SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

20 octobre 2015

Dans le Coeur de l'Amour

MA ANANDA MOYI
Octobre 2015


Je suis Ma Ananda Moyi. Sœurs et frères humains dans la chair, j’interviens auprès de vous en tant qu’Étoile AL. Permettez-moi tout d’abord de m’installer avec vous au sein de l’Infinie Présence, au sein de l’Amour.

… Silence…

Je serai présente avec vous, à vos côtés et en vous, vous assistant de ma Présence et de ma Vibration, durant cette période et ce jusqu’à l’irruption dans votre réalité des sons du ciel et de la Terre. De par mon emplacement au sein de la Confédération Intergalactique, de par aussi tout ce que j’ai pu vous dire, ces dernières années, concernant le retournement de l’âme, concernant le Feu Vibral, il est tout à fait justifié et logique que je me présente à vous de façon plus palpable, plus visible, dans ces moments de grande joie pour celui qui s’installe lui aussi définitivement dans son cœur. Je viens vous soutenir, les uns et les autres, de manière différente pour chacun selon, je dirais, nos affinités, selon ce qu’il vous semble exister encore à résoudre en votre présence sur ce monde, en cette période si particulière.

Comme vous le voyez, il existe dorénavant autour de vous et en vous suffisamment de signes, suffisamment de manifestations prouvant la réalité concrète, à la fois des autres dimensions, des autres peuples et habitants de cette Terre comme d’ailleurs. Nous sommes tous là, car rappelez-vous nous sommes Un, ici et ailleurs, malgré les apparences encore de ce monde, pour certains.

Vous savez que l’Amour est le baume qui met fin à toute souffrance, dès l’instant où l’âme, ou la personne, lâche toute volonté de se saisir de quoi que ce soit, et fait confiance à la Vie et à l’Amour plus qu’à tout autre chose et même qu’à soi-même. Vos divers vécus, vos diverses rencontres, vos divers éléments de votre vie sont en définitive tous là pour vous amener, vous conduire, au seuil de vous-mêmes, et à franchir le seuil, le grand seuil, celui vous permettant de réaliser au sein même de cette matière la réalité de votre Éternité, non pas pour un futur, quel que soit ce futur, mais directement là maintenant, dans l’Instant Présent. Dès que vous avez dit « oui » à l’Amour, non pas simplement par les processus vibratoires mais bien plus par le retournement de votre conscience  sur ce qui est toujours là, et pas sur ce qui occupe, pour beaucoup encore, vos vies aujourd’hui.

Alors je répondrai dans un temps ultérieur, toujours dans ces moments que nous vivons, à des questions. Mais mes réponses ne seront jamais dans l’optique de ce qui a été réalisé par le Commandeur des Anciens mais toujours de vous montrer l’Amour, quel que soit le problème, quelles que soient les hésitations, quelle que soit votre position. Parce que l’Amour est le même pour tous et pour chacun, quel que soit votre vécu, quels que soient vos espoirs et quelle que soit votre position actuelle. Il y aura toujours très exactement, en chaque conscience, la même présence de l’Amour et la même capacité à le vivre, même - et vous le savez - au moment de l’Appel de Marie.

Alors aujourd’hui il y a urgence, à vous dépouiller de ce qui n’est pas vous, à vous dépouiller réellement et concrètement de ce qui ne fait qu’encombrer votre cœur, vos pensées et qui vient altérer d’une manière ou d’une autre encore la Liberté Intérieure. Je dirais en quelque sorte que pour cela il suffit de laisser croître et grandir l’Amour en votre cœur, de laisser votre conscience baigner dans ce bain d’Amour, ce bain de Lumière. 

Comme nous vous l’avons toujours dit, les uns et les autres, mais comme vous le constaterez de manière plus tangible aujourd’hui, l’Amour est la réponse à tout. L’Amour est d’ailleurs la seule réponse à tout ce qui se présente, ici en ce monde comme ailleurs, parce que tout a pour base l’Amour. Sans Amour, même ici, il n’y aurait aucune conscience qui serait possiblement maintenue en vie. C’est cela qu’il faut vous rappeler en chaque circonstance, quelle que soit la difficulté, quelle que soit l’évidence de ce que vous vivez dans vos rencontres, dans vos contacts avec vous-mêmes, mettez toujours et sans arrêt, la réalité de l’Amour.
Que vous en perceviez l’essence, que vous en perceviez les vibrations ou que vous n’en perceviez rien, peu importe finalement aujourd’hui. L’important étant que votre personne, votre âme et votre Esprit soient tous ensemble tendus, en quelque sorte, vers la vérité de l’Amour. Tendant vers cela, vous toucherez le Cœur du cœur, le milieu du cœur et vos extases, qui ne sont pas un but je vous le rappelle, mais le témoin de votre état, vous prendront et vous raviront de plus en plus souvent, comme pour vous extraire de vos préoccupations, de vos tracas, de vos douleurs, de vos souffrances, quelles qu’en soient leurs origines.

Parce que l’Amour, effectivement, est un baume, cela a été dit, mais je le dis et le redis. C’est avant tout la solution à toute ombre, à tout déséquilibre. L’Amour est tellement intense dans les autres dimensions que même la notion de déséquilibre nous est inconnue. Il n’y a que le jeu de la Vie et de l’Amour, se créant et se recréant en chaque espace et en chaque dimension, au-delà du temps.  C’est cette réalité, quels qu’en soient les signes et les symptômes à la surface de ce monde, que vous voyez actuellement à l’œuvre partout, et quelle que soit l’importance de ces signes, c’est toujours l’Amour qui agit.

Alors cela demande, bien sûr, au-delà des vibrations, au-delà de vos perceptions, à porter un autre regard sur ce qui se déroule en vous et sur ce monde aujourd’hui. Le regard, bien sûr, de la liberté retrouvée, de la libération, et surtout le regard de l’Amour qui voit au-delà des apparences, au-delà des conflits, au-delà des guerres, au-delà des Cavaliers dans leur action de dissolution. Pour cela, il faut rentrer au plus profond de soi-même. Il faut en quelque sorte, dans ces moments-là, oublier tout ce qui vous rattache, vous retient, en vous comme à l’extérieur de vous, d’aller librement vers ce que vous êtes. La meilleure façon, c’est de ne pas projeter cela dans un avenir ou dans un autre moment mais de l’installer dès maintenant. Sur chaque regard, sur chaque mot que vous exprimez, sur chaque relation que vous menez, l’Amour doit être devant.

Cela vous avait été déjà énoncé voilà plus d’un an par certains Anciens. Aujourd’hui la mise en pratique de cela ne se fera plus seulement aux moments privilégiés mais bien plus dans les moments où cela est nécessaire pour vous, comme pour les frères et sœurs qui sont dans la chair.

Retenez aussi que l’Amour est toujours simple. Il n’a jamais de questions, il n’a jamais de réponses, il « est », tout simplement. C’est cela qu’il faut reconnaître et être. En cela il y a l’état de Grâce, et l’Action de Grâce alors peut se mettre en œuvre, dissolvant ainsi tout ce qui peut apparaître comme non éclairé, comme résistant, comme souffrant, en quelque circonstance. La seule force, le seul pouvoir qui sera à votre disposition de manière illimitée et infinie, c’est l’Amour. Non pas l’amour conditionné par vos attachements, par la vie en ce monde mais l’Amour qui n’est pas de ce monde et qui pourtant s’installe en ce monde.

Par votre Présence, par votre Amour, par votre absence de jugement, par le fait de voir clair et d’être lucide sur ce qui se déroule, vous accomplirez le plus grand des services et la plus grande des dévotions envers l’humanité.

En cet état-là, il n’y a pas de place pour le jugement. En cet état-là, il n’y a pas de place pour la souffrance. En cet état-là, il n’y a pas de place pour autre chose que d’être rempli d’Amour et de Lumière.

Devant les mécanismes d’extase profonde comme j’ai pu les manifester lors de mon passage dans la chair parmi vous, aujourd’hui, comme cela a été dit, vous êtes tous appelés à être des Christ, des Marie, des Mikaël, des Thérèse. Vous êtes appelés à devenir nous-mêmes, comme nous devenons vous-mêmes, parce qu’il n’y a plus de barrière, il n’y a plus d’espace, il n’y a plus de temps entre nous. Vous en avez l’évidence dans vos rencontres, aussi bien dans la nature qu’entre frères et sœurs incarnés, qu’entre nous et vous.

Rappelez-vous que ces relations ne sont pas un but mais simplement un moyen, je dirais, peut-être plus rapide, de vivre la certitude intérieure de l’Amour, non pas comme une certitude au niveau intellectuel mais bien plus qui s’imprime dans la chair, dans vos cellules, dans vos centres d’énergie, dans vos structures d’Êtreté.

Rappelez-vous, l’Amour est invincible. Il n’y a pas de force supérieure dans toutes les manifestations de la conscience et dans tous les mondes, même en celui-ci. Simplement vous l’aviez oublié, on vous avait aidés à l’oublier. Mais même cela, il faut le transcender. Manifester et rayonner le même Amour, que cela soit en face d’un frère ou d'une sœur aimé comme envers le plus abject des personnages qui ne fait que jouer un rôle. Vous, vous voyez clair, lui ne le voit pas. Alors élevez-le plutôt que de vous abaisser. Élevez-vous vous-mêmes là où chante la Demeure de Paix Suprême et vous verrez qu’il n’y a pas plus d’ennemis, qu’il n’y a pas plus « d’autres ».

Vous engloberez alors, à ce moment-là, en réalité et en totalité de manière visible, la totalité des possibles, la totalité des frères et des sœurs, la totalité des mondes et la totalité aussi de ceux qui ont encore peur, dans le même Amour. Là est le sens du service, en cette période. Là est le sens de l’Amour, dans son œuvre au sein de la Terre, à laquelle vous participez tous d’une manière ou d’une autre, que vous en ayez conscience ou pas. Portez le même regard, avec lucidité certes, même en donnant votre avis, mais n’oubliez pas de nourrir l’Amour en l’autre et surtout en celui qui vous semble en manquer ou qui vous semble s’égarer. Ce n’est que son expérience, mais ce n’est pas la vérité non plus, la seule vérité est l’Amour.

Alors dans les circonstances parfois difficiles de ce monde actuel, en cette période, rappelez-vous qu’il y a seulement l’Amour. Quoi que vous donne à voir votre vie, quoi que vous donnent à voir certains frères et sœurs perdus dans la peur, quoi que vous donnent à voir certains frères et sœurs qui sont encore soumis, je dirais, aux énergies archaïques qui sont en train de se dissiper maintenant en totalité.
Mettez l’Amour devant, mais surtout mettez l’Amour sur vos lèvres, mettez l’Amour dans vos mots, mettez l’Amour dans vos regards. Mettez l’Amour quand vous touchez quelque chose, quand vous touchez quelqu’un. Laissez votre marque d’Amour partout. Ce n’est pas une affaire de volonté ou de désir, c’est une affaire je dirais, d’évidence. Cela est très concret. La Lumière adamantine est de plus en plus présente et a atteint, je dirais, un seuil de saturation qui permet maintenant la réalité de l’Ascension au sein même de la chair et de l’ensemble de l’humanité.

Restez humble aussi, comme disait ma Sœur Étoile Thérèse. Ne revendiquez rien au sein de ce rôle, qui est le vôtre aujourd’hui. Seulement l’Amour. L’Amour n’a pas besoin de qualificatifs, de maître, de père, de mère, de quelque Étoile que ce  soit ou encore de quelque fonction que ce soit, même si cela est réel en votre devenir, une fois la Libération achevée. Disparaître à vous-même, c’est disparaître aussi aux rôles, aux identités, aux attributs et aux fonctions.

Les Archanges vous ont signifié que la seule nourriture possible était vraiment ce qui se passe à l’intérieur de vous, dans l’alchimie de votre cœur, dans le Cœur Ascensionnel, dans le Cœur impersonnel au centre du centre. Tout y est, l’origine des mondes, la création infinie des dimensions et votre propre éternité. Ayant trouvé cela, tout le reste n’a plus aucune importance. De plus en plus vous le vivrez et le constaterez. Ce qui encore aujourd’hui vous tient à cœur en quelque lieu ou action que ce soit, vous apparaîtra très rapidement bien futile par rapport à ce qui se déroule en votre Temple intérieur. Bien avant même l’Appel de Marie, dès maintenant, cela vous le percevez de manière plus ou moins directe, sous différentes formes, que cela soit Vibral, que cela soit dans vos rêves, que cela soit dans les circonstances même du déroulement de vos journées, la Lumière frappe à votre porte de toutes les façons possibles.

Voyez clair. Voir clair ne veut pas dire comprendre ce qui se déroule. Voir clair, c’est voir en soi la réalité de l’Amour à l’œuvre, en quelque activité qui puisse sembler contraire, à la surface de ce monde, car aujourd’hui à la surface de ce monde tout est résolutoire, même ce qui peut sembler de prime abord complètement opposé à la Lumière. Il ne peut en être autrement puisque l’Amour est là. Il ne peut en être autrement puisque ce qui vous a enfermés n’existe plus. Il ne reste que votre propre enfermement à vous-même, inscrit dans la structure biologique et inscrit aussi, peut-être, dans les habitudes que vous avez prises à la surface de ce monde.
Rappelez-vous que l’essentiel n’est pas là mais est uniquement l’intensité de votre Cœur, l’intensité de l’Amour et l’intensité de la Lumière que vous laissez traverser et émaner de vous. Cela deviendra de plus en plus la seule méthode pour passer au travers de ce qui est à passer. Il n’y aura plus aucun moyen de nourrir le mental, de nourrir les affects, de nourrir ce corps parce qu’il sera nourri autrement, même en étant encore présent à la surface de ce monde.

Là est le pouvoir de l’Amour. Il ne soulève pas seulement les montagnes mais il pourvoit à tous les besoins et à toutes les nécessités, mais ce n’est pas vous qui décidez. C’est en ce sens qu’il faut être humble et petit, qu’il faut à la fois être présent dans la densité de l’Amour et être absent le plus possible des jeux de rôles, de confrontation de personnes, de confrontation de situations, non pas pour les éviter, pour en avoir peur, mais bien pour les traverser avec la puissance de l’Amour, de ce que vous êtes en vérité.

Le retournement de l’âme, la dissolution de l’âme, s’est vécu de différentes façons. Regardez vos frères et vos sœurs, ce qu’ils ont vécu durant ces années, ce qu’ils ont mené à bien, ce qu’ils ont manifesté. Aujourd’hui, tout vous est donné sans restriction. Tout vous est donné même si vous refusez de le voir, même si vous avez peur. La peur ne tiendra jamais devant l’Amour bien longtemps.

Retrouver votre héritage, c’est retrouver ce que vous avez toujours été et ce que vous êtes toujours. C’est ne plus être limité à ce monde, à cette personne, mais englober d’ores et déjà l’ensemble de la création et surtout l’ensemble de ce monde, dans le même Amour en quelque frère ou sœur, en quelque frère ou sœur opposé à la lumière, en quelque pays, en quelque religion ou en quelque sphère sociale que ce soit.

Vous constaterez la puissance du sourire, la puissance de votre regard dès l’instant où vous laissez s’exprimer l’Amour plutôt que le jugement, plutôt que le défi de réagir, de répondre, de cogiter, de penser, et le silence sera le plus souvent d’un grand secours, bien plus que les mots, bien plus même que les actes, à un moment donné.

Tout cela correspond à l’état de Grâce, dans sa plénitude de l’Amour. Vous aussi, vous serez touché, non pas seulement par les Êtres de la nature, non pas seulement par nos Présences mais par la réalité qui est en vous, de l’Amour. Non pas simplement à travers les vibrations, non pas seulement au travers du Cœur Ascensionnel ou des différentes structures que vous connaissez sur le plan du corps d’Êtreté mais directement par la conscience elle-même, vous faisant aimer tout ce qui sera vu,  parce qu’en définitive tout cela ne fait que passer. Quelle que soit la dureté apparente, il y a en dessous la profondeur de l’Amour. Mais ça, vous ne pouvez peut-être pas encore l’accepter ni le vivre mais je vous assure que la réponse est en vous, en totalité.
         
Il ne peut pas y avoir d’autre alternative. Il ne peut pas y avoir d’autre voie, d’autre chemin ou d’autre explication que celle de l’Amour. L’Amour en action, l’Amour en manifestation, l’Amour en radiance, l’Amour comme seule Vérité. Parce que ce qui est contraire à l’Amour ne pourra plus se maintenir, au sens de l’incarnation en ce monde, au sens des conflits présents en ce monde. L’Amour seul remplira tout et mettra fin à tout dilemme, à toute guerre mais il faut pour cela passer par le chas de l’aiguille, vous dépouiller de vous-même, vous dépouiller de tout ce qui n’est pas l’Éternité, non pas dans un acte volontaire de celui qui se priverait ou se mortifierait de quoi que ce soit, mais bien plus par la reconnaissance de l’Amour que vous êtes, réellement, concrètement maintenant, et pas seulement ailleurs ou dans d’autres plans ou dans d’autres corps subtils, mais dans chaque minute de votre vie.
Si vraiment vous reconnaissez cela, alors votre vie sera un tapis de roses, quels que soient les inconvénients de la fin d’un système, de la fin d’un enfermement sur le plan concret et visible. C’est cela qu’il faut vous remémorer dans les moments où il vous semblera peut-être, être un moment plus difficile ou moins lumineux. Rappelez-vous que l’Amour est là, et que même si cela vous semble moins lumineux, il y a toujours l’opportunité de manifester encore plus l’Amour, de regarder, de sourire, de dépasser la compréhension, l’explication, de dépasser toutes les justifications et de laisser éclore en totalité l’Amour.

Rappelez-vous que nous sommes aussi en vous, tous, les Archanges, les Étoiles, les Anciens, l’ensemble même des Êtres qui vous sont inconnus, présents au sein de la nature ou au sein de vaisseaux qui deviendront visibles en vos cieux.  C’est la même réalité, celle de l’Amour en action, celle de l’Amour en vérité.

En  l’Amour il n’y a rien, ni nécessité même de se raccrocher à quoi que ce soit de l’expérience que vous faites et que vous allez mener de plus en plus souvent. Le Christ avait dit à l’époque que celui qui avait une foi la plus petite, réelle, pourrait soulever des montagnes. Là, il n’est pas question de soulever des montagnes, il est question simplement d’être vous-même entièrement, sans préjuger de la personne que vous êtes, sans préjuger de vos attachements, sans préjuger de vos souffrances passées, ou de vos projections dans quelque futur que ce soit.

La seule solution est « Ici », la seule solution est « Maintenant », ici même, dans le corps que vous habitez, dans la vie que vous parcourez, dans tout ce qui se déroule sur l’écran de votre conscience. Quoi qu’il s’y déroule, n’y voyez que l’Amour et le feu de l’Amour en action. Parce que rappelez-vous que dans la Voie de l’Enfance, dans la simplicité, dans l’humilité, ce n’est pas vous en tant que personne qui agissez mais l’Amour que vous êtes en vérité, et cet Amour que vous êtes en vérité a non seulement éclos mais rempli tout l’espace de ce monde et aussi tout l’espace de votre conscience. Acceptez de le voir tel que cela est, et non pas tel vous pouvez encore le croire, l’imaginer, ou le redouter.

Laissez libre cours à l’Amour. Soyez-en les agents qui ne demandent rien, mais dont la beauté se traduit, quel que soit votre âge, quel que soit votre physique, dans la puissance et l’intensité de votre regard éclairé, de vos yeux, de votre bouche. C’est ainsi que vous transcenderez tout ce qui peut vous sembler résistant à l’Amour, en vous comme autour de vous, ceci à une octave jamais imaginée possible pour vous, pour la plupart d’entre vous.

Quand j’étais dans la chair, je passais pour une sainte. Il y avait peu d’êtres qui étaient capables de maintenir, sans le  vouloir, cet état d’Amour indescriptible lié au Mahasamadhi, et parfois pendant de longues années. Est-ce que je voulais manifester cela ? Non. Je m’effaçais totalement, j’étais pleinement présente en m’effaçant. Vous, aujourd’hui, c’est le même destin qui vous attend si l’on peut dire, la même manifestation, quoi que vous en disiez et quel qu’en soit votre jugement sur vous-même ou sur les circonstances de ce monde, aucune des circonstances de ce monde, aucune de vos pensées ne peut troubler ce qui s’installe maintenant.

Découvrant l’Amour en manifestation totale et réelle à la surface de ce monde, que pouvez-vous redouter ? Pour vous, pour vos proches, pour votre situation, pour quoi que ce soit. L’Amour vous nourrit vraiment, en totalité, mais pour cela, il faut accepter l’Amour en totalité. Alors c’est bien plus que mettre l’Amour devant, c’est bien plus que « être Amour », c’est être la Vie. Mais non pas la vie seulement falsifiée de ce monde mais toute la Vie au sein de toutes les dimensions et de tous les mondes.

Manifestant ainsi la Demeure de Paix Suprême, vous verrez s’éloigner de vous toutes les privations, tous les manques, toutes les peurs, toutes les incertitudes et ce, de manière là aussi de plus en plus tangible et de plus en plus évidente. Vous gagnerez alors en certitude, même au sein de ce qu’il reste de la personne, même au sein de votre âme si elle demeure et persiste. L’Amour est ce que vous êtes, alors il n’a pas besoin d’autre chose que d’être ce qu’il est. Vous avez juste à disparaître. Disparaître ne veut pas dire se détourner de la vie ou de ce que la vie vous propose mais bien vivre cela en Amour.
Vivre en Amour n’est pas compliqué, ce n’est pas seulement la Couronne Radiante du cœur, ce n’est pas seulement votre attraction vers la Lumière et votre attention, c’est bien plus que cela. C’est ce qui n’a jamais bougé, qui n’a jamais disparu, et qui n’a besoin de rien. Plus vous accueillerez cela, plus vous manifesterez cela, plus vous serez humble et plus vous serez grand, non pas sur ce monde bien sûr, mais grand en Lumière, grand en Vérité et c’est cette grandeur-là qui vous fera disparaître. Disparaître aux illusions, disparaître aux peurs, disparaître aux identités, aux rôles, aux fonctions, non pas par un désir, non pas par une épuration mais bien par la Grâce de l’Amour.
Avant de poursuivre, restons en silence quelques instants, pour clôturer la première partie de mon intervention. Je continuerai ensuite, bien sûr, en évoquant d’autres éléments.

… Silence…

En cet état et en cette Grâce, vous êtes à la fois la source, l’origine, et la fin. Vous êtes l’Alpha et l’Oméga, vous nourrissant vous-même de l’Amour qui est né en ce que vous êtes, le propageant partout. Cela est votre nature. Que vous le voyiez ou pas, que vous le perceviez ou pas, cela ne change rien, et cette clarté va devenir de plus en plus évidente.

…Silence…
 
Je voudrais maintenant aborder, dans une deuxième partie, quelques considérations plus pratiques concernant les Étoiles, les Portes, les fonctions de l’âme, les fonctions de l’Esprit, le retournement de l’âme, la dissolution de l’âme, bref, tout ce qui se déroule maintenant en chacun de vous. Voyons donc ces points et vous les constaterez par vous-mêmes dans votre vécu si ce n’est déjà fait.

Tout d’abord le Triangle de Feu, le Triangle élémentaire situé au niveau de votre front. La pointe AL, comme vous le savez, pouvait être représentée pointe en haut ou pointe en bas, à la racine des cheveux ou à la racine du nez. Aujourd’hui la fixité de ce Triangle, totalement retourné et remis dans le bon sens, fait que la pointe AL va être ressentie de plus en plus souvent, pour ceux qui le vivent, au niveau de la racine du nez, ouvrant, ce qui était appelé le 3ème œil avant, mais ouvrant à des réalités archétypielles et transcendantes et non plus à une quelconque illusion liée à l’enfermement au sein des mondes « astrals » [sic] ou des mondes mentaux.

Ce qui se déroulera pour vous, si vous avez accès à cela, est là aussi destiné simplement à éclairer et non pas à décortiquer. Simplement nourrissez-vous de ce spectacle s’il vous apparaît. De la même façon que certains d’entre vous ont pu ressentir, parfois de manière douloureuse les Portes AL et Unité ou alors les Portes Attraction/Vision, aujourd’hui vous allez commencer à sentir de plus en plus d’autres Portes et d’autres Triangles au sein des structures du corps d’Êtreté, s’imprimant dans le corps. Là aussi, si possible, contentez-vous de le vivre sans chercher l’utilisation possible de cela car elle se manifestera à vous d’elle-même, dès l’instant où justement vous ne cherchez pas à vous en servir, à les manifester ou à les comprendre.

Soyez disponible pour les expériences qui se présentent à vous intérieurement ou extérieurement, de la même façon et avec le même Amour. En redevenant comme l’enfant, vous vivrez spontanément l’Instant Présent et la réalité de l’Amour en quelque circonstance que ce soit. Ne vous emparez de rien. Donnez-vous vous-même à l’Amour. Là est le don de soi, le sacrifice sacré de la dissolution de l’âme.

Comme vous l’avez constaté, certains de vos besoins physiologiques sont déjà amplement et profondément modifiés, ils se modifieront encore plus. Que cela concerne les besoins physiologiques alimentaires ou autres, affectifs, que cela soit le besoin de sommeil, que cela soit le besoin que vous considérez comme vital de travailler, d’avoir de l’argent, de vivre selon l’ancienne règle. Tout cela vous apparaîtra bientôt comme extrêmement futile et inutile, que vous le vouliez ou non.

Mais laissez l’Amour œuvrer, ne prenez pas les devants parce que l’Amour doit être devant dans tout. En acceptant que tout ce qui se déroule et se produit dorénavant est l’œuvre de l’Amour en vous, l’Amour grandira encore plus en vous. Même si votre mental vous dit qu’il n’y a pas d’Amour là-dedans, ce n’est que votre mental qui le dit, le cœur lui, ne vous dira rien, il continuera à grandir. Il viendra placer ce qu’il faut là où c’est nécessaire.

Le Triangle de Feu au niveau de la tête devient, comme vous le sentez, de plus en plus actif. Comme l’ensemble des autres Triangles, mais de manière préférentielle vous sentirez peut-être l’émanation à ce niveau-là de la Lumière. C’est cela, être marqué au front, c’est cela, être couronné. Il n’y a pas d’élu là-dedans, car chacun a la même capacité de vivre cela. À condition de ne pas se saisir de ce qui est passé, de ne pas considérer l’habitude, ou les habitudes, et les acquis comme quelque chose d’éternel, parce qu’ils ne concerneront toujours, en définitive, que la personne. Vous n’êtes pas une personne, vous êtes bien plus qu’une personne. Vous êtes bien plus que vos lignées, bien plus que vos origines stellaires. Vous êtes bien plus que la vibration. Vous êtes bien plus que la conscience quelle qu’elle soit. Vous êtes la totalité du monde et quand nous disons que nous sommes tous Un, cela est la vérité.

Ne jetez de pierre à personne parce que ce que vous faites à ce moment-là, ne sera dirigé que contre vous-même. Comme le disait le Christ : « Ce que vous faites au plus petit d’entre moi, d’entre vous, c’est à moi que vous le faites, et donc à vous aussi ». Vous qui portez, en quelque intensité que ce soit, l’ardence des Filles du Soleil et des Fils du Soleil, reposez-vous en l’Amour car il est fort, doux et prévoit tout pour vous. Reposez-vous en l’Amour car il n’y a que ça. Tout le reste n’est qu’éphémère, tout le reste ne fait que passer.

Quelle que soit la réalité des autres dimensions, quelle que soit la réalité de nos Présences en vous et en vos cieux, quelle que soit la réalité des événements du Soleil et de la Terre et de l’ensemble de ce système solaire, cela n’est rien par rapport à la Vérité de l’Amour. L’Amour se suffit à lui-même. Il n’a pas besoin de planètes, de soleils, d’entités, de consciences, d’êtres de la nature, même si aujourd’hui vous avez la capacité de plus en plus vérifiable de rentrer en contact avec ces peuples, comme avec nous. Ne perdez jamais de vue que cela n’est pas un objectif ni un but mais bien un moyen d’aller à ce que vous êtes en totalité. Ne confondez pas les moyens, les objectifs et la réalité de ce que vous êtes.

La certitude intérieure, la foi en l’Amour si je peux dire, sera toujours plus évidente par vous-même que par les relations quelles qu’elles soient. Posez-vous la question, comme disait un intervenant tonitruant, Bidi : « Qui êtes-vous ? D’où venez-vous ? Qu’est ce qui est à l’origine ? Qu’est ce qui est avant ce monde ? Qu’est ce qui est avant toute vie manifestée au sein de toute dimension ? ». Vous et vous-même. Il n’y a que cela. Tous les jeux de rôles cesseront un jour, toutes les fonctions cesseront un jour, ici comme ailleurs.

Vous êtes la Vie, vous êtes le support de la Vie, vous êtes la manifestation de l’Amour. Tout le reste est superflu, inutile et illusoire maintenant. Il était bien beau de le penser ou de le vivre par moment, mais cela va devenir une évidence totale. Que vous le souhaitiez, que vous le redoutiez, cela ne changera rien à la réalité de ce qui se déploie.

Avant toute chose, cherchez en vous les signes de l’Amour, même si les signes de la Terre sont de plus en plus percutants et visibles. Laissez fleurir l’Amour. Pour chercher votre cœur et le trouver pleinement, il faut arrêter de chercher ailleurs quoi que ce soit. Mettez fin vous-même aujourd’hui à la quête. Mettez fin au moteur de la souffrance qui est lié au temps et à la personne, non pas par un acte héroïque mais bien plus par un acte de reddition, ou seule est nécessaire non pas la force mais l’humilité de le reconnaître.

L’histoire que vous vivez n’est pas là pour en vivre une autre, meilleure, même si vous avez plein d’histoires à vivre. Vous pouvez vivre toutes les histoires que vous voulez. Là est la Liberté, la vraie Liberté, qui est celle de n’être tributaire que de l’Amour que vous êtes et non pas d’une quelconque histoire, d’une quelconque chair ni même je dirais d’un quelconque corps d’Êtreté, même si celui-ci, bien sûr, est le véhicule indispensable pour parcourir les dimensions. Mais vous n’êtes pas non plus… Pas plus que votre corps physique vous n’êtes le corps d’Êtreté, il n’est qu’un véhicule multidimensionnel et parfait, mais c’est toujours vous qui êtes à l’intérieur. Et vous, vous n’êtes pas constitué de structures quelles qu’elles soient, en quelque forme que ce soit, en quelque expérience que ce soit. Vous êtes l’Essence de l’Amour, l’Essence de la Vérité. Tout le reste ne sont que des obstacles à cette réalisation réelle de votre Vérité Éternelle dans l’Instant Présent.

Alors Aimez par-dessus tout, en quelque circonstance, en quelque élément qui puisse ressurgir de vous et appartenant à la personne. Vous êtes l’Amour, malgré et surtout grâce à cela.
Le Christ avait dit, et d’ailleurs le Commandeur vous l’a répété souvent : «  Celui qui voudra sauver sa vie, la perdra. ». Celui qui acceptera de perdre sa vie, ses possessions, ce qu’il croit être, trouvera la Vie Éternelle avec certitude, dès maintenant, dans l’Instant Présent.

Les mécanismes de l’âme ne sont que des expériences prises en les mondes carbonés. Vous êtes à la fois le Chœur des Anges, l’Esprit du soleil, le Christ, mais vous êtes aussi quelque part celui qui a été nommé, ou qui sont nommés les méchants garçons. Je crois que le Commandeur appelait cela les guignols. Eh oui parce que le guignol ne sait pas qu’il y a un fil qui tient et qui l’anime. Il ne l’a pas reconnu. Il est pris dans son jeu, dans son rôle et la peur l’amène à se conduire comme il se conduit.

Mais vous, quoi que vous viviez, laissez l’Amour être. L’Amour-être n’a pas besoin de manifestation, il a besoin simplement de la transparence, de la lucidité, de l’humilité. Il ne se pose même plus la question de la morale, de l’éthique ou de l’intégrité, tout cela est transcendé par la puissance de l’Amour maintenant. L’Amour est la seule Vérité, en quelque dimension que ce soit, et en quelque parcelle de votre être que ce soit, même au sein de cette chair éphémère.

Le Triangle élémentaire du Feu, maintenant fixé pointe en bas, vous ouvre réellement et concrètement  à l’apprentissage de l’Amour et la manifestation de l’Amour en permanence, et de façon indélébile. Il y a de nombreux témoins, de nombreux marqueurs en vous comme en ce monde. Il y a les sons, il y a le Silence, il y a la Béatitude.

Tout ce qui semble en vous résister, que cela soit au niveau du corps ou quand vous dites : « Je n’y arrive pas » ou « J’ai peur » ne représente rien pour l’Amour. Alors laissez l’Amour être ce que vous êtes. Il est là partout, à profusion maintenant. Il n’y a plus de séparation, il n’y a plus de division. Tout vous renvoie à votre cœur et tout vous renverra de plus en plus à votre cœur, en toutes les manières possibles. Qu’elles soient agréables selon le sens de la personne ou qu’elles soient désagréables selon le sens de la personne.

Voyez comment évolue ne serait-ce que votre mémoire au sein de ce monde et au sein de cette vie. Voyez comment évolue, je le disais, votre sommeil, votre alimentation, vos rapports et vos relations à la nature, aux autres frères et sœurs, aux animaux et regardez si l’Amour est vraiment présent, entièrement et librement. Si cela ne vous apparaît pas, alors retirez-vous de la personne, non pas comme un retrait du monde mais bien plus pour plonger encore plus profondément au cœur de votre être et laisser apparaître et manifester ce qui est l’Amour en vous, que vous êtes.

Ne préjugez de rien. Placez-vous de plus en plus souvent au sein de l’Instant Présent et le Feu purifiera ce qui est encore à purifier, que cela soit dans le corps, dans vos pensées, dans vos émotions, dans vos affects, afin de faire disparaître toutes les projections et toutes les blessures. La liberté de l’Instant Présent et de l’Amour se situe ici. Ce n’est pas un effort, c’est un relâchement et c’est une grande satisfaction de retourner réellement à ce que vous êtes.

Alors même s’il peut encore exister en vous des sentiments d’attachement, par rapport à la logique de ce monde, quelque élément qui soit concerné par cet attachement, n’oubliez pas que l’autre est vous, qu’il soit un enfant, qu’il soit un ami, qu’il soit un mari. Voyez les choses sous cet angle parce que c’est la seule vérité et que vous serez confronté à cette vérité au moment de l’Appel de Marie, au moment de votre disparition en la Source des Sources, bien avant la Source, en l’Absolu.

Vous verrez qu’au sein de votre « Maison », si ce n’est pas déjà fait, toutes les « Maisons » y sont comprises. Qu’il n’y a même plus de différence de vibration, de dimension ou de forme, de temps, d’espace, de planète, de soleil. Tout cela ne sont que des jeux de l’Amour et de la Conscience. Et vous n’êtes pas simplement la conscience quelle qu’elle soit, même si vous êtes toutes les consciences.

Tel est l’Amour, il ne connaît pas de limites, il ne connaît pas de barrières, il ne connaît pas de restrictions. Il ne connaît rien d’autre que lui-même. Tout le reste ne sont que des jeux, certes où la beauté est omniprésente, mais ce qui sous-tend ces jeux est bien sûr l’Amour.
L’Infinie Présence vous sera de plus en plus accessible, si je peux dire, même pour ceux d’entre vous qui n’ont rien vécu jusqu’à présent. Posez et déposez l’ensemble de ce qu’il peut rester d’encombré en vous, en l’Amour.

La transformation du monde deviendra chaque jour plus évidente, en votre Temple, en votre vie, en vos relations mais aussi sur l’ensemble de la planète et l’ensemble du système solaire. Cela vous a été énoncé, explicité à de multiples reprises. Je pense que vous l’avez suffisamment vérifié, afin de vous prouver à vous-même la réalité de ce qui arrive, de ce qui se déroule et qui n’est que le retour de l’Amour. Cet Amour-là est impersonnel et inconditionné. Il ne dépend pas des circonstances de ce monde comme de tout autre monde, il est la Vérité. Et vous êtes aussi cette Vérité.

Accueillons ensemble, avant que je n’entame la troisième partie, l’Esprit du Soleil.

… Silence…

J’aborde maintenant, si vous le voulez bien, la troisième partie de mon exposé.

Je répondrai donc bientôt à vos questions, quelles que soient ces questions. Ma réponse se fera toujours dans le Feu de l’Amour et je m’adresserai directement à votre cœur. Alors bien sûr, dans un premier temps, quelles que soient les questions, les réponses pourront vous apparaître comme des non-réponses. Cela si votre mental est devant mais dès l’instant où vous quittez le mental et écoutez votre cœur, la plus parfaite des réponses y sera.

Alors ne soyez pas déroutés par la façon que j’aurai de vous répondre, mais placez-vous, vous aussi dans l’Amour Un, avec Mon Amour Un. Que ce soient les questions qui sont posées, ici ou ailleurs, et qui seront écoutées, entendues et lues, ailleurs. Vous êtes capables aujourd’hui d’aller au-delà des mots et je dirais même au-delà de la vibration, et de toucher l’Essence du cœur, l’Essence de l’Amour et de la Vérité, sans aucune difficulté.

Nous mènerons ensemble, si vous le voulez bien, cet apprentissage. Ceci ne sera pas donc simplement un questionnement mais bien plus une mise en relation en le Cœur de l’Un, en le Cœur du Christ, en le Cœur de la Source, vous donnant à vivre le Feu du Cœur et l’Évidence de l’Amour surtout.

Ne soyez pas arrêtés par mes mots. Ne soyez pas arrêtés par mes réponses ou par vos questions, mais vivez-le intrinsèquement et intimement, pour celui qui pose la question comme pour celui qui sera intéressé à l’entendre, à la lire et à écouter ou à lire la réponse. Cette façon de procéder, voyez-la comme un jeu : le jeu de l’Amour avec lui-même, qui se découvre lui-même, se magnifie lui-même et se régénère en permanence. Si vous jouez ce jeu-là avec moi, alors vous rentrerez encore plus en la confiance de ce que vous êtes, en la confiance de l’Amour et en la Vérité de l’Amour.

… Silence…

Au cours de nos entretiens à venir, de grands moments de paix se manifesteront dans le silence de nos cœurs, par la plénitude de l’Amour. Ici-même comme pour tous ceux qui auront l’opportunité de s’intéresser à ce qui sera dit et ce qui sera vécu, surtout. Je vous ramènerai en chaque question à l’essentiel, au cœur, de manière directe et de manière évidente.

Voilà le préambule en trois parties de ce que je voulais vous délivrer. Il nous reste maintenant la partie la plus importante, qui n’est pas mes mots ni les questions mais simplement ce qui va se dérouler maintenant.

… Silence…

De mon cœur en votre cœur, du Feu de l’Amour en votre Feu de l’Amour.

… Silence……

Question : bonjour Ma Ananda…

Bien aimée, je n’ai pas demandé de questions. Il n’est pas temps de poser des questions, il est temps de faire silence…

… Silence…   
 
… et d’accueillir le baiser de l’Amour que je délivre à chacun de vous dans le cœur. Là est la plus grande des réponses.

Quant aux questions, elles devront être mûrement posées et couchées par écrit, car elles vous concernent vous mais elles nous concernent tous, et les réponses de même. Mais elles n’auront pas lieu maintenant.

… Silence…

De la même façon, j’accueille de chacun de vous, le baiser de l’Amour que vous me donnez. Maintenant.

… Silence…

Je suis Ma Ananda Moyi, Étoile AL, Feu et douceur de l’Amour. Je vous dis donc à très vite…

Au revoir

… Silence…



MA ANANDA MOYI – Questions/Réponses
________________________________________

Je suis Ma Ananda Moyi. Nous allons, frères et sœurs ici présents, continuer nos entretiens au cœur de l’Amour. Ainsi donc je me propose de répondre à l’ensemble de vos questions concernant ce qui se déroule actuellement. Mes réponses se situeront le plus souvent au-delà de la personne, afin de toucher en vous le cœur de l’Amour.

Permettez-moi d’irradier en votre sein la joie de la Présence.

… Silence…

Après chacune des réponses que j’apporterai, nous resterons tous ensemble en le silence de la Présence pour aller réellement et concrètement au-delà des mots de la question et au-delà des mots de la réponse, afin de vivre ce qui peut se dire alors dans l’alchimie de notre rencontre. Daignez accueillir la joie de ma Présence et la joie de votre Présence. La plupart des réponses que je donnerai se feront depuis ma position d’Étoile AL mais au cours de ces entretiens au cœur de l’Amour, je serai aussi en quelque sorte l’ambassadrice des douze Étoiles, celle qui parle à votre âme, celle qui parle à votre Esprit et qui transcende, par les mots et la vibration, le sens même d’être une personne, même si vos questions sont d’ordre personnel.

J’écoute maintenant votre première question.

Question : en quoi, comme le dit Bidi, l’Absolu ici en ce monde est corrélable au sommeil ?

Bien-aimé, quand tu disparais à ce monde, que cela soit dans le sommeil ou dans l’Absolu, cela ne fait aucune différence. Par contre le retour est profondément différent. Le retour du sommeil s’accompagne quasi instantanément du retour de la personne au sein de ce monde, inscrit au sein d’une histoire personnelle, au sein de ses affects, au sein de ce qu’il est ou tout du moins de ce qu’il croit être. Au retour de l’Absolu, il n’y a plus de questions. Il n’y a plus même l’idée ou le sens d’être une personne, même si la personne est présente.

Ainsi donc, du point de vue où vous êtes dans l’incarnation, il n’existe pas de différence entre le sommeil et l’Absolu. Comme vous le voyez, certains d’entre vous disparaissent de façon impromptue lors de méditations, lors de prières ou en nous écoutant, et reviennent. Mais la différence, vous la constatez vous-même par rapport à votre sommeil, dans les moments qui suivent. Êtes-vous rempli de joie? Êtes-vous saturé de joie au moment de votre retour ou avez-vous simplement l’impression d’émerger d’un sommeil normal? Et aussi dans le déroulement de vos journées ensuite, vous êtes tout à fait aptes les uns et les autres de constater si vous êtes plus légers, si votre cœur est plus léger, si votre personne, dans toute son histoire, vous tracasse moins pour vivre l’instant présent. Là est la grande différence, non pas dans le déroulement du sommeil ou de l’Absolu, mais bien plus dans ce qu’il se produit quand vous revenez à la personne au sein de ce monde.

Alors oui, il y a une différence essentielle mais il y a en même temps une similitude. D’un point de vue extérieur, cela est la même chose ; d’un point de vue intérieur, cela est profondément différent. Alors bien sûr, dans l’apprentissage que vous vivez les uns et les autres, en fonction de ce que vous avez vécu et vivez encore, il y a parfois un mélange de sommeil et de disparition, un mélange de sommeil et d’Absolu. Il vous arrive, et nous le savons tous quand nous sommes dans la chair, qu’il y a des matins ou des jours où nous nous réveillons en se demandant qui nous sommes et où nous sommes.

De l’Absolu, c’est exactement la même chose. Il vous arrive au retour de vos disparitions de vous poser le sens de qui vous êtes ou de ce que vous faites, comme si l’identité était noyée dans un brouillard où il n’y a pas vraiment de souvenirs mais qui permet de ramener, je dirais, des bribes de l’Infinie Présence au moment où vous revenez. Cela se traduira inexorablement par le sentiment d’être bien, par le sentiment d’être différent, par le sentiment d’être plus plein même et surtout si vous ne savez plus qui vous êtes ou dans quelle histoire vous êtes inscrit.

Alors il y a similitude, pour celui qui voit cela de l'extérieur, mais il ne peut pas y avoir de confusion, ou alors elle est minime, pour celui qui le vit réellement et concrètement. Regardez ce qui se déroule quand vous revenez, dans les moments immédiats mais aussi plus ou moins longtemps après cette disparition. Est-ce que la joie est conservée? Est-ce que l’insouciance et la légèreté de l’enfant est présente, même si celle-ci s’éteint tant que vous n’êtes pas stabilisé au sein de l’Infinie Présence.

Il existe aussi un autre élément. En revenant de la disparition, même si vous n’en avez pas la nécessité de l’affirmer ou de le démontrer à qui que ce soit, ni à vous-même, quand vous disparaissez et que vous revenez au sein de la personne demeure en vous une certitude inébranlable qui rejoint la foi, qui rejoint l’enfance, d’être relié et d’être bien plus que l’histoire que vous vivez, même si vous êtes inscrit encore au sein d’une histoire particulière, de problématiques particulières.

En conclusion, le Libéré se suffit à lui-même. Il est sa propre source de Lumière et sa propre source de vie. Non plus au niveau de l’ego, de la personne, mais bien plus en un sens universel et surtout rempli d’Amour, saturé de joie et de félicité quels que soient les évènements survenant parfois dans sa vie, pouvant amener parfois des prises de décision au sein de la personne ou encore en réaction à certains éléments qui n’ont pas à être acceptés, ni par la personne ni par l’Absolu si vous l’êtes. Toutefois vous n’êtes jamais dupe. Vous voyez cela comme une nécessité et vous n’êtes pas impliqué ni sur le plan mental ni sur le plan affectif ni sur le plan des émotions, et encore moins sur ce qui est nommé les énergies ou la vibration.

Ainsi donc les fluctuations même de ce que vous percevez comme vibrations, que celles-ci soient inscrites dans la tête, dans le cœur ou ailleurs, au niveau du Canal Marial ou de l’Onde de Vie, ne laissent pas se déployer, sur l’écran de la conscience, les mêmes choses. Dans un cas il y a clarté, dans l’autre cas il y a confusion, parce que le mental se met en branle et vient vous proposer des choix. Le mental a toujours le choix, l’Absolu n’a jamais le choix. Il est totalement libre. Il est sorti de tout conditionnement et de toute notion même de libre-arbitre, parce qu’il n’envisage pas d’avoir à choisir entre telle situation, telle chose, telle personne ou tel évènement. L’Absolu laisse arriver à lui ce qui se déroule alors que celui qui sombre dans le sommeil et revient au sein de la personne ne notera jamais de différence significative dans son vécu et dans la façon de se conduire en ce qui se déroule autour de lui et en lui.

Là est la grande différence mais effectivement, vu de l’extérieur, c’est exactement la même chose. La disparition à ce monde se fait de manière physiologique chaque soir quand vous dormez, même si vos nuits sont peuplées de rêves. L’Absolu disparaît de lui-même quand il le souhaite, même en continuant à s’exprimer. Il est en quelle que sorte relié en permanence à ce qu’il est, quelles que soient les circonstances de son corps, de sa vie, de ses émotions, de ses affects ou de tout évènement surgissant à l’improviste au sein de sa conscience. Il demeure stable.

Il est impossible de déstabiliser l’Absolu. Même si celui-ci se met en colère, il n’est jamais dupe de sa propre colère et surtout, il n’y a aucune répercussion néfaste pour lui comme pour l’autre. Parce qu’il ne fait pas de différence entre lui et l’autre. Il pourrait se maltraiter lui-même comme il maltraite quelqu’un, non pas pour le maltraiter mais pour fissurer la coque de l’ego et laisser apparaître l’Amour. Et ça, ce n’est pas lui qui le décide. C’est directement l’expression de la Vie libre au sein de ce monde.

… Silence…

Écoutons ensemble si vous le voulez bien la deuxième question.

Question : pouvez-vous m’éclairer sur un rêve ? Je suis debout sur une plage, en joie et je vois une forme humanoïde, plutôt sombre, traîner mon cadavre qui est recouvert de poils dorés.

Bien-aimé, permet-moi d’abord de resituer le rêve. Bien sûr, vous savez qu’il existe différentes formes de rêves. Il est des rêves qui correspondent à vos préoccupations du moment. Il est des rêves qui sont liés à votre vécu des journées précédentes. Il est aussi des rêves qui sont liés à vos diverses anticipations et projections concernant le futur. Alors bien sûr, il y aura toujours une explication pour la personne et dans ce cas-ci, elle est précise. Mais permettez-moi d’abord d’aller au-delà du sens et de la correspondance pour la personne qui a fait se rêve. Au-delà même de la signification symbolique, réelle, projective ou liée simplement au mental, ou prophétique, il s’agit toujours de la même chose.

Le rêve, quelle que soit son intensité, quelle que soit la perception de son vécu lui-même, traduit toujours quelque chose qui se déroule au sein de la personne. Le Libéré Vivant n’a pas besoin de rêver. Il ne rêve d’ailleurs jamais. Il disparaît totalement, même au sein de ses nuits. Le rêve est en quelque sorte ce qui vous ramène à l’Infinie Présence, dans les cas les plus élevés, mais aussi à votre personne.

Alors bien sûr dans ce rêve-là, il y a un certain nombre d’éléments qui sont vus. L’eau en particulier, l’élément Eau. La plage, c’est l’endroit où vous vous installez au même niveau que l’eau et où vous profitez des mouvements de l’eau et aussi des rayons du soleil, s’il y en a. L’eau de la mer est l’Eau Primordiale, celle qui vous ramène à vos origines. Et là, comme tu le dis, tu vois et perçois ton cadavre recouvert de lumière dorée, au niveau des poils si j’ai bien compris. Cela correspond totalement pour la personne au processus se déroulant aujourd’hui de manière collective pour l’humanité, et qui a été nommé Ascension, qui correspond donc à l’achèvement d’un cycle et surtout au retour en votre Éternité, à votre Résurrection. Ainsi donc les rêves sont souvent colorés non pas de cet évènement en lui-même mais des propres projections que vous avez vous-même anticipées sur votre propre devenir et ce, non pas au niveau de la personne, mais bien réellement au niveau de l’âme.

Celui qui est libéré de l’âme n’a pas besoin de rêver et d’ailleurs ne rêve jamais. Il n’en a plus besoin. Il n’y a rien à confronter, il n’y a rien à conforter, il n’y a rien à élucider. Alors le rêve, même dans sa dimension prophétique, ne fait que vous rappeler qu’il existe quelque chose à solutionner entre la personne et l’âme et parfois entre l’âme et l’Esprit. Mais pour cela, l’âme en dissolution entraîne une raréfaction des rêves. Les rêves deviennent parfois beaucoup plus symboliques et sont en rapport avec ce que l’on pourrait nommer l’inconscient de l’humain ou l’inconscient collectif, où se trouve comme vous le savez un réservoir de formes-pensées, un réservoir de potentiel des possibles, un réservoir de devenirs aussi.

Alors je vous engage bien sûr à aller au-delà de la signification que j’ai donnée, à aller au-delà de la personne et à aller au-delà de l’âme. À ne pas refuser bien sûr ces informations qui parfois vous sont données et qui sont effectivement parfois majeures. Mais retenez avant tout que tout rêve, quel qu’il soit, même le plus beau, ne fait que traduire en quelque sorte les basculements itératifs de l’âme entre la matière et l’Esprit, qui a choisi le chemin de la Libération et de sa dissolution et qui pourtant n’est pas arrivée à son terme parce que le moment n’est pas venu pour cette âme, attendant pour la plupart l’Appel de Marie qui vous apportera la certitude inébranlable de ce que vous êtes, et la certitude inébranlable que ce qui se déroule est réellement la fin d’un cycle. Il est autre chose que de voir ce qui se déroule en ce moment et il est tout autre chose d’imaginer ce que sera la vie après les évènements redoutés ou attendus ou espérés.

Mais sachez bien que le rêve ne fait que traduire la difficulté, même dans ses aspects les plus lumineux, à s’établir au sein de l’Infinie Présence, traduisant comme je viens de le dire les oscillations de l’âme elle-même entre sa dissolution et sa persistance.

Aussi je vous invite bien sûr à vous appuyer sur vos rêves, mais que cet appui-là ne représente en définitive qu’un appui indispensable pour votre vie au sein de ce monde, pour certains d’entre vous, afin de vous éprouver, afin parfois d’élucider. Mais quel que soit ce qui est  élucidé, quel que soit ce que j’ai même expliqué, là aussi il faut dépasser cela. Les rêves sont une aide. Nombre de personnes sur cette Terre, dans toutes les traditions je dirais, dans tous les peuples, se sont penchées sur les rêves depuis des temps immémoriaux. Ainsi que je l’ai dit il existe même des rêves prophétiques, il existe des rêves très importants mais tous ces rêves ne découlent en définitive que de l’interface et de la rencontre entre l’âme et la personnalité. Rien de plus et rien de moins. Quand l’âme est non seulement en voie de dissolution mais réellement dissoute, il ne peut plus y avoir aucun rêve, ou alors ceux-ci sont vus comme des éléments venant perturber le sommeil au sein de l’Absolu.

… Silence…

Nous pouvons écouter ensemble une autre question.

Question : Jophiel a dit que notre positionnement pouvait aider nos proches. Pourriez-vous développer ?

Le positionnement au sein de l’Amour. Non pas de l’amour envers vos proches mais de l’Amour inconditionné. Parce qu’à ce moment-là, même s’il y a refus, c’est qu’il y a en quelque sorte quelque chose qui est vu, même si cela est refusé et a priori non vu. Le positionnement au sein de l’Amour inconditionné est déjà et sera de plus en plus l’élément indispensable pour apporter la Paix et l’Amour sans agir au sein de la personne. L’Amour inconditionné et impersonnel qui s’écoule dans ces moments-là au travers de vous, qu’il soit vu ou qu’il soit refusé sur le moment, cela n’a aucune conséquence néfaste, bien au contraire. C’est en ce sens que Jophiel a dû préciser cela.

Si votre positionnement est juste, non pas dans le lien, dans l’attachement et dans l’affect, mais en reliance directe avec ce que vous êtes en Éternité, que vous soyez libéré ou pas, alors à ce moment-là les implications et les effets sur la personne avec laquelle vous êtes en relation à ce moment-là seront profondément différents. Parce que cela ne passera pas par le mental. Même s’il y a un rejet et un refus de celui avec lequel vous êtes en relation impersonnelle, même si cela est personnel de par les liens du sang, de la chair ou des affects.

Alors cela n’a aucune importance parce que de toute façon même ce qui n’est pas vu, ce qui n’est pas perçu par celui qui reçoit votre état d’être, a nécessairement un effet. Rappelez-vous quand l'aile d’un papillon se brise, c’est l’ensemble de l’univers qui tremble. Il en est de même dès qu’un frère ou une sœur humain incarné dans la chair s’approche du Soi, vit le Soi, même de façon non perma¬nente, il y a changement. Changement en lui, bien sûr, mais changement autour de lui quelle que soit l’allure que peuvent prendre ces changements. Que cela soit un refus de ce que vous émanez, même inconscient, que cela soit un plein accord, les résultats sont autrement, je dirais, plus convaincants que ce qui se déroule au sein de toute relation personnelle, même la plus juste et la plus parfaite au sens d’un amour humain, parce que l’Amour impersonnel transcende toutes les limites de l’amour humain.

L’Amour inconditionnel, comme il le dit lui-même dans cette proposition, ne correspond qu’à une absence de conditions, à une absence de réflexion, à une absence de quelque chose qui est relié à votre relation, d’une manière ou d’une autre. Alors bien sûr celui qui sort de la relation personnelle par cet état d’être peut entraîner des réactions fort violentes autour de lui, cela est normal. Par peur, par méconnaissance. Mais ne vous fiez pas à ces premières réactions, ne vous fiez même pas au fait que cette personne, ce frère, cette sœur, qui est en lien avec vous, soit fâchée, parce que vous avez œuvré dans la justice et dans la Vérité même si cela n’apparaît pas au sens de la personne, la vôtre comme la sienne. Les résultats seront immanquablement présents au moment de l’Appel de Marie, au moment des Trompettes.

À ce moment-là, pour ce frère, cette sœur, qui était en relation avec vous et qui a rejeté votre état d’être peut-être, il y aura une réminiscence pour lui de ce que vous avez représenté à ce moment-là et que peut-être il a rejeté. Ainsi seront brûlés les liens parce que rappelez-vous qu’un lien est entre deux situations, deux personnes, deux objets, et que même s’il y en a un qui casse le lien par l’Amour inconditionné et inconditionnel, celui qui maintient le lien est toujours prisonnier de son propre ego et de ce propre lien qu’il a lui-même créé.

Alors bien sûr quand il y a une relation affective, que cela soit avec un conjoint, un ancien conjoint, un ami, un enfant, un parent, bien sûr que cela peut être dommageable dans l’instant et, d’un point de vue strictement limité, cela est contraire, je dirais, à une certaine forme de moralité. Mais sincèrement, pensez-vous d’abord à la morale ou pensez-vous d’abord à l’Amour ? Toute la différence se situe là. Et ce que vous croyez éloigner de vous lui permettra à ce moment-là de résoudre, d’une manière ou d’une autre, ce qu’il n’a pas voulu résoudre au moment où il s’est peut-être éloigné de vous ou rapproché de vous. Vous n’avez pas à décider. Laissez simplement s’exprimer ce qui s’exprime parce que dès l’instant où ce qui sort de vous est spontané, dans les mots, dans les regards, dès l’instant où vous ne cherchez pas à réagir, dès l’instant où comme cela a été dit, vous mettez l’Amour devant, alors même si sur le moment cela vous semble contraire à l’Amour, il n’en est rien.

Il vous faut sortir vous aussi à ce moment-là, je dirais, d’une vision ou d’un point de vue ou d’un positionnement purement linéaire lié à des conventions, lié à des affects ou lié au lien lui-même, réel quand il s’agit d’un lien de la chair. Ne vous préoccupez pas de ça. Maintenez l’Amour inconditionné et vous verrez par vous-même, quel que soit le temps qui est parfois nécessaire, qu’il y a apaisement et solutionnement, et surtout rupture du lien réel, non pas pour ne plus voir ces personnes, ces frères, ces sœurs, ces conjoints, ces enfants, mais bien pour les libérer eux-mêmes et non pas vous-même.

Alors allez au-delà des apparences, là aussi, et ne voyez pas simplement ce qui se déroule dans ce que vous vivez maintenant - sans pour autant vous projeter demain - mais soyez certain que vous assisterez vous-même à la dissolution de tous les liens le moment venu, même ceux que vous avez rompus vous-même et qui pourtant, quelle que soit la colère parfois de l’autre côté, ne sont absolument pas libérés.

C’est en ce sens que votre présence ici sur ce monde, pour beaucoup d’entre vous, même libérés vivants ou vivant le Soi de façon définitive, est importante. Parce que là, à ce moment-là, vous aidez par votre Présence, par votre positionnement, par la colère même de l’autre, à leur propre Libération. C’est cela qui est capital. Ce n’est pas la réaction immédiate, ce n’est pas la souffrance immédiate, ce n’est pas la perte immédiate mais ce sont vraiment les effets au niveau de l’Éternité, au niveau du Soi, au niveau de la Présence, de l’autre aussi bien sûr.

… Silence…

Rappelez-vous qu’en nos moments de silence entre les questions, il y a Présence, intensification de votre Présence et de la mienne, afin de communier en le cœur de l’Amour et laisser place à l’écoute de l’Esprit ou à l’écoute de l’âme, si celle-ci est encore présente.

… Silence…

Je vous rappelle aussi qu’au sein de ces espaces de silence entre les questions, qu’il y a la Présence de l’Esprit du Soleil, qu’il y a le Chœur des Anges et que nous sommes désormais de plus en plus proches. Alors bien sûr, pour ceux qui sont en retrait pour une raison ou pour une autre, ils peuvent percevoir des différences. Pour eux ce n’est pas la même vibration, ce n’est pas la même conscience parce que nous nous approchons du cœur du cœur, du cœur de l’Amour. Et là il y a de moins en moins de différences entre vous et nous mais aussi entre nous, Étoiles, ou entre les Anciens et les Étoiles et les Archanges. Parce que cela est toujours sous-tendu par la même Présence de l’Esprit du Soleil et la Présence Christique si vous préférez, en vous comme en nous.

… Silence…


Écoutons ensemble une autre question.

Question : la totalité de nos lignées seront-elles révélées avant l’Appel de Marie ?

Bien aimé, pourquoi rajouter un temps? Parce que tu sous-entends, dans ta question, que l’ensemble des lignées  doit être révélé à la conscience ordinaire ou même au sein de la Supraconscience. Il n’en est rien. Certains d’entre vous vivent effectivement des lignées sans même savoir de quoi il s’agit. D’ailleurs ont-ils besoin d’identifier réellement ce que cela signifie ? Là aussi il convient de traverser, sans se poser de questions, ce qui se déroule sur l’écran de la conscience. Il n’y a aucune obligation, il n’y a aucune nécessité. Seule la personne peut le concevoir ainsi.

Dans le processus de retournement de l’âme vers la Lumière et sa dissolution, dès l’instant où l’âme n’est plus tournée vers la matière mais vers l’Esprit, même si elle se maintient encore aujourd’hui, certaines des lignées ou l’ensemble des lignées peuvent apparaître. Elles vous donnent simplement un vécu plus grand, en l’instant, de ce que représentent ces lignées au niveau élémentaire par exemple. Je vous renvoie pour cela aux innombrables interventions des Anciens surtout, concernant cela.

Mais le plus important n’est pas là. Ce n’est pas parce que vos quatre lignées sont réveillées et activées en vous, que cela soit sur le plan vibratoire ou sur le plan direct à l’intérieur de vous-même dans la conscience, au-delà des vibrations, cela ne fera aucune différence au moment de l’Appel de Marie. Comment pourrait-il d’ailleurs y avoir une différence au moment où Marie appelle l’ensemble de ses enfants, qu’ils aient des lignées, d’ailleurs, liées à elle ou pas. Parce que vous êtes tous faits de la chair de la Terre. Et la chair de la Terre possède la vibration de Marie, bien sûr, en chaque arbre, en chaque végétal, en chaque animal et en chaque humain, d’où qu’il vienne et de quelque part qu’il soit constitué, concernant les éléments. C’est la chair qui se souvient, même si votre âme et votre Esprit n’ont aucune résonance avec une lignée venant de Sirius. Vous faites partie du corps de la Terre par la constitution même de votre corps.

Alors plus que jamais aujourd’hui ne cherchez pas à savoir, ne cherchez pas à voir, mais cherchez à être. Plus vous serez dans l’être, plus vous serez dans la joie et l’indifférence par rapport à cela, plus cela se manifestera à vous de façon spontanée. Et surtout, ne vous arrêtez pas à ce qui se dévoile, ne vous arrêtez pas à ce qui vous est révélé, allez toujours au centre. Je vous rappelle que les quatre lignées ou les quatre Triangles élémentaires se réunissent, se résolvent, si on peut dire et se fragmentent aussi, dans l’autre sens, depuis un point central qui est le point ER. La reliance à la Source, la reliance à la Vérité est la réalité de votre Éternité ici-même.

Alors la révélation des lignées a été, si je peux dire, pour nombre d’entre vous, des béquilles, des éléments qui vous ont permis de mieux vous situer et de mieux vous positionner. Mais fondamentalement, quand vous dépassez aussi cela, non pas en l’ignorant mais vraiment en le laissant venir à vous sans le chercher, alors tout cela s’éteint aussi. À ce moment-là vous ne sentirez plus les Triangles élémentaires, vous n’aurez plus d’intérêt pour cela même si vous les avez reconnus, même si vous les vivez encore. Vous ne serez pas dans une projection de la conscience visant à identifier vos lignées ou même à voir de façon spontanée les lignées  des autres. Vous ne verrez plus que la Flamme éternelle de chacun, quelles que soient ses lignées.

Ainsi donc il existe là aussi, je dirais, une forme de gradation qui vous permet de dépasser aussi cela. Et parfois, pour le dépasser il n’est pas indispensable de le voir. Pour certains autres sœurs et frères oui, il faut le voir. Mais ce n’est pas votre mental qui commande et qui dirige. Rappelez-vous que les lignées  sont inscrites au sein des expériences multidimensionnelles, au niveau de l’Esprit, et bien sûr en incarnation au niveau de l’âme, par rapport à votre origine stellaire. Mais tout cela ne représente rien par rapport à la joie de la Présence. Alors si vous sentez que de percevoir vos lignées ou de vous poser la question de vos lignées vous éloigne de cette reconnexion à vos lignées, abandonnez cette idée. Laissez venir à vous ce qui se déroule et contentez-vous, si je peux dire, de l’essentiel, c’est-à-dire de la joie du cœur, là où il n’y a plus aucune place pour aucune question.

Parce que les questions, même si elles sont demandées aujourd’hui, sont éclairantes pour beaucoup. Mais rappelez-vous que je ne m’adresse pas seulement à votre personne mais je m’adresse à ce qui est au-dedans de vous, dans le cœur de l’Amour. Les lignées vous ont permis un certain nombre de choses. D’ailleurs, vous savez bien que cette chair sur ce monde est constituée de ce que vous nommez du carbone, essentiellement, de l’ADN et de tout un ensemble de molécules chimiques qui constituent l’assemblage du corps. C’est là-dessus bien sûr que résonne la conscience mais ce n’est pas la conscience. La conscience corporelle, la conscience de la personne, la conscience même de la conscience que je qualifierais d’éveillée n’est rien par rapport à la vérité de l’Absolu et de l’Infinie Présence.

Et croire que vous allez toucher ou vivre l’Infinie Présence en vous préoccupant de vos lignées  serait une erreur funeste. Cela se présente à vous ou cela ne se présente pas à vous. Mais quelle différence cela fait-il pour votre capacité à être dans la joie et à être dans la paix ? Ne vous raccrochez pas à vos lignées comme à une bouée de sauvetage, il n’en est rien. Car il n’y a que le cœur qui sauve, votre cœur. Tout le reste n’ont été que des éléments qui vous ont permis de bâtir votre éternité, de la reconstruire si je peux dire, au sein même de ce monde au travers du corps d’Êtreté, au travers du Supramental, au travers de vos expériences.

Mais ces expériences quelles qu’elles soient, quelle que soit leur beauté, quelle que soit leur intensité, n’ont rien à voir avec l’Éternité. Elles ne sont que des éléments, un peu comme une canne pour un aveugle, un peu comme sur un pont suspendu où vous tenez fermement la main à la corde. Mais n’oubliez pas que vous allez de l’autre côté. Ne vous arrêtez pas sur le pont, et ne reculez pas non plus.

Au cœur de l’Amour, au centre du centre, il n’y a strictement rien d’autre que la félicité éternelle. Il n’y a plus de forme même si la personne est présente, il n’y a plus d’émotion, il n’y a plus de mental, il n’y a rien d’autre que l’Amour, et vraiment rien d’autre. Parce que l’Amour se suffit à lui-même et remplit tous les interstices de votre conscience. La personne ne peut plus diriger quoi que ce soit. Je dirais que du point de vue de la personne, elle subit même l’énergie de l’Esprit, la conscience de l’Esprit et la conscience de l’âme, si elle est présente.

… Silence…


Écoutons une autre question.

Question : que pouvez-vous nous dire sur ce que vit l’ensemble de la Terre en ce moment ?

La Terre vit la libération de la souffrance, non pas seulement la vôtre, non pas seulement celle des frères et des sœurs humains mais l’ensemble de ces souffrances. Elle se secoue, elle exulte de joie, elle monte en fréquence vibratoire. Elle se réveille, elle se purifie d’elle-même par les Éléments, ainsi que vous pouvez l’observer à la surface de cette planète. Nombre de mes sœurs se sont exprimées là-dessus concernant les Cavaliers et les forces Élémentaires. Ce que vit la Terre en ce moment est exactement la même chose que vous vivez les uns et les autres, avec plus ou moins de frictions, plus ou moins de résistances, plus ou moins d’incompréhension, plus ou moins de joie. La naissance d’un enfant est toujours un passage, parfois difficile, et pourtant c’est un grand bonheur pour une mère, d’avoir un enfant. Mais il y a une difficulté parce qu’il y a passage d’un état à un autre sans solution de continuité.

Alors bien sûr, inconsciemment, beaucoup de sœurs et de frères encore présents à la surface de cette Terre sont dans le déni total. Ils ne sont pas encore entrés dans la colère ou la négociation tel que cela avait été présenté au niveau collectif par Sri Aurobindo. Et néanmoins c’est exactement ce qui se déroule jusqu’au moment où le signe commun à l’humanité sera visible en le ciel mais aussi en votre cœur. Alors à ce moment-là, les choses changeront profondément. Il y aura à ce moment-là un espace résolutoire pour la souffrance de la Terre en totalité, même si cela passe par ce qui a été nommé la dissolution, la disparition des illusions et de tout élément éphémère à quoi se raccrocher et se retenir. Il n’y aura plus aucune certitude au sein de la personne. De même, il en sera de même au niveau du manteau de la Terre, du manteau du ciel, de l’ensemble de l’activité des Éléments. Mais rappelez-vous ce que disait le Commandeur : « Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l’appelle naissance ». Et là aussi, tout dépend bien sûr de votre positionnement de conscience mais aussi, dans une certaine mesure, du positionnement de votre propre personne au sein de votre vie.

Ainsi donc ce que vit la Terre en ce moment est sa réunification à sa dimension d’Éternité, comme vous. Cela passe comme vous le voyez par des mécanismes parfois violents que vous aussi peut-être vous avez vécus ou vivez encore. Mais ne vous attardez pas à cela. Même si vous ne voyez pas l’avenir de la Terre ou votre propre avenir, restez dans la joie du cœur, quelle que soit la souffrance de la Terre, de la vôtre ou des différents règnes.

Allez au-delà de la souffrance là aussi parce que derrière cette souffrance liée à des déchirures multiples, il y a le joyau qui sera mis à nu, le diamant que vous êtes. Même si pour l’instant vous ne l’acceptez pas, ne le voyez pas, ne le vivez pas, c’est une certitude inéluctable et inexorable à très brève échéance. Alors là aussi cela vous demande beaucoup d’humilité, beaucoup de simplicité, de partager et d’adopter la Voie de l’Enfance qui, quelles que soient les circonstances de sa vie, de son monde même, de cette Terre même, pérégrine pour se rapprocher toujours de plus en plus de son cœur, du cœur de l’Amour. De plus en plus les circonstances de vos vies, les circonstances de votre conscience comme les circonstances de ce monde ne vous laisseront pas d’autre choix que de vous tourner vers vous-même car c’est là que vous serez le plus utile, à vous-même bien sûr mais aussi à la Terre.

