SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

5 octobre 2016

L’IMPERSONNEL – Partie 2 – Septembre 2016


Mon ami, mon aimé, mon frère, après l’évidence du Silence nous allons, et toi et moi, où que tu sois, en quelque temps et en quelque espace que tu sois, plonger, si tu l’acceptes, ensemble, en le Mystère de la Vie, en le Mystère de la Vérité, afin que se lève en toi ce qui encore peut te restreindre à la plénitude de l’Éternité. Alors ici ou ailleurs, en ton cœur comme en tout cœur, nous fusionnons dans l’indicible joie de l’Amour inconditionné révélé. Et toi et moi, dans le même souffle, au-delà de nos formes et au-delà même de l’Informe, nous nous tenons.

En ce Silence sacré d’où vient et d’où tout revient, en chaque conscience comme en chaque forme, nous nous immergeons, nous nous nourrissons, nous étanchons notre soif et nous nous installons dans la Paix. Le Feu de l’Esprit, baptême igné, déploie la vibration de l’Unique en l’accueil spontané de l’Esprit du Soleil. Nous nous laissons, chacun de nous, embrasser par la compassion et embraser dans le Feu de la Vérité.



Par la puissance des Quatre Vivants, par la puissance d’Ehieh Asher Ehieh, nous déployons ensemble l’Esprit de Vérité en l’Amour incréé, source de toute vie, de toute animation, de toute forme et de tout monde. Le souffle du Feu, le souffle de l’Air, le souffle de l’Eau et le souffle de la Terre rejoignent l’Éther au cœur du Silence et au cœur de la beauté. Ensemble, nous plongeons dans l’Océan primordial et pourtant jamais né, et pourtant qui ne finit jamais.

La vibration de l’Éther, du Feu originel lui aussi non né, lui aussi ne disparaissant jamais, réalise en chacun de nous la fusion de la tri-Unité, activant l’ensemble des structures de Lumière connues par nombre d’entre vous et éprouvées par nombre d’entre vous. Que cela soit en l’une des Couronnes radiantes, que cela soit en l’Onde de Vie, que cela soit en le Canal Marial, nous accueillons le Paraclet, installant, en chacun de nous qui l’accueille, le souffle de l’Éternité. L’Esprit souffle quand il veut et où il veut, il existe néanmoins des circonstances, ici comme ailleurs, qui sont des appuis majeurs à la manifestation de l’Esprit du Soleil.

En ta qualité de Fils Ardent du Soleil, en ta qualité de KI-RIS-TI, se déploie la quintessence du « Je suis Celui que je suis », du « Je suis Un », venant combler les interstices résiduels des résistances de chacun de toi, qui ne sont pas issues d’une quelconque rétribution mais bien uniquement des circonstances résiduelles de l’enfermement en ce monde, mettant fin aux ultimes lignes nommées « de prédation » pouvant encore subsister de par habitude ou du fait même de la conscience collective, permettant aujourd’hui d’asseoir et de magnifier ta fonction, indépendante de ta personne de semeur de Lumière au sein de ce monde.

En cet espace-là tu vivras, si ce n’est déjà fait, que la meilleure des actions pour servir la Lumière et l’Amour que tu es est justement la non-action. Cette non-action n’est pas inaction, ni même repos, elle est certitude inébranlable de ce que tu es, ce que j’ai nommé voilà quelques instants l’Évidence. Déployant ainsi l’Évidence en chacune des parcelles de ta conscience et de tes corps, nous réunifions ce qui te semble ne pas être encore uni, ce qui te semble encore être distant de la vérité de ce que tu es, venant brûler, assouplir et pacifier ce qui doit l’être, en ta conscience comme en tes corps, du plus grossier au plus subtil.

La liberté intérieure, comme la liberté de tes corps, est entièrement présente dès l’instant où tu ne cherches rien à retenir ni à préserver. Dans cette foi et dans cette innocence se réalisent les ultimes alchimies, te donnant à compléter et à clôturer les différentes Noces vécues au cours de ces nombreuses années. Ainsi, baptisé en l’Esprit de Vérité, re-né de nouveau en la Liberté de l’être et du non-être, s’activent en toi les dernières Portes vibratoires localisées en ton sacrum et autour de ton sacrum, te donnant à vivre ta propre Liberté et la cessation de tout engramme résiduel, mémoriel ou lié à tes peurs.

En cet instant, ici comme partout, la vie t’offre ce qui est utile et nécessaire pour parfaire et vivre ce que tu es, au-delà de toute contingence, de toute personne, de toute dimension comme de tout monde.

En cet instant, alors que le mouvement de la Terre dans son cycle annuel est un mouvement d’intériorisation, de repli, initialisé et initié par l’équinoxe d’automne, te permet de te rassembler au cœur de toi-même, en cet espace de Silence, en cet espace d’Évidence, en ce lieu qui n’en est pas un et que pourtant il faut nommer dès que la parole se fait Verbe. Ainsi, réunissant la co-création consciente du Masculin Sacré et du Féminin Sacré au sein de l’Androgyne Primordial, se réalise en chacun de toi l’ultime jonction entre ce qui ne fait que passer et ce qui est éternel. Il ne s’agit plus seulement de mettre en adéquation ce qui est de l’ordre de l’éphémère et ce qui est de l’ordre de l’Éternité. Par ton positionnement, par tes actes, par ta réflexion intérieure, il t’a été donné, durant ces années, l’opportunité de choisir, l’opportunité de vivre ton assignation, aussi de la transformer, permettant de ciseler ton éternité, en adéquation la plus parfaite avec ton essence.

En ces ultimes moments de ce qui subsiste à être séparé et divisé, en toi comme partout sur ce monde, cette alchimie ultime, au-delà de toutes les apparences comme de toutes les souffrances, te fait rentrer de plain-pied en ta demeure d’Éternité, en ta Demeure de Paix Suprême, là où tout le reste constituant ta vie en ce monde, tes mémoires et tes expériences, n’a plus de raison d’être, n’a plus de raison de se présenter sur ce que tu es, ou au travers de ce que tu es.

Tu es invité, en cette période de ce temps terrestre, à demeurer – au-delà même des appels de la Lumière –, de demeurer au centre de toi-même, espace de résolution et de transcendance totale. Nombre d’entre toi vivent cette ultime transsubstantiation, passage d’une forme au sans-forme ou à une autre forme, nommé voilà longtemps la chenille et le papillon. Au-delà de la métaphore et au-delà de l’image, il demeure la vérité essentielle de la mutabilité de la vie ainsi que de sa permanence, quelle que soit ta demeure d’élection.

Au-delà de l’évidence du Silence je t’invite, parce que ton cœur t’invite, non plus à choisir, non plus à être assigné, mais bien à te positionner, de manière de plus en plus évidente, en la Vérité et en la Liberté de ta conscience et de ton Esprit.

Chacun de toi en est là dorénavant. Qu’il en ait la connaissance, la préscience ou l’ignorance ne change rien. En le plan de la Lumière, il n’y a ni erreur, ni raccourci, ni même lenteur. Il y a juste le déploiement de la Grâce selon ce qui a été préétabli pour chacun de toi voilà fort longtemps, ne dépendant d’aucun cycle et ne dépendant même pas de ce cycle final de la Terre, afin que tu t’affranchisses et sois affranchi de ce qui peut encore te sembler bloquer ou résister. Que cela s’inscrive dans ton corps, que cela s’inscrive dans ton mental, que cela s’inscrive dans tes mémoires, tu as dorénavant, à chaque minute, la possibilité d’être régénéré et ressuscité, faisant voler en éclat les dernières limites, les dernières mémoires, les dernières résistances.

Longtemps les intervenants t’ont parlé de contact avec les Éléments, avec les peuples de la nature, avec les plans multidimensionnels. Tout cela n’a été qu’une préparation à te vivre toi-même en ton entièreté, sans fards, sans résistance et, je dirais, en toute connaissance de ce que tu es. Cela rejoint ce qui fut expliqué sur l’Autonomie et la Liberté, s’actualisant toujours plus en chacune des circonstances de ta vie, de ton corps, de tes affections, de tes corps subtils, comme de ta conscience.

Cette invitation n’est pas un rendez-vous donné à un moment précis, ni programmé à une date précise, mais c’est une invitation dorénavant permanente, qui dépasse largement le cadre de l’action de Grâce ou de l’état de Grâce. S’il fallait y mettre un mot, cela serait celui de la béatitude, où la source de contentement n’est rien d’autre que ce que tu es, mettant fin à tout besoin, à toute obligation de ce corps comme dans cette conscience au sein de ce monde. Le moment est venu, non plus de choisir, non plus de décider, mais d’accepter l’évidence. Tu es poussière et tu retournes à la poussière en toute apparence comme en toute forme, te mettant à nu, chose qui sera vécue, ainsi que cela a été annoncé depuis de très nombreuses centaines d’années sur cette terre et qui fut nommé parfois Ascension.

Chacun de vous, où qu’il soit sur cette terre, vit à sa manière ce processus. Que cela passe par le corps, que cela passe par la santé ou la maladie, que cela passe par la diminution ou au contraire par l’expansion, le résultat est le même, faisant pour nombre d’entre vous ayant vécu les étapes préalables, que cela soit les Couronnes radiantes, que cela soit l’Onde de Vie, que cela soit par la Shakti ou par toute autre structure vibrale manifestée et vécue en votre corps, de réaliser non plus seulement la Nouvelle Eucharistie mais l’activation franche et complète du Lemniscate sacré, du Vajra ou Fontaine de Cristal, mettant en œuvre et en action la Merkabah interdimensionnelle personnelle et collective à la fois.

Comme l’avait énoncé Marie, humaine, ayant emprunté de nombreuses formes au sein de ce monde, est venue vous le dire, vous l’annoncer et vous préparer. Il n’y a plus rien à attendre, il n’y a plus de calendrier à regarder ; les échéances, telles qu’elles vous ont été communiquées l’année précédente, sont dorénavant achevées. Vivre en l’évidence du Silence procure une joie, mais cette joie n’est plus seulement une joie sans objet, elle ne dépend d’aucune circonstance. C’est en ce sens que je l’ai nommée béatitude, car la béatitude se vit quelles que soient les circonstances, de votre âge, de vos structures ou de vos plans subtils. Cela veut dire aussi qu’il y a en chacun de toi la même Évidence, reconnue ou pas, mais il s’agit exactement de la même Liberté, de la même Grâce, de la même Lumière, du même Amour. Tout dépend de votre emplacement au sein de la conscience. Ce qui fut nommé le point de vue est bien sûr différent pour chacun de vous, car coloré par mémoire, histoire, résistances ou attachements, mais en définitive c’est la même Évidence, encore masquée parfois par le bruit fait par vos propres résistances, créées par vous-mêmes au sein même de l’enfermement, et sur laquelle il n’y a ni culpabilité ni même responsabilité.

Chacun de toi est maintenant à l’heure, non plus seulement de son alignement, de sa reconnexion, mais bien plus de l’éclatement de la Vérité en ce monde. Comme chacun de toi l’a peut-être remarqué, la succession des événements, que cela soit au niveau géophysique, que cela soit au niveau cosmique, que cela soit au sein de la conscience sociétale collective humaine, il en est de même.

En cette semaine de ce temps particulier de la Terre où se fêtent les Archanges, se fêtent dans le même temps les étapes finales et ultimes de ta résurrection, de ta renaissance et de ta Liberté. Rappelle-toi qu’il n’y a rien à préparer, qu’il n’y a rien à anticiper, qu’il n’y a rien à prévoir concernant l’Esprit, concernant ta vie. Il n’est pas pour autant question de ne pas faire face à ses responsabilités éphémères au sein de ce monde, mais bien de les laisser disparaître d’elles-mêmes par l’action de la Grâce et par l’action du Silence, t’amenant à sortir définitivement, pour nombre d’entre vous, de tous les jeux d’action-réaction comme de tous les jeux de la causalité. En la Lumière, en l’Amour, en l’évidence du Silence, en la Demeure de Paix Suprême, il ne peut exister de réticence ou de résistances, il ne peut exister de choses ou d’éléments s’opposant à la Lumière.

L’apparence du combat qui se déroule en toi entre tes deux parties, éphémère et éternelle, comme ce qui se déroule sous vos yeux, sur votre monde, n’est que le résultat de cet ajustement final de repli et de déploiement de l’Éternité depuis le Cœur du Cœur.

Les circonstances de ta vie, qu’elles soient dans ton cercle proche comme à l’échelon de la terre entière ne sont là, encore une fois, en dépit de certaines apparences, que pour te permettre d’éprouver ta Liberté et d’éprouver ton éternité. Plus que jamais, aujourd’hui, je dis à ton cœur, où que tu sois : ne cherche rien, accueille simplement l’Évidence, accueille. Toute la dynamique de l’Ascension, de la Merkabah interdimensionnelle, de l’Onde de Vie, du Canal Marial, de tes Couronnes radiantes est aujourd’hui sous l’effet de l’action de Grâce et de l’évidence de la Vérité. Tu n’as rien à préparer, tu n’as rien à travailler, tu n’as rien à améliorer, tu n’as rien à éradiquer, tu as juste à être en foi et en confiance totale en l’action de la Lumière au-delà de ta personne.

Aucun élément de ce qui appartient à ton éphémère ne peut freiner dorénavant ce qui rentre en manifestation et en déploiement. Alors, au-delà des phrases employées par le Commandeur des Anciens concernant la peur ou l’Amour, je dirais que aujourd’hui, même la peur ne peut plus être en mesure de résister à l’Amour. Même si tu crois encore à certaines peurs se manifestant en ta conscience et en ta personne, celles-ci ne peuvent plus rien. Elles n’appellent qu’à une seule décision, celle de te tourner en intégralité vers ce que tu es. Tout émergera de là. Le baume de vie sera appliqué sans que toi-même aies besoin d’une quelconque action sur ces éléments encore dissonants.

Laisse-toi simplement investir par ce que tu es en totalité. Cherche de moins en moins une explication en ce monde, concernant la raison ou la logique. En d’autres mots, fie-toi à ton cœur, non seulement en la réponse du cœur mais, au-delà de la réponse positive ou négative de ton cœur concernant tout questionnement, laisse ce qui fut nommé voilà bien longtemps la Fluidité de l’Unité t’habiter. Laisse-la œuvrer, sois le fidèle observateur qui disparaît même de sa propre observation. Là, tu te démontreras et tu démontreras à l’Intelligence de la Lumière que tu es donc devenu cette Lumière que tu as peut-être tant cherchée.

L’heure est l’heure de la Résurrection, l’heure de l’Appel de Marie, l’heure de la Libération et l’heure de la Liberté.

L’ensemble des événements et des circonstances devant advenir à votre conscience comme à l’échelon du système solaire se réalise en ce moment-même sous vos yeux. Ce qui fut inscrit dans un cycle donné, entre 2005 et l’année 2012, période de sept années, expliqué de différentes façons par différentes voix, que cela concerne la réabsorption de mercure au sein de la protosphère solaire, que cela concerne la disparition de la lune, que cela concerne les mouvements géophysiques et les innombrables retournements de la conscience collective comme de ta conscience propre, éphémère comme éternelle, se déroule en cette période.

Il existe, pour nombre d’entre toi, des changements, qu’ils soient au niveau corporel, qu’ils soient au niveau de votre vie. Ceux-ci n’ont pas été décidés par vous ni même décidés par l’environnement ou par les pressions de l’environnement, mais uniquement par la présence de la Lumière et de l’Amour partout à la surface de ce monde.

Voilà de nombreux mois, le Commandeur des Anciens vous avait entretenus de la densification de la Lumière adamantine, des Agni Deva au sein des structures nommées Portes et Vortex au sein de vos corps, mais dorénavant de manière tangible et palpable partout en ce monde.

Ce qu’il vous est demandé par la vie elle-même, aujourd’hui, est la confiance en la Lumière et non pas une quelconque confiance en vous ou en votre vie. Dès que vous vivez, non plus seulement ce qui fut nommé Abandon à la Lumière mais bien réellement et concrètement la présence de la Lumière, tous les éléments de votre vie, comme de votre conscience, se mettent en place en vous avec évidence.

Au-delà de la peur et de l’Amour, il n’y a que deux mouvements : celui de la densité, celui de la légèreté. Un mouvement qualifié de « vers le bas » et un mouvement qualifié de « vers le haut ». Nul ne pourra rester à mi-chemin en un pseudo-équilibre de l’éphémère et de l’Éternel. Rappelez-vous qu’il n’y a rien à choisir, rappelez-vous qu’il n’y a plus d’assignation mais simplement l’évidence, non plus seulement du Silence mais l’évidence sur le plan de la 3ème dimension de ce monde, de ce que vous avez conduit, de ce que vous avez vécu, de ce que vous avez lâché, ou pas.

La confiance en la Vie et la confiance en l’Amour, même si dans votre chemin de vie en ce monde il vous semble être dépourvu d’amour, cela n’est pas vrai. Quelle que soit votre perception, quelle que soit votre humeur, au-delà de tous ces jeux, il y a la Vérité et son Évidence. Comme je l’ai dit, ouverte à chacun de toi dès l’instant où tu acceptes de ne plus en faire qu’à ta tête, de ne plus en faire que selon tes désirs, que selon ce que tu nommes ou nommerais encore ton évolution, mais bien plus dans la reddition sans condition à cette Éternité, non pas en la demandant, non pas en la priant, non pas en l’évoquant, mais bien là aussi en disparaissant de tout jeu personnel. Rappelle-toi qu’il n’est pas question pour cela de s’isoler, qu’il n’est pas question pour cela de quitter qui que ce soit ou quoi que ce soit, mais simplement d’être disponible en l’accueil de la Lumière. Non plus seulement pour vivre l’effet de la Lumière, non plus seulement pour ascensionner ou être libéré, mais pour être tout simplement ce que tu es depuis toujours, quelle que soit ta forme, quel que soit ton chemin, quelles que soient tes croyances ou quels que soient tes vécus.

Si tu acceptes cela, et ce n’est pas une acceptation qui se situe au niveau d’un choix mental, mais une acceptation qui vient du cœur, où la foi et la confiance en la Lumière deviennent non seulement omniprésentes mais vraiment inexorables. À ce moment-là, quel que soit ton état vibratoire, quel que soit l’état de ta conscience, quelles que soient les structures vibrales présentes ou absentes, manifestées ou pas, tu ne dépends plus de cela ni de la vibration, ni de la conscience, ni de l’amélioration de quelque circonstance que ce soit, ni d’aucun changement voulu, souhaité ou refusé.

Il y a simplement à vivre la foi dans son sens le plus noble. Il faut accepter de voir ses ultimes croyances, pour chacun de toi, s’évanouir dès l’instant où tu ne les tiens plus, dès l’instant où tu es capable de te voir agir au sein de la personne comme être au sein de ton éternité. Il n’y a ni difficulté, ni effort, ni travail. Il y a justement exactement l’opposé, c’est-à-dire arrêt de toute volition, de toute recherche, comme cela fut exprimé longuement par un dénommé Bidi voilà de nombreuses années.

Voilà ces nombreuses années, vous fut expliqué et démontré l’ensemble des structures vibrales que nombre d’entre toi ont vécu, que cela soit de façon étagée, que cela soit de façon brutale, intermittente ou permanente. La vie, dorénavant et de manière de plus en plus éclatante et évidente, te donnera à vivre précisément ce que tu dois vivre pour être vivant au-delà de ce monde.

Avant que la liberté intérieure ne devienne aussi la liberté dimensionnelle, il faut que ta foi, ta confiance, ta conscience, se découvrent elles-mêmes libres, si ce n’est déjà fait. Retiens simplement que ce n’est pas question d’un effort, que ce n’est pas non plus une question de travail, surtout spirituel, parce que l’Esprit est parfait et c’est cela qui se révèle à toi et en toi. Se révélant à toi et en toi cela t’apporte non pas la compréhension mais l’intuition directe de ce que tu es, au travers de ton vécu mais aussi de modifications, là aussi finales, intervenant dans tes cocons de lumière, en particulier au niveau de ce qui fut nommé le corps causal.

Voilà de nombreuses années que se sont réalisés de nombreux passages par la Porte de la gorge, initialisés en particulier durant l’année 2011 par l’Archange Uriel. Aujourd’hui, tout ce qui devait être retourné a été retourné. Tout ce qui pouvait être activé au niveau des structures vibrales nommées Portes ou Étoiles est réalisé. Comme vous le savez, il ne peut y avoir de compte à rebours excepté au moment où les Trompettes retentiront de manière globale sur la Terre avant l’Appel de Marie. La seule conduite à tenir est simplement de relâcher ce qui doit être relâché. Les appels de la Lumière ne se font plus dorénavant à certains moments, à certains jours, ils se réalisent de manière permanente, de manière progressive et de plus en plus vaste et ample.

Accueillir la Lumière Christ en Unité et en Vérité, comme cela fut réalisé durant les Noces Célestes, aujourd’hui ne se réalise plus par rendez-vous, ne se réalise plus selon les moments voulus par la Lumière ou voulus par votre personne, mais se réalise sous forme itérative à des fréquences et des cadences de plus en plus rapprochées, de manière de plus en plus tangible, perceptible, quoi que vous perceviez au niveau de la sensibilité vibrale ou énergétique.

Ce que vous vivez, les uns et les autres, ou ce que vous ne saurez tarder à vivre, correspond à cette Évidence, à cette foi et à cette confiance, et au Silence. La majesté de la Lumière, la grandeur de l’Amour, sont de plus en plus effectives et ont des actions, bien sûr, à la fois sur votre corps et sur vos structures subtiles.

Rappelez-vous qu’au mieux vous lâchez toute prétention d’action, toute prétention d’amélioration, au mieux vous réaliserez la perfection de votre éternité. Car aucune Éternité ne dépend de votre personne. Votre personne, votre histoire ne peut en aucun cas vous être d’une quelconque utilité pour accéder à l’évidence du Silence et à la béatitude.

Comme vous l’avez peut-être déjà remarqué, chacun de toi, il existe une capacité de plus en plus visible à disparaître ou, à l’inverse, à résister. N’y voyez ni progression ni régression mais simplement un processus d’ajustement de plus en plus fin, de plus en plus précis entre la conscience limitée, la Supraconscience et l’Absolu.

… Silence…

Dans ce Silence, au-delà de l’Évidence, au-delà de la Paix et de la béatitude, au-delà même de l’Amour et de la Lumière, il y a ce qui ne peut porter de mot, ce principe qui peut s’énoncer, ce Parabrahman dont rien ne peut être dit, qui ne peut être qu’expérimenté, éprouvé et vécu. Vous n’aurez plus de certitudes en dehors de cela car toutes les certitudes extérieures vous ramèneront à la notion de causalité, de bien et de mal et donc de dualité.

Votre capacité à être ce que vous êtes ne dépend en définitive aujourd’hui plus que de cela. Acceptez de ne rien comprendre. Acceptez qu’aucune date, même la plus proche et la plus imminente, ne saurait vous contenter. Acceptez que le seul contentement, ne peut venir que  de l’évidence du Silence, là où tout est compris, là où tout est potentiel, là où tout peut s’actualiser. Ceci, ce que je viens de dire, s’applique bien sûr dans ce cadre précis de ce temps précis de la Terre où quels que soient vos désirs, quels que soient vos programmes, quelles que soient vos décisions, vous n’êtes plus maîtres à bord. C’est votre être éternel qui se met en syntonie et en phase avec la Lumière Une et l’Amour.

… Silence…

En les temps plus que réduits que vous vivez, il n’y a pas de meilleure conduite, si je puis dire, à adopter. De votre capacité d’accueil, même de l’intolérable, découle votre capacité de résilience, qui ne dépend pas d’un effort de votre personne mais uniquement de la capacité à voir et à vivre la Grâce en action. Ce qui peut sembler, au sein de votre personne, comme éloigné ou opposé à la Lumière n’est en définitive que, du point de vue de l’Esprit, les derniers processus de purification et d’élimination.

Par votre action, par votre comportement, par vos décisions, par ce que la vie vous envoie ou ce que la vie vous prend, se démontre en vous-mêmes votre emplacement au sein de l’éphémère ou au sein de l’Éternité, n’appelant aucun jugement, aucune condamnation car il ne peut y avoir d’erreur, a fortiori et surtout si quelque chose ou quelque élément vous semble erroné ou faux. Dites-vous bien qu’au-delà des apparences il y a obligatoirement l’action de la Lumière, qui ne dépend pas de vous ni des circonstances incriminées.

Acquiescer à l’œuvre de la Lumière, non plus pour bâtir de nouvelles structures vibrales, ni même pour parachever votre Merkabah interdimensionnelle personnelle, ne vous est dorénavant d’une quelconque utilité. S’il vous semble avoir besoin d’aide, de béquilles, ou de stabiliser un certain nombre d’éléments, vous avez bien sûr, comme cela a été expliqué, l’ensemble des peuples de la nature. Vous avez des outils dont le dernier communiqué a été la « Libération mémorielle », qui correspond à la personne. Je peux dire que en ces jours-ci, et de manière de plus en plus frappante pour chacun de vous, tout cela ne vous sera plus d’aucune utilité dès l’instant où vous serez établis dans la vérité du Silence, dans cette Évidence-là. Cela ne veut pas dire que si vous en éprouvez le besoin, qu’il ne faille plus soulager ou améliorer la personne. Ce que je veux dire par là, c’est que l’ensemble des circonstances de ta vie, quelles qu’elles soient, ne représentent que le travail ultime de la Lumière. Heureux les simples d’esprit car le Royaume des Cieux leur appartient, aujourd’hui plus qu’avant et aujourd’hui moins que demain.

La capacité de chacun de toi à voir ces mécanismes et ces jeux est une clé essentielle, non pas pour corriger quoi que ce soit mais pour laisser encore plus, même s’il vous semble avoir besoin de techniques quelles qu’elles soient, de laisser de plus en plus la Lumière agir par la Grâce, et là aussi par l’évidence de la Lumière. Ce qui doit mourir ou s’éloigner de vous n’est pas de votre fait ni de vos décisions mais directement issu de l’Intelligence de la Lumière.

L’ensemble des mécanismes  à l’œuvre par l’Intelligence de la Lumière sur cette terre n’a que faire, si je puis dire, de votre petite personne, de vos préoccupations affectives, sociales ou de santé. Son seul but est de vous restituer à vous-mêmes, quel que soit, si je puis dire là aussi, le prix à payer. Plus le prix est important, plus l’Évidence s’installera. Au-delà de toutes les situations qu’il peut vous être donné de vivre selon votre environnement sociétal, mais aussi selon votre environnement géophysique, où que vous soyez sur cette terre, deviennent primordiales. Non pas pour vous punir, non pas pour vous rétribuer, mais simplement pour vous permettre d’être ce que vous êtes en intégralité.

Plus que jamais aujourd’hui, comme cela fut le cas durant ces nombreuses années, il vous est demandé, par la Lumière elle-même, par votre Présence éternelle, de laisser cette Lumière éternelle être, entrer en manifestation, entrer en incarnation et entrer en déploiement, au-delà de tout intérêt personnel, au-delà de tout acte de compréhension, de toute logique ou de toute raison.

En résumé, moins il vous semble y avoir de solution ou de décision, plus vous rentrez en intimité avec la Lumière, quoi que vous dise votre corps, quoi que vous dise votre personne. Si vous acceptez cela, si vous en faites l’expérience, alors votre chemin à parcourir en ce monde, en quelque obligation ou en quelque responsabilité que ce soit, vous semblera et sera réellement d’une légèreté à nulle autre pareille. Cela correspond, mais à un autre niveau, à ce qui fut appelé l’état de Grâce. La fusion du Masculin sacré et du Féminin sacré, à travers tout ce qui vous a été développé concernant leur manifestation et leur constitution, vous appelle aussi aujourd’hui à réunifier cela. Réunifier cela, ce n’est ni l’action ni l’inaction, ce n’est ni la passivité ni l’activité, ce n’est ni le bien ni le mal, c’est l’Unité en manifestation, en incarnation totale et entière pour votre conscience individuelle, quelle qu’elle soit, comme pour la conscience collective de la Terre.

Chaque événement de chacune de tes vies n’est là que pour cette forme de conscientisation de la Vérité et de l’Évidence. Il n’y a ni leçon à tirer ni quoi que ce soit à améliorer, simplement à laisser l’Esprit se révéler dans sa totalité et dans sa magnificence. L’action, par le biais de votre personne, même avant l’Appel de Marie, et donc dans la période que vous vivez, vous montrera et vous démontrera la futilité et l’inutilité de croire que c’est vous qui vous décidez, que c’est vous qui choisissez, que c’est vous qui faites les choses. En définitive l’Esprit, quand il est reconnu, reconnaît parfaitement que ce n’est pas la personne qui a agi ou qui veut agir. Reconnaître cela, c’est devenir libre, si vous ne l’êtes pas déjà ; acquiescer à cela, c’est ôter tous les poids, où qu’ils soient situés, qui semblaient vous limiter dans la pleine conscience de la Liberté.

… Silence…

Et même dans le Silence et sans mots s’exprime tout ce que je viens de dire. C’est l’expression de la Lumière elle-même.

Tout ce que je viens de dire s’éclaire, vous donnant une clarté nouvelle, une Unité assumée et manifestée en ce monde duel en cette fin de l’histoire. Alors oui, à chacun de toi je dis : « Aime et fais ce qu’il te plaît », non pas ce qui plaît à ton corps, non pas seulement ce qui plaît à ta personne, mais étant devenu Lumière, ce qui plaît à la Lumière. Ce qui plaît à la Lumière est la Liberté, l’Amour, la Joie, la Légèreté, quel que soit ton âge, quels que soient tes problèmes, quelles que soient tes douleurs ou quelles que soient tes joies. Sois vrai, sois spontané et tu percevras que toutes les réponses ne sont pas dans la réflexion, ne sont pas dans la logique, ne sont pas dans ton mental, mais uniquement dans ta spontanéité.

… Silence…

Voici donc le cadre et les éléments que j’avais à vous transmettre concernant ce temps-là de la Terre.

… Silence…

Le seul événement – majeur – n’est pas seulement tout ce qui se déroule en la Terre, en ses cieux ou dans la collectivité humaine. L’essentiel est là, en ce que je viens d’exprimer en ces quelques heures. Il y a donc, si je peux dire, exercice pratique de tout ce que vous avez vibré, de tout ce que vous avez vécu, de tout ce qui vous a été explicité concernant la conscience comme les vibrations.

La Lumière vous veut en totalité. Il n’y a pas de demi-mesure ou de demi-portion, il y a totalité. Il ne peut en être autrement en l’Unité manifestée en déploiement sur ce monde.

… Silence…

Là est ce qui se vit et se vivra chaque jour avec de plus en plus d’intensité.

L’heure n’est plus au choix, l’heure n’est plus à l’assignation, l’heure est à la manifestation, sans a priori, sans réticence, sans peur du regard de l’autre, sans peur du regard de soi-même, sans peur des conventions sociales ou morales.

… Silence…

Je te salue au-delà de ta forme.
Je te salue en la Liberté et en ton Esprit.
Je te salue enfin, en toute fraternité. Et je te salue aussi en ton humanité.
… Silence…

À toi qui m’as lu, à toi qui m’entends, à toi qui m’écoutes ou qui m’écouteras, je t’aime.

Au revoir.