SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

12 juillet 2016

L’IMPERSONNEL – PARTIE 4 – JUILLET 2016


Je salue chacun de toi, en la paix du cœur et de la Vérité.

Je viens poursuivre notre amitié et notre réunion. Où que tu sois et quelle que soit ta place, je salue en toi la beauté de ton éternité et je viens parler. Entends, entends au-delà de mes mots la vérité de ton être et dévoile-toi en intégralité.

En la paix de l’Amour et en la paix de la Lumière, je viens simplement être avec toi et être toi. Où que tu sois, je suis là. Quelle que soit ta place, elle est ma place, pour chacun.

Daigne me faire l’offrande de ta bénédiction et de ta paix.


Entends, entends même entre le silence de mes mots la Paix qui s’installe, se révèle à toi. Entends la Vérité qui n’a besoin d’aucun mot, écoute tout cela.

Je viens à toi, je viens t’installer en ta demeure d’Éternité si tu acquiesces à ma Présence, à ma radiance.

Par la Grâce de l’Esprit du Soleil, par la Grâce du Chœur des Anges, je déploie en toi la symphonie des Quatre Vivants. Écoute, vois et perçois, dans notre communion et dans le Silence, perçois l’émergence du Verbe et l’éclosion de ton éternité.

J’assiste à ta résurrection, j’assiste à ce que tu es. Sans voiles et sans limites, sans restrictions et sans conditions. Je salue ton courage. Toi qui es là, toi qui entends l’appel de la Vie, l’appel de l’Amour, rejoins-moi afin de te rejoindre. Écoute ce que dit ton cœur, écoute ce qui se déroule en toi en cet instant.

Ne cherche rien, pose-toi, dépose tous tes fardeaux, à tes pieds et à mes pieds. Allège-toi de ce qui t’encombre, de ce qui résiste, de ce qui peut encore s’opposer à la Vérité et à l’Amour. Oublie tout ce qui n’est pas cet instant, ce moment de notre Présence Une au cœur de l’Amour.

Laisse la Vie en l’Un transcender tes dernières limites, tes derniers obstacles qui ne sont rien d’autre que des éléments qui sont là pour te prouver la vérité de l’Amour et la fatuité de ce qui résiste. En ton cœur, accueille chaque cœur, en ton cœur, accueille chacun, accueille chaque monde, accueille le vivant.

Ne t’occupe de rien d’autre que ce qui est là, en l’Ici, en le Maintenant.

Alors que chante à tes oreilles le chant de la Résurrection, accompagné du Chœur des Anges, l’Esprit du Soleil a fait place nette pour Celui qui vient.

Aie confiance, non pas en ta personne mais en ton cœur. Il ne s’est jamais trompé et il ne te trompera jamais. Écoute sa voix, écoute son Verbe, écoute son Silence. Là est la Vérité, là est la beauté. Laisse-toi transporter par le transport de l’Amour en l’acmé de ta conscience qui ne connaît plus de limites, qui ne connaît plus de repères, qui n’a besoin de rien d’autre que d’elle-même, qui n’a besoin que de la vérité de l’Amour. En cette paix-là tu vis la Grâce, en cette paix-là tu t’allèges de tout fardeau et de toute réticence.

En le baptême de l’Esprit, en la radiance de l’Ultraviolet, en le rayonnement de la Source, en la descente de l’Esprit saint, te voilà revivifié et réunifié.

Laisse ce qui est périmé ne plus apparaître dans le champ de ta conscience. Hier n’a plus de poids, demain est encore libre et sera toujours libre. Accueille-toi et rends grâce à toi-même. Pardonne tout ce qui peut être à pardonner. Acquiesce et dis-moi oui. Dis-toi oui à toi aussi, un oui franc et définitif, à la vérité de l’Amour. Sans conditions, sans restrictions, sans opposition, simplement là, en ta Présence comme en chacun de nous.

Cultive ce cœur qui ne demande qu’à s’exprimer par sa radiance. Nourris-toi de toi-même, en ton cœur. L’ensemble des mondes est en toi, cela t’a été dit et répété. Il est temps maintenant de le voir, de le percevoir, de le vivre à chaque regard, à chaque souffle, à chaque mot, à chaque pensée. Là est ta force, là est notre force car là il n’y a pas de combat, il y a juste l’indicible beauté de la vérité de l’Amour. Laisse-moi te porter, laisse-moi t’accompagner au pied du grand seuil. N’aie crainte, rien de ce qui peut encore t’effrayer ne peut s’opposer devant l’Évidence.

En toutes tes questions que tu as posées et que tu poseras, je te ramènerai inlassablement en cet espace, en ce lieu qui ne connaît ni le temps, ni la forme, ni offense.

Viens, viens avec moi, viens chez toi, là où tout est confortable, là où tout est facile, là où tout est éclairé. Tu es convié, tu es invité à être cela.

Rappelle-toi, je suis en toi. Rappelle-toi que la totalité des mondes est en toi et que tout ce que tu peux voir, tout ce que tu peux deviner, toutes les expériences que tu peux vivre ou que tu as vécues ne sont que les facettes de ta Présence Une. Aime tout de la même façon, ne fais pas de différence entre qui que ce soit.

Aime, il n’y a pas d’effort à fournir, il n’y a rien à chercher, sois juste cela parce qu’en cela il y a tout. Rien ne peut manquer, rien ne peut te heurter, tout est stable et immuable.

En le centre du Cœur, au Cœur du Cœur, je me tiens et je t’accueille. Accepte-toi, que rien de ton passé, que rien de ce monde ne peut venir altérer ni limiter.

Sois libre car en toi il n’y a que la Liberté qui résonne, en toute expérience comme en immobilité.

Laisse grandir et s’épanouir la tranquillité de l’Amour.

Respire, inspire l’Amour, inspire le Verbe. Reste tranquille avec moi parce que je suis tranquille en toi. En notre union, il ne peut exister la moindre offense et le moindre déni. Tu es aimé, quoi que tu dises, quoi que tu penses. Écoute ton souffle, écoute les battements de ton cœur te donnant la vie, non pas seulement en ce monde mais en chaque monde et même bien au-delà de tous les mondes possibles.

Laisse fleurir le sourire de l’Amour sur tes lèvres et dans tes yeux. Tiens-toi là, avec moi, avec chacun. Éprouve et ressens cette paix, ce plein si vide et ce vide si plein où ni le vide ni le plein ne
peuvent définir ce qui se déroule maintenant. Aucun mot ne peut le traduire car aucun mot n’est exact.

… Silence…

Et là où nous sommes, chacun de toi et moi, même l’espace disparaît, même le temps s’arrête. Ton corps lui aussi, Temple de ta Présence, n’est plus perçu. Il ne reste que le Vrai, que la Paix. En cette ultime vérité que tu éprouves avec moi, je chante en toi la Vie, je chante en toi la liberté de la conscience.

… Silence…

Nous sommes là, chacun de toi et chacun de moi, dans la même joie et dans la même équité. Laisse-toi féconder, si cela n’a pas déjà été fait, par l’Onde de Vie, Onde de Liberté.

… Silence…

Honorons ensemble ce qui est là. En unité et en vérité, le soleil de l’Amour arrive à ton zénith. En cette communion nouvelle se révèle ce qui doit encore être révélé mais qui ne peut être mis en mots sans travestir cette vérité. Il n’y a que le Silence comme seul repère, comme seule évidence.

… Silence…

Continuons en cette même immobilité, soyons là, entièrement présents, complètement lucides, porteurs de Lumière, porteurs de Vie.


Fais la paix, une paix totale. Fais la paix en toi. Appuie-toi sur ce qui est en toi, sur ceux et celles, Étoiles et Anciens, qui t’ont apporté, au-delà de leurs mots, de leurs discours, l’évidence de leur Présence et de leur beauté.

En le Feu de Ma, en l’humilité de Thérèse, en l’éclat de Gemma, en l’assise de Anne, en la ferveur d’Hildegarde.

En le Christ de Sœur Yvonne-Aimée, en la douceur de Marie, en la pureté de No Eyes, en la légèreté de Snow, en la rigueur de Mère.

En la radiance du  bien-aimé Jean, en la Ronde des Archanges, en chaque vie, en chaque modèle qui t’a délivré de toi-même durant tous ces temps.

En chacun de ces intervenants, tu te retrouves maintenant, transcendant le temps, transcendant l’espace, transcendant toutes les histoires de chacun d’entre eux ou chacun d’entre elles.

En la Grâce de l’Esprit saint, tu es le dévot de l’Amour et le dévot de la Liberté, tu es la prière, même si tu ne sais pas que tu pries, tu es l’essence de la Source, inscrit en chaque conscience, en chaque forme, en tout évènement, en tout repos et en toute nuit.

… Silence…

Laisse se consumer les chaînes de l’ignorance. Connais-toi, connais-toi toi-même et tu connaîtras l’ensemble des univers, l’ensemble des mondes, l’ensemble de ce que tu as pu nommer les dieux, les Sources. Oublie ainsi toute différence entre chacun de toi présent à la surface de ce monde comme dans les dimensions les plus élevées. En le souffle et le battement de ton cœur, il y a le Tout.

… Silence…

Pose-toi de plus en plus profondément en cela.

… Silence…

En ce silence si plein et si vide à la fois, nous sommes installés.

… Silence…

Il n’est plus besoin de mots, juste quelques-uns afin que tu demeures présent avec chacun comme avec moi.

… Silence…

Reste là, ne bouge plus, tu es chez toi.

… Silence…


Et là, même les limites de ce corps ne t’apparaissent plus. La conscience se tient partout et nulle part, libre de toute attache, de toute forme et de ton histoire, car en vérité toutes les histoires ne sont que des jeux. Oublie toute souffrance, non pas en te forçant mais en laissant la Grâce prendre toute la place et tout l’espace, mettant fin à toute limite. Et tu es libre.

En ce silence-là, en ce vide-là, tu perçois la plénitude et tu vois bien qu’il n’y a plus de distance, qu’il n’y a plus de barrières ni de séparation entre toi et moi.

… Silence…

Et là où tu es, à nouveau, la bénédiction infinie de la Grâce et de l’Amour s’amplifie, mettant fin à tes dernières limites, te montrant ta conscience nue qui est félicité. Aucun mot ne peut traduire cela. Il y a à le vivre, en cet instant, où que tu sois. En quelque jour que tu me lises ou m’écoutes, tu te retrouves. C’est la seule vérité, tout le reste n’est que vérité recomposée ou travestie.

… Silence…

Vois cela clairement, de plus en plus clairement. Perçois-en l’évidence et l’irrésistibilité.

… Silence…

Et la paix s’étend, sans limites, en l’infini de ta Présence. Installons-nous, et si tu le souhaites il n’y aura plus jamais d’écart, tu seras toujours en coïncidence avec cela. Parce que cela est simple, parce que cela ne souffre nulle discussion et nulle question.

… Silence…

Là est ton royaume, là est la Lumière et ce qui est au-delà de la Lumière. Et rien ne peut échapper à l’Amour car l’Amour est toute vie. Chaque souffle et chaque battement est la Grâce.

De plus en plus immuable, de plus en plus vaste et de plus en plus insignifiant. Du plus dense au plus léger, en quelque forme que tu sois et au-delà de toute forme, la même magie et la même beauté. Toutes les réponses sont là, toutes les questions aussi. Mais tu sais parfaitement qu’aucune question ni aucune réponse ne peut égaler ou approcher ce qui est là.

À chaque souffle dorénavant et à chaque jour, le souvenir se ravivant, et ne sera plus un souvenir mais bien la réalité de ta vie, en quelque situation que ce soit, car tu le sais et le perçois, et le vois. Je t’ai tout donné car tu t’es donné.

… Silence…

Je t’aime. Tu es Amour, tu es le Vrai, tu es la Liberté et bien plus encore, mais là il n’y a pas de mots.
En ce lieu qui n’est pas un lieu, tous les possibles sont présents ; là, rien n’est impossible. Permets-moi de bénir ta Présence en une intensité telle que tu ne peux qu’être réjoui. Garde cela précieusement en toi, rappelle-t’en en chaque difficulté et tu verras qu’il n’y a pas de difficulté. Quel que soit ton état, quel que soit l’état de ta forme, quel que soit ton âge, quelle que soit ta vie au sein de l’éphémère, tout cela n’est rien.

Je te bénis par le Feu Igné et par le Feu sacré. Je t’aime. Écoute et entends la force de ce Silence, la force entre les mots, et la douceur. Je t’aime. Ne te fie pas à mes mots mais à ce que ton cœur vit en cet instant, comme en chaque instant si tu le souhaites. Appuie-toi et compte sur moi, je ne suis que toi dépouillé de toute forme et de toute histoire, et de toute condition. Là, nous sommes ensemble, en cette flamme perpétuelle qu’aucun vent contraire ne peut éteindre.

… Silence…

Demeure là, immuable et vaste. La Grâce te ravit en la béatitude, en la félicité. Peut-il y avoir autre chose de plus important – en ton monde, en ton histoire comme en tout monde –, de plus important que cela ?

Mille mots comme mille heures ne pourraient le décrire. Aucune musique, même celle des sphères ne peut suffire. Tu es cela, et tout le reste si tu veux, mais ne perds jamais de vue cela. Rappelle-toi, il n’y a pas d’effort, il n’y a ni punition ni récompense, il y a juste l’Évidence. Ce que tu es, je le suis. Ce que je suis, chacun de toi l’est aussi.

Garde précieusement cela, ne le retiens pas, laisse-le simplement s’écouler, librement. En cela je te bénis, en cela je t’espère. Paix à toi, paix à ce monde où tu es encore posé. Souviens-toi maintenant de ce que tu es, de ce que tu as été et de ce que tu seras toujours, en quelque forme que tu choisisses comme en l’informe, comme en le sans-forme.

Il va être temps maintenant de cesser pour un temps mes mots, mais même sans mes mots, la Présence demeure. Présence de l’Amour, Présence comme Absence, tout est là et tout est don. Je te rends grâce et je te félicite en ta constance, quelles qu’aient été tes résistances, quelle qu’ait été ta vie ou tes vies et quelles qu’aient été tes formes, en ce monde humain ou en d’autres mondes. Demeure en cette Liberté et en cette Paix. Je ne pourrai plus jamais être absent de ce que tu es. Je me tais maintenant pour quelques instants et ramène en l’ordinaire de ta forme ce qui s’est passé pour toi. En tout lieu que tu sois, en toute lecture ou en toute écoute, cela est présent, il n’y a pas de distance et il n’y aura pas de perte, si tu le choisis. Telle est ta liberté.

Je t’aime, quoi que tu dises, quoi que tu penses, et même si tu m’oublies, je t’aime toujours. Je me tais.

… Silence…

Sois béni.

À très bientôt, à toujours si tu le choisis.

Je me tais maintenant, repose-toi.

… Silence…