SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

18 novembre 2015

Melun, malaises en série : deux étages évacués à la cité administrative

Une employée de la cité administrative a été victime d'un nouveau malaise, ce mardi, dans les locaux de Melun. Une pétition a été lancée par des employés et de son côté, la préfecture annonce qu'un travail se poursuit "pour trouver une explication rationnelle."

Les malaises se poursuivent mais les questions restent à ce jour sans réponse. Une employée de la cité administrative de Melun a été transportée par les pompiers à la suite d’un malaise, ce mardi en fin de matinée dans les locaux de Melun. Deux étages de la tour ont été évacués le temps de l’intervention des pompiers qui ont notamment réalisé “des vérifications d’usage”.

“Syndrome collectif inexpliqué”

“Depuis la rentrée, il y a déjà eu plusieurs malaises mais personne n’est capable de nous dire quelque chose sur ce syndrome collectif inexpliqué qui nous inquiète”, commente un représentant du personnel. Les personnes évoquent des odeurs particulières et se plaignent ” de maux de tête, de picotements, d’un état de fatigue général voire de vertige.” Une cellule de coordination interdisciplinaire doit être créée par l’ARS (agence régionale de santé d’Ile-de-France) dans le cadre de cette série de malaises inexpliqués

Une pétition a été lancée en début de semaine pour sensibiliser sur le sujet. “Nous exprimons notre inquiétude et notre impatience croissantes, alors que crises et symptômes se poursuivent”, détaille le document. Le délégué du personnel estime que ces troubles sont en lien avec le bâtiment et notamment du système de ventilation. Les premiers malaises ont débuté en 2008 et ont déjà fait l’objet de recherches.

“Explication rationnelle”

Contactée, la préfecture explique que “les gaines et filtres de ventilation son régulièrement vérifiées”. Par ailleurs, une équipe indépendante doit prochainement rendre ses conclusions. “Celles-ci ne sont pas liées au problème”, relevé ce jour, mais correspondent “à un travail mené de plus longue haleine” pour tenter “de trouver une explication rationnelle au phénomène”.