SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

10 octobre 2015

L'Ultime Ronde des Archanges - Partie 03

URIEL
Par lui-même

Canalisations Octobre 2015

Vérité et en Unité, daignez recevoir et accueillir la Grâce de ma Lumière Blanche. Je viens à vous en tant qu’ange de la Présence et Archange du Retournement, venant accompagner votre délivrance.

Ainsi j’entame avec vous le chant de la délivrance, celui où souffle l’esprit de feu de la Liberté, celui où souffle l’esprit de Vérité. Ainsi en vous le Paraclet s’active. Ainsi en vous je viens déposer l’activation de la troisième clé, celle vous donnant à vivre le Passage avec facilité, vous permettant de traverser les rives du connu afin de vous retrouver dans la splendeur de la Vérité retrouvée, afin de vous retrouver dans le chant de la Liberté, entonnant de manière perpétuelle la gloire de la Vérité et la vérité de l’Amour.

Bien-aimés enfants de la loi de Un, je viens chanter au Temple de votre Présence le chant de la Liberté, le chant de l’Appel, celui qui accompagne le passage du connu à l’inconnu, vous donnant à vivre enfin le souffle et la vérité de l’Éternité, le souffle et la vérité de votre beauté.

Aimés de l’Un, enfants de l’Un, chante en vous le chant de la Liberté, chante en vous le Silence de la Vérité. Entre mes mots se déposent en vous le principe et l’essence de la Liberté éternelle, de la Vérité enfin apparaissant sans freins et sans résistances, apparaissant enfin en l’Appel de Marie et en l’Appel des Archanges, vous donnant à vivre la vraie Liberté afin de voir avec les yeux de votre chair la majesté de la Lumière, afin que plus jamais le moindre doute ne puisse subsister au sein de l’entropie de ce monde.

Ici-même, ici et partout se découvre en vous le chant et le souffle de l’Esprit, celui qui enfin arrive à émerger depuis l’intérieur vers l’extérieur et de l’extérieur vers l’intérieur, vous donnant précisément le tempo de votre Liberté, le tempo de votre délivrance. Alors accueillez et laissez œuvrer les forces de la Lumière et laissez œuvrer la vérité de la Lumière afin que le Passage se déroule en vous de la manière la plus sage, afin que le Passage se déroule en vous de la manière la plus directe, la plus éclatante et la plus réjouissante.

Alors ouvrez ce qu’il peut rester encore à ouvrir et laissez ce qui doit encore être laissé. Alors ouvrez et laissez en vous surgir le chant de la délivrance, celui qui est conjoint à l’Appel de Marie où dans un dernier râle lié à la souffrance vous vous ouvrez à la vérité de l’Amour, à l’infinité des possibles et à la source des sources, vous donnant à vivre et à expérimenter ce qu’est la vraie Liberté, en dehors de tout cadre, en dehors de tout référencement et en dehors de toute illusion.

Ainsi le souffle de la Vérité et le souffle de l’Esprit vient chanter à la porte de votre Temple, vient s’ajuster au plus proche de votre cœur, afin d’orner votre Cœur Ascensionnel des lumières de la Vérité, des sceaux archangéliques, des lumières de votre Êtreté et des lumières venant de toute dimension et de toute direction de l’espace avoisinant et lointain de la Terre. Ainsi le Soleil vient épouser la Terre, baptisant en vous l’esprit Solaire, baptisant en vous, en l’esprit de Vérité, la Présence Une de toutes les Présences qui se sont exprimées par diverses voix en votre Temple intérieur.

Ainsi le temps est venu de vivre le Silence, celui de la plénitude de l’être et de l’Esprit, soufflant sans discontinuer sur le terrain fertile de votre cœur et de votre expérience, donnant à germer et en même temps à éclore et en même temps à récolter les fruits de la délivrance, l’accès à la Vérité suprême, celui de votre être qui est non plus l’observateur, qui est non plus celui qui joue un rôle mais qui est bien avant la présence même de l’observateur.

En ces temps où plus rien ne sera à observer d’autre que la Lumière, visible en chaque déchéance de l’illusion de ce monde, mettant fin aux ultimes structures et aux ultimes conditionnements de l’habitude de la vie au sein de l’illusion. Ainsi je viens faciliter votre ultime Passage, celui qui vous fait découvrir en totalité et en entièreté la vérité de votre être, la vérité de la Source et la vérité de l’Absolu afin de mettre fin, si telle est votre vibration, si telle est votre Présence, aux jeux d’ombre et lumière existant au sein de ce monde.

La Lumière n’a besoin d’aucune ombre, la Lumière est de toute éternité, en quelque couleur que ce soit, émanant sa propre lumière, émanant sa propre vérité, chantant la symphonie des mondes, la symphonie des corps célestes comme des corps humains.

Ainsi vous êtes invités non plus à la ronde des Archanges mais à la ronde de vous-mêmes, afin de trouver la boucle de l’Éternité, celle qui vous fait ascensionner en la spirale du Lemniscate sacré, en la spirale de la Liberté où toute liberté ne peut se découvrir qu’une autre liberté, permettant la création de tous les possibles, ou le repos au sein de l’absence de création. Là est votre Éternité, là est la vérité de chacun, qu’il l’accepte ou qu’il le refuse. Ceci est le don de la Grâce fait à vous-mêmes, par l’état de Grâce et l’action de Grâce, vous donnant à emprunter le chemin le plus direct de la délivrance, celui de l’humilité, celui du cœur enfin retrouvé à son origine première comme à sa finalité dernière, celui de l’Amour, celui du Christ et celui de la conscience.

Enfants de l’Un et aimés de l’Un, écoutez et entendez le chant de la délivrance, celui de la vérité infinie de la beauté de la Source en quelque création ou récréation que ce soit. Alors, là, dans le silence de votre Temple rempli de l’Esprit du Soleil, prêt à accueillir le Christ et l’Appel de Marie, revêtu du manteau de Marie et de Mikaël, je viens illuminer par le Blanc de ma Présence l’écran de votre conscience, mettant fin aux ombres, mettant fin aux jeux, mettant fin à l’éphémère. L’heure est venue de chanter le chant de la délivrance, non plus seulement celui de la Liberté mais bien celui de l’actualisation de la Liberté au sein même de votre monde tant privé de liberté essentielle de la conscience.

Aimés de l’Un, je viens délivrer en vous le sceau de la délivrance, je viens délivrer en vous le sceau de la stabilité de la présence lumineuse de l’Esprit éclairé au sein du souffle de l’Esprit et du Feu de la Vérité. Le Feu du Christ touche vos portes, vous faisant traverser ce qu’il reste à traverser, sans difficulté, dès l’instant où vous accompagnez le sens de la traversée sans aller à contre-courant, sans vous opposer à quoi que ce soit de la Grâce, à quoi que ce soit de l’Intelligence.

Ainsi je viens caresser ce qui en vous, vient déverrouiller les dernières portes fermées dans les doubles tours de la peur et de l’incompréhension de ce qui se déroule en vous comme autour de vous sur ce monde. Car il n’y a nulle réponse à apporter à ce monde, il y a juste à le laisser s’éteindre lui-même au sein des braises de son feu dévorant qui n’accepte pas le Feu de la Vérité. L’heure de l’Ascension de la Terre, et non plus seulement de sa Libération, a enfin sonné à l’horloge cosmique du Soleil, à l’horloge cosmique de votre cœur. Ainsi se manifeste d’ores et déjà l’appel à la vacuité, l’appel au Silence, l’appel à la paix. Alors entendez-vous le son de la paix, entendez-vous la fréquence, celle ultime précédant le calme, précédant l’installation uniforme et définitive de la Lumière Une au sein de votre conscience comme au sein de ce monde ?

Bien-aimés enfants de la loi de Un, après l’accompagnement que vous avez peut-être suivi, que vous avez peut-être vous-mêmes accompagné, reproduit et vécu en votre Temple, il est temps maintenant de ne plus rien cacher derrière l’écran du jeu, de ne plus rien cacher derrière l’écran de théâtre afin que nul écran ne puisse s’interposer entre vous et vous-mêmes. Pour chacun de vous, en chaque temps et en chaque souffle que vous prenez à la surface de ce monde, le souffle de l’Esprit vous rend à votre esprit et vous rend à l’Éternité.

Alors écoutez le chant de la délivrance et laissez-le chanter dans le silence de votre cœur, autour de votre tête et en quelque partie de ce corps crépitant de Lumière, exultant à la joie des retrouvailles. Car il s’agit bien d’une retrouvaille de ce qui croyait avoir été perdu ou égaré en ce chemin de la Terre. Le chemin de la Terre, l’épreuve de la compression, l’épreuve de l’oubli, touche à sa fin. Il est temps de se souvenir, non pas de vos mémoires mais de ce que vous êtes en vérité, il est temps de le vivre en totalité et en entièreté. C’est cela qui s’ouvre en ces jours en vous, c’est cela qui s’ouvre en vos sens, c’est cela qui s’ouvre en vos perceptions, c’est cela qui s’ouvre en vos cogitations existant encore en vous.

Alors, œuvrant au sein du Mystère, de la révélation, je viens déposer ce chant de la délivrance, ce chant qui n’est pas seulement celui de la Liberté ou celui de l’Amour mais celui qui englobe tous les autres chants, le chant de tous les possibles, de toute expérience en quelque dimension que ce soit. Là est la Lumière Blanche, celle de l’Unité, celle de la Vérité. Quelles que soient vos expériences passées, quels que soient vos accès passés, aujourd’hui et chaque jour est un jour nouveau, vous installant de manière de plus en plus évidente et flagrante dans l’évidence de l’Amour.

Aimés de l’Un, aujourd’hui vous commencez à voir plus que clair sur les vicissitudes de l’illusion, sur les vicissitudes de l’enfermement, afin de vivre et de porter l’étendard de la délivrance et de la liberté à chacun et en chaque sourire, en chaque geste, en chaque parole comme en chaque silence, en chaque occasion comme en chaque circonstance, vous donnant à établir de manière ferme et définitive la vérité de ce que vous êtes. Et de vous voir les uns les autres au-delà de tout masque, au-delà de toute fréquence, au-delà de toute vibration, mettant à nu l’atome germe, celui de l’Amour, celui de l’Esprit, le laissant œuvrer de lui-même et par lui-même en vous-mêmes.

Ainsi se déploie le chant de la délivrance vous donnant à éclairer par vous-mêmes et par la Lumière, sans désir et sans vengeance, sans jugement et sans hâte, ce qui se déploie sur l’écran de votre vie, ici-même et ailleurs. Ici-même et ailleurs dans cette vie, le chant de la délivrance a sonné, annonçant les Trompettes, annonçant l’Appel de Marie, annonçant le retour du Christ, en votre Présence comme en votre Absence à ce monde, vous donnant encore plus de poids et plus de densité à la Vérité éternelle, vous affranchissant de toute contrainte et vous affranchissant de tout ce que vous avez considéré jusqu’à présent comme des rôles ou des fonctions essentielles au sein de ce monde.

La vie continue, mais à une autre octave. La vie se transforme, et c’est d’ailleurs sa caractéristique essentielle. Ainsi vient vous le rappeler le chant de la délivrance, vous amenant à expurger et à laisser s’évacuer de vous, tout justement ce qui n’est pas vous, tout justement ce qui n’est pas de l’ordre de la Grâce de la Lumière et de son Intelligence. L’Intelligence de la Lumière fait fondre et disparaître l’intelligence de la personne car au sein de la Lumière, il n’y a pas d’autre exigence que d’être soi-même cette Lumière où tout se résout, où tout est possible et où rien ne peut être impossible à la Grâce de l’Amour, à la manifestation de la conscience et à la présence, au sein de l’Absence, de l’Absolu lui-même.

Bien-aimés enfants de la loi de Un qui avez suivi les préceptes de la loi de Un et avez appliqué à votre mesure la loi de Un au sein de votre vie, aujourd’hui le temps de l’effort est terminé car cette délivrance-là n’est pas un effort mais bien plus un Abandon, ainsi que vous le savez. À la mesure de votre Abandon, le Passage de la délivrance se fera avec bonheur et légèreté dans votre densité d’Amour, dans votre densité de Présence ou dans la légèreté de votre Absence. Ainsi se déroule l’ultime Passage, celui qui œuvre au sein de la Lumière Blanche, finalisant les différentes œuvres que vous avez entreprises durant ces années, vous menant au sommet de la montagne, vous menant au sommet de vous-mêmes, vous ramenant ainsi au cœur du cœur, à l’essence de l’essence et à la vérité de l’être suprême dans sa splendeur, sa royauté, sa consécration et sa manifestation, ou son absence de manifestation, au sein de quelque conscience que ce soit.

Alors s’élève en vous la vérité de la Liberté et la liberté de la Vérité. Alors s’élève en vous le Cœur Ascensionnel vous donnant grâce et sourire, vous donnant à percevoir au-delà de toute apparence et au-delà de tout jugement la vérité de votre être, la vérité de chaque être, la vérité de toute vie poursuivant non pas un but mais manifestant simplement le déploiement de la Vie au sein des multivers et des univers.

Alors le chant de la délivrance vient bousculer en vous ce qui peut être encore figé par la peur ou par l’oubli, afin de vous désincruster de ce qui peut encore apparaître comme un blocage ou un refus, inconscient ou conscient, de la Lumière dans sa totalité. La Liberté et la Responsabilité est aujourd’hui votre seul rôle, celui d’accueillir à cœur ouvert, à bras ouverts et à conscience ouverte la réalité des multivers et des univers venant s’entrechoquer à la surface de ce monde, lui montrant la route de la Lumière, celle qui ne connaît aucune erreur, aucune fausse route et surtout qui permet tous les passages en quelque dimension que ce soit.

Là est la seule Vérité afin de ne plus être tributaire d‘un corps éphémère, afin de ne plus être tributaire d’aucune relation ni d’aucune autre attache que celle de la Liberté, de la reliance à la Source et de la guidance de l’Absolu retrouvé enfin.

Là est le chant de la délivrance, celui où vous déposez l’ensemble de ce qu’il peut rester de fardeau aux pieds de Celui qui vient se présenter et frapper à la porte, aux pieds de Celle qui vient vous délivrer l’ultime Grâce au sein de ce monde.

Aimés de l’Un, écoutez et entendez, reposez-vous dans le silence du cœur et laissez œuvrer l’alchimie de la Lumière et laissez œuvrer l’ensemencement du monde nouveau et des nouvelles Demeures, quelle que soit la vôtre, celle où n’apparaît nulle souffrance et nulle division.

La fragmentation se termine. Les morceaux se recollent afin de vous apercevoir qu’il n’y a plus de morceaux, qu’il n’y a que l’Un, qu’il n’y a que la Vérité suprême de l’être, en manifestation comme au sein de l’Absolu. L’heure de la délivrance et le chant que je délivre par mon sceau apposé sur le front et sur le cœur permettant la symbiose et la résolution de tout ce qui a pu encore, au sein de vos pérégrinations sur ce monde, figer quelques éléments en vous.

Ainsi vous allez découvrir la danse du Silence, non plus exprimée à travers le corps mais exprimée à travers l’Esprit directement, car le corps n’est plus d’aucune utilité dans ce qui se déroulera, et vous permettra seulement de trouver un abri temporaire afin que la gestation se finisse et que la délivrance survienne au sein d’un grand éclat de rire cosmique.

Car tout n’est que jeu et le jeu se termine afin que votre jeu se termine lui aussi dans cet éclat de rire des retrouvailles cosmiques, des retrouvailles de l’Éternité, non plus par expérience, non plus par moments, non plus par étapes, non plus comme un espoir ni une espérance, mais comme la réalité de votre instant présent, à chaque souffle, à chaque mouvement, à chaque geste et à chaque sens porté sur ce monde.

Ceci se vit maintenant dans la plus grande des aisances, dans la plus grande des simplicités et dans la plus grande des évidences, au fur et à mesure de votre délivrance.

Alors, aimés de l’Un, écoutez et entendez ce que je délivre au sein de votre Silence, dans le Blanc de la Vérité, dans le Blanc de l’Unité, ici-même et maintenant.

… Silence…

Tel est le chant du Silence, celui où l’évidence prend toute place et tout espace. Celui-là même qui résonne en votre Temple, vous ouvrant aux sons de l’Ultime et aux ultimes clés de la délivrance. À vous qui êtes bénis entre les bénis afin que vous-mêmes deveniez ce que vous êtes, les êtres de Feu, les bénis Élohim et les bénis Néphilim.

… Silence…

Écoutez, écoutez ce que souffle à votre oreille l’esprit de Vérité. Écoutez ce que souffle en vous l’Esprit du Soleil. Écoutez ce que souffle en vous l’animation des Éléments. Écoutez ce qui se déroule dans le Silence.

… Silence…

Alors, dans ce Silence, le Verbe Créateur et le Verbe créé se marient au Silence de l’Éternité et au son primordial.

… Silence…

Alors, vous serez saisis par la Grâce et non plus saisis par l’effroi. Saisis par la Grâce, par sa légèreté et par sa beauté, accompagnés par l’ensemble de ce que vous êtes, manifesté sur l’écran de votre conscience en tant qu’Archanges, en tant qu’Anciens et Étoiles. Cela est en vous, vous le saviez, vous le viviez par instant et par moment. Il reste à l’établir de manière ferme et définitive en vous effaçant de ce qui n’est pas vrai.

Alors dans le Blanc de ma Présence, je scelle en vous le sceau de la délivrance où nulle repentance n’est nécessaire car ainsi est la Grâce, car au sein de la Grâce tout est don et tout est donné. Ainsi en est-il de l’esprit de Vérité.

… Silence…

Alors accueillez et entendez … le Silence de nos Présences…

Ainsi, le Silence est présent…

Ainsi, le cœur est libre.

Car en vérité, vous êtes la Voie, la Vérité et la Vie, mais vous êtes aussi le Silence de l’Éternité précédant toute vie.

… Silence…

En la délivrance, soyez fiers de la vérité de votre être éternel. Soyez fiers et humbles devant la majesté de ce qui est là.

Comme nous aussi nous inclinons la tête devant la majesté, vous aussi vous redresserez la tête avant de l’incliner dans un geste de gratitude et de reconnaissance éternelle envers vous-mêmes et envers la Vie, et envers toute expérience quelle qu’elle ait été au sein de ce monde.

Ainsi le septième ange sonnera bientôt. C’est le moment où les Trompettes surgiront de partout. Là s’entonnera le travail final de la délivrance.

Écoutez… et entendez encore plus profondément que le sens de mes mots et que le sens de ma Présence.

… Silence…

En le temps de la délivrance, la Lumière façonne et termine son œuvre de Résurrection. Soyez le simple témoin de cette Résurrection et demeurez dans le Silence de l’Appel.

… Silence…

Et là, en présence du Silence et dans le silence de la Présence, accueillons bien plus que les Présences qui vous ont accompagnés, bien plus que la somme de vos expériences, accueillons ensemble ce qui est antérieur au Verbe, ce qui a toujours été là.

… Silence…

Ainsi vous laisserez passer ce qui doit passer en laissant arriver ce qui doit arriver. Car cela ne dépend ni de vous ni de nous ni de la Terre ni même du ciel mais simplement de l’évidence de la Lumière.

… Silence…

Vous, ici maintenant et ici ailleurs, qui recevez le sceau de ma Présence et de ma délivrance qui n’est autre que la vôtre que je vous offre en offrande.

… Silence…

Le chant de la délivrance consacre le temps de la délivrance et en ce temps-là, nulle restriction ne peut apparaître et nul manque. Assistez simplement à votre propre délivrance. Il n’y a pas d’effort à fournir, il n’y a rien d’autre à donner que le don de la Grâce lui-même. Il y a juste à déposer ce qui ne l’a pas encore été.

… Silence…

Le chant de la délivrance, accompagné du chant de la Liberté, entouré du chant de la Lumière, vous accueille en son sein comme vous l’accueillez en votre sein. Là où aucun mot ne peut plus ni expliquer, ni justifier, ni interpréter, où seul le Silence est la seule évidence et le seul acte vécu en majesté.

En le chant de la délivrance, je vous donne ma paix et j’accueille votre paix.

Écoutez et entendez… la symphonie du Chœur des Anges.

… Silence…

Telle est l’offrande que je dépose en votre Temple, le chant de la délivrance.

… Silence…

Ainsi, comme la Source te l’a dit, je te dis moi aussi : « Mon ami, mon aimé, qu’attends-tu ? Mon ami, mon aimé, reste là. ».

… Silence…

En le Silence de la délivrance, permets-moi de fusionner en toi.

… Silence…

Toi, l’ami et l’aimé en toute Éternité, accueille en Vérité et en Unité.

… Silence…

Permets-moi aussi de chanter avec toi le Silence de la délivrance, ici et ailleurs, en tout lieu et en toute place, en chaque vie.

… Silence…

En la Paix et en la Joie, je me repose en toi. En la Paix et en la Joie, je laisse le Silence fleurir en ton cœur.

… Silence…

Je suis Uriel, ange de la Présence et Archange du Retournement. Va en paix, pèlerin de l’Éternité. Je dépose à tes pieds le don de la Grâce et je te dis à bientôt. Maintenons la présence, mais silencieuse, de la communion établie entre vous et en chacun de vous, ici et ailleurs. Quelques instants, quelques souffles.

… Silence…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire