SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

14 avril 2016

Carnets d'Avril 2016 - Chroniques de l'Ascension

Chroniques des Melchisédech "Le Masculin Sacré"

RAM: «Le Silence »




Je suis RAM. Permettez-moi, frères et soeurs, de vous saluer. Me revoici parmi vous, accompagné de l’Esprit du Soleil. Communions ensemble, avant que je ne m’exprime sur le Silence.

… Silence…

En tant que Melchisédech, voilà de nombreuses années - à une autre époque, avant la Libération de la Terre -, où je suis venu parmi vous exprimer un certain nombre d’éléments concernant la respiration et le silence. Je vais donc poursuivre aujourd’hui, ajustant mes mots, mon discours, aux circonstances actuelles de votre vie. Le silence dont je vais vous parler aujourd’hui n’est pas simplement le silence des mots mais bien plus le silence de l’éphémère en toutes ses composantes. Le plus important aujourd’hui dans votre Face-à-Face, seul face à vous-même, le silence va concourir à établir la spontanéité. Ce silence-là rejoint le principe de la vacuité et de la plénitude, car dès l’instant où la personne présente en ce monde que vous êtes fait le silence de ce qui est émis au sein des structures éphémères, est un élément essentiel en la période qui précède l’Évènement.


Trouver le Silence permet de faire la paix avec soi-même et laisse le Soi et l’Infinie Présence apparaître en votre conscience. Retenez avant tout que le Silence doit devenir évidence et facilité. C’est le silence non pas seulement des mots, non pas seulement des sens, mais bien plus le silence qui accompagne la paix lorsque les émotions et le mental se sont tus. Ce dont je parle aujourd’hui n’a rien à voir avec une méditation ou un exercice quel qu’il soit. Le silence de la personne va permettre la manifestation plus aisée de l’éternité de l’Amour et de la Lumière à l’intérieur même de votre conscience ordinaire.

Le Silence est l’élément qui va permettre de mettre fin à la séparation en ce qui vous apparaît comme intérieur et comme extérieur, laissant apparaître le déploiement de la Vie en son Intelligence et en sa beauté. Le silence intérieur n’est pas l’absence de relation mais bien plus la relation vraie et juste, facilitant en vous l’installation définitive de l’Amour et de l’Éternité. Ce silence-là s’apparente au recueillement ou à la prière du coeur, cette prière du coeur qui ne veut rien d’autre que l’émergence du beau et du vrai, que l’émergence de ce qui ne fait pas que passer et qui est là éternellement.

Le Silence dont je vous entretiens peut être favorisé de différentes manières. Ainsi donc je me propose de vous donner les éléments qui vont concourir à vous faire trouver, si ce n’est déjà fait, le silence qui accompagne et précède l’émergence du masculin sacré, le retour aussi à l’androgynat primordial, celui qui ne connaît ni différenciation, ni sexe, ni polarité.

Le Silence n’est pas une réflexion ni un travail. C’est un état où l’Évidence prévaut, l’évidence de la Lumière et de l’Amour, au-delà même de toute perception préalable, que cela soit au niveau des sens ou des mécanismes spirituels. Le Silence permet l’accueil inconditionnel de la vérité de l’Amour, de ce que vous nommez en occident : le Christ. Le Silence peut apparaître en toute circonstance de vos vies. C’est ce silence qui est le témoin de la Paix et de la Joie. Ce silence, je le reprécise, est intérieur. Il n’a rien à voir avec le silence des mots ou le silence du regard, c’est le silence de la personne qui s’efface d’elle-même en la majesté de la beauté et la majesté de l’Amour.

Le Silence va vous aider à transmuter les derniers éléments du feu vital en Feu vibral. Le Silence débouche sur la spontanéité, sur la clarté et sur la précision, non pas de ce qui est vu mais bien plus dans l’intensité de ce qui est vécu dans ces moments-là.

