SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

16 octobre 2016

O.M. AÏVANHOV – Q/R – PARTIE 3 – SEPTEMBRE 2016


Eh bien chers amis, je suis extrêmement ravi de vous retrouver et de continuer avec vous les questions. Tout d’abord, je vous présente toutes mes bénédictions et tout mon Amour, et nous nous installons tous ensemble dans le coeur, bien sûr, dans l’Amour et dans la Paix, avant de commencer.

… Silence…

Eh bien nous allons pouvoir maintenant commencer à questionner.

Question : est-on obligés de tout accepter ?

Cher ami, je te répondrais que ça dépend, bien évidemment, de ton point de vue. En tant que personne, il est difficile de tout accepter, et il serait même, je dirais, stupide de tout accepter. Ne serait-ce que par exemple ce qui avait été nommé « l’intégrité », ne peut pas s’accompagner de l’acceptation de tout et n’importe quoi. Maintenant, d’un autre point de vue, du point de vue de celui qui se tient dans le Soi, ou celui qui est libéré, je dirais qu’il n’a pas non plus à accepter tout. Il a simplement à laisser être ce qu’il est, et l’Intelligence de la Lumière elle-même fait que, d’une manière quasi constante, il est impossible qu’il arrive jusqu’à lui un élément inacceptable.


Cela fait partie de ce qui a été nommé aussi bien la loi d’Attraction, que de la loi de l’Un, ou encore la loi de l’action de Grâce et de l’état de Grâce. Parce que en l’état de Grâce il est impossible, le plus souvent, que quelque chose qui soit inacceptable se produise. Et de toute façon celui qui est libéré, quand un élément ou un évènement où une situation devient inacceptable, l’Intelligence de la Lumière fait en sorte que cet inacceptable ne dure pas et, le plus souvent, ne se manifeste pas. La Grâce est quelque chose qui est actif, bien sûr, pas seulement dans la conscience, pas seulement dans la Liberté intérieure, mais aussi dans toutes les situations de la vie quelles qu’elles soient.

Accepter tout, ce ne veut pas dire se laisser faire, ça ne veut pas dire ne pas défendre un point de vue, que ce point de vue soit celui de la personne ou celui du Libéré Vivant. Il y a des choses qui sont inacceptables dans les jeux de l’ego, et aussi dans les évènements qui peuvent survenir. Donc il n’est pas question de tout accepter, mais il est question avant tout de savoir depuis où est exprimée cette perception d’une chose ou d’un évènement que vous pourriez qualifier d’inacceptable, et c’est pas tous les jours que ça se produit.

Maintenant, dans un cas comme dans l’autre, c'est-à-dire que cela soit pour la personne, même enfermée dans son ego, ou à l’autre extrémité, pour le Libéré Vivant, il y a des choses qui nécessitent à la fois d’exprimer, de dire, à la fois le ressenti, et si possible d’adopter, face à une personne par exemple, les principes de la communication non violente, c'est-à-dire ne jamais, d’une manière générale, incriminer l’autre mais incriminer la situation générée (si c’est le cas) par un autre, bien sûr. C'est-à-dire que même dans ces situations où un évènement dit inacceptable se produit, il est important de garder la paix, de garder la non-violence, de garder, si vous préférez, une certaine forme d’alignement. Sans ça, vous sortez de vos gonds, vous sortez de votre alignement et vous retombez de manière instantanée, je dirais, dans la dualité.

Il est beaucoup plus important de parler, d’exprimer, de communiquer, par rapport à une situation ou à un frère et une soeur, que cela soit à travers la notion de ressentiment, la notion d’injustice, mais ne pas accepter l’inacceptable est bien sûr évident. Mais encore une fois, quelle est l’attitude que vous allez adopter face à ce genre de contrariété ou d’évènement face à cette personne ? Il n’est pas question de défendre son point de vue par rapport à un autre point de vue. Il n’est pas non plus question de ressentir ou d’accuser une responsabilité quelconque chez l’autre ou en soi.

Alors bien sûr, dans chaque situation, dans chaque évènement, dans chaque relation, les choses sont profondément différentes. Donc il ne peut pas y avoir de réponse toute faite par rapport à cela, bien sûr, mais ce qui est prédominant, c’est vraiment l’emplacement d’où tu te situes pour dire « c’est inacceptable » ou dire « je ne peux accepter cela ». Mais il ne faut pas rester ni avec la rancœur ni avec le ressentiment. La Source elle-même disait, lors de son passage sur terre, que quand on ne pouvait pas résoudre quelque chose, il fallait passer son chemin, c'est-à-dire ne pas nécessairement argumenter sur son point de vue ou sur la situation mais faire en sorte que les choses se résolvent par l’Intelligence, l’intelligence de la personne, l’Intelligence du Soi, et surtout l’Intelligence de la Lumière.

Rappelez-vous que dans chaque situation, même où il y a, allez, on va dire un coupable identifié ou identifiable, si c’est une personne ou si y a un responsable, même dans ces cas-là, rappelez-vous ce que j’avais dit : « C’est celui qui dit qui est ». C'est-à-dire que tout évènement qui va se produire dans votre vie, surtout dans cette période de Face-à-Face, va vous amener à vous repositionner et non pas simplement à défendre un point de vue, défendre une situation, ou défendre un ego. Ça c’est fondamental. Bien sûr, y a à travers cela la nécessité de réflexion, mais non pas de réflexion qui va amener le mental à tourner en boucle mais à voir clair, à être précis, d’abord dans ce que tu ressens, quelle que soit la situation ou quelle que soit la personne.

Voir pourquoi c’est inacceptable, en fonction de croyances, en fonction du sentiment d’injustice, en fonction de la Vérité, brute, qui ne dépend ni de toi, ni de l’autre, ni de la situation. Tout cela doit être pesé et soupesé. Mais rappelez-vous que toujours dans ces cas-là, faites appel à l’Amour, faites appel à l’Intelligence de la Lumière, et surtout faites appel à la bienveillance. Parce que sans cela, même si réellement, concrètement, et objectivement, vous n’y êtes pour rien – ça n’existe pas le fait d’y être pour rien –, même si c’est quelque chose qui vous tombe dessus, que vous estimez ou que a priori et en vérité vous n’avez pas mérité, de toute façon il y a toujours une leçon, il y a toujours quelque chose à dépasser, à transcender, et pas uniquement à comprendre. Ce qui est à comprendre, ce n’est pas la situation, c’est l’état, je dirais, d’émotion, de conflit, face à ce qu’on pourrait appeler « un inacceptable ».

Donc la seule chose qu’il faut accepter en permanence, même dans l’inacceptable, c’est la Lumière. Si vous partez de ce principe, et si vous adaptez votre conduite par rapport à cela, tous les évènements, sans aucune exception, quels qu’ils soient, s’aplaniront et n’auront plus, comment dire, d’impacts à l’intérieur de vous, en tout cas sur ce que vous êtes.

Toutes les circonstances actuelles que vous rencontrez, les uns et les autres, dans toute occasion, dans toutes les sphères de votre vie, depuis la plus basse vibratoirement jusqu’à la plus élevée, ne sont là que pour vous aider. Donc il n’y a pas de coupable, là aussi, il n’y a pas de bien, il n’y a pas de mal. Parce que si tu commences à réfléchir sur la notion de bien, de mal, de culpabilité, même si effectivement, d’un point de vue strictement, nous allons dire linéaire, basique, logique, duel, l’autre ou la situation peut être responsable, mais il y a toujours derrière cette responsabilité à avoir, non pas à dresser une accusation mais bien plus à dresser un constat en soi-même de ce qui arrive, et de dépasser cela par la prière, par la méditation, par l’Abandon à la Lumière, et dans certains cas par le sacrifice. Parce que c’est des moyens parfois violents que vous fournit la Vie elle-même pour vous aider à dépasser par exemple les attachements, ou les susceptibilités, ou les liens, ou encore des évènements traumatisants qui peuvent se produire, de quelque nature que ce soit.

De votre capacité à demeurer au sein du Soi, au sein du Parabrahman, au sein de l’Ultime Présence, découle le déroulement de votre vie, et ce sur tous les plans, et aujourd’hui plus que jamais. Ça ne veut pas dire s’en foutre, ça ne veut pas dire ne pas voir les choses, mais adopter une conduite qui n’est pas de l’ordre de la réaction mais de l’ordre de l’intégration. Tant que vous êtes dans le ressentiment, tant que vous êtes dans le besoin de justifier, tant que vous êtes dans le besoin de prouver votre point de vue, ou la vérité ou la réalité d’une situation donnée, ou d’une relation avec un autre frère ou soeur, qu’il soit le plus éloigné ou le plus proche de vous, vous n’avez pas la possibilité de trancher, de diviser et de séparer, ou alors vous assumez vos choix de rester dans la dualité.

Dans cette période de Face-à-Face, il est évident que si vous parlez entre vous, vous allez voir des frères et des soeurs qui demeurent imperturbables dans la joie, quoi qu’il arrive, et d’autres dont la susceptibilité semble augmenter, à fleur de peau, beaucoup plus qu’auparavant encore. Ça prouve simplement que quel que soit le fautif, quel que soit l’élément, il demeure en vous une part d’ego. Cela ne peut pas être autrement. Surtout s’il s’agit de la sphère relationnelle, de la sphère personnelle, de la sphère intime. Et je dirais que ça va très loin, parce que même par rapport à un évènement, je vous ai parlé hier de ma mise en accusation et de mon séjour en prison. Le ressentiment ne sert à rien, vouloir prouver l’injustice ne sert à rien. Si vous êtes conduits à ce genre de situation, c’est que au-delà de la faute, si on peut parler de faute, au-delà de l’évènement, au-delà d’une rupture, au-delà de quoi que ce soit, cela ne fait en définitive que vous renvoyer à vous-mêmes.

Tant que vous vous considérez comme victime, tant que vous vous considérez comme un bourreau, tant que vous vous considérez comme un sauveteur, vous n’êtes pas libres, vous êtes dans ce qui avait été nommé la triade infernale et vous tournez en boucle là-dedans. Alors parfois ça nécessite effectivement, comme disait la Source, de passer son chemin. Si vous ne pouvez pas pardonner, si vous ne pouvez pas demeurer en paix et êtes dans le ressentiment, alors il convient de passer son chemin. Ça, c’est très important, parce que effectivement, vous le voyez, quelle que soit votre stabilité au sein de la Joie et au sein de la béatitude, au sein de tout ce qui est possible de vivre aujourd’hui, les circonstances peut-être de votre vie ne sont pas toujours roses.

Donc y a des choses inacceptables qui se produisent. La mort est inacceptable pour celui qui est dans l’ego ; pour celui qui est libéré vivant, la mort est une grande joie, c’est quelque chose qui se fête, c’est la fin de l’enfermement. Donc dans les problèmes des conflits situationnels ou relationnels, il en est exactement de même.

Alors bien sûr, celui qui entend la réponse à cette question, s’il est dans la personne, ne peut pas être content parce qu’il voudrait prouver qu’il a raison, il voudrait prouver que c’est la situation qui est imposée ou la relation, l’autre qui est à l’autre bout de l’évènement, qui est fautif. Mais le problème n’est pas la culpabilité, le problème est de rester et de demeurer en paix, plus que jamais. Alors vous imaginez bien que quand des évènements concernent une situation qui vous est propre, ou une relation quelle qu’elle soit, c’est déjà… Ça vous concerne vous, mais vous imaginez bien que la charge émotionnelle de ce qui se déroule, et qui vous a été annoncé depuis fort longtemps sur le Choc de l’humanité, comment allez-vous réagir dans ces circonstances collectives dont l’impact émotionnel et mental est de loin beaucoup plus catastrophique, si je peux dire, pour la personne, que ce que vous pouvez vivre à l’heure actuelle dans votre sphère proche.

Tout cela vous montre où vous êtes. Alors il vous faut changer de regard, quel que soit votre point de vue, celui de la personne ou celui du Libéré Vivant. Le Libéré Vivant, comme je l’ai dit, il y a peu de chance que ça se produise. Mais si vous demeurez attachés à quoi que ce soit ou à qui que ce soit, bien sûr que vous aurez plus de chance de rencontrer des évènements, des situations, totalement inacceptables. Mais encore une fois, ça vous concerne vous mais ça ne concerne pas le collectif. Donc vous imaginez bien que si vous regardez dans d’autres pays qu’en Occident, qui ne sont pas aujourd’hui en paix, vous voyez bien ce qui se déroule dans différents pays. Vous voyez bien l’action de la guerre, l’action des Éléments, des Cavaliers. Comment vous allez réagir dans ce cas-là ? Êtes-vous prêts à tout perdre ? C’est ça que vous dit la Vie.

Il est très facile d’accepter le principe de la fin, il est autre chose de le vivre. Nous avons très longuement insisté là-dessus. Alors quoi qu’il vous arrive, surtout maintenant, dans cette période de Face-à-Face, cultivez la paix ; ne cultivez pas l’indifférence mais si vous devez pas trouver la paix, quelle que soit la cause, alors passez votre chemin, il n’y a pas d’autre alternative. Il faut respecter la liberté de l’autre, même au sein de sa faute, au sein de sa culpabilité si vous le voyez ainsi. Là est la plus grande des preuves d’amour, et c’est la même chose si ce n’est pas lié à un frère ou une soeur mais à un évènement quel qu’il soit qui survient dans votre vie.

Si vous n’êtes pas capables de dépasser l’annonce d’une maladie, l’annonce de votre mort, l’annonce d’une rupture, une contrariété, même liée à quelque chose de faux, comment allez-vous faire ? C’est ça que vous dit la Lumière, c’est ça qu’elle vous montre. Alors ne restez pas dans les particularités d’une relation ou d’une situation, mais si vous n’êtes pas capables de transcender cela, alors accordez la paix et accordez l’amour. Celui qui aime son pire ennemi est le plus humble des maîtres spirituels, parce qu’il a compris que celui qui lui a fait du tort mérite bien plus que l’amour et le pardon, il mérite la Liberté. Sans ça, c’est comme ça que les Archontes ont créé, si vous voulez, le karma, en massacrant les lois de l’univers. Mais cette loi de causalité, nous vous l’avons expliqué très longuement, n’est pas la loi de l’Amour. C’est la loi qui prévaut encore un peu en ce monde mais ce n’est absolument pas la loi de la Vie.

Donc s’il vous arrive quelque chose comme ça, à travers un évènement, à travers un frère, une soeur, c’est là que vous vous testez vous-mêmes et que vous voyez où vous en êtes. Il n’y a aucune justification qui tienne, je l’ai dit, ni la culpabilité, ni la responsabilité, ni l’amour, ni la haine. Comment voulez-vous trouver la liberté pour vivre ce qui est à vivre, qui va concerner, plus vous allez rentrer dans l’automne et arriver vers l’hiver, des mécanismes intérieurs et intimes, même s’ils sont déclenchés par des évènements collectifs ?

Êtes-vous encore dans l’action-réaction, êtes-vous encore dans le besoin de prouver quelque chose, êtes-vous encore dans le besoin de vous défendre, ou êtes-vous en paix ? Ça prouve aussi simplement où est votre conscience. Est-ce qu’elle est à l’extérieur ou est-ce qu’elle est à l’intérieur ? Si elle est réellement à l’intérieur, aucun évènement, aucune situation, aucun frère ou aucune soeur ne peut vous déstabiliser. Donc si vous êtes déstabilisés, c’est celui qui dit qui est.

Rappelez-vous de toujours inverser le sens de l’énergie de la réaction, non pas pour vous punir, vous culpabiliser ou vous ronger le coeur, mais bien plus pour être dans le coeur. Quelle qualité d’amour mettez-vous devant ? Mettez-vous votre personne ou l’autre personne devant ? Mettez-vous les situations éphémères quelles qu’elles soient devant, ou l’Éternité d’abord ?

Toute la problématique elle est là, elle n’est pas ailleurs. Le reste, c’est des problèmes de personne, des problèmes d’ego, des problèmes d’attachement et de peur.

Donc doit-on accepter l’inacceptable ? Pour moi ça ne veut rien dire. Regardez dans votre vie. Regardez même parmi les mystiques, qu’ils soient en Orient et en Occident, qu’ils soient partout dans la planète. Être Lumière ne s’accompagnera plus jamais de demi-mesures ou de compromis. Vous êtes Lumière ou vous êtes autre chose, c’est ça que la Vie vous dit, dans tout ce qu’elle produit à l’intérieur de vous et à l’extérieur de vous. C’est facile d’être dans la Lumière – surtout avec la quantité de Lumière qui est présente sur terre –, en se mettant à l’écart de tout, mais si vous êtes réellement ces êtres de Lumière que vous espérez, que vous vivez, alors il n’y a rien d’inacceptable. Tout cela ne fait que passer et ne concerne que l’éphémère, quelle que soit la situation, quel que soit l’état de votre corps, quel que soit l’état de vos relations, sans aucune exception.

Comme je disais hier que depuis déjà longtemps je vous ai dit que vous ne pouvez plus rester entre deux chaises, l’assignation vous a montré un certain nombre de choses, vous a positionnés. Certains d’entre vous ont « fait appel », (la façon dont je l’ai présenté, de façon humoristique), mais aujourd’hui il n’y a plus du tout d’humour. C’est l’un ou l’autre, et vous devez le voir. Parce qu’il y a personne d’autre que vous. Bidi vous dirait que le monde n’existe pas, qu’il n’y a personne. Et plus que jamais, que ce soit moi (puisque c’est moi qui est là aujourd’hui), ou encore les peuples de la nature, ou l’Impersonnel, ne pourront que vous dire la même chose.

Tant que vous poserez des questions liées à la personne… Bien sûr qu’il est souhaitable d’aider la personne, quand elle souffre, quand elle a des problèmes, mais il y a un moment où il faut être capables, là aussi, d’être autonomes face à une situation, ou face à un frère et une soeur. Si l’Amour est réellement tout ce qui est, si la Lumière est Intelligence et Grâce, qu’est-ce qui peut s’opposer à la Lumière si ce n’est vous-mêmes? Si vous êtes en paix, si vous êtes dans la joie, si vous trouvez ne serait-ce que par moments l’alignement parfait en l’Ultime Présence, pourquoi voulez-vous défendre quoi que ce soit, quelque point de vue que ce soit ou quelque évènement que ce soit ? Qu’avez-vous à prouver si ce n’est au niveau de l’ego et de l’éphémère. C’est ça, être dans l’éphémère ou être alors dans l’Éternité. Et chaque jour qui passe va vous amener, parfois de manière apparemment cruelle, à vous positionner. Pour certains, ça va être la maladie, pour d’autres, ça sera la béatitude permanente, pour d’autres, ça va être le conflit. Qu’est-ce que vous souhaitez ? C’est à vous de regarder et de réfléchir.

Ne pas laisser le mental ou l’ego ou la personne vous embarquer à nouveau dans la dualité, dans la souffrance. J’ai souvent dit : l’Amour ou la peur. Mais on peut dire aussi maintenant : c’est l’Amour ou la souffrance. C’est vous qui décidez. Quelle que soit l’intensité d’une douleur, quelle que soit l’intensité d’une douleur aussi, psychologique par exemple. Qu’est-ce que vous choisissez ? Il n’est plus temps de faire des compromis, il n’est plus temps de tergiverser, il n’est plus temps de vouloir résoudre quelque chose qui vous semble injuste. La seule justice, c’est votre coeur, c’est rien d’autre.

Toute votre vie, dans toute vie humaine, qui que vous soyez, il y a des contrariétés, il y a des évènements heureux et des évènements malheureux. Alors cherchez-vous les joies éphémères ou cherchez-vous la Joie éternelle ? L’un ne va pas avec l’autre. La joie éphémère ne fera toujours que passer, le conflit ne fera toujours que passer, mais la Joie éternelle, elle, demeure. Et au sein de la Joie éternelle, il ne peut pas y avoir de conflit, quoi qu’il se déroule, que vous souffriez atrocement dans votre tête ou dans votre corps ne change rien. Tout est fait pour vous amener à vous tourner vers vous-mêmes et vers ce que vous êtes, même pour le plus incrédule de celui qui nie la Lumière, de celui qui nie son âme, qui nie son Esprit, et qui pense n’être que ce qui existe entre une naissance et la mort.

Vous voyez à l’heure actuelle, globalement, l’humanité dans sa totalité se tend entre ces deux extrêmes. Et vous voyez bien autour de vous comment cela se passe. Vous avez de plus en plus de frères et de soeurs ouverts ou non ouverts qui déraillent, qui explosent. N’y voyez pas le factuel, ne voyez pas l’évènement ou le comportement de telle situation, ou tel frère ou soeur, réfléchissez, non pas mentalement mais retournez tout ça vers vous. Priez si vous voulez, méditez. Mais ne méditez pas ou ne priez pas pour demander que l’autre reconnaisse ou que la situation soit reconnue comme quelque chose qui ne vous concerne pas ou qui est une injustice. Priez pour demeurer dans le coeur, méditez pour rester dans le coeur, et laissez la Lumière faire ce qu’il y a à faire. Vous aurez de moins en moins d’autres possibilités ; ce qui marchait avant ne marchera plus maintenant, vous le voyez bien.

Tout ce qui est archaïque, tout ce qui est reptilien, tout ce qui est lié aux réflexes de survie, va vous entraîner à nouveau dans les lignes de prédation personnelle. C’est pas ce que vous voulez, je crois. C’est vous, dans le jeu de la conscience de votre vie, qui devez affermir toujours plus votre éternité, sans ça vous ne pouvez pas, au moment opportun, lâcher tout ça. Si aujourd’hui vous tenez à la rancune, à la colère, à un lien quel qu’il soit, à certains privilèges ou à certains avantages dans votre vie, où est-ce que vous montrez que vous êtes capables de faire le sacrifice de votre éphémère ? Tant que vous n’avez pas tout donné, vous n’avez rien donné.

Bien sûr, encore une fois, je termine par ça : chaque situation, chaque relation est différente, mais de toute façon, toutes elles vous renvoient à cette nécessité de vous réfléchir vous-mêmes pour ne pas être dans la réaction, et voir si pour vous le coeur est essentiel ou n’est qu’une apparence. C'est-à-dire l’Amour, la Lumière que vous vivez par moments, est-elle votre véritable nature, tout simplement, ou est-ce que c’est encore un mélange entre la personne et l’Amour ?

Autre question.

Question : pouvez-vous préciser la différence entre la compassion et l’Amour ?

Ça a été déjà expliqué très très longuement y a de nombreuses années, donc je vais résumer.

La compassion fait appel à la personne. L’amour peut faire appel à la personne, mais l’Amour avec un grand « A » dont nous parlons est indépendant de la personne. La compassion, nous allons dire, le charisme aussi, l’humanisme, sont liés à l’expression de ce qu’y a de plus noble en la personne, mais c’est toujours une personne. Tant qu’y a une personne, l’Amour inconditionné ne peut pas exister, surtout maintenant. La compassion peut être exprimée par la personne, de son point de vue. C’est d’ailleurs un des enseignements les plus importants du bouddhisme, pas de Bouddha mais du bouddhisme, en particulier tibétain. La compassion, compatir, c’est se mettre à la place de l’autre, mais vous vous mettez à la place de l’autre où ? En tant que personne.

Dans l’Amour avec un grand « A », il n’y a pas besoin de compassion d’une personne quelconque, l’Amour est. Il diffuse, il rayonne, il émane, quoi que vous pensiez et quoi que vous disiez. Bien sûr, souvent, la compassion peut représenter une forme d’ouverture vers l’Amour, mais elle n’est pas l’Amour. Soyez vigilants dans la compassion, même spontanée, à ne pas être dans la triade infernale dont j’ai fait une partie de ma réponse précédente. Attention à être dans la véritable compassion et non pas dans le sauveteur. Ça, c’est important.

L’Amour ne concerne pas la personne, il concerne qui vous êtes ; la compassion concerne la personne. C’est mieux que de ne pas avoir de compassion, je vous l’accorde, c’est mieux que d’être un tyran, mais être compatissant vous met à la place de l’autre mais ce n’est pas un processus, comme je disais aussi hier, de délocalisation de la conscience. Ça fait appel à l’humanité, ça fait appel à l’humain, ça fait appel à la personne, ça fait appel aux situations.

L’Amour n’a que faire des situations, il est. Il n’a pas besoin de justifier ou de se manifester dans certaines occasions quand vous l’avez décidé. Il devient de plus en plus irradiant, si je peux dire, depuis que les particules adamantines se sont agencées, si je peux dire, sur la Terre. Que ce soit sur les vortex, sur les nouvelles lignes de Lumière créées par les elfes, sur les ajustements de la Terre créés par les dragons au niveau des trous, dans tout ce qui se produit dans la société.

Vous allez être, si vous n’êtes pas stabilisés en un état ou en un autre, vous allez être tiraillés. Et si vous êtes tiraillés, ça veut dire que vous n’êtes pas libres. Mais encore une fois, c’est votre liberté de ne pas être libre, mais ne cherchez pas la Liberté, la Joie, et la béatitude dans une relation quelle qu’elle soit. Ce qui ne vous empêche pas d’être aimants, au sens humain, et de compatir, bien au contraire, mais la compassion seule ne suffit pas, puisqu’elle maintient l’illusion de la personne.

Vous savez, y a des choses visibles. La compassion elle est visible, elle va s’exprimer sur des images que vous voyez en face d’un frère et une soeur, mais vous pensez bien que quand un grand maître, comme vous dites, s’incarne, quand la Source s’est incarnée, elle connaît toute l’humanité. Bien sûr qu’elle va être compatissante avec ceux qui l’approchent, il joue le rôle d’une personne, cette Source, mais son Amour est incommensurable, même pour le plus sombre des personnages sur l’ensemble de la planète. Même le plus détourné de la Lumière va être aimé de la même façon. C’est le même principe que j’expliquais de mon vivant avec le Soleil. Le Soleil, il nourrit tout le monde de la même façon, il ne fait pas de différence entre le méchant garçon et le saint.

C’est l’une des différences majeures de la compassion et de l’Amour, mais je crois que y avait des Étoiles d’ailleurs aussi, et des Anciens qui s’étaient exprimés mais très très très longuement pendant plusieurs heures sur cela. Regardez compassion et Amour dans vos moteurs (Ndr. : moteurs de recherche), et regardez ce qui va sortir. Y a eu des heures et des heures d’explications là-dessus.

Vous savez, tout ce que nous avions dit durant les Noces Célestes et dans les années qui ont suivi, bien sûr s’adaptait à des moments privilégiés de révélation de la Lumière, mais je dirais aujourd’hui, plus que jamais, ils deviennent intemporels, ils sont des éclaircissements sur ce que vous vivez aujourd’hui. Et si vous avez l’occasion de relire ou d’entendre, par rapport à des mots qui vous viennent comme ça en tête comme la compassion, vous verrez que même si vous vous en rappelez, même si vous pensez avoir intégré ce qui avait été vibré et dit, aujourd’hui votre regard a changé, votre positionnement a changé. Et vous y trouverez beaucoup d’informations qui s’adaptent à aujourd’hui, bien sûr.

Autre question.

Question : si la Source égale le Père, la Lumière égale… peut-être la Mère ?

C’est des drôles d’équations ça. On recommence. La Source égale le Père.

Question : la Lumière égale… la Mère ?

Pourquoi pas. Mais je peux proposer des propositions par dizaines par rapport à ça. Il ne peut pas y avoir d’égalité. La Source, vous pouvez l’appelez le Père, alors la Lumière vous pouvez l’appelez la Mère. Et l’Esprit saint, c’est quoi alors ? Et le Fils, c’est quoi ?

Je ne comprends pas trop cette arithmétique, parce que c’est pas « égale » en plus. Le signe égal qui est posé à travers cette question, c’est encore un besoin de définir, un besoin de compartimenter, et peut-être un besoin de se rassurer avec « ça égale, égale, égale et ça égale, égale ». C’est une vision parcellaire. Parce que là, vous êtes encore dans des définitions. La Source, ceux qui ont assisté aux canalisations de la Source, aux effusions de Lumière de la Source, vous pouvez y mettre un mot, vous pouvez le nommer bien sûr, mais l’important n’est pas le nom. Je pourrais dire… c’est quoi l’équation ? La Source égale le Père ? Je pourrais dire : « la Source égale le Fils », « la Source égale l’Amour ». Mais tous ces « égale » ne sont pas des « égale », c’est des correspondances éventuellement, des similitudes, ce qu’on appelait les similinum, si vous voulez.

Mais encore une fois, c’est une gymnastique qui se passe le plus souvent dans le besoin de se saisir, de nommer et d’expliquer. La Source est une vibration, ma Présence est une vibration, votre Présence est une vibration ; au-delà d’être un nom, au-delà d’être le fait d’être identifié par le mental ou par l’image, ou par l’énergie, c’est avant tout une conscience qui s’exprime.

Donc j’arrêterai là sur cette question, parce que j’ai pas la réponse, en fait.

Question : après une activité de thérapeute spirituel pendant vingt ans, un arrêt de dix ans pour cause de maladie, il semble que la Lumière m’appelle à nouveau. Comment faire pour m’assurer de ne pas tomber dans les pièges de l’ego? Y a-t-il des signes objectifs permettant de comprendre ?

La meilleure façon, quelle que soit la forme de thérapie, que ce soit de la psychologie, que ce soit du magnétisme, que ce soit de l’énergétique, que ce soit un pendule, que ce soit n’importe quoi, si tu sens l’impulsion de la Lumière à reprendre après une interruption, c’est qu’il faut le faire. Se poser la question de l’ego ou de la dualité, puisqu’il y a soin, est logique, mais plus tu disparaîtras à toi-même, plus tu feras confiance – au travers de tes connaissances bien sûr – à ce que te fait faire la Lumière, que ce soit avec ton pendule, que ce soit avec les mains, que ce soit avec les mots, si tu te relies en permanence et si tu restes aligné, il n’y a aucune chance pour que l’ego s’en empare.

Mais là aussi, c’est un préalable. Il faut penser, avant chaque intervention ou chaque acte de thérapie, ou chaque journée, vérifier, à chaque fois ou chaque jour, ton alignement, et bien voir, bien observer comment tu agis toi-même. Est-ce que tu laisses agir la Lumière à travers toi ? Est-ce que ce sens du service, tel qu’il est présenté, est vraiment un service à autrui plutôt que d’être un service à soi ? Mais l’appel de la Lumière, je te le rappelle, fait appel aux synchronicités, à la fluidité, aux évidences. Donc dès que cela reste fluide, tu peux être sûr que tu as disparu en tant que personne, et quel que soit ton bagage intellectuel ou ta puissance magnétique, ou ta puissance des mots, alors il n’y a pas de risque.

Donc, c’est à toi de voir. L’appel de la Lumière pour reprendre une activité de thérapeute après dix ans d’interruption, à cause, comme tu dis, de maladie, si cet appel de la Lumière est réel, tout sera mis en place par l’Intelligence de la Lumière pour te faciliter cette activité, bien sûr. Ce qui n’est pas le cas, dans cette période de Face-à-Face, si cela concerne la petite personne, et donc camoufler, si je peux dire, derrière le service à l’autre, un sens du service à soi. Et y a surtout aussi la joie intérieure. Est-ce qu’il y a plaisir à aider, à soigner l’autre ? Est-ce qu’il y a le coeur qui s’ouvre ? Est-ce que les Couronnes s’activent quand même tu travailles avec des mots, si tu travailles avec les mots. Il faut observer cela.

Je dirais même que c’est pareil dans toute profession. J’ai insisté depuis deux ans, et surtout depuis un an, sur la réponse du coeur et savoir si c’est oui ou non par le coeur, mais maintenant ça se produit le plus souvent, je l’avais dit, vous n’avez plus besoin de poser la question. Si ça se passe dans le coeur, le coeur se vit, il vibre ; si c’est sans le coeur, le coeur ne vibre plus. Ça, bien sûr, c’est pour les frères et les soeurs qui vivent les vibrations. Maintenant, la simple observation de la scène de théâtre, comme disait Bidi, va suffire à voir comment se joue la scène. Est-ce qu’elle est harmonieuse ou est-ce qu’elle n’est pas harmonieuse ? C’est toujours pareil.

L’Amour égale la Paix dans sa manifestation ici, la Joie bien sûr aussi, la sérénité, l’ego appelle la contrariété, la colère, et les émotions. Il faut être lucide pour se voir agir, se voir jouer son rôle, ou sa mission si vous préférez. Que ce soit avec votre conjoint, que ce soit dans une activité professionnelle comme cela ou dans tout ce que vous menez dans votre vie. Si vous côtoyez personne et que vous vous occupez de votre jardin, là aussi vous devez sentir l’Amour. Toujours mettre l’Amour devant. Si vous tournez ça en boucle dans votre tête, y a peu de chance que l’ego fasse des siennes. La personne sera le mécanisme, le véhicule, qui va vous permettre de rester dans le coeur et non pas l’inverse.

Autre question.

Question : pouvez-vous développer sur les vies parallèles, en regard de ce que nous considérons comme des vies antérieures ?

Donc ça veut dire déjà dans la question que les vies parallèles sont les vies passées, c’est ça ? Répète la question.

Question : quel est le lien entre les vies parallèles et les vies antérieures ? Est-ce la même chose?

Non c’est autre chose. Mais vous savez qu’aujourd’hui on considère, et vous considérez, que tout se produit dans le présent, y a des données physiques qui prouvent que le temps est une illusion bien sûr, ça nous l’avons dit. Il existe plusieurs temps, c’est plus exact, je l’ai dit aussi hier.

Maintenant, que ce soit des vies parallèles vécues dans des dimensions identiques, que ce soit ce que vous appelez les vies passées qui se vivent bien sûr dans cette dimension, vous savez que tout, dans cette dimension, est altéré. Donc que ça concerne les vies passées – qui vont vous fournir une causalité –, que ce soit les vies parallèles, qui n’ont rien à voir avec les vies passées, l’un comme l’autre sont des illusions. Elles n’existent que tant que vous êtes une personne. Quand il n’y a plus personne, quand vous demeurez dans le Soi ou dans l’Infinie Présence de plus en plus souvent, sans même parler de Libération vivant, à ce moment-là, tout ça, vous considérez réellement et concrètement que c’est de la foutaise.

Parce que si vous vous intéressez à ça, là aussi vous vous mettez vous-mêmes sous la loi d’action-réaction. Vous ne pouvez pas vivre – et vous pourrez de moins en moins vivre – à la fois la loi d’action-réaction et la loi d’action de Grâce. Ça sera l’un ou l’autre. Là où vous portez votre conscience se dirige votre énergie, là où vous portez votre attention se dirige ce que vous êtes. Donc si vous êtes intéressés par le karma, par les vies passées, aujourd’hui dans les circonstances actuelles de la Terre, vous faites fausse route, vous êtes dans l’illusion totale, ou alors ça veut dire que vous aimez vraiment la matière et que, y a pas de souci, votre 3ème dimension unifiée vous est acquise.

Plus que jamais, soit y a encore des détails – les vies passées, les vies parallèles, les énergies –, soit y a l’Amour et rien d’autre. L’Amour est d’une simplicité enfantine. Redevenir comme un enfant, ça aussi ça a été développé très longuement. Toute connaissance n’est qu’une ignorance et une supercherie. Tant que vous n’avez pas compris ça, vous restez soumis à ce que j’ai nommé hier l’illusion luciférienne.

Celui qui est libéré, celui qui vit l’Amour inconditionné, ne peut pas être ni intéressé ni interrogé par tout ce qui concerne les vies passées, le karma, la réincarnation, et encore moins les vies parallèles. Y a aucune issue de sortie là-dedans, y a une amélioration personnelle – ça s’appelle d’ailleurs du développement personnel. Notre objectif, et le vôtre nous l’espérons, depuis toutes ces années, a été de passer à la transdimensionnalité, à la Liberté, et certainement pas aux jeux enfantins de « j’ai fait ça donc aujourd’hui je vis ça ». Ça, ça intéresse la personne. Aujourd’hui aussi, selon même les questions que vous me posez, selon vos intérêts.

Nous vous avons d’ailleurs aidés, et les peuples de la nature vous ont aidés à vous détourner de ce qui n’est pas l’instant présent et le vécu de la communion de coeur à coeur. Mais si vous redescendez par vous-mêmes sur des questions comme ça, ou des interrogations par rapport à cela, ça prouve vraiment une chose, c’est que vous n’êtes pas libérés de la personne. Mais encore une fois, je ne vais pas accuser ou culpabiliser, il faut simplement vous rendre compte de là où vous êtes. Mais dorénavant ne comptez plus ni sur moi et encore plus sur l’Impersonnel pour vous donner des explications dans ce qui concerne les jeux de la Maya, de l’illusion. Seule compte la conscience, et la a-conscience bien sûr. Et la conscience éternelle, illimitée, n’a que faire des jeux de la personne.

Rappelez-vous que les lignes de prédation collective ont sauté, pour la plupart au moment de la libération de la Terre et de la naissance de l’Onde de Vie. Si vous les substituez par vos propres lignes de prédation personnelle, concernant le besoin d’expliquer, je parle pas d’expliquer des choses matérielles hein, bien sûr, vous avez tout à fait le droit, vous pouvez regarder ce que vous voulez et faire les études que vous voulez, mais concernant l’Esprit, s’interroger sur le passé ou s’interroger sur une connaissance sur les plans spirituels est un affront à l’Esprit. Mais ça ne fait que montrer tout simplement là où vous êtes. Et vous avez le droit de choisir la matière et la causalité, libre, mais non enfermée.

Celui qui vit l’Esprit, la Liberté, ne peut pas être attiré ou porter son attention sur tout ça, c’est pas possible, puisqu’il est libéré justement du samsara, il est libéré de l’illusion de l’incarnation et de la réincarnation. Il est l’Esprit de Vérité, il est le Christ.

Rappelez-vous que tant que vous vous appuyez, sans même parler de vies passées ou de vies parallèles, si vous vous appuyez dans l’instant présent sur quoi que ce soit venant de votre passé, de votre apprentissage, de votre expérience, vous n’êtes pas libres dans l’instant présent. Nous vous avons suffisamment donné les éléments concernant le fait que la vibration soit conscience. Vous avez vu, en montant l’état vibratoire, l’activation des Couronnes, les expansions de conscience, et tout ce qui vous a été donné de vivre, pour beaucoup d’entre vous, avec différentes échelles bien sûr. Mais si aujourd’hui, depuis le début de cette année 2016, si dans votre vie vous êtes sans arrêt en train d’essayer de vous pencher sur votre passé ou de justifier votre présent par le passé, vous n’êtes pas libérés de vous-mêmes. Donc à ce moment-là, bien sûr que vous allez vivre la Lumière, puisque tout le monde est libéré, mais encore une fois, les circonstances mêmes du vécu de l’Appel de Marie et des 132 jours qui suivront ne seront pas les mêmes.

Donc n’ayez pas de culpabilité, n’y voyez pas, dans mes paroles et mes propos, des accusations de quoi que ce soit, mais simplement une invitation à voir où vous êtes. Ça vous pouvez le voir même, je l’ai dit, dans votre vie quotidienne. Est-ce que vous mettez l’autre devant vous ou est-ce que vous vous servez d’abord ? Ça rejoint aussi l’interrogation d’hier sur « Aime et fais ce qu’il te plaît ». Mais si tu aimes, tu vas faire d’abord ce qu’il plaît à l’autre, puisque l’autre est toi, et que l’autre, en définitive, n’existe pas plus que toi. Sinon, c’est toujours des jeux de personnes, des jeux de personnalités qui n’en finiront jamais, même s’ils finiront très « prochement ». J’ai inventé un mot, j’ai le droit. Ça va bien très « prochement ».

Voilà ce que je peux dire, donc je ne donnerai pas plus d’explications sur tout ça parce que ça nous éloigne de l’instant présent et de l’Amour inconditionnel. Bien sûr, je peux donner des explications pour solutionner un problème matériel, psychologique, de souffrance. Mais sur ce genre d’interrogation métaphysique, d’explication par l’Esprit, l’Esprit ne peut renvoyer qu’à l’Esprit et certainement pas aux jeux de la personne ou de l’âme en incarnation en ce monde.

Vous serez confrontés de plus en plus à la loi du tout ou rien. Vous êtes tout Amour, ou y a pas d’Amour, et cela vous le sentirez vraiment, vous le sentez déjà vraiment. Vous voyez bien les moments où vous-mêmes, les situations, les frères et les soeurs que vous rencontrez sont dans l’Amour ou dans une parodie de l’Amour. Ils sont dans la connaissance, je ne vais pas vous renvoyer à toutes les interventions de l’Archange Jophiel avant les Noces Célestes, quand même, mais vous avez beaucoup de matériel là-dedans.

Autre question.

Question : ma recherche de Liberté intérieure est passée par la liberté extérieure, entraînant des souffrances autour de moi et de la culpabilité. L’impersonnel m’a invité à mettre le deuxième pied de la personne dans la tombe, pour mourir à moi-même et faire le deuil. Comment vivre totalement cette liberté intérieure dans le Coeur du Coeur et faire le deuil de la personne et de ses pulsions ?

Alors dans ce cas précis, et qui te concerne, donc ma réponse va être courte et brève. Tu as transposé, si je peux dire, hein, c’est pas une critique, la Liberté intérieure vers la liberté extérieure, c'est-à-dire de faire ce que tu sentais dans l’instant présent. Que ça se nomme du coeur ou de la pulsion, qui est à l’opposé, le résultat était là. Maintenant il te faut tourner complètement ceci vers toi-même. Quelle est la meilleure façon de le faire ? C’est ce que je nommerais une retraite spirituelle, non pas dans un environnement religieux mais dans un environnement de solitude où tu es obligé d’être confronté à ta propre personne et à ton propre amour, pas pour une durée longue mais pour une durée d’une semaine minimum, où il y a le silence, total, des mots, des téléphones, des lectures, d’internet, de tout.

Te couper, de manière éphémère, durant une semaine, de tout. Qui va te permettre nécessairement, depuis aussi le changement d’énergie de l’automne où l’énergie commence à se replier, et les mouvements d’énergie collectifs des saisons, comme vous le voyez partout sur terre, ont des effets de plus en plus puissants, à travers les Cavaliers, mais en toi c’est la même chose. Tu as lâché la bride, comme tu dis toi-même, à la liberté, mais d’abord extérieurement, par un appel intérieur aussi nécessairement puisque tu sens les vibrations, mais maintenant il faut, pour un temps très court, faire cette introspection, non pas une introspection mentale mais couper, si je peux dire, tous les signaux extérieurs. Faire silence – des mots, des regards, des échanges. La solitude.

Tant que vous n’arrivez pas à vivre la solitude – totale – vous n’êtes aussi pas libres. Donc ce que je te propose, dans ce que tu demandes, c’est effectivement de prévoir une période courte, elle n’a pas besoin de durer des mois ou des semaines, de ne plus avoir aucune information extérieure. C’est la meilleure façon de plonger en toi, et comme tu dis, de pas mettre seulement les deux pieds dans la tombe mais tout le corps. Parce que dans les mouvements d’intériorisation de l’énergie de l’automne, c’est extrêmement important.

Je vous rappelle encore une fois, et je vous le rappellerai de plus en plus souvent, tout au moins tant que je suis là, que au moment de l’Appel de Marie, il n’existera rien, excepté vous-mêmes. Y aura plus de vie, de mémoire, d’histoire, de possibilité de mouvement, de voir, d’entendre. Les sens seront inopérants, le corps sera inopérant.

Donc si tu reproduis, si je peux dire, en quelque sorte, pendant un temps très court, ce genre de circonstances où y a plus d’informations qui t’arrivent, cette espèce de coupure totale avec la personne, tu vas te retrouver face à toi-même. Et tu verras bien par toi-même ce qui va se produire. Soit tu vas tourner en rond et tu vas devenir fou, sans parler, sans regarder, sans toucher, sans exprimer, soit tu vas laisser le mouvement se faire. Mais il faut faire l’expérience pour le savoir. Bien sûr je ne conseille pas ça à tout le monde, puisque l’Amour se trouve dans le monde, mais dans la situation que tu décris toi-même, et par tes cocons de Lumière, c’est ça qui est important. Et puis en plus (pour rire), avec tes vies passées de bouddhiste et moine, y a pas de problème.

Question : être dans la nature aussi ?

Non.

Question : complètement renfermé ?

Complètement, avec le moins d’informations possible. J’ai pas dit d’établir des contacts avec les elfes, les dragons, les arbres et tout. Le silence intérieur avec une diète – j’ai pas parlé de jeûne mais une diète importante. L’inaction totale, le repos, supprimer tous les stimuli, ce qui te permettra de différencier l’Amour de la pulsion, au passage, si c’est pas déjà fait complètement. À partir de là, quand tu seras face-à-face, réellement, sans aucun support extérieur, ni la famille, ni les amis, ni la télé, ni internet, ni le téléphone, tu verras bien ce qui va se passer.

J’ai dit « non spirituel », c'est-à-dire dans des lieux où y a pas de croyances particulières, un lieu neutre.

Question : quand vous parlez de diète, c’est de manger le moins possible ?

Aussi.

Et une semaine, c’est long dans ces circonstances. Mais pour le sage y a pas de problème. Alors si tu veux être libre totalement, il n’y a plus que ça à faire. Ne pas lire non plus.

Question : le silence tout le temps.

Exactement.

Question : il ne reste plus qu’à trouver le lieu.

Oh, ça se trouve.

Question : après la stase, ceux qui seront appelés à être présents, auront-ils une mission ?

Présents où ?

Question : pendant les 132 jours, je pense.


Mais présents où ? À quel endroit ?

Question : en dehors des Cercles de Feu, j’imagine. Ou dans les Cercles de Feu, ce n’est pas précisé.

Y a déjà une question qui a été posée là-dessus.

Question : donc je pense que c’est en dehors des Cercles de Feu.

Eh bien ceux qui seront vivants en dehors des Cercles de Feu, ça veut dire simplement que leur assignation les place dans le Soi, dans la multidimensionnalité, mais que les attachements, les peurs, ne sont pas totalement décristallisés. Et le fait de vivre les circonstances chaotiques, si je peux dire, (c’est un euphémisme) des 132 jours, sera pour eux le moyen adéquat pour terminer tout ce qui est résistance, tout ce qui est peur, et tout ce qui est attachement.

Question : n’a-t-il pas été dit que ceux à qui il a été beaucoup donné, il sera beaucoup demandé, et que certains, après la stase, devraient revenir pendant les 132 jours pour accompagner l’humanité en dehors des Cercles de Feu, et qu’ils seraient protégés ?

Ces personnes n’auront pas besoin d’être protégées parce que celles qui feront, si on peut dire, ce service, seront invulnérables après les trois jours. N’oubliez pas que après les trois jours de ténèbres, après l’Appel de Marie, au retour, soit vous perdez le corps et vous êtes libérés, soit vous gardez le corps mais vous êtes revêtus de Lumière intégralement. Que ce soit dans les Cercles de Feu. Même ceux justement qui refusent la Lumière seront en proie à des brûlures intolérables, mais c’est pas les brûlures du feu, même si c’est le feu du Soleil, même si c’est le feu nucléaire, c’est simplement l’opportunité de devenir eux-mêmes cette Lumière et ce Feu.

Donc la notion de protection évoque la protection de quoi ? De la petite personne ? Mais y a plus de personne. Y a encore des êtres, vivant avec un corps de chair recouvert de Lumière. Alors, à voir avec les yeux de chair, ça donnera pas vraiment l’aspect de la Lumière, ça sera plutôt des brûlures, hein, mais c’est réellement la Lumière.

Rappelez-vous, la stase, la catalepsie des trois jours, c’est le moment précis d’ajustement final entre l’Éternel et l’éphémère, et la prise de possession de ce corps, qu’il disparaisse ou pas, par l’Êtreté. Bien sûr, ceux qui ont refusé l’Êtreté deviendront, comment vous dites, fous. Leur cerveau aura fondu, mais ça fait partie de leur forme de libération puisqu’en définitive, après les 132 jours, je ne l’ai jamais caché, et d’ailleurs Séréti non plus et Anaël non plus, il y a le fameux grille-planète final, c'est-à-dire l’explosion du Soleil en supergéante rouge, avec la réabsorption de Mercure, la disparition de la Lune, le basculement complet des pôles géographiques, et un nouveau soleil qui sera de couleur bleue. Le système solaire dans sa totalité réintégrera sa dimension originelle qui est la 5ème dimension – avec l’arrivée d’un nouveau peuple-racine qui vivra, bien sûr, comme pour toutes les planètes, à l’intérieur de la planète et pas à l’extérieur.

Donc tout ça, là aussi, a été largement expliqué et commenté. Ce que je veux dire par là, c’est : que vous ayez une mission par rapport aux frères ou aux soeurs, ou une mission par rapport à vous-mêmes, que vous soyez dans les Cercles de Feu ou en dehors, ne change rien, parce que tout le monde, durant les trois jours, lors de la stase et de l’Appel de Marie, aura vécu la Libération. De la même façon que la Terre a été libérée y a déjà de nombreuses années, et pourtant elle est toujours là dans la 3ème dimension, mais elle est libérée.

C’est ce processus d’incarnation de la Lumière qui permet le dévoilement du nouveau plan. C’est pareil pour votre corps. Après votre libération, qui n’est pas la mort pour certains, qui est simplement le réveil de votre Êtreté, de votre dimension d’Éternité. Pour certains ça sera immédiat, donc plus besoin de rester sur terre ni même dans les Cercles de Feu, pour d’autres dont c’est la mission, il faudra recevoir les Clés Métatroniques dans les lieux préservés, et pour d’autres enfin, il faudra, pendant ces 132 jours, résoudre les ultimes peurs. Et là, ça sera à la fois plus dur, sur le plan de la personne, mais plus facile parce que l’Éternité sera présente.

Mais comme nous vous l’avons dit aussi, chaque personne, chaque situation, chaque peuple, est très exactement à la bonne place. Même si ça vous paraît aberrant, même si ça vous paraît déroutant avec le regard, avec vos yeux de chair, allez au-delà de ce regard. La Lumière respectera votre liberté. Si vous refusez la Lumière, si vous avez des attachements à la matière carbonée, c'est-à-dire à l’expérience de 3ème dimension, mais y a aucun problème. Personne n’est condamné, simplement chacun fait face à ses propres choix, conscients mais aussi inconscients. C’est pas d’ailleurs un problème de conscience ou d’inconscience, c’est un problème d’emplacement simplement de la conscience.

Donc bien sûr y aura des frères et des soeurs qui accepteront de servir en dehors des Cercles de Feu, en dehors des dômes, mais ils accepteront cela parce qu’ils auront retrouvé leur éternité. Ils auront peut-être besoin de parcourir un certain chemin durant ces 132 jours pour affermir, si je peux dire, leur destination, pour ceux qui pensent avoir une destination.

Autre question.

Question : qui est l’Antéchrist ? Est-il présent actuellement sur terre et est-il connu ?

Y a plusieurs appellations de l’Antéchrist ou de l’antichrist. D’abord c’est une énergie, portée par différentes personnes ou personnages. Il est pas question ici de donner des noms, mais bien évidement qu’ils sont plusieurs à porter cette étiquette, et surtout cette vibration. Vous avez bien sûr celui qui est nommé le pape, qui est ouvertement opposé au Christ en tant qu’être céleste mais qui propose un Christ humain, avec un changement des dogmes de ce qui est nommé l’Église, qui est le repère de Satan. Le Vatican, vous le savez, c’est quand même un lieu qui est pas très très clair, si je peux dire, même si y a eu des papes qui eux ont été des saints, réellement des saints, au sens noble du terme. Parce que même dans les zones les plus sombres de la planète, il faut bien qu’il y ait la Lumière qui arrive de temps en temps.

Vous avez des entités financières et politiques, ceux que j’ai nommés à l’époque les méchants garçons, qui non seulement servent l’Antéchrist mais sont porteurs de la vibration de l’Antéchrist (ou de l’antichrist). Vous avez aussi un personnage qui a parfaitement été identifié dans les écrits musulmans, celui qu’on appelle le borgne ; vous le reconnaîtrez, il a un oeil de verre ou un bandeau sur l’oeil. Mais lui il intervient dans l’histoire finale dont j’ai parlé hier, dans le combat entre l’antichrist et les deux témoins, à Jérusalem même. Ce personnage n’est pas connu dans les médias mais bien sûr qu’il est incarné. Vous le reconnaîtrez parce qu’il est borgne. Il fera des prodiges comme disait saint Jean, quitte à tromper même les élus. Il proposera une nouvelle vie sur terre, alors que le Christ avait dit exactement l’inverse : « Votre Royaume n’est pas de ce monde ». Le diable veut faire de cette terre son royaume. Je parle des mouvements involutifs liés, comme conséquence, à l’enfermement archontique de Yaldébaoth, ou celui que vous appelez Dieu, qui est Yaldébaoth bien sûr, ou Yahvé (c’est le même).

Y a pas de créateurs, y a que des démiurges, des fous furieux. Les seuls créateurs, c’est les créatrices, c’est Marie, les Maîtres généticiens, en ce monde en tout cas, la Source, mais certainement pas un dieu vengeur. Quand le Christ disait « Moi et mon Père sommes Un », il a jamais, que ce soit dans les textes originaux en araméen, il n’a jamais fait état du mot « Dieu » ; il parlait de son Père et de notre Père. Et d’ailleurs dans la prière, dans le Credo, on s’adresse pas à Dieu, on s’adresse au Père, et vous vous adressez à la Source.

La question, c’était quoi ?

Question : qui est l’Antéchrist ? Est-il présent actuellement sur notre Terre et est-il connu ?

Oui, il est connu bien sûr.

Question : il sera jeune ?

Il sera jeune, de l’âge du Christ bien sûr. Et il aura face à lui deux êtres beaucoup plus âgés, c’est les fameux deux témoins.

Question : certains veulent savoir qui c’est…

Mais ça appartient au scénario final, donc ça, pour l’instant, vous n’êtes même pas sûrs de le voir vous, si vous êtes sur les Cercles de Feu. Vous aurez d’autres chats à fouetter que de croire à ces balivernes, qui font parties de l’histoire, ceci dit.

Question : pour accéder à la fin, est-il permis d’avoir encore des émotions ? Est-ce compatible avec l’Amour ?

Mais vous ne décidez pas d’avoir des émotions ou de plus en avoir. Vous ne pouvez pas lutter contre les émotions, elles sont présentes ou elles sont absentes. L’émotion, ce qui vous met en réaction, de joie ou de peine, appartiendra toujours à la personne. Vous ne pouvez pas, et vous ne devez pas lutter contre vos émotions ; vous devez les voir, les traverser, mais c’est pas vous qui décidez d’en avoir ou de plus en avoir. Simplement vous ne pouvez faire que le constat. Si vous êtes libérés, vous pouvez avoir des émotions mais vous n’êtes pas entraînés dans la réaction par les émotions, elles ne font que traverser. Pareil pour le mental.

Donc il n’est pas question de réprimer, ni les émotions, ni le mental, ni quoi que ce soit, il est question, comme toujours, de les voir et de les laisser émerger, et se placer dans l’observateur. Ne plus être soumis à ses propres émotions. Comme, de la même façon, vous ne pouvez pas décider de ne plus être soumis à votre personne. Soit vous êtes libérés, soit vous êtes soumis à votre personne. Et je vous rappelle que c’est à partir, par exemple, de l’enquête, comme le disait Bidi à l’époque, à travers le changement de point de vue, de regard, et de conscience, que vous êtes libérés. Mais vouloir limiter ses propres émotions par vous-mêmes, en étant dans la personne, ne sert strictement à rien.

Donc y a pas à dire « il faut avoir ou plus avoir des émotions » parce que vous ne le décidez pas. Que vous soyez une personne ou libéré vivant, d’ailleurs. Les émotions font partie de la vie en ce monde, elles se manifestent depuis toujours ; réprimer les émotions conduit à la maladie. C’est la transcendance des émotions par le, si je peux dire, le culte de la Lumière et de l’Amour, qui met fin aux émotions. Ce n’est pas la personne qui décide de plus avoir d’émotions, ce n’est pas le Libéré Vivant qui se présente comme un sage en n’ayant plus aucune émotion. C’est : le Libéré Vivant constate simplement que les émotions se diluent et disparaissent. Ce qui n’empêche pas d’éprouver des émotions, mais ces émotions-là ne font que passer. Vous n’êtes plus entraînés, quand vous êtes libérés, ni par les émotions, ni par le mental, ni par les histoires de vies passées, ni par les projections dans quelque futur que ce soit.

Donc y a pas à lutter contre. Nous vous avons toujours dit, surtout depuis l’assignation vibrale, de laisser traverser ce qui vous traverse, non pas pour y donner corps ou pour l’accompagner, mais pour les voir pour ce qu’elles sont, c'est-à-dire (et comme la pensée d’ailleurs), ce ne sont que des choses qui ne font que passer dès l’instant où vous ne vous y identifiez plus à ce qui se produit. Vous le voyez, vous le constatez, ni vous l’acceptez ni vous le refusez, vous êtes simplement conscients qu’elles sont là. Mais par cette attitude, vous vous mettez déjà en distance par rapport à la personne elle-même.

Mais vous ne décidez rien. Vous ne pouvez pas décider de ne plus avoir d’émotions ou de ne plus avoir de mental. Vous avez vu d’ailleurs, durant les périodes antérieures, surtout dans les années qui ont suivi immédiatement les Noces Célestes, y avait les petits vélos qui tournaient, sans arrêt pour certains. Aujourd’hui, vous voyez que y a un vélo, mais vous ne pédalez plus. Y a plus de vélo même, des fois il reste que la selle, y a même plus les pédales je disais déjà.

Y a des choses, vous savez, on appelle ça, je crois, le quotient émotionnel. Y avait le QI, y a le quotient émotionnel, la gestion des émotions, ça c’est à la mode, je crois, dans votre époque.

Les émotions font partie de la vie en ce monde, elles ne font pas partie de ce qui existe au-delà de cette dimension. Tout ce qui existe de l’autre côté, qui pourrait éventuellement… équivalent, ouais équivalent si on veut, mais disons, qui pourrait se superposer à cette notion d’émotion, c’est les processus de fusion de la conscience. Quand vous êtes dans une dimension non carbonée, quand vous rencontrez une autre conscience, vous vous traversez l’un l’autre. Ça pourrait être l’équivalent d’une relation sexuelle sauf qu’y a rien qui s’arrête, ça se traverse ; ça pourrait être éventuellement après une émotion mais c’est un mécanisme de fusion et de communion. Donc vous voyez, c’est quand même une manifestation d’émotion ou de réaction, si vous préférez, qui est autrement plus subtile que la colère, la peur, la haine, et toutes les émotions que vous pouvez éprouver en étant incarnés.

Alors souvent des êtres dont les émotions disparaissent, peuvent avoir l’impression de se sentir comme vides ou comme vidés, comme ne plus être vivants, mais parce que c’est un apprentissage qui se fait. Les émotions concernent la personne, elles concernent même pas la supraconscience et encore moins le Libéré Vivant. S’il y en a, il les voit passer. Il peut piquer une colère quand il juge quelque chose d’inacceptable qui arrive quand même à se produire, mais après c’est fini. Comme je disais hier à propos d’une autre question, c’est le Christ qui chasse les marchands du temple. C’est ce qui a été appelé, je le redis aujourd’hui, une sainte colère. C’est une émotion, mais une émotion qui est canalisée depuis l’Esprit et non pas une émotion de la personne. Parce que franchement, chasser les marchands du temple, ça n’a pas dû jouer en sa faveur pour éviter la Crucifixion, n’est-ce pas ?

Autre question.

Question : parlez-nous des 144 000, cités dans l’Apocalypse de saint Jean. Qui et où sont-ils ?

D’abord il faudrait y voir autre chose qu’un nombre de personnes. C’est 12 fois 12, 12 au carré. C’est en relation avec les 12 tribus d’Israël, les 12 Étoiles, bien sûr, de votre corps. C’est un nombre symbolique, c’est pas un nombre réel, mais d’ailleurs c’est écrit dans l’Apocalypse. Si vous voulez avoir un nombre, c’est ceux qui sont marqués au front, c’est ceux qui ont été appelés par la Lumière, mais déjà à l’époque nous avions dit qu’il y aurait beaucoup d’appelés et peu d’élus. À cette époque-là, nous répétions ça, aujourd’hui je vous dirais : ça veut rien dire. Y a des élus dans cette dimension depuis des années, parce qu’ils sont libérés, mais en définitive vous êtes tous élus. L’élection, ou être marqué au front, ça fait partie du scénario de la fin de l’histoire, comme l’Antéchrist, mais c’est tout. N’y voyez pas un nombre précis de personnes. Je vous rappelle qu’il reste six Cercles de Feu, et que nous aurons beaucoup plus que 144 000 personnes, ne serait-ce qu’avec les enfants à Bali, d’ailleurs.

Donc c’est pas un nombre figé, c’est une vibration, c’est 12 au carré, à la puissance… multiplié par 100. Je sais plus compter, 144 000 fois 100, ça fait combien ?

Question : ça fait 14 millions.

Eh oui, 6 fois 1 000 à la puissance 4, c’est pas tout à fait pareil. Mais tout ça ne sont que des valeurs vibratoires, symboliques si vous voulez aussi, mais surtout vibratoires.

Rappelez-vous les chiffres, déjà après les Noces Célestes je vous parlais d’un nombre minimum souhaitable de frères et de soeurs qui s’ouvrent. Ce nombre a été atteint, c’était à peu près 7 à 10% des humains-âmes, excepté les enfants, excepté les portails organiques bien sûr. Parmi la vraie humanité adamique et non pas les portails organiques, il devait y avoir ces 7 à 10%. Aujourd’hui vous êtes, je dirais, plus de 20%, les quotas sont largement atteints. Si vous considérez qu’y a 40 à 50% de portails organiques – je ne connais pas la proportion d’enfants de l’humanité, mais elle doit être assez élevée selon les continents, n’est-ce pas, c'est-à-dire enfants de moins de 14 ans – vous aboutissez quand même à un nombre de personnes important. On est bien au-delà des 144 000 personnes, bien au-delà. Et heureusement.

Donc, je peux pas donner plus d’éléments que cela, en tout cas c’est sûr, ce n’est pas un nombre précis d’élus puisque toute la terre, aujourd’hui, est élue. C’est ça la Grâce de la Lumière, les ultimes grâces. Et encore y a pas eu encore l’ultime Grâce de Marie au moment de l’Appel. Et là nous comptons bien, à travers ce qui se vit sur cette terre actuellement déjà depuis des années, que le nombre doublera sans aucun problème.

Autre question.

Question : que représente le fait de passer par l’oeil droit d’un dragon pour aller dans leur lieu ?

J’ai rien compris. Y manque un mot.

Question : que représente le fait de passer par l’oeil droit d’un dragon pour aller dans leur lieu ? Je pense que quelqu’un est arrivé dans le lieu des dragons et a dû se voir passer dans l’oeil droit d’un dragon.

Et après ?

Question : c’est la question.

Elle demande qu’est-ce que ça signifie de passer par l’oeil droit d’un dragon ?

Question : oui.

Qu’elle n’est pas passée par l’oeil gauche, déjà. C’est un endroit agréable pour passer, y en a d’autres plus désagréables chez les dragons.

Je pense que ça évoque un processus de communion, tout simplement. Comme vous aviez vécu à l’époque des processus de communion entre frères et soeurs, vous les vivez maintenant avec la nature. Mais que ça soit l’oeil droit plutôt que la narine gauche, là je sais pas.

Question : comment et quand se passe la dissolution de l’âme ?

Y en a, je crois, qui doivent revoir leurs classiques, parce que le processus de la dissolution de l’âme, entre les conférences de Frère K et les conférences de canalisations de Ma Ananda Moyi, vous avez toutes les réponses.

Le mécanisme de basculement de l’âme correspond au moment où l’âme se détourne de la matière et se tourne vers l’Esprit. C’est inscrit dans la Porte qui est ici, hein n’est-ce pas, et là, c'est-à-dire dans Vision et dans AL. Traditionnellement, le foie est le siège de l’âme. On dit, le siège de l’âme aussi est le coeur, à travers ce qu’on appelle la Goutte rouge, qui correspond à la Porte AL, n’est-ce pas ?

Quand l’âme se dissout, ça renvoie aussi, ça avait été expliqué, au mythe de Prométhée, au symbole de la renaissance et de la Résurrection.

La dissolution de l’âme va se traduire par des processus vibratoires qui ont parfaitement été décrits : les douleurs, en particulier durant les années 2012, qui ont commencé au niveau du chakra de la rate et du chakra du foie, la Porte Attraction. Tout ça, si vous voulez, je vous rappelle que c’est lié à l’axe falsifié, la lumière oblicale, la lumière reflétée, qui est liée à l’enfermement. Donc au moment où l’âme se retourne et entame sa dissolution, parallèlement à cela, il y a un passage qui se fait de l’ego au coeur par la Porte OD au niveau du sternum.

Parallèlement à cela, le feu prométhéen, luciférien, qui était tourné vers le haut, passe en incarnation. Le Triangle de Feu fait des yoyos, la pointe AL peut être en haut ou en bas, après elle se fixe en bas, l’Esprit a pénétré la matière en totalité et l’a revivifiée et refécondée. À ce moment-là vous approchez de l’Infinie Présence et de la Libération. Il y a de moins en moins de pensées, de moins en moins d’émotions, de moins en moins de désirs de quoi que ce soit, une préférence pour l’intériorité. Il n’y a pas de recherche, il y a arrêt du moteur de la souffrance, c'est-à-dire du mental, arrêt de la recherche spirituelle. Et il y a vacuité et béatitude.

L’âme change de couleur : de la couleur originelle elle devient d’abord une âme blanche et or, avant de disparaître. La Résurrection se fait, vous renaissez en Christ. L’Embryon Christique est libéré, le coeur rayonne. Les Portes AL et Unité se mettent à vibrer, voire à devenir douloureuses. Le travail de la Lumière continue après, au niveau des Portes qui sont situées sur les plis de l’aine et autour du sacrum. L’Onde de Vie, si elle n’était pas née, naît. Le Canal Marial fusionne avec la Couronne radiante du coeur. La petite Couronne de la tête et la grande Couronne tournent en synergie et sont perçues toutes deux, avec les 12 Étoiles sur la grande Couronne, et les 4 Étoiles de chaque côté du point ER du centre de la tête.

Les besoins alimentaires, de sommeil, s’atténuent et disparaissent même, pour ceux qui veulent aller jusqu’au bout, complètement. Il n’y a réellement plus de besoin de manger puisque la nourriture se fait par la Lumière elle-même, ou très peu, et y a plus besoin de réellement dormir. Le sommeil n’est plus du sommeil, c’est une béatitude, plus ou moins consciente.

L’âme en cours en dissolution vous détourne de toutes les fonctions des chakras inférieurs, quelles qu’elles soient, ces fonctions. Le coeur devient prédominant, le Coeur Ascensionnel se met en branle. Le Vajra ou la Fontaine de Cristal, ou 13ème corps, devient ruisselant, dégoulinant de Lumière. Là vous commencez à entamer la Résurrection, et surtout la Libération.

L’âme n’impose plus rien à la personne. La personne vit, elle est consciente de vivre, consciente d’être affectée par les circonstances de sa vie, mais elle sait pertinemment (c’est pas une croyance ni une adhésion) qu’elle n’est plus cela. Elle ne refuse rien de la personne, ce qui est à vivre se vit mais y a plus d’implication, ça veut pas dire qu’il y a un désintérêt, ça veut dire simplement que les choses se font parce qu’elles doivent se faire, et elles se font avec légèreté. Parce que le Libéré sait très bien que tout ça n’a qu’un temps et appartient aux fonctions de ce corps et de cette vie, mais pas de lui.

Dans le processus de dissolution de l’âme, l’Antakarana, c'est-à-dire la corde céleste qui est devenue le Canal Marial, se manifeste le plus souvent de manière bilatérale, c'est-à-dire à gauche et à droite. Il y a le chant de l’âme et il y a le chant de l’Esprit. La communication avec ses différentes facettes, avec la multidimensionnalité, s’ouvre. Vous voyez les dragons, vous voyez les vies passées pour ceux que ça intéresse, vous voyez les entités spirituelles, vous voyez la Lumière réellement dans ce monde, vous voyez les particules adamantines, vous voyez les Présences, vous les percevez.

Tout ça est lié au processus de dissolution de l’âme. Mais encore une fois, si vous voulez plus de détails, avec des choses beaucoup plus riches, je vous renvoie à Hildegarde de Bingen et Frère K durant l’année, un peu 2010 mais surtout 2011, au deuxième trimestre 2011.

Autre question.

Question : il y a les dragons de Feu, d’Eau, d’Air, et de Terre. Pouvez-vous développer sur chacun d’eux? Qu’est-ce qui les différencie ? Certains sont-ils plus proches des humains ?

Alors d’abord, les dragons sont en résonance avec l’Élément Feu, même si ces dragons, on les appelle dragons de Feu de la Terre, parce qu’ils oeuvrent sur la Terre, sur l’Élément Terre. Et donc vous avez des dragons qui oeuvrent, ils sont plus rares, sur l’Élément Eau, d’autres sur l’Élément Air, sur les correspondances, bien sûr, organiques, matérielles, de ces Éléments.

D’abord les couleurs. Pas la forme parce que la forme d’un dragon, vous le savez, est mutable ; il peut rétrécir ou grandir, tout en gardant la même physionomie, si je peux dire. Mais y a pas, comment dire… L’Élément primordial des dragons, c’est bien sûr le Feu. Après, y a des spécificités, puisque j’ai parlé moi-même des dragons de Feu de la Terre. Ceux-là se servent de leur souffle du dragon pour faire des choses au niveau de la croûte terrestre. Les dragons de l’Air, bien sûr, peuvent accompagner l’Élément Air : les vents. Les dragons d’Eau, comme je l’ai dit, sont très peu nombreux. Ils interviennent surtout lors des mouvements d’eau importants, que ce soit par les mouvements de la mer lors des tsunamis, que ce soit au moment des inondations, du Feu du Ciel aussi sous forme d’eau, c'est-à-dire la grêle. Et maintenant les dragons… il nous manque lesquels… de Feu à proprement parler, c’est ce qui a été appelé les grands dragons or et blancs.

La couleur est spécifique de la sous-classification, on va dire, des dragons. La forme est toujours la même, les yeux sont profondément différents. Et d’ailleurs ceux qui ont la chance de voir les yeux des dragons peuvent dire que y a un Amour insensé dans leurs yeux, en même temps qu’une force et une détermination. La plupart ont les yeux or, au niveau des dragons de Feu de la Terre classiques, alors que dans les dragons d’Air, par exemple, ils ont le plus souvent un iris qui est de couleur verte, etc., etc. Mais ces détails ne servent à rien.

Les fonctions de ces dragons sont différentes, bien sûr, selon qu’ils sont de Feu, de Terre, d’Eau, ou d’Air. J’ai donné quelques éléments, mais dans les espaces où vous rencontrez des dragons, que ce soit chez vous – parce que eux ils ont pas peur de survoler les habitations humaines, hein, contrairement aux gnomes qui s’approchent pas des maisons –, dans les endroits où y a des communautés de dragons (ils sont pas suffisamment nombreux pour les appeler des villes ou des villages), il est fréquent qu’il y ait l’association des quatre Éléments, c'est-à-dire des quatre sous-classifications de dragons.

Donc vous allez retrouver essentiellement des dragons verts, des dragons or, des dragons rouges, des dragons blancs, et d’autres couleurs aussi, mais c’est lié à leur fonction. Je peux pas rentrer en détails, je crois qu’Erelim vous avait parlé de ses fonctions au niveau des dragons de Feu de la Terre, pour équilibrer la croûte terrestre par rapport à ce qui est en route en ce moment sur la terre, par rapport aux volcans aussi. Vous avez les dragons de Feu qui sont eux (de la sous-classification du Feu) qui sont plus présents sur les terres volcaniques, n’est-ce pas ? Dans la région que vous visitez, il y a bien sûr aussi un territoire volcanique, ce qui explique la présence que certains ont vue, de dragons plutôt rouges, ou bruns on va dire, plutôt un marron, si je peux dire, très clair.

Question : cela a-t-il un sens particulier d’être en contact avec un dragon d’Eau ?

Oui bien sûr. Bien sûr, la communication avec les êtres de la nature, en particulier au niveau des dragons (les gnomes c’est moins évident), vous voyez bien que certains d’entre vous ont des contacts privilégiés avec tel dragon ou telle couleur de dragon. C’est simplement parce que c’est en syntonie et en résonance avec l’une de vos lignées. Ça veut pas dire que vous avez du sang de dragon, ça veut dire que vous avez une affinité élective avec les dragons, qui est nécessaire, en cette période, pour actualiser, si je peux dire, vos lignées. Non pas dans la révélation de vos lignées – ça, c’est passé, même si ça se produit encore pour beaucoup d’entre vous de voir les visages défiler –, mais c’est surtout un travail de libération qui se fait au niveau de la Couronne et au niveau des quatre Triangles Élémentaires, mais plus spécifiquement, je l’avais dit je crois, sur les quatre Hayot Ha Kodesh, qui sont de part et d’autre du point central ER.

Donc tous les peuples de la nature, d’une façon générale – et les gnomes peuvent vous aider au niveau de la thérapie ; je crois que c’est ce qu’avait dit le chef des gnomes d’à côté, là, Fenouil, ils sont là pour vous soigner – mais la plupart des peuples de la nature sont là pour créer une harmonisation, si je peux dire finale, de vos Couronnes et de l’ensemble de vos structures et de vos consciences.

Autre question.

Question : c’est l’heure de la pause.

Eh bien, je vous dis à tout de suite alors. Profitez-bien de votre pause et je vous dis à très vite.