SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

9 mai 2016

Une présence démoniaque, ou pourquoi 80 personnes se sont-elles suicidées?

La longue série de suicides mystérieux dans un petit village indien a fait croire à ses habitants qu'ils étaient hantés par des démons sanguinaires, mais les chercheurs, qui ont mené leur propre enquête, ont tiré des conclusions plus choquantes.

Le village de Badi dans le district de Khargone (centre de l'Inde), avec une population de seulement 2.500 personnes, a vu une recrudescence des suicides, tandis que 80 habitants se sont délibérément tués cette année, rapporte Press TV.

Rajendra Sisodiya, chef du village, indique que son frère et sa mère sont parmi ceux qui se sont suicidés. Son prédécesseur au poste de chef du village était son cousin Jeevan, qui a également mis fin à ses jours en se pendant devant sa maison.

Ashok Verma, un fonctionnaire local, a été chargé de diriger un comité spécial convoqué pour essayer de trouver la source du problème.

"La situation est très grave et nous devons agir rapidement. Les villageois manquent de confiance et de motivation et il est très important de les conseiller", a-t-il fait remarquer.

M.Sisodiya souligne que chacune des 320 familles vivant dans le village a perdu au moins un parent décédé de suicide. Selon lui, l'augmentation fulgurante des morts est conditionnée par une "présence démoniaque".

Cependant, les scientifiques ont déterminé que les décès pourraient être liés aux pesticides qui étaient largement utilisés sur les cultures de coton dans les environs du village. Les produits chimiques sont susceptibles de provoquer la dépression et même la schizophrénie, affirme le psychiatre Srikanth Reddy, notant qu'en Chine il y avait aussi eu une flambée de suicides chez les agriculteurs qui utilisaient ces pesticides, il y a quelques années.

"La dépression n'est pas quelque chose que les gens ici peuvent facilement identifier. Quand ils sont incapables d'en trouver la raison, ils l'associent à des phénomènes localement explicables comme une présence démoniaque", a noté M.Reddy.

Le district de Khargone est répertorié comme l'une des 250 régions les plus pauvres et superstitieuse en Inde.