Le Silence a la capacité aussi de faire disparaître le témoin ou l’observateur. Le Silence permet de dépasser les limites inhérentes à l’histoire de votre personne et inhérentes à votre condition. Le silence facilite le déploiement de la Lumière depuis le coeur-centre que vous nommez le Coeur du Coeur. En le Silence, la respiration se modifie, le rythme cardiaque change, le corps se relâche. Quand le silence intérieur s’installe, il y a perte des repères habituels, aussi bien de l’emplacement de votre corps que de l’emplacement de votre conscience. Celle-ci n’est plus localisée ni dans le corps, ni dans une partie du corps, ni même en un centre d’énergie.

La Demeure de Paix Suprême, la Joie, qui précède la a-conscience, est très exactement ce qui se produit déjà dans vos vies dans les moments d’amour intense ou dans les moments de disparition. Si vous l’avez déjà vécu, ou si vous allez le vivre, vous avez remarqué ou vous remarquerez que dans ces moments-là il ne peut exister de questions, il ne peut exister d’interrogations ni même de mise en doute de ce qui est vécu, d’autant plus que le contraste est surprenant entre l’état habituel de votre conscience et l’état du silence intérieur.

Le Silence n’est pas l’apanage d’une Étoile, d’un Archange ou d’un Ancien, le Silence est inhérent à la Vie. De la même façon que la graine germe sous la terre dans l’alchimie de son oeuvre au noir, le silence intérieur va vous conduire, dans cette période propice, à laisser émerger la manifestation tangible du Coeur du Coeur, de votre paix et de la joie de l’Amour. Le Silence n’est pas l’observation de l’observation mais la disparition de l’observateur. En la disparition de l’observateur, l’observation peut demeurer même s’il n’y a personne pour réellement observer. Le Silence, comme je l’ai dit, est donc Évidence. Évidence de la Vie, évidence de l’Amour.

Le silence intérieur est le moment où au-delà de la cessation des pensées, des émotions et de la perception du corps, s’ouvre un espace différent, un espace où vous ne pouvez vous appuyer sur aucun repère, sur aucune expérience passée et sur aucune projection d’un idéal ou d’un but. Le Silence vous vide de votre éphémère, il pacifie le Face-à-Face et vous fait découvrir, dans la solitude, la plénitude et la multiplicité.

Le Silence procure une acuité et rend tangible en votre monde, votre éternité. Dans le silence intérieur, la conscience n’a plus de désir ni de volonté de s’accrocher à quelque manifestation que ce soit. Paradoxalement, le Silence vous révèle votre Essence, antérieure à toute manifestation et pourtant en votre monde, sur cette terre, fait manifester par elle-même et pour elle-même la Lumière et l’Amour. Il n’y a pas à proprement parler de règles ou de techniques à observer mais il existe néanmoins des éléments facilitants à l’apparition du silence intérieur ; ceci vous a été longuement explicité, en particulier dans le rôle de l’observateur. Le silence intérieur procure la paix et la joie sans effort.

Ce silence intérieur peut être perçu par la personne, et son corps qui le vit, comme un trou noir où il n’y a nul repère possible, où il ne peut exister la moindre demande, le moindre but. Le Silence accompagne la révélation de l’instant présent. Au fur et à mesure que ce silence intérieur grandira en vous, par la répétition de ces séquences de silence intérieur, émergera du Cœur du Cœur la Grâce en action, visible, perceptible et sensible. Le silence intérieur ne peut être obtenu en luttant contre ses propres pensées ou contre son propre mental, ou contre ses propres émotions. Le silence englobe tout cela, il est d’ailleurs le support des émotions, des pensées et du corps.

Ce silence intérieur va amplifier, dans la paix, le Face-à-Face. C’est donc le moment où la conscience ne peut se raccrocher à aucune identité, à aucune histoire, à aucun lieu, à aucune supposition. Arriver à cela peut être facilité par des techniques fort simples qui vont en quelque sorte favoriser l’éclosion du silence intérieur.

La première façon est de vous repencher sur ce que j’ai pu dire voilà de nombreuses années concernant la réponse du Silence. Le Verbe lui-même, qui est au commencement, prend appui sur le Silence. Le silence intérieur, quand il apparaît, va donner une densité, un poids, à l’Amour et à la Lumière, le rendant palpable. Respirer par exemple, et être conscient de sa respiration, est une bonne aide. Porter sa propre conscience sur le Nada ou chant de l’âme perçu dans vos oreilles peut être aussi un vecteur important, permettant au Silence d’apparaître.

Une deuxième ou une troisième façon de favoriser le silence est de réaliser une forme d’enquête dont j’avais déjà parlé de mon vivant comme dans mes interventions - et qui a été aussi évoquée par Bidi - va consister à mener le soir, en position allongée et donc avant le sommeil, d’enquêter, plutôt de faire une rétrospective de votre journée qui vient de s’écouler, non pas pour la juger, non pas pour en apprécier les bonheurs ou rejeter les peines, mais simplement pour préparer votre sommeil à être source de Silence. Dans le Silence, il y a évidence de la Lumière et de l’Amour.

Le silence intérieur s’accompagne d’une immobilité perçue, du corps comme de la pensée et des émotions. Si émotions et pensées arrivent, celles-ci sont comme suspendues et hors du temps. Ceci constitue des prémices du silence intérieur. Le silence intérieur vous donne à accroître la paix que vous avez déjà touchée par expérience, par moment ou de façon plus durable. Le Silence alimente aussi la spontanéité et la simplicité, elle vous rend disponible - disponible à vous-même, au-delà de toute personne. Le Silence conduit de manière naturelle à l’extinction des jeux de la conscience, vous donnant peut-être à voir ces jeux mais ne vous y emmenant pas.

Dans le silence intérieur, le déploiement et les manifestations de la conscience apparaissent pour ce qu’ils sont mais n’impliquent pas le mouvement de votre conscience sur ces manifestations de la vie et de la conscience. Silence et immobilité vont de pair. Ils donnent en quelque sorte une assise ferme à la Lumière et à l’Amour qui ne sont alors conditionnés ni par aucun résultat, ni par votre histoire, ni par aucun but.
Le Silence concourt donc à établir la vision du Cœur, la vision sans voir, où rien n’a besoin d’être vu justement parce que tout est évident. Le silence intérieur vous donne accès aux rouages de la conscience elle-même, débouchant sur une paix plus grande et un équilibre plus grand. Cela vous donne une assise dans le cœur, à votre être éternel.

… Silence…

En le silence intérieur, tout peut être vu dans ses rouages et ses mécanismes, pas seulement de la conscience mais aussi ce qui est nommé émotion, pensée et mental.

Le Silence enfin est l’état adéquat où la Lumière peut circuler librement, vous traverser et être émise depuis le Cœur du Cœur. En définitive, le silence intérieur vous extirpe littéralement des souffrances éphémères liées à l’activité des structures éphémères. Ce silence intérieur stabilisera enfin tout ce qui peut vous sembler souffrant à l’intérieur de votre personne - que vous n’êtes pas. Les structures éphémères qui vous constituent en ce monde où vous êtes encore incarnés, n’existent que par le jeu du Yin et du Yang, ou si vous préférez des forces alternantes de la dualité, que cela soit à l’échelon de l’atome, de la cellule, des organes, des corps subtils ou encore de la conscience elle-même.

C’est justement dans l’immobilité du silence intérieur que les jeux de la conscience vous apparaissent avec le plus de netteté, pour ce qu’ils sont. Les jeux de la conscience ne sont en effet que des mouvements de va-et-vient, des mouvements qui permettent de se voir soi-même dans les jeux de la Création, quelle que soit cette création, originelle ou falsifiée. Le Silence est donc la solution au brouhaha des pensées, des émotions et des interactions avec ce monde, mettant fin par là même au jeu de va-et-vient et qui abolit donc toute distance entre les notions d’extérieur et d’intérieur. C’est dans ce silence que se produit l’alchimie du masculin et du féminin ou des forces antagonistes et complémentaires.

Je pourrais dire aussi que dans une certaine mesure le Silence est l’antichambre de l’Absolu. C’est l’expérience qu’un nombre toujours plus important de frères et de sœurs humains incarnés en ce monde vivent à des degrés divers lors des expériences transcendantes ou des expériences de mort imminente. Après le tunnel, après la rencontre des formes ayant été importantes dans vos vies, après la traversée de la lumière du soleil, il y a ce qui est au-delà de la Lumière : c’est le Silence, l’Absolu.

Le Silence est certainement l’une des dernières perceptions pouvant se manifester en la conscience élargie.

Le Silence va vous permettre de magnifier l’écoute et l’accueil de tout ce qui émerge, de vous ou en vous.

Au même titre que l’afflux de Lumière est capable de régénérer et de guérir ce qui doit l’être, le Silence signe la reddition de l’éphémère à l’Éternité.


Dans le silence intérieur, vous fortifierez l’axe vertical de la colonne vertébrale et vous donnerez une assise à l’émergence de la Lumière en votre monde et en votre incarnation.

… Silence…

En ce silence intérieur nous allons nous installer ensemble, sans objectif et sans but que simplement d’être, non seulement là où vous êtes mais en chaque conscience comme en chaque point de cette terre et de l’univers, avec la même clarté et la même précision.

Et là où il n’y a plus rien à voir ni à percevoir, l’identité d’être une personne se fond dans l’être, laissant apparaître la source même de la conscience.

… Silence…

En le silence intérieur, le jeu de la dualité ne peut se maintenir et ne peut perturber votre personne.

… Silence…

En le silence intérieur, le silence des mots n’est pas présent car les mots spontanés s’appuient sur ce Silence.

Alors la langue des anges peut être émise, de la même façon que la Source ou l’Ultime l’ont fait.

… Silence…

En le silence intérieur, le sens d’être une personne apparaît réellement pour ce qu’il est : une illusion. En le silence intérieur, l’Amour se déploie et se révèle en vous, comme au monde.

… Silence…

En le silence intérieur, le Feu vibral devient votre source principale de votre vie.

Parallèlement, ce silence intérieur va vous préparer de manière la plus adéquate à vivre l’Évènement. Retenez que dans le silence intérieur il n’est pas nécessaire, même si cela est utile, de faire le silence des mots.

En le silence intérieur, la connexion au Coeur du Coeur vous apparaît, réalisant en quelque sorte, en vous, une invulnérabilité inconditionnée, ne dépendant de rien ni de personne.

En le silence intérieur, ce qui peut rester en vous de pulsions, d’obsessions, de freins, s’évanouissent d’eux-mêmes. Vous remarquerez d’ailleurs, si ce n’est déjà fait, que dans certaines circonstances à traverser au sein de la personne que vous êtes - en apparence - sur ce monde, le Silence est une grande aide parce qu’il laisse la place à la Lumière et à son Intelligence.

… Silence…

Ainsi est le silence intérieur où tout est réponse, où tout est Un.

… Silence…

En le silence intérieur, enfin, s’installe la Demeure de Paix Suprême.

… Silence…

Voici donc les quelques mots et les quelques silences que j’avais à vous donner sur le silence intérieur. Je salue et bénis votre Présence, tout en demeurant avec vous encore quelques instants, où que vous soyez, dans le silence intérieur ou à ses portes.

… Silence…

Je suis Maître RAM, permettez-moi de déposer en vos coeurs notre communion Une, et je salue votre beauté et votre éternité.

À plus tard.