SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

11 mars 2016

O.M. Aïvanhov – Mars 2016 – Partie 2

Source: lestransformations (Partie 1 à venir très bientôt)

Omraam Mikaël AÏVANHOV

Clarifications 2ème partie

Eh bien chers amis nous allons reprendre notre débat, si on peut dire, et les clarifications  qui vous semblent utiles. Alors bénédictions, moment de silence en communion…

… Silence…

Eh bien nous écoutons la prochaine question.

Question : octobre 2011, décembre 2012, janvier 2016, trois échéances clairement annoncées et orchestrées par vous pendant des mois et parfois des années, échéances chaque fois dépassées dans le silence, sans réelles clarifications de votre part. Cette « imminence chronique » que vous cultivez, est-elle une stratégie de la Lumière pour nous amener à la fine pointe de la conscience et de l’abandon ?

Je ne crois pas, non. En 2012, c’était une transformation et comme je l’ai dit, il me semble, dans l’entretien précédent, ces épisodes de dates se reproduisent très régulièrement. Je ne vais pas replonger dans le passé de l’humanité mais vous savez qu’il y avait déjà eu des périodes où tout le monde attendait avec effroi, je dirais, par exemple en l’an 1000. Moi je vous ai parlé des échéances antérieures même à 2011 qu’était par exemple l’année 2000, où il ne s’est rien passé de visible. Il faut bien comprendre, et nous l’avons expliqué à chaque fois, que l’avancée de la Lumière représentée par l’Appel de Marie et l’arrivée d’Hercobulus suivait une dynamique, si je peux dire, et une cinétique qui n’avaient rien à voir avec le temps tel que nous le comprenons quand nous sommes incarnés.

Maintenant, quand nous avons parlé de la libération de la Terre, effectivement cette étape s’est réalisée. Elle s’est réalisée à travers des symptômes, des signes que vous avez vécus dans vos corps. Maintenant, quand vous parlez de finalité, que ce soit à travers cette question ou la plupart des questions, vous attendez tous la fin de cette 3ème dimension. Mais cette fin, elle se produit en vous individuellement, jusqu’à un certain seuil, à la fois en intensité et je dirais en nombre de frères et sœurs qui vivent des processus. Aujourd’hui il n’y a plus rien de tout cela. J’ai dit la dernière fois, en décembre, qu’il y avait un compte à rebours, une date butoir, un phénomène d’élastique, et j’ai même dit que les méchants garçons, comme je les ai appelés pendant des années, ne pourraient rien. Il en est effectivement ainsi.

Il n’y a pas de stratégie de carotte et de bâton maintenant, parce que les processus sont directement en cours. Mais maintenant cette question comme nombre d’autres ne font que traduire, si je peux dire, l’impatience de la personne au sein de son limité, qui veut retrouver la totalité de son éternité ou de son illimité, ou de son éternel, ou de son Êtreté, vous l’appelez comme vous voulez, de manière irrémédiable, définitive et claire pour l’ensemble de l’humanité.

Je vous ai dit, dans la dernière question avant notre pause, que ce processus était acté. Il était acté, il est inscrit, il est inscrit dans des dates, et j’ai dit aussi que nul ne connaît la date de la fin de la 3ème dimension. Le cycle qui s’est produit entre 2005 et 2012 était le cycle de libération de la Terre qui a été accompli, je dirais même, en février de l’année 2012. Ensuite, il y avait des probabilités qu’il y ait concordance avec certaines dates que vous avez connues parce que nous en avions parlé et qu’elles sont omniprésentes, qui était le calendrier Maya. J’ai dit aussi tout à l’heure, que représentent voire cent ans dans un cycle de 52 000 ans ? Alors bien sûr, pour votre vie limitée qui dure en général moins de cent ans, la perspective n’est pas la même, bien sûr. Mais encore une fois, et je le redis cette fois-ci, les dates ont été données, elles ne seront pas changées ni par nous ni par vous, ni par quoi que ce soit qui viendrait interférer avec la Source elle-même. Voilà ce que je peux dire.

Maintenant libre à vous de vous détourner de ce que nous vous disons et de continuer à vivre une vie inscrite entre la naissance et la mort. Vous êtes très nombreux à avoir saisi, et je parle intellectuellement, même sans l’avoir vécu, que même les grandes lois spirituelles comme le karma par exemple, la réincarnation, ne sont que des illusions qui ont été créées par les  Archontes et qui n’ont aucune réalité objective par rapport à ce que vous êtes. Ce qui attend et ce qui attendra toujours une date précise avec un événement collectif, c’est la personne. Nous vous parlons d’événements collectifs précis, l’Appel de Marie, les Trompettes, les fameux trois jours, les 132 jours, tout cela en fonction de ce que nous analysons de notre point de vue. Les repères en vous sont bien évidemment les modifications de votre état de conscience et les modifications de votre vibration, et si vous voulez, des différentes activations qui se sont produites en vous.

Maintenant je vous invite, les uns et les autres, à rentrer au plus profond de vous et à voir où est la vérité. Bien sûr vous pouvez dire : nous vous avons menti. Or nous n’avons menti sur rien de ce qui se déroulait au niveau individuel. L’Onde de Vie par exemple, je vous renvoie à l’année 2011, les premiers frères et sœurs qui ont vécu l’Onde de Vie - et ceux qui ne le vivaient pas, pour eux ça n’existait pas. Il y a même eu, je dirais, une espèce de forme de scission ou de séparation entre ceux qui se nourrissaient de Lumière, par nos venues, par nos rencontres entre guillemets, et ceux qui étaient devenus réellement la Lumière. Tant que vous n’êtes pas devenu intégralement votre éternité, c’est-à-dire libéré vivant (mais encore une fois on peut employer d’autres expressions), qu’avez-vous à faire avec la fin collective puisque vous êtes arrivé à la fin de l’illusion qui vous est propre, c’est-à-dire l’illusion de votre personne.

Il y aura toujours, dans la voyance, dans la médiumnité, dans la spiritualité, cette notion de canevas éthérique, de nouvelle matrice, de vision dans le futur qui correspond à des choses, des lignes de probabilité que j’ai appelées des boucles temporelles tout à l’heure. Maintenant il n’y a pas de stratégie de la Lumière. Il y a eu la stratégie, si vous voulez, de dire que des choses allaient se produire, mais nous n’avons jamais dit que c’était la fin de la 3ème dimension jusqu’à présent ; nous avons parlé de libération de la Terre et de libération individuelle. Le moment collectif dépendait de la libération de la Terre, dépendait, avant l’année 2011 aussi, de ce que j’avais appelé un seuil critique de frères et de sœurs qui avaient activé l’une ou plusieurs des Couronnes radiantes, avant même l’Onde de Vie.

Maintenant, ce qui est acté est acté dans l’Éternité. Il reste à l’acter de manière visible et tangible pour toute conscience présente à la surface de la Terre, et ceci est en ce moment même, depuis le mois de décembre ; j’ai été très clair là-dessus. Maintenant, tant que vous restez dans l’analyse de la personne, bien sûr vous allez dire qu’il ne s’est rien produit - de tangible -, et pourtant il se produit des choses concrètes, géophysiques, que j’avais annoncées déjà en partie en mon incarnation, en restant très évasif sur l’Absolu par exemple. Je disais déjà qu’il y avait quelque chose au-dessus du bien et du mal, je disais qu’il y avait un principe qui était au-delà de cette dualité. Bien sûr, à l’époque, beaucoup de frères et de sœurs qui me suivaient, qui vivaient à mes côtés, n’ont pas pu aller plus loin que le dépassement de la dualité du bien et du mal.

Aujourd’hui, il y a des processus collectifs qui sont en cours et tous les signaux du tableau de bord sont au rouge cramoisi. Ça veut dire que le processus est bien réellement lancé de manière objective, quoi que nous disions et quoi que nous donnions comme éléments. Donc il n’y a pas de stratégie délibérée de la Confédération Intergalactique de Lumière puisque nous attendons, nous aussi. Je vous le rappelle quand même que ça fait trente ans que je suis parti de ce plan, et trente ans que je patiente moi aussi, si je puis dire. Mais cette patience ne s’accompagne pas d’une impatience, ni d’un souhait, ni d’un désir, mais bien de l’évidence de ce qui allait se dérouler dans les trente ans qui se sont écoulés dès la première descente de l’Esprit saint, je vous le rappelle, en 1984.

Ceux qui vivent l’ouverture, ceux qui vivent la Libération, ceux qui vivent les processus mystiques authentiques peuvent être intéressés par les événements extérieurs comme intérieurs, et s’amuser à rechercher les différents signes de l’achèvement d’un cycle. Aujourd’hui ils sont omniprésents autour de vous, et sans même parler de ce que nous vous disons ou de ce que vous interprétez, ou de la manière dont vous vous nourrissez de nos contacts. Il y a bien sûr un processus intérieur qui prime avant tout puisque ce monde n’existe pas ; il est une illusion, il est éphémère. Il est réel, tangible, mais néanmoins il demeure une illusion et ne représente rien du tout par rapport à l’Éternité.

Il fallait en quelque sorte briser le cercle vicieux de la réincarnation, de l’impression, et que j’ai pourtant enseignée durant toute ma vie, de chercher le bien, de s’épurer, de monter en vibration comme vous dites aujourd’hui et comme nous disons avec vous, d’élever son niveau de conscience et son niveau vibratoire. Vous devez l’élever jusqu’à un point où il n’y a plus aucun doute en vous sur ce que vous êtes, non pas intellectuellement mais à travers le vécu direct de ce qui a été nommé par de nombreux intervenants l’Infinie Présence, l’Ultime Présence et tous les mécanismes de la conscience qui se sont manifestés   pour certains d’entre vous depuis l’année 2011, comme les délocalisations de la conscience, la multidimensionnalité.

Maintenant je vous invite à regarder en vous, comme je le disais, qu’est-ce qui est impatient, qu’est-ce qui fait que vous désirez mettre fin à l’Illusion, alors que ce n’est pas vous qui décidez ? Bien sûr vous avez la possibilité, comme certains êtres malheureux l’ont fait, de mettre fin à vos jours, mais mettre fin à ses jours, c’est se placer à l’encontre de la Vie, même au sein de l’enfermement. L’important était de rompre le cercle vicieux. Les processus vibratoires qui se sont déroulés, l’activation de ce qui vous a été nommé Étoiles, Portes, l’activation de l’Esprit saint, l’activation de l’Onde de l’Éther, tout cela est bien réel puisque vous le vivez, et c’est parfaitement reproductible. La seule chose qui n’est pas reproductible, c’est le moment final ; le moment final est la réelle disparition de cette 3D. Mais quelle différence faites-vous, si pour vous il y a une différence, entre le fait de dormir, le fait d’être aligné, de vivre l’Extase, de vivre la Joie et la Félicité, et le fait d’être impatient sur le moment final ?

J’ai déjà dit au mois de novembre, avant de donner la chronologie des évènements de la fin d’année 2015 et de l’année 2016, qu’il était essentiel de se placer au Cœur du Cœur. Parce qu’au Cœur du Cœur il ne peut y avoir ni impatience, ni sentiment de temps qui se prolonge. Tout est parfaitement acté et tout est parfaitement en ordre selon l’Intelligence de la Lumière. Maintenant si vous-même, à travers ce que nous disons, à travers ce que vous pensez, à travers les signes tangibles que vous observez sur terre, vous ne pourrez échapper à votre éphémère tant que vous n’êtes pas relié, non plus de façon intermittente mais de manière permanente, à ce que vous êtes en vérité.

Donc ce qui posera toujours la question d’une fin, et cela s’est produit, comme vous le dites à juste raison, à différents moments depuis toutes ces années, ne font que renforcer votre déni, ou renforcer votre acceptation. Vous ne pouvez rester neutre. Si vous avez lu, si vous avez entendu, si vous avez eu ce que j’appellerais une démarche sincère pour trouver la Lumière, si vous êtes affecté par ce temps qui s’écoule de façon linéaire au niveau collectif, il vous manque encore quelque chose, c’est de lâcher toutes ces notions de dates. Les dates étaient importantes, nous vous avions montré que ces dates pouvaient être importantes pour des rendez-vous, que ce soit pour les rendez-vous importants des Noces Célestes, avec les douze étapes, et ensuite les Marches. Nous vous avons montré qu’il y avait des évènements vibratoires et de conscience qui étaient eux aussi importants et qui consacraient un nombre toujours plus important de consciences de frères et sœurs sur la Terre.

Aujourd’hui nous ne pouvons que voir ce qui s’est déroulé et ce qui a été acté, c’est-à-dire non plus la libération de la Terre mais la libération collective de l’humanité. Celle-ci est plus que jamais achevée. Depuis l’assignation vibrale qui vous a donné des éclaircissements sur votre positionnement, le temps qui passe permet aux frères et aux sœurs qui sont encore dans la négociation - qui est, je vous le rappelle, la troisième étape du Choc de l’Humanité -  de se positionner avec fermeté selon les choix de la personne, si elle existe, selon les choix de l’âme, si elle existe, ou selon la liberté irrévocable de l’Esprit. Tout le reste n’est que, je dirais, un passe-temps.

Si vous êtes marqué par le temps, si vous êtes marqué par la déception, si vous êtes marqué par le déni ou par la colère, je vous invite simplement à regarder en vous, non pas ce qui ne va pas mais à regarder encore plus la Lumière que vous êtes, non pas pour vous regarder dedans mais pour réellement en avoir la preuve absolue. Si vous êtes libéré, vous n’avez que faire du temps qui passe, parce que chaque minute et chaque souffle de votre vie est tellement rempli de l’énergie d’Amour, de Lumière et de Vie que vous êtes totalement indépendant des évènements. Et je dirais même qu’au moment de l’Appel de Marie, au moment des Trompettes, cela ne vous fera ni chaud ni froid. Vous tomberez en stase sans même y penser et ce que vous vivez en ce moment, et de manière peut-être encore plus intense que depuis les années 2012, c’est votre aptitude à disparaître, votre aptitude à maintenir la conscience dans ses ultimes franges de manifestation. Le reste n’est rien du tout.

Ce genre de question ne fait que vous appeler, pour ceux qui ont ce genre d’interrogations, à aller encore plus profondément en vous, parce que vous ne pouvez définir l’instant présent qui est le vôtre, personnel, par rapport à un évènement collectif. Même, bien sûr, si toute l’histoire que nous avons bâtie, les Conclaves Archangéliques, les Radiances Archangéliques, les rendez-vous fixes lors des Marches, lors des Noces Célestes, et bien plus tard en d’autres occasions, n’ont été là que pour vous fortifier dans la décision de votre Liberté. Maintenant il faut assumer ce qu’il reste à assumer, quel que soit votre âge, quelle que soit votre condition et quel que soit votre état au niveau de la conscience.

S’il y a impatience, c’est que vous manquez de patience, s’il y a colère, c’est que vous espériez quelque chose qui ne s’est pas produit, mais si vous vous tournez en vous, toutes ces dates n’ont strictement aucune importance, dorénavant. Elles avaient une importance extrême depuis bien avant les Noces Célestes, depuis 1984, c’est-à-dire plus de trente ans en temps terrestre, où il fallait mobiliser les consciences, en quelque sorte créer un changement de paradigme et de fonctionnement intéressant suffisamment de frères et de sœurs pour recréer ce que nous avons appelé, l’année dernière, la totalité de la Matrice Christique, copie de votre corps d’Êtreté ici-même sur terre.

Maintenant, selon comment vous digérez ce qui se déroule en ce moment au niveau collectif - en ce moment, c’est-à-dire depuis décembre, ce qui fait que trois mois - qu’est-ce que trois mois sur l’Éternité ? Qu’est-ce que trois mois pour ceux d’entre vous, et même qu’est-ce que dix ans pour ceux d’entre vous qui pérégrinent de corps en corps depuis 50 000 ans ? C’est toujours la personne qui sera impatiente ou qui redoutera quelque chose. Le but était que vous soyez de plus en plus nombreux. Quand nous contrôlions, à la fois les Archanges, en conclave, à la fois nous, jusqu’à la libération de la Terre, et les Étoiles bien sûr, il y avait nécessité de maintenir une attention et une vigilance.

L’être humain n’est jamais aussi transcendant ou résilient que dans les moments où sa vie est menacée - par la maladie, par une catastrophe naturelle ou par les évènements nommés traumatisants de la vie quels qu’ils soient sur cette terre. Tout cela vous a fortifié, et je dirais que même certaines saines colères de la personne, ou dénis de la personne, sont aussi structurants pour accueillir votre éternité. Mais pour cela, il ne suffit pas de l’accepter, il ne suffit pas d’y croire, mais il faut le vivre en totalité. Et remerciez pour ces temps qui seront abrégés, parce que plus le temps traîne, au sens humain, plus bien sûr les jours des tribulations seront abrégés, c’est-à-dire que les 132 jours n’auront pas cette durée, comme je l’ai dit, pour tout le monde. La façon de vivre le temps, même si le temps est mesurable en tant qu’unité physique, à travers les horloges, les montres, la révolution de la planète autour du soleil qui fixe l’année solaire, ne représentent rien d’autre que des supports.

Depuis tout à l’heure je vous dis qu’il est temps maintenant de supprimer toutes les béquilles, tout ce qui vous a nourri. Je vous ai même dit que vous pouviez vous nourrir de l’intérieur, par la Lumière. Que vous importe tout ce que vous savez qui arrivera - et qui est là - ? La dialectique et la problématique, il n’y en a plus, il y a juste à vivre ce que la vie vous propose, en sérénité, en paix. Cela ne vous empêche pas de bâtir votre vie par rapport aux activités que vous menez, matérielles, affectives, professionnelles. Seules certaines personnes ont, comme je l’ai dit tout à l’heure, créé des plans sur la comète en fonction de ce que nous avons dit, mais d’autres plans sur la comète ont été créés bien avant nous - vous en êtes peut-être à la millième fin du monde annoncée - et pourtant les preuves sont innombrables sur cette terre, bien cachées à vos yeux, des différents cataclysmes précédents.

La vie ne date pas de 300 000 ans. L’expérience de la conscience remonte à, en termes terrestres d’aujourd’hui, à des centaines de millions d’années. L’expérience de la conscience était libre. La Liberté est en vous, avant même la libération collective, qui est actée elle aussi. Alors pourquoi attendre la fin de quelque chose ? Qu’est-ce-qui vous empêche, aujourd’hui - ce discours n’aurait pas pu être tenu avant l’assignation vibrale -, qu’est-ce qui vous empêche aujourd’hui d’être en joie ? Qu’est-ce qui vous empêche aujourd’hui de mener à bien ce que la vie vous demande de mener, même si votre fin (par une maladie, ou collective) est demain ? Vous n’êtes pas demain, vous êtes ici et maintenant, vous êtes l’instant présent - il n’y a que là qu’il y a l’Éternité - et la seule valeur de l’Éternité, c’est ce que vous êtes, c’est-à-dire - et ce que nous sommes tous - Amour et rien d’autre.

L’Amour est Lumière, nous l’avons dit durant les Noces Célestes. Mais vous savez aujourd’hui que derrière cet aspect manifesté de l’Amour et de la Lumière, il y a bien sûr la Source, mais qu’avant la Source, si je peux m’exprimer ainsi - mais ce n'est pas un avant qui précède dans le temps ou dans l’espace, c’est une autre octave, je dirais -, il y a l’Absolu. Il y a ce qui est au-delà du principe du bien et du mal et du principe d’évolution, ce que vous êtes en vérité. Ce qui veut dire que les deux réalités, comme entre l’Éternel et l’éphémère de vos structures (des cocons éphémères et du corps d’Êtreté), se vivent parallèlement dans le même temps. Que vous soyez dans le ventre de maman, que vous soyez un vieillard, que vous soyez un jeune homme ou que vous soyez mature, si je peux dire, il n’y a aucune différence.

Donc aujourd’hui, ne pas vivre ce processus de fin en soi montre simplement un attachement à votre personne et un attachement à la matière, qui n’est pas une erreur, qui n’est pas le mal, ni le bien, c’est votre choix personnel. Vous avez des consciences qui ont besoin d’une forme, vous avez des consciences qui ont besoin d’expérimenter les différents jeux, les différentes dimensions, tout en étant reliées à l’Absolu. Je vous rappelle que la Source vous a parlé longuement du Serment et de la Promesse ; rien ne vous empêche de le vivre. Les sons que vous avez dans les oreilles, pour ceux qui les ont, c’est vos propres Trompettes. Elles vous ont réveillé du cercueil de la mort. Alors, de quoi êtes-vous pressé ? Est-ce que vous, en Éternité, vous êtes soumis au temps ? Le corps oui, mais vous non. Les attachements oui, mais vous non. Et donc si vous êtes impatient, en colère, dans le déni, dans le refus, c’est libre à vous, il n’y a pas d’erreur. Le processus de clôture de la scène de théâtre (on va reprendre les mots de Bidi), vous montre, vous a montré avant même la fin de l’acte qu’il n’y a pas de théâtre, pour ceux qui sont libérés vivants. Qu’est-ce que vous voulez de plus ?

Vivez votre vie, en accord avec la Lumière, en accord avec l’Amour, ne vous préoccupez plus maintenant de la fin parce que celle-ci, encore une fois, est actée. Alors, que ce soit le 31 décembre 2016, le 15 août 2016, où que ce soit demain, n’a strictement aucune importance, excepté pour l’ego. Si vous comptez bâtir votre vie en fonction des échéances en vous disant - et je l’ai déjà dit en 2012 : au tout début, la dernière fois que je suis intervenu en 2012, j’avais dit : « Si y en a qui attendent le 21 décembre pour ne pas payer leurs impôts et croire échapper à l’impôt, ils se trompent ». C’était clair.

La transformation intérieure, pour nombre d’entre vous, ici, ailleurs, qui nous connaissent ou pas, qui ne savent pas ce que c’est que la vibration et qui pourtant les vivent, crée la Liberté. Vous n’êtes pas libre si vous attendez une date, vous n’êtes pas libre si vous n’êtes pas dans l’instant présent. Nous n’avons pas cherché à vous déstabiliser de l’instant présent mais peut-être, comme ça a été dit dans la question, même si c’est pas tout à fait exact, de titiller la conscience, entraînant ce conflit - parce que c’est un conflit. Il y aura toujours un conflit entre ce qui est éphémère, et par définition enfermé, et ce qui est l’Éternité. Vous en avez la preuve tous les jours, en vous comme à la surface de ce monde. Vous pouvez ne pas être d’accord avec la personne avec qui vous êtes la plus proche. Ce genre de choses, je vous l’ai dit, existe chez nous, chez les Anciens, nous discutons aussi, nous en venons rarement aux mains d’ailleurs. Mais il faut pas croire que tant que l’Éternité n’est pas installée collectivement, c’est-à-dire le Serment et la Promesse qui est en résonance directe avec l’Appel de Marie, vous ne serez pas libre tant que vous êtes sujet à ce jeu.

Vivez chaque minute comme si c’était la dernière, mais ne vivez pas demain. Je dirais même que le premier jour où les Trompettes apparaîtront de partout, beaucoup d’entre vous, ici ou ailleurs, continueront à vivre sans se préoccuper de quoi que ce soit. Parce que qu’est-ce que vous voulez que ceux d’entre vous qui sont libérés aient même à voir avec, je dirais, le script final ? Ils l’ont déjà dépassé et transcendé. Que leur corps qu’ils habitent meure dans l’heure, dans dix ans, ça n’a aucune espèce d’importance. Seule la personne est soumise au temps, et les éléments, les évènements survenus intérieurement, pour ceux qui les ont vécus, depuis les Noces Célestes, étaient le moyen adéquat de faire réaliser ce face-à-face, cette confrontation, cette superposition, cette fusion et cette dissolution de l’éphémère.

Vous n’avez qu’à vivre. Vivez chaque minute, dorénavant, comme si cela pouvait être la dernière. Et d’ailleurs, indépendamment de ce moment collectif, vous ne savez pas ce qui peut vous arriver dans une minute. Vous pouvez faire une crise cardiaque, vous pouvez mourir de mort subite comme pour le nourrisson. Quelle importance ? Si vous avez vécu une Couronne radiante, je parle même pas de l’Onde de Vie, même si vous n’avez pas le Canal Marial qui est actif, vous savez qu’il y a autre chose, vous le savez parce que vous le vivez, même si c’est pas conscientisé intégralement au niveau de la personne.
Vous n’avez rien à chercher, vous n’avez rien à espérer, parce que comme ça a été dit par Bidi, toute recherche, en cette phase particulière (depuis des années), ne fait que vous éloigner de la vérité. La disparition du chercheur est la disparition du sens d’être une personne. Et s’il n’y a plus personne, qu’il y a juste la Vie, pourquoi faire une différence entre ce que vous avez à vivre maintenant - qui est déjà votre éternité - et ce qui surviendra au moment de l’Appel de Marie ?

Alors vous allez me répondre qu’il y a les contingences matérielles : il faut s’occuper des enfants, il faut payer les factures, il faut travailler, il faut gagner sa vie, ou survivre, ou vivre dans l’opulence, peu importe. Mais ça, ça concerne toujours l’éphémère. Je vous renvoie à l’humilité et à la simplicité de Gemma Galgani, de Thérèse, de Ma Ananda Moyi. Est-ce qu’elles ont attendu leur ciel pour vivre le ciel sur la Terre ? Même si certaines ont eu cette aspiration - je pense en particulier à Thérèse qui dès son plus jeune âge n’aspirait qu’à une chose, c’était retourner auprès de son Époux - et vous, vous êtes en train de vous demander quand est-ce que ce moment arrive. Mais il est arrivé, il est là de toute éternité. Ça veut dire que quelque part vous adhérez encore à une histoire, la vôtre comme la nôtre, comme la nôtre commune. Ça veut pas dire qu’il faut plus nous écouter, ça veut pas dire qu’il faut nous croire ou ne pas croire. Ce qui est important, c’est que vous vivez au-delà des mots - y en a d’ailleurs beaucoup parmi vous qui s’endorment, ils savent même pas ce qui s’est dit, et ils n’ont aucun intérêt même à plonger dedans, parce que ce qu’ils vivent à ce moment-là est la Vérité, indépendante de toute histoire et indépendante de tout scénario.

Tant que vous croyez encore à un scénario et que vous n’avez pas vécu l’Éternité, vous êtes condamné, entre guillemets, à la souffrance de cette confrontation entre l’Éternel et l’éphémère. Mais cette souffrance, elle n’est pas seulement une vue de l’esprit, elle va s’inscrire, du fait même de l’assignation vibrale, dans votre vécu quotidien. La vie va vous rappeler à l’ordre, que ce soit quand vous critiquez quelqu’un, quand vous dites du mal de quelqu’un, parce que vous considérez que l’autre n’est pas vous. Tout ça, il va falloir le régler, que vous soyez libéré ou encore inscrit au sein de la personne. Nul ne peut pénétrer le Royaume des Cieux, moment collectif ou non moment collectif, s’il ne redevient pas comme un enfant. Je crois, que ce soit Maître Philippe, que ce soit Thérèse, Gemma et tant d’autres, ont tellement insisté là-dessus.

Tant que vous n’êtes pas simple, tant que vous échafaudez des avenirs, tant que vous cherchez à vous connaître à travers un outil quel qu’il soit, vous n’êtes pas libre, vous êtes tributaire de la personne et vous l’inscrivez dans une logique que je qualifierais de subtile, que ce soit à travers la voyance, à travers l’astrologie, la numérologie, tout ce que vous pouvez imaginer qui existe sur cette terre, vous faites le jeu de Lucifer (enfin, des forces lucifériennes) et des mauvais garçons qui ne visent qu’une chose, je vous le rappelle, c’est maintenir  la dualité.

Or si vous êtes une personne, nécessairement vous êtes dans la dualité. Si vous êtes libéré de votre personne, il peut se manifester des éléments et des évènements duels mais qui n’ont aucun poids sur vous parce que vous êtes le spectateur de la scène de théâtre, ou l’observateur si vous voulez. Mais vous n’êtes ni celui qui joue sur la scène, ni même l’observateur. Il suffit pas de l’accepter, il faut réellement le vivre, et la façon de le vivre, c’est l’Infinie Présence ou l’Ultime Présence. Un peu, si vous voulez, comme les frères et les sœurs qui font des expériences de mort imminente, qui sortent de leur corps, et quel que soit le stade où ils vont, ils savent qu’ils ne sont pas que ce corps. Ça veut pas dire qu’ils n’acceptent pas ce monde, ni cette vie. Le travail de libération, il est fini. Vous l’avez réalisé au niveau collectif dès l’instant où la libération de la Terre a été réalisée en février, je vous le rappelle, 2012.

La date butoir du 21 décembre 2012 était la date butoir pour réaliser la libération collective de la Terre. Et vous savez que ça descend les différents plans. À cette époque-là, les seules dates que nous donnions - parce que s’il y avait eu une fin réelle de la 3ème dimension, elle aurait eu lieu avant la libération de la Terre et elle se serait produite à la vraie fin du calendrier Maya, c’est-à-dire en octobre 2011. Et effectivement, il ne s’est rien passé en octobre 2011, et vous avez des frères et des sœurs qui ont bâti des stratégies au-delà de ce qui était nécessaire. Par exemple, si je reviens très en arrière, aux Noces Célestes, nous avons parlé des regroupements, nous avons parlé des changements qui survenaient au niveau des âmes, qui se regroupaient différemment, qui divorçaient, qui vivaient ensemble, qui changeaient de région. Mais maintenant y a plus de ça à changer, changez totalement à l’intérieur. Et vous avez la capacité, que vous viviez les vibrations ou pas, de vous voir sans faux-semblants.

Observez-vous sur la scène de théâtre, avec lucidité, avec courage aussi dans certains cas. Ne vous jugez pas, ne jugez pas le temps qui passe. Allez toujours plus profondément en vous, là où se trouve le Cœur du Cœur, qui vous apportera toutes les nourritures nécessaires. Je l’ai dit à propos d’une question sur l’alimentation tout à l’heure. Il y a rien de plus et rien de moins.

Certes, le moment collectif, pour beaucoup d’entre vous, est un moment redouté ou espéré, mais un moment, comment dire, primordial. Si vous êtes là, c’est pour ça. Si vous lisez, si vous écoutez, c’est aussi pour ça, parce que vous êtes venu dans cette incarnation, même si vous ne l’avez accepté que tardivement, qu’il y avait une résonance dans ce que nous disions, sans ça vous ne seriez plus là. Vous savez bien ce que vous vivez quand nous sommes ensemble. Vous savez bien ce que vous vivez quand vous êtes réellement en face-à-face avec vous-même. Il faut que cela se traduise dans la réalité quotidienne. La vie, et vivre l’Éternité, ce n’est pas sortir de la vie, c’est rentrer dans la vie, indépendamment de tout évènement collectif, même, encore une fois, si celui-ci se produira et s’est déjà produit.

Mais il ne dépend plus de vous, ni de la libération de la Terre, ni de la vitesse de Nibiru. C’est un concours, tellement… comment vous dites, multifactoriel (je crois que c’est un mot qui fait bien). Il y a plusieurs causes, si vous voulez, il y a plusieurs lignes temporelles, comme je l’ai dit, qui vont aller vers un point de rencontre. Plus ce point de rencontre est éloigné, plus l’élastique se tend, mais plus ça laisse du temps aux frères et aux sœurs inscrits dans la personne, mais dont le cœur est pur, pour réaliser ce qui se produit. Et je vous garantis que quand il y aura eu l’Appel de Marie et donc trois jours avant la stase, là vous verrez ce que c’est que l’urgence temporelle.

Pour l’instant, il n’y a aucune urgence temporelle. Vous êtes en acclimatation, et vous êtes en expérimentation de votre liberté, mais en accord non pas avec la libération collective, puisque j’ai toujours dit que la libération et l’Ascension c’est pas la même chose. L’Ascension, c’est être libéré de toutes les contingences de la matière, même au sein de ce qui est nommé la 3ème dimension unifiée.

La soif, le besoin vital de retrouver la Source, vos origines stellaires, vos lignées, ça oui c’est important. Et d’ailleurs encore l’année dernière, beaucoup d’entre vous, et nous l’avions expliqué, voyaient les lignées, les leurs et celles des autres ; mais tout ça aussi n’était qu’un jeu. Vous voyez pas, a priori, pas l’incohérence mais la contradiction apparente entre tout ce que nous avons bâti, à travers les Noces Célestes, à travers les Archanges, les Étoiles, les Portes, et quelque chose comme Bidi qui vous dit que tout ça n’existe pas. Ça existe à un certain niveau subtil, mais ça aussi est à dépasser. C’est ce que je dis quand je vous dis qu’il faut maintenant arrêter toutes les béquilles. Vous êtes le monde, à titre individuel, ce monde-là, comme disent nos frères orientaux, est « maya ». Mais ça sert à rien de le répéter comme un âne, il faut le vivre.

Et nous avons fourni, et vous et nous, les circonstances optimales pour que le maximum de frères et de sœurs vivent les évènements qui sont en cours de la manière la plus paisible qui soit. Or si vous n’êtes pas paisible avec les dates, comment voulez-vous être en paix, même si vous vivez des moments de Samadhi ? Il vous faut même sortir du temps, obéir aux impératifs temporels de ce monde, comme payer son loyer tel jour, mais ça s’arrête là. Au niveau spirituel, ça n’a rien à voir, au niveau de ce que vous êtes en éternité. Est-ce que Thérèse ou Gemma, qui se sont données à Christ, ont revendiqué quoi que ce soit si ce n’est leur ardence, si je peux dire, à rejoindre la Lumière ? Alors dites-moi plutôt : « Je veux retourner dans ce que je suis. » Mais regardez en vous l’effet des dates. Comme ça a été dit, une date, deux dates, trois dates, quatre dates, des milliers de dates. Ça prouve simplement que vous savez, intuitivement ou instinctivement, au niveau de votre conscience éternelle, et même au niveau de l’ego, que tout ceci ne représente rien par rapport à la Vérité.

La Vérité n’est pas de ce monde, votre Royaume n’est pas de ce monde, et tant que vous utiliserez des outils subtils, vous ne serez pas libre. La liberté intérieure, la liberté vécue, n’est pas un vain mot. C’est pas être débarrassé des tracas de la vie quotidienne, c’est pas attendre la fin de cette dimension - qui est là -, c’est réellement et concrètement le vivre. Parce que si vous le vivez maintenant, ça aussi je l’ai déjà dit, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que vous n’attendez plus rien. Si vous n’attendez plus rien, vous êtes libre ; si vous attendez quelque chose, vous n’êtes pas libre. Et c’est cette marche-là qu’il vous reste, pour certains, à accomplir. Il faut l’accomplir, vous devriez l’accomplir, avant même que Marie ne vous ait appelés collectivement. Ceux qui ont été appelés déjà par leur prénom par Marie prennent leur mal en patience parce qu’ils savent que ça va se produire. Mais peu importe quand ça se produit, vous êtes dedans. Quand je dis ça, ça veut encore une fois dire que ce n’est pas demain ou après-demain.

Alors soyez non pas patient, soyez exalté de l’Amour. Ne vous préoccupez plus que de l’Amour, non pas en le projetant, en aimant, en prenant dans les bras, mais en étant vous-même dans cette dimension. Vous n’avez pas besoin de frères, de sœurs, vous n’avez pas besoin de circonstances particulières, vous n’avez pas besoin de vous aligner ou de vibrer. Soyez ce que vous êtes, réellement et concrètement. Vous avez la chance de pouvoir l’être en totalité, de manière importante, parce que votre nombre est important, par rapport à l’histoire de cette terre, si je peux dire.

Croyez-vous que lors de l’initialisation du dernier cycle, lors de la création de l’Atlantide, nous avions pu expliquer aux gens qu’ils étaient enfermés ? Absolument pas. Regardez quand vous dites même à quelqu’un qui est dans la spiritualité qu’il n’existe pas, qu’il est une illusion… Mais vous allez à l’encontre de son vécu et de ses croyances. Simplement, le moment collectif mettra fin à l’enfermement de ce système solaire, qu’il soit demain, qu’il soit dans mille ans - mais nous n’attendrons pas mille ans, rassurez-vous, ni même dix ans, nous non plus.

Quand j’ai dit « c’est acté », c’est que c’est inscrit dans les plans au plus proche de la Terre. C’est la déchirure de la dernière couche isolante, c’est-à-dire le corps causal planétaire et votre corps causal, qui met fin, je dirais, à l’intermédiaire entre votre personne et l’Esprit, c’est-à-dire l’âme. Mais tant que votre âme n’est pas retournée vers le Père, vers l’Esprit, vous serez torturé par le temps, d’une manière ou d’une autre : par le temps qui passe parce que vous vieillissez, par le temps qui passe parce qu’il vous semble que ça ne va pas assez vite ; vous serez soumis au temps. Le Libéré Vivant, et non pas la libération collective, a fait que vous êtes libéré du temps, quelles que soient les obligations de ce monde et de votre vie sociale ou affective, ou professionnelle.

Maintenant, le moment collectif, je vous assure que quand vous entendrez les Trompettes, je suis certain que beaucoup parmi vous feront pipi dans la culotte, parce qu’il y a dans cette structure éphémère ce qu’on appelle des réflexes de survie. Ce réflexe de survie est lié à ce que vous nommez le cerveau reptilien archaïque : vous mettez la main sur le feu, vous retirez la main. Il y a une préservation de cet éphémère qui est inscrite dans l’ADN, dans les structures, et tant que vous êtes soumis à ça, vous êtes soumis au temps. Et donc vous projetez, ou vous translatez votre conscience, soit dans un temps futur, soit en disant : « Il n’est rien arrivé ». Mais tout a eu une utilité. Et c'est pas, si vous voulez, une stratégie délibérée de notre part, ni de votre part, ni de la Terre, ni de la Source, parce que c’est ainsi que cela se passe.

Je ne vais pas retracer d’autres histoires, ni des cycles antérieurs de cette terre ou d’autres systèmes solaires mais à chaque fois – parce que vous pouvez vous demander de manière fort logique pourquoi ça a duré 320 000 ans, pourquoi est-ce qu’il y a eu six cycles et pas un seul. Mais parce que nous n’avions pas les moyens, où que l’on soit à ce moment-là, de changer le cours des choses ; il fallait attendre un certain nombre d’évènements, le retour du jumeau du Soleil, le retour d’Hercobulus, le retour des méchants garçons au niveau de Nibiru (l’autre Nibiru, de ferraille), et de Neb-Heru. Tout cela, si vous voulez, obéit à une mécanique dont vous ne pouvez percevoir ni même comprendre quoi que ce soit, parce que ce n’est pas de l’ordre de la compréhension mais c’est de l’ordre de l’expérience directe.

Je sais que certains parmi vous ont vécu le contact avec Hercobulus, certains ont même reçu des messages d’Hercobulus. C’est un Amour insensé, un peu comme l’Amour que vivait Gemma, ou Thérèse, ou Ma. Que vous importe, quand vous vivez cela entièrement, ce monde ? Ce n’est pas un déni de la vie, c’est un transport dans les sphères éternelles où ce corps n’a même plus sa place. Les stigmates, la lévitation, les charismes de Maître Philippe ont été rendus possibles par cet abandon total et inconditionnel à la Lumière. Ça s’appelle la foi, mais non pas la foi du charbonnier qui croit ce qu’on lui dit, mais un mécanisme extrêmement précis situé à la jonction de l’âme et de l’Esprit, qui implique le retournement de l’âme comme cela avait été expliqué en 2011 et 2012 par Frère K, et qui correspond à la dissolution du mythe de Prométhée et du symbole de la renaissance. C’est la résurrection du phénix.

Alors vivez la résurrection, parce qu’elle est possible totalement maintenant, et votre résurrection vous emportera peut-être à disparaître de ce monde, à disparaître de vos intérêts dans ce monde, et je dirais, c’est tant mieux. C’est tant pis pour la personne mais c’est tant mieux pour ce que vous êtes. Thérèse, qui n’était pas connue de son vivant, est certainement  la sainte aujourd’hui la plus connue dans le monde, quels que soient les pays, quelles que soient les religions. Et qu’est-ce que c’était, de son vivant ? Une jeune fille, qui n’avait qu’un seul but et un seul objectif : rejoindre le ciel. Non pas en rejetant la vie parce qu’elle s’est humiliée elle-même, elle obéissait à tout le monde, elle était traitée comme moins que rien. Et elle n’était rien, en ce monde, mais elle était tout en l’autre monde.

Je crois qu’il y a pas très longtemps, moins de six mois, vous avez eu des explications de Maître Philippe de Lyon, qui a repris ça avec un éclairage, je dirais, plus masculin, mais c’est exactement la même chose. Rappelez-vous : ce à quoi vous tenez vous tient. Si vous tenez à une date, vous n’êtes pas libre. Surtout que je vous le redis, je vous l’ai dit au moins dix fois aujourd’hui, et je l’ai dit déjà en décembre : c’est fini. Qu’est-ce qui est fini ? L’Illusion. Le monde tel que vous le connaissez ne tient plus par un contrôle et un pouvoir des Archontes, ne tient plus par les lignes de prédation ; il tient uniquement par la force de l’habitude, collective - de manger, de se lever le matin pour aller travailler, de faire des enfants, de glorifier la vie ici mais sans glorifier la vie au ciel. Et vous avez des êtres qui sont très spirituels, qui sont piégés par l’attrait de la vie en ce monde. Ils veulent profiter de la vie, ils aiment la vie. Mais est-ce qu’ils aiment l’Amour et la Lumière ? Est-ce qu’ils sont devenus la vie éternelle ? Absolument pas. Ils ont fait eux-mêmes leur choix de rester dans les dimensions matérielles tout en étant libres.

Et cela nous l’avons expliqué, je dirais aussi, très, très longuement. C’est pour ça que des fois nous vous invitons non pas à lire ou à écouter, mais nous vous replongeons dans des éléments qui ont été donnés parfois depuis de nombreuses années, et chaque discours est adapté aux temps qui sont vécus. Regardez Bença Deunov, quand il a fait sa dernière prophétie avant de mourir, il a bien dit qu’il y aurait un feu qui viendrait du ciel tout régénérer. Mais à cette époque-là, qui connaissait les dimensions ? Personne. Aujourd’hui nous vous avons expliqué, nombre d’entre vous ont vécu cet état d’accès à l’Êtreté et aux autres dimensions. Qui connaissait à l’époque la notion d’origine stellaire ou de lignée stellaire, qui est inscrit aussi dans l’ADN, par les bases de l’ADN, y en a quatre ?

Vous voyez, tout cela est parfaitement cohérent. Il n’y a aucune incohérence ni aucune erreur. Surtout que pour certains d’entre vous et certains d’entre nous, nous commençons… comment dire, à avoir une bonne expérience des forces enfermantes. Et je vous rappelle que dans ce cycle-là, il y a quand même eu le Christ, entre autres, qui par son sacrifice sur la croix a ensemencé la Terre.

Et vous, vous êtes-vous sacrifié réellement ? Qu’est-ce que vous mettez devant ? Votre petite personne qui veut trouver la Lumière ? Ou la Lumière indépendamment de votre personne ? Humilité, simplicité et Amour, tout le reste n’est que vains mots. Et vous êtes vous-même capable de vous rendre compte de votre état, quand vous êtes dans votre vie que je qualifierais d’ordinaire et habituelle, et la différence de ce qui se produit quand vous vous alignez tout seul ou quand vous êtes contacté par Marie. Vous voyez la différence ? Vous la percevez de plus en plus nettement ou pas ?

C’est à vous de voir. Quant à nous, les dates, nous les avons données, et je parle des dernières, elles sont immuables. Qu’est-ce ça veut dire ? Ça veut dire que même s’il y avait… quelle est l’expression ? Comment on appelle ça ? Peu importe, je vais pas trouver l’expression marrante parce que là on n’est pas dans des choses marrantes pour l’instant, on est dans des choses qui sont essentielles et extrêmement denses de Présence. Il y a des éléments qui sont inscrits, comme je l’ai dit, dans votre corps, le réflexe de survie, qui fait que étant inscrit dans une forme entre la naissance et la mort, forme évolutive, vous êtes et vous vous repérez toujours par rapport à une forme, par rapport à une image, à une couleur, à ce que voient vos yeux. Je vous renvoie aussi à Frère K et Sri Aurobindo, ce qu’ils avaient dit sur la notion d’image.

Je vous rappelle que l’Absolu n’a aucune image. Il n’y a même plus de Lumière, il n’y a rien d’identifiable, ni forme, ni vie au sens où vous l’entendez au sein de la personne. C’est la seule vérité. Tout le reste ne sont que des jeux de la conscience. D’ailleurs ça s’appelle, chez nos frères orientaux, les Leela du Seigneur, les jeux du Seigneur. Mais un jour vous en aurez marre de ces jeux et nous avons fait en sorte, et vous et nous mais aussi d’autres par d’autres voies, parce que tout concourt, absolument tout - même les méchants garçons concourent à la Libération, en s’opposant à cette Libération. Alors c’est difficile à accepter, et c’est pourtant la vérité. Mais pour cela il faut pas l’accepter, il faut le vivre à l’intérieur de vous. Yaldébaoth, il est aussi en chacun de vous ; c’est pas uniquement un Archonte qui siégeait sur Saturne.

Voilà ce que je peux répondre à cette notion de dates. Mais soyez tranquille, il peut plus y avoir de dates ; les dernières dates ont été données. Maintenant, n’adaptez pas votre comportement de votre personne en fonction des évènements, même s’ils se déroulent à l’intérieur comme à l’extérieur de vous. Adaptez-vous dès maintenant à l’Éternité, laissez-vous emporter par la transcendance de la Lumière, de la Vie et de l’Amour ; le reste suivra. Mais par contre, si vous vous intéressez au reste, que ce soit les dates, que ce soit le sens d’une responsabilité que pourtant il faut accomplir, qu’est-ce que vous mettez devant ? Ce que vous êtes en vérité, ou les satisfactions de la personne, même au niveau spirituel ? C’est votre liberté. Mais comme il a été dit dans la Bible et par certains prophètes, il y aura des grincements de dents, parce que vous ne pourrez pas maintenir les deux.

Jusqu’à présent, dans la phase des expériences de la conscience, de l’Infinie Présence et de tout ce qui s’est passé depuis 2011-2012, vous avez eu l’occasion de faire vivre les deux. Eh oui mais vous constatez quoi ? Petit à petit, la personne elle disparaît, que vous le vouliez ou non. Vous perdez la mémoire, vous tombez par terre avec des vertiges, vous ne pouvez plus faire ce que vous vouliez faire, vous oubliez tout. Ben oui, la personne disparaît ; faut bien qu’elle disparaisse pour laisser toute la place à ce que vous êtes. Et comment ça se fait ? Heureusement que vous êtes extrêmement nombreux à avoir vécu ces prémices et que effectivement l’Appel de Marie ne soit pas tombé comme ça à l’improviste. Vous êtes prévenus par l’Esprit saint bien avant les Noces Célestes, depuis 1984. Certains y ont répondu en 1984, d’autres aux Noces Célestes, d’autres entre les deux et d’autres seulement maintenant. Chacun va sur sa route, jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il n’y a pas de route. Chacun est sur son chemin, jusqu’à ce qu’il vive qu’il n’y a pas de chemin. Allez, autre question.

Question : en ce moment, certains ont des manifestations à la gorge. Quelle en est l’explication ?

Il y a eu déjà plusieurs explications qui ont été données toutes les années précédentes. Le premier passage de la gorge, c’est la naissance de l’embryon spirituel, l’accouchement par la bouche et non pas par le bas dans la matière mais par l’Esprit. Tout cela correspond aux différents retournements et au passage, illustré par l’Archange Uriel. Ça a commencé en 2011 et chaque année, en décembre ou janvier-février, indépendamment des virus hein, indépendamment des infections, il y a des mécanismes qui touchent très puissamment le chakra de la gorge. Parce que le chakra de la gorge correspond avant tout au corps causal, et avant tout aussi aux attachements, et s’il y a des choses auxquelles vous êtes attaché, vous allez les éliminer maintenant par le corps, et la gorge est un lieu d’élimination.

Donc l’atteinte du chakra de la gorge qui se manifeste en cette période, et depuis décembre déjà mais surtout janvier pour cette période, et maintenant aussi, ne fait qu’illustrer l’élimination par le corps des attachements. C’est faire le deuil de sa personne. Quand vous avez une émotion violente, quand vous bégayez devant un public par exemple, c’est ici que ça prend. La gorge, c’est le corps causal, c’est aussi le lieu de l’accouchement, l’accouchement par le haut, la résurrection du phénix. Elle se fait pas par en bas, elle se fait par en haut. L’ultime passage. Le premier passage a été réalisé je crois le 14 décembre 2011 par l’Archange Uriel. Il en a parlé, il y avait un texte qui a été transmis à ce moment-là auquel je vous renvoie, de l’Archange Uriel, qui précisait le passage de la gorge. Et vous le revivez chaque année à une autre octave, jusqu’à tant qu’il n’y ait plus d’attachements et qu’en quelque sorte la voie soit libre.

Certains prennent sur eux ce passage, même s’ils ne sont pas concernés, parce que ça fait partie du processus collectif dorénavant. Certains vont avoir non plus l’Onde de Vie, en ce moment, mais des sensations que je qualifierais de particulières au niveau des pieds, ou en d’autres endroits aussi, mais on va plus développer tout ça pour pas diriger ou focaliser votre conscience dessus. Ne faites même plus attention à tout ça. Soyez dans l’Amour. Quoi qu’il se produise comme vibrations, ou quoi qu’il ne se produise pas. Nourrissez-vous de ce que vous êtes et la personne, vous n’y serez plus soumis, vous vous en servirez pour vivre, bien sûr, mais vous ne serez plus cette personne. Bien sûr que vous aurez encore la même forme, jusqu’au moment collectif, le même visage, mais vous n’êtes plus le même, intérieurement.

C’est l’histoire de la grenouille. Vous, vous avez eu la chance de vous apercevoir, d’une manière ou d’une autre, que la température montait. Donc vous n’êtes pas dupe, et dès l’instant où on n’est pas dupe, effectivement cette frange de l’âme qui est tournée vers la matière, qui n’a pas encore disparu, vous ramène à la notion de temps. Donc vous avez ici un excellent marqueur. Quelles que soient les expériences que vous avez vécues depuis maintenant ou depuis plusieurs années, sont le marqueur de votre positionnement. Et c’est pas un positionnement contre lequel il faut se révolter, puisque c’est l’assignation vibrale. Quand nous vous disons qu’il faut traverser ce qui se produit dans votre vie, c’est ça l’essentiel. C’est accueillir avec la même grâce la douleur, la maladie, la mort et l’évènement heureux, dans la même équanimité, dans la même paix. Et vos vies vous poussent à cela.

Ne vous jugez pas parce que là où vous êtes, c’est très précisément ce que vous avez à vivre, même si c’est très, très dur, même si c’est très, très joyeux. Tout cela ne sont que des jeux et des interactions.

Autre question.

Question : quel est le phénomène cosmique qui provoque les sons du ciel et de la Terre ?

Alors, les sons de la Terre sont liés à la libération du noyau cristallin de la Terre et à la différence de vitesse de rotation entre le manteau et le noyau cristallin. Je parle pas de la couche ferrique, parce qu’à l’école on nous a dit que le noyau était ferrique ; c’est faux. Le noyau ferrique, il est autour du cœur cristallin, hein. D’ailleurs, si vous réfléchissez, vu les températures, la pression et la présence de silice, il ne peut y avoir que du cristal de roche et non pas du fer en fusion. Ça, c’est pour les tam-tams de la Terre, comme dirait No Eyes.

Par contre les sons du ciel sont liés non pas à la libération de la Terre mais à la libération de la couche isolante la plus proche de la Terre dont j’avais parlé durant les Noces Célestes, c’est-à-dire la ionosphère, qui est la plus proche de vous. C’est celle-là qui est en ce moment même labourée par Mikaël, au niveau des météorites, astéroïdes et corps divers et variés, mais aussi nos vaisseaux qui sont descendus pour certains d’entre eux jusqu’au-dessus de certaines grandes villes.

Donc les sons du ciel, c’est le son du cosmos, c’est le chant de la Vie. Le son de la Terre, c’est le réajustement de la fréquence harmonique de la Terre sur une nouvelle dimension. Pour l’instant, ça se produit à certains endroits où il y a jonction des énergies cosmiques et des énergies du noyau cristallin de la Terre, le cosmo-tellurisme si vous voulez, qui sont en syntonie. Mais comme vous le voyez, ce n’est pas permanent et surtout ce n’est pas partout en même temps, c’est en des endroits successifs. Alors pour ceux qui aiment bien comprendre, je vous invite à regarder les endroits où sont apparus les Trompettes, les sons du ciel et de la Terre, je crois qu’en anglais on dit ça le « hum », peu importe, l’anglais, si vous voulez, c’est pas ma tasse de thé, n’est-ce-pas ?

Mais en tout cas si vous suivez les endroits où il y a eu - non pas des séismes hein, non pas des volcans -, où il y a eu les sons du ciel et de la Terre, les morts d’animaux, vous constaterez que c’est dans les mêmes endroits. C’est aussi dans ces endroits, ou en périphérie de ces endroits, que sont apparus pour l’instant les trous dans le manteau terrestre qui ont été faits par les dragons, et qui permettent d’alléger les tensions du manteau terrestre du fait de la radiation de l’Ultraviolet et du noyau cristallin de la Terre, la radiation de Sirius si vous voulez, qui crée des forces de tension et d’expansion. L’expansion doit se faire en activant certaines portes, comme votre expansion s’est faite en activant les Étoiles, les chakras, les Portes, l’Onde de Vie, le Canal Marial ; c’est pareil. Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ; ce qui se passe dans le microcosme se passe dans le macrocosme. Vous n’êtes que l’image, d’ailleurs les Chinois le disent très bien : l’homme est l’intermédiaire du ciel et de la Terre. Il est celui qui se tient debout entre le ciel et la Terre, enfermé certes mais debout. Et ce qui se passe en vous se passe à l’extérieur.

Vous, vous êtes troué au niveau des Portes, vous êtes poinçonné comme on dit, sur la Porte, non pas des Lilas mais la Porte Attraction. Vous êtes poinçonné sur la Porte Vision. Maintenant vous êtes poinçonné sur les points qui forment le losange autour du sacrum, vous êtes poinçonné sur les Portes qui sont au niveau des plis de l’aine. Vous êtes perforé de partout, vous êtes troué de partout, pour justement laisser la Lumière remplir tout ça et faire disparaître l’illusion de la personne. Et c’est ce qui se passe sur terre.

Si vous voulez, il n’y a aucun retour en arrière possible, et ça les méchants garçons l’ont parfaitement compris. Mais eux aussi suivent un plan, mais leur plan n’est pas leur plan, c’est le plan de la Lumière aussi, puisque rien de tout cela n’existe.

Je crois que c’est l’heure. Alors je vous transmets toutes mes bénédictions, et comme on n’a pas fini, eh bien je reviendrai demain. Et je vous dis à bientôt.