aux comportements des uns et des autres, mais qui ne sont pas liées à des mémoires, hein, ou des souffrances ou des cristallisations. C’est ça que nous observons en ce moment, qui sont des signes pour nous, et qui nous permettront de venir vous parler de choses peut-être encore plus pointues, si je peux dire, et extrêmement simples néanmoins, de ce qui est à vivre et ce qui va se vivre en cette période. Mais à travers vos rêves, à travers vos témoignages, vous illustrez à la perfection ce qui se vit en ce moment. Et c’était le but, je vous en remercie.

Alors je me permets, puisque nous avons un petit peu de temps, de vous transmettre toutes mes bénédictions et de nous installer dans ce Feu Igné tous ensemble ici, et ailleurs quand vous lirez, quelques minutes.

… Silence…

Eh bien chers amis, je vous remercie pour votre présence, je vous remercie pour votre communion et je vous dis très certainement, à dans quelques jours. Et surtout je vous dis – comment je disais à l’époque ? – good vib – en français – pour ce soir. À bientôt.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire