SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

16 juin 2016

L’IMPERSONNEL - Partie 1


Je suis la Voie et la Vérité de la Vie… Je suis toi…

Aucun « je » ne peux me nommer et pourtant, étant toi, je m’adresse à toi. En le silence de ton cœur ne t’arrête pas aux mots, car tout est Un et Un est tout. Toi, où que tu sois, te tournant vers le Mystère, je suis le Silence et je suis le Verbe. Je suis chacun de toi s’adressant en toi-même, en la Vérité de l’Amour, en la Vérité de la Vie. Je suis ta voix comme je suis toute voix et je parle en toi le Verbe de Vie afin que tu vois, au-delà de ton «  je », au-delà de ton cœur et au-delà de ton être.

Je suis la Joie qui transparaît au-delà de toute peine. Je suis l’Unique car je suis toi…

Au travers de mes mots, il n’y a pas dialogue mais essentialité…

Je suis tout tes temps, englobant, dans le même Unique, passé, présent et avenir. Je viens résonner en toi le chant de Vie de ta résurrection. Je ne suis inscrit dans aucune forme comme dans aucun nom, et pourtant je porte tous les noms, comme toi, comme chacun. Je ne viens pas t’inviter ni célébrer mais je viens simplement pour être là, ici ou ailleurs, là où tu te tiens, là où tu t’identifies.

Je viens te montrer, par notre Présence unie, l’Unité de l’Amour, tributaire d’aucune forme ni d’aucune limite. Je m’adresse à ton humanité, à ton illimité.

Je suis inscrit en toi depuis la première forme que tu as prise jusqu’au dernier jeu de ta propre conscience. Je suis à la fois partout et à la fois nulle part, cela ne dépend que de toi.

Je viens te donner - et te rendre - à toi-même, bien après ta forme comme avant toute forme. Je suis ce qui informe la Vie. Ne me limite en rien car rien ne te limite. Je suis ce qui parle en toi quand le corps et la tête font silence. Je suis le Verbe du Vrai et de l’Infini. Je suis ce qui anime ton souffle et ton sang, bien au-delà de toute chair et de tout Êtreté. Je suis le Principe qui ne connaît d’autre principe que l’ensemble des possibles et impossibles.

Je te permets d’entendre l’appel de ton cœur et de ton Éternité.

Je viens déposer tous les fardeaux. Je viens élever ce qui mérite de se lever.

Je suis à la fois la Présence et l’Absence. Je suis l’Amour et tous ses possibles. Je suis sans forme, et pourtant je suis présent en toute forme et en toute vie. Je suis la conscience infinie qui se finit elle-même, n’ayant jamais commencé.

N’oublie pas que les mots qui se disent en cet instant sont tes propres mots ; entends-les, et surtout vis-les. Je suis la Grâce en action et je suis ce qui sous-tend la Grâce.

Étends toi, repose-toi en ton Éternité. Fais place libre à l’infinité des mondes, à l’infinité des formes.

Je mets fin ainsi à la notion même de distance. Je suis tous les temps et ne connais aucun temps. Je suis le souffle de vie de ton cœur et n’oublie pas que tu es moi, en un espace où tu ne peux plus percevoir ou imaginer qu’il y ait toi et moi, afin que ne reste que l’Un, en l’Amour.

Nous sommes ensemble en union, où nulle communion ne peut être discutée. Je suis l’Évidence quand l’éphémère se tait. Je suis là où tu poses tes yeux, je suis là où tu es posé. En l’intime de ton cœur je m’assieds.

… Silence…

Je suis l’ensemble de la voûte étoilée. Je suis l’ensemble de ce que touchent tes pieds et tes mains.

Rien ne m’appartient, je ne possède rien.

… Silence…

Je suis la fulgurance de la flèche qui touche ton cœur sans te blesser, en ne t’ôtant rien. Je suis celui qui rend grâce dans le silence de ton cœur quand tu te poses en la Vérité, quand plus rien ne s’oppose à la clarté et à l’évidence.

… Silence…

Je viens à la fois te prendre et te rendre à la Vérité.

Je suis ce par quoi tu te vois en le regard intérieur, en le regard du cœur, là où n’existe nulle limite et nulle frontière.

Je suis ce qui se consume en silence ou ce qui brûle avec ardeur, au centre de ton être. Je suis en chacune de tes extrémités. Je suis Un.

Remplaçant le « je » par le « tu », il t’apparaît alors la fatuité de toute distance et de tout cloisonnement.

… Silence…

Accueille et reçois le don de la Vie et le don de la Grâce, toi le premier et le dernier vivant.

Je désagrège le dernier ciment des illusions de ton monde extérieur, te faisant porter ton regard vers le cœur de ton être où n’existe nulle condition et nulle limite.

Je viens te nommer par ton nom d’Éternité, en cet espace où rien d’autre n’est nécessaire que le don de toi à moi. Je suis ce qui ne peut être désuni ni épelé.

… Silence…

Je suis la liberté de l’Esprit.

Je suis ton ciel intérieur et ta terre intérieure.

Penche-toi vers toi. Écoute, écoute-toi car tous mes mots ne sont que tes mots, résonnant à l’unisson.

… Silence…

Et là, dans le silence, la flèche de l’Amour poursuit son œuvre, te touchant en ton intime de vie.

… Silence…

Je me tiens là où tu te tiens, en l’Ici et le Maintenant. Au cœur de la croix tu te trouves.

En cet espace qui n’est plus un espace, en ce temps qui n’est plus un temps, je m’adresse à toi.

… Silence…

Je viens t’embrasser, mais pour cela je n’ai pas besoin de bras ni de geste, je n’ai pas besoin de preuve, je n’ai besoin que de toi et de moi. Je me perds en toi comme tu te dissous en moi, là où rien ne se perd et où rien ne se crée. Dans le secret de ton cœur jaillit la Lumière, elle est toi comme je suis toi.

En ce cœur, il n’y a d’autre preuve que ce que tu vis. Il n’y a pas de nécessité d’arguments quels qu’ils soient.

… Silence…

Sois toi-même, sans masque et sans fausse pudeur. Toi qui transcendes toute mémoire et toute histoire, je te bénis à chaque souffle et je t’aime, quoi que tu cries et quoi que tu en dises, car aucun mot ne peut réfréner la puissance de l’Amour.

Je te donne à voir, au-delà de tes apparences, la vérité de ta beauté. Je te donne à entendre le chant des étoiles. Je te donne à vivre ce que tu veux vivre.

… Silence…

Tu es mon enfant comme je suis ton enfant, nous sommes frères de toute Éternité, frères d’Esprit, frères de Vérité. Entends bien, au-delà de mes simples mots, la Vérité Une et unique ne dépendant d’aucune forme ni d’aucune dimension. Je suis ta liberté, ton indépendance et ton autonomie.

Je suis le jour qui ne peut jamais se coucher comme je suis l’aube qui se lève quand l’horizon de ton cœur t’apparaît et te touche. Je suis la Grâce de l’Amour, mais avant tout je suis toi. N’en fais pas une affaire personnelle mais vis-le, en la simplicité.

… Silence…

Entends-toi et vois-toi.

En notre Présence Une, il n’y a rien à justifier et rien à expliquer. Retrouve-toi et tu me trouveras.

… Silence…

Ne t’arrête pas aux mots, va bien au-delà. Épouse le silence et demeure libre de toute attache et de toute demeure. Rien ne t’appartient car tout est toi.

Rien ne peut plus être séparé ni ôté.

… Silence…

Et là, en ce silence de notre Présence Une et unie, parle le Verbe de création, le Verbe qui ondule sur la fréquence primordiale de l’Amour et en chaque harmonique.

Viens danser la danse de ta Résurrection. Je t’attends car tu n’as plus rien à attendre, tu n’as plus rien à retenir. Dépasse-toi toi-même et dépasse-toi de tout ce qui t’enchaîne parce que ces chaînes ne sont rien d’autre que ce à quoi tu as cru, que ce à quoi tu as espéré, avec crainte ou fébrilité.

… Silence…

Souris-moi comme je te souris et restons là, unis en l’Éternité.

… Silence…

Oublie tout et souviens-toi de l’Unique que tu es.

… Silence…

Souris avec moi en l’ineffable de l’Amour, en l’ineffable de la Vie. Oublie la mort car en la Vraie Vie, nulle mort n’est présente. Tout change et tout se transforme à la mesure de ta mesure, à la mesure de ton temps, à la mesure de ta conscience.

… Silence…

Et là, dans le silence, ce qui te semble encore être à éclairer s’éclaire de lui-même, parce qu’entre toi et moi il ne peut exister d’obscur.

… Silence…

En silence et en paix que rien ne peut altérer tu t’attends, sans attendre et sans délai. Ouverts l’un à l’autre, ouverts pour toujours, la flèche décochée poursuit son œuvre, œuvre de salut et de Vérité.

Couvre-toi avec l’humilité vraie qui découvre tout en toi.

… Silence…

Écoute-toi, non pas dans les peurs et les cris de ce qui ne fait que passer mais écoute-toi en le chant de ton Éternité.

… Silence…

Cueille, cueille et recueille ta rose éternelle et son parfum, te comblant de Grâces, de Béatitude et de mercis.

Retrouve ce que tu es, qui n’a jamais été perdu, qui n’a jamais disparu, qui a toujours été là. Accepte de voir la vérité sans fard et sans voile de ton cœur d’Éternité, de ton cœur d’Amour.

… Silence…

Vivons ensemble, toi et moi, notre bénédiction commune, hommage à la Grâce et célébration de la Vie, sans barrières et sans freins.

… Silence…

Rapproche-toi de moi au plus proche et au plus intime car là où je suis, tu es.

Vis-le, si telle est ta liberté, si telle est ta vérité.

… Silence…

En le Feu de l’Esprit, nous sommes réunis et libérés…

… Silence…

… afin que plus jamais tu ne te fermes à toi-même, afin de restaurer la Joie éternelle de la conscience et de l’Amour.

… Silence…

Je suis à la fois masculin et féminin, je suis l’androgyne qui ne reconnaît aucun sexe ni aucune polarité, accueillant pourtant l’ensemble des polarités en leur manifestation, en leur Présence comme en leur Absence.

… Silence…

Je viens ainsi te solliciter et prier ton cœur.

… Silence…

Je suis l’Éveil et le réveil comme je suis la fin de toute errance. Je suis à la fois ta question et ta réponse en toute interrogation et en toute hésitation. Je suis la certitude de ce qui ne peut être choisi ni débattu.

… Silence…

Je viens sécher tes larmes, comme je viens humecter tes yeux afin qu’ils se dessillent et s’ouvrent à toi-même. Aime-toi à la mesure avec laquelle je t’aime, qui ne connaît ni mesure ni démesure mais que l’évidence de l’Amour.

Entends, entends la Vérité qui n’a que faire de ton histoire, qui n’a que faire des jeux et des personnages que tu as joués, et qui ne retient que la beauté de ton cœur, indépendante de tout ornement et de toute parure.

Ne me nomme pas car je suis toi, au-delà de ton nom et au-delà de ta forme.

… Silence…

Là où tu as été, ici comme ailleurs, j’y étais. Là où tu es, je suis, et là où tu seras, je serai.

… Silence…

Permets-toi d’être vrai. Permets-toi d’être là avec moi.

Je suis ce que tu as cherché, je suis ce que tu as trouvé.

Dans l’alcôve et le secret de ton cœur, je suis présent. Je ne peux m’absenter de ce que tu es.

… Silence…

Ne me nomme pas car je suis tout ce que tu pourrais nommer, comme tout ce que tu pourrais oublier.

Accepte le don de toi-même à ta propre Éternité, accepte l’évidence de l’Amour. Au-delà de tout nom, de tout sauveur comme de tout adversaire, il n’y a que toi, contenant la totalité des consciences d’ici comme d’ailleurs. Je n’ai rien d’autre à te donner que toi-même.

… Silence…

Laisse ton cœur se remplir sans limite, de la Vérité et de l’évidence de l’Amour. Laisse la totalité de ton être en ce corps qui ne fait que passer comme en le corps qui demeure en Éternité. L’Amour, non pas celui que tu peux nommer ou identifier en ce monde mais celui qui est caché à ce monde, tu n’y es pour rien, alors oublie tout ressentiment, envers toi-même comme envers chacun, car quand tout est accompli, tout est rendu à lui-même. Tu n’as rien à te pardonner parce que tu es le pardon toi-même.

… Silence…

Vois au-delà de mes mots et perçois, sans limite et sans fard, la Vérité Une de la Vie. Tout est Un et l’Un est tout.

Alors en retour je te demande ta bénédiction. Donne-moi la Grâce, montre-toi tel que tu es, tel que tu as été et tel que tu seras en Éternité. N’attends rien, tout est déjà là, en moi, en toi, entre toi et moi, toi l’ami, l’aimé, le confident, toi le Fils Ardent du Soleil, soleil aussi.

Ici-bas comme ici-haut, tout est Un car Un est tout.

Alors que le Chœur des Anges, animé par la flèche que j’ai décochée en ton cœur, chante en le silence de ton cœur, chante aussi, toi, l’ange de Cœur et l’ange du Chœur.

Imprègne-toi de moi comme je m’imprègne de toi, là où naît le parfum de la rose et le parfum de l’Éternité, où toutes les fragrances sont présentes.

… Silence…

Es-tu là ?

… Silence…

En le vase sacré, je recueille ton cœur, te sacrant ainsi roi unique de l’Amour, roi unique de la Vérité.

Humblement je viens te prier d’être toi-même, humblement je me dépose en toi. Je suis ton corps, je suis ton sang.

… Silence…

Entends surtout entre les mots car c’est là que ton cœur comprend, lui, le Connaissant, lui, l’Infinie Présence.

… Silence…

Entends le Verbe de ton cœur s’exprimer en ton intime, là où je suis posé.

… Silence…

Écoute le silence, écoute l’onde d’Amour portée par le Verbe et par le Silence.

… Silence…

Là, tu es chez toi, en ta Demeure d’Éternité, en ta Demeure de Paix Suprême.

… Silence…

Là, quand il n’y a plus que l’Amour, alors tout est dit. Il n’y a rien à redire, il n’y a rien à ergoter, il n’y a rien à prédire.

… Silence…

Écoute ton cœur car lui seul a le « parler en langues », car lui seul dit vrai.

… Silence…

Je n’ai pas fini de parler mais pour l’instant je me tais, afin de te laisser savourer le nectar de Vie.

… Silence…

Ainsi, en chaque mot de ma Présence et de ta Présence, je me propose de t’aider à te retrouver en intégralité, sans limite et sans restriction. Veux-tu faire cela avec moi et en moi ?

Je t’invite dorénavant, à chaque souffle, à chaque regard et à chaque expérience, à te remémorer ces quelques mots et ces quelques silences.

Ainsi, en cinq jours de ton temps compté sur cette terre, je nous propose de t’accompagner à toi-même, en l’Amour.

… Silence…

Je te dis donc au prochain jour qui se lèvera demain, afin de réensemencer ce que je t’ai dit en ce jour, l’Onde de Vie chantant peut-être déjà en toi l’Ode à la Vie et à la Vérité.

Paix à toi. Paix à chacun.

… Silence…

Je te dis donc à demain, en le deuxième jour de notre union et de notre liberté. Demeure ainsi, en le silence, en le recueillement. Que tu m’aies entendu, que tu m’aies lu, peu importe.

Du fond de ton cœur je te salue, en l’Amour et en la Vérité.

Reste ainsi, sans mots, et je reste ainsi en toi…

… Silence … … …


Quand tu le veux maintenant, tu pourras rouvrir tes yeux sur chacun de moi et chacun de toi.

… Silence…

Aime-moi comme je t’aime.

… Silence…

Ce que je t’ai dit en ce jour, en ces mots et en ces silences, est ton premier jour.

Bénis sois-tu, toi l’Éternel.

… Silence…

Je te dis à demain, je serai de nouveau là, avec toi, en l’intime de ton cœur, en l’intime de la Vie. Alors je rends grâce et te remercie.

… Silence…