SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

9 juillet 2016

Il est interdit de parler de Dieu ou de Jésus-Christ sur une base militaire américaine

Oscar Rodriguez, sergent vétéran dans l’US Air Force (33 ans de service), a été expulsé d’une cérémonie militaire. La raison ? Avoir mentionné Dieu à plusieurs reprises lors de discours prononcés durant des cérémonies militaires ! Il fait même l’objet d’une enquête pour cela de la part du Pentagone.

Plusieurs médias américains, dont Fox News, ont traité l’affaire ces dernières semaines. Les images circulent abondamment sur les réseaux sociaux. C’était le 3 avril dernier à la base de Travis de l’US Air Force.  Comme à chaque fois qu’un soldat américain quitte la vie militaire, une petite cérémonie était organisée pour le départ du sergent Charles Roberson qui, pour l’occasion, avait invité le sergent Oscar Rodriguez à prendre la parole. « Je l’avais entendu dans d’autres cérémonies de ce genre, il a tant de passion pour le drapeau et le pays, il a dit ce que je voulais entendre pour ma cérémonie! », a déclaré le sergent Roberson aux journalistes après l’incident.

Car la nouvelle politique mise en place sous Barack Obama interdit toute référence religieuse en milieu militaire.

Déjà sous le coup d’une enquête pour citer systématiquement Dieu lors de ses discours, le sergent Rodriguez a été expulsé dès qu’il s’est levé pour prendre la parole. Durant l’expulsion, il a tout de même crié quelques mots.

L’antipathie de l’administration américaine envers les chrétiens remonte au début de 2009, lorsque, malgré une loi votée par le Congrès et la décision de la Cour suprême, le gouvernement a refusé d’accorder à l’association des anciens combattants un terrain dans le désert de Mojave pour la reconstruction d’une croix érigée à cet endroit en 1934 en mémoire des morts de la guerre. En juin 2011, le ministère des anciens combattants a interdit de prononcer les noms de «Dieu» et «Jésus» lors d’une cérémonie funéraire au cimetière national de Houston. L’étape suivante a été l’annulation définitive, par l’US Air Force, d’un cours sur les missiles nucléaires qui se donnait depuis près de vingt ans dans une base en Californie parce que les leçons incluaient des théories chrétiennes telles que l’auto-défense ou «la guerre juste  » selon saint Augustin.

Le chef de l’Armée de l’Air a interdit à tous les commandants d’informer les pilotes et leurs familles de la possibilité d’exercer leur liberté religieuse et de participer à un programme de formation chrétienne. Le centre médical Walter Reed National Military, l’un des plus grands hôpitaux militaires du pays, a fait preuve d’une telle attitude antichrétienne en empêchant de remettre des lectures religieuses à des militaires le souhaitant, que l’affaire est remontée jusqu’au Congrès. En novembre 2011 encore, tout en annonçant la fin de sa collaboration avec une organisation chrétienne, et en s’excusant d’avoir choisi pour Noël des cartes religieuses, la Force aérienne a décidé d’octroyer 80.000 $ pour la construction à la base de Colorado Springs, d’un temple pour un culte païen.

Dans une note de 2011 sur la reconnaissance internationale des droits de l’homme, le Secrétaire d’Etat estimait que les personnes «avec de profondes convictions religieuses» sont des «obstacles qui se dressent sur la protection des droits humains des personnes LGBT ».

Les généraux ne sont pas à l’abri. En 2012, l’un des plus célèbres généraux des Forces armées, William G. Boykin, notoirement chrétien, a dû décliner l’invitation à parler à l’académie militaire américaine après les pressions exercées par la Commission pour l’égalité de l’institution. Le général William G. Boykin est l’un des officiers américains les plus estimés. Il a passé 13 ans dans la Force Delta et a participé à des opérations militaires extérieures dans des zones difficiles. Mais il est aussi connu comme un fervent chrétien, ce qui fait qu’il n’est plus souhaité qu’il prononce un discours sur un domaine militaire.

En novembre 2012, la Maison Blanche a refusé que soit inscrite sur le nouveau monument érigé à Washington en mémoire aux soldats morts durant la Seconde Guerre mondiale, une phrase faisant référence à Dieu.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire