SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

17 mars 2017

Le plus grand baron de la drogue de tous les temps…travaillait pour la CIA

Encore un article qui vient confirmer que la CIA finance ses bases besognes avec l'argent de la drogue. Le journaliste Gary Webb avait déjà révélé ce scandale en 1996 (et ses collègues avaient déjà la fâcheuse habitude de traîner dans la boue ceux qui ne restent pas dans les rangs) . Le fils d'Escobar nomme aujourd'hui entre autre Georges Bush père comme étant l'un des responsable de ce trafic.

Son implication date probablement de l'année ou il était directeur de la CIA de 1976 à 1977 car la biographie d'Escobar évoque une montée en puissance de son business vers cette période mais il faudrait que je lise son livre pour en savoir plus car il évoque également bien d'autres intervenants. En plus du cartel de Medellin, on a appris que même la DEA collaborait avec le cartel de Sinaloa.

MAJ: Je suis tombé sur le premier chapitre de son livre. Voici une partie intéressante qui indique que le trafic avait lieu notamment PENDANT la présidence de Bush.

"[...]l'organisation criminelle de mon père avait atteint des limites insoupçonnées. Mon père l'avait nommé la route du "Train" à cause de la vitesse, la facilité et l'efficacité avec laquelle entre 1986 et 1989 est entré pas moins de 64 tonnes de cocaïne aux États-Unis en collusion avec des fonctionnaires anti-drogue, pendant la transition entre les gouvernements de Ronald Reagan et George Bush.

La route n'a jamais été découverte et a simplement été abandonnée en raison de l'intensité de la guerre que mon père avait déclaré à l'Etat colombien, qui l'a amené à se cacher pendant de longues périodes dans des criques où il a eu très peu de contacts avec le monde extérieur. Pendant la durée de fonctionnement de la route du 'Train', le cartel de Medellin a engrangé des revenus estimés à 768 millions de dollars."

Fawkes
-------

Juan Pablo Escobar, le fils du célèbre narcotrafiquant colombien Pablo Escobar Gaviria, affirme que plusieurs autorités américaines étaient liées aux obscures affaires du cartel de Medellin.

Juan Pablo Escobar est le fils du célèbre narcotrafiquant colombien Pablo Escobar Gaviria. Pour mener une vie plus paisible, il a changé de nom: "J'admire Pablo comme père, celui qui m'a éduqué. Pas à Escobar, le mafieux", lâche-t-il d'emblée sur le site Infobae.

"Georges Bush père et bien d'autres"

Pour la sortie de son nouveau livre Pablo Escobar, in fraganti. Ce que mon père ne m'avait jamais raconté, Sebastian Marroquín vient de lancer une nouvelle polémique qui risque de faire couler beaucoup d'encre.

"Dans mon livre, je raconte que mon père travaillait pour la CIA en vendant de la cocaïne pour financer la lutte contre le communisme dans le centre de l'Amérique. Il y a des noms comme Georges Bush père et bien d'autres encore", précise Sebastian Marroquín sur le site InfoBae.

"Il est devenu fou"

Le fils de Pablo Escobar Gaviria donne aussi plus de détails sur les dernières heures vécues par le plus célèbre des narcotrafiquants. Il s'est basé sur les témoignages de ceux qui l'ont accompagné jusqu'à sa mort en décembre 1993.

"Il est devenu fou", ajoute Sebastian Marroquín, 39 ans. "Il avait perdu tout l'amour qu'il avait pour lui-même. Il venait de terroriser la moitié de la Colombie. Il a décroché le téléphone pour que son appel soit identifié. Ils l'ont trouvé comme ça", conclut celui qui avait trouvé 28 erreurs dans Narcos 2.

Sources:

Note: le fait que Bush sénior se servait de l'argent de la drogue alors qu'il était directeur de la CIA n'est pas un scoop, beaucoup en ont parlé déjà depuis des années, et notamment certains Ufologues américains, comme Richard Dolan dans son livre "UFOs & The National Security State", mais ce n'était certainement pas pour combattre le communisme dans le centre de l'Amérique, ça c'est une histoire pour les télétubbies, mais bien pour alimenter les caisses des "black projects", c'est à dire tout ce qui touche à ce qui se passe en arrière plan, ce que la population ne doit pas savoir, que ce soit au niveau de la présence extraterrestre sur terre, de la surveillance de masse, du contrôle de la population ou des différentes stratégies de maintien d'enfermement sur tous les supports possibles et imaginables (pharmacologiques, médiatiques, chimiques, technologiques, etcétéra).