SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

19 juillet 2016

EOLIA – LES ONDINES – JUILLET 2016


Notre nom est Eolia, nous sommes ce que vous appelez les ondines. Nous allons vous parler de nous.

Nous sommes le peuple de l'Eau, et selon les eaux que nous fréquentons, vous pouvez nous trouver sous d'autres noms. Dans les eaux qui stagnent et dans les eaux profondes, nous sommes les vouivres, en d'autres lieux nous portons d'autres noms. Il existe pour nous des différences, en tant que peuple de la nature, par rapport à ceux qui vous sont les plus accessibles. Nous ne sommes pas figés en un endroit ni en un lieu. Nous sommes bien sûr toujours à côté de l'eau ou dans l'eau, nous ne sommes pas très loin des elfes en général, et un peu plus loin des dragons, mais nous sommes aussi à côté d'eux. Nous sommes aussi pas très loin des gnomes.

Nous sommes le peuple de l'Eau, nous ne sommes pas figés en une forme, en une fonction, comme peuvent l'être les dragons ou les elfes.

Nous sommes la Joie et nous sommes la Légèreté, mais nous sommes aussi la Profondeur.

Nous sommes l'Eau, nous portons l'Eau et nous nous déplaçons dans l'air comme dans l'eau, mais ces déplacements ne sont pas des déplacements. Nous n'avons pas besoin de voler, nous n'avons pas besoin de parcourir autre chose que l'eau. Là où nous sommes, il y a la Joie, là où nous sommes, il y a la vie, totalement libre.

Nous ne sommes ni des rois ni des reines, nous ne sommes ni des anciens ni des nouveaux. Nous allons où nous porte la Joie. Suivant parfois l'eau, nous disparaissons d'un endroit et apparaissons à un autre endroit de manière instantanée. Nous sommes un jour les vouivres, nous sommes un autre jour la bulle qui est sur l'eau. Nous sommes le tourbillon de l'eau.

Notre caractéristique est la mobilité. Nous ne sommes attachés à rien, ni à notre forme ni à rien. Et nous sommes partout, là où la Joie nous appelle, là où la Joie est nécessaire.

Nous ne pouvons rien vous apporter, si ce n'est notre joie, et vous nous trouvez en nous approchant, même si nous vous fuyons, parce que nous sommes très sensibles à ce qui est figé, à ce qui ne bouge plus, à ce qui n'est pas libre. Nous ne connaissons pas pourtant vos émotions, vos raisons, vos structures, mais nous sommes autour de vous dès que la Joie apparaît, dès que vous laissez de côté ce qui est figé en vous. Dès que vous sortez de vous-mêmes en étant complètement vous-mêmes, nous sommes là.

Nous sommes là uniquement pour la Joie, la joie d'être là, la joie d'être partout, la joie de sentir l'eau et l'air.

Nous n'avons aucune organisation et nous ne sommes pas non plus l'un ou l'autre d'entre nous, d'entre notre peuple, mais nous sommes Un dans tout notre peuple, et cela nous le vivons grâce à la Joie et la Légèreté, à la mobilité, parce que rien n'est figé en nous.

Alors nous ne pouvons rien vous apporter d'autre que  la Joie, et la Liberté.

Si vous nous trouvez au hasard de vos promenades, venez nous approcher mais faites-le en la Joie. Ne recherchez rien parce que nous ne cherchons rien. Venez à nous et nous viendrons à vous, le cœur léger. Aucune forme n'est nôtre, aucun monde ne nous appartient. Nous sommes issus d'aucun monde et pourtant nous sommes sur votre monde comme en tout monde ; soit-il enfermé ou libre, soit-il au-delà de la forme, ne nous intéresse pas parce que nous sommes partout.

Rien ne peut nous altérer,  rien ne peut nous détruire, parce que si un endroit ne nous convient plus, nous changeons instantanément, tous ensemble. Nous sommes informés par ce que vous pourriez nommer l'intuition à l'eau, l'Eau du Mystère, la Légèreté de l'Air. Nous voguons éternellement dans la Joie, dans la Liberté. Nous n'avons nul besoin ni nulle fonction, simplement d'être cette Joie.

Nous ne sommes pas peureux, dans la Joie il ne peut pas y avoir de peur ;  simplement il est des circonstances qui ne sont pas en joie, en vous comme en certains lieux. Alors nous fuyons ces lieux, non pas par peur mais parce que nous n'avons rien à y faire. D'ailleurs, nous n'avons jamais rien à faire si ce n'est d'être vivants. Nous sommes la Liberté même, notre forme est plastique comme l'eau l'est, et comme l'air est mobile. Nous pouvons vous communiquer cela. Ce n'est pas notre fonction, c'est notre nature tout simplement. Venez à nous le cœur léger et nous danserons avec vous. Nous remuerons l'eau afin de vous faire venir à nous.       

Dès l'instant où vous êtes le cœur léger, dès l'instant où vous n'êtes plus figés vous-mêmes en quoi que ce soit, alors vous nous verrez, de la même façon que vous percevez les elfes, que certains d'entre vous voient clairement les dragons.

Nous n'avons pas de forme, même si vous voyez une forme. Nous n'avons plus non plus d'individualité parce que nous sommes Un tous ensemble. Et d'ailleurs regardez, je ne peux pas dire  « je », le « je » n'existe pas chez nous. Nous sommes en jeu permanent et nous sommes « nous ». Chacun de nous est « nous », que cela est difficile à vivre pour l'humain. Nous pouvons vous aider à cela. Oh, nous ne pouvons pas vous toucher, comme les elfes, mais nous pouvons nous montrer à travers l'eau et le vent qui vous caressent, et surtout nous pouvons même être dans vos liquides, dans votre sang, dans votre lymphe, parcourir vos vaisseaux de la même façon que nous parcourons les vaisseaux de la terre et de la mer.

Avec nous il n'y a pas d'échange, il y a juste un partage, un partage totalement libre.

Il n'y a en nous aucune organisation, ni dans notre forme ni dans notre vie. Cela serait contraire à la Liberté. Nous sommes en toute liberté sur ce monde et nous y sommes depuis le premier jour, si je peux dire, qui se perd dans la nuit des temps. Avant, nous étions ailleurs et nous étions déjà partout. Cela, vous ne pouvez vous l'imaginer, mais vous pouvez en récolter les bienfaits.

Nous sommes la Légèreté, et si nous résonnons avec vous et en vous, alors vous devenez légers, et ce qui est figé s'assouplit. 

D'où venons-nous ? Mais nous venons du même endroit que vous. Nous sommes partout et en même temps nulle part. Aucun lieu ne nous oblige, aucune distance ne nous sépare, aucun monde ne nous sépare.

Bien sûr qu'il existe certaines formes de nous qui expérimentent des côtés plus figés – je l'ai dit, dans les eaux profondes, dans les eaux cachées, dans les eaux qui ne sont pas aérées par la circulation – mais cela dure juste un moment. Nous nous retrouvons toujours, en définitive, au-delà de tout habit, de toute fonction et de toute forme, à être simplement la Joie.

Certains peuples de la nature recherchent notre présence et en particulier les fées, parce que nous sommes dans la même Légèreté et la même insouciance. Car qu'est-ce qui pourrait nous soucier, quand nous n'avons ni début ni fin, quand nous n'avons nulle souffrance et nulle forme, et nulle dimension ? Nous sommes vraiment ce que vous pourriez nommer la conscience de la Joie et de la Liberté.

Nous portons tous d'ailleurs le même nom. Je vous ai donné ce nom parce qu'il vous faut un nom, il vous faut un mot, mais nous ne sommes aucun de vos mots ni aucune de vos consciences. Sinon nous ne serions plus ce que nous sommes. Nous sommes libérés et nous sommes libres, d'ailleurs, nous n'avons rien à libérer. En cela, nous pouvons vous accompagner en parcourant avec joie votre sang, votre lymphe et même dans les eaux profondes de vos articulations, nous sommes la liberté ou le mouvement, nous sommes la fin de ce qui résiste. Nous parcourons toutes les eaux, les eaux d'en bas, de ce monde comme de tout monde, comme les Eaux d'En Haut.

Nous sommes l'Eau principielle, nous sommes l'Eau élémentaire comme nous sommes aussi, si nous le voulons, les Triangles qui agencent les mondes. Mais nous préférons la Légèreté que la rigidité. Notre nature est la Joie et notre essence est Joie. Il n'y a que cela.

Vous voulez nous rencontrer ? Alors jetez toutes vos peurs, jetez tout ce qui est rigide et venez à nous avec le cœur d'un enfant, dans la spontanéité.

Dès l'instant où vous êtes en joie, quand vous ne savez pas pourquoi, il y a dans votre sang aussi une ondine qui est là.

Nous avons tous le même nom, même si nous pouvons nous en donner une multitude, parce qu'il n'y a pas réellement de différence entre chacun de nous, ou chacune de nous si vous voulez. Nous ne savons pas ce qu’est la polarité, ce que vous nommez la sexualité, ou vos corps différents selon une polarité ou une autre. Nous n'avons aucune polarité et pourtant nous sommes vivants, puisque nous sommes la Joie. Nous pouvons parcourir votre sang, nous pouvons parcourir votre lymphe et rentrer dans les eaux encore plus profondes. Nous mettons fin aux mémoires, nous mettons fin à tout ce qui est rigide et fixé en vous, sans que vous le sachiez, de toute éternité. Bien sûr, les forces d'enfermement ont limité votre capacité à nous laisser entrer dans vos liquides.

Nous savons malgré tout qu'il se passe quelque chose d'important pour vous. Les dragons, les elfes, les gnomes, sont très actifs en ce moment. Cela ne change rien pour nous, nous restons dans la même joie qui ne nous quittera jamais, qui n'a jamais commencé et ne finira jamais.

En cette Légèreté, vous pouvez aussi vous retrouver, nous n'attendons que cela. Venez nous voir, venez vous baigner là où nous sommes, ou à côté de là où nous sommes. Soyez comme des enfants, l'enfant de l'Un, les enfants de la loi de Un vous dit-on.

Nous sommes là peut-être aussi pour vous aider, mais ce n'est pas notre fonction. C'est notre joie et notre nature qui vous aide. Nous n'avons aucune intention, envers quiconque, ni aucune volonté envers quiconque, si ce n'est de suivre toujours la Joie et la Légèreté, où qu'elles soient, proches de l'eau.

Nous sommes la Lumière de l'eau, nous sommes les eaux fécondantes ; ce que vous nommez les Eaux du Mystère ou les Eaux d'En Haut, nous le sommes aussi.

Alors en cette période de votre vie, de votre terre parce que cette terre n'est pas la nôtre, comme je vous l'ai dit nous n'avons aucune terre mais nous avons toutes les terres. Toutes les dimensions, elles ne nous appartiennent pas. Nous ne sommes propriétaires de rien, c'est en cela que nous sommes libres. Nous ne sommes attachés ni à un lieu ni à une forme. Nous sommes plus qu'une communauté, plus qu'un village, même si nous sommes en général très peu nombreux en un endroit donné, mais nous sommes tous reliés au-delà de toute distance et de toute dimension.

Venez à notre rencontre le cœur léger et pensez à nous. Dès l'instant où vous vous lavez, où vous trempez une partie de votre corps dans de l'eau, nous sommes là. Je sais d'ailleurs qu'au niveau de ce que vous nommez les Archanges, il vous est donné des éléments particuliers où l'eau intervient. Et d'ailleurs beaucoup d'entre vous, dans ces eaux-là que vous avez confectionnées avec différents ingrédients, en plus, vous vivez la liberté de différentes façons et vous serez de plus en plus nombreux.

Vous savez qu'il y a l'Eau du Baptême. Cela a été présent aussi bien dans ce que vous nommez certaines de vos religions que de tout temps. L'eau, comme le feu d'ailleurs, est liée à un rite de passage pour vous. Dans toutes ces situations, nous pouvons nous démultiplier et être présentes en grand nombre. Que cela soit lors d'un baptême, quelque que soit l'enfermement que certaines formes de baptême peuvent créer, nous sommes là quand même. Nous apportons l'élément de Légèreté qui peut faire défaut. Et dans toute eau nous restons légers, même si notre forme change.

Je n'ai pas l'habitude de m'exprimer en des mots humains, alors soyez indulgents parce que je cherche, en cette structure que vous nommez cerveau, ce qui peut être le plus cohérent pour vous. Mais de grâce, ne nous figez pas. Soyez disponibles comme nous le sommes, parce que la Joie et la Légèreté, qui est notre nature, est certainement, comment vous pouvez nommer ça, le meilleur service que vous pouvez offrir et vous offrir les uns aux autres. Nous, nous le vivons à chaque instant, nous n'avons plus de barrières. Toutes les maisons sont nos maisons, tous les lieux sont nos lieux. Nous n'appartenons à aucun, de même qu'aucun lieu ne nous appartient. Nous vivons de la Joie parce que la Joie nous nourrit, et il n'y a pas de nourriture plus raffinée que la Joie, de plus rassasiante. C'est l'Eau d'En Haut, l'Eau de Vie, comme l'Onde de Vie qui est montée. Nous étions là, et nous sommes encore là. Nous sommes à la fois légion et nous sommes à la fois uniques.

Nous ne connaissons pas, même au sein des formes multidimensionnelles, le principe de vivre en une forme ou en de multiples formes. Notre forme change constamment, elle n'est jamais figée, comme nos lieux. Je crois que nous pouvons dire qu'il n'y a pas d'endroits où nous séjournons trop longtemps. Nous repassons bien sûr en certains endroits où la Joie est particulière. 

Rappelez-vous, là où vous me verrez, là où vous me sentirez, je peux disparaître ou apparaître. Je peux disparaître et laisser apparaître une autre forme, un autre nom, mais c'est toujours moi et c'est toujours nous. Parce que le « moi » ne veut rien dire, pour nous. Nous sommes affranchis depuis toujours de tout ce qui fait le cadre de manifestation de la conscience. Nous sommes à part, mais nous sommes en même temps en chacun et en tout, depuis la Source jusqu'à vous. Nous ne faisons aucune différence, nous ne pouvons pas la voir, je vous l'ai dit. Seul ce qui est rigide, seul ce qui est troublé, nous fait quitter l'endroit. Ce n'est même pas une décision de notre part, puisque nous apparaissons et disparaissons selon la Lumière et selon la Légèreté et la Joie en un lieu. Si la Joie se sent lourde, la Joie n'est plus et il n'est pas question pour nous d'être sans Joie. Il n'y a pas de mort, il n'y a pas de disparition, ou si disparition il y a, c'est d'un lieu pour un autre lieu et cela est instantané. Et comme il n'y a pas de différence entre nous, nous sommes, comment dites-vous, lucides et conscients depuis cette terre, cet endroit, jusqu'à la Source.

Bien sûr, nous ne pouvons pas mettre en mots comme vous les choses, nous ne pouvons pas les agencer, parce que la spontanéité est telle en nous que nous ne sommes que cela. Et d'ailleurs, le reste, à quoi cela servirait-il ? Parce que dès qu'il y a cadre, dès qu'il y a limite, nous le voyons bien, la Joie s'atténue et vous voyez, elle peut même disparaître du fait de certaines consciences qui se sont elles-mêmes privées de Joie. Je crois que ce que vous nommez le Commandeur, les a appelées « les méchants garçons ».

Pour nous, il n'y a aucune différence. Seul ce qui est rigide nous fait disparaître, mais nous n'avons point l'intention de disparaître, nous changeons – de forme, de lieu, d'endroit, de monde, de dimension.

Nous ne sommes attachés à rien, à aucun de nous, déjà.

Nous sommes en quelque sorte une des  meilleures représentations de la Liberté et de la Joie. N'étant pas limités par une forme, par une organisation, par un rôle, par une fonction ou par un nom, nous sommes immuables. C'est dans cette Joie et ces mouvements permanents que nous sommes immuables parce que la vie est mouvement, où qu'elle soit, vous le savez. Et si l’on vous parle de l'arrêt du mouvement, de l'immobilité, du silence, cela ne peut se produire que s'il y a Joie. C'est la Joie qui est responsable de cela et qui est l'agent agissant, si je peux dire.

Alors je vous ai donné un nom, appelez-moi. Mais en m'appelant, vous ne m'appelez pas moi, vous appelez le peuple des ondines. Mais encore une fois, cet appel ne peut se produire que si vous êtes déjà en préalable en joie, sinon nous n'entendons rien ; nous ne pouvons entendre que la Joie et la Légèreté.

Aujourd'hui, vous le savez, depuis un certain temps – parce que je crois que vous connaissez le temps, vous vieillissez, vous changez de forme, mais très lentement –, depuis peu de temps, vous avez la possibilité de nous pressentir, parce qu'il est très difficile de nous voir tant que vous n'êtes pas vous-mêmes en joie. Et même en joie, n'oubliez pas que vous avez une structure – votre corps – qui est figée. Pour nous, il n'y a aucune liberté en quelque corps que ce soit, si ce n'est en changeant de corps à volonté. Et en étant l'un ou l'autre à volonté aussi.

Bien évidemment notre mode de fonctionnement, comment dites-vous, notre biologie, même si nous n'avons pas de corps au sens où vous l'entendez, notre fonctionnement, notre physiologie, n'est en aucun point superposable à vous. Nous serons, nous dirons, une Lumière qui a pris forme, un Amour qui a pris forme, et même cette forme ne peut jamais demeurer. Sinon nous ne serions plus ce que nous sommes.

Je ne suis même pas sûr de pouvoir comprendre vos interrogations, s'il y en avait. Je ne pourrais que vous communiquer la Joie. Mais je vous assure que la Joie est la plus belle des réponses. D'ailleurs, je ne comprends pas et je ne vois pas ce qui n'est pas la Joie. Je sais simplement que nous sentons quand  la Joie s'éteint, je vous l'ai dit. Et quand la Joie s'éteint, eh bien, nous disparaissons et nous réapparaissons ailleurs, là où il y a la Joie. Nous n'avons aucune volonté propre, aucun destin ou dessein propre, nous sommes juste en vie.

Nous nous nourrissons de notre propre joie et nous mettons la Joie là où nous sommes. Voilà ce que nous sommes. Ce qu'on peut en tout cas vous dire avec des mots, parce qu'il n'y a pas mieux que de nous vivre et de nous approcher. Par contre, ne nous demandez rien, nous ne savons strictement rien faire. Nous savons simplement être la Joie, et ça nous suffit amplement. Mais nous sommes toujours disponibles, non pas par volonté ou même sens du service, mais du fait même de cette Joie qui est ce que nous sommes. Nous pourrions dire que nous sommes en quelque sorte l'une des premières émanations de la Source, en tout monde, en tout lieu, comme en toute conscience.

Étant la Liberté, il est évident que notre présence soutient quelque part certainement le processus que vit la Terre, qui ni ne nous gêne ni ne nous contrecarre, et ne changera rien d'ailleurs à notre joie. Elle sera la même. Elle sera peut-être plus visible pour vous et nous nous démasquerons de façon de plus en plus sensible. Non pas au travers de notre forme, qui, je vous l'ai dit, est très dure à percevoir puisqu'elle-même n'est pas fixe, peut-être tout au plus verrez-vous un brouillard avec des formes rondes, plus ou moins grand, plus ou moins petit, mais surtout vous ressentirez cette Joie que vous ne pouvez trouver ailleurs que dans votre cœur. Ce n'est pas une joie de contentement, c'est une Joie qui naît d'elle-même. C'est ce que je crois vous nommez le Cœur du Cœur ou l'Infinie Présence, ou l'Extase. Nous n'avons pas besoin de tous ces mots parce que dès l'instant où cela est naturel, que cela est notre Essence, tout ce que vous nommez mots est superflu ; nous échangeons par la Lumière. Parfois, la Lumière peut prendre des sons, des colorations, c'est ce que vous voyez à la surface de l'eau, dans l'air au-dessus de l'eau, dans les mouvements de l'eau et de l'air.

Là où nous sommes, je vous l'ai dit, juste à côté de nous, il y a les fées.

Aujourd'hui, du fait des circonstances paraît-il de la Terre, nous vous voyons, nous vous percevons. Votre forme nous gêne, mais nous percevons au-delà de la forme, je vous l'ai dit. Nous sommes dans vos liquides et nous sommes reliés à eux, tout le temps. Non pas pour connaître votre intimité, votre vie, votre forme, votre histoire, mais bien pour mettre la Joie et la chaleur du sang. Nous ne sommes pas le Feu, mais le Feu d'En Haut – l'Eau du baptême est un Feu aussi. C'est ce qui se rapprocherait, je crois, de ce qui a été nommé l'Impersonnel, l'Ultime. Parce que l'Eau est constituée de Feu, bien sûr. Regardez d'ailleurs ce que vous nommez la chimie. Regardez les atomes, et l'eau n'est rien d'autre que du feu dans un autre état.

Je n'ai rien d'autre à vous donner, ni en mots ni autrement. Nous sommes la Joie, nous demeurons la Joie et nous resterons la Joie, comme nous avons toujours été la Joie et la Légèreté. Tout au plus, du fait de l'éclairage qu'il y a sur la Terre en ce moment, nous voyons, nous voyons tout. Et en même temps, nous ne voyons rien parce que seule la Joie nous affecte. Mais n'y voyez pas une affectation dans le sens humain. Être affecté, c'est simplement réagir, non pas par une émotion – que nous ne connaissons pas – mais par la plasticité de notre forme et de notre vie.

… Silence…

Et dans cette Joie que nous sommes, nous jouons avec vous le jeu de la Joie et le jeu de la Liberté, nous ne connaissons pas d'autre jeu.

Nous ne transformons pas les lieux ni n'assurons quoi que ce soit par rapport à la terre. D'ailleurs, cela limiterait notre Joie, et sans Joie, je n'ose même pas y penser – d'ailleurs nous ne pouvons pas y penser.

Nous savons, quand nous sommes votre sang, qu'il y a en vous d'innombrables choses, d'innombrables structures, d'innombrables pans de la conscience qui sont encore figés et rigides. Mais dès qu'il y a le liquide, dès qu'il y a quelque chose qui circule, alors la Joie est là, et nous sommes là.

Quand vous êtes en joie, sans raison, ou sans avoir un objectif en tête, nous sommes là.

Je n'ai pas tellement de mots autres à vous donner, que simplement de vous inviter à célébrer la Joie avec nous. Oh, il n'y a pas besoin ni de cérémonies, venez le cœur léger, ne pensez à rien, parce que c'est dans la spontanéité, sans but derrière vous, sans pensée devant vous, que nous laissons la Joie être avec vous.

Nous ne sommes pas non plus une lignée comme peuvent l'être les dragons ou encore certains elfes,  parce que l'eau ne s'accommode d'aucune lignée ni d'aucune origine.

… Silence…

Les mots d'ailleurs – et je le ressens maintenant, nous le ressentons nettement –, sont très limitants. Ils sont lourds, ils sont pesants. La Joie n'a pas besoin des mots, ni d'explications.

Dans la Joie il ne peut y avoir que l'Amour. Mais aucun amour habituel à la surface de ce monde, un amour, bien sûr, sans condition comme vous dites, mais un amour libre, n'ayant pas de forme figée, n'ayant pas d'identité figée. Comment être plus libre que cela ?

Nous ne sommes pas affectés par votre dimension ni par aucune dimension, comme je l'ai dit. Nous sommes simplement présents partout, comme l'eau est présente partout.

On peut dire quelque part, parce que cela doit vous parler, que nous sommes aussi l'Esprit de l'Eau. De même qu'il y a l'Esprit du Soleil qui lui non plus n'a pas de forme, nous, ondines, nous véhiculons l'Eau. L'eau, pour vous humains, c'est aussi l'inconscient, les émotions. Cela, nous le voyons, mais nous ne sommes pas concernés. Mais dès qu'il y a la moindre once de joie, alors nous sommes concernés, tous ensemble, où que vous soyez.

Bien sûr, ces expériences et cet acquis, puisque c'est éternel, vous est depuis longtemps occulté, sauf pour certains d'entre vous. En les lieux où nous nous condensons un peu plus, dans ce que vous nommez les vouivres par exemple, mais aussi dans certaines salamandres ou dans certains sylphes.

Alors vous pouvez vous servir de nous. N'oubliez pas que la seule possibilité de contact est la joie et la sérénité. Même s'il y a parfois une certaine forme d'exubérance, en vous, cela ne nous gêne en rien parce que nous sommes aussi très exubérants, au sens où vous l'entendez.

Décidément, les mots ne sont pas faits pour nous. J'en trouve et j'en trouve et je vous les dis, en essayant de m'approcher d'une description qui ne peut jamais être décrite même par moi-même, même par nous-mêmes, là où nous vivons. Alors retenez simplement la Joie et la Légèreté que nous manifestons en les lieux où nous apparaissons, et venez, non pas nous rencontrer au sens d'une rencontre avec un elfe ou un dragon,  parce que cela, vous ne le pourrez pas, mais venez rencontrer la Joie. Ne nous figez pas dans une forme quelle qu'elle soit, même si vous en voyez (une forme). Ne vous fiez pas à un nom, même celui que je vous ai donné, parce que nous avons tous les noms que nous voulons.

Venez le cœur léger auprès de l'eau et laissez-vous porter, mais venez légers, oubliez tout le reste, ne gardez que la joie en venant nous voir. Non pas pour la trouver, parce que le simple fait de la chercher vous met déjà en manque de joie ; ayez simplement présent dans votre tête que la joie doit être devant vous. Alors bien sûr, je crois qu'il vous a été donné des éléments, en particulier minéraux, qui pouvaient nous attirer, si je peux dire, ou en tout cas permettre de mettre la joie devant. Ces pierres, vous les connaissez, elles ont été nommées de différentes façons. Il en existe d'ailleurs autant que ce que nous sommes. Les pierres des fées aussi nous donnent envie de jouer les jeux de la joie. Les offrandes aussi, comme les elfes – mais ces offrandes ne font que passer, elles, parce qu'elles sont dans l'eau – est une occasion de joie. Nous ne considérons pas cela comme un présent ou une offrande, comme vous le nommez, mais bien le témoin de votre joie.

Nous sommes très sensibles aussi à une couleur, je crois que vous nommez cela comme cela, et cette couleur est le bleu. Le bleu de l'eau, le bleu de l'azur, le bleu de l'air, nous est très agréable et nous remplit de joie. Qu'est-ce que je veux dire par là ? Simplement apportez-nous quelque chose de bleu ou devenez tout bleus vous aussi, dans ce qui masque votre forme comme dans votre cœur. Tous les bleus sont possibles. Parce que le bleu, au-delà de tous les concepts qui vous ont été expliqués par certains Anciens, le bleu est lié à la fois à l'eau et au ciel, et le bleu est la Liberté. Oh, pas seulement le bleu que vous pouvez voir avec vos organes des sens, puisque nous, nous parlons surtout de l'émanation de lumière qui est reflétée par le bleu.

Prenez une pierre bleue avec vous, ou blanche, en venant nous voir, parce que nous serons à ce moment-là encore plus joyeux de voir cette couleur, ou ce minéral, ou ce vêtement, et cela mettra de la joie par devers vous.

… Silence…

Nous vous demandons aussi, si vous nous approchez, d'oublier non pas seulement ce qui n'est pas la Joie, mais surtout ce qui peut sembler pour vous être sérieux dans votre conscience, parce que le sérieux, pour nous, ne veut strictement rien dire, et nous fait disparaître aussi. Ce n'est pas nous qui décidons, rappelez-vous, nous sommes guidés par la Joie et seulement par la Joie.

… Silence…
                                               
Je crois que je n'ai plus vraiment d'autres mots à rajouter, alors nous allons, nous ondines, si vous le permettez, ici ou partout où vous êtes sur la terre, du fait de la période, simplement par notre Présence, en quelque sorte faire grandir votre joie. Nous, la nôtre ne grandit pas, elle est immuable. Et d'ailleurs, dès qu'elle a tendance à disparaître ou à diminuer, nous sommes transportés ailleurs.

… Silence…

Je ne pourrai pas d'ailleurs répondre à vos questions parce que toute question, même si elle est justifiée dans le courant de la vie, bride un peu la Joie. Je ne peux que vous proposer la Joie, nous sommes là pour ça.

… Silence…

En joie, l'êtes-vous, ici ou ailleurs ? Rappelez-vous que la Joie ne dépend pas de ce corps rigide ou même de votre histoire, comment dites-vous, c'est une attitude intérieure qui fait fi de tout ce qui n'est pas elle. Bien sûr vous n'êtes pas des ondines, même si vous pouvez fusionner avec nous.

Je terminerai par ces mots : peut-être que quelque part nous sommes le reflet sur votre monde de l'Absolu, de l'Ultime comme vous le nommez, jamais figés, jamais fixés, totalement libres d'être cette forme ou une autre forme entre nous. La Joie n'est tributaire de rien, comme nous sommes tributaires de rien du tout.

Je crois que je n'ai définitivement plus de mots, à part vous inviter à célébrer la Joie. Si vous pouviez voir comment cinq minutes de joie dans votre vie, de sourires et de rires, suffisent à transformer tout ce qui peut paraître figé en vous ; si vous pouviez voir cela, vous ne pourriez même pas comprendre comment vous avez pu vivre sans joie, quelles que soient les souffrances et ce que vous nommez épreuves.

Voilà, nous avons épuisé les mots. Il ne sert à rien de dire quoi que ce soit d'autre. Nous vous avons donné les grandes lignes de ce que vous pouviez appréhender. Le reste, venez vous en rendre compte par vous-mêmes et vous verrez qu'il n'y a pas de mots. Que tous les mots que vous pourriez employer ne font que restreindre et limiter car dès vivant l'expérience ou les expériences avec nous, nous sommes hors du temps, hors de l'espace, hors des dimensions parce que nous sommes pleinement vivants.

Nous sommes Eolia, et mon Essence s'exprime en notre Essence et en votre Essence. Nous vous attendons pour partager la Joie. J'aurais d'ailleurs mieux fait de dire simplement ces mots-là et tout le reste n'a aucune importance. Pour vous le temps est venu de vivre cette Joie ; quel que soit ce qui se passe dans votre forme, quoi qu'il se passe dans votre tête, la Joie est accessible. Elle frappe à votre porte comme celui que vous nommez le Christ frappe à votre porte. Comme l'Appel de Marie vous mettra en joie.

Voilà pour nos mots, il n'y en aura pas d'autres. Il y aura simplement la Joie, et cela est amplement suffisant. Ne pouvant vous embrasser de par notre absence de forme fixe, nous ne pouvons qu'attiser le souffle de la Joie  autour de vous.

Nous sommes Éolia.

… Silence…

Que vous appeliez cela bénédiction, radiance, Présence, Absence, moi je dirais que nous vivons un moment de joie.

… Silence…

Nous sommes Éolia comme vous êtes Un avec nous, malgré les barrières apparentes pour nous et  pour vous, pour l'instant, de votre forme, et surtout de votre raison. La raison n'est d'aucune utilité dans la Joie. Oh, surtout ne croyez pas ce que je dis, mais venez le vivre avec nous.

… Silence…

Je vous salue maintenant, il est temps pour nous de retourner à la Liberté.

Et en la légèreté de l'Amour, je vous salue donc, « nous » vous saluons. Alors je ne vous embrasse pas, mais je vous serre sur mon Éternité.

Je crois qu'il faut dire au revoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire