SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

16 juillet 2016

L’IMPERSONNEL – PARTIE 5 – Q/R – JUILLET 2016


Accueillons-nous les uns les autres, en l’Amour et la Paix.

… Silence…

Où que tu sois je suis.

Toi qui es là, toi qui es partout, accueillons, en le cœur de l’Unique.

Et à nouveau, nous questionnons. Nous questionnons la Vie, nous questionnons la personne, nous questionnons le Mystère, là où le silence prévaut, où nulle réponse ne peut satisfaire, mais néanmoins conduit à la porte de l’intime, à la porte de la Vérité. Alors, questionnons.

Question : y a-t-il un lien ou une connexion particulière entre les dragons et les libellules ?

Bien-aimé, il y a similitude quant aux déplacements au sein de l’air. En certaines langues, la libellule est appelée le « dragon volant ». L’analogie correspond à l’Air et au Feu dont sont porteurs ces deux entités. Bien évidemment la libellule est insérée dans votre réalité tridimensionnelle, ce qui n’est pas le cas des dragons. Il y a une différence de taille et de constitution mais les éléments de mobilité, de déplacement sont les mêmes. Le vol du dragon comme le vol de la libellule renvoient à la liberté du souffle et à la liberté du feu. L’un comme l’autre explorent, en des octaves différentes, la même réalité. La conscience supportée par la libellule comme par le dragon ont les mêmes capacités de déplacement et d’information. Les fonctions, au niveau de ce monde incarné, n’ont bien évidemment rien à voir. Il y a donc similitude et connexion à travers le déplacement et au travers de la liberté.

L’apparence des dragons, même dans une forme différente de celle des libellules, donne une couleur telle qu’elles sont présentes aussi chez les libellules.

Voilà les analogies qui peuvent y être trouvées.

La masse n’est pas la même, le but et la fonction ne sont pas les mêmes non plus. Certains dragons vous ont révélé leur fonction au niveau de la Terre, en cette période charnière du passage d’un état à un autre de la conscience elle-même.

Voici maintenant la réponse du silence à cette question, et la réponse de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : dans sa dernière intervention, Métatron a dit qu’il se joignait à Mikaël pour redresser l’axe de la Terre. Il a été constaté un changement de 17° de la position du Soleil très récemment, est-ce en relation avec cette action de Métatron ? Le redressement total de l’axe de la Terre aura-t-il lieu avant les trois jours de stase et qu’implique-t-il ?

Le redressement de l’axe de la Terre a commencé dès le passage de la deuxième Étoile et a donc été initialisé au début de votre année 2016.  Il n’y a pas que Métatron, même joint à Mikaël, qui suffise à redresser l’axe de la Terre. Ils en sont les agents opérateurs au travers des rayonnements venant du cosmos, venant de la Source, venant de l’espace profond du cosmos, venant de Sirius et venant du Soleil.

La rectification, le redressement de l’axe de la Terre s’accompagnera, quand il sera finalisé, d’événements à nuls autres pareils, modifiant l’équilibre des continents, des masses d’eau, permettant à la Terre de recevoir la totalité du rayonnement cosmique. Ceci est aussi directement relié à l’approche de l’astre qui vous est encore invisible à vos yeux de chair, mais visible en infrarouge, ce que vos yeux ne peuvent voir et ce qui pourtant est vu par les technologies modernes de votre monde. Les conséquences en sont donc innombrables quant à la dissolution de toute structure carbonée, de toute montagne et de tout océan.

Il n’y a pas nécessairement de concomitance entre l’Appel de Marie et la finalisation de la rectification de l’axe de la Terre. Cela demeure toutefois une probabilité, une possibilité. Sur un plan que je qualifierais de plus logique, le basculement final de la Terre devrait se situer, peu ou prou, en résonance avec le grille-planète final, et donc, après l’Appel de Marie et après les 132 jours de tribulations. Toutefois, et comme le Commandeur vous l’avait dit, rien de cela n’est fixe ni figé, et s’adapte selon l’Intelligence de la Lumière et son ajustement aux ultimes zones de résistance collectives et planétaires.

La conséquence en est une disparition de la conscience de toute forme carbonée accédant à son Éternité, pour certains avec ce corps, pour une grande majorité, sans ce corps éphémère.

Mais retenez que le plus important ne sont pas les événements géophysiques ou les événements concernant votre corps et la survie de ce corps, mais bien plus la rectification de votre conscience, vous réalignant à la Source, revivifiant en vous le Serment et la Promesse.

Toutefois, si les circonstances l’exigent, en le mécanisme cette fois-ci d’Ascension de la Terre en sa dimension cinquième, cet événement pourra être avancé mais non pas retardé.

L’important est votre liberté et votre libération, ainsi que l’Ascension de la Terre, n’ayant rien à voir avec un quelconque élément concernant la survie de ce qui est éphémère. Il n’existe plus, comme cela fut le cas durant les Noces Célestes et jusqu’en 2012, une notion de seuil de consciences éveillées. Ce seuil, vous le savez, a été largement dépassé et continue à grandir chaque jour. De plus en plus de consciences, humaines et non humaines, retrouvent leur Éternité au sein de ce monde. Il n’y a donc plus à proprement parler d’obstacles, mais bien un ajustement de plus en plus fin entre l’éphémère et l’Éternel.

Chaque jour de votre temps terrestre qui passe ne fait que stabiliser un peu plus la conscience elle-même en le devenir et en son Éternité.

… Silence…

Plus les jours de votre terre s’égrènent, plus la probabilité de simultanéité d’événements décrits depuis fort longtemps, aussi bien par les prophètes que par les divers intervenants, sera de plus en plus grande.

L’enchaînement de ce que vous pourriez nommer « événements terrestres » est connu depuis toujours. Comme cela avait été énoncé par Sri Aurobindo voilà longtemps, l’Œuvre au Bleu et l’Œuvre au Blanc ont permis de limiter les désordres, non pas de la Terre mais les désordres de la conscience au niveau du nombre de frères et sœurs humains. Chaque jour est un jour gagné, quelle que soit la lassitude, quel que soit l’espoir ou le désespoir. Notre regard n’est pas celui de votre éphémère mais celui de votre Éternité. Alors vivez chaque minute de votre vie comme si cela était la dernière, il n’y a pas de meilleure façon de faire la paix en soi et de faire la paix autour de soi. Rappelez-vous cette notion essentielle de pardon à soi-même et au monde, à l’enfermement lui-même. Le pardon vous libère et vous place automatiquement en action de Grâce, voire en état de Grâce. 
    
Alors ensemble, rendons grâce au temps imparti et à l’intensité de la Lumière qui se propage chaque jour de votre temps, de plus en plus. Les conséquences de ce réajustement et de ce réalignement  entre l’éphémère et de l’Éternel vous donnent à voir autour de vous, dans vos cercles proches mais aussi de partout sur le monde, la peur ou l’Amour, la paix ou la guerre, en vous comme autour de vous.

En voyant tout cela et en vivant tout cela, vous affermissez, non pas votre choix qui est déjà fait mais votre positionnement de conscience et ce, avec de plus en plus de lucidité.

Celui qui croit avoir encore quelque chose à améliorer ou à changer n’est pas en paix avec lui-même. Celui qui est en paix est celui qui a acquiescé à sa propre résurrection, continuant à vivre sa vie du mieux qu’il le peut, porteur de son Éternité et de son éphémère, irradiant en son environnement et sur l’ensemble de la terre.

Ainsi donc, en vous, en chacun de vous, au-delà des vibrations, au-delà des perceptions, la chose essentielle à observer est, je dirais, votre degré de paix, son intensité, sa présence, permanente ou non, car cette paix est le meilleur marqueur de votre tranquillité et de votre humilité.

Vous n’avez plus besoin de nous pour voir de vos yeux, sans faux-semblants, ce qui se déroule en vous comme sur ce monde. Selon votre point de vue, vous pouvez nommer cela « mécanisme d’extinction globale » ou alors « Résurrection », tout dépend de là où vous êtes. Tout dépend, non pas des circonstances de votre vie mais bien plus de votre capacité à être établi dans la stabilité du cœur, en dépit de toute circonstance qui pourrait être néfaste pour votre personne, votre corps ou votre vie dans tous ses aspects.

De là découle la paix, inébranlable, stable et permanente, qui ne dépend que d’une chose : de votre installation en le cœur et non plus en la personne. L’ensemble des circonstances de vos vies individuelles, de vos environnements personnels, est très exactement ce qu’il vous faut, de manière individuelle, pour réaliser cela. N’y voyez pas, là non plus, un objectif à atteindre, mais bien plus l’occasion de faire la paix avec vous-mêmes comme avec le monde, par le pardon et par l’humilité. Vivez chaque minute comme s’il n’y avait pas d’autre minute, il n’y a pas de meilleure façon d’être dans l’Éternel Présent, dans la Paix et dans la Vérité.

Voici la réponse du silence et la réponse de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : pouvez-vous donner un éclairage sur quatre événements vécus depuis quelques années ? Le premier : lors d’un soin ostéopathique, ma conscience a été projetée quelques minutes dans un aigle. Le deuxième : en entrant dans une pièce, mes yeux ont fait un zoom sur la cloison d’en face. J’ai fermé les yeux ; en les rouvrant, tout était normal. Le troisième : étant debout, je me suis sentie flotter de gauche à droite. Mes yeux ne pouvaient se fixer sur un point, comme si je regardais par la fenêtre d’un TGV. Le quatrième : une nuit, je me suis réveillée d’un coup et au pied du lit, des silhouettes me regardaient. Derrière elles, j’ai vu le ciel étoilé par la fenêtre. J’ai refermé les yeux en pensant qu’il me semblait avoir fermé le volet. J’ai rouvert les yeux, la chambre était sombre. Je me suis levée et j’ai constaté que le ciel était effectivement plein d’étoiles, alors que la veille au soir il était nuageux. Ces quatre expériences sont en relation avec le sens de la vue. Qu’en est-il ?

Bien-aimé, sans pour autant relier ces quatre expériences, chacune d’entre elles correspond avant tout à des mécanismes qui avaient été nommés « délocalisation de la conscience » voilà quelques années, et auxquels je te renvoie. Toutefois saisis bien que l’ouverture de la conscience, que ce soit au niveau de son aspect visuel ou de tout autre aspect sensoriel, n’est lié qu’à cette phase particulière où il y a ajustement et mise en synchronicité de l’éphémère et de l’Éternité, déverrouillant bien sûr un certain nombre de portes d’accès à la délocalisation de la conscience et à la capacité du Supramental de vivre ces manifestations. Ta conscience est donc passée par différentes voies, touchant ce qui, jusqu’à présent, était invisible et non perceptible.

Il y a donc, lors de ces expériences, la démonstration pour toi qu’il n’y a plus vraiment de prédominance de l’éphémère sur ton Éternité. L’ouverture de certaines Portes, la finalisation de la synthèse ou resynthèse du corps d’Êtreté, par l’intermédiaire des Portes mais aussi du Canal Marial ou de l’Onde de Vie, te permet de vivre comme si la matière n’existait plus, te donnant à voir au-delà des murs, te donnant à voir l’invisible, te donnant à voir ce qui était loin comme étant près, au niveau de la matière.

Sans rentrer dans des explications spécifiques à chacune de tes quatre expériences, sache simplement qu’il y a là une action directe causée par cet ajustement, correspondant, je te le rappelle, indépendamment de la superposition du corps d’Êtreté, à la mise en mouvement du Lemniscate sacré et de la Merkabah interdimensionnelle personnelle, te donnant à voir l’autre côté du voile et ouvrant des nouveaux potentiels spirituels qui, je te le rappelle, sont liés essentiellement aux Étoiles et au nom porté par ces Portes/Étoiles, qu’elles soient situées à la tête ou dans le corps. En particulier dans les mécanismes de perception au-delà de la vision ordinaire, tel que cela avait été développé par No Eyes et par Snow, te permettant alors de vivre, sans le demander, la réalité des intervenants au pied de ton lit, comme de voir à travers les murs ou les volets, ou comme encore de changer la focale de ton œil.

Ces expériences – et il en existe d’innombrables autres – permettent de vous conforter et de vous désincruster de l’attachement de la conscience à l’éphémère, à une forme et à une histoire, te montrant que même au sein de ton environnement habituel, il existe d’autres mondes qui t’étaient jusqu’à présent invisibles.

Je dois préciser aussi que ce mécanisme, pour le moment parcellaire pour beaucoup d’entre vous, éveillés, touchera l’ensemble de l’humanité, qui sera alors confrontée, au moment de l’Appel de Marie, à l’ensemble de son environnement subtil. Certains seront dans la joie, d’autres seront dans la terreur, de par leur création de pensées mentales et émotionnelles. Chacun réagira donc de manière profondément différente en fonction de ce qu’il a co-créé au sein de ce monde. Il ne s’agit pas d’une punition ou d’une rétribution mais bien plus de voir la réalité de votre conscience éphémère, comme la réalité de votre conscience éternelle.

Il pourra y avoir synchronicité totale pour ceux ayant vécu l’activation des Couronnes, pour ceux étant libérés vivants et ceux qui bénéficieront des ultimes grâces de Marie. Ceux qui seront dans le déni, ceux qui seront dans la matérialité, le matérialisme et l’attachement à la matière ne vivront pas la paix. Mais c’est au travers de cette terreur ou de ces événements désagréables que ces frères et ces sœurs humains trouveront l’impulsion finale à se retrouver. Je veux dire par là qu’il n’y a rien à juger, qu’il n’y a rien à reprocher, qu’il y a juste à traverser cela, comme toujours.

La Lumière brillera dans la nuit, mais cela ne sera jamais une lumière extérieure mais bien plus votre lumière intérieure qui éclairera alors, de façon abrupte, dès l’Appel de Marie prononcé, ce qui constitue l’environnement de votre éphémère. Rappelez-vous toutefois que quelles que soient les possibles terreurs, tout cela ne représente qu’une impulsion à se réfugier en la Lumière en soi, au Cœur du Cœur où chacun devra passer, à l’issue au plus tard des trois jours, quelle que soit son assignation, quel que soit son devenir, au sein des 132 jours des tribulations.

L’ensemble du tableau est maintenant en place, en vous, en votre conscience, à la surface de ce monde et dans le collectif de l’humanité. Chaque joueur tient son rôle, chaque événement est à sa place et ne représente, en définitive, qu’un espace de résolution, de clarification et de libération.

Voici la réponse du silence et de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : vous avez dit : « Le temps consacré à l’Esprit au sein de la matière est immuable. Il ne peut excéder une durée comprise entre 12 et 24 mois au niveau de l’humain en un corps de chair ». À quoi correspondent plus précisément ce temps consacré à l’Esprit et cette durée limitée ?

Bien-aimé, l’Esprit est un Feu brûlant et dévorant. L’Esprit t’emmène à l’Esprit. L’Esprit n’a que faire de ta matière et de ta forme, il est sans forme et il est partout. Quand l’Esprit se révèle au niveau individuel, il y a réveil de la Porte nommée Unité, et AL bien sûr en préalable (c’est-à-dire la Porte de l’âme). Dans le processus nommé la mort, en un cycle d’incarnations, antérieur à cette période de Libération, toute vie s’incarne et s’excarne. L’incarnation ne correspond pas à proprement parler à la naissance mais l’incarnation survient quarante jours avant la conception. Une parcelle de l’âme, vivifiée par l’Esprit, est donc présente quarante jours avant la conception. De la même façon, à l’extrémité de la vie nommée la mort, il y a excarnation. Cette excarnation ne survient pas au dernier souffle, au moment officiel de la mort, mais commence, quelle que soit cette mort, en général vingt-quatre mois, dans certains cas douze mois, avant la mort physique, avant le dernier souffle. Que cela soit par maladie, que cela soit par accident, que cela soit par suicide, l’excarnation se voit et se perçoit, pour celui qui est capable de le voir et de le percevoir, douze à vingt-quatre mois avant la mort.

C’est en ce sens que la révélation de l’Esprit survenant en ces moments finaux de la Terre, en cette dimension périmée, se traduit de la même façon par une activation des Portes AL et Unité et donc la révélation de l’âme, en cours de dissolution ou dissoute, et l’Esprit révélé lui-même. La structure carbonée ne peut rester vivante face à l’Esprit au-delà de ce temps imparti par les limites de la physiologie subtile de vos corps subtils, mais aussi de votre corps de chair en l’incarnation sur ce monde.

Ce délai est un temps particulier. Lors de l’incarnation, l’âme et l’Esprit, même prisonniers dans le Soleil, envoient des fils codant de Lumière pénétrant dans la mère avant même la conception. Certaines âmes privilégiées sont d’ailleurs informées de leur grossesse bien avant la fécondation de l’ovule, ce qui est aujourd’hui de plus en plus fréquent. L’âme est donc présente avant même de pénétrer – lors de la pénétration du spermatozoïde dans l’ovule – la conscience de la mère et le corps de la mère.

Dans le processus d’excarnation, même le plus violent, par accident, il y a toujours une préparation permettant à l’âme de se désolidariser du corps qui va mourir. En effet, dans toutes les traditions de la terre, il existe un certain temps, après la mort, où la conscience rôde autour de ce corps. Ce temps était estimé en moyenne, là aussi, à quarante jours.

Aujourd’hui, les liens de la conscience avec l’éphémère se sont relâchés. Cette préparation est indispensable et elle est dorénavant collective, depuis l’apparition de la première Étoile. Il y a donc un temps réduit dans lequel tout est possible, mais chacun de vous aujourd’hui, comme j’ai eu l’occasion de le dire dans l’une des questions précédentes, est à sa très juste place en ce processus d’excarnation.

Rappelez-vous toutefois qu’il ne s’agit pas de la mort mais de votre liberté, de votre résurrection en la vraie Vie, quelle que soit votre assignation. Que celle-ci passe par l’Absolu, par le retour en l’une de vos origines ou lignées stellaires, que cela passe par le transport de votre corps de chair par les frères de la Confédération Intergalactique en d’autres lieux, que cela passe par le séjour au sein des six Cercles de Feu restants de la Terre, en définitive cela ne change rien. De la même façon, les processus vécus lors de certaines expériences ou certains états, par exemple dans la question qui a été posée sur les expériences vécues au cours des années passées et plus récemment, c’est exactement le même processus qui est à l’œuvre. L’âme et l’Esprit se révèlent, impliquant un relâchement de la fixité de la conscience au sein de ce corps, donnant accès aux nouveaux potentiels spirituels illustrés, comme je l’ai dit, par les douze Étoiles, ou encore par les cinq nouveaux corps et leur fonction.

Douze ou vingt-quatre mois, mais le plus souvent vingt-quatre, à titre personnel comme à titre collectif, est le temps nécessaire à la gestation et à la libération de l’Esprit.

Les Trompettes, les sons du ciel et de la Terre qui apparaissent en nombre toujours plus important à la surface de vos terres et de vos mers, correspond exactement au même mécanisme. Il s’agit de l’appel de la Lumière à votre résurrection. Ces sons ne sont pas là pour vous terroriser mais pour ébranler la conscience ordinaire, permettant là aussi, par résilience, de se retrouver au sein de la conscience éternelle.

Il vous a été à de nombreuses reprises évoqué les trois jours, et les prémices de ces trois jours évoqués par les Trompettes entendues de manière simultanée sur l’ensemble de la Terre. De la même façon que nombre d’entre vous qui possédez le Nada (ou chant de l’âme et de l’Esprit), percevez des fluctuations en ces sons, et percevez peut-être l’effet de ces sons sur votre paix et sur votre amour.

Voici la réponse du silence et de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : ceci est avant tout un témoignage…

À quoi sert le témoignage s’il n’y a pas de question ?

Question : juste après avoir reçu le protocole de Ramatan, j’ai perçu sur le corps des petites flammes dont l’ensemble formait une croix, des pieds à la tête et d’une épaule à l’autre.   Ce qui sortait de mon corps était brûlé dans les flammes, en douceur et dans la joie. Qu’en est-il ?

Bien-aimé, ce que tu décris, ce que tu as perçu, correspond bien sûr au processus lui-même de libération mémorielle. Au cours de ce processus donné par Ramatan, il y a élimination, par brûlure, de ce qui émerge de la conscience ordinaire et qui doit être brûlé. Tu as donc vécu cela. Il n’y a pas d’autre commentaire.

Voici la réponse de la vibration et du silence.

… Silence… …


Questionnons.

Question : les Étoiles incarnées resteront-elles sur cette terre jusqu’au grille-planète final ?

Bien-aimé, je répondrai de manière bien plus large : tous porteurs de Lumière et ancreurs de Lumière, en leur grande majorité, sont nécessaires pour différentes raisons jusqu’au grille-planète final. La Lumière s’appuie sur vous. « Ceux à qui il a été beaucoup donné, il sera beaucoup demandé » et cela est naturel, car quand il y a Amour, il y a partage, quand il y a Amour, il y a don de soi, quand il y a Lumière, il y a Amour qui se déverse. Que représentent 132 jours face à l’Éternité retrouvée ? Que représente l’attente par rapport à ce que vous vivez d’ores et déjà pour beaucoup d’entre vous ?

Ainsi donc bien sûr les Étoiles incarnées, ainsi que d’autres structures qui ne sont pas à proprement parler des Melchisédech mais néanmoins ce que je qualifierais de vieux Esprits, sont présents à la surface de la Terre et poursuivront leur présence jusqu’à l’ultime moment de la Terre de 3ème dimension. Nombre d’entre eux, au même titre que les Anciens, les Archanges ou les Étoiles, seront présents en les structures nommées Cercles de Feu des Anciens. Il s’agira, comme le Commandeur vous l’avait dit, d’une fête de Lumière, perpétuelle, durant 132 jours, permettant d’assister à l’accouchement en conscience de la Terre de 5ème dimension mais aussi à votre résurrection, les uns et les autres.

Tout accouchement ou toute mort, toute transformation de la conscience, nécessite en quelque sorte un apprentissage. De la même façon que le bébé apprend à marcher, de la même façon vous devez apprendre à voler et à vivre la Liberté. Il ne s’agit pas d’un enseignement de nature scolaire ou universitaire mais bien d’un enseignement direct vibratoire, par les clés Métatroniques et par les différentes facettes de votre corps d’Éternité retrouvé à ce moment-là.

Voici la réponse du silence et de la vibration

… Silence…  …


Questionnons.

Question : Saint François d’Assise a-t-il été Akhenaton, et qu’est devenue Sainte Claire d’Assise qui est la flamme jumelle de Saint François ?

Bien-aimé, permets-moi de te répondre de deux façons. La première : si tu as lu tout cela, que pourraient t’apporter les réponses si ce n’est satisfaire ta personne ? La deuxième réponse est la suivante : il n’y a pas d’histoire qui tienne, ni passé qui tienne, quand la conscience est libre. Celui qui a été Nisargadatta s’est présenté à vous sous le nom de Bidi, n’a pu le faire qu’en ultra-temporalité car tu te doutes bien qu’aujourd’hui aucune forme de lui n’est disponible, ni même une conscience, il a rejoint directement ce qu’il a toujours été de son vivant. L’ultra-temporalité a permis de le faire parler, mais dans une trame temporelle de 3ème dimension différente.

Ainsi donc toutes ces histoires de personnages, fussent-elles Akhenaton, fussent-elles le Christ, fussent-ils le Bouddha, ne représentent rien par rapport à la conscience libérée. La conscience libérée n’a que faire de ces histoires qui appartiennent au passé, même si dans certaines circonstances ils sont vivants en vous, comme ce fut le cas en ultra-temporalité pour Bidi. Ne vous figez pas en votre histoire ou en toute histoire, vous ne faites que nourrir le mental et la personne. Cette connaissance ne t’apporterait rien, si ce n’est une satisfaction de la personne et de l’ego. Il n’y a aucun intérêt pour ta conscience à connaître ces réponses, car elles te détourneraient de ce que tu es. Ce que tu es n’a rien à voir, quels que soient les modèles qui t’ont été proposés et qui ont été vécus sur cette terre. Ils ont été une aide à un moment donné, ils ont été des guides, par leur histoire, par leur témoignage, et peut-être par ta capacité à t’y relier et à les faire revivre, en quelque sorte, en ultra-temporalité, en toi. N’oublie pas que toutes les histoires de toute conscience, comme le monde, sont présentes en toi et ne sont pas indépendantes de toi.

Comment veux-tu te libérer de ta propre histoire si tu cherches à y adjoindre d’autres histoires pourtant déjà présentes ? Tu n’as pas besoin de porter ton attention là-dessus, ni même ta conscience, sinon tu t’entraînes toi-même vers la densité et vers la matérialité. Il n’y a aucun allègement à connaître une histoire quelle qu’elle soit, il y a juste guidage, comme cela a été réalisé par les Étoiles, pour vous permettre de voir comment fonctionne une conscience dite mystique.

Le Christ vous avait dit : « Ce que je fais, vous le ferez, et de bien plus grandes choses encore ». Est-ce que le Christ est vivant en toi ou est-ce que le Christ n’est que l’histoire passée d’une vie qui a été vécue ? Il y a une grande différence. Aucune histoire ne vous libérera de votre histoire. Aucun élément de connaissance d’une histoire quelconque, même la plus prestigieuse, ne peut te libérer, elle ne peut que t’enfermer dorénavant. Alors je te le dis, libère-toi toi-même de toutes ces adhésions, de toutes ces histoires passées, même les plus prestigieuses, car aujourd’hui, dans cette période, tout cela ne représente que des poids superflus qui encombrent ta conscience et t’empêchent d’être libre.

Maintenant, sur le plan de l’histoire elle-même : non, Akhenaton n’a jamais été, n’est jamais devenu Saint François d’Assise. La relation de flamme jumelle – et le but – est le retour à l’Esprit. Il n’y a pas d’histoire à poursuivre, il n’y a pas de karma à régler, il n’y a pas de rédemption à obtenir, il y a juste à se retrouver, comme pour les flammes jumelles en 2012, et simplement vivre. Il n’y a pas d’histoire à construire, il n’y a pas de descendance, il n‘y a pas à bâtir quelque chose d’illusoire, mais profiter de l’Éternel Présent dans la relation.

Vouloir y voir des histoires qui se perpétuent n’est qu’un romantisme de la personnalité, même pas, je dirais, un romantisme de l’âme. Saint François d’Assise s’est réincarné de nombreuses fois. Sa dernière incarnation vous a peut-être été connue sous le nom de Padre Pio de Pietrelcina en Italie. Aujourd’hui, celui qui fut ces deux incarnations, entre autres, est une sphère planétaire. Il n’y a pas d’histoire, il n’y a plus de flamme jumelle qui tienne, il y a eu fusion.

Méfiez-vous de toutes les histoires car elles sont inscrites dans une linéarité, et toutes les histoires vont disparaître à l’Appel de Marie. Ne faites pas revivre ce qui est passé. L’Instant Présent ne connaît aucune histoire et aucun avenir. La Libération est ici, et nulle part ailleurs.

Voici la réponse du silence et de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : « Aime et fais ce qu’il te plaît » a souvent été répété par les intervenants. C’est ce que j’ai fait, en étant guidée par les synchronicités de la vie. J’ai choisi d’expérimenter diverses choses, cela a permis d’éclairer des zones d’ombre et de me positionner, ou aller vers ma Présence et mon Éternité en accueillant. Mais cela a un prix : la vie m’amène à me détacher de tout, de manière violente, biens matériels, attachements aux proches – et ceux-ci me culpabilisent ou souffrent. Les choix que j’ai faits sont une épreuve pour la personne. Je ressens parfois une forte culpabilité, une profonde tristesse et une peur de tout perdre. Pouvez-vous m’aider à traverser cela ?

Bien-aimée, tu as adopté certains préceptes et certains comportements qui t’ont conduite à la Joie et à la Liberté, te donnant à voir que les liens et les attachements au sein de ce monde, en définitive, que ces liens soient-ils les plus heureux, ne sont que des attaches et des brimades. Bien sûr tu as creusé toi-même ta propre tombe de ta personnalité, il te reste aujourd’hui à t’y ensevelir pour rester ce que tu es en Vérité.

Il y a donc bien sûr un deuil. Ce deuil sera de toute façon réalisé obligatoirement au moment du grille-planète. Nous n’avons jamais dit qu’avant ce grille-planète final, il n’y aurait pas de souffrances ou de terreurs, bien au contraire. Nous vous avons suffisamment prévenus, non pas pour vous faire peur, non pas pour vous alarmer, mais pour vous faire voir les choses en face. Celui qui veut être libre ne peut pas être enchaîné, celui qui veut être libre doit aimer. L’Amour est Liberté, il n’est jamais lien. Il te reste donc, au-delà de ce que tu as aimé et fait, à t’aimer toi-même en intégralité, car il n’y a que dans l’Amour que tu seras indépendante du regard de l’autre, indépendante de la culpabilité, indépendante des remords. Cela te montre simplement qu’en cette période tu es en train de vivre le deuil de l’histoire, le deuil des attachements. À toi d’assumer, à toi d’être autonome. Que veux-tu ? Être enchaînée et être pacifiée dans une certaine mesure, ou veux-tu être libre définitivement ?

N’oublie pas que quand tu meurs, tous les liens affectifs – même s’il est possible de revoir ces liens affectifs de l’autre côté du voile, mais uniquement dans les mondes intermédiaires illusoires – ne sont rien. Aujourd’hui, tu aimes celui que tu as enfanté et que pourtant dans une autre vie tu as tué. Tout cela ne correspond qu’au karma, il n’y a aucune liberté là-dedans. Tu ne peux pas aujourd’hui à la fois être libre et être à la fois enchaînée. Ce que tu vis donc est une forme de tension qui aboutira nécessairement à la résilience.

Je ne peux donc t’aider autrement qu’en t’invitant à déposer les fardeaux de la culpabilité, les fardeaux de la peur de l’inconnu, et à plonger en ce que tu es. Tu n’as pas d’autre issue, il n’y a pas de demi-tour possible, il n’y a pas de retour en arrière possible, il n’y a pas de possibilité de ressusciter ce qui est mort, car ce qui est important est ta résurrection. Le Christ disait : « Laisse les morts enterrer les morts ». Aujourd’hui, c’est à toi de le vérifier. Es-tu libre ?

Que choisis-tu ? La Liberté inconditionnelle, ou choisis-tu en même temps la Liberté et de demeurer attachée à ce qui a fait une histoire – qui pourtant n’est déjà plus ? Cela, tu dois l’affronter seule en ce Face-à-Face et en ce seule à seule, sans aide d’entité, même les plus lumineuses. Affirme ta lumière, deviens la Lumière que tu es depuis toujours et l’enterrement se passera sans aucune difficulté, parce que la Joie te saturera, il n’y aura plus d’espace pour les remords, pour le deuil ou pour l’histoire. Il en est de même dans la vie humaine pour chaque deuil, pour chaque séparation, pour chaque évènement traumatisant.

Aujourd’hui, que choisis-tu ? De vivre, étant par ailleurs déjà en libération. Ce qui te semble aujourd’hui un poids te semblerait bien léger si tu avais la possibilité de retourner en arrière. Tu ne peux donc demander l’un et l’autre, c’est l’un ou l’autre. Deviens autonome, choisis, et place-toi en ce que tu es. Encore une fois, que ce soit pour la Terre, que ce soit pour chacun de vous, nul retour en arrière ne sera possible en une quelconque histoire, quelle qu’elle soit. La Liberté est à ce prix. Passant de l’autre côté, que cela soit maintenant ou au moment de l’Appel de Marie, tu riras de ces histoires, quelles qu’elles aient été. Quand la forme disparaît, au moment de la mort ou au moment de la Résurrection, il n’y a plus d’attache à une forme, il n’y a aucune histoire ; cela est constant dans le processus des cycles de mort-renaissance Archontique. Que peux-tu y faire ? Absolument rien. Assume et deviens libre. La Lumière est en toi, elle est toi, tout le reste ne sont que des ombres portées.

Libère-toi de l’attachement, non pas par une volonté de rompre mais bien plus par ta propre lumière qui consumera ces mémoires en superficie de ta conscience et de ton corps.

Aie confiance en la Lumière, en son Intelligence. Aime et fais ce qu’il te plaît, aime et laisse la Lumière œuvrer.

Ne t’occupe pas de ce qui est passé, ne t’occupe pas de ce qui est déjà enterré. Quoi que disent les autres formes, en quelque lien que ce soit et de quelque nature que ce soit, continue à aimer en dépit de tout, continue à être ce que tu es, quoi qu’en disent les frères et les sœurs autour de toi. La peur de l’inconnu ne te quittera pas tant que tu ne seras pas toi-même cet inconnu.

Chaque lutte, chaque angoisse, chaque évènement, ne fait que te rapprocher de ta liberté, même si en l’instant où tu le vis, cela peut être énoncé comme une angoisse ou une peur. Derrière toute peur, il n’y a que l’Amour qui pousse, il n’y a que l’Amour qui demande à éclairer, alors soit ce que tu es.

Voici la réponse de la vibration et la réponse du silence.

… Silence… …


Questionnons.

Question : il est à la mode de s’autoproclamer éveillé. Pouvez-vous parler du véritable Éveil ?

L’Éveil est simplement comme le réveil, mais ne change rien au monde. Il est autre chose de parler d’Éveil que de parler de Libération ou de Libéré. L’Éveil est simplement le moment où une couche isolante se défait, où vous prenez conscience, si je peux dire, d’éléments qui vous étaient cachés au sein de votre conscience – que cela soit à travers la falsification de l’histoire, au travers de lectures –, mais qui ne vous éveilleront jamais. Le véritable Éveil, comme cela fut écrit voilà fort longtemps, est un état de conscience différent, lié à la vibration et non pas à l’énergie, et encore moins à l’histoire.

Se dire éveillé ne traduit rien, il y a de multiples Éveils, de multiples réveils. Mais le réveil ne sera jamais la Liberté. L’Éveil est en quelque sorte une notion de prise de conscience, soit de l’invisible, soit de tout autre élément qui jusqu’à présent demeurait caché à cette conscience. Il existe donc une multitude d’Éveils. L’Éveil Vibral correspond à la réception de l’Esprit saint et à l’activation des Couronnes radiantes de la tête.

Le véritable Éveil vibratoire est la réception de la Lumière, mais cet Éveil-là lui-même n’est pas la certitude d’être libéré vivant, mais au minimum d’être libéré après le grille-planète.

Ce n’est pas une mode, c’est une contagion. Il y a effectivement sur cette terre de plus en plus de frères et de sœurs humains éveillés. Certains sont éveillés à l’énergie, d’autres sont éveillés à la manipulation du monde, d’autres sont éveillés à la vibration, d’autres enfin sont éveillés à leurs propres chaînes et les voient. Tous ces Éveils ne représentent en définitive qu’un choc de la conscience, permettant ou pas, mais le plus souvent oui, un changement de paradigme et d’orientation de la conscience, qui était orientée vers la matière et qui maintenant s’oriente vers l’Esprit. Ceci correspond plus ou moins à ce qui fut nommé le retournement de l’âme.

Il n’y a pas mode ni effet de mode, il y a juste contagion, de par l’intensité de la Lumière adamantine présente sur terre. C’est en ce sens que j’ai dit, en répondant à une question précédente, que chaque minute et chaque jour qui passe vous rend plus légers, par la densification de la Lumière, quelles que soient les apparences, quelles que soient vos peurs, quelles que soient vos angoisses et quel que soit l’état de vos corps. Accepter cela, c’est devenir humble, accepter cela, c’est accepter de lâcher les croyances, les histoires, les scénarios, et votre propre personne.

Voici la réponse du silence et de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : après le protocole de Ramatan, une galaxie s’est présentée sur ma gauche, puis une autre identique sur ma droite. Pendant deux rotations, j’ai accouché d’une petite planète immaculée qui a explosé en milliers d’étoiles. Que signifie ceci, et quelle est cette mémoire libérée ?

Bien-aimée, je ne pense pas que ce qui a été libéré est ce que tu as vu. Ce que tu as vu a été permis justement par une mémoire qui obstruait cela. Ce que tu as vu passer n’est pas ce qui s’est éliminé, mais bien plus ce qui s’est révélé en éliminant les couches isolantes les plus superficielles de ta conscience, qui t’empêchaient de voir cela. Ainsi donc je t’invite, non pas à te repositionner mais à bien comprendre qu’un processus de libération mémorielle, au travers du protocole donné par Ramatan, vous fait vivre des choses. Dans l’une des questions précédentes, le frère ou la sœur a assisté à une brûlure de ce qui sortait, là, la conscience a vu ce qui se brûlait. En ton cas, ce qui a été vu n’est pas ce qui a été brûlé ou ce qui est sorti, mais simplement ce qui a été vu par le fait même de brûler ce qui t’empêchait de le voir.

Il y a donc enfantement. Ce que tu as vu n’est pas ce qui s’est éliminé mais bien ce qui s’est révélé, du fait même de l’élimination de ce qui était au seuil de ta conscience – comme toujours dans le processus de libération mémorielle – et qui en quelque sorte bridait ton accès à ces galaxies et à cet accouchement. Tu as donc vécu l’accès à ta multidimensionnalité de cette façon-là, en brûlant certains éléments mémoriels qui bien sûr ne sont pas apparus. Tu ne les vois le plus souvent jamais, soit tu assistes à ce qui brûle, soit tu vois ce qui résulte de cette libération. Tu n’as pas besoin de voir ni de savoir ce qui est libéré mais d’en constater les effets sur ta conscience.

Voici donc la réponse du silence, et la réponse de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : j’ai fait deux rêves. Je suis dans une forêt tropicale face à un jeune gorille. Il joue à cache-cache, me regardant, le regard espiègle. Je me tiens à distance car je sais qu’il est à la limite de l’âge adulte et pourrait montrer sa force. Le deuxième : je suis devant la porte de ma maison. Devant moi, il y a une haie de barbelés. J’entends les aboiements d’une meute de chiens. Un chien saute la clôture et vient se positionner à ma gauche, debout, les pattes avant sur le mur. Quatre chiens le suivent en file, posent leurs pattes avant sur l’épaule du précédent, et chacun pénètre sexuellement le précédent par l’arrière-train. Le rêve s’arrête dans un sentiment de sidération.

La maison, pour ce deuxième rêve, au même titre que le véhicule, représente ton corps. Ton corps est donc cerné de barbelés. Les chiens entraînant cette sidération, au niveau des rêves, quelle que soit la couleur des chiens, signent une résonance astrale émotionnelle t’empêchant d’être libre.

Au sein du premier rêve, tu es dans la forêt, là où est l’inconscient, ce qui ne se voit pas. Et là, tu vois ce que tu vois et tu as peur, parce que tu saisis que ce qui se manifeste et qui joue, est, comme tu le dis, au maximum de sa force, devenant adulte. Il y a donc, cachés en toi, des éléments qui ne demandent qu’à s’évacuer. En cette période de libération mémorielle, chacun de vous présent à la surface de la terre vit ces processus d’élimination. En ce cas-là, et en rêve, il t’a été donné de voir ce qui te figeait. Je te conseille donc de faire œuvrer sur toi le processus de libération mémorielle qui te sera alors d’une grande utilité pour ne pas être affecté par ce qui peut encore siéger au sein des couches profondes de ton inconscient.

Il y a donc, non pas résurgence ou retour en arrière, au travers de ce rêve, mais bien réellement éclairage de ce qu’il peut rester enfoui en toi, pour lequel il ne peut y avoir, et ne doit y avoir, aucune culpabilité ni aucun sens même de responsabilité, puisque le rêve te l’a montré. Il n’y a pas lieu de trouver, dans la correspondance ou la causalité réelle tridimensionnelle, les éléments précis correspondant de manière pratique à ces rêves. Il y a bien plus à te positionner en le Cœur du Cœur, et éventuellement aider à la libération de ces engrammes mémoriels, bridant en quelque sorte ton éternité et ta liberté.

Voir sa maison entourée de barbelés, ou être dans une maison entourée de barbelés, ne signifie que tu es réellement et concrètement enfermé en ce corps et en cette histoire. L’impulsion de la Lumière et de la Grâce te donne à voir cela mais à ne pas t’en préoccuper outre mesure, car dès que cela est vu, même en rêve, cela s’évacue. Il y a juste à favoriser cette évacuation par un protocole de libération mémorielle, par exemple.

Voici la réponse du silence, voici la réponse de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : il m’arrive encore parfois d’avoir une pensée dualitaire, et m’en rendant compte, partant du centre, mon cœur s’embrase et la chaleur se propage à tout le corps. Que se passe-t-il ?

Il t’est donné de vivre le point de vue de l’observateur et de l’Infinie Présence en ce monde et en ta vie. Tu ne peux pas éviter les pensées, même libéré vivant. Toutefois, voir ses pensées se recentrer au cœur permet, comme tu le décris, d’évacuer et d’éliminer cela de ta conscience. C’est cela qui est important.

Les pensées passeront tant que tu seras incarné, parce que cela fait partie de la causalité de ce monde. Toutefois, ayant la capacité à vivre le Feu du Cœur, ce Feu du Cœur va aussi bien sûr libérer ce qui a été vécu à ce moment-là. Tu n’as donc pas à t’en préoccuper mais bien, réellement et concrètement, à adopter ce genre de mesure et de pratique dès l’instant où cela surgit, et tu constateras par toi-même que de plus en plus cela s’évacuera tout seul, tu n’auras plus besoin d’y penser, à placer ta conscience dans le cœur, car elle y sera en permanence, éclairant alors les zones d’ombre, éclairant aussi parfois ce qui s’évacue, mais tu ne seras plus tenu, en aucune manière, ni attaché, en aucune manière.

Voici la réponse du silence et la réponse de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : pourquoi, étant si sensible aux cristaux et aux vibrations de toute sorte, je ne ressens plus rien maintenant ?

Bien-aimé, heureux les simples d’esprit. Passant du Feu Vibral au Feu Igné, que veux-tu qu’il y ait à sentir, il y a juste à être. Et tu ne peux pas être uniquement dans le sentir mais bien plus profondément dans l’être quand le sentir disparaît lui aussi, te rapprochant de la vacuité, de l’Éternité et du sans-forme. Ne t’interroge pas mais vis cela et rends grâce. Il n’y a pas d’erreur, il n’y a pas là non plus de retour en arrière possible. Ce qui a permis d’ouvrir la perception, ce qui a désenclavé tes chakras et ta conscience par le Feu de l’Esprit s’est manifesté par un certain nombre de vibrations, au niveau des Étoiles, des Portes et des Couronnes. Alors si autour de tes alignements, si autour de tes méditations ou de ton sommeil, il n’y a plus rien, alors il y a la Paix, alors il y a l’Éternité.

Profite de ces instants ou de ces moments où tu n’es pas en vibration de conscience pour laisser ta propre conscience s’éteindre d’elle-même, afin de rejoindre les demeures d’Éternité, et surtout le Parabrahman.

Voici la réponse du silence et de la vibration.

… Silence… …


Questionnons.

Question : dans les mythes et l’astrologie, Lilith a été décrite parfois comme la lune noire, celle qui utilise ses pouvoirs pour manipuler l’homme, d’autres fois comme la femme d’amour reliée à la Source, rejetée par le  patriarcat en raison de son lien fort à la Source. Qui était vraiment Lilith ?

Comme pour l’une des questions précédentes, bien-aimée, qu’est-ce que cela peut te faire ? Qu’est-ce que cela peut t’apporter dans le processus de Libération en cours ? Au travers de l’ensemble de vos questionnements, de ma Présence, de ma radiance et de votre radiance, il n’est question que de Liberté. La Liberté ne s’accommode d’aucune histoire, je ne répondrai donc pas à cette question, parce qu’elle ne t’apporterait rien. Elle te raccrocherait à un mythe, à une histoire qui n’est pas toi. Même si tu portes Lilith en toi, alors à ce moment-là interroge-toi sur les deux versants de ta personne, le côté sombre et le côté clair. Qu’as-tu besoin d’éclairer en toi encore? Qu’as-tu besoin de démontrer en toi ?

Répondre à cette question ne te permettrait pas de voir plus clair car en fait, en toute question, il n’est question que de vous. En chacun de vous, il y a question. En chacun de vous ma fonction, si je peux dire, est simplement de vous montrer ce que cela signifie et non pas de donner des explications, même si parfois elles sont utiles dans le déroulé actuel. Lilith n’a rien à voir avec le déroulé actuel. Bien évidemment, beaucoup de frères humains et sœurs humaines incarnés dans la chair font vivre en eux des mythes, des histoires. Vous avez tous une attraction particulière pour le Christ, pour Bouddha, pour Marie. Tout cela ne reflète que vos histoires qui se déroulent actuellement en vous. Lilith, comme tu l’as posé dans ta question, évoque de manière éternelle le côté sombre et le côté clair. Comme toi, il y a les deux en toi.

Ainsi plonge-toi en toi, non pas intellectuellement sur ce qu’est Lilith, mais simplement sur pourquoi cette question de Lilith te tracasse ou t’intéresse : parce que cela se déroule en toi. Le combat de l’ombre et la Lumière ne fait là que montrer simplement que tu n’as pas encore vécu ton Éternité, quelles que soient tes expériences. Il existe encore une forme de dualité, car tout ce qui est vu à l’extérieur, même au travers des histoires, ne peut être que présent en toi.

Alors dépasse ce mythe, dépasse cet archétype. Que cela soit la lune noire, que cela soit l’une des mères créatrices de cet univers n’a aucune importance. Il n’est plus temps aujourd’hui de se relier à quelque égrégore que ce soit.

Je vous rappelle d’ailleurs que dans l’historique des intervenants, voilà maintenant de nombreuses années que se sont interrompus les rassemblements vibratoires communs. Trouvez votre autonomie, ne dépendez de rien, là est la vérité. Aucun mythe, aucun archétype, aucune histoire, aucun sage ne vous sera d’aucun secours au moment de l’Appel. Vous serez seuls, face à vous-mêmes, seuls à seuls et face-à face. Toutes ces constructions mythologiques ou archétypielles n’ont qu’une fonction : vous empêcher de voir la Vérité. Il est temps maintenant de le réaliser et de ne pas vous appuyer sur autre chose que ce que vous êtes en vérité, et qui ne connaît nulle histoire, nul mythe, nul archétype. Il n’y a que l’Amour, et rien que l’Amour. Tout le reste est un bagage superflu. Acceptez-le maintenant ou alors attendez l’Appel de Marie, car ce que je vous dis se réalisera en totalité. Vous constaterez par vous-mêmes que là où vous avez cru, là où vous avez bâti des histoires, tout cela ne tient pas devant l’Amour et ne sont que des prétextes pour vous éloigner de l’Amour. Vous le verrez clairement, si cela ne vous est pas accessible encore.

Un archétype, un mythe, un grand personnage, est porteur d’une mémoire et d’une énergie, même si celui-ci est dissout au sein de l’Absolu. Se pencher sur cela fait revivre le passé et te renvoie à ton propre enfermement. Encore une fois, aucun archétype, aucun mythe, aucun sage ne peut te rendre autonome. Tourne-toi vers toi et ne vois rien d’autre que ce qui est au centre de ton être, et tu verras : il n’y a que l’Amour. Il n’y a pas de place pour une forme, il n’y a pas de place pour une histoire, fût-elle la plus prestigieuse et la plus archétypielle. Alors choisis.

Voici la réponse de la Lumière, du silence et de la vibration en même temps.

… Silence… …


Questionnons.

Question : concernant la sexualité, vous avez dit que tant qu’il n’y a pas Libération, il y a une notion de pouvoir et contrôle. Pour celui qui n’est pas libéré, comment vivre sa sexualité sans rentrer dans ces notions et est-ce un frein vers le retour à son Éternité ? Comment ne pas culpabiliser ? Faut-il arrêter celle-ci, ce qui reviendrait à dire : « ce à quoi tu tiens te tient » ?

Bien-aimé, il n’y a rien à refouler, il n’y a rien à réprimer, il y a juste à voir les choses. Si tu vois cela, là aussi je te dirais : « Aime et fais ce qu’il te plaît », mais ne sois pas dupe.

Ne sois pas dupe des circonstances de la sexualité profane. Quel que soit le plaisir, quel que soit le bonheur et quelle que soit l’entente, il y a toujours une prédation, que tu le veuilles ou non, c’est dans la logique même, je dirais, de l’incarnation et de la filiation. La procréation elle-même, au sein de ce monde, est un acte de prédation du point de vue de l’Absolu, précipitant les âmes avec les liens transgénérationnels, karmiques, dans une ronde sans fin. Alors bien sûr, pour un couple, il est agréable et même parfois nécessaire de mettre au monde. Et parfois cela rend heureux, et parfois il y a ouverture, mais allez au-delà des apparences. Je ne veux pas dire par là qu’il ne faut plus enfanter, procréer ou réaliser d’actes sexuels, je veux dire simplement qu’il faut le voir clairement, et surtout ne pas culpabiliser.

La prédation est inhérente à la relation, au sens humain ; il n’y a jamais d’équilibre. Le seul équilibre est le cœur à cœur, sans implication familiale, affective, sexuelle, sociétale. Elle est libre de tout attachement. Peux-tu dire que cela est le cas au sein de la famille, au sein de l’enfantement ou au sein de la sexualité ? Non. Mais il ne sert à rien de se priver de cela car cela ne changerait rien. Il y a simplement à s’en rendre compte, à le voir et à faire ce qu’il te plaît.

La sexualité sacrée se dévoilera à toi si cela est utile pour ta liberté et ta libération. Voir ses chaînes permet déjà de limiter le poids de ces chaînes. Accepter ses chaînes, c’est déjà s’en libérer. C’est de cela qu’il est question. Toute privation ne ferait que renforcer, tout contrôle ne ferait là aussi que renforcer l’histoire et la personne. S’en priver, comme le réaliser, en définitive ne change rien. Seul le point de vue et ton cœur, si tu le mets devant, te préservera de nouvelles chaînes. Cela avait été dit voilà plus d’un an, de mettre l’Amour devant, l’Amour derrière, l’Amour en haut, l’Amour en bas, l’Amour à gauche, l’Amour à droite, l’Amour partout, dedans comme dehors, et ne te préoccupe pas du reste, que cela concerne les enfants, la procréation, que cela concerne la sexualité, tout sera en ordre.

Voir les choses, même que tu vis, ne doit à aucun moment entraîner de culpabilité ou de responsabilité, sinon tu es esclave et tu es enchaîné. Voir cela c’est déjà, comme je l’ai dit, se libérer de ses chaînes, et laisse la Vie te vivre, laisse l’Intelligence de la Lumière agir, efface-toi. Ça ne veut pas dire renoncer mais ça veut dire disparaître de toute histoire, que cela soit au travers de l’enfantement, que cela soit au travers de la procréation, de la sexualité ou de toute relation.

La sexualité profane (n’y voyez aucun côté péjoratif) est toujours axée sur la prédation. Même s’il y a échange harmonieux, il y a nécessairement ce que vous nommez échange de fluides, et il y a donc prédation, c’est indépendant de votre conscience, ça ne dépend que de votre corps. Mais ce n’est pas pour autant, en vous en privant, que vous mettrez fin à cela, hélas, mais bien plus en voyant les choses telles qu’elles sont, et en vous plaçant dans le cœur.

Il en est de même pour la filiation, car ceux que vous nommez vos enfants, ou vos parents, sont justement ceux avec qui vous avez vécu les plus grands drames au sein de l’histoire. L’amour, filial, est parfois le moyen de réparer, mais c’est avant tout un moyen de perpétuation des chaînes, quel que soit l’amour porté ; qu’il soit maternel, paternel, filial, cela ne change rien à ce qui est sous-tendu par ça et qui vous est caché.

Encore une fois, il ne s’agit pas de refouler ou de se contraindre, il est question de voir cela avec précision et de s’en affranchir – par l’Amour.

Voici la réponse du silence.

… Silence… …


Questionnons.

Question : par deux fois, la Lumière Noire sans Lumière s’est présentée avec la sensation de connaître cet état qui n’est pas vraiment un état mais dans lequel la conscience ne s’est pas stabilisée. Est-ce une approche de l’Absolu ?

Parles-tu de Lumière Noire ou parles-tu du noir, ou de l’ombre ? Il s’agit de trois choses différentes. L’Absolu est sans forme et sans Lumière, ni bien ni mal, il y a simplement une reconnaissance de ce que tu es, en cet état-là. S’il n’y a pas eu donc de reconnaissance de ce que tu es et d’éclosion de la joie perpétuelle et de la paix permanente, cela est simplement quelque chose qui n’a rien à voir avec l’Absolu. L’Absolu, encore une fois, est notre demeure d’éternité à tous, l’Ultime. Cet Ultime procure la Paix, la béatitude, même en ne l’ayant vécu qu’un instant très court. Et cet instant très court est indélébile, et il implique des transformations radicales au sein des mécanismes de fonctionnement de la conscience ordinaire comme de la Supraconscience. Peux-tu répéter la question ?

… par deux fois, la Lumière Noire sans Lumière s’est présentée avec la sensation de connaître cet état…

Merci, ça ira.

La Lumière Noire sans Lumière, pour moi, ne veut rien dire. Il y a Lumière ou il n’y a pas Lumière. S’il y a Lumière Noire, tu es dans quelque chose qui est différent de l’Ultime ou du Parabrahman. La Lumière Noire est l’antichambre de la création, mais il n’est pas l’Ultime. En l’Ultime, il n’y a nulle Lumière, ni noire, ni blanche, ni d’aucune autre couleur. Donc il ne peut pas y avoir de Lumière Noire sans Lumière. Donc, je ne peux pas répondre de manière satisfaisante à cette question car ce qui est exprimé au travers de ces mots est antagoniste. La Lumière Noire est une chose, le noir est autre chose, et l’ombre est encore autre chose. Il ne peut pas y avoir de Lumière Noire sans Lumière.

L’important n’est pas ce qui est vu, parce que en l’Absolu et le Parabrahman, il n’y a strictement rien à voir ni rien à percevoir, il n’y a pas non plus de conscience, sauf au moment de la première pénétration et de l’extinction même de la conscience, mais il y a ce souvenir indélébile et transformant, qui en fait n’est pas un souvenir mais qui est actif à chaque minute et qui confère la Paix et la béatitude. Rappelez-vous qu’au sein du Parabrahman, il n’y a aucun repère possible ni aucun mot qui puisse traduire cela. À l’inverse, il existe des mots et des expressions qui ne sont pas compatibles avec cette expérience et cet État. La Lumière Noire est déjà création, elle est l’antichambre de la manifestation de la conscience. Le Parabrahman est antérieur à toute Lumière, c’est noir, il n’y a pas de repères, et pourtant, c’est la totalité des mondes qui est là.

Voici la réponse du silence, et la réponse de la vibration.

… Silence… …


Bien aimée, est-ce que le temps qui nous était imparti est écoulé ou pas ?

Tout à fait.

En notre silence et en notre amour, je donne à chacun de toi la Paix, et j’accueille ton amour comme tu as accueilli le mien, qui n’est autre que le même amour.

Je t’aime, sans mesure et sans condition.

… Silence…

Je ne te quitte pas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire