SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

12 juillet 2016

L’IMPERSONNEL – PARTIE 3 – Q/R – JUILLET 2016


En chacun de toi qui est, je suis. Ainsi je salue chacun, ainsi nous voilà réunis en la Liberté et en l’Amour. De cœur en cœur je te salue, en ton éternité je te bénis. En ta Présence et en chaque Présence, je salue ce que tu es. Ensemble, en union, en communion et en unité, nous allons questionner.

… Silence…

Questionnons.

Question : une question a été posée hier: « pouvez-vous développer sur les piliers du sacrum et apporter des éléments de paix face aux messages falsifiés des religions qui ont diabolisé la sexualité et la partie basse du corps en général ? ». Pouvez-vous développer la deuxième partie ?

Bien-aimé, ce qui est situé en bas de la structure corporelle humaine n’est pas seulement le siège de la sexualité mais aussi, bien sûr, le siège de tout ce qui a été altéré et déformé. Ainsi donc, tant qu’il n’y a pas de vision et de compréhension de ce qui se joue au sein de cette partie basse du corps, il ne peut y avoir de Liberté ni de Libération. La prédation et l’enfermement sont liés à l’altération de ces structures correspondant, sur le plan anatomique, à une partie nommée « archaïque » du cerveau, responsable des habitudes quelles qu’elles soient, mais aussi lieu et siège du pouvoir de la personne. Ainsi donc, détourner le regard de ce qui se déroule au-dessous de la ceinture, à quelque niveau que ce soit, ne fait que permettre l’entretien de la falsification, le fait qu’elle soit cachée et non élucidée.


Ainsi donc, en privant l’être humain non pas de l’expérience mais de la compréhension des mécanismes intimes existant en lui, à ces niveaux les plus denses, il existe alors une incapacité à percevoir, à voir, à comprendre et à transcender ce qui se déroule. Cela fut nommé, au sein de la psychologie, les forces inconscientes pulsionnelles ou forces vitales, ou pulsions de vie.

Le fait de dénier ce qui se passe au-dessous de la ceinture, soit par castration religieuse ou par détournement de l’énergie sexuelle sacrée au profit de la prédation, et non pas du partage, induit une incompréhension et un mésusage de ce qui est situé dans l’aspect le plus profond, le plus intime et le plus sacré, concernant l’alchimie entre le feu vital et le Feu vibral. La partie correspondant au bassin a tout autant été que le cœur privée de la reliance à l’Esprit, privée de Lumière. C’est au sein de cette ombre, nommée inconscient ou subconscient, que se déroule un combat invisible se traduisant uniquement au niveau des comportements liés à l’élément nommé depuis fort longtemps par les Anciens : la peur. La peur, quelle qu’elle soit, trouvera toujours sa source au sein des engrammes cachés de prédation appelés et nommés lignes de prédation collectives. Ces lignes de prédation collectives, au niveau collectif, ont commencé à s’agréger dès que le noyau cristallin de la Terre a été libéré et a permis l’alimentation de la partie basse du corps par ce qui fut nommé l’Onde de Vie ou l’Onde de l’Éther ; que celle-ci soit vécue ou non n’y change rien.

L’intensification de la Lumière, quant à sa présence à la fois dans les vortex de la Terre qu’à la surface de la Terre, que dans les airs, les eaux, permet aujourd’hui d’avoir levé une partie du voile au niveau de la collectivité, faisant que ce qui était caché et occulté ne peut plus le rester. Cela participe d’un moment et d’un mouvement collectif de l’humanité, en réponse à l’afflux de la Lumière et à l’appel de la Lumière. Toutefois, la résolution et la levée des voiles situés au niveau de ces deux premiers centres énergétiques situés sous la ceinture, ne laisse pas la possibilité de rejoindre le cœur tant qu’il n’y a pas sacrifice de soi-même en tant que personne, au profit de l’Éternité. Ainsi donc l’ensemble des religions ont eu effectivement, comme toute société dite patriarcale, un côté castrateur qui vous a amputés littéralement du potentiel spirituel lié à l’acte sacré qu’est la sexualité.

Comme peut-être certains d’entre vous le savent, les rencontres de nature sexuelle se produisent, au-delà de votre monde, de façon naturelle. Il s’agit d’une relation et d’une rencontre qui n’a besoin d’aucun organe génital ni d’aucune fonction de reproduction pour vivre ce que vous avez bien du mal à vivre tant que les voiles de l’Illusion vous enserrent dans leurs rets, au sein des deux premiers chakras. Au niveau des mondes unifiés, toute rencontre pourrait être qualifiée de sexuelle parce qu’elle se traduit par une activation du cœur, une fusion des Esprits et un traversement de l’un comme de l’autre, en toute liberté. Ainsi, au sein des mondes unifiés, toute rencontre est extase, toute rencontre est jouissance, toute rencontre ne passe pas par l’intellect, ne passe pas par la chair, mais directement par l’Esprit. Le point de contact n’est plus seulement un cœur à cœur mais bien plus un « « sacré à sacré » équivalent chez vous du « sacrum à sacrum » ou si vous préférez, relation génitale.

L’enfermement de la génitalité a créé l’enfermement au niveau de ce que vous nommez karma transgénérationnel, ou tout ce qui est lié à l’hérédité et à l’ADN falsifié se transmettant de génération en génération. Tant qu’il n’y a pas de reconnaissance du Père-Mère archétypiel représenté par Marie et la Source, il ne peut y avoir de possibilité de fusionner en son androgyne primordial, ni même de fusionner avec l’autre dans une relation sexuée ou non, directement par le cœur – cela est impossible. La vraie relation, la vraie communication, est une relation de cœur à cœur, liée à l’Abandon à la Lumière, au sacrifice de soi-même, à l’activation de la Couronne radiante du cœur.


Toutefois les lignes de prédation inscrites dans votre structure anatomique, quel que soit votre degré, si je peux dire, de libération, ne permet pas le plein accès à la relation sacrée. Certaines ébauches de ces relations sacrées vous ont été rendues possibles voilà quelques années, bien avant la naissance de l’Onde de Vie, processus de conscience nommés communion, union, fusion et dissolution. Aujourd’hui, en cette année 2016, les choses sont profondément différentes. Que cela soit de manière sexuée ou totalement asexuée, la jouissance de la rencontre est la même dès l’instant où la personne disparaît au profit de l’Éternité. La rencontre se fait de cœur à cœur et d’éternité à éternité, ce qui procure un sentiment de plénitude, une réalité de plénitude, et aussi un état d’orgasme, un état de béatitude tout à fait spontané et naturel.

La privation de l’Esprit au sein du petit bassin, découlant donc de l’enfermement initial de ce monde, se reproduit aujourd’hui à travers toute relation sexuelle tant qu’il n’y a pas de levée des voiles, tant qu’il n’y a pas de transcendance de l’ensemble des forces de prédation, de pouvoir et surtout de distance vis-à-vis d’une autre personne, tant que vous considérez cette autre personne seulement comme une personne et non pas comme un Esprit. Si vous ne teniez pas tant à ce que vos yeux et vos sens vous disent, il n’y aurait plus aujourd’hui aucun obstacle à la rencontre de type unitaire, dépassant de loin les processus vécus nommés communion, union et fusion. Il y aurait donc alors la possibilité réelle, ce qui est le cas pour de plus en plus de frères et sœurs humains parmi vous, de vivre cette communion et cette extase sans vivre la dissolution ou la disparition, mais en se maintenant au sein de la Présence ou de l’Infinie Présence. Dès cet instant, le contact dit charnel quel qu’il soit n’est plus indispensable, l’intention d’Esprit devient primordiale et essentielle, afin de permettre de vivre cette extase libérée des marques de prédation de la génitalité.

L’ensemble des religions connaissent parfaitement ce qui se déroule au sein de ces centres inférieurs, même s’ils ne les appellent pas chakras. Il suffit simplement alors, comme cela a été énoncé dans la question, de mettre le masque du sale, le masque du danger ou de la non-conformité par rapport ne serait-ce qu’à un couple, de cette notion de relation dite sexuelle qui ne demeure qu’au niveau sexuel et qui n’intéresse jamais le centre cardiaque ni même la Couronne de la tête.

Dès l’instant où vous avez vu clairement en vous ce qui se déroule par rapport à votre propre prédation exercée vis-à-vis de vous-mêmes, prédation de l’éphémère sur votre propre éternité, sur laquelle vous n’avez aucune causalité ni aucune responsabilité à entretenir. Se libérer de cela ne dépend pas seulement des processus de retournement ou de dissolution de l’âme mais représente une des empreintes les plus tenaces au sein de l’égrégore collectif de l’humanité, et ce indépendamment des lignes de prédation, parce qu’inscrites directement dans la physiologie et votre anatomie.

Ainsi donc, et comme nombre d’entre vous sur cette terre le vivez ou l’avez vécu, la relation dite sexuelle normale, même la plus épanouissante, même la plus conforme à un modèle de société, ne résoudra jamais ce qui est falsifié à ce niveau-là. Seul le passage au cœur permet cela, sans renier cet aspect sacré qui est lié à la sexualité, pratiquée ou pas mais néanmoins portée par vos organes sexués. Ainsi donc, jouer sur la culpabilité est une inversion. De la même façon qu’aujourd’hui la libéralisation des mœurs observable dans vos sociétés occidentales a exactement le même effet et le même résultat que la privation de la sexualité vécue sous l’influence des religions, jusqu’à la Renaissance et jusqu’à l’apparition de ce qu’il fut nommé, même avant la Renaissance, le libertinage.

Mais saisissez bien qu’aucun libertinage, s’il est privé du cœur, ne vous mènera à une sexualité sacrée. La sexualité sacrée n’est pas seulement, par exemple, du tantrisme ou des ouvrages plus techniques, je dirais, sur la sexualité, la sexualité sacrée est la sexualité vécue par la vibration du cœur – et non plus par l’attrait sexuel – où la physiologie s’efface devant la spiritualité de la relation.

Ce qui se déroule en ce moment au niveau du petit bassin et du sacrum, et très effectivement par l’activation de ce que je ne peux nommer la Couronne du sacrum mais simplement le Feu sacré se déroulant à ce niveau-là, permet de rééquilibrer, même au niveau anatomique, ce qui était distordu, ce qui était falsifié et ce qui était culpabilisant. Aboutissant non pas à ce que vous observez comme inversion, en cette période de la terre où il n’existe plus ni limite mais simplement une recherche du plaisir, se plaçant toujours sous l’influence des deux premiers chakras et en aucun cas sous l’influence du cœur.

Toute relation, au sens où nous l’entendons, et ainsi que l’Archange Anaël vous l’avait expliqué concernant sa fonction de communication en tant qu’Archange de la communication et de la Relation, est une relation dite « sexuelle sacrée », n’ayant besoin d’aucun organe génital ni d’aucun contact physique, ce qui est, je vous le rappelle, la norme au niveau des mondes unifiés, qu’ils soient carbonés ou qu’ils soient bien au-delà des mondes carbonés. Toute relation est un acte sexuel se passant au-delà de la sexualité telle que vous la connaissez, et correspondant à ce que nous appelons le feu sacré. Toute rencontre d’Esprit à Esprit au sein de nos mondes, quelles que soient les dimensions, quelles que soient les formes et quelles que soient les manifestations de la conscience, se traduit toujours par une extase sans commune mesure avec la jouissance sexuelle, mais qui s’en approche par les résultats obtenus au niveau de la conscience.

Toutefois la falsification et l’altération de votre anatomie ne permet pas de rejoindre le cœur. Il n’y a que lorsque le sacrum activé  au sein de ce feu sacré rejoint le Feu du cœur nommé Feu vibral et vient alimenter l’alchimie qui découle de cela, et produisant ce qui a été nommé le Feu Igné. La réunion et la conjonction de ce qui se déroule au niveau du bassin, avec ce qui se déroule au niveau de la poitrine et ce qui se déroule au niveau de la tête, réalise la nouvelle tri-Unité exprimée par la Nouvelle Eucharistie au niveau de votre poitrine, l’union du masculin sacré, du féminin sacré et de l’androgyne primordial, débouchant sur quelque chose qui n’est plus seulement l’androgyne primordial mais bien ce que j’avais expliqué comme étant le Feu Igné. Le Feu Igné est la transformation du Feu vibral par l’impulsion, non plus de l’Onde de Vie mais de la structure réactivée nouvellement au sein de votre sacrum, entre les Portes entourant le sacrum et les Portes situées sur les plis de l’aine.


Cette structure géodésique particulière qui se réalise alors, permet l’union de la tri-Unité au sein de la même unité, dans le cœur, créant alors le pont et le point de passage de l’Infinie Présence au Cœur  du Cœur, à l’Absolu. Saisissez bien qu’il n’y a pas besoin de relation sexuelle au sens où vous l’entendez,  puisque ceci est ouvert quel que soit l’âge et quel que soit l’état de ces fonctions dites sexuelles, mais intéressent bien évidemment le sacrum et les plis de l’aine, ainsi que les deux premiers chakras. Il y a donc transmutation et aussi passage d’un feu à un autre, d’un endroit à un autre, traduisant l’harmonie et la rectitude de la relation de cœur à cœur, de cœur en cœur, vous échauffant le sacrum ou le bassin, échauffant votre cœur, échauffant votre tête et procurant l’indicible de l’Unité vécue en tant qu’état de Grâce et non plus seulement par expériences intermittentes, mais comme état permanent.

Voilà donc pourquoi l’ensemble des religions se sont basées sur une falsification de l’acte sexuel, de façon fort inconsciente. Voyant les résultats d’une sexualité dite débridée et les dégâts réellement occasionnés dans les temps anciens par ces pratiques, il y a donc eu une forme de condamnation de la relation hors mariage, des relations dites homosexuelles, des relations en dehors d’un cadre légal. Malheureusement la libération des lignes de prédation chez ceux d’entre vous, frères et sœurs humains qui restez incarnés, a impliqué une modification des comportements sexuels importante, et amplifiée par un certain nombre de modificateurs faisant qu’au niveau de ce que vous observez à la surface de ce monde, il y a une progression sans commune mesure avec la volonté de l’âme réelle concernant l’homosexualité, mais ne touchant plus, hélas, que les personnalités, cherchant à satisfaire, par un amour détourné, quelque chose qui n’arrivera jamais à être satisfait. Et impliquant donc la reproduction de l’acte, la reproduction des partenaires, de façon totalement ludique, ne se rendant plus compte de l’aspect sacré de l’acte sexuel.

La libération, à la fois des lignes de prédation collectives ainsi que la libération de certains d’entre vous, frères et sœurs humains incarnés, en tant que Libérés Vivants, a permis de démasquer et de dévoiler ces altérations et ces aberrations inscrites dans les sociétés moyenâgeuses jusqu’à la Renaissance.

… Silence…

Questionnons.

Question : lors d’une écoute et accueil de l’Impersonnel, les yeux d’un frère se sont posés sur les miens avec une grande douceur. Cela a-t-il une signification particulière ?

La seule signification que je puisse apporter, c’est que lors de l’écoute, lors de la lecture, il y a une espèce de syntonie ou de synchronicité qui se produit, ouvrant justement la perception des canaux de l’Esprit. Les yeux sont la fenêtre de l’Esprit sur le monde, même au sein de votre monde. Ainsi donc voir les yeux d’un frère ou d’une sœur en écoutant l’Impersonnel, vous met dans un état propice à la réception de tout Esprit, comme je le dis à chaque venue : « en chacun, je suis chacun de vous et vous êtes chacun de vous ». Ceci est en quelque sorte une première expérience ou un prémice, il en existe d’autres, permettant de voir la relation de cœur à cœur, effectivement empreinte de douceur. Le danger serait de traduire cela avec des fonctionnements antérieurs et périmés, liés à la structure justement patriarcale de la société, tel que j’y ai répondu dans la question précédente.

Il n’y a donc pas d’autre signification que de vivre cette douceur, que de vivre ce qu’il se déroule à ce moment-là, sans projeter quoi que ce soit d’autre, éventuellement par une quelconque relation sur un autre plan. La relation la plus importante est la relation d’Esprit à Esprit ou de cœur à cœur, qui ne s’embarrasse d’aucune considération utile à la personne concernant une rencontre située sur d’autres plans, autre que celui qui est vécu, c'est-à-dire d’Esprit à Esprit. Il n’y a donc pas à proprement parler de signification particulière mais simplement une image correspondant à la réalité de ce qui est vécu, je vous le répète, à chaque fois, de chacun à chacun. Je suis chacun de vous, et chacun de vous est chacun de moi.

… Silence…

Questionnons.

Question : vous avez dit : « Le Libéré Vivant mange quand son corps le réclame, quand son Esprit a besoin de ressentir du plaisir alimentaire ». Pourriez-vous développer sur le plaisir de l’Esprit ?

Je ne suis pas sûr d’avoir dit exactement cela, cela a été déformé. Il n’y a pas de plaisir à proprement parler alimentaire, il y a plaisir du goût. Le plaisir du goût n’a pas besoin d’être reproduit par une multitude de bouchées ou par une multitude de remplissages de ventre. Ce n’est pas exactement la même chose. Il ne faut pas confondre le plaisir alimentaire de l’Esprit, qui correspond à une perfection du goût vécue et ressentie, qui n’a absolument pas besoin d’ingérer des quantités habituelles tel que cela est le cas pour un non libéré. Une seule bouchée suffit pour rassasier ce plaisir alimentaire de l’Esprit, parce qu’il y a communion avec l’aliment, et cette communion n’a pas besoin de prédation, c'est-à-dire qu’il n’y a pas besoin de répétition, il n’y a pas besoin de remplir le ventre parce que le goût demeure beaucoup plus longtemps, non pas seulement dans la bouche mais dans l’Esprit.

Un Libéré Vivant est même capable, s’il le souhaite et s’il y  pense, de reproduire la sensation du plaisir alimentaire, indépendamment de tout aliment placé en bouche. À ce moment-là il y a nourriture dite prânique ou nourriture dite de Lumière.

Ainsi donc, dans le Libéré Vivant, le ventre sait exactement la quantité qui doit être ingérée, qui ne dépend pas d’une satisfaction d’une faim mais bien plus directement du remplissage du ventre qui dicte lui-même la quantité. De la même façon que le cœur décide, et de façon synergique, avec ce qu’a décidé le ventre, mais ce n’est jamais les habitudes alimentaires qui décident, parce que là il y a satisfaction seulement des sens, en relation directe justement avec la prédation, c'est-à-dire de remplir son corps non plus avec l’essence mais avec la matière de l’aliment. Le Libéré Vivant se nourrit avant tout de l’essence de l’aliment, l’aliment ne vient qu’en second. Il y a donc possibilité, pour le Libéré Vivant, de rechercher un certain type de goût, un certain type de plaisir, mais qui n’a rien à  voir avec la satiété alimentaire habituelle de celui qui mange pour se nourrir, celui qui mange pour vivre, ou pour se satisfaire. Il y a donc une modification sensorielle du goût, de la même façon qu’il y a modification sensorielle de l’ensemble des sens. Ceux-ci deviennent plus raffinés, plus subtils et n’ont pas besoin de quantité mais bien plus de qualité.

Ainsi donc, même s’il y a superposition, vu de l’extérieur, entre le plaisir alimentaire de la personne et le plaisir alimentaire de l’Esprit, les conséquences ne sont ni les mêmes, ni le mode d’alimentation à proprement parler. Le Libéré Vivant n’a jamais besoin de se conformer à un horaire sociétal ou à un horaire dit physiologique, quand il y a sensation de faim, mais bien plus quand il est disponible pour toucher l’essence de l’aliment, quel que soit cet aliment.

Ainsi donc je ne parlais pas vraiment de ce type de plaisir alimentaire, je parlais de ce que souhaite le corps et non pas la personne. En le Libéré Vivant le corps parle, il ne s’exprime plus par la souffrance, il ne s’exprime pas par le désir, il s’exprime directement au niveau du cœur et de l’Esprit. Ainsi une douleur n’est pas vécue de la même façon, puisque le Libéré Vivant n’a pas de conscience attachée ou chevillée à son corps. Il en est strictement indépendant, tout en étant présent au sein de ce corps. Il a donc la capacité de percevoir, par le cœur et par le ventre, ce qui est à l’origine non pas de la douleur mais de la manifestation en elle-même. La prise de conscience de la manifestation suffit au Libéré Vivant à ne pas être affecté par quelque douleur que ce soit, fut-elle la plus terrible qui soit, ce qui n’est bien évidemment pas le cas au sein de la physiologie ordinaire, et même au sein des éveillés.

… Silence…

Le Libéré Vivant n’a donc pas besoin d’horaires, il n’est pas obligé ou tenu de respecter la physiologie ordinaire car il en est indépendant, et la puissance de l’Esprit suffit, si je peux dire, alors à supprimer les conséquences, par exemple, des anomalies métaboliques d’origine alimentaire. Le Libéré Vivant absorbe n’importe quel type d’aliment, et il n’est surtout pas végétarien ou vegan car il a saisi et vécu, dans sa chair et dans son Esprit, que le principe du végétalisme rend plus sensible, plus ouvert, mais ne permettra jamais de libérer personne. Il y a donc dans ces régimes particuliers, adoptés par nombre d’entre vous, qui sont utiles pour la montée vibratoire et qui deviennent inutiles, voire dangereux, dès l’instant où la Couronne radiante du cœur est ouverte, parce qu’à ce moment-là la physiologie, comme je l’ai dit, n’est plus la même. La régulation de la physiologie du sucre, la régulation de la physiologie de la digestion des céréales, quelles qu’elles soient, ainsi que les aliments carnés, n’est plus du tout la même.

En résumé, cela veut dire que l’aliment carné, même si ce n’est pas un volatile comme vous l’avait dit voilà fort longtemps le Commandeur des Anciens, ne gêne en rien celui qui s’y adonne, contrairement à celui qui n’est pas éveillé ou libéré. L’Esprit commande, même au niveau du ventre. La physiologie devient profondément différente, cela avait été expliqué par celui qui s’était nommé Bidi. L’Archange Anaël vous avait parlé aussi d’alimentation, durant les Noces Célestes.

Le Commandeur des Anciens avait attiré votre attention sur les vertus du jeûne, permettant non plus seulement d’élever les vibrations mais de clarifier en vous votre positionnement, de clarifier en vous ce que vous êtes afin de ne plus être altérés par la prédation alimentaire. Car manger n’est pas seulement un acte de survie mais, envisagé du point du vue où nous sommes, est aussi un acte de prédation.

En 3D dite unifiée, la nourriture ne passe pas par la sphère digestive, même si le tractus digestif existe. La nourriture se fait directement depuis le prâna, depuis la Lumière adamantine et depuis l’Esprit, même s’il existe au sein de certains peuples, comme cela fut le cas pour les peuples intraterrestres Delphinoïdes, des repas qualifiés de rituéliques, célébrant en quelque sorte l’union à la nature, mais pas de besoins physiologiques dans ce type de repas. C’est en ce sens que le Commandeur vous avait dit, ainsi qu’Anaël, qu’à la limite vous n’avez plus du tout besoin de manger.
Seule la prédation existant au sein des deux premiers chakras vous invite à manger et vous invite à pallier à des déficits quels qu’ils soient au niveau métabolique. Mais comme vous le savez, il existe des risques d’excès, de dysmétabolie et d’anomalies reliées directement à ce que vous ingérez. Cela ne peut jamais être le cas pour le Libéré Vivant, puisque l’Esprit circule au sein de son sang. Il n’y a plus seulement l’âme qui est véhiculée dans le sang mais bien l’Esprit qui passe dans ce sang au sein de l’hémoglobine, et qui va alimenter non plus seulement en oxygène les cellules mais directement en Lumière vibrale. La nourriture ne pourra jamais apporter cela, fût-elle la plus saine et la plus sélectionnée, et la plus naturelle qui soit.

Si vous êtes par ailleurs attentifs, libérés ou pas libérés, vous constatez pour nombre d’entre vous, si ce n’est l’immense majorité d’entre vous, les effets directs des aliments. Je ne parle pas ici d’allergies mais je parle de l’effet immédiat se produisant en votre conscience, si vous y êtes attentifs, selon l’aliment que vous absorbez. Non seulement sur votre conscience mais aussi sur la sensation de votre ventre, se manifestant soit sous forme de légèreté, soit sous forme de lourdeur, soit sous forme de difficultés de digestion, se traduisant par des douleurs se projetant sur la Porte Attraction ou sur la Porte Vision, ou encore sur la Porte OD. Si vous percevez cela lors d’un repas, cela signifie que vous vous nourrissez au travers de la prédation et non au travers de l’Esprit, et ceci indépendamment de tout plaisir.

C’est en ce sens que les jeûnes préconisés par le Commandeur des Anciens vous ont peut-être permis, si vous l’avez fait, de vérifier par vous-mêmes ce que je viens d’énoncer et de voir directement, par ce que vous dit votre corps, l’effet de l’aliment en vous. Cela bien sûr ne préjuge en rien d’une éventuelle allergie ou intolérance alimentaire classique ou habituelle. L’aliment vous répond, votre corps vous répond, votre cœur vous dit oui ou non. À vous de voir ce que vous choisissez : le plaisir alimentaire ou le plaisir de l’Esprit. Le plaisir de l’Esprit ne vous prive pas des aliments mais il vous fait toucher l’essence de l’aliment, ou la quintessence de l’aliment, c'est-à-dire sa force prânique, son essence et sa fonction non plus au niveau physiologique mais sa fonction spirituelle.

… Silence…

Pour en finir avec les aliments, vous avez peut-être remarqué que l’aspect physique des aliments, la couleur des aliments, la texture des aliments et le goût, bien sûr, sont prépondérants et amplifiés dès l’instant où vous mangez en conscience. C'est-à-dire de prier avant de manger, non pas pour purifier quoi que ce soit mais pour vous relier à l’essence des aliments. Mettant en bouche tel aliment ou tel autre aliment, vous contacterez, au-delà du goût, alors ce que j’ai nommé l’essence ou la quintessence de l’aliment, et donc l’archétype lié au produit ingéré, vous donnant accès à des informations de même type que ce qu’il peut se produire avec les peuples de la nature, vous renseignant, au-delà du goût, sur les effets des aliments. L’Archange Anaël avait parlé des aliments liquides ; aujourd’hui, même au travers de simples légumes ou de simples fruits, il vous est possible, au-delà de l’appétence et du plaisir alimentaire, de voir directement, en regardant cet aliment, ce qu’il produit en vous sans même le mettre en bouche.

Vous pouvez donc directement absorber la quintessence, le prâna, le vibral de tout aliment quel qu’il soit, passant donc d’un besoin alimentaire ou d’un plaisir alimentaire à ce que j’avais nommé, concernant les Delphinoïdes de l’Intraterre, le repas rituélique qui devient un repas sacré. Le repas devient alors une forme de communion, de conscience à conscience. L’aliment n’est plus seulement ce qui va vous permettre de subvenir aux besoins de votre corps mais il devient l’alchimie même de la relation. Il n’y a pas de différence entre la tomate et le cœur humain. Dès l’instant où vous portez ce regard nouveau sur l’aliment, vous constaterez aussi qu’une simple feuille de salade communique avec vous, même sans la manger.

… Silence…

Questionnons.

Question : je suis accompagné depuis longtemps par une lumière bleue très lumineuse sur ma gauche. Qui est-ce ? Cette lumière est-elle en rapport avec ma lignée ?

Bien-aimé, au travers de ta question ; je ne peux pas te dire ni qui est-ce ni ce que c’est. La lumière bleue présente à ta gauche se situe-t-elle au niveau de tes yeux ouverts, de tes yeux fermés ? Vois-tu cette lumière loin de toi ou proche de toi ? Car effectivement, les yeux ouverts ou les yeux clos, il vous est possible de percevoir les douze Étoiles, non plus autour de la tête mais bien devant votre regard, l’une ou l’autre, quelques-unes ou l’ensemble. Celles-ci sont effectivement colorées et se présentent sous forme de petites sphères colorées représentant les douze vertus spirituelles archétypielles de l’Esprit, telles que nommées les douze Étoiles de Marie. Ceci est logique et donc quand tu me dis percevoir une lumière bleue qui t’accompagne, est-ce simplement l’une des vertus spirituelles actives que tu vois ou est-ce réellement une Présence ?

Il y a une grande différence, et donc je te donnerai ma réponse de cette façon : quand il y a Présence, il n’y a pas seulement vision, il y a communion, il y a échange, et il y a déploiement d’une forme, cela ne reste jamais sous la forme d’une lumière ronde ou scintillante. La forme doit se révéler et se dévoiler à toi. Ce qui n’est pas le cas, bien sûr, si tu perçois simplement l’une des douze vertus spirituelles sous forme de lumière, t’accompagnant du côté gauche mais restant très proche de ta tête. Ainsi donc j’espère qu’au travers de ces éléments, la réponse t’est apportée, mais ne compte sur personne d’autre que toi-même pour savoir ce qu’est cette Présence. Je ne peux que t’en donner les éléments qui permettent de différencier les deux cas de figure, mais c’est à toi d’entrer en communion ou en relation avec cette lumière. Soit elle se déploie et est perçue comme une Présence à côté de toi, au niveau de tes champs auriques, soit il persiste simplement une lumière ne donnant aucune perception ou sensation au niveau du corps, dans ces cas-là il s’agit de l’une des douze potentialités spirituelles, l’une des Étoiles, fonction Étoile activée au niveau de ce que tu peux voir.

… Silence…

Questionnons.

Question : j’ai reçu l’information que mon origine était Amasutum. Pouvez-vous m’éclairer sur cette origine et sa spécificité ?

Bien-aimée, si tu emploies ce mot, c’est nécessairement que tu l’as lu quelque part. Amasutum fait partie du langage syllabaire Gina Abdul originel. Il signe les Mères généticiennes de Sirius. L’origine Amasatum, je vous le rappelle, est commune à tout frère et sœur humain de la Terre portant l’ADN de Marie. Ce n’est donc pas une particularité car nous pouvons dire que chacun d’entre vous possède, non pas nécessairement cette origine mais au minimum une lignée, au minimum l’ADN de Marie. Je ne peux rien en dire de plus que ce que tu as déjà lu par toi-même.

Je te rappelle toutefois qu’il y a effectivement dévoilement des lignées et des origines, mais que cela ne doit plus aujourd’hui, ce qui n’était pas valable il y  a deux ans ou encore un an, te faire questionner mais simplement acquiescer à cela, ne pas te l’approprier et dépasser aussi cela. De la même façon  qu’il vous est demandé de traverser ce qui remonte en cette période, comme étant les derniers éléments cachés, mis sous le boisseau, qui vous étaient inconnus et qui s’évacuent en vous traversant. Cela concerne aussi bien vos mémoires que ce qui a pu, en quelque sorte, rester enkysté, de mémoires ou d’angoisses concernant vos vies ou votre vie. Mais vous n’êtes pas cela. Simplement, le fait de les voir éclairés, d’aller de plus en plus en Profondeur, donne de plus en plus de Précision à l’élimination de ces engrammes restant au niveau de vos lignes d’autoprédation.

Il n’est pas possible de vous donner les comportements correspondant à chaque origine stellaire, même si nous en avons parlé un peu hier, concernant certaines origines stellaires. L’origine stellaire fait partie de la genèse de votre conscience, mais je vous rappelle que vous êtes au-delà de toute conscience et que vous êtes l’ensemble des consciences en le même temps. La révélation de votre origine ou la révélation de vos lignées, qu’elle se produise maintenant ou qu’elle se soit déjà produite, peut certes vous intéresser et vous questionner, mais aujourd’hui plus que jamais, il vous est aussi demandé de traverser cela en toute légèreté et de ne pas fixer votre attention sur une  nouvelle croyance, sur une nouvelle possibilité de fonctionnement.

Demeurez simplement humains, quoi que vous traversiez, quoi qu’il vous soit révélé, voyez-le clairement, acquiescez à cela et traversez aussi cela. Ne vous attachez à rien de ce qui émerge comme élément, que cela soit de vos mémoires, de vos traumatismes ou de vos origines ou lignées stellaires. Il n’y a pas de meilleure façon, aujourd’hui, de se libérer soi-même de tout cela.

Même s’il existe, au sein de ta liberté, le choix délibéré de rejoindre ton origine ou tes lignées, n’oublie pas que, en définitive, tu seras aussi libérée, quelle que soit ton assignation et quelle que soit la liberté de ton devenir. Aujourd’hui, rentrer en humilité, rentrer en simplicité et rentrer dans le sacrifice de la personne que vous croyez être passe par l’abandon de tous les repères quels qu’ils soient, afin de demeurer le plus possible tranquilles, permettant alors de vous rapprocher du Cœur du Cœur et de ce point de passage de l’Infinie Présence où, je vous le rappelle, n’existe nulle vision, nulle lignée, nulle origine stellaire, nulle couleur ou nulle manifestation de conscience.

Vous poser au sein du Cœur du Cœur ou en l’Infinie Présence vous donne à voir ce que vous êtes en tant que Lumière primordiale et première émanation depuis la a-conscience, vous donnant la certitude de ce que vous êtes. Ne dérivez pas de cette certitude en cherchant à expliquer, à comprendre avec votre intellect, car sinon vous retombez dans l’autoprédation. Vous ne nourrissez plus l’Esprit mais vous nourrissez l’âme et le corps. À vous de voir, à vous de choisir.

Du point de vue de l’Absolu, il n’existe aucune différence entre le grain de sable et un Archange, il n’existe nulle différence entre un soleil et la Source.

L’appel de la Lumière, en cette période et déjà depuis de nombreux mois, est de vous faire extirper, par abandon et sacrifice, de toutes les manifestations, fussent-elles les plus prestigieuses, de quelque incarnation passée en ce monde ou de quelque origine, fût-elle la plus prestigieuse au sein des Mères généticiennes de Sirius. Pour l’Absolu, il n’y a rien de prestigieux, il y a simplement les jeux de la conscience au sein de la Liberté. Il n’y a pas plus de valeur dans le grain de sable que dans un soleil, que dans une Mère généticienne, il y a la même vie et il n’y a aucune différence, au point de vue de l’Absolu. La seule différence vient de la conscience elle-même, en projection ou en manifestation.

« Cherchez le Royaume des Cieux qui est au-dedans de vous et le reste vous sera donné de surcroît. ».

Le Christ disait aussi, et cela vous a été répété à de nombreuses reprises par le Commandeur des Anciens : « Ce qui est important, ce n’est pas ce qui rentre dans votre bouche, c’est ce qui sort de votre bouche ». Le Christ ayant rajouté, dans des écrits qui n’ont rien à voir avec les évangiles mais qui sont liés aux évangiles apocryphes et en particulier de Thomas : « Celui qui gagne, c’est celui qui est mangé et pas celui qui mange ». Parce que ce qui est mangé délivre son information au sein d’une structure dite extérieure. Il imprime donc la marque de son information par le fait même d’être mangé. Le gagnant n’est pas celui qui mange mais celui qui est mangé. Cela rejoint totalement ce qui avait été exprimé par Maître Philippe de Lyon concernant le fait d’être le plus petit d’entre vous – et rejoignant les enseignements et le dévoilement de ce qu’est la véritable humilité –, qui n’a rien à voir avec une attitude ni une présentation mais qui est bien lié directement aux mécanismes intimes de votre fonctionnement, aussi bien sur le plan alimentaire que sexuel, que relationnel, que spirituel.

… Silence…

Questionnons.

Question : que signifie le fait de se voir nue avec des cheveux très longs qui couvrent mon corps, en tenant devant moi un ordinateur qui cache mes parties intimes ?

Je ne suis pas sûr d’avoir compris ce qui a été dit. Peux-tu répéter ?

Question : que signifie le fait de se voir nue avec des cheveux très longs qui couvrent mon corps, en tenant devant moi un ordinateur qui cache mes parties intimes ?

Je ne comprends toujours rien. J’ai parfaitement entendu chaque mot de cette phrase mais je ne comprends pas. Est-ce une vision, est-ce un rêve ? Que signifie « voir » cette image ?

Il n’y a, d’après les mots écrits, pas de symbole. Je n’ai donc pas de possibilité d’expliquer quoi que ce soit par rapport à cette question, parce que je ne comprends pas ce qui est vu, dans quelle circonstance cela est vu. Est-ce la nuit, en rêve, est-ce en méditation, est-ce de façon inopinée ? Les seuls éléments que nous puissions retenir sont les cheveux qui recouvrent beaucoup de choses et pas seulement la tête, un ordinateur avec un écran à moitié caché, de la même façon que les cheveux cachent le corps. Ce que je peux dire simplement à ce frère ou cette sœur bien-aimé, c’est : qu’as-tu encore à cacher ? Cela est exactement l’inverse que d’avoir des images, par exemple, de quelqu’un qui se présenterait à vous par le regard, comme dans la question précédente avec les yeux, ou nu. Le corps couvert de cheveux, de même qu’un écran d’ordinateur à moitié masqué, ne peut que signifier qu’il y a des éléments, en soi comme à l’extérieur de soi, qui n’ont pas été vus ou qui refusent d’être vus.

… Silence…

Questionnons.

Question : que signifie ce rêve : dans ma chambre, j’étais allongée sur le lit avec celui qui vous canalise et nous nous embrassions, mais sans connotation sexuelle. Sa compagne était présente ainsi que quelques personnes. Nous étions nus et dans une douce tendresse comme des enfants. Nous sommes ensuite sortis dans le salon et on nous regardait, un peu étonnés.


Celui qui est nu, sans connotation sexuelle comme tu l’as dit, se met à nu. Il n’y a plus personne au sens « personnalité », il y a vérité de l’Esprit, comme dans ce que j’ai expliqué par rapport au regard d’un autre frère. La nudité, ici, n’est pas ni sexuelle ni malsaine, elle correspond au fait de se mettre à nu. Il y a donc une communion qui se fait, non pas par ces corps dénudés mais comme tu l’as exprimé, par la tendresse de cœur à cœur. Il s’agit d’une forme de communion située au niveau de l’âme ou de l’Esprit. Même si les corps sont dénudés, il est quand même, il faut le dire, très rare de voir un Esprit tel qu’il est, en rêve. Le plus souvent vous apparaissent, au sein de vos rêves, même s’ils sont symboliques ou annonciateurs de quoi que ce soit, les éléments matériels qui vous sont connus.

Ainsi donc la nudité, pour la personne, correspond à l’aspect honteux qu’il faut cacher. Pour l’Esprit cette nudité-là n’est pas la nudité de la personne mais la nudité de la personnalité qui n’a plus rien à cacher. C’est donc une atmosphère de communion réelle, n’ayant rien à voir effectivement avec le côté charnel ni même avec une quelconque relation se situant au niveau de la personnalité, mais bien une relation ou une résonance d’âmes, ou alors une communion d’Esprits. Le cerveau, en rêve en particulier, ne pouvant vous ramener que des images, même si cela est symbolique, en relation le plus souvent avec des éléments matériels, en l’occurrence les corps. Mais il ne s’agit pas de corps.

Le regard des autres, au moment où vous sortez de cette pièce pour rejoindre un salon, n’est que le regard interrogatif de celui qui ne voit pas au-delà de la chair.

Cela rejoint en partie ce que j’ai expliqué concernant la sexualité et les religions. Celui qui est de l’autre côté de l’intime, c'est-à-dire qui n’est pas dans la chambre mais dans le salon, est à l’extérieur de l’intime. Ne voyant pas l’intime, il semble être gêné par ces corps dénudés. Celui qui a pénétré son intime, c'est-à-dire la chambre à coucher, se met à nu. Non pas dans une idée quelconque précise de relation charnelle mais bien plus pour se montrer tels qu’ils sont au-delà de la personne, c'est-à-dire dans la liberté de l’Esprit ou de l’âme retournée vers l’Esprit.

De la même façon que j’ai évoqué ce que nombre d’entre vous avez vécu à partir des années 2010, concernant les communions et les fusions se produisant sans aucun contact physique, par rêve ou de façon réelle la nuit, n’ont rien à voir avec une connotation charnelle ou sexuelle. Il s’agit d’un contact d’âme à âme ou d’Esprit à Esprit, ou encore d’Esprit à âme ou d’âme à Esprit, ne concernant en rien la personne, transcendant justement les limites de la chair.

Le regard de l’autre ne peut être qu’interloqué s’il n’a pas vécu la même intimité d’Esprit ou d’âme dans la chambre. D’ailleurs celui-ci ou ceux qui vous accueillent se tiennent dans un salon, alors que vous, sortez d’une chambre. 

… Silence…

Questionnons.


Question : lors d’un problème de santé, plusieurs jours de suite j’ai cru étouffer au premier souffle du matin, je ne pouvais plus respirer. Qu’en est-il? Vais-je m’obliger à respirer?

Bien-aimée, et bienheureuse, tu as failli vivre ton dernier souffle, et donc la Liberté. Toutefois je te rappelle que lors d’un retour au sein de ce corps, en particulier le matin, il peut exister, je dirais, un mauvais emboîtage, donnant une espèce de sursaut respiratoire et un sentiment profond d'étouffement, signant simplement ton retour au sein de ce corps. Il s’agit donc soit d’un retour, soit d’un départ raté. Tu vois donc par toi-même qu’au travers de cette question, tu t’es inquiétée pour ta personne. Es-tu cette personne ? Que cela soit lié à ton dernier souffle, que cela soit lié à son retour au sein de la personne, cela ne te concerne pas. Au travers de ta question, tu peux voir par toi-même une certaine forme d’attachement à ton identité et à ta personne. Il  a dû y avoir angoisse. Le fait de manquer de souffle n’est pas lié uniquement au dernier souffle ou au retour, mais aussi le sentiment d’être privé de ta liberté originelle. Le souffle, ce n’est pas seulement la respiration, c’est aussi le Verbe, le souffle de Vie, le souffle de l’Esprit. Le souffle est ce qui anime la vie du corps comme la vie de l’Esprit. Dans un cas, il s’agit du souffle respiratoire, dans l’autre cas il s’agit du souffle de l’Esprit nommé de différentes façons, comme l’Esprit du Soleil, le Chœur des Anges, le Verbe Créateur, l’impulsion du Christ.

À toi de définir comment tu te sentais après. Tel que la question est posée, il y a eu angoisse. Si elle était posée autrement, toujours dans le même questionnement, alors il y avait Verbe. Que cela soit d’ailleurs un retour ou un départ, réel ou pas, n’y change rien. L’interruption du souffle, la modification du souffle avec incapacité de respiration, bien sûr au-delà de tout cadre médical ou pathologique, ne fait que traduire un changement de rythme et un changement d’état. Dans les deux causes que je t’ai données, il y a eu effectivement changement d’état, départ raté ou retour rapide au sein de ce corps de chair.

… Silence…

Questionnons.

Question : pouvez-vous m’éclairer sur ce rêve ? Je suis en un lieu où je suis seule à être en vie. Les arbres sont calcinés, il y a de la fumée partout et à mes pieds, un grand crocodile carbonisé. Un immense oiseau doré apparaît dans le ciel. Il vient jusqu’à moi, je monte sur son dos et il m’emporte. Une fois sur cet oiseau doré, je constate qu’il ressemble à une tortue.

Bien-aimée, cela annonce ta propre résurrection survenant après ce que le Commandeur, de façon humoristique, avait nommé le grille-planète final, c’est-à-dire la transformation du Soleil en géante rouge, réabsorbant Mercure et libérant la totalité des corps d’Êtreté qui étaient encore enfermés. Cela introduit, par le rayonnement émis, une destruction et une carbonification de l’ensemble des chairs présentes à la surface de la Terre. Le fait que tu sois vivante, et qu’un oiseau doré qui tel un phénix vient te cueillir, annonce ta propre résurrection, par destruction et transmutation de ta structure éphémère. L’oiseau, tel un phénix, se retrouve avec un corps ou une tête de tortue. La tortue est liée à la Résurrection, elle aussi. Dans nombre de traditions asiatiques, la tortue est aussi la chance et l’opportunité que tu as saisie de te libérer toi-même au moment du grille-planète, et de vivre ton éternité.

L’oiseau, comme la tortue sur laquelle tu voyages, est ton propre corps d’Éternité ou d’Êtreté. En ce rêve, il y a certitude de ton Ascension. L’ancien est mort, le nouveau est né, il vogue vers sa destination d’Éternité, vers la Liberté. Les forces de prédation, représentées ici comme un reptile, un crocodile plus précisément, est lui aussi carbonisé. La ville est une structure sociétale d’organisation de la société patriarcale, elle aussi est carbonisée. Ainsi donc tu es libérée au moment où tout sera carbonisé.

… Silence…

Questionnons.

Question : comment se manifeste l’intensification actuelle de « Précision » et « Profondeur » ?

Bien-aimé, il y a, si tu le perçois déjà, la vibration de ces deux Portes, mais aussi de ces deux Étoiles au niveau de ta tête. Porte ta conscience sur ta tête, porte ta conscience sur ton petit bassin, pour voir si tu perçois quelque élément que ce soit, en ces trois régions : pli de l’aine gauche, pli de l’aine droite, et arrière et avant de la tête en transversal. Comme tu l’as constaté, la Clarté est située à gauche, au niveau de l’Étoile, la Profondeur est située à l’arrière et à droite. De la même façon, la Précision, qui est située en tant qu’Étoile à droite, se retrouve au niveau du pli de l’aine, Profondeur aussi. Il y a donc une alchimie qui se produit, réelle et concrète entre les Étoiles et les Portes. Les vibrations, si tu les perçois, deviennent très physiques, en particulier au niveau des plis de l’aine. Si tu ne perçois aucune vibration, tu constateras simplement, au niveau de ta conscience ordinaire, que ce qui n’a pas été résolu au sein de la personne remonte à ta conscience.

Rien ne peut rester caché. La Lumière, en sa présence de plus en plus intense, vient éclairer ce qui n’avait pas été vu, de manière consciente ou inconsciente n’y change rien. Cela peut passer donc par une réminiscence ou une recrudescence de ce qui semblait avoir été dépassé et transcendé. Rappelle-toi qu’il n’y a pas de culpabilité à avoir, mais simplement acquiescer et regarder ce qui remonte sur l’écran de ta conscience, si cela se produit.


Cela est aussi, par la Précision et la Profondeur, et la Clarté, une capacité nouvelle à voir les tenants et les aboutissants de tout comportement, de toute relation, dépourvue de tout jugement vis-à-vis de soi-même ou vis-à-vis de l’autre mais te donnant à voir, avec plus de détails si je peux dire, les émotions qui sont engendrées, les activités mentales qui sont engendrées, et les attitudes de défense ou le réflexe de défense vis-à-vis de ces éléments. Les modifications ne sont pas que d’ordre vibratoire ; comme je viens de le dire, elles concernent aussi ton comportement habituel et ta façon de te positionner et de réagir au sein de ta vie ordinaire. La Précision et la Profondeur mettent fin à l’autoprédation. Il y a donc une forme de réorientation de ta conscience quant à ses désirs, quant à ses besoins, quant à ses manifestations.

La Précision et la Profondeur, enfin, sont les deux dernières assises préalables à ton Ascension ou à ta Libération. La Précision n’est pas tant liée à la précision des mots que tu pourrais employer, ou même aux pensées que tu pourrais avoir, mais bien plus à la précision chirurgicale, si je peux dire, de la Lumière elle-même à te montrer et à te révéler soit ce qui a été caché, soit ce qui est encore dysfonctionnel au sein de la personne, montrant simplement ce qu’il y a encore à ajuster par l’action de Grâce et par l’état de Grâce de la Lumière en tes structures éphémères.

… Silence…

Questionnons.

Question : les ondines se manifestent-elles par de nombreux petits ronds dans l’eau, qui s’agrandissent ?

Du fait même de la forme des ondines, la manifestation habituelle de leur présence dans l’eau est effectivement ces ronds qui semblent s’agrandir comme si une pierre avait été jetée dans l’eau. La forme aérodynamique, si je peux dire, des ondines, et leur mécanisme de déplacement au sein de leur élément aquatique, ou aérien pour certaines des ondines, est directement responsable de ce que tu observes à la surface de l’eau. Indépendamment donc de toute pierre jetée, de tout courant, il s’agit simplement, effectivement, des mouvements des ondines  sous l’eau.

… Silence…

Questionnons.

Nous n’avons plus de questions.


Bien-aimés, si vous avez des questions orales, il est temps maintenant de les formuler.

Question : c’est un rêve : nous nous promenions en petit groupe avec celui qui vous canalise et sa compagne, et leur enfant qui faisait du tricycle. Notre ami a fait mine d’aller aux toilettes et il s’est déshabillé totalement devant nous. Il faisait la roue et des cabrioles. On s’est regardés, pensant qu’il était devenu fou. Pouvez-vous expliquer ?

Aller aux toilettes est aussi un espace intime, comme la chambre du rêve précédent. Se mettre à nu montre là aussi qu’il n’y a rien à cacher. Pour le regard de la personnalité, être devenu fou est la libération totale des conditionnements. D’ailleurs, je vous rappelle que dans ce que vous nommez le Tarot, le dernier arcane est le Fou, le Fol ou le Mat, celui qui est libéré des forces d’enfermement et qui n’est justiciable de rien concernant sa personne. Il y a donc là aussi sentiment particulier de celui qui vit ce rêve de voir la nudité préalable à l’intimité, la même signification peut y être apportée. Quant à la folie, ce qui est raison aux yeux de la Source est folie pour vous. La liberté, surtout en rêve, s’accompagne le plus souvent du sentiment de ne rien avoir à cacher. La nudité d’un corps n’est que la nudité de l’Esprit et la clarté de l’Esprit, d’ailleurs illustrées par les mouvements que tu as décrits, et correspondant là aussi à la liberté.

Le fou, aux yeux de l’homme, est le sage aux yeux de la Source. Il n’y a ni barrières, ni limites, ni contraintes. Le fait qu’il y ait compagne, le fait qu’il y ait enfant, signe simplement que la relation vécue d’Esprit à Esprit entre ces deux êtres a conduit à l’enfantement, non pas dans la chair mais à l’enfantement de l’Esprit qui, comme tu le vois, roule sur un tricycle, c’est-à-dire sur trois roues. Il y a donc réalisation de la tri-Unité. Bien sûr, la personne qui vit ce rêve et qui voit ce rêve ne peut que se poser la question de la folie, de la nudité et de l’enfant. Transpose cela, non pas dans la vision de la personne mais dans la vision de l’Esprit ou de l’âme, au-delà du symbole mais bien plus directement relié aux archétypes, et tu retombes sensiblement sur la même explication que j’ai donnée pour l’un des rêves précédents qui m’a été proposé. D’ailleurs tu as peut-être fait partie des deux rêves.

… Silence…

Autre question d’un frère ou d’une sœur présente.

Question : j’ai donné à une amie le protocole de libération des mémoires aux sources de la Seine…

Donné par Ramatan.

Question :… pourquoi la Lumière nous a-t-elle menées en ce lieu pour partager cela ?


Je répondrais simplement : pourquoi pas ? L’eau, au même titre que la forêt, sont des éléments de la nature. Quelle explication y a-t-il besoin d’avoir ? L’important n’est pas le lieu mais ce que vous avez vécu. Ce sera toujours la personne qui cherche le sens symbolique de tel lieu ou tel autre lieu. Je ne sais pas en plus quelles sont les circonstances de cette rencontre. Fut-elle imprévue, fut-elle programmée ? Je ne saisis pas bien ce qui est exprimé. Est-ce que le rendez-vous était fortuit, est-ce que le rendez-vous était programmé ? Est-ce que la rencontre était fortuite, est-ce que la rencontre était programmée ? Avant de répondre.

Question : la rencontre était programmée mais pas le lieu.

Qui a décidé d’être au bord de ce fleuve ? C’est bien vous qui vous êtes déplacées pour vous rendre auprès de ce fleuve.

Question : c’est comme si nous avions été conduites au bord de ce fleuve, ce n’était pas prévu.

L’eau, qui coule, comme cela a été vécu par nombre d’entre vous, l’eau qui coule et qui s’écoule, l’eau douce comme l’eau de mer qui flue et reflue, a la même signification : c’est le moment où il y a besoin d’être lavé, le moment où il y a besoin d’être libéré de certains engrammes mémoriels touchant essentiellement l’émotionnel. L’eau est l’élément purifiant et pacifiant. Que veux-tu savoir de particulier puisque tu dis toi-même avoir été guidée à cet endroit-là ? Je ne peux que spécifier que l’agent eau, l’élément Eau, à travers le fleuve en l’occurrence, ici, est ce qui a certainement facilité la pratique du processus de libération mémorielle donné par Ramatan. Cela peut être en rapport avec l’eau-émotion, mais aussi avec la lignée de l’Eau dont l’une de vous serait porteuse, mais je pense que le plus vraisemblable correspond à la facilitation de la libération mémorielle au bord de l’élément Eau. Quelle explication souhaites-tu avoir de plus que celle-là?

Question : j’étais juste étonnée de me retrouver à la source de la Seine.

Cela correspond exactement à ce que je dis par rapport au rôle de l’eau qui circule entre deux berges. C’est un élément facilitant l’élimination des mémoires. L’eau qui circule permet de laver, de nettoyer, de purifier. Auprès de l’eau qui circule, en particulier l’eau douce, il existe des courants et des flux d’énergie particuliers qui sont induits justement par l’écoulement de l’eau. Ceci renvoie effectivement, au-delà du protocole pratiqué, à une pacification des émotions enfouies, à une pacification des souffrances vécues dans le passé et inscrites dans les mémoires mémorielles, le plus souvent sur le bas du corps. La surprise n’en est pas une, parce que dès l’instant où il y a Abandon à la Lumière, les choses se produisent naturellement. Ce qui peut donner un élément de surprise dans un premier temps n’est là et n’est destiné qu’à te montrer que la Fluidité de l’Unité se met en mouvement ; dès l’instant où tu vas dans le sens de la Lumière, la Lumière va dans ton sens. Que tu appelles cela synchronicité, que tu appelles cela surprise, ce n’en est pas une, c’est simplement l’Évidence de la Lumière, dès l’instant où tu suis la Grâce et où la Grâce te pénètre.

… Silence…

Questionnons.

Question : j’entends, depuis les années 80, un son aigu, cristallin, bilatéral, toujours égal à lui-même. Plus récemment, un autre son s’est ajouté à mon oreille droite, un peu plus grave. Que sont ces sons et pourquoi ne changent-ils jamais de tonalité ?

Bien-aimé, le début des années 80, et en particulier les années 1984, ont vu sur cette terre l’arrivée de l’effusion de l’énergie mariale de Sirius, nommée aussi Esprit saint ou Shakti. Quand la Shakti pénètre par la tête et commence à ouvrir ce qui fut nommé les chakras, apparaît un son dans l’oreille gauche puis dans l’oreille droite. Ce son cristallin est appelé le Nada ou chant de l’âme, il traduit la communion et la communication rétablie avec l’âme par la perforation des gaines isolantes des chakras situés au niveau du 7ème et 6ème chakra. Ce son, entendu de l’oreille gauche, arrive ensuite au niveau de l’oreille droite. Il y a un certain nombre de tonalités et de sons différents. Le son cristallin signe l’activation de l’Esprit saint en toi et la réponse de ton âme et de ton Esprit à cette stimulation venue de Sirius et de Marie.

Le son de l’âme et le son de l’Esprit, entendus à gauche et à droite, sont les témoins de l’activation de la Couronne radiante de la tête, mais aussi du cœur, dès l’instant où le son apparaît en une autre tonalité superposée au premier son, surtout du côté droit, mais aussi parfois du côté gauche. Le son cristallin est, je dirais, la 5ème octave qui fait que ce qui est entendu, qui est nommé le chant de l’âme, ce son fait d’ailleurs partie d’un travail particulier au sein du yoga nommé le Siddha yoga, et le Kriya yoga. Ces deux yogas, et d’autres aussi bien sûr, travaillent sur la méditation sur le son. Le son est avant tout le témoin, s’il n’y a pas de désordre au niveau de l’oreille ni du cerveau, simplement du contact rétabli avec l’âme et avec l’Esprit. Le chant de l’âme et le chant de l’Esprit, nommés le Nada font partie des Siddhas ou des Siddhis, c’est-à-dire des pouvoirs de l’âme. Le son est le témoin de l’activation des chakras supérieurs, leur réouverture si tu préfères. Cela signe que tu as reçu le rayonnement à la fois de Sirius, le rayonnement de l’Esprit saint, mais aussi la Grâce de Marie qui accompagne toujours ce son.


Ce son est entendu par tous les éveillés. Il en existe sept tonalités, le plus souvent cinq en sont perceptibles. Le son le plus cristallin correspond à la rupture de la gaine isolante située au niveau du corps causal et donc du chakra de la gorge. L’ampoule de la clairaudience, à ce moment-là, réoriente son positionnement et devient ce qui a été nommé le Canal Marial, représenté par les cornes de la déesse Hathor en Égypte, nommé aussi les cornes célestes ou Antakarana. Le son est donc le témoin direct de la présence de l’âme et de l’Esprit au sein de ta conscience ordinaire.

… Silence…

Questionnons.

Question : que signifie le fait de ne pouvoir s’appuyer sur aucun rêve ?

Cela signifie que tu es libéré des rêves. Le rêve est une conscience particulière. La conscience Turiya, la a-conscience, ne s’embarrasse jamais de rêves. Le rêve permet à la personnalité de trouver, si je peux dire, les marqueurs de son âme. L’absence de rêves, ou en tout cas de souvenirs de rêve, prouve simplement la liberté par rapport à tes propres rêves. Il n’y a donc pas à rechercher de facteurs nuisibles, mais bien plus à saisir que tu n’as pas besoin de vivre cela pour être ce que tu es. Il existe par ailleurs de très nombreux rêves. Cela ne veut pas dire que tu ne rêves pas, cela veut dire simplement que ta conscience n’a pas besoin d’avoir des supports de rêve pour t’aiguiller dans ta vie ou pour te poser question. Le Libéré Vivant ne rêve jamais, ou quasiment jamais, il n’en n’a pas besoin. Il n’a pas besoin de symboles, il n’a pas besoin d’images, il n’a pas besoin d’explications. Ainsi l’absence de rêves, ou en tout cas de réminiscence de rêves, n’est pas la preuve que quelque chose va mal mais que, bien au contraire, tout va bien.

… Silence…

Questionnons.

Question : le protocole de libération des mémoires de Ramatan ainsi que le protocole de la bénédiction donné dernièrement, peuvent-il être une aide pour libérer et détacher les lignes de prédation personnelles situées autour de la sphère pelvienne ?


Le protocole dit de libération mémorielle de Ramatan ouvre les niveaux les plus profonds de l’être, permettant de voir et de traverser ce qui est à voir. C’est en ce sens qu’il a été appelé protocole de libération mémorielle. Le protocole de bénédiction, quant à lui, est un petit peu différent ; il peut venir compléter le protocole de libération mémorielle. Toutefois ce protocole de libération mémorielle n’est pas fait pour traiter telle ou telle chose mais permet réellement de libérer les mémoires, de les voir, de les traverser. Ce n’est pas toi qui décide (ni celui qui le fait) ce qui va être libéré. Seul ce qui affleure au sein de la conscience, seul ce qui commence à être vu et perçu, se libère ainsi de cette façon. La bénédiction qui a été communiquée, dont les gestes ne sont pas identiques mais s’en rapprochent, excepté pour la tête et ce qui est tracé sous les pieds, permet là-aussi de se rapprocher de la Liberté. Mais encore une fois il n’est pas possible de choisir, en ce protocole, d’agir sur telle chose plutôt que sur telle autre chose. Ce qui sera agissant, c’est uniquement ce qui effleure à la conscience. Mais posant donc cette question par rapport à ta problématique, il est évident que cela est présent au sein de ta conscience. Il convient donc de pratiquer ou de se faire pratiquer cet exercice et de voir quelles en sont les conséquences et les effets.

… Silence…

Question : quand le son dans les oreilles reste toujours le même, qu’en est-il ?

Bien-aimée, quand j’ai parlé de cinq tonalités, je n’ai jamais dit qu’il fallait passer par les cinq tonalités. La fixité du son traduit simplement l’immobilité de l’âme ou de l’Esprit – ce qui est un point plutôt agréable. Le son peut être le même chez nombre d’entre vous depuis des dizaines d’années. Chez certains, il a pu monter en intensité ou en fréquence, devenir de plus en plus aigu. Il a pu arriver jusqu’au Chœur des Anges, là où chantent des milliers d’anges et des instruments de musique à cordes jouent, violons et violoncelles par milliers, l’instrument qui s’en rapproche le plus au niveau de votre humanité. Ni la fixité ni l’adjonction d’un autre son ne signe autre chose que ce que j’ai dit : l’ouverture à l’âme et l’ouverture à l’Esprit, témoins et marqueurs de l’activation des pouvoirs dits de l’âme ou de l’Esprit. Ce son est parfaitement connu dans divers yogas et dans les écrits parlant des chakras, depuis fort longtemps. Si le son est toujours le même – encore une fois, il n’y a pas plus de signification ou d’explications qu’un son qui s’adjoint ou qui se modifie –, tu remarqueras toutefois que si le son est le même, il possède toutefois des variations d’intensité. Ces variations d’intensité ne sont pas liées à ton humeur, ne sont pas liées à ton état d’esprit, mais sont liées directement à certains cycles, à certaines dates, que cela soit le cycle lunaire par exemple, ou encore certains évènements se produisant au sein du soleil.


Dans les yogas que j’ai évoqués précédemment, il y a la possibilité de méditer sur ce son, permettant alors de faire basculer ta conscience de l’éphémère à l’Éternel. Dans ces yogas que j’ai exprimés, l’écoute du son est un processus d’expansion de conscience.

… Silence…

Questionnons.

Question : pouvez-vous expliquer ce qu’est devenue l’Arche d’Alliance dont parle saint Jean dans l’Apocalypse, où il est question des deux témoins et où l’Arche revient à la fin des temps ?

Tu veux donc connaître la position géographique de l’Arche d’Alliance. Celle-ci est en Éthiopie. Elle sera effectivement remise aux deux témoins lors de leur mise à mort et de leur résurrection à Jérusalem. L’Arche d’Alliance est une forme de condensateur, que personne ne peut voir ni toucher. Il s’agit d’une arme, redoutable. Mais cela fait partie de l’histoire, et du scénario écrit que vous êtes par ailleurs en train de jouer. Les deux témoins seront en possession, le moment venu, des clés de cette Arche d’Alliance. Ils sont d’ailleurs les deux seules personnes, de par leur histoire au sein de ce monde, à pouvoir ouvrir l’Arche d’Alliance et libérer le bouclier qui y est présent. Mais cela appartient au scénario de l’histoire, mais tu n’es pas cette histoire. Néanmoins il s’agit de faits extrêmement concrets et précis tels que cela fut annoncé par saint Jean dans l’Apocalypse. L’Arche d’Alliance est encore dans les mains de celui qui se nomme le patriarche d’Éthiopie, église orthodoxe. L’Arche d’Alliance sera remise au patriarche de Constantinople qui lui-même remettra les clés et l’Arche aux deux témoins. Que cela t’apporte-t-il ? Quelle en est l’utilité ? Je te pose à mon tour une question.

C’est juste pour avoir un éclaircissement, j’ai lu cette histoire et je voulais savoir ce qu’il en était.

Merci de ta réponse.

Merci de la vôtre.

... Silence…

Questionnons.


Nous vous remercions, nous n’avons plus de questionnement.

En chacun de toi, je dépose la Grâce.

En chacun de nous, se dépose l’Amour.

À chacun de toi, je remercie la Présence.

Paix à toi et paix en chacun.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire