SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

14 juin 2016

Un peu d'huile sur le feu

Je crois que personne sur terre n'a pas entendu parlé du massacre d'Orlando, 50 morts et une cinquantaine de blessés dans une discothèque Gay en Floride, parce qu'avec le football, il n'y a plus aucune autre information qui circule sur les médias de masse.

Donc, un "attentat" a eu lieu à Orlando en Floride, où des homosexuels ont été pris pour cible par un musulman. Ça, c'est que tous les médias racontent en première page, en s'étalant bien entendu sur tous les détails "croustillants" de l'affaire.

Ce qu'ils ne disent pas en revanche, c'est que le coupable de la tuerie était (parce qu'il est mort bien sûr, et ne pourra jamais témoigner) un employé de la compagnie de sécurité G4S Secure Solutions, fondée par des anciens agents du FBI, compagnie qui travaillerait en collaboration avec le département de la sécurité du territoire (DHS Department of Homeland Security).
Ce même FBI qui a été reconnu responsable d'encourager des musulmans à commettre des attentats:
De plus, il a été établit que le père du tueur a travaillé pour la CIA et a été candidat pour la présidence en Afghanistan.
Ensuite, on découvre en fin de compte, et ce, contrairement aux affirmations des médias et du lobby LGBT qui s'insurge et hurle à l'acte homophobe, que le tueur était lui-même homosexuel.
Et maintenant, des témoins du massacre qui n'ont pas été interviewés par les médias "mainstream" affirment qu'il y aurait eu plus d'un tireur sur les lieux du crime.
De son côté, avec l'aide des médias, le gouvernement américain pointe du doigt l'islam et oriente l'opinion publique sur les dangers de la radicalisation, qui gagnerait le territoire étasunien par Internet.
Avec cette attaque, et celle commise à San Bernardino en Californie en Décembre dernier (Le massacre de San Bernardino : un false flag de plus ?), toutes les conditions sont propices pour instaurer un état d'urgence national, une censure plus sévère sur Internet ainsi que justifier une présence armée massive au moyen-orient (position stratégique pour un conflit contre la Russie), pour soi-disant combattre l'état islamique.

Tout est soigneusement mis en place et préparé, que ce soit aux états-unis ou en Europe, pour un conflit mondial qui a déjà démarré en Syrie et qui ne devrait plus tarder maintenant à partir en cacahuète.