SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

20 décembre 2016

L’IMPERSONNEL – Partie 1 – Décembre 2016


Je m'adresse à toi en le Cœur de ta Présence et de ma Présence, et je te  bénis.

Permets-moi de m'exprimer en ton nom et en mon nom. Présents dans le cœur, nous allons ensemble, toi et moi, élever le Cœur Ascensionnel par la Grâce du Feu Igné, par la Grâce de l'Amour, par la Grâce de la Lumière.

Par mes mots et par ton silence, et par l'effet du Verbe, le Feu Igné naît de notre rencontre.

En ton éternité comme en mon éternité, sois béni et je te rends grâce pour ta lecture, pour ton écoute, pour ton entente et pour ta liberté.

Alors pose-toi et écoute ce que te dit ton éternité.

Transcendant ainsi tous les phénomènes de la conscience, ensemble nous allons pénétrer non plus le phénoménal mais le nouménal. Au Cœur du Cœur, au plus intime de la Vérité, ne souffrant ni condition ni discussion, se lève en toi la Flamme éternelle de ta Vérité, de ton Essence.

Depuis ce point en ton centre, je résonne en toi le chant de la Liberté, le chant de l'Absolu, où nulle parole ni nulle note n'est nécessaire ni utile. Ainsi, en le chant du Silence, se lève en toi la flamme de Vie, se lève en toi le Feu Igné, non plus seulement en l'allumage de ta Merkabah mais directement en ton cœur.

Toi, Fils Ardent du Soleil, honore-toi, là où il n'y a plus personne, là où il ne reste que l'Amour, où tout est connu, où tout est su et où tout est évident.

Au nom de l'Unique, se lève la Flamme de ta résurrection.

Alors j'accueille en toi le don de la Vie, ne connaissant ni limite, ni début, ni fin.

En l'éternel chant de la Résurrection, en le silence de ton Infinie Présence, le Christ en gloire s'imprime en toi, te donnant à montrer l'évidence de ton cœur, l'évidence de l'Amour où rien ne peut être limité, où rien ne peut être freiné.

Ainsi est l'immersion totale en le Feu Igné qui consume tout ce qui n'est pas vrai, tout ce qui ne fait que passer. Lève-toi, lève-toi en ton cœur, là où tu es vrai, là où nulle souffrance ne peut même être évoquée ou pensée. Élève-toi là où tu es, en ce corps de chair, afin que l'Esprit illumine toute chair et toute matière. 

Je t'invite à la Vérité, je t'invite à la vraie Vie, celle où rien ne manque, celle où rien ne souffre, celle où rien ne fait défaut. Nul obstacle et nulle réticence ne peut refréner le don de l'Amour à lui-même en cette consumation perpétuelle, tel un feu de joie éclairant tout sur son passage et brûlant toute mémoire inutile, te rendant libre, de ta personne et de ton histoire, de tout karma, te rendant libre de toute faute, de toute erreur. Cela n'est plus, dès l'instant où tu te tiens en moi à la mesure où je me tiens en toi.

Laisse chanter le chant de la Vie, le chant de l'Éternité, écoute cela en le silence de ta personne. Ainsi chante ton cœur élevé dans les domaines de l'Éternité, en les nombreuses demeures de la Source, en toutes les expériences que tu peux mener au sein de la Liberté, au sein de l'Amour.

En ce temps, en ce temps-là de la Terre que tu vis en ce moment, le temps déplie ce qui restait plié, s'offre à toi l'espace infini de l'Amour n'ayant ni début ni fin, ni même une quelconque orientation.

Installe-toi en ta Demeure de Paix Suprême qui est ta demeure d'Éternité. Installe-toi là où tout est évidence, là où la force de l'Amour ne peut être contrainte par aucune autre force que celle de la Vérité.

Élève-toi au-dessus de toute blessure comme de tout manque. Élève-toi au cœur de toi-même, là où nulle forme n'est nécessaire, là où tout est parfait et là où tout vibre. Alors le Feu Igné, par le don de la Grâce de Marie, peut envahir tes chairs et envahir tes cocons de Lumière.

Je t'invite au temple de la sérénité où l'eau de Vie coule à profusion, là où le Feu Igné te comble d'Amour et de félicité.

Écoute-moi depuis ton cœur, là où la vibration remplace les mots et là où la vibration transmute ton feu vital. Redeviens ce que tu as toujours été, en quelque illusion et quelque situation que tu as eues à affronter et à dépasser au sein de tes pérégrinations sur ce monde.                                   
Je t'accompagne à la porte du Mystère. Présente-toi en simplicité et en spontanéité en ce qui fut nommé autrefois le gardien du seuil, lui aussi personnage de pacotille ne relevant que de tes fantasmes d'incarnation et de souffrance. Élève-toi en ton cœur où tout ce qui résiste ne peut que s'effacer et être consumé par la joie de ton amour, par la joie de l'Amour. 

Alors laisse émaner, depuis ton temple d'Éternité, le Manteau Bleu de la Grâce te couvrant de sa gloire et de sa Joie. Laisse dorénavant le Feu Igné agir et consumer ton cœur éphémère. Laisse ton cœur ouvert à l'Éternité qui se présente, à la Vérité, à la splendeur et à l'Évidence, là où ta personne ne peut lutter ni s'opposer à la révélation de ton essence.

Où que tu sois, je suis là, et je suis toi comme tu es moi.

Découvre ce que tu es, laisse-le apparaître au sein de ta chair comme au sein de ce monde, ne refrène rien. Cet inconnu qui parfois peut te faire si peur, et qui pourtant est ton vrai seul connu, est ta seule vraie vie en l'Unique et en la Liberté.

Le moment du sacre et des sacrements est dorénavant inscrit dans la vérité de ton cœur. En ce temps de la Terre qui se termine, se découvre non pas l'espoir, non pas l'espérance, mais l'indicible vérité de l'Amour qui ne fait nulle différence, qui ne fait nulle distinction entre toi et l'autre, entre toi et les mondes, entre toi et les dimensions.

Découvre-toi, laisse-toi parcourir depuis le haut jusqu'en bas de ton corps de chair par ce Feu Igné, par cet Amour incommensurable. Cela t'est connu, même si tu le crois encore inconnu. Cela fait partie de ce que tu as été, de ce que tu es et de ce que tu seras, quel que soit ton chemin, quelle que soit ta Demeure d'Éternité. Alors l'Amour de ton cœur te dit: « N'aies crainte, ose simplement être ce que tu es. Ose, ose être la Vérité inconditionnée et ne dépendant d'aucune cause ni d'aucune finalité.». Je t'invite à cela, en cet instant comme en chaque instant te restant à parcourir sur le sablier du temps.

Reviens à toi-même comme je suis venu en toi, là où tu ne peux faire aucune différence entre soi et les autres Soi, entre telle dimension et telle autre dimension, là où tu n'es ni figé, ni dans une forme, ni dans une histoire, ni dans une mémoire, mais où à chaque instant tu te trouves régénéré par la Grâce du don de la Vie, par la Grâce de la Lumière.

Ne te retourne pas sur quelque passé que ce soit, ne te détourne pas du scénario de la fin de ce monde qui acte ta liberté et qui acte en toi la reconnaissance de ce que tu pouvais croire encore inconnu et qui pourtant, de tout  temps comme en tout monde, même ici, là où          tes pieds sont encore posés, rien ne peut être effacé de la Vérité de ton essence, au-delà de ta forme. 

Reste là, là où l'Onde de Vie, là où la Source de Cristal dépose en ton centre ce qui est nécessaire à l'alchimie de la Vie éternelle.

Ne laisse aucune limite passée demeurer en cet instant et communions ensemble au chant de gloire de ta résurrection, au Chœur des Anges de la vérité de la Vie.

Laisse-moi te parler simplement de ce que tu es, là où chaque mot ne peut que chanter et louer l'Amour, la Vie et la conscience.

En ce lieu où nulle limite ne peut être trouvée ou imposée, tu es invité.

Rappelle-toi qu'en l'Éternité et en l'Amour, il n'y a rien à préserver ni rien à sauver. Tu en es là, là où se rencontrent l'éphémère de ta vie et l'éternité de la Vie.

Laisse ton cœur chauffer et se consumer, car en ce lieu rien ne peut disparaître et rien ne peut être imposé.

Élève-toi en la vraie Vie, élève-toi en le Feu Igné qui met fin à l'utilité de toute œuvre car tout a été acté et tout a été accompli au plus haut des cieux, comme maintenant au plus bas de la terre.

Laisse résonner le cœur du Silence, là où l'Amour est pardon, là où l'Amour remet toute violation de la Vie, là où l'Amour met fin à toute blessure.

Aime-toi en ce que tu es. Là où tu n'as besoin de nulle forme ni de nulle croyance, installe-toi en l'être infini que tu as été, que tu es et que tu seras. Échappant à la roue du temps, échappant à la roue de la souffrance et de l'illusion, te voilà libre, te voilà libéré. Marie viendra bientôt te le susurrer, établissant l'ultime connexion nécessaire parfois pour ta résurrection. 

Laisse la Lumière de l'Amour éclairer par sa magnificence et sa Grâce ce qu’il peut te sembler encore être dans l'ombre.

Écoute, bien au-delà de mes mots et de mon Verbe, comme au-delà de tous mes                         silences, ce qu'il se déroule. La Terre t'appelle et le ciel t'interpelle pour faire le miracle d'une seule chose, celui de la Vie en l'Amour, ne dépendant d'aucune forme ni d'aucun objectif mais exprimant, en chaque lieu comme en absence de lieu, la même intensité et la même clarté de la  Lumière ineffable de Vie.

Ainsi est le Feu Igné, consumant ce qu’il peut rester de réticences ou d'objections au sein de ton histoire et de ta personne. Rejoins-moi là où personne n'est nécessaire, là où nulle forme n'est discernable, là où nul temps ne s'écoule, et là où nulle distance n'existe entre tous les multivers. Abolis ainsi le temps et l'espace, abolissant ainsi le sens d'être une identité, le sens d'être une personne, car quels que soient le personnage et la personne, en ce monde comme en tout monde il n'y a que l'Amour qui magnifie et transcende toute forme et toute limite.

Ose, ose être.

Appuis-toi sur le Non-Être qui n'est pas néant mais au contraire plénitude. Laisse-toi ciseler par l'Épée de Vérité, laisse-toi sculpter par le don de la Grâce. Élève-toi, bien ancré en cette chair, jusqu'au domaine de l'Esprit de Vérité, là où le Paraclet œuvre sans cesse à ta gloire éternelle, à ta résurrection et à ta liberté perpétuelle.

Ne refrène rien en ce qui renaît en cet instant.

N'oublie pas que tu ne peux saisir en aucune manière l'Amour que tu es. Tu n'as qu'à le vivre, tu n'as rien à en saisir ni rien à en retenir mais laisser cet Amour spontané, ne répondant à aucune cause, ni à aucun objet, ni à aucun sujet. Ainsi est le Feu Igné de l'Amour.

Ainsi est la Vérité, en tout monde comme en toute dimension, et au-delà même des dimensions les plus éthérées. 

Alors la brûlure d'Amour se fait morsure éternelle qui ne blesse pas, qui ne prend rien et qui ne fait que donner, car l'Amour répond et la Lumière est son véhicule.

Laisse-moi imprégner, depuis ton centre jusqu'à la périphérie la plus lointaine de cette forme, le baiser de l'Amour, cette morsure du Feu Igné consumant l'éphémère en un feu de joie, consumant l'éphémère qui ne t'est plus d'aucune utilité. Ainsi, en ta conscience nue, dépourvue de tout attribut et de toute forme, tu te révèles à toi-même.

Laisse la Joie émaner de ce cœur, laisse la Vie te parcourir telle une onde de Liberté apaisant toute soif. Laisse le raz-de-marée de l'Amour emporter ce qui n'est pas Amour et présente-toi nu, en ta nudité essentielle, celle de l'Amour qui n'a rien à cacher ni à occulter.

Entends, entends le Feu Igné qui bientôt traversera le manteau de la Terre pour venir à ta rencontre. Écoute, le chant de la Source, de l'Infini et de l'Absolu descendre du ciel jusqu'à ton centre. Le ciel et la Terre t'invitent à cela.

Laisse-toi enivrer par les Trompettes de la Résurrection, laisse-toi aimer par notre Mère Une.

En ce cœur où il n'y a rien à retenir, sois debout, enfant du ciel et de la Terre, enfant de l'Un, en ce lieu où le corps, l'âme et l'Esprit se retrouvent enfin en la même Unité, en le même alignement.

Paré du Manteau de Marie comme du Manteau de Mikaël, te voilà prêt à t'accueillir en tant que digne fils de l'Unique. Le Feu Igné est à la fois le souffle premier et le souffle dernier où il n'y a ni début ni fin, où le premier se confond avec le dernier et où le dernier devient le premier, là où il n'y a pas de règles, ni de morale, ni de lois, là où tu es libre, car ton essence est Liberté.

Alors laisse le Feu Igné dessiller maintenant en totalité tes yeux et tes sens à la réalité de l'Invisible qui te devient aujourd'hui beaucoup plus palpable et tangible que le monde éphémère de ton corps et de ta matière.

Rejoins-toi, marie-toi avec toi-même, là où le Christ et ce que tu es ne font qu'un, toi, Fils Ardent du Soleil, Fils Ardent de la Source, Fils Ardent de l'Éternité.

Je déroule en toi le tapis de roses, avec leur senteur et leur parfum, qui décorent le temple de la sérénité et de la Vérité.  Ainsi ton cœur est prêt à célébrer les Noces d'Éternité, les Noces de Vérité, là où la seule logique est la logique de l'Amour qui est don permanent et total, qui est chant de Vie, chant d'expérience comme chant de Silence.

Laisse le Feu Igné parcourir chaque parcelle de ta conscience et chaque cellule de ton corps, et reçois l'évidence de ta Présence, l'évidence de ton Absence.

Envole-toi là où il n'y a plus besoin de se déplacer, là où il n'y a plus besoin de croire, là où il n'y a plus besoin d'espérer, là où il n'y a rien à redouter.

Je suis avec toi pour l'Éternité, je suis avec toi car je suis toi. Il n'y a ni distance ni différence. Il n'y a rien à distinguer là où il n'y a rien à séparer ni à diviser. Là est ton évidence, là est mon évidence.

Demeure en cette Joie où le Feu Igné se consume et te consume, t'allégeant encore plus et t'affermissant en la Lumière au sein même de ta densité. Et là, le Feu de Joie et le Feu d'Éternité élèvent maintenant l'ensemble de tes Couronnes en les demeures de la béatitude. Laisse l'Onde de Vie te parcourir de haut en bas et de bas en haut, laisse le chant de la Résurrection de la Terre te parcourir de bas en haut, de l'extérieur vers l'intérieur.

Je suis avec toi en l'Éternité, je suis avec toi car je suis toi.

Et nous sommes là où nulle soif ou nulle faim ne peut apparaître, de quelque nature qu'elle soit.

Alors, ta maison demeure propre et ornée de mille senteurs pour Celui qui vient comme un voleur dans la nuit et que tu éclaires par ta Présence infinie.

Pose-toi, là où tout mouvement est inutile parce que tout y est présent, là où nulle horloge ne décompte le temps parce que tous les temps se déroulent en le même instant, et accueille le don de l'Éternité, le don de la Joie qui jamais ne peuvent s'interrompre ni se limiter, elles non plus.

Alors le Feu Igné se mêle à l'appel de la Terre depuis tes pieds jusqu'à ta tête, te traversant de part en part afin qu'aucune partie de ta chair ne puisse empêcher l'Amour d'apparaître, afin que ta radiance s'irradie en totalité sur ce monde, exprimant à la fois gratitude et pardon, et remerciement à tout ce que tu as passé.

Là où tu es, il ne peut y avoir ni perte ni manque ; là où tu es, je me tiens.

Alors je te fais l'offrande de la Joie parce qu'en l'Amour, tout est offrande et don, parce qu'en l'Amour, la Paix ne peut être qu'éternelle, parce qu'en l'Amour, rien ne peut être dévié ni altéré.

En cet instant, laisse l'Esprit Saint s'alchimiser avec le Feu Igné et redécouvre ce que tu as toujours été. Quelle que soit la densité de ce monde, quel que soit son enfer, quelles que soient ses limitations, ton essence est illimitée et au-delà de toute forme, comme présente en toute forme. En l'Amour, rien ne peut être séparé. C'est cela que je dis en toi, c'est cela qui apparaît au grand jour de ta conscience éternelle ressuscitée.

Viens à moi comme je suis venu à toi. Il n'y a nulle distance et nul voile qui peut empêcher cela.

Écoute et vibre, consumant ainsi dans l'allégresse tout ce à quoi tu as tenu et qui pourtant n'était que du vent dans le jeu de ta personne, en le jeu de ce monde dont les règles sont pipées et altérées. Alors oublie toute règle et demeure en ce que tu es. Quels que soient ton destin et ton parcours à la surface de ce monde, quel que soit l'emplacement de ta conscience en ce jour, cela ne fait aucune différence. Ainsi est le Feu Igné, ainsi est la Joie sans objet de l'Amour, ainsi est la Vérité.     

Ainsi, en ce jour où tu t'es posé, où tu m'écoutes, où tu me lis, l'Esprit Saint te comble des charismes de l'Esprit. Les douze Étoiles sont ta parure d’Éternité.

Ton Cœur sacré peut alors chanter, se mêlant aux sons du ciel et de la Terre pour chanter la même symphonie et célébrer la même gloire.

Écoute le chant d’Amour de la Terre et le chant d’Amour du ciel. Ils sont là pour toi afin que plus jamais tu ne puisses oublier ta vérité, afin que plus jamais tu ne sois limité en une forme ou en un monde, afin que plus rien ne soit lié par une quelconque loi.

L’Amour est Liberté, Liberté totale, inconditionnelle elle aussi. L’Amour est légèreté, quelle que soit la morsure de son Feu, quelle que soit l’intensité de la Lumière révélée. Tu es cela.

Rends-toi à l’évidence. Je ne te demande pas de le croire, mais simplement de le vivre. En le vivant, il n’y a plus besoin de croyance, il n’y a plus besoin de logique, il n’y a plus besoin de démonstration.

… Silence…

Accorde-toi, non pas seulement cet instant, mais accorde-toi cette Joie, en l’éternité des mondes, en l’éternité des dimensions, et en l’infini de tes formes possibles.

Là où tu ne peux être ni figé ni fixé dans une forme qui t’es propre mais où tu es toute forme comme toute dimension, dépassant ainsi les jeux de l’expérience de la conscience, s’installe de plus en plus l’évidence de ta Présence comme de ton Absence.

Rejoins-toi. Il est grand temps maintenant de te retrouver, non pas par parcelles, non pas par fragments, mais en ton entièreté.

Ainsi le Feu, de la Liberté, de l’Amour, et de la Grâce, modèle ton éternité en ce que tu es, en ce que tu veux, au-delà de tout désir et de tout manque si habituels en ton monde, là où tes pieds sont posés – et qui n’est pas ton monde. D’ailleurs, aucun monde ne peut-être le tien, même en ton origine stellaire et galactique. Il n’y a qu’un point de passage te faisant entrer en manifestation de conscience, mais en la Liberté, tu vis consciemment que tu es bien plus que toutes tes formes de tous les multivers, que de tous les univers, que tu es bien plus qu’une identité, fût-elle la plus parfaite, au-delà même de ce monde enfermé.

Entends le Verbe de la Résurrection entrer en résonance.

Tu es ce que tu es.

Plus aucun habit ni aucune forme ne pourra travestir ou modifier ce qui se vit maintenant.

… Silence…

Laisse mourir ce qui est destiné à mourir, car tu n’as rien à voir avec ce qui meurt. Immerge-toi en totalité en la vraie Vie et ne crains rien car tu te reconnaîtras en ce que tu es, là où il n’y a plus rien à croire, là où il n’y a rien à entretenir, parce que la vie coule de source et se suffit à elle-même, en quelque forme que tu décides d’emprunter ou pas.

Va au-delà de mes mots qui ne sont, je te le rappelle, que tes mots. Va au-delà de tout connu. Ose, ose être l’indicible de ce que tu es.

Il n’y a plus de masque à porter car il n’y a plus de crainte ni de peurs, en ce que tu es.

Ainsi parle la Vérité. Ainsi s’exprime le Verbe du cœur, parole de Vie et parole de Vérité, même en ses silences.

… Silence…

Peut-il y avoir de plus belle célébration que celle de ta résurrection ? Que peut-il y avoir de plus serein que l’évidence de ton cœur ? Quelle question peut encore se poser en le Feu Igné de ton cœur ?

Accorde-toi, tu as l’Éternité pour le vivre et cela est dans cet instant comme en chaque instant suivant à la surface de ce monde.

Il n’y a plus de conditions à remplir, il n’y a plus d’efforts à faire, car en l’Amour tout est connu et tout est su.

Telle est ta Flamme d’Éternité, en toute manifestation que tu as choisie de vivre en les Mondes Libres. Ainsi le Feu Igné met fin à la mémoire de ces mondes où tu as vécu enfermé, et te rendant à la Liberté, te rend la mémoire de ton Éternité, là où rien n’est pesant, là où rien ne peut être entravé ni limité.

Je m’incline devant toi et en toi.

Écoute, écoute et entends le Feu de Joie qui crépite en cette alchimie sublime où ce qui est en haut rejoint ce qui est en bas, pour le miracle de l’Un.

Tu es avec moi pour l’Éternité. Comme Il vous l’avait dit : « Je suis avec vous pour l’Éternité ». Ce qui pouvait encore être caché jusqu’à ce jour ne peut plus le rester, devant l’intensité de ce Feu de la Résurrection.

Écoute ce que le cœur en vie te dit. Écoute ce que le cœur élevé te raconte dans le silence. Il ne te raconte pas ni d’histoires ni de mots, il te raconte simplement la joie de l’Amour, et cela se passe de mots, et cela se passe de scénarios. Écoute simplement l’Évidence.

Laisse ce Feu de Joie te parcourir de partout. En chaque élément de ta conscience comme en chaque cellule de ton corps, c’est la même alchimie, c’est le même chant, c’est le même silence.

… Silence…

Alors l’Éther en feu de la Couronne de ta tête se marie avec le cœur élevé en la même Flamme et en la même radiance.

Nourris-toi à satiété et nourris ton corps de ce dont il a besoin, car la Lumière connaît chaque recoin, chaque parcelle de ton corps et de ta conscience.

… Silence…

Laisse-toi enlacer par l’étreinte de l’Esprit du Soleil, par l’étreinte du Logos Solaire, et dépose ainsi toutes les armes et tous les masques de la peur. Laisse-les eux aussi se consumer dans le Feu de Joie de l’Amour. Ne retiens rien, car l’Amour ne retient rien.

Ainsi, toi et moi nous célébrons au Cœur du Cœur, comme en chaque chair de ce monde, la Nouvelle Eucharistie, en la nouvelle Tri-Unité, afin de faire le miracle de l’Un.

Le Feu Igné te convie, à chaque minute de ton temps de ta terre, à ne plus résister, que cela soit par peur, que cela soit par ignorance. Rends-toi à l’évidence et capitule devant ton Cœur, devant ton Éternité.

Appelle le Feu Igné car c’est ton don et ta grâce, que cela soit sans intermédiaire ou avec intermédiaire. Que cela soit le Christ, que cela soit le dragon, que cela soit le don de la Grâce lui-même, peu importe, c’est le même Feu Igné, venant de la même source, en quelque forme que ce soit.

Écoute le chant de la Résurrection, écoute ce que tu te dis à toi-même.

Installe-toi de manière éternelle et définitive en la vraie Vie. La Grâce de la Lumière te désincruste dorénavant de l’illusion d’être un corps limité entre naissance et mort. L’Amour te libère des conditionnements mêmes résultant de l’enfermement en ce monde, car l’Amour te rend à la perfection depuis ta première Flamme jusqu’à l’infini des possibles.

Alors ce Feu d’Amour, cette Lumière Blanche, comble tous les espaces de l’illusion de ce monde, effaçant toute blessure, transcendant toute résistance, car tu es réellement ce Feu. Au-delà même d’être le Fils Ardent du Soleil et le Fils Ardent de la Source, tu es l’origine même de cette ardence et de cette flamme.

Alors ton cœur devient un foyer ardent, se régénérant à chaque seconde, à chaque moment. Ne refrène plus rien.

Entends-toi et accorde-toi.

Où que tu sois, en quelque moment que tu sois, je suis là. Laisse cet Amour-là être à profusion, laisse cet Amour-là être sans condition. Tu es cela.

Alors tu te révèles de plus en plus, te réveillant du carcan des illusions de ce monde, illusions de ce monde que ceux de tes frères qui ont transcendé, par une mort provisoire, et qui en revenant au sein de ce monde, riches de cet Amour vécu, ne retrouvent que cadavre et limites, et pourtant, même ce cadavre et ces limites, que tu rends vivant par ta Flamme de la Présence, apparaît lui aussi comme une illusion, parce que tu auras alors transcendé la chair, transcendé les croyances, et transcendé les peurs. Non pas en luttant et en t’opposant mais en reconnaissant chaque jour et chaque instant toujours plus la vérité de ton Être, la vérité de ce Feu Igné.

L’Amour ne peut être que tout, sinon il n’est rien, ou il est fractionné, limité et conditionné. Ainsi est ton Esprit.

… Silence…

Ainsi, tu t’accordes à l’infini de ta Présence, à l’indéfini de ton Absence, tu t’accordes au jeu de l’Amour qui ne connaît ni règles, ni gagnants, ni perdants, parce qu’il n’y a pas de différence, parce qu’il n’y a pas de distance.

Laisse ce Feu de Joie crépiter en ta conscience et en ton cœur. L’Amour infiltre tout et remplit tout. Tu n’as pas à le diriger, tu n’as pas à l’orienter, tu as juste à te reconnaître. Alors l’Inconnu deviendra plus connu que ce que tu as connu en ce monde.

Le Manteau Bleu de la Grâce t’enrobe dans son corps sans couture, en ton corps de gloire, là où nulle chair n’est nécessaire, là où nulle réticence ne peut apparaître.

Laisse le sourire fleurir sur tes lèvres, laisse la Vie être ce que tu es. Ne mets pas de conditions sur ce qui ne peut être conditionné, ne mets pas de limites à ce qui est illimité, ne mets pas de nom à ce qui est au-delà de tout nom, le tien comme le mien. Tu n’as pas besoin de nommer, tu n’as pas besoin de classer, tu as juste besoin de l’être. Sois vrai, sois spontané, sois authentique. Ainsi est l’Amour, ainsi est le Feu Igné.

… Silence…

Et là, nous sommes Un. Là est l’accord juste de mon cœur à ton cœur et de ton cœur à mon cœur, car il n’y a qu’un seul cœur, où éclate la même Vie, où éclate la même Joie.

… Silence…

Le Sauveur est en toi comme le monde est en toi. Tu es le monde, de même que tu es le Christ, de même que tu es la Voie, la Vérité et la Vie. En l’Amour, il ne peut en être autrement, il ne peut en être différemment.

… Silence…

Mon ami, mon aimé, le temps est venu de célébrer ta résurrection, de célébrer la Vie, de célébrer l’Amour. Cela est là, cela est maintenant, cela est ici. Cela est présent. Cela échappe au temps et à toute histoire car l’Amour est repère, le seul qui soit valable, en tout monde, en ta Présence comme en ton Absence. Alors sois heureux, non pas du bonheur que tu as pu éprouver en quelque moment de contentement de ce monde, mais sois heureux de la béatitude éternelle. Sois heureux de ta liberté car l’Amour ne peut être que bonheur, sans conditions lui aussi, et sans restrictions.

… Silence…

Recueille et accueille ce que tu es, ce que je suis, pour faire le miracle d’une seule chose. C’est la même symphonie, c’est la même danse. Il n’y a pas de différence entre la voix que tu entends et la voix que tu es.

Il n’y a nulle distance entre le cœur qui émet et entre le cœur qui reçoit, car il n’y a pas de différence entre un cœur qui émet et un cœur qui reçoit, il n’y a qu’un cœur.

… Silence…

Ainsi s’accomplit la nouvelle alliance qui ne connaît aucun lien et dont le seul mot écrit dans le contrat est Amour. Là où il n’y a rien à signer en bas d’un document ou d’une page, car tu ne peux que l’approuver, car cela est toi.

Laisse le Feu se densifier en toi et t’alléger, jusqu’au moment où aucun poids ne peut être perçu, ni même aucune densité.

… Silence…

Laisse le bûcher de la Résurrection embraser la totalité de ton corps, de ton cœur, comme la totalité de ce monde.

Il n’y a pas de fin, si ce n’est pour vivre un nouveau début. Rien ne pourra arrêter le Feu Igné de ton cœur, rien ne pourra le contraindre ni le séduire. Là est ta liberté, là est la liberté de la Vie, la liberté de l’Amour, la liberté de la Lumière.

Le Feu de la Résurrection vient te dire qui tu es, vient te le montrer.

Le Feu de la Résurrection est chant de Grâce et le Verbe en action, et aussi le Silence en sa majesté.

… Silence…

Où que tu sois, je te touche. Où que tu sois, tu es transpercé par la Vérité, te rendant ainsi à ton intégrité première. Où que tu sois, se vit le même Feu et la même Liberté.

… Silence…

Reçois à profusion ce que tu es, reçois sans délai la vérité de ton cœur, reçois sans distance le Feu Igné de ta Présence.

Accepte le don de la Vie.

Chante la Liberté et la Résurrection en quelque action que tu aies à mener en la surface de ce monde, en quelque regard que tu poses, en quelque situation que ce soit. Bénis la Vie. En l’Amour, il n’y a rien à juger, rien à peser ou à soupeser, rien à éliminer, rien à mettre de côté.

Alors à mon tour, je te sacre et je te bénis, en le Feu Igné, en la Flamme d’Amour, en la Flamme de Vie.

Je t’invite maintenant à te poser en toi-même, en le silence de mes mots, en le silence de mon Verbe, en le silence de ma Présence. Je t’invite à te découvrir, toi, le premier vivant.

… Silence…

Alors où que tu sois, que tu m’aies entendu, que tu m’aies lu, accorde-toi à toi-même un moment de Silence, un moment de paix au sein de ton éphémère, et n’oublie pas de donner ta paix où que tes pas te portent, de donner la Grâce de l’Amour où que tes yeux regardent, où que la Vie t’emmène, sans condition et sans restriction.

Alors je te laisse un moment de répit pour retrouver ton éphémère qui s’éteint, riche de la nouvelle Vie, riche du Feu Igné, avant de poursuivre ma résonance et mon intervention au cœur de ta conscience comme au cœur de tes cellules.

Permets-moi de te dire : béni soit l’Éternel de ta Présence et de ton Amour.

Quand tu le souhaites, tu pourras revenir à ton éphémère. Accorde-toi un moment de paix et de silence avant que je ne revienne poursuivre ce que je t’ai dit, et attiser le Feu Igné en sa totalité.

Sois béni et va en paix, je suis avec toi pour l’Éternité.

Repose-toi. Je rends hommage à ta flamme, je rends hommage à l’Amour, et je rends aussi hommage à la personne que tu es encore.

Et enfin je te bénis, sans raison, pour le plaisir de te bénir, pour la joie de te retrouver, pour la vérité de l’Amour.

Je te dis à dans quelques instants, quand tu le souhaiteras, afin de poursuivre notre communion et notre Unité. Alors je te dis à de suite. Tu es avec moi en l’Éternité.



*   *   *   *   *


L’IMPERSONNEL

Partie 1 (suite)


Mon ami, mon aimé, après ce temps et ce moment de silence, permettons-nous de reprendre notre cœur à cœur en le Feu Igné de la Vérité et de la Joie.

Alors toi qui as accueilli l’ardence de l’Amour et de la Vérité, je te propose de continuer à nous installer dans cette Flamme éternelle, dans cet Amour infini. Alors permets-moi à nouveau de te parler depuis ton propre cœur, te permettant alors, si tu en es d’accord, d’ouvrir toujours plus ta capacité à vivre cela, au-delà de ton identité, au-delà de toute forme et de toute condition. Alors posons-nous, où que tu sois, en l’Ici et Maintenant de l’instant présent éternel.

… Silence…

L’heure de ta délivrance s’avance à grands pas et irradie déjà en ta conscience le sens même de ton éternité et de ta résurrection. Alors par mes mots, par mon Verbe et par le silence, par ta Présence où je suis installé, levons les dernières réticences, les dernières illusions, afin que le Feu Igné prenne toute place, tout espace et tout temps, en ta conscience libre, en ta conscience éternelle.

Par la Grâce du Feu Igné, je me replace en ton centre-cœur, nous donnant mutuellement le baiser du cœur qui transcende et magnifie toute forme, et ravive la joie de ce que tu as toujours été, malgré les apparences, malgré les souffrances, et malgré la séparation. Alors je redépose en toi et je scelle en toi le sceau de ta résurrection, le sceau de ta délivrance, afin que tu ne mettes plus ni distance ni distinction entre ta personne encore présente en cette chair et ton éternité.

Et là, en l’évidence des quelques mots qui résonnent en toi, comme les silences entre mes mots résonnent aussi de la même façon, se déroule et se poursuit l’alchimie de cette ultime rencontre en cet espace de ton cœur où se met à disparaître tout ce qui a été éphémère, tout ce qui n’a fait que passer, éloignant de toi les ultimes doutes quant à ce que tu es, quant à ce que tu as à vivre au-delà de cette forme.

Je t’invite à célébrer de manière encore plus intense et plus vivante le moment de ta résurrection, en ce rite de passage et de retournement, en cet instant.

En quelque temps qu’il te reste à parcourir de tes pas en ce monde, je t’invite à te tourner vers la seule vérité qui soit absolue et qui ne peut être comparée ni mesurée à quelque liberté relative que ce soit.

Laisse-moi garnir tes mains et tes pieds, en chaque extrémité de ton corps, de ce même Feu Igné, de cette même Joie, de ce même Amour, afin que cet Amour – que tu es – ne soit plus limité à ton cœur ou à un quelconque état intérieur mais entre en manifestation et en incarnation là même où tu te situes, quelle que soit ta vie, quelle que soit ton histoire. Alors laisse le don de la Grâce et le don du Feu Igné parcourir l’ensemble de ton éphémère. Laisse-toi consumer dans le Feu de l’Amour, dans le Feu de Joie de cet instant qui ne finira jamais.

Alors que brûle en toi à nouveau cette Flamme perpétuelle qui ne peut plus être étouffée par quelque circonstance de ton éphémère, tu te découvres à chaque souffle de plus en plus vivant, te consumant de manière de plus en plus ardente, mettant à nu l’Amour en tout ce que tu es et en la totalité de ce monde, sans distinction, abreuvant chacun de la même Lumière, indépendant de ta volonté, indépendamment de ton désir. L’Amour ne peut être ni limité ni refréné en le temps de la Résurrection que tu vis, cela t’apparaît avec de plus en plus de clarté et de plus en plus de sérénité.

Alors je dépose en chaque parcelle de ta chair le même Feu, la même Flamme, la même intensité.

Laisse le son de la Vie chanter en tes cellules, laisse le chant de la Résurrection émaner de toi spontanément, sans crainte et sans faux-semblants. Reste naturel car l’Amour ne peut être que naturel et spontané. Il ne peut être régenté, de la même façon que ta conscience libre ne peut être dirigée ni contrôlée, si ce n’est par ta Flamme.

En cet instant, en toi comme en moi, comme en chacun de toi, la même gloire, la même Lumière, le même Amour, le même Silence, la même danse, car en effet, en le cœur de l’Unique, tout est Un en le cœur de chacun, chacun est Un, pour faire le miracle d’une seule chose.

Alors pendant que s’insuffle en toi-même la puissance du premier Verbe et du Feu originel, tu fais le Clair, simplement en disant « oui ». Oui à l’Amour, oui à la Liberté, oui à la perfection, oui au Feu Igné. En ce « oui », il ne peut exister aucune ombre, aucun défi ni aucune anomalie. L’Amour est parfait, et tu es Amour, donc tu es parfait. Quelle que soit l’imperfection de ce monde, quelle que soit l’imperfection de ton corps, quelle que soit l’imperfection de tes pensées ou de tes idées, ne t’arrête pas à cela. Traverse et rejoins. Rejoins ce que tu as toujours été, rejoins les demeures innombrables où seule la Paix suprême peut être évoquée. Et cette Paix suprême elle-même n’est qu’un pâle mot face à l’intensité de ce que tu vis en cet instant, que rien ne peut décrire, que rien ne peut définir et qui ne rentre dans aucun cadre. Car ainsi est la Liberté, car ainsi tu es libre.

Laisse-moi te porter au plus proche de ton Éternité, afin que de toi-même, par ce « oui » franc et massif, dises oui à la vie éternelle, en l’Esprit revivifié.

Laisse le Feu Igné te posséder car il est ta nature même et ton essence. Laisse ce qui peut t’apparaître encore comme dense et lourd, être allégé par ta Présence. Laisse être la Vie, laisse être l’Évidence.

Là où tu es, il n’y a rien à saisir, rien à retenir, rien à cacher ; tout se révèle, au-delà de toute logique et au-delà de toute compréhension. Là est la vraie connaissance, celle de ta reconnaissance en ton éternité. Tout le reste découle de là. En quelque forme ou en quelque dimension que tu as pu choisir, ne t’occupe pas de cela. Occupe-toi seulement de nourrir ce Feu par ton regard d’enfant, par l’évidence de l’énergie, par l’évidence de ta conscience, par l’évidence des Feux de l’Éternité.

En l’Amour, tout est complet, tout est plénitude. Je te l’ai dit, rien ne manque. Alors ose, sans délai ni retard, prépare-toi à ta renaissance. Prépare-toi à la Joie perpétuelle que plus rien ne pourra venir ternir.

Laisse-toi être, laisse-toi porter par la Flamme de la Résurrection. Nourris-toi de cette Éternité car tout y est servi en abondance, à satiété. Rien ne peut manquer, rien ne peut disparaître. Tu es cela.

Alors laisse le Silence te montrer ta propre éternité et ta vérité absolue. Aucune ombre ne peut être projetée, car tout y est transparent, car tout y est plein de Lumière, de Joie, d’Amour.

En pleine conscience, laisse-toi porter au seuil de ta résurrection, au seuil de l’Ultime, là où tout ce qui a été oublié, tout ce qui a pu sembler être ôté t’est restitué au centuple, car l’Amour ne se compte pas, ni se décompte.

… Silence…

Laisse l’Esprit saint être vivifié par ton Feu Igné. Laisse l’Onde de Vie être décuplée par ta Présence et ton Absence. Il n’y a rien à contrôler, il n’y a rien à mesurer, il n’y a rien à délimiter.

Accueille-toi, accueille chacun de toi, accueille l’ensemble de ce monde, comme tous les autres mondes, en quelque univers ou multivers que ce soit. Ton cœur est suffisamment vaste pour contenir l’ensemble de la Création et l’ensemble de l’Incréé.

Reste ainsi, dans la beauté de la Vérité, consumant dans ce Feu de Joie ce qui t’a semblé faire obstacle ou limiter ta liberté. Ose, sois sans limites – c’est ce que tu es. Sois sans attaches car ton cœur est libre. Ne dépends de rien car le cœur ne peut dépendre de quoi que ce soit. Laisse ce Feu sortir par tous les pores de ton corps comme par tous tes sens.

Là est ta grandeur et ton humilité, là est ta spontanéité, là est l’Ultime.

Ainsi, ton temple est orné et décoré pour le moment où tu laveras tes robes auprès du Christ, auprès de toi-même.

Que peut-il rester d’important ? Que peut-il rester comme autres choses à faire, à dire, ou à réaliser ?

Le Feu Igné te veut en totalité pour te rendre à toi-même.

Laisse ton cœur parler à l’unisson de chaque cœur. Tu n’as pas besoin de reconnaître la forme qui fait appel à l’Amour, fût-elle à l’opposé de l’endroit où tu vis. Ne dirige rien, laisse la Lumière, laisse l’Intelligence de l’Amour, laisse la Grâce s’établir d’elles-mêmes. Tu n’as rien à faire. Garde le « faire » pour ce que ta vie éphémère te demande d’accomplir, mais oublie tout « faire » pour être ce que tu es.

Il n’y a pas besoin de ta forme, ni de ta personne, ni d’aucune histoire sur laquelle tu puisses t’appuyer pour être ce que tu es. L’Amour n’a pas besoin d’appui, l’Amour n’a pas besoin de fondations, l’Amour n’a pas besoin de toit ni de fenêtres. Il est dans toute forme, comme dans l’Informe, avec le même éclat, la même bonté, la même évidence.

Alors, du plus haut des cieux comme du plus profond de la terre, je réunis en toi, par la Grâce de ton cœur, ce qui avait été désuni.

Tout est perfection et tout est parfait, il ne peut en aller autrement dès l’instant où tu te reconnais, dès l’instant où tu me reconnais.

Nul besoin ne peut émerger, nulle demande ne peut apparaître. Là est l’évidence de l’Amour qui consume ce qui doit l’être.

Tout cela est spontané, tout cela ne demande aucun effort, tout cela ne demande rien d’autre que ton « oui ». Oui à la Vie, oui à l’Amour, oui à la Liberté. Oui à la Vie, non pas celle seulement qui a été amputée en ce monde mais à la vraie Vie, qui n’est pas de ce monde et pourtant c’est en cette chair et en ce monde que tu dois dire « oui », sans conditions, sans interrogations. Sois vrai, sois spontané, sois authentique, tout le reste découle de là.

Alors toi et moi, vivons le sacre de ta résurrection. Car il s’agit bien d’un acte sacré qui ne dépend d’aucune action, car il s’agit bien d’un état sacré qui ne dépend d’aucun état ni d’aucune définition. L’Amour est nu, et c’est en cela qu’il est entier et total. Il n’a pas besoin d’ornements, si ce n’est ta propre conscience et ta propre forme qui a dit « oui ».

Ainsi ton temple intérieur est définitivement prêt. Il n’y a rien à redire, ni de délai à attendre, ni de date à espérer. Cela est là, maintenant. Cela est là, ici, où que tu te tiennes, en quelque partie du monde, en quelque état que soit ta conscience. L’Amour est le baume, l’Amour est le seul remède. Tout le reste ne représente que des retards pour l’installation de la vérité de l’Amour. Alors repose-toi, tiens-toi tranquille et laisse l’Œuvre se terminer.

Ainsi ton Cœur éternel t’apparaît dans sa gloire, dans son éclat, dans son Feu.

Cet Amour-là sublime toute forme. Même au sein de ton monde dense, cette sublimation est l’action de l’Amour, cette action que tu ne peux mener par toi-même et que tu ne peux qu’accepter.

Tout est simple, l’Amour est la seule loi.

Tu en as été le digne représentant. Quels que soient tes affects, quelles que soient tes blessures, quels que soient tes espoirs ou tes désespoirs, cela n’est plus. Comme un rêve qui s’efface au réveil, tu émerges dans l’océan de la béatitude, dans l’océan de la Vérité, dans l’océan de la Vie. Et là, tu es aussi bien la goutte que l’océan tout entier, et tout ce qu’il contient. Un océan qui ne serait limité par aucune terre et qui jamais ne se tarirait. Ainsi est la Vie, ainsi est l’Amour. Tu ne peux en parler, comme je te parle en toi, que par métaphores parce qu’aucun mot, et je dirais même aucun Verbe, ne peut l’expliquer, ne peut le dépeindre, et ne peut l’enfermer dans aucune définition.

Cela est ce qui t’est offert, non pas par une quelconque autorité extérieure mais bien par la rentrée en toi-même, au-delà de tout personnage, au-delà de tout désir comme de toute histoire.

Ton cœur, comme ton corps d’Éternité, ne peut être limité, ne peut être enfermé, ne peut être réduit. Il ne peut que grandir en intensité et en vie, pourtant identique à lui-même à chaque instant, t’expansant à l’infini ou te contractant en l’Ultime et l’Absolu. Il n’y a pas de différence, ni de sens, ni de mouvement, ni même d’amplitude. Quel mot, quelle équation pourrait transmettre cela ? Il n’y a pas d’autre possibilité que de le vivre, il n’y a pas d’autre possibilité que de l’être.

… Silence…

Chacune des cellules de ton corps a gardé en elle la mémoire de ce Feu, et de vie en vie, chacune de tes cellules a, en quelque sorte, attendu ce moment. Quoi que tu en dises, quoi que tu en penses, quelle que soit ta colère, quelle que soit ton acceptation, quel que soit son déni, seul l’Amour est vrai. Non pas celui qu’il t’est donné d’éprouver et de vivre en ce monde, ni même celui que tu peux rêver ou espérer – parce qu’il n’est pas de ce monde, comme tu n’es pas de ce monde.

La Vie n’appartient à aucun monde ni à aucune sphère d’expérience, elle coule de partout. Elle n’est pas tributaire d’un quelconque agencement de formes ou agencement de mondes, elle coule d’elle-même, comme en toi maintenant, venant brûler et dissoudre ce qui pouvait encore te sembler, jusqu’à cet instant, t’empêcher ou te limiter. Rien ne peut empêcher l’Amour, rien ne peut le limiter. Ne l’accepte pas comme je te le dis, mais vis-le.

En le silence comme en l’exubérance de ses sons, cela ne fait aucune différence. Vis-le ainsi, afin que toute distance soit abolie, afin que l’empreinte du temps ne puisse affecter cet Amour.

Rappelle-toi, tu n’as rien à diriger, tu n’as rien à chercher, tu n’as rien à prouver. Simplement à vérifier l’évidence de l’Amour, en le vivant, en l’accueillant, en le reconnaissant.

Tu peux parfois avoir l’impression qu’il te faut faire un ultime pas et qu’il te faut lâcher, non pas tes croyances qui, elles, se dissolvent, mais les quelques certitudes existant au sein de la personne.

Montre-toi à toi-même qu’il ne peut rester, en ce que tu es, le moindre espace pour la peur, le moindre espace pour ce qui appartient à ce monde. Rien ne t’appartient, de même que tu n’appartiens à personne.

Là est ton Esprit. Là est la Vérité qui ne peut s’accorder à la persistance d’un quelconque monde enfermé, qui ne peut s’accorder avec aucun éphémère et aucune limite.

En cet instant, tu te rejoins, abolissant tout obstacle qui pourrait encore te donner l’illusion d’exister.

Rien ne peut te freiner, en ton éternité. En cette plénitude, il n’y a ni manque ni attente.

En ce Feu Igné, absolument tout est transfiguré. Là est le sacre de ta résurrection. Vois-le, et surtout, vis-le.

En l’Amour, plus rien ne pourra être séparé, ni divisé, ni ôté.

… Silence…

En l’Amour rien ne peut peser, rien ne se mesure.

… Silence…

Là est la vraie bénédiction, là est le seul hommage.

Cela est ton dû. Cela n’est pas une récompense, cela n’est pas un but, cela n’est pas une démarche, mais cela est vrai en l’instant. Aucun doute ne peut apparaître, aucun délai ne peut être supporté.

Place-toi au Cœur de ton Cœur, et laisse se dérouler ce qu’il semble se dérouler.

… Silence…

En notre cœur Un, tout est source, en permanence renouvelée. Rien ne s’épuise et rien ne disparaît, contrairement à ton monde où chaque vie disparaît au terme qui lui est échu. 

… Silence…

En ce cœur élevé, nul besoin de maître, nul besoin d’autre Présence.

Tu es complet ainsi, et entier.

… Silence…

Laisse le silence magnifier cette évidence.

Laisse ce silence être plein du Chœur des Anges.

… Silence…

L’Amour est guérison de tout ce qui malade en ce monde. L’Amour ne connaît pas la maladie, ni la souffrance, ni la perte. Et c’est ce que tu es. Vérifie-le, prouve-le à toi-même.

… Silence…

Je te l’ai dit, je suis avec toi pour l’Éternité.

En le cœur, l’ensemble des mondes est présent pour l’Éternité. En le cœur, il n’y a pas de place pour un quelconque passé ou pour un quelconque devenir, parce que tout est dans l’instant. Il n’y a pas de différence, il n’y a pas de distance, il n’y a pas de délai.

… Silence…

Chaque souffle de ton souffle de Vie en ce monde devient cet Amour.

Rappelle-toi : tu ne peux le retenir, tu ne peux le définir. Alors vis-le en intensité, en totalité. Il y a toute la place en ton cœur.

… Silence…

En ce Silence, le sacre de ta résurrection et de ta renaissance est acté.

Même si en ce temps de ton temps cela n’est pas vécu en totalité, alors laisse. Laisse faire ce qui se fait parce qu’aucun serment ne peut être rompu vis-à-vis de la Lumière.

… Silence…

Toi, Flamme de Vie, bénis-toi toi-même. Accorde-toi la Grâce, accorde-toi tout pardon, car comment l’Amour que tu es ne pourrait pas se pardonner ou pardonner à l’univers entier ? En l’Amour il n’y a pas de faute ; en l’Amour, il ne peut exister d’erreur ni persister la moindre opposition.

Il n’y a rien à défendre.

… Silence…

Je suis avec toi pour l’Éternité. Et l’Éternité n’est pas demain, elle est dès cet instant.

… Silence…

Alors le Manteau Bleu de la Grâce peut t’inonder de Grâce, comme t’inonder de Lumière, comme t’inonder de Feu, dans la même jouissance qui n’est pas simplement la jouissance des sens mais la jouissance infinie de l’Amour, qui est bien plus concrète que tout ce que tu peux toucher en ce monde, et que tout ce que tu peux y vivre.

… Silence…

Ainsi se vit la concrétisation du Mariage Mystique à ta propre éternité. Ainsi se vit, dans la chair et dans ce monde, le retour à la Lumière, la fin de ce qui est faux, car aucune fausseté ne peut rester debout quand le Feu de l’Amour est là.

… Silence…

Ainsi l’Amour peut sembler se donner à toi mais en réalité c’est toi qui te donnes à l’Amour, et en vérité, il n’y a que cela qui soit vrai. Tout le reste ne fait que passer, tout le reste est inscrit dans les cycles.

… Silence…

Tu n’es pas ce qui passe, tu es ce qui demeure. Tu n’es pas ce qui meurt, tu es ce qui est vivant de manière perpétuelle. Tu n’es pas cette forme, comme tu n’es pas plus aucune autre forme, et pourtant tu peux te reconnaître en chaque forme, en l’Amour.

… Silence…

Rends-toi à l’évidence, rends-toi à la Vérité.

Car l’Amour est toujours gagnant. Jamais il ne peut perdre, jamais il ne peut disparaître, jamais il ne peut diminuer.

… Silence…

En ce Cœur de l’Un, tu ne sais plus et tu ne peux plus savoir si tu es toi, si tu es moi. Tu ne peux plus savoir si tu es l’un de tes frères, parce que tu ne peux plus faire de différence et que tu es tout cela à la fois. En vérité, je te le dis : vis-le. Je ne peux t’apporter de meilleure preuve, ni par mes mots, ni par ma présence, ni par mes silences, ni par mon Verbe. Vis-le.

Cela est bien plus qu’une invitation, cela est bien plus qu’une demande, cela est l’évidence de ton cœur.

Reconnais-toi, et accepte le sacrement de ta résurrection.

Là est notre cérémonie, à nulle autre pareille, qu’aucune cérémonie de ton monde ne peut approcher, qu’aucun rituel de ton monde où tu es présent ici aujourd’hui ne peut évoquer.

… Silence…

Alors ta Couronne de gloire, effusée par ta Fontaine de Cristal, s’allume de mille feux et de mille flammes.

… Silence…

Tel est le cadeau de la Vie.

Il se répand tel un nectar dans toute ta conscience et dans tous tes corps.

… Silence…

Ainsi, s’il fallait te nommer, au-delà de ton identité terrestre en fonction des lois de ce monde, tu pourrais être nommé le bienheureux ou la bienheureuse.

Aucune circonstance de ce monde, de ton corps comme de ta conscience, ne peut t’empêcher d’être bienheureux.

Alors le Feu Igné embrase ta poitrine.

Alors le Feu Igné se déploie depuis ta poitrine.

Tu es donc baptisé par l’Eau de Vie.

Le Chœur des Anges, au plus haut des cieux comme au plus proche de la terre, a entamé le chant de ta résurrection que tu percevras bientôt de manière charnelle, comme peut-être tu le perçois déjà au niveau de ta clairaudience.

… Silence…

L’Amour prend toute sa place ; et elle est en toute place, la Lumière.

Et l’Amour est donc en toute place.

… Silence…

En cette Joie-là, il y a bien plus que l’expérience de l’extase.

En cette Joie-là, il y a la Paix éternelle, où rien n’a de prise, et surtout pas venant de ce monde.

Ainsi, par ce sacrement, tu peux donc recevoir la pleine dose de la radiation de ton Soleil. Du rayonnement de la Source peut s’élever en toi l’Onde de l’Éther à pleine dose. Sois rassasié, tu n’auras plus jamais soif.

Alors porte la bonne nouvelle. Non pas par des discours, ni par des gestes, ni même par ton sourire, mais simplement par ta Présence. Quoi que tu fasses en ce monde, ta Présence devient bien plus importante que les actions que tu peux mener en ce monde.

… Silence…

Réjouis-toi, où que tu sois.

… Silence…

Alors les quatre éléments en leur essence primordiale nourrissent le même Feu, et font partie du même Feu : celui de l’Amour, celui de la conscience.

Recueille en ton temple le nectar de Vie.

Ce nectar est en abondance, à profusion. Il est douceur.

Il est la Vie.

Alors j’accueille chacun de toi en notre temple Un.

Alors je m’incline devant toi pour te rendre grâce et pour te remercier d’avoir été jusque-là avec moi.

Alors je m’incline devant toi, devant ta Flamme de Vie.

Je m’incline devant la Vérité et devant ta beauté qu’aucune forme ne peut illustrer, parce que cela dépasse largement toute forme, même parfaite, parce que cela dépasse largement tout désir et toute envie.

… Silence…

Que puis-je te dire de plus ? Que puis-je te montrer de plus ?

Il n’y a pas de meilleur regard que le tien sur ta propre éternité. Il n’y a pas de meilleurs mots que les tiens pour le chant de louanges de ta résurrection.

… Silence…

Je m’incline devant ta flamme parce que je suis cette flamme, comme tu l’es.

Là est mon hommage, qui accompagne le chant de ta résurrection.

… Silence…

Alors j’honore ta Présence, j’honore ta Flamme et j’honore l’Amour.

Ainsi est la vie en Éternité, un hommage permanent à la beauté de la vie, à la beauté de toutes les formes, en chaque monde, en chaque univers, en chaque multivers, et au-delà de toute expérience comme de tout monde, j’honore ta vacuité, j’honore ton Ultime.

Sans délai, sans attente, dorénavant tu es cela.

… Silence…

Alors nous nous accueillons les uns, les autres, en la Blancheur immaculée.

Là où ne peut exister nulle différence.

Quelle que soit la forme, quel que soit le monde, en cette Blancheur immaculée, la joie grandit encore.

… Silence…

Alors tu es prêt, parce qu’il n’y a plus rien à parfaire. Vois-le.

… Silence…

Mon ami, mon aimé, quel mot pourrait transcrire ou définir ce que tu vis en cet instant ?

Quelle expression de ton visage pourrait traduire ce que tu vis en ce moment ?

Seul le silence peut rendre compte de cette évidence.

Aime-toi en ce que tu es, au-delà de toute mesure, dans ce Blanc parfait.

Je me consume d’Amour avec toi et en toi.

Cette consumation est permanente et sans résidu, sans aucune ombre.

… Silence…

Mon ami, mon aimé, je te bénis encore une fois et t’exprime toute ma gratitude pour ce que tu es, pour ce que tu vis, pour ce que tu as ouvert, pour ce à quoi tu as dit « oui ».

Aucun mot ne peut être suffisant pour te dire cela, alors je te le dis en le Feu de l’Amour et en la Lumière de l’Amour.

… Silence…

Je me retire en toi maintenant, de cet espace d’expression et de manifestation. Ainsi s’achève ton écoute ou ta lecture de ce jour, mais qui n’achève en rien ce que tu vis, bien au contraire.

Et je délivre à ton cœur le plus pur des saluts.

Et je recueille ton Amour et ta bénédiction.

Sois libre et va en paix. Quelle que soit l’agitation de ton monde ou de ta vie, tu es porteur de la Vie éternelle, là où rien ne peut être agité. Je t’aime en l’Amour, et je t’aime en la Liberté, et je t’aime en la Vérité.

Va en paix. Je te donne la Paix.

Au revoir.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire