SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

8 mai 2016

LA RÉSURRECTION - Mai 2016

ANAËL - Partie 1





Je suis Anaël Archange, Archange de la Relation et de l’Amour. Bien aimés enfants de la loi de Un, ici comme de partout sur cette terre, en quelque horaire et en quelque lieu, je m’adresse à vous en tant que porte-parole de l’ensemble des Archanges. Recevez la bénédiction de ma radiance, ainsi que j’accueille votre radiance d’Amour.

… Silence…

Par ma Présence en vous, révélée ou qui se révèle, je viens faciliter ce qui doit l’être dans la rencontre, en vous, entre l’éphémère et l’Éternel. Je viens, par le don de la Grâce, par l’Esprit du Soleil et le Chœur des Anges, accomplir ce qui doit être accompli en votre conscience, en votre âme ou en votre Esprit. Par le Feu Igné de la Vérité, par le baptême de l’Esprit Saint complet, touchant ce que vous êtes et réveillant ce qui doit l’être, je viens, par mes mots, par ma Présence et par mon Silence, résonner en vous le chant de la Résurrection.

Comme l’Archange Uriel vous l’a dit, je viens chanter en votre danse intérieure, celle de la vie libre et libérée, le chant de l’Extase et de la béatitude. Alors ensemble, en ce temps comme en tout temps, et en ce lieu comme en tout lieu, je dévoile en vous l’Atome Principiel, Source des Sources, faisant exulter la puissance de l’Amour infaillible et éternel. Ainsi, posé ici comme ailleurs, j’œuvre en vous, annonçant les Trompettes de la Résurrection et le chant de la Liberté, allumant la Flamme qui jamais ne peut s’éteindre, qui se vivifie d’elle-même en le Feu Igné de votre divinité.

Je m’adresse personnellement à chacun de vous, non pas à la personne qui écoute mais à celui qui entend au-delà de mes mots ce chant de la Résurrection. À l’heure où l’ébranlement final vient mettre fin à la mascarade du jeu, je déploie en vous la fusion des structures nommées Êtreté en le point central de votre cœur, cœur de l’Amour, Amour en cœur.

Alors je vous dis : écoutez, entendez, voyez et percevez la réalité ultime, au-delà de toute personne, de tout jeu et de toute apparence, afin que cessent les simulacres de l’Amour, afin que vive l’Amour vrai, tel un feu rassasiant et inextinguible. Je dépose en votre cœur l’autel du Christ et l’autel de la Vérité. Je place en chacun de vous l’alliance des Éléments, l’alliance de Feu, l’alliance de l’Amour, en le respect de votre liberté, en le respect de votre Présence. Bien au-delà des mots prononcés, bien au-delà de toute compréhension, je m’adresse à vous.

En l’instant où tout est accompli en le Temple Intérieur et où tout se dévoile dans le silence de la félicité, en vous, en cet instant et à chaque instant pour l’Éternité, le chant de la Résurrection s’est réveillé sous vos pas comme sur votre tête, mettant en alliance le ciel et la Terre, la fusion des Éthers.

Je porte à votre conscience la vérité de votre être, ne laissant plus de place pour le moindre doute, pour la moindre attente, pour la moindre fin. En ce don de la Grâce et mandaté par la Source, j’ouvre les portes de la Résurrection, préparant la voie à Celui qui a été, qui est et qui sera. Je déverrouille votre forme afin que nulle attache ne puisse exister au moment de l’Appel. Ainsi, en ce jour, je vous appelle à rendre les armes de la lutte, les armes du doute, les armes de la personne, afin que le Christ puisse vous revêtir de votre robe d’Éternité, de votre splendeur de Fils Ardent du Soleil révélé à la surface de ce monde telle une lumière qui brille d’elle-même dans la fin de ce cycle, achevant en ces jours les tribulations, les doutes et les errances de chacun de vous. En votre cœur éternel, j’adresse la Grâce et la bénédiction éternelle de la Vie et de l’Amour.

Alors je te dis, comme il fut dit voilà 2 000 ans : lève-toi et marche. Élève-toi, ici et maintenant, au-dessus des conditions et des limites, te donnant à découvrir, au-delà des jeux de la conscience, la vérité de ce que peut-être tu as cherché ou réalisé déjà. Je viens irradier en chaque cœur le don de la Grâce perpétuelle. Le chant du ciel et de la Terre, apparaissant en de multiples lieux de cette terre, signe pour vous le temps de l’Appel et de votre réponse, brûlant ainsi les derniers résidus de l’opaque et du sombre liés à l’enfermement et à votre condition en ce corps de chair.

Je viens vous assister dans l’Ascension de la chair et de votre conscience, où tout est liberté de choix comme de position. Je viens t’enivrer des parfums de la Grâce, du Chœur des Anges. Par l’ardence du Soleil, je dépose en toi le labour de Mikaël, non plus seulement en tes cieux mais en ton cœur. Je trace ainsi en ton cœur le chemin de la Légèreté, le chemin de la Vérité, tracé en ton Éternité depuis ton origine jusqu’à ce qui n’a nulle fin et nulle origine. Perçois et vis, sans attaches et sans regrets, sans peurs et sans appréhension, la majesté de la Vie.

Ainsi nous partageons, ici et partout ailleurs, en cet instant et à chaque instant, le Cœur Ascensionnel où tu iras sous peu, en la liberté de mouvement, de vie, de temps et d’espace, à condition d’être pleinement présent, non pas à ton histoire mais dans le roc de la certitude de ce que tu es, de ce que tu as été et de ce que tu seras, afin que tu perçoives et vives qu’il n’y a rien à attendre ni à espérer en l’éphémère de ce monde, et que la seule liberté vient de ton cœur et de l’Amour que tu es.

Élevant en toi la Croix cardinale des quatre Éthers, perçois, au-delà de toute image, de toute énergie, la vérité et la beauté de toute vie. À toi la Semence d’Étoile, il est temps de laisser apparaître l’Étoile que tu es, en dehors des limites de toute forme, de tout jeu et de toute histoire. T’invitant à te poser dans le roc de l’Amour immuable, éveillant en toi ce qui te semble encore dormir, je t’invite en l’espace où nulle peur ne peut être supposée ni même évoquée, te permettant de danser en le cœur de l’Éternité, en le cœur de la Vie.

En ce temps de la Terre s’ouvrent les portes, non pas seulement les tiennes mais celles présentes sur la terre, favorisant l’accueil du ciel et de l’Esprit jusqu’au noyau cristallin de la Terre comme en ton noyau éternel, accompagnant ainsi l’accouchement et la délivrance de la Terre. Ainsi, tes yeux se dessillent, ne laissant plus d’espace pour la paille ou la poutre, te donnant la claire vision de ta vérité, de la vérité de chacun, de la vérité de la vie et de l’Amour en action et en manifestation, te conduisant là où il n’y a ni effort ni pensée, ni désir ni souhait, où tout est parfait et où tout est perfection.

Revêtu de ton corps de gloire, tu es alors le porte-étendard non plus de la Lumière mais de l’Amour libre et libéré de toute entrave, consumant chaque lien lié à la nature de ce corps et non pas à la nature de ton histoire, mettant fin ainsi aux ultimes cloisonnements décidés voilà fort longtemps et pour lesquels tu n’as pas été consulté, te montrant ainsi la voie du pardon que ton cœur donne à chacun comme à chaque structure, comme à chaque erreur ou à chaque chemin de traverse - qu’il soit le tien ou celui de l’autre importe peu car tout est Un. Il est temps maintenant de le vivre, de manière lucide et humble.

Ainsi, chacun de vous aujourd’hui vit sa reconnexion à la source de vie en ce monde, en le noyau cristallin de Sirius éclairant le Temple de ton Éternité, venant gommer et venant faire disparaître toute logique de ce monde, les remplaçant par la logique de l’Un et de la loi de Un. Inondant chaque recoin de ce corps que tu habites afin que s’élève de toi le Feu de l’Amour en ton Cœur  Ascensionnel, allumant alors de manière visible ton corps Ascensionnel telle une Langue de Feu posée sur ta tête et sur ton cœur, te faisant oublier toute peine qui se dissout par le baume de l’Amour et le baume de la Vérité.

Toi, où que tu sois, rappelle-toi ce que tu es au-delà de toute apparence, de toute forme et de toute contrainte. Ainsi, t’offrant à toi-même, à ta propre liberté, tu redécouvres l’Éther de vie, où rien n’est dévié, où rien n’est caché. En l’Esprit du Soleil, en le Chœur des Anges, chante en toi la vérité de l’ange, la vérité du Silence, te conduisant à te dépouiller de tout ce qui t’encombre et t’obscurcit, devenant alors le roc de Sa Présence et le Temple de Sa Présence, faisant brûler tout ce qui peut freiner, tout ce qui peut s’opposer, en toi comme en chaque frère, humain ou non humain, en quelque histoire que ce soit. La même liberté s’offre ainsi à chacun, en l’espace où il n’y a plus ni premier ni dernier parce que tout se résout et tout se révèle.

Le ciel rejoint la Terre et le Terre rejoint le ciel, en ta terre comme en ton ciel de la même façon et avec la même évidence, dans la même symphonie de la Liberté où chacun apporte sa note, si différente et pourtant si identique, là où tout est Un. Ainsi je bénis ta Flamme, cette Langue de Feu qui est re-née au-dessus de ta tête et au-dessus de ton cœur.

Aimé de l’Un, réveille-toi. Quel que soit le jeu que tu as joué et que tu joues, voit clairement ton atome-germe, voit clairement les facettes du diamant de ton cœur et ouvre définitivement la porte de la Résurrection qui est là. Je t’invite et je m’invite à la célébration.

Perçois même, quand mes mots s’effacent, l’ineffable de ta condition qui ne dépend plus d’aucune condition de ce monde ni d’aucune restriction de cette dimension où tu te tiens présent et debout.

Ouvre tes bras afin d’accueillir Celui qui vient, comme chacun de tes frères et de tes sœurs humains, ou non humains, dans la même flamme, dans le même pardon, dans la même vérité. Laisse resplendir, sur ta face éphémère de ce monde, l’éclat de Celui qui est là, afin que rien ne puisse t’arrêter ou te réfréner.

… Silence…

Tout est accompli, sur les cieux comme sur la Terre, car la jonction est réalisée permettant au cœur  de l’Un de s’élever en chacun de vous. Je dépose en toi ma Présence et ma radiance. Je salue en toi ta levée du tombeau, je salue en toi ce qui est re-né de nouveau, je salue en toi le principe de la conscience Une de la Source et de toute dimension.

Toi, ici comme ailleurs, je m’adresse à toi par la langue du Verbe, la langue de Feu pour te dire ceci :

… Silence…

Enfant de l’Un, Christ ressuscité, en l’humilité de cette chair périssable et corruptible, tu te montres à toi-même dans l’incorruptibilité de l’Esprit, te forgeant en l’Amour indestructible et inconditionné. En le Verbe du Vrai, ne souffrant nulle discussion et nul doute, laisse ton cœur ouvert en cet espace où nul passé de ce monde ne peut t’atteindre et où nulle chair corruptible ne peut t’abaisser. Ainsi est la promesse du ciel où nul enfer et nul paradis n’est présent, car seule la beauté l’habite en toute dimension, en toute forme éternelle comme en l’absence de forme. Je trace en toi les sillons de l’Éternité.

… Silence…

Ainsi le Verbe s’est fait chair et ta chair se fait Verbe, se transmutant elle-même en l’Éther de plénitude du corps d’Êtreté et en ton Atome-germe de la même façon.

Ainsi, ici comme ailleurs, dépendant d’aucun temps, la Résurrection se révèle, perçue de toi et vue par toi afin que nul ne puisse ignorer Celle qui vient vous parler en votre intimité, vous appelant à la félicité des trois jours et des trois nuits afin que plus jamais il n’y ait de nuits ni d’alternance.

En l’Éther plein et entier des cieux unifiés, je te donne bien plus que ma Paix. Perçois, accueille et acquiesce.

… Silence…

En cet instant où les mots eux-mêmes portés par le Verbe ne font plus sens, remplacés par l’Unique en toute direction, en chaque parcelle de la Terre comme en toute direction et chaque parcelle de ta chair, préparant tes cellules comme ta conscience à Celle qui est Reine des Cieux et de la Terre.

… Silence…

Ainsi se consume le périssable en cette alchimie ultime et primordiale de ta Résurrection. Le temps des tribulations, des erreurs et des errances, qu’elles soient en toi ou en la société de ce monde n’ont plus lieu d’être, consumées par la même Flamme d’Amour s’élevant de la Terre et s’abaissant du ciel  en ton cœur.

… Silence…

Et en le rythme de notre silence, cela grandit sans limite et sans fin. Le souffle de ta respiration lui-même devient Verbe d’Amour. Perçois-le.

… Silence…

Ici, tout de suite, ailleurs et tout le temps, quel que soit le temps accompli, mettant fin au temps lui-même.

Ainsi, je te parle de la voix des Archanges en une seule voix, en le même Feu, en le même Verbe, en le même Amour.

… Silence…

Pose-toi ainsi en l’Amour. Laisse le Verbe de la Résurrection chanter en toi le chant de la délivrance.
En ton cœur palpitant, vibrant et chauffant, la Joie sans raison est ton seul objet et ta magnificence. Par le Verbe du Christ et en présence de ton Verbe, communiant à toi-même et à chacun avec la même élégance et la même justesse, recueillons-nous, ici et partout, dans cette prière du cœur silencieuse qui se retrouve et qui n’a rien à demander d’autre que d’être là, malgré toute apparence, malgré toute souffrance, amplifiant la Joie sans commune mesure avec les joies éphémères de ta vie ou de tes vies en ce monde.

Perçois et vis.

… Silence…

Mon Verbe lui-même, qui n’est autre que ton Verbe, comme celui de Marie, de Christ et de Mikaël, comme de toute voix s’élevant en l’infinité des Mondes Libres. Nous sommes Un, nous sommes l’Amour, nous sommes la Paix, nous sommes ce qui bénit et ce qui est béni.

… Silence…

Ouvre-toi. Le temps est venu de fleurir et de déposer les senteurs de la rose éternelle en chaque regard, en chaque pas, en chaque souffrance, appliquant ainsi le baume subtil du chant de la Vie et de la vérité de l’Amour. Ton Verbe et mon Verbe sont les mêmes, en quelque accent et en quelque langue, que cela soit la langue des anges ou la langue de l’homme, comme en la langue de la Source, il y a la même symphonie et la même harmonie.

Écoute, entend, vois, perçois et vis le sacre de l’Amour. Car là il ne peut exister ni hésitation ni tergiversation, là où il n’y a qu’Évidence et Légèreté. Écoute le Feu dévorant de ton cœur, le Feu de l’Amour.

Permets-moi de te bénir, comme chacun de vous bénit chaque autre et chaque vie sans distinction, de la même façon et dans la même Évidence. Perçois la vie nouvelle, la Vie vraie où rien ne te tient, où rien ne te limite. Ainsi souffle l’Esprit, ainsi est le Verbe.

En cet espace où toute parole s’efface, laissant juste l’Évidence du Serment et de la Promesse, écoute mon Silence, écoute ton Verbe. Ils sont la symphonie de l’Amour.

Toi, ici et de partout, le baptême de l’Esprit est en le seuil de ton cœur. Soit présent à toi-même, soit présent à chacun. Affermis-toi dans la foi de l’Amour et dans le Vrai de l’Amour.

… Silence…

En ce Feu de Joie, finit de se consumer ce qui n’appartient pas à la Vérité et à la beauté.

… Silence…

Je suis Anaël Archange, Archange de l’Amour et de la Relation, et je te laisse seul à seul en l’espace où tu n’es jamais seul, car tout y est.

Je bénis ta Présence, toi qui renais de nouveau.

Je te donne la Paix du Christ et j’accueille chacun de vous en sa Demeure d’Éternité.

Je te bénis et je te salue, en l’Amour et en le Vrai.

 … Silence…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire