SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

5 décembre 2015

Ascension - Décembre 2015 - Gemma Galgani

Source: lestransformations 

Gemma GALGANI


Je suis Gemma Galgani. Frères et sœurs en l’unité de l’Amour, communions ensemble.

… Communion…

Je viens à vous aujourd’hui, mandatée par mes sœurs Étoiles et en tant que porteuse de la vibration et du codage Unité. Je ne vais pas aujourd’hui poursuivre sur la voie et sur les éléments que je vous ai donnés au travers de ma courte vie sur ce qu’est l’Unité et sur la Lumière Blanche. Je viens avant tout communier avec vous et aussi donner quelques éléments concernant le déroulement de l’histoire en ce moment à la surface de la Terre.

L’Unité est un état d’être, l’Unité est une transcendance de la dualité inexorable de la manifestation de la vie à la surface de ce monde. Il ne peut exister en effet d’ombre sans lumière et de lumière sans ombre à la surface de ce monde; il ne peut exister de yin sans yang et de yang sans yin; il ne peut y avoir naissance sans constitution d’un couple. L’Unité n’est pas un objectif en ce monde mais est un état intérieur avant tout.

Le grand subterfuge de l’histoire de ce monde, c’est de vous avoir laissé croire et oeuvrer dans le sens d’un dépassement de la dualité au travers de la pratique d’une religion, d’une ascèse, à travers un comportement axé sur le bien. Je ne reviendrai pas bien sûr sur tout ce qui a été expliqué par mes soeurs Étoiles concernant l’attraction, la répulsion et la falsification de la Lumière. La dualité est inexorable dans la manifestation de ce monde alors que l’Amour est l’Unité. Mais l’Unité ne sera jamais la conséquence de la résolution de l’antagonisme du bien et du mal parce que ce monde justement n’existe que parce qu’il y a cette dualité.

Alors bien sûr, vous le savez, en parlant de dualité il y a la notion de liberté ou plutôt, devrais-je dire, de libre-arbitre, qui peut vous faire croire et vous faire adhérer à l’idée que face à quoi que ce soit vous avez toujours le choix de suivre tel chemin ou tel autre chemin, et bien sûr l’un de ces chemins serait le bien et l’autre serait le mal. Tout ceci ne représente que des fables parce que l’Unité n’a que faire de la dualité. L’Unité ne peut pas s’appuyer et se reposer sur la dualité de ce monde puisqu’elle est justement la transcendance de ce monde et elle est justement la vision réelle de la fausseté de ce monde.

Le yin et le yang, le bien et le mal, le jour et la nuit, à la surface de ce monde, ne sont qu’un combat permanent illustré aussi bien à travers bien sûr les lois de la physique que les lois du vieillissement et même au travers de la loi, de la justice et du droit. Tout part, en quelque sorte, de l’existence d’une personne, et dans la relation entre deux personnes il y a toujours le bien et le mal. Le coeur ne connaît pas le bien et le mal. L’Unité n’est pas la transcendance du bien et du mal mais le dépassement réel de l’illusion du bien et du mal.

Vivre l’Unité, comme j’ai eu l’occasion de l’exprimer à de nombreuses reprises, c’est retrouver la Lumière Blanche, c’est retrouver l’état primordial, c’est retrouver ce que j’ai pu écrire et vous dire voilà de nombreuses années.

Aujourd’hui ce monde vous montre à voir et vous donne à voir, où que vous tourniez votre regard, la confusion, la dualité. Parallèlement à cela, bien sûr, il existe de très nombreux, comment dire, courants ou idées spirituels visant à un espace de résolution au sein même de ce monde. Nombre d’entre vous, ici et ailleurs, aujourd’hui savez qu’il n’en est rien et d’autres ne se sont pas encore posé cette question parce que le moment n’était pas venu pour eux, mais aujourd’hui vous vous rapprochez d’un moment collectif que nul ne pourra ignorer, l’Unité, la Lumière Blanche et la Vérité surtout.

Quelle place a la dualité ? La dualité s’inscrit de manière de plus en plus flagrante là aussi dans le contexte de l’opposition, de la lutte, de savoir qui a raison, qui a tort, où chacun défend un point de vue, non plus seulement à l’échelon des individus mais à l’échelon des nations, des continents même, vous faisant miroiter en quelque sorte une issue positive par le retour du Christ, par la venue du Christ, bref en croyant qu’un sauveur extérieur va sauver autre chose que votre éternité. Tout cela ne sont que des projections, des chimères, des fantasmes liés à la peur.

Il n’y a pas de meilleures circonstances que maintenant, en ce temps-là de la Terre, pour réaliser ce que vous êtes en vérité et en unité parce que tout, au sein de l’environnement de ce monde, devient chaotique. Ce qui était sûr avant n’est plus sûr aujourd’hui. Vous savez très bien que la paix n’est que l’intervalle entre deux guerres, au sein de la dualité. La paix du coeur ne connaît aucune guerre ni aucun manque, c’est cela la leçon de la vie aujourd’hui. Elle se renforcera à chaque minute, à chaque seconde, à chaque journée, vous donnant à vivre et à vous ajuster au plus proche de votre vérité qui peut être plus ou moins éloignée ou superposée avec la vérité de l’Amour.

Comme mes sœurs vous l’ont dit voilà de nombreux mois, comme les Anciens, les Archanges aussi vous l’ont dit, tout est occasion, tout ce qui peut sembler heurter, tout ce qui peut sembler rempli de cette dualité entre les individus, entre les croyances, entre les intérêts personnels et sociaux, de plus en plus parmi vous, même endormis, découvrent quelque part que là ça ne peut pas coller, que les chemins de fonctionnement habituels, tels qu’ils prévalaient à la surface de ce monde, n’ont plus cours.

Paradoxalement, l’incertitude de plus en plus grande vous permettra facilement de trouver la certitude intérieure, vous faisant faire en quelque sorte un retournement de la conscience et favorisant aussi le retournement ultime de la Libération collective. Dit autrement, tout ce qui est connu doit s’effacer pour laisser la place à l’inconnu, là où seul l’Amour sous-tend le monde et la manifestation quelle qu’elle soit.

Ce qui peut apparaître détestable pour la personne, pour la société elle-même, n’est rien d’autre qu’un ajustement aux lois éternelles de l’Amour. Même ce qui est donné à recevoir, donné à sentir, peut apparaître dans un premier temps comme exactement l’inverse. C’est justement dans les moments où l’organisation de la vie - telle qu’elle était sous-tendue par la dualité - disparaît, que l’Unité peut apparaître et que votre conscience peut s’identifier, au-delà de votre personne, à la réalité de l’Unité et de l’Amour. Autrement dit, plus il y aura déstabilisation de l’organisation de la vie en ce monde et plus l’Unité deviendra manifeste comme seule possibilité de résoudre ce qui peut sembler être à résoudre.

La guerre du monde conduira à la Paix éternelle parce que non seulement les temps sont accomplis et sont venus mais ils se révèlent sous vos yeux. Et cette guerre qui aboutit à la paix se déroule aussi en vous. Elle n’est pas liée à vos perceptions, à votre conscience, mais directement liée et résultant de l’interaction entre la structure de votre corps d’Éternité et les structures subtiles éphémères, ainsi que votre corps physique bien sûr.

La chair, la matière elle-même se met à vibrer. Ce n’est plus de l’énergie, ce n’est plus l’énergie vibrale tel que cela vous a été expliqué, telle que vous l’avez vécue depuis de nombreuses années, c’est autre chose. C’est la rencontre finale entre votre éternité et votre éphémère, aboutissant à la transmutation totale de la matière dont vous êtes constitué, ici-même. C’est la structure cellulaire maintenant, le plus intime de vos cellules, qui change de fréquence et qui vibre. La matière elle-même est vivante. Découvrir la matière vivante, c’est laisser mourir la matière qui se croyait morte, c’est ascensionner la matière dans les Demeures de la Liberté.

Des perceptions nouvelles se font jour en vous. Je ne parle pas de votre conscience, je ne parle pas de la Lumière elle-même, mais je parle directement de votre vie ordinaire et de votre propre corps de chair. Celui-ci peut disparaître par endroits, celui-ci peut vibrer au niveau de la matière elle-même en différents endroits, en vos centres d’énergie mais aussi de manière privilégiée en ce qui est nécessaire pour chacun de vous afin de vous ajuster à l’éternité du Christ et à l’éternité de l’Unité.

Là aussi il n’est pas question aujourd’hui de donner en quelque sorte une cartographie de ce qui se déroule mais plutôt de voir ce que cela sous-tend, de la même façon qu’il aurait été possible de vous donner la structure réelle et concrète du corps d’Éternité pour chaque conscience qui pérégrine au sein des mondes. Mais cela même n’a plus de sens aujourd’hui. La transmutation qui se déroule en vous, cet achèvement de la mutation, c’est exactement ce que vous voyez sur l’écran du monde, le moment où les croyances se rencontrent et s’affrontent, le moment où les mensonges se rencontrent et s’affrontent. La Vérité n’a pas besoin de se confronter ou d’affronter quoi que ce soit.

Ce que vous voyez en définitive, partout, où que vos yeux se portent à l’extérieur de vous, n’est que la résultante du manque d’amour et du manque de reconnaissance de l’Amour, même si cela est réalisé au nom de l’Amour d’un dieu sanguinaire ou même au nom de l’établissement d’un paradis terrestre qui n’existe que dans les fantasmes de ceux qui y ont cru, mais qui ont eu aussi leur rôle parce que l’espoir est porteur de Lumière. Mais aujourd’hui il n’est plus temps d’espérer, il est temps de se rendre compte, il est temps d’acquiescer et de dire « oui » à la vie éternelle, « oui » à l’Unité, et laisser en quelque sorte la dualité inexorable de ce monde se résoudre d’elle-même en votre chair comme en toute résonance présente dans votre vie.

La lourdeur apparente de ces temps qui sont à vivre vous appelle à la légèreté de l’être et de l’Éternité. Vous pouvez aujourd’hui effectivement vous dire que plus rien ne sera comme d’habitude sur la Terre parce que le temps de la dernière Trompette, le temps de la révélation finale se déroule sur l’écran de votre conscience et sur ce que vous donne à voir ce monde. C’est le moment aussi où les discours ne font plus sens mais où seul le Verbe fait sens, et le Verbe est l’Épée de Vérité, le Verbe ne connaît pas le mensonge et le Verbe ne connaît pas non plus la dualité.

Incarner le Verbe, c’est ascensionner la matière. Incarner le Verbe et manifester le Verbe, c’est ébranler la matière enfermée depuis ses fondations. C’est cela que vous sentez dans vos corps, dans vos mains, dans vos pieds, dans vos épaules, sur les Portes, sur les Étoiles, sur les chakras. C’est l’incarnation du Verbe, et l’incarnation du Verbe dans la matière entraîne, je dirais ipso facto, la résolution finale de la dualité et de ses illusions.

Voilà fort longtemps le Commandeur disait que ce que la chenille appelle la mort, le papillon l’appelle naissance. Et que bien sûr dans un élément donné qui est à vivre, pour vous comme au niveau collectif, le même événement peut déclencher, je dirais, deux états profondément différents, un état de peur ou un état d’Amour. Celui qui a peur, c’est celui qui est inscrit dans l’éphémère, dans l’attachement. Celui qui croit que son paradis doit se faire sur Terre et qui se croit poussière et qui retournera poussière, et qui ne croit en rien d’autre ou qui croit en une postérité où tout est résolu, où il n’y a plus de chaos, où tout est ordonné comme une machine. La vie n’est pas cela. La vraie vie est à l’intérieur de vous, la vraie vie n’a que faire des circonstances de ce monde, surtout quand celles-ci tirent à leur fin, à leur résolution finale.

Rappelez-vous que quel que soit l’élément qui frappe à votre porte, quelles que soient les circonstances qui se déroulent maintenant dans vos vies, seul l’Amour est éternel et que les réponses que vous allez apporter face à chaque défi ou à chaque joie ne dépendra que de la dose d’Amour et de la vérité de l’Amour qui est présente ou absente. C’est dans la guerre, en vous comme à l’extérieur de vous, que se conçoit la paix, mais non pas la paix de ce monde comme intervalle entre deux guerres mais la Paix éternelle qui ne connaît aucune guerre ni aucun conflit, ni aucun attachement, ni aucune limite, ni aucune limitation.

Qui peut encore aujourd’hui croire que le seul avenir possible passe par la matière, excepté celui qui est soumis à la matière et qui ne reconnaît rien de l’Esprit et qui en déforme le sens, que cela soit au travers des religions ou des croyances ou des lois. Ce que vous donnent à voir la vie et le monde aujourd’hui est exactement ce qui se déroule et s’est déroulé et se déroulera en vous. Vous êtes libre de choisir l’un ou l’autre, vous êtes libre de vous poser en l’un ou en l’autre. Là est la Liberté et la Libération de la Terre. Il y a non seulement de nombreuses demeures mais il y a aussi de nombreuses destinations.

Certains d’entre vous sont libérés, réellement et concrètement, dès maintenant, les Libérés Vivants. D’autres parmi vous font le choix de la pérégrination de la conscience en quelque dimension que ce soit, mais c’est la même Liberté. Aujourd’hui, il vous est donné de vivre qu’aucune Liberté ne peut venir de ce monde, même si bien sûr cela fait partie des grandes devises, des grands slogans je dirais, et des statues portent même ce nom-là. Voyez-vous le côté dérisoire de tout cela ? Le mot, la parole est travestie parce que le Verbe ne la vivifiait plus et aujourd’hui vous, vous redécouvrez le Verbe, vous le vivez. Voyez-vous la différence ? Si vous ne le voyez pas encore, cela ne saurait tarder parce que l’intensité est telle que la Terre, que chaque frère et sœur et que chaque parcelle de conscience à la surface de ce monde et au sein de ce système solaire ne pourra l’éviter.

Tout ce qui se déroule sur Terre jusqu’à l’Appel de Marie maintenant, n’est qu’une injonction à l’Amour à laquelle vous répondez ou pas.

Rappelez-vous que la seule liberté au sein de ce monde c’est la liberté d’aimer, parce que l’on peut vous interdire de penser, on peut mettre fin à vos jours, on peut vous enfermer, mais la liberté de l’Amour ne connaît aucun enfermement et vous êtes l’essence et la nature même de l’Amour. Et c’est dans ces circonstances particulières de la Terre, annoncées par tous les prophètes, où que le regard se tourne sur les peuples de la Terre, en quelque continent que ce soit, c’est réellement ce que vous vivez maintenant.

Nous vous avons accompagnés, les unes et les autres ainsi que nos chers Anciens et les Archanges, au plus juste de ce qu’il était possible de concevoir en vous, dans vos espaces intérieurs, et de vivre en vous au travers de la conscience, au travers de l’énergie, de la vibration. Aujourd’hui le décor et le spectacle du monde devient éloquent et évident pour celui qui veut bien regarder.

La perte des repères, la perte des bases mêmes sur lesquelles s’appuie la dualité, au-delà des lignes de prédation et au-delà des gouvernements, des systèmes étatiques, des systèmes organisationnels dans leur totalité se voient aujourd’hui effondrés, effondrés et percés de toutes parts par la vérité de la Lumière et de l’Amour qui ne laissent aucun interstice pour le déploiement de l’ombre. Mais cette Lumière, vous le savez, n’est pas de ce monde. Ce n’est pas la lumière donnée par le Soleil, c’est la Lumière des particules adamantines, c’est la Lumière véritable, cette Lumière Blanche de l’Unité, qui annonce aussi ce qui est au-delà de la manifestation de la conscience : l’Absolu.

Aujourd’hui, où que vous soyez, sur quelque pays que ce soit, vous avez accès à la Grâce, encore faut-il penser à la Grâce, non pas simplement de la laisser comme un potentiel mais de lui permettre d’émaner de vous-même et de rentrer en action, si je peux dire, à la surface de ce monde, de manière de plus en plus éclatante. Alors bien sûr vous n’êtes pas sans voir autour de vous que les forces de résistance à ce qui est déjà perdu et qui a déjà perdu mais que, comment dites-vous, un baroud d’honneur, d’un honneur bien mal placé qui refuse l’Intelligence et l’évidence de la Lumière. Mais ne jugez pas, là non plus. Cela ne représente que le manque d’amour lié à la sclérose des idées, à la sclérose des pensées, à la sclérose même de l’enfermement au sein de la dualité.

Bien sûr nous savons, nos sœurs comme les Anciens et les Archanges, qu’une frange importante de la Terre dort encore et ne croit que les sirènes de la dualité, que cela soit en ce monde, que cela soit par rapport à la spiritualité. Mais les événements de ce monde vont vite faire changer les choses, où seul l’Amour pourra être reconnu comme seule vérité. Tout le reste n’aura plus de sens et dans cette phase d’ultime résistance et de dernier combat mené comme un baroud d’honneur, il peut y avoir pour vous l’impression qu’il y a beaucoup de résistances. Il n’en est rien. Il est simplement question que les résistances elles-mêmes et les habitudes fossilisées de mensonge soient éclairées de manière de plus en plus violente par la Lumière. Reconnaître cela et ne pas nourrir cela, rentrer en soi à ce moment-là. Chercher en soi, non pas comme le sens d’une recherche spirituelle mais bien plus comme trouver l’Évidence qui est là.

C’est dans ces moments particuliers de l’histoire de l’humanité que se trouvent les plus grandes capacités de dépassement et de transcendance parce que nombre d’âmes, nombre de frères et soeurs sont impactés et touchés, certes avec effroi le plus souvent, avec peur, mais cela n’a aucune espèce d’importance parce qu’en définitive, c’est toujours l’Amour qui gagne, parce que l’Amour est la seule chose possible dans toute manifestation et que priver d’Amour une manifestation, c’est la conduire à sa propre dissolution. Bien que ce qui a été nommé « les méchants garçons », les Archontes, ont construit quelque chose qui leur semblait viable, il n’en est rien. Comment peut-il y avoir quelque chose de viable dès l’instant où il y a un début et une fin ? Mais il est des fins plus importantes que certains débuts. C’est le moment où tout change, radicalement, c’est le moment où tout se transforme, le moment où rien de ce qui était repérable n’est plus repérable, parce que c’est à ce moment-là que l’homme, au sens général, plongera en lui pour trouver ce qu’il est et non pas en une quelconque histoire ou une quelconque amélioration des circonstances de ce monde.

Remarquez dorénavant comme plus la Lumière progresse et plus elle se dévoile à travers vos rencontres et ce que vous voyez ou vivez, plus les résistances sont apparentes, non pas nécessairement les vôtres, mais celles qui s’expriment à la surface de ce monde. N’y voyez rien d’autre que cela. Même s’il y a horreur pour le regard divisé, même s’il y a horreur pour ceux qui perdent un confort, des habitudes, allez au-delà des apparences et allez au-delà même de cette notion de causalité, de bien et de mal.

L’expérience collective de l’humanité, dans cette période de Choc, est essentielle. Rappelez-vous, il y a le déni, il y a la colère, il y a la négociation et en définitive vient l’acceptation. Dès l’instant où vous avez accepté, vous êtes libéré. Dès l’instant où vous avez accepté, il n’y a plus de questions d’ordre de « protection », il n’y a plus de questions d’ordre « que vais-je devenir » ou « que va devenir un tel ou un tel ». Vous acceptez l’Immortalité. Là est la Liberté, là est l’Unité, parce que cela vous recentre dans l’instant présent. L’inéluctabilité et la conscience de l’inéluctabilité de ce qui se déroule vous amène à lâcher prise, à vous abandonner, et vous amène directement à vous en remettre à la divine providence, à la Lumière, à la Volonté du Père – vous le nommez comme vous voulez – mais c’est le même processus qui se déroule. En cela vous libérez le Verbe, le Verbe Créateur. Votre parole ne devient plus simplement de l’air qui résonne mais porte elle-même le Verbe Créateur et les particules adamantines.

D’ailleurs ceux d’entre vous qui sont le plus à l’aise, si je peux dire, avec l’énergie, avec la conscience, avec la vibration, perçoivent aisément quand ils s’expriment par la parole ou quand ils s’expriment par le Verbe. Cela n’a pas le même impact en vous comme sur le monde. De même dans le silence, là où s’élabore le Verbe. Vous avez l’opportunité de vivre ce qui est inconditionné et qui ne dépend d’aucune circonstance et qui est même, je dirais, par les circonstances les plus dures de la Terre que vous vivez en ce moment… mettre l’Amour devant est dix fois plus efficace, si je peux m’exprimer ainsi, que mettre l’Amour devant quand tout va bien et que tout est heureux. C’est là que vous voyez vos propres capacités de résilience, de dépassement, de transmutation.

… Silence…

Rappelez-vous que tout est en vous. Les Anciens vous ont expliqué que nous sommes tous en vous. Certains autres, avec leur voix tonitruante, ont insisté sur cette notion d’illusion de la personne. Rappelez-vous aussi que l’Amour vous rend léger et que l’Unité vous allège elle aussi. Faites l’expérience de cela parce que vous n’êtes plus dans les concepts, dans les idées, vous n’êtes plus dans une histoire ou dans une projection d’une histoire qui s’améliorerait, mais vous êtes dans la Vérité, vous êtes dans le Verbe, vous êtes dans les temps de l’Appel. C’est cela qui va apparaître à votre conscience de façon de plus en plus facile, de façon de plus en plus directe même.

Vous constaterez par vous-même que plus il y a de circonstances ou d’événements qualifiés d’horribles par la personne, plus vous vivrez l’Amour. Cela n’est pas un paradoxe mais découle directement de cela. En découvrant cela, si ce n’est pas déjà le cas, beaucoup d’entre vous combleront ce qui peut leur apparaître comme un retard mais qui n’en est pas un. Simplement le moment et le temps n’était pas venu pour eux.

Retenez aussi, en ce qui me concerne, que dans les moments de doute, que dans les moments où il vous semble retomber d’une manière ou d’une autre dans la souffrance, dans l’horreur, dans ce qui vous semble impossible à résoudre ou à régler, que l’Unité et ma Présence et ma vibration, que je porte, sont à même de résoudre en vous cela. Il vous faut là aussi sortir des schémas habituels de fonctionnement dans votre monde, action–réaction–solution, il vous faut sortir des modes habituels de solutionnement des problématiques de votre vie. Et tout cela concourt aussi à vous faire recouvrer l’action de l’Intelligence de la Lumière dans votre vie, non plus simplement dans vos espaces intérieurs, fondu dans la Lumière Blanche, dans le Soi, mais directement dans ce monde, dans l’explosion si je peux dire de cette dualité.

Les règles changent, les mécanismes changent. Vous découvrez des pans entiers qui vous étaient insoupçonnés, que cela soit avec les peuples de la nature, que cela soit en vous, que cela soit dans votre capacité à aimer réellement et concrètement sans conditions. Quelle que soit l’histoire, quelle que soit la souffrance, quelle que soit la satisfaction, vous constaterez que de plus en plus souvent il est beaucoup plus sage et beaucoup plus aisé de se placer dans cet Amour sans conditions qui n’attend rien et n’espère rien, parce que là est la vraie vie.

Retenez aussi que dans l’incarnation du Verbe, dans la réalisation du Verbe Créateur, il n’y a pas de place pour l’intellect, il n’y a même pas de place pour la moindre compréhension. La compréhension doit être remplacée, en quelque sorte, par l’évidence de la Grâce et l’évidence du vécu qui se suffit à lui-même. C’est à cela que vous mesurez, en vous-même et par vous-même, ce qu’il peut rester encore à laisser disparaître pour vous découvrir en totalité.

… Silence…

Vous voyez peut-être par vous-même que selon votre implication dans le déroulement de l’agonie de ce monde, vous êtes en joie ou vous êtes en peine. Il vous devient de plus en plus facile de repérer ces moments où votre humeur, votre âme, votre Esprit, changent en quelque sorte de polarité et là, de rectifier très vite le tir, si je peux dire, en mettant l’Amour devant, en faisant le silence, en laissant le Verbe plutôt que votre personne décider pour vous.

… Silence…

Regardez aussi comme il vous arrive de disparaître à ce monde, à l’emporte-pièce, même sans le vouloir. Regardez les vibrations de votre chair et non plus l’énergie vibrale ou la Lumière vibrale, parce que votre chair elle-même devient vibration. Ne soyez dupe de rien et soyez fermement ancré, si je peux dire, en l’Amour et en l’Éternité que vous êtes parce que soyez assuré que certains, même qui aujourd’hui semblent en contradiction avec cela, viendra un moment où ils en auront, comment dire, plus qu’assez de vivre et d’être confrontés à leurs propres contradictions et ne pourront en définitive que reconnaître l’Appel de Marie et se positionner, lors de cet ultime appel, dans la vérité de la Lumière. Là est l’Action de Grâce, là est l’état de Grâce.

Que peut craindre celui qui vit son éternité, même de manière parcellaire ? Seul craint celui qui ne connaît rien à l’Éternité et qui n’a fait que le projeter à travers des croyances, des religions et qui n’en a rien vécu dans le cœur. Celui qui croit qu’il y a quoi que ce soit à imposer, à soi-même ou à l’autre, ne peut pas être libre, et cette absence de liberté conduit à ce que vous observez sur l’écran du monde et fait trouver des échappatoires ou des solutions là où il n’y en a pas.

… Silence…

Le monde, celui sur lequel vous marchez, vous conduit aussi à sa manière à vous situer de manière définitive dans la peur ou dans l’Amour. Il ne peut pas y avoir Amour et peur, il ne peut pas y avoir peur et Amour, de moins en moins. Il y a Amour ou il y a peur. Il y a Vérité ou il y a mensonge, et ça ne dépend pas de votre point de vue, ça ne dépend pas de vous et encore moins des circonstances de ce monde, et pourtant c’est ce que donne à voir ce monde.

… Silence…

Je pourrais continuer à m’exprimer très longuement mais le plus important n’est pas ce que j’exprime ni ce que vous entendez, ni même ce que vous comprenez. L’important est la rencontre elle-même, parce que là vous allez à l’origine de l’Amour, à l’origine de l’Esprit.

… Silence…

Ce que le monde vous donne à voir, enfin, et vous donnera à voir de plus en plus, c’est qu’il n’existe pas de résolution d’un conflit quel qu’il soit face à la Lumière. Il n’y a que l’évidence de la Lumière qui résout le conflit en le remettant à sa place comme quelque chose qui n’est pas d’amour et qui donc ne peut même exister ni entrer en une quelconque manifestation. C’est à cette mort-là que vous assistez, en vous comme en ce monde. Ne meurt que ce qui est mortel et ressuscite la beauté.

Ne vous attachez pas aux mots, aux images, aux concepts, mais découvrez votre vérité, la Liberté que procure l’Amour inconditionné, la légèreté que déclenche le Feu du Cœur. Alors oui, je viens vous encourager à traverser toutes les apparences, à traverser toutes les joies comme toutes les épreuves avec le même amour, non pas d’un amour que vous projetteriez comme une solution ou comme un espace de résolution mais bien plus comme la seule réalité et vérité tangible qui n’est pas affectée par le temps et qui n’est pas affectée par aucune personne. Là est en quelque sorte ce que j’appellerais « sauf-conduit ». Retenez aussi qu’en Amour il n’y a rien à redouter et que dans la peur, effectivement, il y a tout à redouter.

Je suis Gemma Galgani et au-delà de mes mots, permettez-moi de communier encore une fois avec vous, avec chacun de vous.

… Communion…

Je terminerais par ces mots aussi : quelles que soient les apparences, réjouissez-vous, quel que soit le désordre, réjouissez-vous, parce qu’il y a bien plus que la promesse de la joie éternelle de votre Résurrection. Il y a la vérité de l’instant présent qui dorénavant se dévoile dans toute sa majesté, dès l’instant où vous ne nourrissez plus ce qui fait souffrance en vous, dès l’instant où vous le voyez et où l’espoir en l’action de la Lumière est bien plus grand que ce que vous pourriez comprendre, ce que vous pourriez élucider par vous-même.

… Silence…

Je suis Gemma Galgani et je vous dis à toujours, en notre éternité Une.

Au revoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire