SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

11 octobre 2016

Attentat de Nice : les gendarmes étaient à Avignon pour protéger Hollande

INFO PANAMZA. Le rapport de la police des polices a passé sous silence le motif-clé de l'absence de gendarmes et CRS à Nice pour le 14-Juillet : ils avaient été mobilisés à Avignon pour le "dîner privé" de François Hollande.

Le 28.09.2016

Lors du procès de l'affaire de pédophilie d'Outreau, les chaînes de télévision avaient pu -fait exceptionnel- retransmettre en direct les audiences.

À propos de l'attentat de Nice qui a causé la mort de 86 personnes, aucun média audiovisuel n'a souhaité diffusé le seul débat de fond qui s'est tenu sur le sujet à l'Assemblée nationale.

Dans l'après-midi du 6 septembre, la commission des lois a auditionné la patronne de l'IGPN, police des polices, à propos de son rapport relatif à la sécurisation de la Promenade des Anglais au soir du 14 juillet.

Dans la soirée du 6 septembre, Panamza avait déjà souligné que l'IGPN n'avait pas voulu et pu accéder aux images pourtant cruciales de la vidéosurveillance de Nice.


Aujoud'hui, mercredi 28 septembre, un nouvel élément d'information nécessite d'être souligné. Membres de la commission des lois, les députés de l'opposition (LR) se sont étonnés (à 1h40 et 1h42) que le rapport de l'IGPN -qui indique que 5 villes de la "zone de défense et sécurité sud" (Marseille, Toulouse, Montepellier, Carcassone, Avignon) ont bénéficié ce soir-là de la protection de forces mobiles (CRS et gendarmes)- passe sous silence le motif de l'affectation pour Avignon : la présence non annonçée de François Hollande (en compagnie d'Audrey Azoulay, ministre de la Culture) pour un "dîner privé" suivi de sa venue au Festival pour assister à la dernière représentation locale des "Damnés", curieuse pièce de théâtre sur la montée du nazisme (qu'il ira finalement voir le 24 septembre à La Comédie Française).


Précisément : une unité de force mobile avait donc été refusée à Nice pour être affectée à Avignon et protéger le président de la République.

Eric Ciotti a notamment insisté (à 1h02 et 1h38) sur le fait que, "pour la première fois", Nice n'ait pas disposé de telles forces de protection pour le 14-Juillet, contrairement aux éditions de 2015 (60 gendarmes) et 2014 (37 CRS). En cette année 2016, seuls des policiers municipaux (42) et nationaux (64) étaient présents pour encadrer la fête de la "Prom'Party".
Panamza vous propose, via le lien URL ci-dessous, de visionner ou d'écouter les 2 heures de cette audition, austère sur la forme mais particulièrement instructive sur le fond. Les plus pressés peuvent directement consulter (dans les onglets) les interventions pugnaces des députés Ciotti, Larrivé et Geoffroy ainsi que les réponses étonnamment évasives ou désinvoltes de Marie-France Moneger-Guyomarc'h. 


Détail troublant : selon la romancière Christine Angot, Hollande avait souhaité que son dîner à l'hôtel d'Europe s'interrompe exactement à 22h30, soit 30 minutes avant le démarrage de la pièce au sein du Palais des papes (situé à seulement 300 mètres) et 2 minutes avant l'irruption (à 22h32 et 33 secondes) du camion sur la Promenade des Anglais.

Rapidement informé de l'attentat, le président accepta néanmoins -toujours selon Angot- de poser "vite fait avec le personnel de l'hôtel".

Publiée le 15 juillet sur le compte Facebook de l'hôtel, voici la photographie de François Hollande, à peine alerté de la tuerie mais disponible et tout sourire.