SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

20 décembre 2016

L’IMPERSONNEL – Partie 3 – Décembre 2016


Toi qui es Amour et qui es aimé, je parle par le Verbe intérieur, depuis le Cœur de ton Cœur.

Je viens encore une fois faire résonner et vibrer en toi la Flamme de Vie. En la Grâce du Feu Igné, ce que tu écoutes, ce que tu lis, n’est rien d’autre que ce que tu te dis à toi-même. Alors entends.

En ce Verbe-là est ton premier souffle, celui qui ne s’arrête jamais.

Tu es invité à être.

Je t’invite à laisser couler le flot perpétuel de la Fontaine de Cristal, là où ton cœur ne peut connaître ni entraves ni limites. Écoute ce chant de gloire que déjà tu entends parfois en ta tête et en tes oreilles, et qui se répand maintenant, portant la bonne nouvelle à chaque extrémité de ton corps.

Le moment est venu d’être libre, d’être vrai.

Alors, en ces jours où l’injonction de la Lumière se fait de plus en plus pressante, elle t’invite elle aussi au Mystère de la Vie, au Mystère de la Résurrection, au Mystère de la Vérité que rien sur la terre où tes pieds sont posés ne peut retransmettre de manière véritable. Là est ton Royaume, là est ta gloire.

Je m’adresse à toi en quelque circonstance que ce soit pour toi, car, en ces jours, tu baignes dans un bain de Grâce qui est indépendant de toute circonstance de ta vie. Il t’appartient de le vérifier, de le voir, d’y dire « oui », et surtout de le vivre sans aucune restriction.

Tu pénètres, si tu le souhaites, dans les demeures de la Joie éternelle et de la Paix infinie.

Regarde, regarde autour de toi, regarde en toi. Tout ce qui est dehors se décompose sous tes yeux alors qu’en le même temps et en le même moment, ce qui est vrai fleurit et pousse de plus en plus vite. Le parfum de l’Esprit touche déjà tes sens et ta peau, le Feu Igné t’a peut-être déjà parcouru, peut-être aussi que tu es là, ne vivant rien, ne sentant rien, ne te doutant de rien. Alors je t’annonce la bonne nouvelle pour toi aussi, regarde, penche-toi sur ce que tu es, sur ton cœur, retourne ton regard, inscris-le en la Vérité éternelle, même si tu n’y connais rien. Appelle cela Principe, appelle cela Absolu, appelle cela Amour, appelle cela Joie, peu importe. Aucun mot ne peut vraiment définir cela. Il y a juste à dire « oui », il y a juste à regarder de la bonne façon. Tu n’as besoin de rien d’autre, ni de tes connaissances, ni de ton désir, ni d’une quelconque volonté, tu as juste, en ces jours, et jusqu’à la fin de cette année pour te rencontrer, pour te goûter, pour apprécier la Vie éternelle au sein de ce corps périssable.

Il n’y a que cela. Tout le reste est un décor, celui de ton jeu, celui de l’expérience où tu te cherches en permanence, tournant ton regard de toute part alors qu’il n’y a qu’un seul regard qui te donne à voir et à vivre ce que tu es. Ce regard ne dépend pas de toi, il ne dépend pas de ce que tu connais, il ne dépend que de ton sacrifice.

Alors mon Verbe te dit, depuis ton Cœur, entends-toi et vois-toi, non pas dans les jeux que tu tiens, non pas dans quelque histoire, fût-elle la plus merveilleuse et authentique. Tu n’as pas besoin de quelque mémoire que ce soit, tu n’as pas besoin de bagages, tu as juste besoin d’accepter l’inconnu que tu ne connais pas.

En ces jours du temps de la Terre, il y a conjonction de nombre de faits terrestres et célestes, mais aussi de la conscience, qui permettent cela, te voir et te vivre avec aisance. Mais il te faut être léger. Il te faut renoncer aux bagages de l’expérience, aux bagages des connaissances, il te faut renoncer aux bagages des attachements, aux bagages des croyances. Tout cela doit rester dehors et ne peut entrer en aucune manière au cœur de la Vérité.

Alors le Feu Igné brûle et disjoint tout ce qui n’a plus lieu d’être. Ce sont les cris du monde, ce sont les sons du ciel et de la Terre, c’est la colère qui gronde dans les volcans de la terre, annonçant de la même façon son ascension en cours.

Mets-toi dans cette Joie car au sein de cette Joie tu n’auras plus rien à attendre, tout sera accompli définitivement pour toi.

Le temps de te retourner, le temps de te voir, et cela est vécu.

L’Esprit est vivifié, il réapparaît.
                                   
Quoi qu’il te soit donné de vivre, saisis qu’au-delà de toute acceptation et de toute compréhension, il y a avant tout ce qui est nécessaire, non pas pour ta personne mais pour ce que tu es.

Alors accueille ce que la vie te montre – avec acuité en ce moment parfois, avec violence aussi. Tu n’es rien de tout cela, cela ne concerne que ce qui est extérieur, qui s’éteindra de lui-même dès l’instant où ton regard intérieur prévaudra, si ce n’est déjà fait.

L’Amour est un Feu. Tous ceux qui sont passés par ce Feu avant toi l’ont décrit comme un Feu dévorant qui consume tout sans rien brûler, qui est une Extase indicible à nulle autre pareille, faisant de toi et te régénérant en la sainteté que tu es, en l’adoration perpétuelle de l’Amour que tu es.       

En ces temps de Grâce, là est l’unique force qui tiendra debout : ce que tu es.

Retourne-toi, si ce n’est déjà fait, et tu seras affermi dans l’humilité et dans la Vérité.

Tu seras à la fois le serviteur, le maître, l’enfant qui vient de naître comme le vieillard qui meurt, dépassant tous ces rôles de composition au sein de cette scène de théâtre, te libérant par la même occasion de tout ce que tu peux voir encore sur l’écran de ce que tu joues et  vis à l’extérieur.

Le monde entier, pas le tien mais tous les mondes sont là pour t’accueillir, mais avant toute chose, en ton cœur, avant même d’être visibles à l’extérieur. Ce regard-là est le regard de la Libération. Il ne dépend de rien d’autre que de ton abandon et de ton sacrifice, il n’attend rien d’autre que toi-même.

Alors la Source d’eau vive peut enfin te vivifier et alléger ce qui te semblait, quelques minutes auparavant, si dense et si contraignant.

Apprends à te faire confiance en ce que tu es. Il n’y a pas de meilleur moment que maintenant, il n’y a pas de meilleur endroit qu’ici, il n’y a pas de meilleur temps que ces temps-là où tout t’est montré. Accepte de regarder aussi ce que la vie veut bien te montrer de ton extérieur, sans le chercher, mais vois-le depuis l’intérieur, là où tout cela t’apparaîtra clairement comme une séquence de jeu.

Alors ta conscience pourra voguer librement et ne plus être tributaire de ton corps, de ton histoire, de la morale et des lois de ce monde, mais te placera d’emblée avec foudroyance dans la morsure de l’Amour, dans la Joie, dans la Paix, et surtout dans la Vérité.

Cela est là, et cela t’attend. Alors toi-même, qu’attends-tu pour vivre cette ineffable gloire de ce que tu es, pour le vivre en totalité comme de façon progressive. Regarde en toi avec l’œil non pas du jugement, non pas de la compréhension, mais de celui qui voit réellement ce qu’il est au plus intime de sa poitrine, en ce Cœur du Cœur. Et le voyant alors, tout sera traversé, tu peux en être assuré, avec la même légèreté.

Plus la densité et le chaos extérieur grandiront et plus ta paix sera stable et ta joie ineffable.

Ne te réjouissant pas bien sûr de ce qui arrive à l’extérieur mais te réjouissant d’avoir accepté de retourner ton regard.

Alors l’Onde de Vie prendra un nouvel élan, le Feu Igné ne laissera aucun endroit de ton corps épargné par son Feu dévorant.

Ta conscience deviendra limpide. Tu la verras telle qu’elle est, sans zones d’ombre, dans son miroitement et dans son éclat de lumière, émaner d’elle-même.

Tes yeux se dessilleront en totalité, t’amenant à voir réellement, concrètement, un nouvel extérieur où tout ce qui était caché apparaît au grand jour par l’éclairage de ta lumière.

Là est la Paix, là est la solution à toute question et à toute équation qui te semblent non résolues.

Alors simplement, accueille-toi toi-même. Tu es le sauveur, il est en toi ; tu es le maître, il est en toi ; tu es la Source, elle est en toi ; tu es l’Absolu, il est partout – et même nulle part.

Voir cela est bien plus que le Feu Igné qui te dévore mais un éblouissement, une sidération, qu’aucun élément de ce monde où tu es n’a pu te faire vivre et ne pourra jamais te faire vivre.

… Silence...

Déploie tes ailes, laisse-les se sécher dans le soleil de l’Amour. Ce que tu étais est déjà mort au sein de ce monde, ce que tu as toujours été demeure vivant et éternel.                       

Aujourd’hui, en ce temps de Grâce particulier, tout ce qui peut être question, tout ce qui peut te sembler pas suffisamment limpide ne peut venir que du regard de la personne. En le regard intérieur, il y a perfection, et cette perfection t’apparaît alors de plus en plus juste, de plus en plus grandiose au fur et à mesure que se désagrège le monde, au fur et à mesure que tout se révèle, au fur et à mesure que tout se voit.

… Silence...

Ce Feu-là est le Feu de l’Amour, le Feu de l’Esprit, le Feu originel.

En cet Amour-là, en ce regard intérieur, il n’y a plus besoin de forme même si toutes les formes y sont.

Tout y est parfait, tout y est plein, si plein et tout autant si vide ; il n’y a pas de différence, il n’y a pas de distance.
                                   
Alors laisse apparaître ce Feu, laisse le grandir. Il est nourri en permanence par ce que tu es, par cette flamme éternelle.

Ce Feu ne fait pas que te réjouir ou te consumer, il te forge en ton Éternité retrouvée. Il te sculpte en ta forme d’Éternité, celle de ton corps d’Êtreté et de ton origine stellaire.
Alors tu verras ton corps et ce monde pour ce qu’ils sont, des simples véhicules éphémères d’expériences ne permettant que de jouer, et ici, particulièrement où tu es, de ne jamais gagner alors que tu as toujours été le gagnant et le héros.

Quoi qu’il te semble jouer aujourd’hui, tout cela t’apparaîtra comme quelque chose qui effectivement ne fait que passer et aussi, surtout, n’a aucune importance et ne mérite qu’un sourire, et surtout pas des larmes, et surtout pas des liens.

La Liberté alors sera telle, déjà, à l’intérieur de toi, que tu souriras de ce à quoi tu as pu adhérer au sein de ce monde, des jeux auxquels tu as joué peut-être ; tout cela sera alors réellement insignifiant et futile par rapport à ce que tu es.

La Vie te demande de porter ce regard, la Grâce éclaire dès l’instant où tu regardes là où il faut.

Ton corps de chair comme ton corps d’Êtreté ne sont que des véhicules qui accomplissent leur fonction, mais tu n’es pas le véhicule, tu n’en es même pas le conducteur.

Vois au-delà et regarde encore plus profondément. Au Cœur du Cœur, il n’y a rien d’autre que la Lumière, il n’y a rien d’autre que l’Absolu, et il y a pourtant tous les mondes. Tous les potentiels sont déjà là, toutes les histoires sont déjà présentes, car ici il n’y a aucun temps pour affecter quoi que ce soit et il n’y a aucun espace pour créer une distance. Tout y est simultané, tout y est parfait.

Comment peut-il en être autrement, en l’Amour vrai ? C’est cela qui se passe en ce moment, si tu acceptes de regarder, faisant fi de toutes tes appréhensions, de toutes les zones d’ombre, de toutes les réticences, de toutes les colères ou de tous les dénis, de toutes les négociations que tu pourrais mener. Il n’y a rien à négocier avec la Lumière.

Parce que la Lumière est toujours « oui » à ce que tu es. Elle chante toujours la Vérité, que cela soit par le Verbe ou le Silence, et ici tu ne peux y être trompé en aucune manière parce que la Joie y est si pure et si dense qu’à aucun moment ta conscience ne peut douter de la Vérité de ce qu’elle est.

Chaque jour qui te rapproche du solstice de cet hiver, de la période nommée Nativité, chaque jour ton regard intérieur peut plonger plus profondément et plus intensément.

Laisse la Lumière vivre et surtout œuvrer, par son Intelligence, sur ta conscience comme sur tes corps éphémères.

Laisse la Joie prendre le pas sur tout ce qui est lourd, sur tout ce qui te gêne.

Il n’y a pas d’espace pour autre chose que la Joie. Vois-le et vis-le.

Au sein de ton monde, les prophéties s’accomplissent, mais tu n’es pas concerné. Seule la personne est concernée par cela et celui qui a regardé à l’intérieur et qui a vu, et qui le vit, ne manifeste rien par rapport à cette révélation. Il peut en être rassuré ou offusqué, mais cela ne change rien, car au-delà de la personne, cela est déjà accompli, et cela est déjà là. Tout ce qu’il reste à vivre est, en quelque sorte, une formalité qui ne demande de ta part rien d’autre que de te maintenir au sein de ce Feu, au sein de cette Joie, sans effort, spontanément et naturellement.                       

Alors l’ensemble des Croix de ta tête et de ton cœur, le tétrakihexaèdre, l’octaèdre de ton sacrum, se mettront à se synchroniser et à créer le chant de la délivrance, celui que chanteront la Terre et le ciel au moment adéquat. Et cela tu le vis déjà, en ton regard intérieur.

Nourris-toi de cette Joie, nourris-toi de ce que tu es, c’est la seule nourriture qui soit digne de confiance parce qu’elle ne dépend de rien de ce monde. Cette nourriture est restée intacte, elle ne connaît pas les vicissitudes de ton monde. L’Esprit est là, je te l’ai dit.

Chaque jour de l’Avent qui s’avance, je t’invite à ouvrir une autre porte, jusqu’au moment où tu verras qu’il n’y a jamais eu de portes et que l’accès était grand ouvert. Les portes ne sont que tes projections, celles des habitudes, celles des conditions, celles des souffrances, celles des croyances.

Alors regarde encore plus profondément, le Feu Igné te le permet.

Regarde attentivement et laisse venir à toi ce qui émerge, et ce qui émerge n’est que Paix et Joie, n’est que béatitude, qu’aucune méditation de ce monde, qu’aucune expérience mystique ne peut toucher, quelle que soit son intensité. Car là, il n’y est pas question d’intensité mais de Vérité.                       

Et quand cela est vu et vécu, tout le reste est vu comme ayant eu, certes, une utilité, et représentant  là aussi seulement ce qui est éphémère et ce qui passe.

Chaque jour qui passe en le calendrier de ce temps de la Terre te permet de vivre cette Grâce avec de plus en plus d’aisance, avec une Paix et une Joie qui ne dépendront d’aucune circonstance de ce monde et qui ne peuvent être trahies en aucune façon, qui jamais ne peuvent se tarir ni même s’atténuer. À chaque porte que tu as conceptualisée, à chaque porte que tu as créée et que tu franchiras, tu t’apercevras de l’accroissement inéluctable de cette Joie et de cette Paix, et chaque jour tu t’abandonneras un peu plus, ou de manière foudroyante, à la Vérité.

Ne désespère jamais, même si cela ne t’est pas possible aujourd’hui, même en ces temps de Grâce, je te rappelle qu’il y a l’ultime Grâce, celle de l’Appel de Marie, celle du réveil collectif de l’humanité, celle du choc de l’humanité.

Mais quoi qu’il en soit, quel que soit ce qui est vu ou qui n’est pas vu, persiste de toute façon à regarder à l’intérieur. Je te l’ai dit, la seule clef et la seule solution est là. Plus rien de ce monde ne pourra te rassasier, très bientôt, plus rien de ce monde ne pourra te nourrir, plus rien de ce monde ne pourra maintenir une quelconque illusion. L’éphémère, en toutes ses composantes, s’efface pour laisser libre place à l’Éternité. 

Rappelle-toi que ces mots que tu entends, ces mots que tu lis, ne sont que les cris de ton cœur, non pas des cris de désespoir mais des cris d’allégresse parce qu’il n’a jamais été aussi proche, il n’a jamais été aussi vivant et ne sera jamais aussi perceptible et aussi sensible.

La Lumière te demandera à chaque minute : « Qu’attends-tu, que te faut-il de plus, de quoi as-tu besoin ? ». La Lumière ne souffre plus d’attendre, elle bout, elle brûle, elle jaillit, elle irrigue et elle nourrit.

Regarde, cela se passe en ce moment même.

Quel que soit ton regard extérieur, ton intérieur t’appelle de manière de plus en plus franche.

Pour cela, elle utilise tous les moyens, jusqu’à s’immiscer en ton regard extérieur pour en modifier les aspects et les jeux, afin de te permettre plus aisément de te retourner.

Le marqueur et le témoin de ce retournement, je te le dis, c’est la Joie, la Paix et la tranquillité. Quelle que soit la morsure et la brûlure de l’Amour de ton cœur, quelle que soit son absence, cela ne fait aucune différence. Il y a juste des moments différents pour chacun, qui vont bientôt se conjuguer au même présent, certes, mais c’est justement ce rapprochement et cette approche qui crée l’élan de Liberté, l’élan de Paix, l’élan de Joie, qui est à l’opposé de ce qui se déroule et se déroulera dehors.

Il n’y a pas de jugement, il n’y a pas de châtiment, il y a juste l’authenticité de la Lumière et la Lumière ne juge jamais. Alors ne te juge pas. Ne juge pas ce monde, ne juge pas tes bourreaux, ne juge pas tes amours, ne te juge surtout pas, regarde-toi simplement. Tout le reste est éclairé ou s’éclairera, et cela ne t’importera plus, de toute façon, car tu t’éloigneras de tout jeu, de toute souffrance comme de toute mémoire.
                                       
Ton Cœur Ascensionnel s’élèvera alors jusqu’à la Fontaine de Cristal pour être lavé dans le sang de l’agneau, pour être régénéré et finalisé. Alors tu vogueras là où ta liberté te porte, sans aucune attache, sans avoir besoin de regarder ce qui s’efface et qui est déjà passé.

Alors que ton monde se remplit de Lumière, se remplit de Blancheur et de Feu, seul ce qui est archaïque et qui est déjà mort – et qui ne le sait pas –, doit disparaître par la Grâce de la Lumière, parce que la Lumière efface toute ombre et ce n’est jamais un combat. C’est juste une évidence qui devient réelle et qui est tellement forte qu’elle ne souffre aucune question.

Ne t’attarde pas sur ce qui peut te sembler encore un peu pesant, car la Lumière allège aussi cela, même si tu n’as rien compris, même si tu ne l’as pas vu, même si tu ne l’as pas traversé. Le temps de l’Avent, le temps de la Grâce permet cela. Chaque jour qui passe te donne une occasion de te voir supplémentaire  – de t’alléger –, encore plus grande chaque jour.

Le digne représentant du Feu Igné qui se déploie en toi est le premier Hayot Ha Kodesh, celui de Feu, évoqué à chaque fois que Métatron vient à toi. Tu peux aussi l’invoquer maintenant, il résonnera en toi au Cœur du Cœur et appellera ton regard avec fermeté et douceur en même temps, à te voir, à te regarder.

Ainsi est Vehuiah qui se dépose en ton Cœur du Cœur. Là est la source du Feu Igné apparu sur tes colonnes latérales comme en ta colonne centrale.

Alors se consumera, dans un immense brasier, ce qui a pu t’alourdir. Cet immense brasier consumera aussi avec la même Grâce toutes les fautes, toutes les erreurs de la personne.

Les dragons sont porteurs du Feu de Vehuiah, il t’est d’ailleurs loisible de les voir et de faire appel à eux. Il t’est maintenant aussi loisible de vivre en toi le génie créateur du Feu, le premier Hayot Ha Kodesh, le premier Keroubim. Écoute-le, ce qu’il dit en toi. Entends-le et vis-le.

… Silence...

Telle est l’offrande de ce don de ce temps particulier de la Terre.

Ce don est le don que tu t’es fait aussi à toi-même au travers de ce que tu as vécu, intérieurement comme extérieurement, en toutes ces années où l’Appel de la Lumière t’a tant travaillé, avec des résultats variables bien sûr. Mais aujourd’hui le résultat est le même pour chacun, il n’y a plus de délai, il n’y a plus rien qui vaille la peine. Te maintenir dans l’évidence de la Lumière est prépondérant, de plus en plus intense, de plus en plus brûlant, de plus en plus Amour.

Alors regarde en toi. Ainsi se vit ta résurrection, ainsi sera l’Appel de Marie, ainsi sera ta renaissance en l’Éternité, celle que tu vis déjà, que tu en aies conscience ou pas. Ton inconscient et ton corps le savent à la perfection parce que cela est écrit en eux.

Rappelle-toi, ce n’est pas nouveau. C’est simplement quelque chose qui avait été masqué et caché, et qui est demeuré caché aussi de tes yeux, au plus profond de tes gènes, au plus profond de ta conscience, au plus profond de ton cœur.

Alors la Grâce t’appelle à libérer ton cœur, à être libre, à cette conscience qui ne connaît que la Joie, que la Paix, et que l’Amour.

Alors la voix de ton cœur, que tu entends ou que tu vis, résonne en toi, appelant ton regard encore plus.

La Paix remplit alors tout espace, ne laissant plus la moindre place à ta personne.

Accepte la Joie, accepte la Paix. Tu ne peux pas la créer en ton monde mais tu peux la créer à l’intérieur de toi. Il te suffit de te reconnaître, il te suffit d’accueillir le sacrifice afin que ton sacre soit éclatant de vérité et de justice.

… Silence…

Tous ces mots qui se disent en ton cœur n’auront bientôt plus besoin d’être lus ni écoutés autrement que dans ton cœur ; tu n’auras besoin de rien d’autre.

La Lumière est ton guide infaillible en ces jours.

Aucun plan, aucune carte, aucun plan que tu conçois ne peut t’aider à cela. Il n’y a besoin d’aucune stratégie, d’aucun acte.

C’est cela que tu vois en premier et c’est cela qui te rend libre à nouveau, je dirais.

Alors ta Couronne de Gloire ornera ta tête et ton front. Ton Cœur Sacré sera montré au monde, non pas celui de l’illusion mais au monde de la Vérité.

Le Christ intérieur sera alors flamboyant, comme en les représentations du Sacré-Cœur.

Alors tu pourras dire aussi, toi : « Par le cœur uni de Jésus et de Marie, par les cœurs unis de la Vérité, je suis affranchi et je suis libre. ». C’est ainsi que s’accomplit ta Résurrection, c’est ainsi que s’accomplit l’Ascension de ce monde.

Il y eut un avant, il y eut un après, te montrant et te donnant à voir et à vivre que tu n’es ni de l’avant ni de l’après, mais que tu es de tout temps.

Ainsi te parle ton cœur, ainsi te parle la vraie Vie en l’Unique, ainsi te parle la Joie qui installe la Paix, parce que ce Verbe-là ne fait qu’accompagner la majesté de la Lumière et de l’Amour.

… Silence...

En ce regard intérieur, le chant de l’Appel devient plus pressant.

Chaque jour il frappera à ta porte un peu plus longtemps, un peu plus intensément.

… Silence…

À chaque occasion où tu auras l’occasion, à chaque occasion où tu auras le temps et l’intérêt pour te placer en ce regard intérieur comme nous le faisons en cet instant, tu t’apercevras que ton regard extérieur, quand tu retourneras au monde, ne pourra être qu’un regard de compréhension et d’amour.

Même à l’acmé des événements, tu ne verras plus un météorite qui s’écrase sur terre mais l’Archange Mikaël qui féconde la terre et réveille ceux de tes frères et sœurs qui sont encore endormis.

Même la peur que tu observeras sur ce monde ne sera que les prémices de l’Amour, par changement de regard.

Tout effroi ne sera que momentané. Tu es là aussi pour ça, par ta radiance et ton amour, tu amortis, pour chaque frère et sœur, ce passage.

… Silence…

Chaque jour aussi, en cette période de l’Avent, selon les déplacements de ta conscience, depuis le cœur jusqu’à l’extérieur ou de l’extérieur jusqu’au cœur, tu deviendras de plus en plus affermi à ton cœur et de moins en moins tenu par l’éphémère, que ce soit l’éphémère de ton corps, l’éphémère des relations, l’éphémère des habitudes ou encore de tes joies éphémères.

La Joie intérieure et la Paix balaient tout ce qui n’est pas Joie et Paix.

N’aie aucune inquiétude.

Aucune de tes pensées ni aucune de tes compréhensions ne pourra égaler la perfection de la Lumière en son action et en ses effets. Cela te sera montré, de plus en plus, par tes simples changements de regard. 

Alors ton Lemniscate sacré s’embrasera par les piliers du Feu Igné latéraux et te fera rejoindre la Fontaine de Cristal, là où ton sang sera lavé, là où Marie t’appellera, et là où rien de ce qui est faux ne pourra demeurer, ne serait-ce qu’un souffle.

Tu seras toi-même le Feu, tu seras toi-même l’ensemble des multivers, tu seras toi-même ce néant, tu seras toi-même l’atome et la source de toutes les lumières. Tu seras toutes les Flammes de Vie.

Ainsi est l’Amour, ainsi est le Feu, ainsi est la Lumière.

Tout sera pardonné, tout sera régénéré en un autre état, peut-être en une autre forme, car chacun a sa demeure d’Éternité.

Et cela, tu peux l’être dès maintenant, tu n’as pas besoin d’attendre le Lemniscate sacré collectif et l’arrêt de la Terre pour cela.

La Résurrection t’est offerte, parce que cela est le don de la Grâce. Que tu en aies vécu les prémices ou les étapes ne fera aucune différence.

… Silence…

Alors, depuis ton cœur, tous ensemble, que ce soit aujourd’hui, que ce soit demain, que ce soit dans une semaine, où que tu sois sur la planète, il n’y a plus de temps. Alors oui, tous ensemble, en ce moment, le Feu Igné se déploie jusqu’à la Fontaine de Cristal afin que l’eau vive de la Résurrection, l’Eau de Vie, se communie entre chacun de nous.

Il n’y a pas de distance, il n’y a pas de jour, il n’y a personne, il n’y a que ça qui est tellement tout.

Te faisant découvrir, en cette communion, ce que tu es, au cœur de l’Impersonnel, au cœur de la Vérité. Et chaque jour, à chaque instant, où que tu sois, la même communion – qui est fusion –, se vit.

… Silence…                           

Regarde. Vois et vis. Tu es la Voie, tu es la Vérité, tu es la Vie.

… Silence…

Chaque minute de ce temps de la Terre est, si tu le souhaites, le même Feu et la même communion, la même fusion.

Cela est dedans, en ton temple, au Cœur du Cœur.

Et cela est de suite, ne souffrant aucun délai, abolissant toujours plus le temps et l’espace.

… Silence...

Alors le Christ t’apportera le baptême de l’Esprit qui n’est rien d’autre que notre communion, mais où la Joie, au-delà de la Paix, sera remplie d’allégresse et de gratitude. Le Chœur des Anges accompagnera cela, tout sera régénéré.

… Silence...

Ainsi donc s’achève. En ce jour de l’Avent, ce que  tu pourras lire ou entendre de moi, tu ne le trouveras dorénavant qu’en ton Cœur du Cœur. Tu y trouveras le même Feu, les mêmes mots en toutes les langues, la même vérité.

Si cela te semble par moments encore éloigné de toi, alors tu peux te réécouter toi-même, te réentendre toi-même en ce que je t’ai livré, et tu te trouveras.               

Au fur et à mesure que tu installeras ton regard intérieur, le « Veillez et priez » que t’a dit le Christ – et demandé –, t’apparaîtra comme la seule logique évidente, la seule façon de rendre grâce et témoignage de l’œuvre de Lumière et de ta Vérité.

De chaque Cœur à chaque Cœur, le même Feu. De chaque Cœur à chaque Cœur, la même Joie.

… Silence...

En la Grâce du Feu Igné, ton cœur te bénit et la Grâce se déploie.

… Silence…

Alors je te bénis encore en le Feu du Cœur.

… Silence...

Au nom de la Nouvelle Alliance, au nom de la Nouvelle Eucharistie, depuis ton Cœur, je décrète ta Liberté, je décrète la Joie éternelle.

… Silence...

Il est temps maintenant que je me taise et que tu regardes en le Silence et en la Paix, en ce que tu vis.

Je te salue, je te bénis, et à toujours, en l’Éternité de l’Amour.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Donnez votre avis dans le respect et la simplicité s'il vous plait. Spams et trolls seront effacés. Merci.