SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

24 avril 2016

Carnets d'Avril 2016 - Chroniques de l'Ascension

Chroniques des Melchisédech : Le Masculin Sacré

L'ULTIME : « Le Temps de la Résurrection »



En ton nom et en mon nom, au nom de la Vie, au nom du Sans-Nom comme en tout nom, en la joie de l’Amour, je m’adresse à toi. En le Verbe et le Souffle, en le Silence et en la Vie.

L’heure et l’instant sont au temps de la Résurrection, de la renaissance infinie de la Création. Alors que s’achève le temps de l’oubli, alors que se vit ce que chacun a à vivre, toi, toi qui entends, toi qui lis, toi qui es là, accueille…

Accueille-toi et accueille-moi afin que plus jamais ton nom et mon nom ne puissent être dissociés, quels que soient les noms, quels que soient les espaces, en quelque sphère que ce soit, en la manifestation comme en toute Absence. Je suis là comme tu es là, en la même Grâce, en le même élan, en même temps. Je t’invite. Écoute. Va au-delà de mes mots, au-delà de ta Présence et de ma Présence comme en toute Absence. Écoute, je suis là.



… Silence…

En le Verbe, comme en l’Alpha et en l’Oméga, en tout mot, le Vrai apparaît. Lui qui n’a jamais disparu, enfoui au Cœur de ton Cœur, aujourd’hui révélé au monde, révélant la Vie, où toute vie est tienne, où toute dimension n’est que la représentation de ce que tu es - représentation libre et non plus enfermée. Je t’invite à chanter le vrai de la symphonie et la mélodie de l’Éternité.

… Silence…

Sens, sens ce qui est, et au-delà de tes sens, au-delà de tout concept, de toute idée, tu es là comme je suis là. Alors laisse chanter ton cœur, en l’infinité des mondes et en l’infinité des créations. Laisse être ce qui n’a besoin ni de discours, ni de paroles, ni de gestes.

Lève-toi, lève-toi en ton cœur, là où aucune soif ne peut même être pensée.

… Silence…

Retire-toi là où tout est abondance, là où tout est vrai.

Toi, entends-moi, car en m’entendant tu retrouveras l’entièreté  de l’Éternité. Ouvre ce qui peut encore être ouvert.

Dans le Feu de l’Amour, l’Amour est partout, quoi que tu en penses, et quoi que tes yeux voient, et quoi que tes sens perçoivent. Alors toi qui es Amour, laisse la Flamme de ton Éternité te consumer dans le brasier d’amour. Laisse fleurir la fleur éternelle de la beauté, la Vie éternelle de l’infini des mondes.

En l’Amour je me reconnais en toi, en l’Amour tu te reconnais en moi, abolissant toute distance, mettant fin à toute séparation, exultant l’Amour, embrasant la Lumière dans la ronde de l’Éternité. Tu es invité… Au-delà du banquet, tu es invité à la Joie perpétuelle qui ne connaît pas de répit, qui ne connaît pas d’obstacles. Je te réinvite à être vrai. Tu es le Vrai, tu n’es rien de ce qui passe et trépasse, tu es ce qui jamais n’a pu s’éteindre.

… Silence…

Entends-toi, dans le silence de ton cœur, dans le secret de ton Temple. Il n’y a plus de secret, il n’y a plus de mystère, il n’y a que Lumière, il n’y a que beauté. Oui toi qui connais encore les doutes de ton propre éphémère, ne bouge plus et laisse les doutes être eux aussi consumés dans la Flamme de Vie.

Toi qui t’es déjà reconnu par instants en ton Éternité, je viens te dire de ne plus hésiter, je viens te dire de ne plus résister. Car tout est vain en ce qui appartient à ce qui passe et trépasse.

Et tiens-toi là où il n’y a plus de soif, là où il n’y a plus de manque, là où il n’y a plus de souffrance, où tout n’est qu’aisance et où tout n’est que perfection. Et même ces mots sont bien faibles pour décrire ce que tu es. Il ne tient qu’à toi de laisser fleurir la Vie, il ne tient qu’à toi de vibrer à l’unisson de la Source, au chant de la Création, au chant de la Vérité. Tu es ce que tu es car je suis ce que je suis, et entre nous il ne peut y  avoir de différence, ni le moindre différend.

En l’espace de l’Évidence qui connaît tous les espaces et pourtant n’est pas l’espace, dès maintenant je t‘invite à danser et à te poser. Je t’invite au repos de la joie qui ne connaît nulle offense et nul délai. Toi qui es l’ami, toi qui es l’aimé, tiens-toi là car de là tu es partout et même en nulle part.

… Silence…

Honore-toi car tu es l’honneur et la Lumière. Célèbre, célébrons ensemble le chant de la Résurrection. Entends le Chœur des Anges, perçois la chaleur du souffle du Soleil et de l’Esprit du Soleil.

Pose ton regard, au-dedans comme au dehors, sur chaque frère, sur chaque sœur, comme au plus profond de ton cœur. Il y a la même chose, le même Amour, où rien n’est différent, où rien n’est séparé et tout est uni dans la Liberté que chante la Vie.

Accepte le mariage éternel de la Lumière et de l’Amour se célébrant en ton Temple, et se vivant maintenant, sans condition et sans restriction.

Plaçons-nous ensemble sur le trône de gloire.

Plaçons-nous, si tu le veux bien, ici…

… Silence…

Le nouveau est né. En quelque circonstance de ton enfantement à toi-même, laisse se désagréger les oripeaux de la souffrance et de tout manque. Ne regarde ni derrière ni devant mais embrasse tout du même regard, en la même intensité de la Vie, en la danse de la beauté.

Donne tout, car il n’y a rien à perdre quand tout est donné. Et tout est là quand tu t’es vidé de ce qui passe et quand tu n’arrêtes rien de ce qui passe. Soit le Vivant, soit le Fils de l’homme que tu es. Toi, enfant de la loi de Un et de la Source Une, proclame et déclame ta Résurrection. Toi qu’anime le Verbe, tu es là et je suis là. Et l’infinie création des mondes se tient aussi là.

Souviens-toi, souviens-toi de ce qui te semble perdu et oublié. Et oublie tout superflu, oublie ce qui passe et qui est passé. Demain n’est pas né car il n’y a plus de demain, il n’y a plus d’hier, il n’y a même plus d’aujourd’hui, il y a « cela ». En l’Amour, nulle distance ne peut se créer, en l’Amour, nulle souffrance ne peut se recréer.

… Silence…

Toi, moi, lui, comme tout autre, en quelque forme et en quelque lieu. En l’Unique, tu es re-né. En le souffle du Verbe, tu es animé. Non pas seulement du souffle de cette vie, mais bien plus même que le souffle de l’Éternité.

… Silence…

Pose-toi, et dépose les armes de la souffrance. Laisse-toi revêtir de ta tunique sans couture qui n’est que Joie et Félicité.

Toi et moi, réunis en Lui, et unis dans la Liberté où aucun lien ne peut entraver le Souffle ou le Verbe.
Pose-toi, et là où tu es, où que tu sois, je suis aussi là, comme Il est là.

… Silence…

Sois comblé du don de la Grâce et d’Intelligence, te saturant à l’excès de ce qui jamais ne s’arrête, te remplissant à chaque souffle, toujours et encore plus. Repose-toi. Oublie même les efforts passés.  Là où nous sommes, tout est simple.

… Silence…         
                                    
Aime, cela n’est pas un ordre, cela n’est pas un conseil, c’est la seule chose possible et tangible.
Recueille-toi.

Et laisse-moi te recouvrir, et laisse-moi grandir, parce que je suis toi qui te parles depuis l’endroit où nul doute et nul faux ne peut émerger. Toi, perçois le calme à nul autre pareil, entre en paix avec toi-même et avec chacun en ton Éternité retrouvée.

… Silence…

Repose en paix et en joie.

La vie fait de toi le Temple de la sérénité où se sculptent les lumières de la Vérité et l’autel du sacrifice. Où le cœur est nu. Là d’où viennent tous contentements, là d’où viennent tous les parfums, là où tout est sanctifié.

Je m’adresse à ton cœur, je m’adresse à toi qui es le cœur.

… Silence…

Chantons ensemble le bonheur et la légèreté du cœur.

Écoutons ensemble la mélodie de la Vie.

Accueillons ensemble la vérité de notre Essence et recueillons ensemble les diamants de la Joie.

Je suis venu te redire que je suis là où tu es.

Je suis venu souffler et attiser ton propre souffle, exhalant alors la puissance de la Vie où tous les parfums se révèlent.

… Silence…

Partageons ensemble le pain de Vie et l’Eau de Vie. Rompons ensemble, si tu le veux bien, le pain, et buvons le vin de la célébration. Écoute, écoute ton cœur, qui bat, palpite et chante la Vie, et chante le Sacré.

Viens te poser avec moi là où tous les rêves sont possibles et bien plus réels que ta vie en ce monde où tu es.

Élève-toi en tout espace, et avant tout lève-toi en ton cœur. Deviens l’ami et l’aimé de toi-même, comme l’ami et l’aimé de chacun. Même de celui ou celle qui t’a offensé, car nulle offense ne peut demeurer et résister à l’Amour de ton cœur.

… Silence…

Dépose toutes les armes, tous les boucliers et toutes les armures, car quelle plus belle et plus efficace armure peut exister que ton corps d’Éternité.

… Silence…

En ton cœur, je suis l’ange de la Présence et l’ange du Retournement, l’ange de la Relation, l’ange de la Vérité. Je suis tous les anges qui se tiennent en ton cœur, chantant les louanges de la Vie, célébrant à chaque pulsation de ton cœur, la renaissance.

Ton Éternité est là, sans délai et sans distance, sans carence. Élève-toi dans la Grâce. Lève-toi de ce qui est mort. Lève-toi dans la Joie. Appuie-toi sur ma Paix.

… Silence…

Alors que chante à tes oreilles le chant de l’extase, alors que se lève en ton cœur le Cœur Ascensionnel, laisse œuvrer, car tu es l’œuvre et en même temps le ciseau qui sculpte, le pinceau qui applique la couleur, le crayon qui délimite la forme, toi, la toile et le canevas de vie.

Je pose en toi toutes les musiques de toute sphère. Je confie à ton cœur tous les cœurs de la terre. Je confie à ton cœur le secret de l’Amour qui n’a de secret que pour celui qui se détourne. Mais même celui-là a le même cœur que le tien et est mon cœur.

… Silence…

Alors trace la route où seule la Joie existe, où toute route ne te mène en définitive qu’à toi-même, en quelque boucle, en quelque ronde, comme en quelque monde que ce soit.

… Silence…

Écoute le Feu qui crépite dans l’Eau de ton corps.

… Silence…

Je viens te réveiller de ce qui encore peut dormir.

Je suis toi, je suis la Lumière, je suis chacun sur cette terre et toi de même. Cela, tu ne peux le comprendre ni même t’en saisir. Tu ne peux qu’acquiescer au don de l’Unique, tu ne peux qu’acquiescer à la danse de la Vie.

… Silence…

Oublie toute forme, ne t’encombre pas de formalisme ou de règles passées car il n’y a qu’une seule règle en la loi de l’Amour, la règle de l’Un.

… Silence…

Je suis toutes les couleurs de la symphonie d’un monde réel, nouveau, et pourtant si présent, et pourtant si connu.

Je t’invite à la nouvelle Terre ou aux nouveaux cieux.

Je t’invite à la Vie qui ne finit jamais.

… Silence…

Je t’invite à déclamer le règne de l’Amour.

… Silence…

En le Feu de la vibration, je t’attends. En le Feu de l’Éther, tu es attendu. Attente qui est certitude et là aussi Évidence. Écoute comme ton cœur se soulève. Écoute la Vie.

… Silence…

Laisse-moi t’emporter en les demeures d’Éternité. Laisse-moi t’emporter et te déposer dans le Temple de la Joie et de la Félicité.

Laisse-moi vivre en toi, afin que tu vives en moi.

En ces va-et-vient, il y a le Vrai qui ne bouge pas.

… Silence…

Je sollicite ton amour, je sollicite ton regard. Non pas seulement celui de tes yeux, mais ton regard intérieur.

… Silence…

Écoute l’intensité de notre Silence.

Écoute l’exubérance de toute vie où rien ne trépasse, où rien ne s’éteint.

Toi, l’Infini et le fini.

… Silence…

Chante tous les sourires de la vie.

… Silence…

Laisse-moi apparaître, au fur et à mesure que ta délivrance se déroule.

Nourris-toi de moi.

Laisse-moi te donner le rythme de la vraie Vie.

Laisse fleurir les fleurs de la Grâce.
… Silence…

Et là, en l’espace de mes mots et de mes silences, le rythme de la Vie s’expand, noyant ce qu’il peut rester d’incertitudes et d’éphémère, ressuscitant tout, dans la Grâce de l’Amour.

Donne-toi entièrement, sans aucune condition, au Feu de l’Amour, au Feu de l’Esprit.

… Silence…

Et laisse notre Présence jouer la liberté de vivre, la liberté d’être, sans limite et sans condition.

… Silence…

Es-tu là ? Oui, car je suis là.

… Silence…

Que chacun de mes mots et que chacun de tes souffles soit amoureux et l’expression de l’Amour.

… Silence…

Respire et sens le Souffle de Vie, de partout. Tu es chacun, le multiple comme l’Unique.

… Silence…

En la vibration de l’Amour, en l’Amour qui vibre…Ici et Maintenant, ici et partout. Comblant tout interstice et toute faille.

… Silence…

Je viens te bercer, en la mélodie du beau.

… Silence…

Toi qui m’as accueilli et m’accueilles toujours à chaque souffle, je te donne ma Grâce et je te donne ma paix.

… Silence…

Chacune de tes larmes n’est qu’une larme de joie signant ton retour à ce que tu es.

… Silence…

Je t’en ai fait le serment et je t’en fais l’offrande maintenant.

… Silence…

Dis-moi tout car même si tu ne parles pas et même si tu ne penses pas, je sais tout parce que rien ne peut rester caché en l’Amour et en le beau.

Entre avec moi en le Temple de l’Amour qui est en toute demeure.

Donne-moi ta main et je te donne mon cœur, sans réserve et sans délai.

… Silence…

Et entonnons ensemble le chant de la Liberté.

Et marchons ensemble sur les infinis sentiers de la manifestation.

Et reposons-nous ensemble, là où rien n’a encore émergé et pourtant tout est déjà créé. Accompagne-moi, en la perfection de l’Amour.

Porte-moi jusqu’à toi-même.

Emporte-moi en ton Éternité.

Ne bouge plus, ne retiens rien.

Laisse-moi maintenant te baptiser à chaque minute, par l’Eau de Vie et par le Feu Igné.

… Silence…

Faisons ensemble le Silence afin d’entendre chaque note de la Vie. D’où qu’il vienne et d’où que tu viennes, il n’y a pas de différence.

… Silence…

Viens, je t’attends. N’attends plus rien. N’espère plus rien.

… Silence…

Car tout espoir n’est qu’amour en gestation et le temps est à la naissance. Il n’y a rien à abriter, ni plus rien à protéger. Sois nu, dans la beauté de ton être, là où nulle pudeur n’est nécessaire, où il n’y a rien à cacher car tout est vu.

… Silence…

Il n’y a plus rien à dire, ni rien à médire.

Viens, là où tout est calme, là où rien ne manque.

… Silence…

Désormais je parle en toi et je ne cesserai jamais mes mots, ni même mes silences. Je ne laisserai plus ni espace ni temps pour l’effort ou la souffrance. Je te laisserai plein de toi et plein de moi, vide d’indifférence, vide de toute avidité, vide de toute peur. Ainsi est le baume de l’Amour, ainsi est le chant de la Vie.

Je t’invite au repos éternel, où rien ne peut s’agiter.

Invite-moi et accueille. Je suis là. J’ai toujours été là, et toi aussi.

Bénis-moi. Célèbre-moi.

Je ne te quitte plus, car jamais je ne t’ai quitté.

Le temps est venu de naître à nouveau.

En le silence, je demeure maintenant en ton Éternité, et je te bénis au centuple de ce que tu m’as béni.

… Silence…

Je te salue maintenant car en ton Face-à-Face et en ton seul à seul, il n’y a qu’apparence de solitude. Laisse éclater la Lumière en chaque facette de ton cœur.

Je me tais maintenant et demeure dans le silence, en toi.

À chaque souffle je ne pourrai te dire que bonjour, car il n’y aura plus jamais d’au revoir.

Et je te dis merci, depuis le fond de ton cœur.

Et je te dis bonjour, car je m’installe à demeure.

Je te laisse écouter ton cœur, je te laisse t’entendre, je te laisse célébrer, mais je ne te laisserai plus jamais.

… Silence…

Tout commence.

… Silence…