SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

26 octobre 2015

Des nanotubes de carbone trouvés pour la première fois dans des poumons humains

Des chercheurs ont trouvé des nanotubes de carbone dans les poumons d’enfants à Paris, ce qui est une première chez les humains.

On a plutôt l’habitude d’entendre parler de ces molécules cylindriques de carbone dans le domaine des nanotechnologies, de l’électronique et de l’optique, notamment utilisées pour leurs intéressantes propriétés, comme leur résistance, leur légèreté et leur bonne conductivité. Apparemment, on les trouve aussi à la sortie de nos pots d’échappement.

Au cours d’une étude sur le liquide trouvé dans les voies respiratoires de 64 enfants asthmatiques, une équipe du Laboratoire d’étude des techniques et instruments d’analyse moléculaire (LETIAM – université Paris-Saclay), en collaboration avec des chercheurs de l’université Rice (Texas), a trouvé des nanotubes de carbone dans chaque échantillon. Dans cinq cas, ils en ont également trouvé dans les cellules immunitaires des poumons, appelées macrophages, qui aident à débarrasser les voies respiratoires des particules indésirables.

D’après leur étude comparative, ces nanotubes ressemblent à la poussière recueillie à la sortie de pots d’échappement (catalytique).

Images tirées de l’étude : Par Microscopie électronique en transmission des nanotubes de carbone de (a) pots d’échappement et (b) à l’intérieur de cellules pulmonaires. (LETIAM/ IUT d’Orsay/ université Paris-Saclay)


Pour l’instant, le lien entre l’asthme et la présence de ces tubes de carbone n’a pas été établi. Cependant, de précédentes études sur des souris ont montré que les nanotubes de carbone étaient associés à des réactions immunitaires, qui rappellent celles provoquées par l’amiante.

Leur impact sanitaire et environnemental fait encore l’objet d’études et on ne sait pas si les nanotubes de carbone ont des effets sur les voies respiratoires de l’homme.

Selon le site de veille d’information citoyenne, VeilleNanos :

En mai 2014, l’Agence française de sécurité sanitaire (ANSES) a préconisé un classement des nanotubes de carbone comme substances dangereuses afin que soient mises en place des mesures de restriction d’usage voire d’interdiction de l’utilisation de certaines applications grand public.

Les résultats sont publiés dans EBioMedicine : Anthropogenic Carbon Nanotubes Found in the Airways of Parisian Children.

Source: 2012un-nouveau-paradigme.com

Note de l'Archiviste: je n'ai qu'un mot à dire: CHEMTRAILS