SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

12 octobre 2016

O.M. AÏVANHOV – Q/R – PARTIE 1 – SEPTEMBRE 2016


Eh bien chers amis, je suis très content de venir à nouveau m'exprimer parmi vous. Vous savez que la dernière fois où je suis venu vous voir, j'avais dit que nous ne reviendrons plus pour laisser la place à l'Impersonnel. Alors bien sûr, il y a des petits malins parmi vous qui se sont aperçus que l'Impersonnel pouvait avoir des tonalités. Et ces tonalités, bien sûr, vous avez remarqué qu'il y a des fois c'était moi, caché, n'est-ce pas ? Mais cette étape de l'Impersonnel était destinée surtout à vous faire sortir des conditionnements et de l'affection que vous pouviez avoir pour certains d'entre nous, de façon privilégiée peut-être.

Alors j'avais dit que nous ne viendrons plus, mais je suis venu, à nouveau. Je suis venu parce que je n'ai rien à vous dire de la part de la Confédération Galactique, Intergalactique, ni même des Melchisédech, je suis venu de mon plein gré, un peu comme l'a fait Marie pour le 15 août. Et j'insiste aussi sur ce côté : je reviens non plus en tant qu'émissaire de la Confédération Intergalactique qui vous a tout dit déjà, mais aussi en référence à mon humanité et ma présence avec vous, il y a pas si longtemps que cela, dans mon corps de chair, n'est-ce pas ?

Alors tout d'abord je vous représente à nouveau toutes mes bénédictions, tout mon Amour, et nous allons, j'espère, échanger de manière fructueuse pendant quelques heures, n'est-ce pas ? Et je suis venu avant tout pour répondre à vos questions, parce que je sais qu’il y a toujours beaucoup de questions et la curiosité est toujours présente, bien sûr. Et cette période si particulière de la Terre que vous a annoncée Marie et que nous vous avons tous annoncée, et que vous vivez en ce moment-même, si vous voulez, jusqu'à la fin de cette année, est très particulière. Il n'y a plus de préparation, il y a juste à accepter là où vous êtes, en fonction de votre conscience, non pas celle de votre personne, bien sûr, mais celle de qui vous êtes, si je peux dire, en Éternité, et le programme, si je peux parler ainsi, de votre conscience elle-même.

Alors, j'espère qu'à travers toutes ces questions que vous aurez à me poser, je pourrai apporter des éclaircissements, des conseils qui sont toujours agréables à écouter et à entendre, pour vous qui posez les questions mais aussi pour tous ceux qui auront l'opportunité de lire tout ça, n'est-ce pas ? Alors nous allons...  C'est tout ce que j'ai à dire, n’est-ce pas, à part que je suis très réjoui d'être avec vous et d'écouter tout ce que avez à me demander. Et j'essayerai de répondre au plus juste par rapport, si vous voulez, à mon humanité et non plus seulement par rapport à mon rôle qui a été le mien depuis toutes ces années au sein des Melchisédech et de la Confédération Intergalactique.  C’est-à-dire que j'aurai peut-être aujourd'hui une liberté de parole qui se réfèrera plus à mon incarnation ou à mes incarnations, si vous voulez, et à mon cheminement auprès de vous pendant d'innombrables siècles voire millénaires.

Alors je vous laisse la parole pour ces questions.

Question : l'Impersonnel a dit : "Aime et fais ce qu'il te plaît." Je suis ici avec mon conjoint qui s’appuie sur cette maxime et a une relation avec une sœur, présente ici. Son mari, également présent, est d'accord avec cette situation que, pour ma part, je n'accepte pas et vis mal. Pouvez-vous nous éclairer sur cette maxime qui semble s'appuyer sur l'Amour inconditionnel et non sur ce qui plaît à la personne ? Sommes-nous censés être Lumière ou utiliser la Lumière pour satisfaire nos désirs ? Comment savoir si cela vient de la personne ou de la Lumière ?

Chère amie, « Aime et fais ce qu'il te plaît » : si tu aimes, déjà ça veut dire que tu n'es plus dans la condition, tu n'es plus dans l'affect et tu n'es plus dans le ressentiment d'une situation, comme tu dis, qui peut parfois être détestable. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire simplement que le « Aime et fais ce qu'il te plaît » a été transposé dans le sens personnel.

… c'est justement ma question.

Justement, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que le « Aime et fais ce qu'il te plaît » correspond à celui qui est déjà au-delà de sa personne, qui a quelque part transcendé sa personne. Parce que si tu aimes selon la personne, bien évidemment tu sais très bien que tu vas rencontrer dans ta vie, dans les cercles proches comme dans les relations qui s'établissent dans n'importe quelle circonstance entre deux humains,  il y a toujours quelque chose que tu aimes que l'autre n'aimera pas. Cette phrase « Aime et fais ce qu'il te plaît » s'adresse au Soi. Si tu mets l'Amour devant, comme je l'ai dit, y a de nombreux mois, l'Amour devant, l'Amour derrière, il peut plus y avoir de situations de conflit ou d'opposition, ou de colère, de quoi que ce soit. Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que tu n'aimes pas suffisamment. Parce que si tu aimes suffisamment, non pas par la personne mais par ton état d'Amour, ton état de Soi, d'Infinie Présence, tout ce que tu peux décrire par rapport à cette situation n'a aucune raison de se présenter.

Rappelle-toi que vous êtes dans une période où l'Intelligence de la Lumière est à l'œuvre, mais où aussi se manifeste, pour chacun d'entre vous, certaines formes, soit de blocages, soit de résistances, soit de peurs. Donc « Aime et fais ce qu'il te plaît », ce n'est pas considérer que c’est ce qu'il te plaît au niveau de la personne, c’est ce qui te plaît au niveau de l'âme ou de l'Esprit, bien sûr.

… ou, comme l’a dit l'Impersonnel, ce qui plaît à la Lumière, si j'ai bien compris.

Ce qui plaît à quoi ?

… à la Lumière.

Mais ce qui plaît à la Lumière… tu es Lumière. Si y a résistance, si y a conflit intérieur, si y a le fait de regimber, ou de s'interroger, qui est-ce qui s'interroge et qui est-ce qui regimbe ? Qui est-ce qui n'est pas d'accord si ce n'est la personne ? L'Amour est toujours d'accord. Donc dans « Aime et fais ce qu'il te plaît », y a toujours cette notion de point de vue, c’est-à-dire où te situes-tu toi-même? Que ce soit des problèmes affectifs, des problèmes d'argent, de n'importe quoi, c'est toujours la même chose. La Vie, à travers son Intelligence, la Lumière comme tu dis, va te mettre face à tes propres dissonances, si je peux dire, à tes propres incongruités. Et ça, c'est destiné non pas à être résolu mais à te faire réfléchir, dans le sens même mental, de là où tu es, de là où tu te situes. Parce que la spiritualité qui est vécue avec des tracas de cette nature-là, est une… comment dire, spiritualité conditionnelle. Et tant qu'il y a spiritualité conditionnelle, causale, où tu cherches à faire plaquer la joie que tu vis dans la Lumière, si tu la vis dans ta vie de tous les jours, ça prouve simplement que tu fais encore ce que je nommais le yoyotage de la touffe. Yoyoter de la touffe, ça veut dire tergiverser, se poser la question tout le temps, ne pas être d'accord, et donc résister.

… j'assume totalement ça, c'est pour ça que je pose la question.

La question, ça veut dire simplement, la réponse est là : as-tu suffisamment d'Amour pour cette situation ?

… si l'Amour dont on parle est l’Amour inconditionnel, ou conditionnel, là je m’y perds.

Mais l'Amour inconditionnel ne se pose pas ce genre de question, il « est », de lui-même. Le cœur  rayonne, la joie est omniprésente, quels que soient les problèmes et les soucis. Nous vous avons jamais dit que si vous constituiez votre corps d'Êtreté, vous seriez débarrassés de votre constipation ou de votre mal de dos, n'est-ce pas ? Ça c'est une vision que je qualifierais de manichéenne, c’est-à-dire que vous exigez, consciemment ou inconsciemment, une perfection de la vie matérielle puisque la Lumière est là. Non, ce qui est parfait, c'est la liberté intérieure, l'état d'être, l'état de la conscience, mais pas les tracas de la vie quotidienne. Ceux-là peuvent être même, comment dire… devenir plus saillants, plus visibles, du fait même de la présence de la Lumière.

C'est toi qui dois te positionner, soit dans le fait de pas être d'accord ou d'être d'accord. Confie ça à la Lumière que tu es, et laisse les choses se dérouler. Mais tel que tu le présentes, ça veut dire qu’effectivement tu n'as pas encore assimilé, si je peux dire, le fait que même si le corps d'Êtreté se reconstitue ici même, même s'il est entièrement achevé, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que le Soi est réalisé. Mais si tu redescends à l'intérieur de la personne – ce qui est nécessaire ; tu ne conduis pas ta voiture avec le Soi, tu conduis la voiture avec tes mains et ton mental, et tes sens – mais tu dois t'apercevoir que si tu es Lumière, et tu es devenue réellement Lumière, si tu es dans l'Amour inconditionnel, alors à ce moment-là, quoi qu'il se produise, ton sourire ne te quitte pas et tu n'es pas perturbée. Quelle que soit la relation qui est en jeu, quelle que soit la somme qui est en jeu et quelle que soit la souffrance qui est en jeu. Sinon, ça veut dire quoi ? Ça veut dire simplement que tu es soumise à ta personne et que tu t’exprimes depuis ta personne.

Question : je comprends bien votre réponse mais c'est facile de profiter toujours de ce « Fais ce qu'il te plaît », alors que c'est encore la personne qui fait ce qu'il lui plaît. Ça s'est produit souvent, ici, où certains sont irrespectueux et où c'est la personne qui est gênée qui se retrouve en porte-à-faux. 

Mais c'est les mêmes problèmes que j'avais expliqués voilà maintenant presque deux ans concernant le Soi et les tournicoti-tournicota. Simplement, la Lumière éclaire toute votre vie. D'ailleurs le fait que tu poses la question et que tu aies pris conscience, comme tu dis, de cela, c'est à toi de voir à quoi tu es attachée ? Es-tu attachée à ton Éternité ou à ta petite personne ?  Mais toute la vie va être un défi comme ça. Tous les jours qui vous restent à passer, ici sur cette terre, ne vont être que ça. Certains perdent des dents, d'autres perdent la vie, d'autres perdent un proche. Comment êtes-vous quand ça vous arrive ? Arrivez-vous à être dans la béatitude quoi qu'il vous arrive ?

Question : c'est très difficile dans mon cas….

Mais c'est très difficile… c'est même impossible pour la personne.

… d’être dans la béatitude, surtout lorsqu’on me sert des phrases données par les intervenants pour expliquer la situation. Je l'assume, c'est très difficile. Comment savoir à quel moment, par rapport à ce « Aime et fais ce qu'il te plaît", c’est la Lumière ou la personne qui agit ? 

Mais si tu es dans la personne, tu vas être en colère, tu vas avoir des émotions. Et d'ailleurs quand tu aimes, c’est-à-dire quand tu es Amour, quand tu as réalisé le Soi et plus que le Soi – c’est-à-dire ce que nous avons appelé, pendant des années, l'Infinie Présence, la porte de l'Ultime, tout ce que vous voulez, le Brahman si vous voulez, en terminologie orientale –, mais c'est ta vie qui te montre elle-même là où tu es. C'est pas nous qui avons à te dire : tu es là ou là. Et ça, tu le vois dans les choses les plus insignifiantes de la vie. Si tu es dérangée par le ronflement ou le bruit de ton voisin, ça veut dire quoi ? C'est pas l'Amour qui réagit là, c'est la personne, bien sûr. Donc, bien sûr que ça crée une difficulté. « Aime et fais ce qu'il te plaît » ne correspond pas à la personne. Et si la personne est choquée, dérangée, émotionnée, perturbée, c'est que la personne est encore présente.

Donc, tout ce que la vie te propose est une invitation à ce Face-à-Face, comme ça a été dit, je crois, il y a quelques mois. Ce Face-à-Face, il est avec soi-même. C'est là où tu peux apprécier la distance ou la coïncidence qui existe entre un état réel de celui qui vit l'Amour et de celui qui a transposé cet Amour au sein de la personne. C'est la même chose que l'appropriation de la Lumière. Dans les chemins spirituels, tant que vous considérez qu'il y a un chemin, qu'est-ce que vous cherchez à améliorer ? Votre vie, votre personne. Vous cherchez, à travers le karma, à travers la psychologie, à travers votre corps, à être bien, et vous voyez bien que ça ne marche jamais de façon durable.

C'est toute la différence entre celui qui est libéré et celui qui n'est pas libéré. Mais il ne faut pas prendre le prétexte spirituel pour espérer mener une vie à l'eau de rose, si je peux dire. Parce que c'est pas à travers une vie à l'eau de rose que tu vas trouver ce que tu es, au contraire ; c'est la meilleure des façons de s'endormir. La structure humaine est ainsi faite qu'elle a besoin de se préserver, elle a besoin de satisfaire des besoins fondamentaux, ne serait-ce que manger, ne serait-ce que dormir, ne serait-ce que d'avoir des relations, des vêtements, des relations sociales quelles qu'elles soient, épanouissantes. Mais toute la vie de n'importe quel frère et sœur humain, qu’il soit relié ou pas relié, c'est toujours la même chose : vous faites caca tous les jours, vous dormez tous les jours et vous mourrez à la fin de votre vie. Et vous cherchez à faire en sorte que votre vie soit la plus harmonieuse. Mais ça, ça s'appelle du développement personnel, ça n'a rien à voir avec l'Éternité.

Le développement personnel s'inscrit typiquement dans ce que j'appellerais l'illusion luciférienne. Croire que tu vas améliorer, te nourrir de Lumière, vivre des états même mystiques, des rencontres dans la nature, avec les peuples de la nature, mais si ça reste au niveau de ta personne, ça ne change pas un iota de ce que tu es dans ta conscience, tu ne peux pas trouver…  et ça je dis ça à toi, mais je dis ça à tout le monde. Celui qui vit le Soi, soit il se réfugie dans le Soi, et il trouve la nourriture pour faire face à tout ce que la vie lui impose : les règles sociales, les règles du corps, les règles de la causalité au sein de ce monde. Et vous y êtes soumis. Alors bien sûr, de trouver l'Instant Présent, de vivre le Soi, ça aide à dépasser les problèmes, mais les problèmes, ils sont omniprésents dès que l'on est en ce corps, quelle que soit la vie, une vie à l'eau de rose comme une vie la plus difficile. Mais ni l'une ni l'autre ne doit servir de prétexte.

Tout ce que vous montre la Lumière, l'installation de la Lumière dans votre corps d'Êtreté, dans vos structures, dans vos relations, dans votre vie matérielle, c'est dans ces moments-là que vous devez voir. À quoi ça servirait de vivre le Soi, par exemple, et d'être dans une Lumière incroyable à certains moments, et après de redescendre au niveau de la personne et de se conduire de façon douloureuse pour soi ou pour l'autre ? « Aime et fais ce qu'il te plaît », c'est ça. Si tu aimes d'abord, tout ce qui se produira sera « ce qu'il te plaît », parce ça ne peut pas être opposé à l'Amour. C'est impossible, que ça soit une maladie, que ce soit une souffrance, sans ça, c'est une illusion luciférienne, qui correspond à tout ce que j'ai développé y a maintenant presque deux ans concernant les tournicoti-tournicota, c’est-à-dire ceux qui vivent le Soi et qui se servent eux-mêmes.

L'Amour n'est pas se servir, l’Amour, c'est donner. Et tant que vous ne vous êtes pas donnés (je ne parle pas de votre portefeuille), mais tant que vous ne vous êtes pas donnés au niveau de qui vous êtes dans le cœur, toute ta vie va être, même si elle est à l'eau de rose, elle sera contrastée, elle sera contrariante, parce que c'était impossible d'établir un équilibre au sein de la personne. C'est possible pendant un certain temps, vous avez des gens qui se prémunissent de tout, du manque d'argent, du manque de lieu de vie, qui ont une vie réglée parfaitement. Mais j'aimerais pas être à la place, de ces gens-là, ils sont dans une forteresse et une tour d'ivoire. Et la spiritualité, dans ces cas-là, va devenir un amusement, un prétexte, ou le moyen de se recharger en Lumière. Mais devenir Lumière, aimer, nécessite le sacrifice total de ta personne.

Mais rappelle-toi, ça ne sert à rien de donner tous tes biens, ça ne sert à rien de parler toutes les langues, ça ne sert à rien de contacter les êtres de la nature, si quelqu'un maintient fermement l'attachement à sa personne, à sa vie, et à son histoire. Y a que quand tu as tout donné… Mais ce don-là, c'est un don de soi-même, c'est pas donner sa chemise, c'est pas donner son argent, c'est tout donner. C'est un sacrifice qui débouche sur l'humilité, mais qui peut passer par certaines formes d'humiliation de la personne, bien sûr.

Donc, « Aime et fais ce qu'il te plaît », ce n'est pas faire les choses qui sont opposées à la Lumière, c’est bien : aime d'abord. Mais ça ne doit pas être un amour sélectif, un amour conditionné par un certain confort ou par certains avantages. Le véritable Amour, c'est celui qui ne se préoccupe d'aucun avantage pour lui, il est prêt à mourir dans l'instant pour l'autre. Il a été dit aussi de ne pas jeter de perles aux pourceaux. Bien sûr sur les informations spirituelles, sur les mécanismes vibratoires, par exemple. Mais dans la vie de la personne, est-ce que vous avez disparu, ou pas ? C'est ça que vous donne à voir la Lumière.

Mais y a pas de culpabilité à avoir. Mais aujourd'hui, vous ne pouvez plus vous appuyer sur  la Lumière pour nourrir votre petite personne et votre petite vie. C'est ce que j'ai répété et ce à quoi je vous ai préparés pendant des années. J'ai dit que vous pouviez avoir le cul entre deux chaises. Après, que vous pouviez mettre les poussières sous le tapis, qu'y avait plus de tapis, qu'y avait plus de siège, et qu’y avait plus de fesses non plus. C’est-à-dire, vous le voyez très bien dans votre vie, ça sert à rien de vous mentir, les uns et les autres. Acceptez là où vous êtes. Mais là où vous êtes, même si vous ne comprenez pas pourquoi, c'est toujours l'Intelligence de la Lumière, toujours.

Donc, même une contrariété la plus terrible concernant ta santé, une douleur, une maladie très grave, un conflit avec qui que ce soit, vous allez réagir différemment selon qui vous êtes. Si vous êtes une personne qui vit des processus spirituels, vous n'êtes pas encore un être spirituel, c’est-à-dire qui est, non pas dans le rejet de la vie, ou de son propre corps, ou de ses propres relations, mais qui est suffisamment détaché, qui s'est suffisamment sacrifié pour tout encaisser, et sans se poser de questions. Bien sûr, il peut y avoir le mental qui intervient pour résoudre un problème, mais sur ce genre de problématique, bien sûr que là, c'est une invitation de la Lumière à voir qui tu es et où tu es, rien de plus et rien de moins. À quoi tiens-tu ? À ton éphémère ou à ton éternité ?

C'était pareil quand je parlais des deux chaises : vous aviez le cul entre deux chaises, vous étiez assis sur une chaise, vous passiez à l'autre chaise. J'ai déjà dit, parmi les dernières interventions, que tout ça, c'était fini. Maintenant, le retour de manivelle, si je peux dire, le boomerang de la Lumière est extrêmement rapide. Soit, à travers les situations qui vont en s'aggravant, soit à l'intérieur même de votre conscience où y a effectivement un problème de conscience qui se pose. Et quand ce problème de conscience se pose, quand vous vous interrogez, sur cette question ou sur les autres, bien sûr, concernant un fait matériel de ta vie personnelle, c'est que tu n'as pas vécu ce qui est à vivre. C'est aussi simple que ça.

Parce que si tu vis réellement la Lumière, ta personne, elle disparaît, surtout dans les moments où y a besoin de la personne. Tu vas te servir de ta personne pour agir, pour faire quelque chose, et après tu n'en parles plus. Ça ne t’effleure plus, ça va pas tourner en boucle dans ta tête ni revenir sans arrêt. Si ça revient de plus en plus fortement, dans ta conscience comme dans la situation, c'est que tu as installé la Lumière dans la personne, mais que la personne n'est pas disparue dans la Lumière, elle. Donc y a une superposition de l'Éternité et de l'éphémère, des structures habituelles corps physique et corps subtils, mais aussi au niveau de l’Êtreté. Celui qui est dirigé par l’Êtreté, bien sûr qu'il y a une personne, bien sûr qu'elle a une personnalité, bien sûr qu'elle a des problèmes.

Je vais pas revenir sur ma vie. Je l'ai déjà dit, j'ai quand même fait de la prison. Alors croyez-vous que j'ai eu des remords, des regrets, ou une envie de vengeance après ces accusations morbides qui ont été portées contre moi ? Non, je suis resté le même, en prison, et rien n'a changé pour moi. J'ai souffert d'être enfermé, bien sûr, mais y a pas eu de répercussions sur l'Amour. Dès qu'il y a répercussion sur votre humeur, sur une colère, sur un ressentiment, c'est que vous rechutez, si je peux dire, dans la personne. Mais c'est pas une faute, c'est pas une culpabilité, c'est pas une erreur ; c'est justement ça qu'il faut voir. Et quand vous en aurez marre de le voir, alors peut-être que pour ces frères et sœurs-là, vous accepterez de vous sacrifier.

Mais le sacrifice, encore une fois, n'est pas de donner son argent ou de donner son affection à tous les frères et sœurs. Aimer n'est pas affectif, aimer n'est pas un sentiment. C'est ça qu'il faut saisir. Je sais pas si je m'exprime parfaitement, par rapport à cela…

Mais dans n'importe quelle phrase, quand vous dites : « J'aime », tout le monde emploie  ce mot. Alors bien sûr, on a parlé d'Amour inconditionné, d'Amour sans conditions, d'Amour universel. Bença Deunov, mon maître, a beaucoup parlé sur l'Amour universel. On essaie de trouver des mots, mais c'est un mécanisme intérieur, c'est pas une décision d'aimer ou de pas aimer telle situation ou telle personne. C'est une Évidence qui se fait jour à l'intérieur de soi, que cela soit, si vous sentez les vibrations, par le Feu du Cœur ou la Couronne radiante du Cœur, ou encore par le Cœur  Ascensionnel. Mais si une situation, quelle qu'elle soit, même et surtout tu si n'y es pour rien, va se présenter à toi, et je reprends mon exemple : j'ai fini en prison. Est-ce que j'ai eu du ressentiment ? Non, au contraire, j'ai beaucoup prié pour ces sœurs qui m'avaient accusé, comme le faisait la petite Thérèse.

Si tu veux être Lumière, il faut accepter de n'être rien, c’est-à-dire qu'il n'y a rien à mettre en avant au niveau de l'histoire de la personne. Ni une connaissance spirituelle ni un avantage quel qu'il soit. Parce que tu peux avoir – et ça a été dit, j’en ai pris quelques exemples aussi dans l'épître de saint Paul, c'est la même chose –, tu peux avoir la connaissance de tous les Mystères, tu peux parler avec un ange toute la journée, ça ne va pas te prouver que tu es Lumière. Ça va simplement te prouver que tu as besoin d'être Lumière. Encore une fois, il ne faut pas être dupe de sa propre personne. Votre personne ne peut pas vous conduire à autre chose qu'à la vibration, éventuellement, c’est-à-dire au Soi, mais pas à la Liberté.

Alors bien sûr que dans ce monde où vous êtes encore, y a des circonstances qui nécessitent des efforts, qui nécessitent une lutte, sans même parler de réactions, sans même parler de confrontation personnelle. Mais quand vous vous occupez de votre personne, vous êtes obligés d'être une personne, bien sûr, mais juste après vous revenez dans l’Êtreté. C'est ça la superposition de l'éphémère et de l'Éternité. Et ensuite, cet éphémère s'efface de plus en plus et laisse place, comme nous l'avons dit, non pas à l'action de Grâce, mais à l'état de Grâce, ou encore comme vous l'a dit l'Impersonnel, y a pas longtemps, la béatitude, la Vérité, l'Évidence et surtout l'Autonomie et la Liberté.

Donc, la Lumière t'invite à travers cela, elle t'invitera toujours, jusqu'à la dernière minute, elle te testera, non pas pour te condamner mais pour apprécier ce qu'il reste comme distance apparente entre la Vérité et toi. Parce que quand tu deviens la Vérité, bien évidemment que ta personne est encore là et qu'il faut qu'elle vive, qu'il faut qu'elle ait des relations. Mais la façon de les vivre, que ce soit les problèmes ou les joies, n'est plus du tout la même. Et ça peut pas être obtenu à travers un effort ou à travers une décision. Bien sûr que tu as la possibilité, si tu vis la Couronne du cœur, de te ressourcer en ton propre être intérieur pour te gorger de ta propre Lumière. Mais après, l'action, la relation, la situation qui se produit, doit se dérouler sans effort.

Tu poses la première intention, tu poses les décisions, et après, bien sûr qu'y a des obstacles qui se présentent, mais quel que soit l’obstacle, tu continues à aller là où tu veux aller – mais sans effort. L'obstacle te pose question, la difficulté ou la maladie peut te poser question, mais c'est toi qui vois après si tu es attachée à ça ou pas. Si tu es dans « Aime et fais ce qu'il te plaît », tu ne te poses plus la question de savoir s'il y a des torts, si toi tu as tort ou si la situation est tordue, ou si c'est l'autre qui a tort. Au contraire, profite de ces moments, comme je l'ai dit – et c'est ce que j'ai fait quand j'étais en prison –, pour prier encore plus. C'était inespéré. Privé de liberté, y a pas de meilleure façon de trouver la Liberté.

Alors, quel que soit le défi, surtout maintenant, surtout dans cette période (déjà depuis un peu plus d'une année), ce qui se présente à vous, que ce soit une maladie, que ce soit une joie extrême, que ce soit une torture la plus atroce dans votre tête, dans votre corps, dans une relation, est-ce que vous êtes suffisamment sages pour vous tourner vers votre cœur, ou pour vous débattre dans une situation? Alors bien sûr y a des obligations, hein. C’est sûr que si tu dis ça à ton inspecteur des impôts que tu es dans la Lumière et que tu veux pas payer tes impôts, ça risque de pas bien se passer, n'est-ce pas ? Mais si ça se produit, il faut aller au-delà de la situation, ou de la confrontation en elle-même. Non pas pour élucider les mécanismes de pourquoi ça s'est produit, c’est-à-dire dépasser là aussi la notion de causalité, c’est-à-dire aller au-delà. Aller au-delà, ce n'est pas maintenir dans la tête quelque part : « La Lumière va résoudre ça ». Non, parce que peut-être que la Lumière a prévu autre chose et que ton éternité aussi.

Le Christ a bien perdu son corps, il a été crucifié. À quoi mesurez-vous la réalité  de votre foi, la réalité de votre conscience ? Au fait de vivre des vibrations ? Oui, les vibrations, c'est la conscience, on l'a répété pendant des années. Le corps d'Êtreté, les Portes, les Étoiles, toutes les structures vibrales que vous connaissez ou que vous vivez. Mais si tu vis cela, tu as la certitude d'être libérée in fine, à la fin. Mais il y a toute cette période à passer, je parle même pas de l'Appel de Marie et des quelque 132 jours après, je parle de maintenant.

Profitez des opportunités, que ce soit une maladie de votre corps, que ce soit une souffrance, quelle qu'elle soit. Considérez toujours que ce n'est pas pour vous bloquer ou pour vous empêcher de quelque chose mais au contraire pour vous débloquer, pour vous sortir de votre personne. Non pas pour fuir quoi que ce soit, non pas pour se mettre la main devant les yeux et ne pas voir, mais ce que vous devez voir, avant la situation, avant l'autre, c'est vous-mêmes. La Lumière vous renvoie à vous-mêmes, dans les gestes et les actes les plus insignifiants de votre vie. Parce que si vous vivez des rencontres ou des états particuliers, vous accédez de manière tout à fait réelle à la Lumière. Si cette Lumière ne s'incarne pas, si cette Lumière ne transmute pas le corps, si votre chrysalide ne s'est pas constituée, à quoi ça sert ? À rien.

C'est à travers votre vie, à travers votre corps, à travers vos proches, à travers vos  sœurs et frères, même les plus éloignés, que vous pouvez non pas vous juger mais vous jauger, c’est-à-dire voir, sans complaisance et sans faux-semblants, là où vous êtes. Parce que si vous acceptez ce que vous êtes, vous ne vous mentez plus à vous-mêmes. Parce qu'on se ment souvent à soi-même pour donner une apparence, pour donner une image. Ça veut dire que vous êtes encore sensibles à l'image. C'est ce mécanisme-là qu'il faut voir. Et si vous êtes Lumière, donc si vous êtes en Amour, effectivement vous allez avoir l'opportunité de faire ce qu'il vous plaît, mais pas pour nourrir la personne mais pour donner cet Amour.

Vous voyez, l'ego prend, l'Amour donne – et il donne tout. Parce qu'il ne peut pas en être autrement. Quelles que soient les épreuves, quel que soit l'état du corps, quel que soit l'enfermement. Quand j'ai été enfermé, ça n'a pas changé un iota de ce que j'étais. Et heureusement, parce que si j'avais éprouvé du ressentiment, un esprit de vengeance, ou le mental qui me susurrait que c'était pas juste et que c'était injuste, que j'avais pas à vivre ça, c'est une erreur phénoménale. Il n'y a que la personne qui croit que la Lumière va satisfaire sa petite personne. C'est tout sauf vrai. Bien sûr que la personne cherche le bonheur. Alors y en a qui le cherchent à travers la matérialité, d'autres qui le cherchent à travers la spiritualité, mais ni l'une ni l'autre n'est efficace. Y a pas de porte de sortie là-dedans. Et quand vous verrez ça suffisamment, à ce moment-là vous accepterez le sacrifice, pas avant.

Mais le sacrifice, il va venir nécessairement, au moment de l'Appel de Marie, déjà quand les Trompettes retentiront de façon plus constante, avant d'être permanentes même. Là, vous serez face, non pas à un choix mais vous serez face à vous-mêmes, face à ce que vous êtes. Qu'est-ce que vous avez créé au travers de la co-création consciente, le Féminin Sacré, le Masculin Sacré ? À quoi avez-vous œuvré, quel que soit votre âge durant cette dizaine, voire cette trentaine d'années pour les plus âgés parmi vous ? Qu'est-ce que vous avez bâti ? Qu'est-ce que vous avez construit ? Rappelez-vous : celui à qui il a été beaucoup donné, il sera beaucoup demandé. Par contre, ceux qui ne savaient pas, comme disait le Christ : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font ». Mais celui qui le sait, celui qui sait les lois de la Lumière, qui les vit par moments, ne peut pas aller à l'encontre de cela. C'est impossible.

Et c'est ça que la Lumière, dans ce Face-à-Face, dans la période préalable, y a deux ans, dans cette assignation vibrale (avec la possibilité d'appel), c'était de vous réajuster. Mais vous vous réajustez à quoi ? À votre personne, à votre image ? Ou à la vérité de votre être ? C'est profondément différent. Les résultats sont profondément différents, déjà dans ta conscience. Je parle même pas de la situation ou de l'aspect sociétal que tu as dans la relation avec le monde.

La Lumière est inébranlable. Celui qui aime n'est pas plus fort, mais c'est un roc. C'est un roc non pas dans son corps, c'est un roc non pas dans ses relations, mais c'est un roc dans ce qu'il est. Quoi qu'il se produise, il ne perd jamais le fil. Quoi qu'il arrive, la reliance, si je peux dire, l'Éternité, demeure présente, ce qui n'est pas le cas quand vous oscillez. Alors bien sûr, encore une fois, y a pas de culpabilité à avoir, y a pas à se juger, encore moins à se condamner, c'est à voir et à reconnaître. Vous ne pouvez plus vous mentir à vous-mêmes. Vous pouvez peut-être encore mentir à certains frères et sœurs qui ne vibrent pas au niveau du cœur, mais vous ne pouvez plus vous mentir. C'est ça qui doit être vu, surtout maintenant.

Donc, on peut faire tout dire à l'Amour, on peut faire tout dire à la phrase : « Aime et fais ce qu'il te plaît », on peut faire tout dire au mot Liberté, mais c'est avant tout des mécanismes intérieurs. Tu peux être l'être le plus libéré, le plus grand des sages même, on va dire, et tu affronteras quand-même la mort, tu affronteras la perte des tiens, tu affronteras la calomnie, tu affronteras le déni des autres. Tout ça, si tu es pas réalisé et libéré, comment veux-tu l'affronter? Tu retomberas nécessairement dans la personne, avec ses contradictions, avec ses tournicoti-tournicota, avec ses émotions, avec la difficulté vécue et sentie. Celui qui est libéré peut avoir des difficultés, mais quelle que soit l'intensité ou le secteur qui touche cette contrariété, il demeure identique à lui-même.

L'Éternité est immuable. La vie en ce monde et la vie de la conscience enfermée, et même dans le Soi, n'est pas immuable. Elle  est changeante, elle oscille. Vous voyez bien l'humeur, elle monte, elle descend. Mais tant que vous êtes dépendants au bonheur extérieur, comment voulez-vous trouver le bonheur intérieur, c’est-à-dire la Joie? Alors bien sûr, nous passons tous notre vie à projeter cette Joie – sur l'être qu'on aime, sur l'enseignement spirituel que j'ai eu beaucoup de plaisir à mener de mon vivant – mais c'est aussi un enfermement. Parce que vous savez très bien que certains frères et certaines sœurs sont dépendants, ils sont pas autonomes. Ils cherchent à être rassurés. Alors s'ils sont matérialistes, ils vont être rassurés par un paquet d'argent. Si ils sont spirituels, ils vont être rassurés par la présence d'un maître, la présence d'un channel, la présence d'un gourou, la présence d'un directeur de conscience, peu importe, mais ils ne sont pas libres. Or, le but de la Lumière, c'est pas de vous enseigner, c'est de vous faire prendre conscience que vous êtes cela.

Alors c'est très difficile, encore une fois, à dire avec des mots. Mais quand vous l'avez vécu, quand vous le vivez, vous en êtes plus que certains, c'est indélébile. Et l'effet énergétique, l'effet Vibral et l'effet sur la conscience est permanent.

Le « Aime et fais ce qu'il te plaît » concerne aussi tes mécanismes intimes de pensée, de vie, des choses qui te font plaisir. Mais dès qu'il y a un autre frère et sœur, qu'il soit de la famille ou qu'il soit un inconnu ne change rien, il y a ce qu'il aime lui, qui est peut-être pas ce que tu aimes toi. Donc, y a conflit, donc y a opposition. Mais si toi t'es capable de te trouver toi-même, quelle que soit la situation ou quelle que soit la personne, tu ne peux pas être affectée. Tu peux être contrariée, tu peux avoir une colère, mais c'est pas quelque chose qui va être récurrent, ni réellement t'affecter, c'est quelque chose qui ne fait que passer. Crois-tu que le Christ, quand il a chassé les marchands du temple, ait été affecté dans ce qu'il était ? Absolument pas. D'ailleurs, ça a été appelé « une sainte colère », je crois, après, par les exégètes.

La Lumière aujourd'hui, vous demande une disponibilité totale. C'est plus les appels de la Lumière qui tombaient à l'emporte-pièce comme ça à certaines heures, le plus souvent en fin d'après-midi, où il fallait que vous alliez vous coucher, où vous pouviez plus mener vos activités. Ça, c'étaient les appels, et puis après, les injonctions de la Lumière. Aujourd'hui, c'est plus ça, même si ça se produit encore. Y a plus d'horaires, y a plus de situations, c'est un mécanisme intime qui se produit à l'intérieur de toi. Et c'est ça qui te nourrit, même si tu perds le fil de ton histoire, même si tu perds la tête, même si tu oublies tout. C'est une forme de déprogrammation, de transsubstantiation comme je l'ai dit il y a de nombreuses années, c’est-à-dire que vous ne pourrez plus être à la fois la chenille et à la fois le papillon.

C'est à ça qu'ont servi les Noces Célestes, c'est à ça qu'a servi la descente, très progressive, de la Lumière depuis le milieu des années 80 – c'est pas à faire un paradis sur terre. Rappelez-vous, je l'ai dit et redit : vous êtes sur ce monde, mais vous n'êtes pas de ce monde. Vous êtes Esprits – certes, parfois encombrés encore par une personne et un corps, auxquels il y a des obligations à répondre et à faire. Mais qui commande ? Qui dirige ? Qui aime ? C'est ça la question qu'il faut se poser. Et encore une fois, il n'est pas question de chercher une responsabilité, un coupable, il est question de se voir. Et ça, nous vous l'avons seriné toute l'année.

Alors nous passons à la prochaine question.

Question : je dois me faire opérer d'une hanche le mois prochain. Que comprendre des nombreux blocages qui sont apparus du côté de l'anesthésiste ? Dois-je accepter un report de l'opération ou accepter les examens cardiaques exigés ?

Alors là, on se trouve dans le cas où y a une opération, quelque chose qui est obligatoire, d’après ce que je comprends. Bien sûr, dans le cheminement vers cet événement qui doit survenir, tu as pu constater que des fois tout va très bien et tout est très simple, pour une opération ou pour autre chose, et d'autres fois vous avez des obstacles. Alors bien sûr le mental va s'en mêler. Et d'ailleurs, ça arrive à tout le monde, ça, mais libérés ou pas libérés. Là, c'est différent, c'est s’adapter à une situation.

Je vous avais parlé y a deux ans, y a un an, de la réponse du cœur. Mais là, on n'est pas dans une réponse oui-non, on est dans des improbables, ou des imprévus plutôt, qui arrivent pour te mener à cette opération. Je te rappelle que tu ne sais pas t'opérer toi-même, bien sûr, donc tu es obligée de remettre ta confiance en un professionnel, ou des professionnels qui savent faire ce genre de choses, donc cette opération.

Bien sûr il y a des contraintes, qui ne concernent pas ta conscience mais qui concernent ton propre corps. Alors, que faire ? Est-ce qu'il faut y voir un signe que tu ne dois pas être opérée ? Est-ce qu'il faut y voir un blocage par rapport à une date, parce que l'Intelligence de la Lumière te dirait que c’est pas la bonne période pour l'opération ? Ou alors tu te tournes vers toi-même et tu acceptes ce que les professionnels demandent, même si c'est pour se prémunir, eux, ou pour obéir à des protocoles précis et spécifiques qui sont en général, je crois, de plus en plus standardisés dans les hôpitaux. Donc quand tu confies ton corps, tu dois le confier jusqu'au bout.

Maintenant, c'était peut-être avant qu'il fallait faire la réponse du cœur par rapport au milieu hospitalier, au chirurgien et autre, mais les contrariétés ou les contretemps ne veulent pas dire une chose ou l'autre. Ça ne veut dire ni une chose ni l'autre. Ça ne veut pas dire qu'il faut reporter ou annuler l'opération, ça veut pas dire qu'il faut se battre jusqu'au bout en restant sur ses idées. Ça veut dire qu'il faut aller jusqu'au bout de l'intention première. Quelle était l'intention première ? C'était d'être opérée, pour réparer je ne sais quoi. Donc, en fonction de ça, tu as choisi le chirurgien, tu as choisi le lieu, et tu as rencontré des personnes, dans quelque secteur que ce soit, mais qui sont liées à la logique d'une opération donnée. Donc, que faire ? Y a pas à savoir si c’est bien ou mal, si c'est bon ou si c'est pas bon. Il y a, rappelez-vous, ça avait été développé par Hildegarde de Bingen concernant l'intention, ou la tension vers l'Abandon je crois, elle avait appelé ça y a très longtemps.

Se tendre vers un objectif, là en l'occurrence un objectif chirurgical, peut-être indispensable, peut-être vital, doit être mené. Il faut se battre. Ce n'est pas comme tout à l'heure. Si tu as suffisamment de force pour regarder en toi, tu constates qu'y a des oppositions, des barrages, des contraintes. Ça sert à rien de dire : « C'est peut-être que j'ai des peurs inconscientes », ou « C'est peut-être les professionnels qui ne sont pas si professionnels que ça », ça changera rien. Donc soit tu vas jusqu'au bout et tu regardes dans ces obstructions, dans ces désagréments, si la fluidité va s'établir d'elle-même, sans forcer, sans décider, sans chercher de culpabilité ici ou là, simplement en allant jusqu'au bout de ton intention première qui était donc de te faire opérer – à tel endroit, avec telle personne et avec telle chaîne logique de protocoles logiques. Maintenant, y a un grain de sable qui se dresse, ou une montagne (ça dépend aussi de ton point de vue), qui se dresse sur ta route pour arriver à cette opération. Alors là, il faut se battre, mais pas avec la personne.

Là aussi, mets l'Amour devant, pose effectivement tout ce qui est nécessaire de poser au niveau des rencontres, des examens et tout, parce que tu ne sauras jamais si la personne qui fait obstacle elle a peut-être raison, y a peut-être quelque chose à découvrir et à traiter par la même occasion. Si tu ne vas pas jusque-là, si tu ne confies pas intégralement ton corps dans cette chaîne d'opérations, tu ne le sauras jamais. Donc c'est pas de maintenir, un peu comme Tête de caboche : « J’ai décidé que ça sera là, donc ça sera là »,  ni même de dire « Oh là là, ça veut dire que c'est pas bon et faut pas le faire à cette date ou il faut reporter », c'est accomplir ce qu’il t'est demandé d'accomplir, avec confiance, et de voir le résultat. Parce que la Lumière ne s'y prendrait peut-être pas comme ça pour empêcher quelque chose, n'est-ce pas ?

C'est justement peut-être la Lumière qui a suggéré à cet élément qui a bloqué, de se manifester, peut-être pour quelque chose qui est vital. Tu ne le sauras jamais si tu ne vas pas jusqu'au bout. Et encore une fois, c'est pas une question de responsabilité ou de culpabilité à avoir pour toi. Parce que dans toute situation… Imagine, par exemple t’as prévu d'aller en vacances et tu te casses la jambe la veille. C'est la Lumière, ou c'est pas la Lumière ?  C'est toi qui as bloqué inconsciemment ou c'est la Lumière qui t'impose ça ? Tu ne peux jamais le savoir avant. Tu peux savoir, bien sûr, dans un choix préalable avec la réponse du cœur. Mais là ça t'oblige, si je peux dire, en quelque sorte à revoir ta position. Tu l'acceptes ou pas, tu vas jusqu'au bout ou pas, mais tu as toute la liberté.

Mais n'oublie pas qu'au départ, s'il y a opération programmée, c'est que tu as accepté l'intention d'être opérée, tu l'as programmée en toi. Et maintenant, il y a un obstacle X ou Y qui te dit « J'opère pas » ou  « Il faut faire autre chose ». Qu'est-ce que tu fais ? Tu changes d'intention ? Tu dis : « Ce n'est pas la Lumière » ? Non, tu restes fermement en toi dans ta décision et tu confies ton corps aux professionnels. Au pire, que peut-il t'arriver ? Être libérée avant tout le monde, c'est tout – qui serait une grande grâce, pas du point de vue de la personne mais du point de vue de l'Éternité.

On peut enchaîner. Je précise que je resterai le temps nécessaire, avec des interruptions pour vous rafraîchir, bien sûr. L'Impersonnel a tout son temps ; moi, non. Et vous non plus.

Alors, autre question.

Question : en mettant les paumes de mains sur les oreilles, on entend les sons du corps amplifiés. Au-delà, il y a un bruit de fond permanent. Que signifie-t-il ? A-t-il des résonances ? Avec quoi ?

Quand nous avons tous été enfants, nous avons tous mis un coquillage sur notre oreille. Là il met la paume de main devant l'oreille, c'est normal qu'il entende des bruits. Est-ce que ça serait signifiant… C'est quelqu'un qui devait vivre à la montagne, il n'avait pas de coquillages. Mais vous savez très bien que quand vous mettez un récipient, j’ai dit un coquillage, une bouteille, ou même votre main devant l'oreille, vous allez entendre plein de choses.

Question : c'est un ostéopathe, peut-être pose-t-il sa main devant les oreilles de ses patients.

Mais c’est normal. Vous avez les sons, comme il a dit, du corps, mais vous avez un processus qui s'appelle l'écho, il me semble. Et en plus vous avez, pas pour tous les frères et sœurs de l'humanité, mais vous avez le Canal Marial, vous avez l'activation des Couronnes de la tête et surtout, ce qui est appelé les ampoules de la clairaudience. Et si un ostéopathe ou si vous-mêmes vous mettez votre main devant l'oreille comme ça, vous allez entendre quelque chose ; ça fait caisse de résonance, ça fait écho. Vous allez entendre des multitudes de sons. Mais ça, c'est indépendant même de ce qui se passe actuellement. Vous avez tous mis un coquillage à l'oreille, quand même, dans votre vie ? Non, apparemment c'est pas si courant que ça. Essayez avec n'importe quel récipient, même un bol devant l'oreille, vous verrez. Il y aura effectivement ce qu’on pourrait appeler une réverbération du son. Parfois cette réverbération concerne uniquement les mécanismes de son, d’air enfermé dans le coquillage ou le bol, et dans d'autres cas, c'est les sons du corps, et dans d'autres cas, ça va être aussi le son de l'âme.

Donc il est tout à fait normal de percevoir, je dirais, une multitude de sons qui ont diverses origines, d'ailleurs. Au-delà des bruits du corps, déglutition, battements du cœur, etc., le corps n'est jamais silencieux. Si vous aviez l'occasion, non pas de mettre un coquillage, des mains, mais de vous boucher les oreilles, pas dans le conduit mais avec des casques autour des oreilles, ou qui filtrent absolument tous les sons, vous allez voir ce que vous allez entendre. Votre corps émet des milliers de sons en permanence, mais simplement les sons extérieurs sont plus prenants que les sons intérieurs. Tous ceux qui ont fait, qui ont mis… comment vous appelez ça, les boules dans les oreilles, là ?

… les boules Quies ?

Oui, j’ai perdu le nom. Quand vous mettez ces boules dans les oreilles, vous savez que vous percevez votre respiration, vous entendez les borborygmes du ventre et tout et tout. Mais dans ces cas-là, il n'y a pas que ça. Avec les casques sourds qui coupent tous les sons de l'environnement, vous seriez étonnés de la symphonie que fait votre corps – même une articulation, sans craquer, fait du bruit –, mais ces bruits-là ne sont pas perçus parce qu'il y a un seuil de discrimination, et l'oreille est faite pour entendre l'extérieur.

Tu peux continuer, hein. Quand je me tais, c’est que soit je réfléchis, soit que c'est la question suivante. On va voir si tu te trompes ou pas.

Question : pouvez-vous parler à nouveau du passage de la gorge ?

Il y a eu plusieurs passages de la gorge. Il y a trois passages au niveau de la gorge, au minimum. Vous avez le premier passage, qui est lié à la libération du corps causal. Vous avez un deuxième passage qui est le passage d'une autre Porte Étroite et qui permet d'arriver à la Libération, c'est-à-dire accoucher de soi-même. Vous avez eu, durant de nombreuses années, des périodes de sensibilité de la gorge liée justement à ces passages. Il y a aussi le passage de la parole au Verbe qui se fait, je vous le rappelle, par l'intermédiaire du 11ème corps mais aussi par le passage de la gorge. Donc, les passages de gorge, y en a eu plusieurs, et vous savez d'ailleurs qu'au niveau de la vie de la personne, y a des expressions populaires qui ne trompent pas : dire : « J'ai les boules », dire : « On me prend à la gorge », c’est-à-dire qu'on vous bloque et qu'on empêche le passage.

Mais il y a aussi la possibilité de justement ne plus être bloqué. La gorge, c'est souvent ce qu'on appelle, au-delà du codage du corps causal, c'est aussi lié à l'expression, à la communication, à la créativité, à la parole, à l'échange et à la créativité artistique, aussi quand vous chantez, par exemple. Donc tout cela fait que la gorge est un lieu de passage, un lieu de passage extrêmement important. Et y a eu, comme je l'ai dit, plusieurs passages successifs, par les mêmes structures, correspondant à chaque fois à un objectif différent, si je peux dire.

J'ai fini.

Question : lors de la Transfiguration, Jésus s’est entretenu avec Moïse et Elie. Peut-on en déduire que les deux témoins dont parle Jean dans l’Apocalypse seraient Moïse et Elie ?

Sur le plan historique, oui, ils sont la réincarnation de Moïse et Elie, tout à fait. La description de Sri Aurobindo, enfin de saint Jean dans l’Apocalypse, là est totalement littérale. C’est pas du tout comme les Trompettes, les Cavaliers, les Hayot Ha Kodesh. En fait, il fallait trouver des noms pour des choses qui étaient inconnues à cette époque, vous voyez. Par contre, tous les processus des deux témoins qui vont s’opposer à l’Antéchrist à Jérusalem est tout à fait, elle, littérale et concrète. C’est un évènement historique. Mais encore une fois, ça c’est inscrit dans l’histoire, ça fait partie du processus ascensionnel collectif. Mais ne vous attendez pas à voir cela avant les « trois jours », bien sûr, ça sera après, pendant les tribulations, pour ceux qui ont à vivre ces tribulations.

Question : depuis quatre mois, une sœur est alitée, incapable de marcher. Au début, son cœur physique s’est arrêté. Elle a eu la vision d’un autre cœur, situé au-dessus du nombril, qui a pris le relais. Depuis, elle note des transformations du corps physique, cheveux, disparition de cicatrices… Outre les transformations intérieures, elle est appelée Eli pour Elisabeth. Que pouvez-vous en dire ?

Il faudrait d’abord que je comprenne ce qu’on attend de moi comme réponse, par rapport à quoi. J’ai compris la description de cette sœur qui vit des processus très particuliers.

… peut-être y a-t-il un lien avec la question précédente, c’est la même personne qui pose la question.

Mais Elie et Moïse ne sont pas encore des personnages publics. En plus, si mes souvenirs sont bons, Enoch, Moïse, Elie étaient des hommes et pas des femmes, n’est-ce-pas ? Donc est-ce qu’il y aurait dans cette personnalité, le fait de se croire ou de se vivre comme Elie ? C’est ça que ça veut dire ? Et comment elle va aller à Jérusalem sans ses jambes ? C’était au contraire deux gaillards, je dirais, matures, dans la force de l’âge, et très solides. Donc sans jambes, ça me paraît délicat. Donc je ne vois pas trop, encore une fois, ce qui est demandé par cette sœur concernant cette autre sœur.

… cette personne n’est pas présente.

J’ai bien compris, mais si elle espère que je lui dise que c’est peut-être Elie, là non, pas du tout, c’est impossible.
Je peux rien dire de plus. On m’aurait demandé des explications éventuellement sur pourquoi la perte des jambes, pourquoi un deuxième cœur se met à un autre endroit, pourquoi les cicatrices qui guérissent, oui…

… c’est peut-être aussi la question…

Alors si c’est cela la question, ça veut dire quoi ? Comme je disais dans la toute première question, aujourd’hui, depuis un an, de plus en plus de manière évidente, quoi qu’il vous arrive c’est la Lumière – même si vous devenez paralysés, même si vous avez un cancer. C’est difficile à accepter, parce qu’on pense toujours que quand on a une maladie ou un cancer, y a une causalité, on a fait des erreurs, c’est le karma comme on dit, c’est la matérialisation de quelque chose qui est descendu des plans subtils. Oui, bien sûr, tout cela est vrai aussi. Mais voyez ce qu’il y a derrière tout ça : c’est l’action de la Lumière pour un objectif qui est propre à la personne. D’ailleurs, je crois, dans l’intitulé de la question, elle décrit parfaitement des modifications où y a, comme qui dirait, une amélioration du reste de la santé. Elle a parlé, je crois, des cheveux et de cicatrices sur le corps. Donc il y a eu réellement une transsubstantiation, visible dans la chair. Mais c’est tout ce qu’on peut en dire. C’est que cette situation était certainement la meilleure pour vivre l’intériorité et l’Éternité.

Ça illustre une fois de plus la différence entre l’illusion luciférienne, qui croit que la personne va devenir de plus en plus lumineuse, et celui qui a sacrifié sa personne pour la Lumière et l’Éternité. Y a que dans l’ego que nous croyons tous, à un moment donné ou à un autre, que parce qu’on se comporte bien, parce que on fait telle chose, que ça devrait aller dans le sens du bonheur. Je l’ai dit de mon vivant sans arrêt, oui, parce que jusqu’à un certain stade, si je peux dire, vous êtes obligés de constater l’effet de la Lumière sur votre personne, sur vos relations, sur votre humeur, sur votre santé. Y a des thérapies énergétiques et des thérapies vibrales. Ça, c’est une étape, c’est pas la finalité. La finalité, c’est de voir, comme saint Thomas, par soi-même, que la Lumière guérit et la Lumière agit. Mais, c’est pas parce que la Lumière agit, guérit et vous transforme, qu’elle va vous mettre dans une parfaite santé corporelle ou psychologique, ou sociale. C’est d’abord la Lumière et ensuite tout le reste, et non pas l’inverse.

Voilà ce que je peux dire sur cette question, mais ça illustre aussi tout à fait ma réponse un peu longue sur la toute première question.

Question : pouvez-vous développer sur les Piliers du sacrum couplés avec les Portes Précision et Profondeur dans l’alchimisation de l’Esprit dans la matière ?

De la même façon que vous avez des fils de Lumière, par exemple, qui unissent le chakra du cœur avec KI-RIS-TI, de la même façon que vous avez un circuit qui relie la Porte Étroite OD avec la Porte ER et le chakra de la gorge. Ça faisait partie du yoga de l’Unité que vous avait donné Un Ami voilà de nombreuses années. De la même façon, vous avez une connexion entre les deux Portes des plis de l’aine et les Portes qui sont situées de chaque côté du sacrum, au sommet et à la pointe. Donc, connaître la structure ne sert à rien, ce qu’il est important de savoir, c’est qu’aujourd’hui (et encore une fois depuis presque un an maintenant), c’était les ultimes Portes à se manifester.

Beaucoup d’entre vous ont senti les Portes Attraction/Vision. Y en a même qui croyaient être malades avec ces Portes. Après vous avez senti les Portes AL et Unité ; après, certains d’entre vous ont senti la Porte KI-RIS-TI, etc., etc. Récemment, ce sont les Portes Précision et Profondeur je crois elles s’appellent, au niveau des deux plis de l’aine, qui se sont activées. Maintenant elles ont rejoint, par un flux énergétique antéro-postérieur, les quatre Portes du sacrum, et ça recrée une structure particulière qui là, n’a pas une structure comme ça avait été expliqué pour la Couronne radiante du cœur et le Cœur Ascensionnel et le Cœur d’Êtreté, celui du corps d’Êtreté qui est cette figure géométrique parfaite à vingt-quatre triangles qui s’appelait de ce nom barbare, l’hexaèdre, le Tétrakihexaèdre. Vous avez une figure géométrique, à ce niveau-là, mais qui s’apparenterait plus à ce que vous nommez une fractale, déployée selon un nombre précis.

Voilà ce que je peux en dire, mais ça ne sert à rien de connaître cette structure. D’ailleurs, pour le cœur, certains d’entre vous l’ont vécu, l’ont vu, mais au niveau de cette sphère-là, l’action de la réunion des Portes antérieures et postérieures situées au niveau du petit bassin, devant et derrière, c’est uniquement de libérer les ultimes lignes de prédation, que vous ayez été libérés vivants ou pas au moment de la naissance de l’Onde de Vie.

Vous vous rappelez, l’Onde de Vie, elle a mis fin aux lignes de prédation collectives. Mais y a aussi les lignes de prédation personnelles, ce qui veut pas dire que vous n’êtes pas absolus, libérés vivants et autre, ça veut dire simplement que cet éphémère a encore des mémoires, et que ces mémoires, même si elles ne sont pas manifestées dans votre conscience ni dans la matière, doivent elles aussi être lavées. C’est plus les mémoires karmiques, parce que les mémoires karmiques, elles ont été lavées au moment de la descente de l’Esprit saint pendant les Noces Célestes, c’est-à-dire l’arrivée de la Lumière, du triple rayonnement et de l’Esprit saint, de l’Ultraviolet et de la Source, au niveau du 2ème chakra. Là, ça a été une libération karmique.

Là, ce que vous avez, avec ce travail des Portes antérieures et postérieures du petit bassin, c’est uniquement vous libérer, je dirais, des mémoires de cette vie qui ne sont pas karmiques mais qui sont liées, comment dire, aux habitudes, aux répétitions, aux choses que vous faites couramment. C’est celles-là qui disparaissent, et vous l’avez constaté d’ailleurs, certains d’entre vous perdent la tête, ne savent plus ce qu’ils étaient en train de faire deux secondes avant, n’est-ce-pas ? Tout ça c’est lié à ça, c’est cette ultime alchimie qui réalise, je dirais, le moment qui est pas tout à fait l’éveil de la Kundalini ou la montée de l’Onde de Vie mais c’est le moteur, si je peux dire, de l’impulsion qui va allumer votre Merkabah, un peu plus haut, au niveau de ce qui avait été nommé le Lemniscate sacré, qui va jusqu’au 13ème corps au-dessus de la tête. Voilà. Mais rentrer dans la structure de cela ne sert à rien.

C’est comme par exemple vous parler du Canal Marial. Nous vous avons donné des éléments, mais ceux d’entre vous qui le vivent savent très bien qu’il y a des connexions qui se font, par exemple entre l’Étoile ici à gauche, IM, l’Étoile ici en avant du front à gauche, et la Porte AL sur la poitrine, pour que le Canal Marial ne s’arrête pas à l’oreille mais fusionne avec la Couronne radiante du Cœur. Tout ça, c’est des mécaniques vibrales sur lesquelles nous avons très, très, très longuement insisté par les différentes yogas transmis par Un Ami, afin de vous faire focaliser votre conscience sur le travail qui était en cours. Pour vous, mais au niveau de la nouvelle matrice KI-RIS-TI de vie qui s’installait sur terre, en tant que semeurs de Lumière et libérateurs de la Terre.

Là, le travail est différent : c’est mettre fin aux derniers mécanismes automatiques, et ça correspond à toutes les fonctions vitales, quelle qu’elles soient. Parce que je vous rappelle qu’au moment de l’Appel de Marie, y a aucune fonction vitale qui demeurera. Vous serez tous ressuscités ou partis au troisième jour. La catalepsie qui va se produire entraîne un tel ralentissement du cœur qu’on pourrait appeler ça une mort clinique. C’est d’ailleurs les portes de la mort que vous passez. Certains d’entre vous ne reviennent pas dans ce corps, d’autres reviennent dans ce corps, d’autres sont évacués à différents endroits durant ou juste après les « trois jours », plutôt juste après ou juste à la fin, mais pas durant.

Or l’activation de ces dernières Portes vous permet de vous mettre en règle avec la catalepsie des « trois jours », pour ne pas avoir d’éléments de résistance qui vous feraient vivre la personne, par exemple les besoins de faire pipi. Je sais qu’y a eu des questions à cette époque : « Si on est en catalepsie, comment on va faire pipi et caca ? » Mais il n’est pas question ni de faire pipi, ni de faire caca, ni de manger. Vous ne serez plus votre corps, réellement et concrètement. Y en a aussi qui ont posé des questions pour savoir comment mettre à l’abri leur corps de leur chien, de leur chat, pour pas être mangé. Ne vous inquiétez pas pour ça : tout le monde sera en catalepsie, même ceux qui résistent. Vous serez invisibles, là où vous êtes, ce qui d’ailleurs pourra poser des problèmes pour celui qui résiste et qui s’aperçoit que son mari ou sa femme a disparu. Mais il a pas disparu ; il a disparu de l’espace-temps, mais il revient dans l’espace-temps, le plus souvent.

Question : mettre les cristaux sur ces Portes, Profondeur, Précision et les quatre Portes du sacrum, peut-il accompagner l’activation de ces Portes ?

Tout à fait. Vous avez même des protocoles qui avaient été donnés, innombrables avec les cristaux, qui par exemple permettaient de refaire le circuit des douze Étoiles de la tête. Avec les Portes, c’est la même chose, ça avait été donné je crois, y a fort longtemps. Mais vous pouvez tout à fait utiliser ce que vous voulez comme cristaux, soit les cristaux réels des Portes, si vous avez envie, et de voir ce que ça donne. Vous pouvez aussi vous mettre simplement avec les cristaux que vous utilisiez avant, par exemple le… comme ça s’appelait… le cristal-source pour vous aligner. S’aligner permet justement une meilleure superposition entre le corps éphémère et le corps éternel… enfin entre l’Éternité, y a pas de corps éternel, y a un corps d’Êtreté qui lui est indestructible.

Question : il a été dit : « À ceux auxquels on a beaucoup donné, il sera beaucoup demandé. »

C’est exactement ce que j’ai dit, oui.

Question : si ces êtres sont sur les Cercles de Feu, devront-ils aider leurs frères pendant les 132 jours ? Si oui, comment ? Est-ce ceux qui ont reçu votre enseignement ?

Ah ben ça nous en avions parlé longuement durant le processus d’assignation vibrale. C’est trop long de développer maintenant, donc je ne peux que te renvoyer aux informations que j’avais délivrées durant les mois de novembre et décembre, je crois 2014. Là, tu as tous les éléments de réponse par rapport à cela. Ce que je peux simplement dire, c’est que… C’est quoi la question ?

… ceux qui seront présents sur les Cercles de Feu…

Ah oui, ça y est. Les Cercles de Feu sont un lieu d’enseignement vibratoire, par rapport à une destinée, si je peux dire, ou à une conscience particulière. Vous savez très bien qu’il n'est pas question qu’il y ait la totalité de l’humanité sur ces Cercles de Feu. Ça concerne des groupes relativement restreints qui soit sont nos successeurs – ça je l’avais expliqué aussi, pour ceux qui ont joué avec le Soi, parce qu’ils connaissent les deux facettes –, soit de parfaire l’équilibre de la Terre, non plus en tant que libérateurs ou ancreurs de Lumière mais dans ces « dômes de survie », si je peux appeler ça comme cela, au niveau des Cercles de Feu, c’est recevoir l’effusion de la totalité des Clés Métatroniques et donc du corps d’Êtreté pour être fonctionnels, si je peux dire – que vous soyez avec un corps physique ou sans le corps physique ne fait pas de différence –, fonctionnels dans ce que votre conscience a choisi, après le grille-planète final.

Donc je te renvoie, pour plus d’explications, à tout ce que j’avais dit à cette époque-là, parce que ça serait beaucoup trop long, j’en aurais pour une heure rien que pour cette question.

Question : que signifie le fait que certaines Portes ou Étoiles piquent ou brûlent, et laissent même une marque sur la peau ?

Ça veut dire simplement que ça frictionne, c’est-à-dire qu’il y a un phénomène de résistance, qui est le plus souvent inconscient, entre les corps éphémères et le corps d’Êtreté. Ça veut pas dire qu’y a plus de travail à faire ou moins de travail à faire. C’est pas parce qu’y a plus de rougeur ou plus de douleurs qu’y a plus de travail qui se fait ou qu’y a plus de résistances. C’est simplement la résultante de la réaction entre la présence de l’Êtreté et les corps subtils. Alors effectivement ça peut être des douleurs. Y avait des douleurs, vous vous rappelez, sur le chakra du foie et le chakra de la rate, sur les Portes Attraction et Vision. Y a eu des douleurs sur KI-RIS-TI. Y a eu des douleurs sur, bien sûr, AL et Unité. Y a eu des douleurs, des vibrations, parfois des picotements surtout au niveau des plis de l’aine. Ça peut vibrer, c’est pas des douleurs comme y a eu sur Attraction/Vision et AL et Unité, c’est un peu différent.

Et puis avec le sacrum, bien sûr, là aussi ça crée des processus de vibration. Ça peut effectivement laisser apparaître des signes cutanés, ça peut se manifester comme des vibrations, voire comme des douleurs, mais vous ne pouvez rien en conclure. Vous en concluez simplement que vous êtes en train de vivre l’installation de l’Éternité. Mais pour vous personnellement, par rapport à telle Porte ou telle autre Porte, y a rien à en conclure. Ça ne veut pas dire non plus que si vous les sentez pas, alors que vous vivez les vibrations, qu’y a pas un travail qui se fait, mais en ce qui concerne cette Porte-là ou ces Portes-là que vous ne sentez pas particulièrement, ça veut dire que l’ajustement, la mise en adéquation entre l’Êtreté et l’éphémère se fait sans répercussions, si je peux dire, sans résistances.

Question : avez-vous des conseils pour rencontrer les Végaliens ?

Les Végaliens, c’est pas les peuples de la nature, hein, c’est pas pareil. Y a pas de protocoles, y a pas d’endroits puisque c’est eux qui se déplacent. Les Végaliens ne se déplacent jamais pour rien. D’ailleurs, si vous avez suivi les actualités de la Terre depuis déjà de nombreuses années, vous avez pu remarquer peut-être que pendant les tsunamis, pendant des tremblements de terre, pendant des situations d’urgence, les sphères végaliennes sont omniprésentes, parce qu’elles travaillent à ce moment-là. Ce sont des êtres qui se manifestent pas pour le plaisir de vous rencontrer.

Certains d’entre vous ont été opérés la nuit dans leur lit, d’autres les ont vus passer la nuit, mais vous ne pouvez pas entrer, communiquer avec les Végaliens comme vous le faites avec les dragons ou les elfes, ils ont d’autres chats à fouetter, les Anges du Seigneur, n’est-ce-pas ? Ils ont des missions qui sont extrêmement pointues dans cette période préalable, déjà depuis de nombreuses années. Donc ils ont pas vraiment nécessairement le temps de vous faire des coucous, d’autant plus qu’ils n’ont pas les moyens technologiques de le faire, contrairement aux Arcturiens qui, eux, peuvent vous flasher de très haut là-haut, et vous envoyer des flashs de Lumière.

Les Végaliens, vous ne les verrez pas dans leurs vaisseaux, sauf au moment opportun. Si vous voyez un vaisseau se poser à côté de vous, c’est qu’il est là pour vous emmener, il est pas là pour faire coucou. Il a pas de temps à perdre, le Végalien. Vous pouvez le rencontrer dans votre lit si y a eu opération, y en a qui ont été opérés plusieurs fois par les Végaliens, mais là, y sont pas dans leurs vaisseaux, n’est-ce-pas ? Ils sont… c’est difficile à expliquer… ils ne sont ni physiques ni dans la Lumière, quand ils interviennent dans votre lit. Ils ont stabilisé une dimension intermédiaire avec des champs magnétiques très particuliers.

À une échelle différente, bien sûr, c’est exactement ce qu’a fait Yaldébaoth, et les Archontes, quand ils ont enfermé le système solaire.

Ils utilisent leurs propres vaisseaux qui stationnent au-dessus de chez vous pour créer un champ magnétique un peu distordu, qui permet d’agir sur la matière, c’est-à-dire qu’ils peuvent vous faire traverser la matière dans ces cas-là. Et d’ailleurs si ils vous emmènent dans leurs vaisseaux, vous traversez les murs et les plafonds sans aucune difficulté. Et eux-mêmes, quand ils se manifestent, ne sont pas tout à fait physiques mais dans une dimension intermédiaire. Vous pouvez d’ailleurs voir leur visage, les capsules qu’ils ont sur les yeux, leur tenue de cosmonaute si je peux dire aussi.

Mais on peut pas les rencontrer comme ça. Autant vous pouvez le faire avec les Arcturiens, avec d’autres civilisations, d’autres peuples, mais les Végaliens, ils n'ont pas que ça à faire, n’est-ce-pas ? Quand ils se manifestent, c’est toujours qu’y a une raison, c’est pas pour faire coucou, c’est pas pour échanger. C’est soit pour intervenir sur vous, soit pour vous emmener, soit parce qu’y a quelque chose à faire dans le coin, si vous avez la chance de voir ces vaisseaux : venir chercher un corps, venir prévenir quelque chose, etc., etc.

Question : il y a deux ans, nous sommes quatre à avoir vu et photographié, au-dessus de Béziers, une énorme soucoupe de laquelle de nombreux petits vaisseaux sont partis dans la région.

Alors là vous avez des vaisseaux, quand ce sont des vaisseaux très gros en forme de soucoupe, vous avez des Andromédiens, et les Andromédiens peuvent transporter des capsules végaliennes, celles que vous voyez qui sortent des vaisseaux. Les Végaliens, même s’ils peuvent voyager d’un bout à l’autre de la Terre dans leurs vaisseaux, pour des raisons de traces radar, si je peux dire, ont besoin d’une autre technologie, en général soit arcturienne, soit andromédienne, pour pouvoir sortir d’un vaisseau. Vous voyez des grappes de lumières blanches qui sortent du vaisseau. Ça, c’est les Végaliens. Ça oui, vous avez plus de chance de le voir, mais après ils filent, ils filent là où ils doivent aller, c’est rare qu’ils restent sur place.

Parfois ils ont besoin de ces technologies arcturiennes ou andromédiennes justement pour éviter les moyens de reconnaissance humains.

Question : pouvez-vous parler des fées ? Quelle différence y a-t-il entre les petites fées et les grandes fées ? Y a-t-il plusieurs sortes de petites fées et de grandes fées ?

Il y en a d’innombrables, de même que vous avez des dragons de différentes couleurs, n’est-ce-pas ? Vous avez les ondines, elles vous l’ont dit, qui n’ont pas des formes fixes, même si elles se présentent sous la forme souvent d’un gros ver de terre globuleux. Les elfes ont une forme qui est assez figée, si je peux dire, les gnomes aussi, mais les fées sont mutables, un petit peu comme les ondines, pas complètement comme les ondines parce qu’elles sont beaucoup plus dépendantes de leur milieu naturel. Ces fées, vivant sur une échelle de temps qui n’a rien à voir avec l’échelle de vie humaine, ont effectivement, classiquement, les petites fées et les grandes fées. Ça dépend de l’environnement où elles se situent et, je dirais, depuis combien de temps elles sont dans cet environnement.

Alors vous avez des fées aussi, particulières, qui sont difficilement reconnaissables par vous, mais qui ont pas seulement une paire d’ailes, qui ont six paires d’ailes. Ce sont des fées qui se présentent en général comme des grandes fées. Elles ont des fonctions profondément différentes au niveau de la nature, mais les fonctions qu’elles ont, c’est déjà d’être en harmonie avec leur milieu de vie et elles passent leur vie à harmoniser, si je peux dire, dans la terminologie où vous pourriez l’employer, à harmoniser les lieux par leur présence.

Les fées sont très difficiles à voir et à sentir. Certains d’entre vous, je le sais, arrivent maintenant à les voir, à les percevoir, et pas encore à communiquer parce que la communication avec une fée passe difficilement par des mots, quels qu’ils soient. Vous avez eu un aperçu de ce genre de plasticité, je crois, avec l’ondine qui était venue vous parler. Pour les fées, c’est encore plus subtil que cela. Ça ne peut pas être de la télépathie non plus comme avec les Végaliens. C’est un mode de communication qui utilise la couleur, et uniquement la couleur, et si vous n’avez pas en vous le système de décodage des couleurs, si ces couleurs ne s’impriment pas en vous jusqu’aux idées, aux concepts ou aux mots, vous ne verrez que des couleurs, parce qu’elles ont un mode de communication qui est très très spécifique. Maintenant je vais pas rentrer dans les détails des différentes fées existantes. Sachez simplement que les fées sont marquées, si je peux dire, dans leur forme, par l’environnement dans lequel elles évoluent.

Est-ce que c’est un environnement qui est plus lié aux végétaux, plus lié à l’eau, plus lié aux roches ? En fonction de ça, leur morphologie, si je peux m’exprimer ainsi, est différente. Mais elles ne sont pas aussi mutables que les ondines par exemple, ou que les dragons, quant à leur taille. Elles sont figées dans leur taille, un peu comme les gnomes et les elfes.

Question : dans la littérature, les grandes fées sont les êtres de la nature qui ressemblent physiquement le plus aux êtres humains. En sont-elles particulièrement proches ?

Non, je viens de dire que c’était très difficile de rentrer en contact. Autant, je crois, les ondines vous ont dit qu’elles pouvaient être même dans vos vaisseaux, circuler dans votre sang, autant, pour une fée, c’est strictement impossible et irréalisable. Je vous ai dit que leur fonction est liée à la nature, à tout ce qui est naturel, tout ce qui est très loin de l’humain, donc c’est pour ça que c’est très dur. Les fées ne sont pas, comment dire… peureuses, ça veut rien dire, mais effrayées par ce qui est différent, mais elles sont tellement habituées à leur milieu qu’elles ne sortent pas de leur milieu. D’ailleurs si vous avez la chance de les voir voler ou évoluer, elles restent dans un périmètre, sauf certaines, particulières parmi les grandes fées, qui sont capables de voyager, mais la communication avec la fée n’est pas ni télépathique ni vibrale. Donc on peut pas dire que les fées soient proches des humains, même si certains humains ont établi des formes de communication avec les fées. Mais c’est loin d’être la règle et c’est loin d’être si fréquent que ça, contrairement aux elfes, aux dragons, aux gnomes, et ça commence aussi avec les ondines, qui deviennent plus proches, si je peux dire, de vous.

Question : vous dites parfois : « dans des éons et des éons ». Qu’est-ce qu’un éon ? Est-ce pour la Lumière une façon de mesurer le temps quand des expériences authentiques se manifestent dans les mondes unifiés ? Dans celles–ci, vit-on à la fois la conscience d’un temps et la conscience de l’absence de temps ? Pouvez-vous développer sur la notion de boucles temporelles ?

Quand il est dit par certains auteurs que le temps n’existe pas, c’est pas tout à fait ça. Au-delà de ce monde, l’espace-temps n’est plus courbé, ça veut pas dire qu’il n’existe plus, ça veut dire que ce que nous pourrions nommer une échelle de temps n’est pas du tout la même, rapportée à celle que nous connaissons quand nous sommes incarnés.

Quand on parle d’éons, on veut signifier simplement des durées qui se chiffrent en millions voire milliards d’années, en termes terrestres. Un Archange vit un éon, par exemple, des milliards d’années, mais c’est toujours un temps, mais le temps ne l’affecte pas. Y a pas de naissance et de mort à proprement parler. Donc on peut pas dire, y a un début et une fin, contrairement à vous où y a le début, c’est la naissance, et la fin, c’est la mort. Parce que y a des formes mutables mais néanmoins y a des stabilités de formes qui sont liées aux activités, si je peux dire, de tel ou tel être dans telle dimension donnée, qui est mutable et qui peut changer. La question était quoi ?

… dans ces expériences, vit-on à la fois la conscience d’un temps et la conscience de l’absence de temps ? Pouvez-vous développer sur la notion de boucles temporelles ?

L’Absolu ne connaît pas le temps, y a aucun repère spatial ni aucun repère de temps. Maintenant, dans les différentes manifestations d’expression de la conscience au sein des Mondes Libres, il y a une notion de temps, mais ce temps ne peut pas être superposable à ce que nous appelons, nous, le temps, quand nous sommes incarnés. C’est un autre temps, un autre ton, c’est pour ça que nous parlons d’éons, c’est pour ça qu’on dit y a pas de temps. Y a pas de temps, y a pas d’ombre, y a des mécanismes vibratoires qui prennent le relais par rapport à la matière carbonée, si je peux dire. Les boucles temporelles, c’est simplement les récurrences qui se forment… Si vous voulez, y a deux types de boucles temporelles : y a les boucles temporelles liées à l’enfermement, créées par les Archontes avec leur vaisseau de ferraille qui a enfermé le système solaire par une masse magnétique considérable, qui laisse un champ magnétique durant un certain temps, hein, qu’ils sont obligés, comme vous savez, de reformer tous les 25 ou 50 000 ans.

Ce refermage, ce bouclage du temps, vous le savez, ne peut plus se produire parce que depuis le mois d’août, depuis la fin des Noces Célestes, depuis août 2009, le vaisseau métallique des Archontes a été renvoyé "ad patres", si je peux dire. Donc ça, c’est plus possible, mais néanmoins dans un monde enfermé, et même dans les Mondes Libres, ce processus des boucles temporelles permet, comment dire… de réajuster – c’est comme vous sur un ordinateur : vous tapez une phrase, vous voulez changer la phrase, vous tapez sur « delete », c’est-à-dire « effacer ». Pareil, les boucles temporelles permettent d’effacer, je dirais, une boucle temporelle qui a mal tourné et qui a aucune raison de se maintenir. On recrée l’expérience.

Par exemple quand les Maîtres généticiens ensemencent la vie sur une planète, dans quelque dimension que ce soit  (nous restons bien sûr ici dans les dimensions anthropomorphiques, n’est-ce-pas ?), vous avez la possibilité, par rétroaction, de supprimer cette boucle temporelle. Quand je dis la supprimer, vous ne mettez pas fin à la vie ou à l’expérience, vous reprogrammer quelque chose qui est mieux, si je peux dire. Le terme « mieux » n’est pas adapté mais je ne vois pas de meilleure expression.

Donc les boucles temporelles, vous les connaissez aussi dans ce monde. Vous savez très bien que les gens qui, les frères et les sœurs qui vont faire une expérience de mort imminente, n’ont aucune notion de temps. Quand vous voyagez dans les mondes multidimensionnels, que ce soit tous les mondes qui sont derrière le Soleil, de l’autre côté, vous n’avez pas de notion de temps : tout se déroule dans le même temps, en tout cas du point de vue de l’humain. Mais dire qu’il n’y a plus de temps et plus d’espace, c’est tout à fait vrai pour l’Absolu mais c’est pas vrai du tout pour la conscience, même dans les Mondes Libres. Mais tous les temps semblent se passer dans le même temps, c’est ça qu’on appelle une boucle temporelle.

Le problème, c’est que vous avez beaucoup d’êtres humains, du fait même de l’enfermement archontique, qui vont spontanément, à travers des projections, à travers des recherches, spirituelles, énergétiques ou autres, vivre les boucles temporelles et s’identifier à tel personnage ou tel personnage, historique bien sûr, et si possible plutôt grandiose que mesquin. Ça, ça fait partie aussi des boucles temporelles induites par les Archontes. Donc tous les êtres, et vous en avez plein, et depuis toujours, hein, de mon vivant aussi. Je ne vous raconte pas combien de Moïse, combien de Marie-Madeleine j’ai rencontrés ; elles voulaient toutes coucher avec moi d’ailleurs, c’est bizarre ça… Et elles me prenaient pour Moïse, pour Merlin et je ne sais quoi.

Malheureusement ça fait partie, lors des processus d’ouverture spirituelle de la Couronne de la tête ou d’ouverture du cœur, avant de réaliser l’alchimie bien sûr du corps d’Êtreté, vous avez, sans le vouloir, accès à beaucoup de choses, et certains vont prendre ça pour argent comptant. Ils ont vécu la Passion du Christ, ils se prennent pour le Christ ; ils ont vécu certaines scènes de la vie de Marie, elles sont persuadées d’être Marie. C’est ça, les boucles temporelles.

Par contre, là il faut différencier deux choses quand même : y a l’illusion de se prendre pour tel ou tel personnage, mais néanmoins y a la réalité de l’énergie. Quand vous vivez une boucle temporelle, par exemple, et que vous revivez la Passion du Christ, même si vous vous identifiez pas au Christ, vous allez porter la conscience du Christ. C’est les mystiques qui vont porter les stigmates, par exemple, les stigmates de la crucifixion. Y a une identification totale. Ces êtres-là savent très bien qu’ils ne sont pas le Christ mais qu’ils deviennent le Christ – pas l’historique. Ils ont tellement marché dans les pas du Christ qu’ils sont devenus le Christ, mais pas le Christ historique.

Par contre, dans les boucles temporelles, quand vous vous trouvez à vivre spontanément, ou par des techniques, une boucle temporelle, vous avez accès à ce qui est appelé l’Akasha, les annales akashiques, la mémoire akashique. Je vous rappelle que ces mémoires akashiques sont en cours de bouleversement parce qu’y a aucune raison de garder tout ce qui fait ces notions d’enfermement, contrairement aux créations libres des Maîtres Généticiens. Ou, rappelez-vous, je disais qu’il y avait un reset et qu’on effaçait, et qu’on réécrivait une autre séquence sur l’histoire. Ça, y a aucun intérêt à garder cela pour la Terre.

Par contre, vous avez des frères et des sœurs qui ont revécu un moment de la vie du Christ par exemple, mais ils se sont approprié l’identité. Au lieu d’être un christ comme un autre, ils veulent être « le » Christ, et là, bien sûr, tous les dérapages sont présents. L’ego ne peut que se débattre là-dedans et ça donne des situations parfois très difficiles à vivre, hein.

L’identification à un personnage, il faut pas confondre être porteur de la vibration de tel personnage, qui a porté une vibration spécifique, comme c’est possible d’ailleurs aujourd’hui, vous le voyez par exemple dans certains entraînements, dans certaines transmissions des pouvoirs du maître qui va mourir, au nouveau maître. Ça, c’était dans l’ancien temps, ça se faisait très souvent. Nous ne l’avons pas fait officiellement, je dirais, avec Bença Deunov, mais je dois reconnaître qu’il m’a transmis très jeune une partie de ce qu’il était. Ça veut pas dire que je suis devenu Bença Deunov, même s’il y avait une ressemblance, mais je portais en moi l’information Bença Deunov.

Vous voyez, de la même façon que certaines femmes peuvent porter l’information Marie-Madeleine ou Marie mère de Jésus, mais c’est pas pour ça qu’elles sont cela. Parce que là, vous créez une dépersonnalisation, un fantasme et une erreur, parce que vous allez entraîner des erreurs monumentales pour les frères et les sœurs qui vont approcher ces êtres et qui vont adorer ces êtres, pour l’histoire, pour ce qu’ils représentent, mais qu’ils ne sont pas. Et les boucles temporelles, c’est ça.

Alors quand on vous dit qu’effectivement le temps n’existe pas, il existera toujours, pour la personne. Il n’existe pas pour le Soi, quand vous êtes immergés dans le Soi, et il n’existe pas pour la Parabrahman, celui qui et absolu aussi, libéré vivant. Mais néanmoins il est soumis au temps de la personne, il ne peut pas supprimer le temps de la personne.

Autre question.

Question : Marie a exprimé que notre corps humain faisait de nous ses enfants. Après le grille-planète et la perte des corps, serons-nous encore tous ses enfants ?

Si vous êtes de Sirius, oui. Mais ce que nous nommons la famille, au sens spirituel, parce que bien évidemment il y a… bien sûr il est pas question de famille comme vous,  avec dormir dans le même lit, avoir des relations sexuelles, mais y a néanmoins, même sur les dimensions les plus élevées, anthropomorphiques, des alliances. Y a par exemple, et ça a été présenté je crois y a pas longtemps à l’un d’entre vous, un croisement, si je peux dire, entre un Archange et un elfe. Alors n’allez pas voir des relations sexuelles là-dedans, mais c’est des échanges de vibrations et d’informations qui créent une nouvelle forme. Donc ça oui, c’est tout à fait possible. La question, c’était ? Je crois que j’ai oublié une partie.

… après le grille-planète et la perte des corps, serons-nous encore tous ses enfants ?

Ça dépend où vous êtes après, ça dépend qui vous êtes après. Si vous avez un corps carboné, même chez les Arcturiens, bien sûr que Marie sera toujours votre Mère. Mais quand vous êtes absolus, vous n’avez que faire du père, de la mère, des enfants, des beaux-parents et tout ça, ça n’existe pas. Donc les mondes carbonés ont été enfantés par Marie, mais dans d’autres univers, c’est pas Marie mais c’est toutefois des Maîtres généticiens de Sirius qui viennent des fameux Guides bleus, si vous préférez, qui sont les ensemenseurs de mondes, mais c’est tout. Une fois que vous êtes libérés, quand vous n’avez plus de structure carbonée, même une structure silicée n’a pas besoin de Marie comme maman. D’ailleurs ça serait faux, puisqu’elle a pas transmis quoi que ce soit au niveau des corps silicés.

Donc c’est spécifique à, non pas à ce monde enfermé, mais c’est spécifique à la création de la vie carbonée, Marie ou d’autres Maîtres généticiens qui ont œuvré avec elle ou à d’autres périodes, dans d’autres multivers.

Question : depuis six ans, j’ai une forte irritation de la gorge entraînant raclements et toux irritatives intempestives, ceci sans pathologie. Pouvez-vous m’éclairer ?

Qu’est-ce que c’est que la gorge ? Vous le savez tous, y a pas besoin d’être psychologue ou de connaître l’énergétique. C’est le lieu où on rentre quelque chose et c’est le lieu où on sort quelque chose : le souffle, l’air, l’expression, la communication. Alors bien sûr, il serait séduisant de te donner la causalité organique, mais comme tu le dis toi-même, rien, y a rien qui a été trouvé. Donc on est obligé de dire, dans ces cas-là, que c’est un processus, comment vous dites, psychosomatique je crois, qui se situe sur une sphère non organique en tout cas, éthérique peut-être, mais surtout sur les plans qui sont plus subtils et qui ne donnent pas, et pendant des années je dirais, des anomalies marquées. Ces anomalies surviennent le temps de la crise, pas de la gorge mais de n’importe quoi, et disparaissent quand la crise est passée, donc y a pas réellement d’atteinte organique.

Mais la gorge te renvoie toujours et systématiquement à l’expression, aux non-dits, aux choses cachées, que celles-ci soient liées à toi, liées à la famille, au transgénérationnel, mais il y a toujours, toujours, quelle que soit la cause, un problème lié à l’expression, à la communication et au rapport à soi-même. Le plus souvent, c’est un défaut d’amour vis-à-vis de soi-même, ou mal compris vis-à-vis de soi-même. Vous avez aussi des expressions, comme je disais tout à l’heure : « qui sont restés en travers de la gorge », « prendre quelqu’un à la gorge ». La gorge, c’est avant tout un lieu de passage, donc ça traduit nécessairement, quelle qu’en soit la cause première – parce que je ne peux pas la connaître comme ça, je ne sais pas d’ailleurs qui pose la question –, mais même si j’avais l’opportunité de te soigner, l’intérêt n’est pas de te dire : « ça vient de là », ou « t’as vécu ça », ou « t’as fait ça » ou « y a un problème transgénérationnel », le problème, c’est de faire accepter par la Lumière la notion de passage.

Quand je parle de passage, c’est aussi bien le passage d’état à un autre que tout ce qui est notion de changement dans la vie. Y a une rigidité trop importante dans la personne qui ne peut pas s’adapter au changement, quel qu’il soit. Mais c’est le plus souvent inconscient. Retiens simplement que la gorge, c’est l’expression, c’est l’échange, et c’est le passage, tous les passages, quels qu’ils soient : tout ce qui passe d’un état à un autre, d’un endroit à un autre, d’un âge à un autre.

Et je dois dire que même dans, on va dire une angine, imagine… (je sais pas si ça existe, d’ailleurs) des angines chroniques, peut-être, imagine qu’y ait des affections à répétition qui deviennent chroniques. On dit, bien sûr, c’est les microbes, c’est la propreté de la gorge, c’est les amygdales qui ont des trous, etc., etc., mais en définitive, ça c’est que la conséquence, c’est pas la cause. La cause te renverra toujours à ce que j’ai dit : difficulté d’expression et de communication, difficulté de changement, et difficulté de passage, c’est-à-dire grande difficulté à faire le deuil, incapacité à faire le deuil, pas nécessairement d’un amour, pas nécessairement d’une personne. Ça peut être d’un lieu, ça peut être d’une habitude. C’est la gorge qui commande tout ça, le chakra de la gorge.

C’est bien sûr la structure causale, mais attention, quand je parle de structure causale, je ne veux pas dire karma. Le karma, l’incarnation du karma, c’est-à-dire la manifestation du karma dans le corps,   d’abord c’est quelque chose de très rare ; ça représente, allez, nous allons dire 5 à 10% des maladies seulement. Vous avez suffisamment de raisons d’être malades dans cette vie et dans ce monde aujourd’hui, avant d’aller chercher midi à quatorze heures dans vos vies passées. Mais effectivement y a 5 à 10% des maladies dite karmiques, mais elles ne vont pas s’exprimer au niveau de la gorge, elles vont s’exprimer sur le 2ème chakra, parce que le codage de la causalité karmique qui descend en incarnation se fait par le 2ème chakra. C’est pour ça d’ailleurs, je reprends ce que j’ai dit tout à l’heure, que durant certaines étapes des Noces Célestes, quand les énergies de Lumière descendantes ont touché le 2ème chakra, ça a éliminé déjà certains karmas, au niveau des dents en particulier.

Mais encore une fois le corps causal, qui est la gorge, se manifeste au niveau du 2ème. C’est les couplages, d’ailleurs, des chakras. Mais le plus souvent, retiens simplement ce que j’ai dit : quelle que soit la cause que tu pourrais trouver – on pourrait trouver par exemple une irritation d’un nerf qui passe par là, on pourrait trouver des choses sur les cordes vocales, on pourrait trouver un spasme laryngé, des milliers de raisons qui sont certainement connues par la médecine –, mais toutes les raisons du monde, en définitive, te renvoient à toi-même.

Vous avez par exemple une forme d’angine particulière, qui est une résolution karmique, et qui là se porte au niveau de la gorge, en particulier chez les enfants. C’est ce qu’on appelle l’angine à streptocoques. Le streptocoque est une bactérie agent du karma. C’est aussi simple que cela. Donc vous pouvez lutter contre la bactérie, que ce soit avec des antibiotiques ou l’énergie, ou ce que vous voulez, mais vous pouvez aller aussi au-delà, c’est-à-dire voir ce qui est touché, non pas dans la compréhension d’un karma mais quel est le mécanisme dans l’instant présent, dans le présent que je vis, qui fais que je n’arrive pas à passer. Non pas pour chercher une cause intérieure ou extérieure, mais encore une fois, là aussi, pour voir les choses clairement face-à-face.

Ce qui est vu, ce qui est accepté, dès l’instant où vous ne vous mentez plus à vous-mêmes, disparaît par la Grâce de la Lumière et par l’Intelligence de la Lumière, mais pas avant. Il faut aller à confesse, il faut se confesser soi-même à soi-même. Et ça, ça se fait dans le présent, ça se fait pas dans une recherche passée ou dans un facteur de causalité, parce que même si le facteur de causalité existe, dire que tu vas le faire disparaître et qu’après tu vas aller mieux, en donnant par exemple un antibiotique, dans ce cas-là, en ce qui concerne la gorge, ce n’est pas vrai, sauf chez l’enfant bien sûr, dans les angines nommées à streptocoques. Certains staphylocoques aussi, dorés, au niveau de la peau, sont liés à des situations karmiques en résolution. Vous avez d’autres germes comme ça, mais je vois pas trop l’intérêt de vous détailler tout ça dans l’Ascension que vous vivez maintenant.

Eh bien, chers amis, nous allons faire une petite pause et nous continuerons après la pause. Tout mon Amour vous accompagne.

À tout de suite.