SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

23 mars 2016

Daesh, le bras armé du Nouvel ordre mondial

Est-ce que l’on s’est interrogé sur un fait passé inaperçu du grand public : les moyens multiformes qui sont ceux de Daesh ?

Daesh, l’autoproclamé « Etat islamique » (EI) est de fait un « Etat » avec toutes ses subdivisions administratives et militaires. Selon les sources les plus sérieuses « l’EI » possédait en 2014, une armée évaluée à au moins 30.000 « jihadistes » de 80 nationalités, qui seraient des chiffres « moyens » quand d’autres estiment que ceux-ci fluctueraient plutôt entre 30.000 et 200.0000 hommes. Arrêtons-nous toutefois au chiffre le moins-disant de 30.000 jihadistes et posons-nous la question : a-t-on idée de la logistique nécessaire pour nourrir, loger, habiller, armer et soigner ces hommes ? N’importe quel chef d’état-major militaire vous dira que cela coûte des milliards de dollars, singulièrement lorsqu’une armée est en campagne.



Alors d’où proviennent ces milliards de dollars ? Qui les fournit à Daesh et pourquoi ? Quels instructeurs forment ces « soldats » ? Daesh n’est pas un Etat, mais dispose de tous les moyens d’un Etat.

Qui croira qu’un groupe aussi bien structuré (administrativement et militairement) disposant d’une armée « prête » à se battre, de moyens financiers colossaux soit sorti, comme ça, du néant ? Or, l’argent, c’est particulièrement l’Arabie saoudite et le Qatar qui le fournissent, la formation c’est la CIA et le Mossad, autrement dit, les Etats-Unis et Israël, la Turquie offrant le terrain.

Une division du travail qui permet à Daesh d’évoluer selon des plans établis, comme de semer la pagaille au Moyen-Orient. Ce qu’il fit avec conscience.

Mais le groupe Etat islamique n’est que l’iceberg d’une action entamée dès la chute en 1989 du bloc soviétique et l’avènement du pouvoir unipolaire états-unien. Le terrorisme, tel qu’on le connaît aujourd’hui, est de fait l’aboutissement d’une longue période de gestation, commencée en Afghanistan dans les années 1970-1980, destinée à asservir ceux qui s’opposent à la mondialisation annoncée et au Nouvel ordre mondial qui ne devaient laisser sur le terrain qu’un pouvoir : celui des Etats-Unis.

Cette domestication du monde a connu sa première réalisation au Moyen-Orient [qui renferme une gigantesque concentration de gaz et de pétrole] par la première Guerre du Golfe de 1991. Un processus qui devait aboutir à la mise au pas des Etats laïcs arabes.

La guerre imposée à l’Irak et à la Syrie, notamment, entre dans le cadre de ce changement, les Etats devant être remplacés par des royaumes et des émirats confessionnels, ethniques et tribaux. En réalité, le terrorisme – qu’il soit qualifié « d’islamiste » ou international – est une menace créée pour détruire les pays n’entrant pas dans le profil de la nouvelle politique de « globalisation », justifier, a posteriori, les singuliers budgets militaires de certaines armées occidentales, museler, enfin, ceux qui s’opposent à cette politique répressive.

Le Patriot Act étasunien, induit par les attentats du 11 septembre 2001, l’amendement de la Constitution française suite aux attentats de Paris de 2015, auront surtout été prétextes à des lois liberticides et contribué à réduire les libertés des gens. Outre les écoutes téléphoniques, la France, dès 2001, a déployé sur les lieux publics des gendarmes et des militaires renforçant sa législation répressive. Bien que la France soit suréquipée au plan législatif pour lutter efficacement contre le terrorisme, le président français, François Hollande en rajoute encore des couches.

De fait, la lutte « mondiale » contre le « terrorisme » lancée en 2001 par l’ex-président républicain, George W. Bush, s’est muée peu à peu en lutte contre les citoyens qui n’acceptent pas la nouvelle donne géopolitique déclinée sous le label du « Nouvel ordre mondial ».

Pour schématiser, disons que les concepteurs de la mondialisation veulent éliminer toute résistance à l’ordre inégalitaire qu’ils projettent d’instaurer. La mondialisation (ou globalisation) notion économique – dont l’une des finalités est de soumettre les peuples au joug de ceux qui ont entre leurs mains l’économie mondiale – cache aussi un projet politique.

De fait – par le jeu des regroupements, fusions et autres OPA…– une dizaine de sociétés détiennent quasiment les productions des biens et services dans le monde. Selon une récente étude de l’ONG Oxfam, le poids financier de 62 superriches équivaut celui de la moitié de la population de la planète. Dit autrement, ces 62 personnes sont aussi riches que 3,5 milliards de Terriens.

Sous cet angle, Daesh apparaît comme le bras armé du néolibéralisme, selon lequel il doit y avoir « plus de marché et moins d’Etat ». Aussi, l’ennemi premier du « Nouvel ordre mondial » est l’Etat-nation, contre lequel sont lancées les hordes jihadistes.

C’est dans ce sens qu’il faudra sans doute comprendre des attentats qui confortent des politiques répressives allant à contresens d’une lutte efficace contre un fléau utilisé comme épouvantail par ceux dont le dessein est de dominer le monde.

31 Janvier 2016

Source: lexpressiondz.com