SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

26 juin 2016

L’IMPERSONNEL – QUESTIONS/RÉPONSES – PARTIE 4 – JUIN 2016

Source: lestransformations

En ton cœur, je t'écoute. Laisse ton cœur parler.

Question : pendant une méditation, j'ai senti ma gorge tranchée et des larmes ont coulé. Qu'en pensez-vous ?

Bien-aimé, je n'en pense rien. La gorge est le lieu de passage. La gorge, qui se tranche, en sa perception ainsi que les larmes qui en découlent, correspond très exactement au passage en lui-même d'un état à un autre, d'un niveau à un autre.  Tant que le cœur n'est pas touché et exprimé en totalité, il te semble exister un certain nombre de passages, de retournements et de transformations. Ainsi, la gorge se manifestant et s'accompagnant de larmes ne correspond ni à la joie ni à la tristesse mais bien au dépassement et au franchissement, te permettant de passer d'un état à un autre et d'où résulte la libération de ce qui est nommé engramme, quel qu'il soit, lié à ce corps et à cette vie dans laquelle ta conscience est.



Le fait d'être tranchée et non serrée évoque la radicalité et l'instantanéité de ce qu’il se produit à ce moment-là. Ainsi, si tu veilles et es attentif, tu seras capable, depuis le point de vue de l'observateur, de voir, au-delà de cette manifestation, ce qui a pu changer ou se modifier en ta façon d'être au sein de ton incarnation.

Les larmes, concernant ce contexte, comme tout autre contexte qui vous est invisible et pourtant perçu comme en ce moment, appellent la libération et appellent la transformation, d'une façon ou d'une autre. Le fait d'être tranchée évoque simplement la rapidité, contrairement à la striction de la gorge, de l'élimination et du passage.

... Silence... …


J'écoute ton cœur.

Question : comment un tel contraste entre l'Absolu, l'Ultime, l'Infinie Présence d'une part, et d’autre part l'enfermement, les Archontes et autant de noirceur a-t-il été possible ?

Mon frère, cela fait partie de l'histoire de l'enfermement de ce monde, telle que de nombreux Anciens, et en particulier le Commandeur, vous l'ont explicitée voilà de nombreuses années. Je te renvoie donc à cette histoire. Ce n'est pas un contraste, vois au-delà du contraste ou de l'opposition apparente. Vois simplement le jeu de l'Amour, le jeu de la conscience, ayant abouti, certes, à cette notion d'enfermement, mais rappelle-toi aussi que dès l'instant où l'enfermement s'éteint, se restaure la Vérité. À ce moment-là, n'étant plus dans le temps, tout ce qui est historique, qui vous a été narré et que peut-être vous avez vécu en vos diverses rencontres intérieures, et de toute façon évidentes pour vous en ces jours à la surface de la terre, où vous voyez par vous-mêmes, avec vos yeux de chair, avec vos raisonnements, que tout est prédation et que tout est dualité et que l'Esprit est absent. 
   
Retrouver l'Esprit, au-delà même des mots d'Absolu, d'Ultime ou d'Infinie Présence, ou même du Soi, vous a permis de réaliser ce que vous êtes, en partie ou en totalité. Il était nécessaire, dans le sens de l'histoire, de vous amener au plus proche de la compréhension, avant de vous débarrasser de toute compréhension pour être libre en le Cœur du Cœur. Ce n'est pas à comprendre, ce n'est pas à discerner, ainsi que je l'ai dit dans mes réponses précédentes. Tout ceci n'est qu'un jeu et en définitive, même un Archonte, dans sa volonté et dans son détournement, reste et demeurera une créature possédant le même cœur que toi. Ce qui ne peut l'accepter est la personne ayant été brimée dans l'expression de sa propre conscience au sein de ce monde, liée à ce qui a été nommé, bien plus que l'enfermement, la falsification.

Il y a donc à voir cela, que cela soit au niveau de la personne – avec effroi, avec peur –, et à voir cela, au fur et à mesure que tu t'approches de ton propre centre, comme un jeu n'ayant pas d'autre incidence que d'avoir entraîné la conscience dans un temps irréel linaire, ayant privé ce que tu es de la totalité de tes capacités et de ton origine ainsi que de ta reliance à l'Esprit.

Toute histoire commence, en ce monde comme ailleurs, par cette phrase : « Il était une fois ». Que cela soit l'ensemencement de cette terre par les maîtres généticiens de Sirius, que cela soit l'enfermement des Archontes, que ce soit la libre expression de la conscience au travers des Géants ou des peuples plus anciens, tout ceci appartient à un niveau et c'est tout. Ainsi donc, que tu sois encore saisi par ce contraste, par cette différence ou par cette opposition, montre simplement la réalité de l'histoire pour toi. Mais rappelle-toi qu'au-delà de la réalité de cette histoire, tu n'es pas quelque histoire que ce soit. En sortant du temps, c'est-à-dire en te posant au Cœur du Cœur, toute histoire s'éloigne de toi, il n'est plus question alors de cette phrase : « Il était une fois ». La conscience libre n'a besoin d'aucun référencement à des phénomènes nommés mémoriels, puisque tout se déroule dans le même temps ; passé, présent, et futur ne sont qu'un seul temps déployé dans des possibilités dimensionnelles ou des possibilités d'histoires au pluriel.

Dès l'instant où tu sors de ton histoire personnelle, par l'ouverture au Soi, par la Libération, dès cet instant tu n'es plus touché, et de moins en moins touché, en ce qui concerne le Soi, par l'existence de cette prédation, par l'existence des Archontes, par l'existence de ce qui fait la manifestation de la conscience en quelque dimension que ce soit. N'oublie pas non plus que pour être la totalité de ce que tu es, il n'y a rien à jeter, il n'y a rien à combattre, il y a juste à traverser avec le même amour les zones mémorielles, fussent-elles encore prégnantes au sein de ta conscience.

La découverte de ce que tu es, la découverte du Soi, la découverte de l'Ultime, met fin à toute histoire et même à la notion d'enfermement. Si l'ensemble des Anciens, des Étoiles et des Archanges, ainsi que les innombrables peuples de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres se pressent aujourd'hui pour assister à ton propre accouchement, c'est simplement, au-delà de la fin d'une histoire, la réalité de ton cœur que tu redécouvres et vit en toute autonomie.

Aujourd'hui même, pour certains d'entre toi ayant passé toutes les étapes et toutes les vibrations vécues et décrites, cela ne représente plus rien par rapport à ce point où tu te situes par intermittence, où tu te poses, si tu le souhaites, de manière définitive. L'Amour remplit tout, l'Amour efface tout, aucune histoire ne peut tenir face à l'Amour. Ainsi donc ce qui apparaît réel, au sein de l'histoire, devient irréel, mais englobe en même temps cette irréalité au sein de l'Ultime. L'Ultime ne connaît nulle différence, ainsi que j'y ai déjà répondu. Il y a le même cœur en le maître généticien, il y a le même cœur en toute forme de vie, en quelque dimension que ce soit et en quelque expansion de la conscience que ce soit. Il n'y a donc rien à retenir. « Être » ne s'encombre d'aucune histoire, d'aucun scénario, d'aucune évolution, d'aucune involution. À ce moment-là tu es nourri par ce que tu es, en quelque plan de manifestation que ce soit, au-delà de ce qui a été nommé 3ème dimension dissociée.

Découvrant la Liberté, il t'appartient de ne pas te retourner, de ne pas regarder derrière toi, sinon tu vivrais l'expérience décrite dans la Bible concernant Loth.

L'histoire, qu’elle soit en ce monde comme en toute expérience menée dans tes pérégrinations de conscience libre, n'est rien, même si cela est libre, en la vérité de ce que tu es. Cela ne veut pas dire que cela n'existe pas, cela ne veut pas dire que cela n'a pas existé, cela ne veut pas dire que cela n'existe pas encore, en d'autres espaces et en d'autres temps. Rappelle-toi que ta conscience limitée est, de manière viscérale si je peux dire, attachée au temps. Tu le vois dans ta vie : tu nais, tu grandis, tu vieillis et tu meurs. Tu n'es concerné en rien par cela. Toutes les histoires sont possibles, même les impossibles. Seul l'Amour permet l'histoire, mais l'Amour met fin à l'histoire quelle qu’elle soit, si tel est ton souhait. Cela n'exclut pas, cela ne limite pas, mais cela inclut, sinon ce n'est pas l'Amour, inconditionné en tout cas.

... Silence...

La Paix, la Béatitude, l'Extase, au Cœur du Cœur, n'a besoin de rien d'autre que de ce qui « est », en l'instant. L'Instant Présent ne connaît aucune histoire et rend donc possible le vécu, en le même temps et en le même espace, au-delà de tout temps et de tout espace, l'ensemble des histoires quelles qu’elles soient. L'Amour n'exclut jamais, il inclut, il transcende et il dépasse. L'Amour ne condamne pas, l'Amour ne combat pas.

Ainsi la Lumière, en ses Forces et en ses Représentants des Mondes Libres, ne peut pas résoudre l'enfermement par quelque combat que ce soit, sur le plan de la Terre. Mikaël, Prince et Régent des Milices Célestes, combat. Ce qu'il combat, ce n'est pas les consciences, quelles qu’elles soient, mais bien le principe d'enfermement lui-même et non pas ceux qui sont, du point de vue de ta personne, les responsables de cet enfermement. Tout combat, au sein d'un monde enfermé, implique un nouvel enfermement et la non-résolution de l'histoire. C'est toute la différence entre ce qui a été nommé la dualité et l'Unité. Ce monde est duel, il n'offre aucun espace de résolution au sein de la dualité. Tout ceci fait partie des préalables ayant été communiqués par l'Archange Anaël durant les Noces Célestes, avant celles-ci et après celles-ci, concernant ce qui fut nommé l'Abandon à la Lumière, préalable à la manifestation de la Grâce et à l'établissement du Cœur du Cœur.

Cela ne peut pas être compris. Cela peut être vu par la personne mais les éléments historiques de cette terre, comme de toute histoire, n'ont été là que pour attirer votre conscience sur les mécanismes de fonctionnement de la conscience au sein de ce monde, et les écueils qui étaient à voir afin de retrouver les prémices de la Liberté.

Ainsi donc l'ouverture du Cœur, le vécu des Couronnes radiantes, la découverte du Soi et des différents mécanismes de fonctionnement de la conscience au sein de ce monde, jusqu'à la conscience qui fut nommée Turiya, n'étaient destinés qu'à vous permettre de vous faire une idée des forces en présence, non pas pour en jouer leur jeu mais bien pour voir que la seule façon de faire cesser le jeu, que cela soit à titre individuel ou collectif, impliquait un retour au Centre, au Cœur du Cœur, afin d'éviter de retomber, si je peux dire, dans les écueils du ré-enfermement.

La Lumière ne peut pas faire l'être que vous êtes… ou plutôt dans sa redécouverte, elle ne peut que suggérer ; là est la vraie Liberté. Le libre-arbitre concerne l'action-réaction et la dualité. La loi de Un ou loi d'Action de Grâce renvoie à l'Unité,  où nul combat ne peut être présent, où nulle destruction autre que ce qui est éphémère ne peut intervenir. Dès l'instant où votre âme présente a été piégée et enfermée, et attractée vers la matière, il ne peut y avoir que Résurrection, il ne peut pas y avoir combat. Il peut y avoir compréhension, jusqu'à un certain stade, mais à ce stade, différent pour chacun, il convient d'abandonner la compréhension, d'abandonner la connaissance, redevenir comme un enfant, vierge de toute histoire, de toute empreinte liée au passé, pas par un effort mais bien par ce qui fut appelé l'Abandon à la Lumière. Se reconnaître en tant que limité, se reconnaître en ce monde comme faillible, se reconnaître en l'inutilité et la futilité de ce monde.

C’est ce qui a été réalisé à l'échelon individuel par un nombre de frères et sœurs de plus en plus grand, depuis fort longtemps. Les plans de libération, en effet, vous sont connus. Ils vous sont connus au travers ce que certains peuples incarnés dans la densité de la Terre, et pourtant libres à cette époque-là, ont laissé, non pas comme traces mais bien plutôt comme phares dans la nuit, permettant à la Lumière de se restaurer, et s'appuyant sur votre Présence en tant que ancreurs de Lumière et semeurs de Lumière pour permettre de réaliser la Libération depuis l'intérieur – même si l'impulsion la plus importante s'est produite en ce 15 août de l'année 2009, correspondant aux clés Métatroniques.

... Silence... …


J'écoute ton cœur.

Question : suis-je au Cœur du Cœur ?

Mon frère, si tu y es, tu n'as aucun besoin de confirmation extérieure.

… Silence…

La question est en toi, la réponse est en toi. Seul toi peut te situer, et je ne peux que te donner à voir ce qui est à voir. En l'occurrence, ici, en posant cette question, quel que soit ton cœur, le Cœur du Cœur ne peut être stabilisé. Aucun regard extérieur à toi-même, et surtout depuis là où je parle, c'est-à-dire ton Cœur du Cœur en chacun de toi, il ne peut y avoir de réponse. Que la réponse soit positive, que la réponse soit négative, il n'y a ni gain ni perte, tu n'as aucun moyen de vérifier par toi-même autre chose que la Vérité. Le Cœur du Cœur, dont la traduction, et je l'ai dit, est la Paix, la Paix absolue. À toi de voir ce qui se déroule au sein de ta vie. Tant que ton cœur pose la question, aussi bien sur l'Absolu, sur l'Ultime, que sur le Soi ou sur l'Infinie Présence, c'est-à-dire le Cœur du Cœur, cela prouve quoi ? Cela prouve que ton cœur n'est pas stabilisé. Je ne parle pas d'ouverture ou de fermeture, je parle simplement de l'état actuel et de la résonance de cette question.

Le Cœur du Cœur n'est jamais une interrogation, il est réponse et il est Évidence. En le Cœur du Cœur, ta personne vit la Paix. Elle n'est pas recherchée, elle n'est pas liée aux circonstances, c'est une Paix que je qualifierais aussi d'inconditionnelle, et qui ne dépend de la satisfaction d'aucun désir, d'aucun plaisir ou d'aucun besoin même de ce corps.

Ainsi, quand le cœur se pose cette question, c'est que le cœur est trouvé, mais pas au Cœur du Cœur.

Ce qui entraîne le sentiment et la perception, bien réelle au sein de la personne, de ne pas être stabilisé, cela se voit. Moi, je ne vois que ton Cœur du Cœur – qui t'attend ; tout le reste appartient à l'histoire. Te poser cette question essentielle ne fait en définitive que représenter le doute que vit ta personne, mais non pas ce qui est le Cœur du Cœur. Le Cœur du Cœur ne connaît aucun doute, aucun âge, aucune hésitation et aucun choix, si ce n'est les choix inhérents aux choix que tu peux poser en ce monde, pour choisir un aliment, un époux, un voyage ou quoi que ce soit concernant ce monde. Là, tu auras toujours le choix, mais en ce qui concerne ton intime, il n'y a aucun choix, la Vérité est révélée ou la Vérité est cachée. Or qu'est-ce qui cache la Vérité ? Bien évidemment, on évacue, toi et moi, la notion d'histoire liée à l'enfermement mais on évalue l'Instant Présent. L'Instant Présent ne connaît aucun passé ni aucun doute non plus, il se suffit à lui-même. Là, est le Cœur du Cœur.

Tant que demeure, au sein de la personne, ce genre d'interrogation, cela signe simplement que quelles que soient les expériences qui aient été vécues, quelles que soient la régularité et la constance de ta présentation en ce monde et en l'Amour, il n'y a pas encore de stabilité obtenue, suffisamment vécue, pour te montrer à toi-même ton Cœur du Cœur.

Le Cœur du Cœur n'est pas une récompense, n'est pas non plus à proprement parler un objectif. Le Cœur du Cœur, comme l'Ultime, se révèle dès l'instant où la vibration de l'Onde de Vie a fait son travail, ce qui veut dire que les lignes de prédation personnelle n'existent plus. Il n'y a plus aucune volonté de possession, d'ascendance sur quiconque ou sur quoi que ce soit. À ce moment-là, tu réalises concrètement que tu es sur ce monde mais que tu n'es pas de ce monde. Tu acceptes le principe du jeu, tout en sachant que tu n'es pas le jeu.

Le Cœur du Cœur, au même titre que l'Ultime, est Évidence. Évidence non pas pour la personne, limitée par son histoire, par ses propres limites, et en plus par les limites imposées par la falsification. Le Cœur du Cœur n'a que faire de tout cela.

Rappelle-toi que la Paix en est le marqueur le plus essentiel. La Joie en est la manifestation la plus tangible, d'où découle la Légèreté, de l'âme ou de l'Esprit. Rien de ce corps, rien des expériences ou des traumatismes vécus, ou des joies vécues, ne peut altérer le Cœur du Cœur. Ainsi donc écoute ce que te répond le silence de ton cœur, en l'Instant Présent. Chacun de toi, écoute – et surtout entends.

... Silence...

Et vois ainsi, au-delà des limites de la falsification, quelles limites tu t'imposes à toi-même.
Où est, non pas la faille, où est simplement ce qui porte la culpabilité ?

Que chacun de toi se rappelle qu'il n'y a aucune culpabilité. Remets-toi toi-même tes propres erreurs. Efface toi-même ce qui te limite, non pas dans une guerre, non pas dans une confrontation, mais simplement en laissant fleurir la rose de ton cœur. Tous les parfums y sont, toutes les beautés y sont. Ne regarde pas ce que j'ai nommé le verre à moitié vide, mais regarde le verre à moitié plein. La culpabilité, et indépendamment de l'élément initial d'enfermement, est certainement l'élément qui est le plus présent. Il correspond bien sûr à la peur. Cette culpabilité même de chaque cœur en cette terre est directement issue de la coupure avec l'Esprit. Culpabilité d'être nu, d'être dépourvu, non pas de vêtements mais de ton corps immortel, quelle que soit l'expérience de ta chair.

C'est dans ce sens aussi qu'il convient de ne pas s'attarder à l'ombre, qu'il convient de ne pas s'attarder outre mesure sur les Archontes. Cherche le Royaume des Cieux qui est au-dedans de toi. Ne le cherche pas à l'extérieur, tu ne le trouveras pas car il n'y a rien à trouver, il y a juste à chercher sans fin quelque chose qui est déjà présent, et qui n'est nulle part ailleurs que dans le Cœur du Cœur. Ainsi tu t'exposes toi-même à l'autopunition de la culpabilité, sans avoir pu percevoir la peur sous-jacente en laquelle tu n'es responsable de rien, quelles que soient tes erreurs, qui même en ce monde ne sont jamais des erreurs du point de vue du cœur mais ne sont que des expériences.

Il n'y a donc pas à montrer du doigt les fautifs, qu'ils soient en toi au sein de ta personne ou au sein de quelque Archonte que ce soit, sinon tu réalises un processus de projection dans laquelle la vision ne peut plus être claire. Il n'y a pas de clarté, il n'y a pas d'Évidence. 

Cherche le Royaume des Cieux au-dedans de toi – et pas dans l'histoire. Même si cette histoire, comme je l'ai dit dans une réponse précédente, a permis de vous rapprocher au plus proche de ce qui était possible.

... Silence... …


Je t'écoute et je t'entends.

... Silence...

Je t'écoute.

Question : vous nous avez donc raconté des histoires depuis dix ans pour nous maintenir focalisés. Avez-vous dû nous mentir ou n'avez-vous dit que des vérités relatives ?

Bien-aimé, il me semble même qu'un Archange responsable du Conclave Archangélique, et ainsi que le Commandeur, vous ont bien spécifié que la Lumière ne ment jamais mais elle peut parfois être équivoque. L'équivoque ne vient pas de nous mais vient de votre aspect limité, de ce à quoi vous voulez vous raccrocher, de ce à quoi vous avez besoin de vous raccrocher, jusqu'à vivre votre liberté. De la même façon qu'on apprend en ce monde à un enfant à marcher, même si le réflexe de marche est automatique, il faut des garde-fous. Il faut faire attention aux chutes, donner la main, jusqu'à ce que la stabilité soit trouvée. Jusqu'à votre résurrection, cela a été seulement possible pour certains d'entre vous ayant été libérés par l'Onde de Vie. Aujourd'hui, c'est possible pour chacun de toi.

Nous sommes, nous tous, où que nous soyons au-delà de ce plan, dans les Mondes Libres. Nous sommes responsables de ce que nous disons, mais nous ne sommes pas responsables de ce que vous en comprenez. Si vous êtes au Cœur du Cœur, vous comprenez ce que nous disons, parce que ça dépasse les mots, et à ce moment-là vous disparaissez. Cela se produit, et vous le savez, en nous écoutant ou en nous lisant. Cela ne se produit pas si vous demeurez au sein de la personne pour chercher un fil directeur, pour vous saisir de la compréhension plutôt que de laisser le cœur se vivre. Il en est de plus en plus souvent le cas, dans l'anamnèse si je peux dire, de ce qui vous a été dit et transmis. Regardez en arrière, tant que cela vous est encore possible, et voyez cette espèce de progression, d'apprentissage et d'accompagnement, jusqu'à votre maturité, votre autonomie et votre indépendance. Et cela de multiples façons.

De qui ou de quoi vous nourrissez-vous ? Je ne parle pas de nourriture alimentaire mais de ce que vous êtes. Vous nourrissez-vous de vous-mêmes ou pas ? Si vous vous êtes trouvés, en intégralité, vous n'avez plus besoin de rien d'extérieur apparent à vous, car comme nous vous l'avons dit, les uns et les autres, depuis les plans libres et depuis le Cœur du Cœur ainsi que je le fais maintenant, c'est vous et vous seuls qui êtes le monde, au-delà bien sûr de la personne.
La Lumière est donc équivoque, parfois, mais elle ne ment jamais, et vous êtes responsables. N’y voyez aucune culpabilité, parce que cette responsabilité-là est justement fonction de votre emplacement, de votre point de vue, comme cela a été nommé.

La même phrase peut avoir de multiples sens. Si par exemple tu dis : « Je suis mon maître ». Selon qui tu es, si tu es dans le Cœur du Cœur, tu vas acquiescer au fait d'être ton propre maître. Par contre, si le point de vue est celui de la personne, la même phrase voudra dire tout autre chose, ça veut dire que tu suis, dans le sens de suivre, celui que tu considères comme ton maître. C'est les mêmes mots, la même vibration. L'important n'est pas celui qui délivre une information, l'important est celui qui la reçoit. Et cela ne dépend que de lui, c'est celui qui dit qui est. Dès l'instant où vous comprenez avec votre intellect cette simple phrase, alors tout s'éclaire.

... Silence... …


Laisse ton cœur parler.

Question : pouvez-vous reparler du Feu Igné, de sa place au Cœur du Cœur et de son rôle dans la révélation de l'Absolu ?

Le Feu Igné est le moment où le Feu Vibral de la Couronne radiante du cœur – déployée, je vous le rappelle, de manière bien plus large que ce qui fut nommé le chakra éthérique du cœur –, dès l'instant où la Couronne radiante du cœur accepte son propre sacrifice, et se retrouve en un point qui est le Cœur du Cœur. La Couronne radiante du cœur donne la libération du Soi, mais n'est pas la Liberté. La Couronne radiante du cœur, comme cela a été dit, comme l'une des Couronnes, suffit à être le gage de votre liberté, lors du moment collectif, et donc de votre libération, et si c'est votre choix, de votre Ascension.

Quand le Soi disparaît, quand il n'y a plus d'attachement au Soi, quand ce qui a été nommé l'orgueil spirituel n'est plus, alors la Couronne radiante du cœur devient un point, un simple point, qui met à ce moment-là  – Onde de Vie ou pas Onde de Vie – en branle et en élévation la Couronne ascensionnelle du cœur et la Merkabah interdimensionnelle. Voilà la différence.

… Silence…

Je te rappelle aussi que cette différence s'inscrit dans l'histoire, c'est-à-dire dans l'éphémère, jusqu'au moment de l'Appel de Marie, de la stase, où même ça disparaîtra.

De la même façon qu'aujourd'hui, dans ton corps, il t'a fallu apprendre à marcher, être guidé par tes parents, de la même façon il a fallu, et c'est imagé, aller pas à pas, jusqu'au moment où ta conscience arrive à comprendre qu'il n'y a aucun pas à pas et qu'il n'y a besoin ni d'apprentissage ni de compréhension de la marche elle-même.
Bien évidemment, tu transposes ça au niveau du Cœur du Cœur. J'emploie à dessein et de manière extensive l'expression Cœur du Cœur, parce qu'il se pourrait que ça soit la représentation que vous pouvez vous faire la plus adéquate de ce qu'est l'Infinie Présence.

Le Feu du cœur est le Feu Vibral. Le Feu Igné est l'effacement du Feu Vibral, non pas en sa disparition mais en l'attention portée et en l'emplacement de la conscience elle-même. Le Feu Vibral signe, comme je l'ai dit, par la Couronne radiante du cœur ou de la tête, ta libération. Mais encore une fois, les circonstances personnelles de ta propre libération, au moment de l'instant collectif, seront profondément différentes selon ton assignation, selon, si tu préfères, l'emplacement de ta conscience à ce moment-là.

Le Cœur du Cœur peut être assimilé à un point, et en représentation au sein de la conscience qui s'éteint il s'agit effectivement d'un point, de plus en plus petit.

Le Feu Igné, pourrait correspondre à ce qui a été nommé les Eaux d'En Haut, les Eaux du Mystère, c'est-à-dire IM, « ICI ».

Ce « ICI », de plus en plus pointu, si je peux dire, de plus en plus précis, est le Cœur du Cœur, faisant partie, je vous le rappelle, à travers la Porte correspondant à ce point et à l'Étoile correspondant à ce point, à la Nouvelle Eucharistie. C'est le moment où le trois devient Un.

La tri-Unité manifestée par la Nouvelle Eucharistie conduit naturellement au barycentre, au point d'équilibre de la tri-Unité, qui est le Cœur du Cœur. Ce point, idéalement placé donc au centre du triangle, c'est-à-dire non pas au centre du cœur précisément, chakra du cœur, non plus au niveau de ce qui a été nommé la Porte ER, mais bien au milieu de cette ligne, non pas en superficie, mais sur le trajet allant de KI RIS TI, au centre du chakra du cœur. Je vous renvoie pour cela aux illustrations et explications ayant été données voilà cinq ans par Sri Aurobindo. Vous y trouverez le dessin, le trajet de l'énergie, et c'est à ce niveau-là que se trouve le tétrakihexaèdre du Cœur du Cœur : le point avec ses 24 émanations et ses 24 triangles*. Ce n'est pas une notion géométrique, c'est une notion que vous pourriez appeler quantique, répondant parfaitement à l'équation première de la physique quantique. Je vous laisse regarder, si cela vous intéresse, mais encore une fois, il faut le vivre, pour le voir et le croire – et ce croire-là n'a rien à voir avec la croyance, c'est une Évidence. Mais tant que cela n'est pas vécu, il n'y a pas d'Évidence. Il y a tension vers cette Évidence, il y a aspiration vers cette Évidence, et il y a de toute façon la certitude de votre libération.

Il a été dit aussi que malgré l'Onde de Vie, certains parmi chacun de toi, n'ont pu accomplir le chemin durant ce moment spécifique de l'année 2012. Non pas parce qu'ils n'étaient pas prêts, n'y vois là non plus aucune culpabilité ni aucune responsabilité mais simplement, les conditions préalables, au sens d'une réaction chimique, n'étaient pas réunies. Aujourd'hui, tout est réuni, et ce, comme cela vous a été expliqué par le commandeur des Anciens, depuis le début de votre année 2016.

Je rajouterais qu'au fur et à mesure du temps linéaire qui se déroule sur la terre aujourd'hui, alors que je vous l'ai dit, tout est accompli, vous permettra simplement de vous positionner et de vous reposer de plus en plus aisément au Cœur du Cœur. Même si aujourd'hui certains d'entre toi se posent la question d'y être ou de ne pas y être.

Il n'existe qu'une condition, qui est l'humilité. Et cette condition s'accompagne, si je peux employer cette expression, de l'Abandon du Soi, non plus à la Lumière mais réellement l'Abandon du Soi. L'Abandon du Soi te prouve, à la surface de ce monde, que l'autre est devenu toi, et qu'en définitive il n'y a pas d'autre. C’est-à-dire que tu vois en chacun le Cœur du Cœur et que tu ne vois plus la personne qui fait écran, même s'il t’est loisible d'observer avec finesse et avec justesse le comportement de l'autre. Mais cela ne change rien pour toi car le cœur est la priorité, non pas que tu as définie mais que tu vis à ce moment-là.

… Silence... …


J'écoute ton cœur.

Nous n'avons plus de questions, nous vous remercions.

En chacun de toi, je t'accueille. En chacun de toi, je suis Un.

... Silence...

Aime-toi comme je t'aime, sans mesure et sans frein.


* * * * *

* le tétrakihexaèdre du Cœur du Cœur : le point avec ses 24 émanations et ses 24 triangles.

Un tétrakihexaèdre