SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

14 avril 2016

Carnets d'Avril 2016 - Chroniques de l'Ascension

Chroniques des Melchisédech "Le Masculin Sacré"

S.R. : « Le bien et le mal »



Je vous salue, sœurs et frères en incarnation. J’ai bien évidemment moi aussi connu l’incarnation, et mon ultime vie a été guidée par le fait de vous donner, à travers d’innombrables conférences, des données inconnues au sein de ce qui fut appelé l’hermétisme chrétien ; mais peu importe aujourd’hui cela. J’ai accepté de m’exprimer parmi vous en ces temps de la Terre, non pas pour délivrer des enseignements ou des histoires concernant la Terre mais afin d’appeler votre attention en ce qui se joue aujourd’hui sur votre positionnement au sein de la vie. Je ne reviendrai que sur un élément de mon ultime vie : j’ai passé mon temps à dévoiler, au travers des symboles et de l’histoire, le combat incessant qui se menait entre le bien et le mal - j’y ai même laissé ma vie. Aujourd’hui, en ce que vous vivez et ce que vous avez à vivre en cette période, le bien et le mal, en quelque sorte, n’ont jamais été aussi apparents et évidents.

Je viens essayer de vous faire saisir ce que peut représenter aujourd’hui l’écueil du bien et du mal. Cela part d’un constat très simple, constat qui est exacerbé aujourd’hui, il s’agit justement du bien et du mal. En votre soif de vérité, en votre vibration et en votre conscience, vous ont été communiqués durant toutes ces années nombre d’éléments historiques et antérieurs à l’ère chrétienne, concernant l’enfermement de la Terre, la coupure avec la Vérité. La recherche du bien, la recherche de l’Amour, a été un objectif spirituel fondamental dans toutes les traditions, mais ceci ne vous permettra jamais de dépasser la dernière strate de l’enfermement, ce qui revient à dire, comme cela vous a été longuement expliqué dans toutes ces années, que ni le bien ni le mal ne vous permettront de sortir de l’illusion de ce monde.


Le bien ne doit pas être poursuivi comme un idéal ou comme une façon d’améliorer son sort ou ce monde, tout en étant bien conscient que dans les circonstances jusqu’à récemment de ce monde, le plus important bien sûr était le bien. Or, comme vous le constatez sur terre aujourd’hui, plus la Libération accomplit son œuvre, plus ce qui fut nommé le mal semble plus intense. Il y a donc une forme d’expansion du cœur donnant accès au beau, au bien et à l’Amour, qui s’accompagne, comme vous le voyez de manière collective, de choses apparaissant sur l’écran de votre conscience, de plus en plus fortes dans le mal comme dans le bien.

Rappelez-vous que j’y ai perdu la vie, car comme certains enseignements orientaux nous le disent, on ne règle pas le problème du mal en luttant contre le mal mais en faisant grandir le bien, et aucun bien ne peut s’opposer au mal. Le bien grandit de lui-même, mettant fin au mal. Aujourd’hui où l’ensemble de ce qui vous a été caché - par le processus vivant de l’Apocalypse - se révèle chaque jour un peu plus, il peut être fort tentant d’entrer en réaction, en lutte ou en combat contre ce qui vous a enfermés, aussi bien dans vos croyances que dans l’histoire du monde.

Les stratégies mises en œuvre jusqu’à aujourd’hui dans le plan de Libération de la Terre est certainement le processus qui a donné, dans l’ensemble des systèmes solaires enfermés, le maximum de résultats, et cela au travers de la vision de ce qui est bien et de ce qui est mal, en vous comme à l’extérieur de vous, mais surtout en dépassant toute dualité présente à la surface de ce monde, non pas en luttant contre, non pas en s’opposant, mais bien plus en laissant grandir la Lumière et l’Amour..

En ces temps de Révélation troublés qui se sont ouverts à vous en cette année, vous concernant à titre individuel comme de façon collective - et peut-être plus qu’auparavant -, la Lumière et son Intelligence vous demandent, par l’action de Grâce et l’état de Grâce, de laisser grandir la Lumière. Pour cela, il y a peut-être à reconfigurer, si je peux dire, aussi bien vos conceptions que vos perceptions concernant le bien et le mal. Le bien et le mal est l’expression inéluctable d’un monde de 3ème dimension dissociée et ce jeu, comme vous le savez, est sans fin parce que tout ce à quoi vous allez vous opposer, même en la vérité du Christ présente en vous, va se renforcer dans les réactions habituelles de ce monde, surtout en cette phase particulière.

Je viens donc vous inviter à ne pas reproduire en quelque sorte les erreurs passées, non pas nécessairement les vôtres mais les erreurs passées de l’humanité. Le bien ne combat jamais le mal, sinon il renforce le mal, le bien se déploie de lui-même par les conditions particulières de la Terre et de votre état d’être en ce moment. Bien sûr, l’Intelligence et l’éclairage de la Lumière vont vous donner à voir de plus en plus précisément vos travers comme les travers de la société et de chaque frère et sœur pouvant encore exister, endormi, éveillé ou libéré.

Ceci n’est pas un combat, ceci est bien plus une reddition de la fatuité de ce combat bien-mal qui en définitive ne fera toujours que permettre à la dualité de se manifester. Comme cela vous a été longuement enseigné par l’Archange Anaël durant l’année des Noces Célestes, l’Unité ne peut pas découler de la dualité. L’Unité peut être vécue intérieurement mais ne pourra jamais apparaître en totalité comme règle de vie, comme règle sociale, comme règle d’expérience sur un monde nommé dissocié, parce qu’il n’y a aucune capacité à voir au-delà du jeu, même dans la conscience la plus pure, et que vous avez certainement l’occasion dans votre vie, durant ces années écoulées, de constater par vous-même les résultats d’une telle lutte qui ne fera que renforcer le mental, renforcer l’agitation et vous éloignera du silence dont vient de vous parler Maître RAM.

Le bien ne sera jamais l’opposition au mal, mais le bien s’impose en tant qu’évidence en faisant grandir le bien ; en le faisant grandir ne veut pas dire agir dans un sens ou dans l’autre mais bien plus d’être disponible pour la Lumière. Les circonstances du début du XXème siècle sont profondément différentes des expériences du début du XXIème siècle, même si ce qui est donné à voir semble être l’enfoncement de l’humanité au sein de l’âge sombre nommé par nos frères orientaux le Kali Yuga. Ce que vous vivez ne sont que les dernières convulsions de la dualité à l’agonie, en vous comme en toute structure sociétale, comme en toute interaction en ce monde.

Christ avait dit : « Laisse les morts enterrer les morts et suis-moi. ». Il avait dit aussi : « Êtes-vous prêts à tout perdre ? ». C’est ce que vient vous demander la Lumière aujourd’hui. Acceptez-vous le sacrifice - et ce dans le sens le plus noble et le plus élevé - de votre vie ici-bas pour votre vie éternelle? Là est en quelque sorte le seul combat qui se vit actuellement. Il n’est pas dans les guerres et les conflits que vous voyez mais il se joue en vous et ne demande rien d’autre que votre reddition et votre sacrifice. Que vous le nommiez le Christ, la Lumière ou la Source, ou par le nom d’un Archange ne change rien. Il n’y a que quand vous vous êtes donné entièrement que tout vous est donné. Tant que vous comptez ce que vous donnez, la Lumière ne peut être entière. Les temps actuels de la Terre vous appellent certainement à voir partout ce qui semble être ce combat entre les forces archaïques de prédation résiduelles - existant en chacun de nous quand nous sommes incarnés - et le neuf et le nouveau. Ce neuf et ce nouveau, vous le savez, ont été nommés l’Inconnu parce qu’il correspond à rien de similaire ou de superposable avec la vie sur ce monde.

Comme vous le savez, ou comme vous le percevez ou peut-être le vivez, l’ego, la personne, ne peut jamais accepter sa propre mort parce qu’il y aura toujours, de manière conditionnée au sein de la dualité, le réflexe de survie, le réflexe de perpétuation de l’espèce avec un rêve d’amélioration, d’un monde meilleur. Je suppose que vous êtes extrêmement nombreux et de plus en plus nombreux à voir la vanité de cette démarche spirituelle et son utopie. Il n’y a pas d’autre issue que le cœur. Toute connaissance, même la plus étendue qui soit, comme vous l’a là aussi explicité longuement l’Archange Jophiel avant les Noces Célestes, se trouve aujourd’hui caduque et je dirais même risible pour celui qui voit clair et qui n’est plus inscrit donc en une personne ou en une histoire. Le plus dur, pour les frères et les sœurs qui sont dans une démarche spirituelle - que je mettrais entre guillemets - depuis fort longtemps.

Il vous est donné aussi de vivre des moments d’Amour que rien ne peut expliquer, ni en leur causalité ni en leur finalité. C’est la spontanéité de la Grâce qu’il vous est donné de vivre, avec différentes amplitudes, à différentes fréquences, mais la clé est là, il n’y en a pas d’autre ; c’est la fameuse Porte Étroite. C’est aussi la venue de Celui qui viendra comme un voleur dans la nuit et que vous vivez, pour un nombre toujours plus grand d’entre vous, comme votre disparition ou votre Amour qui vous tombe dessus indépendamment de tout sujet, de tout objet et de toute cause. Là est la vérité, il n’y en a pas d’autre.

Tout ce qui peut être expliqué, tout ce qui peut être compris, tout ce qui peut être su, tout ce qui peut être connu, n’a rien à voir avec la Lumière, si ce n’est une lumière déviée nommée le principe Luciférien. La mission de l’Archange Mikaël, qui est maintenant achevée, a été de permettre à la pureté du principe Christique d’émerger de vous, venant de vous, vous dépouillant des ultimes voiles, des ultimes illusions, des ultimes croyances.

En la dernière bataille de l’Apocalypse qui se joue aussi bien dans votre corps qu’à la surface de ce monde - appelée dans la Bible la bataille de Megiddo ou « de tous contre tous » -, vous serez appelé par la Lumière comme par la société, comme par ce qui peut rester en vous de résistances ou de blocages, à participer d’une manière ou d’une autre à ce conflit, qu’il se déroule encore une fois à l’intérieur de vous-même, comme c’est le cas dans le Face-à-Face en sa phase ultime, comme c’est le cas au sein des nations du monde.

C’est dans ce combat que nombre d’entre vous découvrirez la futilité et l’inutilité même de ce combat. Vous ne pouvez et vous ne pourrez évidemment, de moins en moins, dépasser ce combat. Le gagner ou le perdre en effet ne servirait à rien tant que vous ne vous êtes pas trouvé au Cœur du Cœur en votre éternité. Et en vous trouvant en le silence intérieur, en la spontanéité, en l’humilité, en la simplicité, en la Nouvelle Eucharistie, vous apparaîtra clairement la futilité, l’inutilité et je dirais même le côté destructeur de ces combats pour le bien, ou pour le mal, qui ne sont que les deux revers d’une même pièce appelée Illusion.

Les circonstances de la Lumière à la surface de ce monde en plein déploiement vont amener de manière brutale en vous l’actualisation de ce qu’il reste à éclairer. Gardez présent à l’esprit que vous ne pouvez lutter contre vous-même, c’est-à-dire contre aucun de vos frères et sœurs, fussent-ils dans un comportement que vous pourriez qualifier de plus opposé à la Lumière ou de plus abject, vous ne pouvez que l’englober, que l’aimer. Cela est la seule façon véridique d’être le bien sans penser au mal car tout mal - vu - ne peut être que présent en vous parce qu’il est vu à l’extérieur.

Les forces d’enfermement du principe Luciférien ont largement abusé de ce jeu de rôles. Celui-là vous apparaît déjà pour beaucoup d’entre vous, à l’intérieur de vous-même, entre vos pensées contradictoires, vos comportements parfois opposés, dans les doutes, dans les colères ou dans les peurs qui peuvent encore s’inscrire et se manifester. Mais celles-ci s’inscriront de manière indélébile dans le collectif de l’humanité ; vous le savez, le bien-aimé Jean - ou Sri Aurobindo - vous en a parlé longuement concernant le Choc de l’humanité. Je remets cela en votre conscience à l’ordre du jour car où que vous soyez, c’est ce qui se joue partout autour de vous comme partout en vous.

Cet ultime combat de tous contre tous, la bataille de Gog et Magog, n’est qu’une illusion de plus où seule votre bienveillance et la Lumière émanée de votre cœur, celle que vous avez reçue d’en haut, d’en bas, de partout durant ces années, va devenir majeure et occuper, je dirais, la conscience collective de l’humanité.
Parallèlement à cela, la Lumière, au plus haut des cieux, est descendue jusqu’à vous. Vous aurez donc la faculté de vivre les deux archétypes des mondes enfermés, du bien et du mal : le principe Christique ou Mikaëlique et le principe que j’ai nommé Luciférien ou Ahrimanien.

Comprenez bien que la scène de théâtre est avant tout en vous, avant d’être manifestée collectivement partout. Retenez simplement que quelle que soit votre histoire et quelle que soit l’histoire de l’enfermement de ce monde, il est un temps où le pardon et l’Amour est la seule arme véritable et où tout le reste ne représente que des succédanés de Liberté et des luttes stériles qui maintiennent - ou essaieront de maintenir - un enfermement, ce qui vous le savez est impossible au niveau collectif.

Nombre de marqueurs vous ont été communiqués, que cela soit au travers des vibrations, que cela soit au travers des discours ou des expériences ; appuyez-vous sur ceux-ci afin de traverser ce que chacun d’entre vous a à traverser. N’oubliez pas que le principe Luciférien - qui n’a plus rien à voir avec l’Archange Lucifer mais le nom est resté -, ou Ahrimanien (ce que je préfère de loin), sont des forces de fossilisation de la vie qui visent à enfermer la conscience dans ce que je nommais de mon temps la bête binaire, c’est-à-dire l’informatique, afin de transférer la conscience imprimée dans un corps biologique, dans un corps électronique. Cela est la finalité du mal, tel qu’il se croit existant, en vous comme partout. C’est ce combat-là qui se déroule même à votre insu et retenez que la clé est votre cœur, non pas en s’opposant, non pas en luttant, mais dans le sacrifice sacré de tous les éphémères de la terre.

C’est un moment où, paraphrasant le Christ, je peux dire : « Cherchez le Royaume des Cieux qui est au-dedans de vous car vous êtes sur ce monde mais vous n’êtes pas de ce monde, et d’ailleurs vous n’êtes d’aucun monde, car au-delà de ce qui fut nommé vos origines stellaires et de vos lignées, il y a l’Unique et qu’au-delà de l’Un, il y a le Zéro ou l’Absolu.

Gardez présent à l’esprit que certains archétypes en phase d’agonie sur la terre connaissent parfaitement le jeu, ses tenants et ses aboutissants, afin de vous maintenir dans des jeux divers et variés. Le Cœur du Cœur n’a besoin d’aucun jeu ni d’aucune expérience parce qu’il est la plénitude à lui tout seul et la totalité des expériences à lui tout seul, ce qui ne vous prive d’aucune expérience où qu’elle soit située, en quelque Demeure du Père que ce soit.

Ce que je suis venu exprimer aujourd’hui, c’est de ne pas vous laisser abuser ou détourner - par les circonstances de votre personne, de votre vie ou de ce monde - de ce que vous êtes en vérité. Ce que vous êtes en vérité, vous le savez (vous l’avez vécu peut-être), ne peut être référencé à aucune histoire autre qu’à une logique primaire et binaire bien-mal, zéro-un ou dualité. Quelles que soient vos expériences intérieures de cette période, qu’il vous semble progresser ou qu’il vous semble régresser, rappelez-vous qu’il n’y a besoin de nulle progression ni de nulle régression, qu’il y a juste à être ce que vous êtes, en l’humilité, en la simplicité, sur beaucoup de concepts et de mots qui vous ont été donnés durant ces années et plus particulièrement durant ces mois écoulés.

Ceci est donc une invitation, au-delà de la mise en garde, à respecter ce que vous êtes en le Cœur du Cœur. Quelles que soient les expériences qui vous ont été données de vivre dans la Lumière ou dans la matérialité, elles ont toutes eu leur utilité pour vous amener à ce point précis de cette histoire falsifiée. Et au-delà de toute apparence, comme au-delà de toute souffrance, il n’y a qu’une vérité et elle ne dépend de personne - ni d’histoire, ni d’Archanges, ni de nous Anciens, ni d’Étoiles - parce que vous rentrez dans la phase ultime de la relation qui est la relation entre vous et vous, vous en ce que vous croyez, en ce que vous apparaissez, et vous en ce que vous êtes au-delà de toute forme et de toute histoire.

Rappelez-vous de cela dans les moments difficiles, les vôtres comme ceux de la Terre, parce qu’en fait il n’y a rien de difficile au-delà des apparences, et que seul ce qu’il peut rester d’adhésion à ces apparences peut entraîner souffrances et réticences. Je ne peux que confirmer que le cœur est d’une simplicité enfantine qui n’a besoin d’être enrobé d’aucune connaissance ou d’aucune expérience, aujourd’hui plus que jamais, non plus à l’échelon de quelques êtres réalisés mais à l’échelon de chacun.

Mes mots s’arrêtent maintenant.

Bien que certains d’entre vous m’aient peut-être reconnu, cela n’a aucune importance parce que la seule reconnaissance véritable est celle du cœur et que toutes les autres ne sont liées qu’à des histoires ponctuelles. Ainsi, ici comme ailleurs, vous qui êtes en train de lire ou d’écouter ce que j’ai dit, je vous salue en le silence intérieur et en la beauté que vous êtes.

Je vous remercie de votre attention et de votre présence.

… Silence…

Je terminerais par ces quelques mots : bien sûr, en tant qu’humains incarnés, vous avez besoin de nommer ; alors je me nommerai, si vous le voulez bien, par ces deux lettres : SR, si je dois revenir vers vous, de cette façon ou de tout autre façon. Ne restez pas prisonniers des titres ou des noms passés que nous avons portés les uns et les autres.

Je vous apporte mes bénédictions.

… Silence…

Au revoir.