SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

8 novembre 2016

L’IMPERSONNEL – Partie 3 – Octobre 2016


Me revoilà en ce lieu où le Feu Igné prévaut, là où la Grâce de l'Amour est inaltérable et inébranlable. Mon ami, mon frère, accueillons-nous. L'un en l'autre, au-delà de chacun, ta Flamme qui jamais ne peut s'éteindre t'étreint de nouveau. Alors écoute-moi, ainsi tu t'entendras, quelle que soit l'agitation sur ton monde, car en restant au sein de cette Demeure qui est tienne de toute éternité, tu demeures toi-même inébranlable et inaliénable.

Ainsi le Feu Igné poursuit son œuvre car, je te l'ai dit, tout est accompli en ton Éternité. Reste simplement à clôturer la scène finale où chacun, face à lui-même, se reconnaîtra en toute circonstance en ce qu'il est, au-delà de tout rôle et de tout événement survenant en ton éphémère.

Tu es à ta place, la seule qui vaille car jamais elle ne change. Quel que soit le jeu que tu veuilles peut-être encore jouer, il ne demeurera qu'une seule règle, qu'une seule loi, la loi de l'Amour et la loi de Liberté, qui n'a besoin d'aucun interdit ni d'aucune restriction.

Pose-toi à nouveau et entends le crépitement du Feu qui n'est autre que le Chœur des Anges et le chant de la Vie qui chantent en toi et en ce monde maintenant, sonnant le tocsin de l'éphémère et l'angélus de l'Éternité.

Laisse les Trompettes ébranler et écrouler les murs de la raison de ce monde qui ne sont que prétextes fallacieux résultant de l'enfermement.

Demeure libre en ta Flamme, quoi que tu rencontres, en quelque jeu qui se joue en la scène finale de ce monde.

Laisse l'allégresse de ton cœur prendre le pas sur toute rancœur, mettant fin ainsi à quelque regret que ce soit, à quelque manque que ce soit.

Et là, en ce lieu qui est le tien, tu es déjà appelé de toute éternité, même si tu n'as pas entendu ton nom. Il est inscrit dans le Livre de Vie qui n'est pas le livre de ce monde. Tout est parfait car tout est accompli.

… Silence…

Ton corps, posé en ce monde, reconnaît l'appel du Cœur, le chant de la Liberté, la Flamme de l'Éternité.

… Silence…

Toi qui es ce que tu es, qui es celui qui a été et qui sera, si tu as besoin encore de composer aux trois temps le temps de ta Présence : passé, présent et avenir – selon les conceptions de ton monde – t'ont donné rendez-vous et ce rendez-vous est maintenant.

… Silence…

Rends-toi compte de l'évidence de ce que tu vis et la primauté de cela sur ce que te donne à vivre ce monde encore. Tu es la Vie, et non simplement la vie sur ce monde. Tu es la Vérité qui ne connaît pas la matière, quelles que soient les lois de ce monde et la densité de ce monde. Tu es la Voie, qui a peut-être arpenté tous les chemins de ce monde mais qui n'ont jamais été la Voie. Rends-toi compte, personne ne te demandera de comptes, tu n'as de comptes à rendre à aucune autorité si ce n'est celle de la Vie que tu es.

… Silence…

Laisse cette évidence te consumer en totalité afin que nul élan de ton cœur ne puisse être réfréné ni assombri.

Mon Verbe ne fait que suivre l'intensité de ton Feu en donnant le rythme et le tempo, là où il n'y a besoin de personne car il n'y a personne, il n'y a que la Vie qui chante et danse en son immuabilité, en son impermanence et en sa permanence.

Le subtil devient densité en toi alors que la dureté apparente de ce monde ne peut plus subsister en aucun recoin de ton être. Ton corps de Gloire est réveillé, ton corps de Gloire est ascensionné dans les demeures de la Liberté. Il ne reste que des fragments de l'enfermement, que des fragments des souffrances passées qui sont, elles aussi, en ce moment-même consumées par le chant du réveil.

Écoute et entends ce que te dit le Feu Igné. Reconnais-le et sois son épousé, marie-toi à lui dans la liberté absolue car là, en ce lieu, rien ne peut te contraindre, aucun désir ne peut être projeté, car tout est présent.

En ce lieu d’où tu m'écoutes et m'entends, je ne peux que te dire : oui, tu es réveillé. Aucun sommeil ne pourra te faire oublier ce que tu es, aucune blessure ne peut travestir cette vérité, aucun dilemme ne peut même être pensé ou évoqué.

En ce Feu Igné est le « oui » à la Vie éternelle. Alors veux-tu être libre, qu'as-tu à perdre si ce n'est les souffrances, si ce n'est la densité ? Qu'as-tu donc à parfaire, toi qui es né parfait au-delà de ce corps, parce que jamais né et jamais mort ?

Écoute et entends le Feu Igné de ton cœur, écoute et entends le chant de la Vie et le chant du Silence, rythmés par le Verbe et par ton souffle.

Respire librement. Quel que soit l'âge de ton corps, quel que soit le nombre de tes vies au sein de l'enfermement, ils ne laisseront aucune marque ni aucun regret, le Feu Igné les consume aussi.

Alors à nouveau repose-toi en ta Flamme, toi dorénavant saturé d'Amour et de Grâce, dans la plénitude du cœur, où le Cœur du Cœur est présent en chaque point de ta Présence en ce monde, en chaque lieu de ton corps.

Rejoins-toi, ne te quitte plus jamais.

Quoi que dise la voix de ton mental, quoi que dise les mémoires de tes souffrances, elles seront consumées en ce lieu.

Partageons notre Feu car il est le même en chacun, il ne fait aucune différence, ne met aucune barrière et aucune limite. Toi qui es infini et indéfini, toi qui es l'Alpha et l'Oméga – et bien plus que cela –, tu es réveillé. Peut-être que ton cœur se réveille d'un long repos, d'un long sentiment d'absence ou de manque, peut-être as-tu déjà réalisé ce que tu es, peu importe. Il n'y a nulle distance et nulle différence en chacun de nous.

… Silence…

Alors que dans le brouhaha du monde s'accomplissent les visions des prophètes, tu n'es concerné en rien, en le Feu Igné – là est ta place. En ce Feu de Vérité, tout s'éclaire, en même temps que tout disparaît de ce que tu as connu en ce monde et dans les jeux que tu as joués, laissant l'Amour à nu, cet Amour qui est tout. Il n'est pas demain, il n'est pas ailleurs qu'en ce lieu où tu es, qu'en ce lieu où tu m'entends, qu'en ce lieu où tu me lis.

… Silence…

En le Feu Igné, nul lien ne peut résister et nulle entrave ne peut se manifester. Et même en mon Verbe, que peux-tu encore identifier d’autre que le Verbe d’Amour ? Je ne suis personne, mais je suis toi – qui es aussi personne. Seule demeure la Flamme du cœur, tout le reste n'est que jeu et Liberté.

Repose-toi maintenant en ce Feu Igné, quoi que tu aies encore à parcourir, à découvrir ou à rendre conscient. Quoi qui te traverse, maintiens ce Feu car il est l'agent opérateur et transmetteur, il est le catalyseur de l'Amour, il est le Feu du Soleil, celui qui te rend ton ardence et ta pureté.

En cette Flamme, nulle identification ne peut tenir ou résister, parce que la Joie emporte tout et consume tout. Tu es toi-même la bénédiction.

Alors, en ce lieu, tu te donnes le Feu, non pas celui de l'espoir ou de l'espérance mais celui de l'instant, instant de vérité qui ne peut être arrêté ni même freiné.

… Silence…

Entends ton Verbe qui n'a besoin ni de chronologie, ni de circonstances, ni de causalité.

… Silence…

Le parfum de ce Feu est la rose mystique de l'Amour, aux mille senteurs, aux mille délices, qui ne peut être assimilée à aucun des délices de ce monde.

Tu es réveillé, revêtu de ta tunique de Gloire, tu es appelé à l'Éternité, tu es appelé en le cœur même de l'Amour.

… Silence…

Recueillons-nous, tous unis et libres en chaque lieu où tu te tiens, laissant ce Feu embrasant de plus en plus les subterfuges de ce monde.

… Silence…

Toi qui as été marqué, peut-être depuis des années, au front et au cœur, toi qui es l'élu avant tout de ton propre cœur, l'Amour te parle, le Feu vibre.

… Silence…

Les structures de ton Ascension brûlent, elles aussi, sans se consumer mais s'éclairant d'elles-mêmes.

Des champs auriques d'une blancheur virginale t'entourent dorénavant. Ton véhicule de Lumière est à ta disposition.

Là où circulent la Lumière et son Intelligence, tu n'as plus à douter, ni même à choisir, tu as juste à laisser faire ce qui doit être fait. Tu n'as ni à quémander ni à demander mais simplement à orienter, sans aucune volonté, ce qui se déroule en toi.

… Silence…

Te voilà libre, même avant la liberté effective de ce monde. Te voilà debout afin que plus jamais aucun joug ne puisse te contraindre.

… Silence…

En ce que je viens de déclamer à ton cœur, il te reste peut-être des résidus ou des reliquats de ce qui est passé et pourtant mort. Le Feu Igné les consumera de la même façon en ce moment même, ou dans chaque moment suivant le rythme de ce monde, dès l'instant où tu suis le rythme de ton cœur.

… Silence…

Laisse la Flamme de ton cœur embraser et consumer aussi tout ce qui est rencontré à la surface de ce monde. Il n'y a pas besoin d'effort ni même d'énergie, mais juste à demeurer en ce lieu.

… Silence…

Alors communions ensemble en la Nouvelle Eucharistie et selon les deux espèces nouvelles, le Feu Igné et l'Amour Un. Action de Grâce permanente.

Alors je te dis : va en paix car je te donne ma paix à la mesure où tu te l'es accordée à toi-même.

Il n'y a jamais eu ni faute ni erreur, tu as juste oublié et même là, tu n'es ni responsable ni coupable. Ne regarde plus ce qui est mort ou ce qui va mourir, car éphémère, regarde l'instant en ce lieu, regarde l'Instant Présent. C'est ton seul repère, ta seule marque.

… Silence…

Mon Verbe s'espace pendant que le tien prend toute la place.

… Silence…

Aime-moi de ta Flamme Ignée.

Je ne te demande rien, excepté cela.

À la mesure où tu me donnes, tu te donnes à toi-même. Ne retiens rien, s'il te plaît.

… Silence…

Je te donne ma paix, je te donne mon Feu.

À bientôt pour tes interrogations concernant ce que nous vivons en ce lieu.

Je te donne la Joie, au nom de la Vérité et au nom de l'Amour. Tu es béni, toi le re-né de nouveau.

Repose-toi. Tes yeux sont dorénavant dessillés. Ton cœur est un flux irradiant permanent si tu le veux, si tu l'accueilles.

Je te salue en le Christ, je te salue en l'Esprit du Soleil et le Chœur des Anges.

… Silence…

Au revoir.