Rappelez-vous qu’il y a bien plus qu’un changement ou même bien plus qu’un passage d’un état à un autre, il y a une transsubstantiation, il y a une métamorphose particulière où plus rien de ce qui était antérieur ne pourra subsister. Et cela concerne aussi bien vos propriétés, cela concerne aussi bien vos relations, tous les liens que vous avez encore au sein de ce monde qui sont en train de se relâcher et de se dissoudre jusqu’à un moment où nul ne pourra nier qu’il n’y a plus rien à quoi se raccrocher, excepté à l’Amour.

… Silence…


Avant que nous écoutions la prochaine question, je tiens à vous dire, pour ceux qui écouterons, ceux qui liront nos entretiens au Cœur de l’Amour : essayez de respecter la même digestion de la question et de la réponse et non pas de tout lire avec avidité ou d’écouter avec avidité ce que nous avons dit mais bien plus de le laisser vous pénétrer sans interférer, car là sera le miracle et non pas dans la compréhension de vos questions ou de mes réponses.

Écoutons la question qui suit.

Question : en quoi l’état de Grâce est différent de l’Action de Grâce ?

Il vous avait été expliqué par différentes voix, il y a de nombreuses années, la différence entre l’Action de Grâce et l’action-réaction. L’action-réaction est la constante au sein de ce monde. Elle comprend aussi bien les lois psychologiques, les lois sociales, les lois morales que les lois spirituelles de ce monde au travers du karma par exemple, mais pas seulement. Alors déjà il a fallu évoluer de l’action-réaction, qui vous paraissait pour certains inéluctable, même au niveau de l’âme, au niveau de la causalité, et arriver à l’Action de Grâce. L’Action de Grâce, c’est laisser s’effacer de soi-même l’action-réaction, que cela concerne le plan psychologique ou le plan spirituel nommé réincarnation. Parce que ce qui se réincarne ne sera toujours que la partie limitée de votre être, c’est-à-dire l’âme et en aucun cas l’Esprit, bien sûr.

Alors on peut dire aussi que l’Action de Grâce a été un préalable à l’état de Grâce. L’Action de Grâce est ce qui vous donne à voir, je dirais, la futilité de l’action-réaction. L’Action de Grâce se dévoile bien sûr dès l’instant où vous-même vivez la joie, dès l’instant où les vibrations parcourent l’une de vos Couronnes ou encore l’Onde de Vie ou le Canal Marial. Là il y a la possibilité, par moments, par bouffées je dirais, d’échapper aux conditionnements et aux lois de ce monde par l’Action de Grâce.

Et puis maintenant, depuis déjà un certain temps, nous vous parlons d’état de Grâce et non plus d’Action de Grâce, parce que l’Action de Grâce correspond à une action au sein de ce monde que vous recevez ou que vous donnez. L’état de Grâce n’a que faire de ce monde. Quoi qu’il vive, quoi qu’il dise, cela vous emmène directement à Shantinilaya, la Demeure de Paix Suprême, là où plus rien ne peut vous affecter. Vous êtes totalement présent mais plus au sein de la personne, même si la personne est là, mais vous êtes pleinement présent à la Vie parce que vous êtes devenu la Vie.

Alors à ce moment-là il y a état de Grâce et non plus Action de Grâce. L’Action de Grâce prend naissance au niveau, je dirais, de la personne ou de l’âme. L’état de Grâce prend naissance en l’Esprit et par l’Esprit, et nulle part ailleurs. Et l’Esprit est parfait de toute éternité. Alors manifestant l’Esprit en ce monde, vous n’êtes plus dans l’Action de Grâce mais dans l’état de Grâce. Cela se traduit par la béatitude, les Samadhi les plus extrêmes, la capacité à ne plus être affecté en aucune manière, même par la physiologie de ce corps. Ainsi donc l’Action de Grâce vous inscrit encore et malgré tout au sein de la réalité de ce monde. L’état de Grâce vous montre l’illusion de ce monde en totalité. Non pas par cogitation, non pas par expérience, mais par réalité de la conscience ultime.

Bien sûr, l’Action de Grâce est une forme de validation pour la personne ou pour l’âme qui peut entraîner à elle seule le basculement de l’âme et le retournement de l’âme vers l’Esprit. Alors que l’état de Grâce ne dépend d’aucune action, ni de l’action-réaction ni d’une action vers la Grâce. C’est un état naturel et spontané de celui qui est libéré, quel que soit son état au sein de la personne, que celui-ci dorme, que celui-ci parle ou que celui-ci soit en train de mourir. Il n’y a aucune différence. Il y a donc réellement à ce moment-là primauté de l’Esprit, non pas négligence du corps, non pas négligence de la personne mais disparition réelle et concrète de toute interaction au sein de ce monde, que cela soit au sein de l’action-réaction ou au sein de l’Action de Grâce. Il n’y a plus de polarité d’âme tournée vers la matière, il y a une âme dissoute ou en voie de dissolution totale dans la joie de l’Esprit, dans la vérité de l’Amour qui n’a que faire, comme vous le savez, des circonstances de ce monde et même des cycles de ce monde.

Même si effectivement ce cycle que vous vivez vous donne une opportunité à nulle autre pareille d’être libéré de vous-même en tant que personne, d’être libéré des lois de ce monde, d’être affranchi de toute notion de réincarnation ou de croire à toute prééminence de l’âme ou qu’une âme est quelque chose à améliorer. L’Esprit étant parfait de toute Éternité, s’il se révèle en vous, comment voulez-vous que l’imperfection se manifeste encore ? Soit vous êtes l’Esprit, soit vous êtes inscrit ailleurs que dans l’Esprit. Ce n’est pas vous qui décidez. C’est les circonstances de ce que vous êtes qui font que les choses se déroulent indépendamment de toute volonté, indépendamment de toute action, indépendamment de toute volition ou de toute cognition. Saisissez bien la différence qu’il y a dans les mots que je viens de prononcer, parce que c’est essentiel.

Mais encore une fois ne voyez pas là une notion d’objectif à atteindre et ne culpabilisez pas non plus si vous vivez pleinement les mémoires de l’âme, les mémoires karmiques et qu’il vous semble être attaché aux circonstances de ce monde. C’est simplement que pour l’instant, et même après l’Appel de Marie, vous avez besoin en tant qu’âme d’expérimenter encore et toujours la conscience en manifestation, en d’autres formes, en d’autres lieux et de façon libre.

Ce que l’on nomme le Jnani, celui qui vit dans l’Infinie Présence en permanence et donc dans l’état de Grâce, n’a que faire d’une quelconque expérience de la conscience parce qu’il a trouvé réellement et concrètement ce qu’il est et non pas ce qu’il croit qu’il est au travers de l’âme, au travers de la personne. Il n’y a pas de besoin dans l’Esprit, il n’y a pas de volonté dans l’Esprit, il y a juste l’Amour et la Joie et c’est tout.

… Silence…

Écoutons la prochaine question.

Question : parfois les Portes du corps sont très sensibles, voire douloureuses. Pourquoi ?

Bien aimé, lorsque les Portes s’activent, il n’y a pas seulement la vibration qui passe par là, la Lumière Supramentale. Il y a aussi et surtout, rappelez-vous, la rencontre entre l’éphémère et l’Éternel en ces points précis et dans certains cas exquis du corps parce qu’ils deviennent douloureux. Ces Portes vous ont été nommées ; elles ont des fonctions, j’en avais développé certaines. Alors si vous sentez certaines Portes, cela traduit le travail et l’alchimie qui se réalisent en ces Portes qui sont des lieux de rencontre entre l’éphémère et l’Éternel, permettant la réalisation en ce monde du corps d’Êtreté. Alors les sentir est, je dirais, le marqueur de cette rencontre même s’il peut parfois exister, au-delà des mécanismes douloureux, des atteintes réelles liées aux Portes, quelle que soit leur nature.

Dans un cas comme dans l’autre, cela ne change rien. Ce qui se traduit à ce moment-là n’est que la manifestation à la fois d’une résistance et à la fois d’un solutionnement ; les deux sont conjoints. Parce que dès l’instant où la Lumière adamantine résonne au niveau des Portes, l’éphémère commandé par ces centres d’énergie disparaît. Cette disparition peut se faire par la transcendance et la joie comme se faire directement au niveau du corps et donc se traduire par des douleurs, voire des atteintes organiques liées à ces Portes elles-mêmes, mais par l’afflux de la Lumière. La Lumière ne fait aucune différence entre ce qui se déroule à ce niveau-là par une élimination, une transcendance directe ou encore par ce que vous pourriez nommer une cristallisation, qui est elle aussi une élimination. Pour l’Esprit, le corps est respecté mais il est vu comme ce qu’il est, quelque chose qui est de toute façon périssable.

Alors bien sûr, selon la Porte qui est douloureuse ou sensible, cela vous traduira directement le niveau de l’alchimie qui se déroule en vous entre l’Éternel et l’éphémère. Il y a juste à l’observer, à le traverser comme cela vous a été dit car rappelez-vous que ce qui se déroule comme douleurs, comme sensations, ne concerne en définitive que le corps et l’éphémère, même s’il est le marqueur pour ce corps, et même pour l’âme, de l’alchimie qui est en cours. Mais vous n’êtes pas non plus cette alchimie qui se déroule, vous êtes le joyau de l’Éternité, la joie de l’Amour, qui ne tient compte d’aucune vibration, d’aucune conscience quelle qu’elle soit, même la plus libre et la plus vaste.

Dans le processus du retournement de l’âme par exemple ou de libération de l’âme, il y a effectivement des douleurs très fortes sur la Porte correspondant à mon Étoile AL. Vous le savez, ce point est le chakra d’enracinement de l’âme. Alors si l’âme est retournée et se dirige vers l’Esprit, il y a douleur, il y a souffrance, il y a gêne. Mais cette gêne, cette douleur, cette souffrance, et même l’éventuelle maladie pouvant survenir, n’est rien d’autre que la résolution de tous les conflits. Si cela se déroule en des points différents, et nous n’allons pas les passer en revue les uns après les autres mais sachez simplement que c’est cette fonction, cet archétype qui est en train d’être transmuté et de passer à la liberté concernant les engrammes présents à ce niveau-là. Au niveau de ce qui est nommé la Porte Vision ou chakra du foie, vous avez bien sûr les émotions qui sont métabolisées par le foie. Les rêves aussi d’ailleurs, en partie, puisque nous en avons parlé précédemment.

Ainsi donc l’action de la Lumière à ce niveau, quelles qu’en soient la perception et les désagréments, ou les bonheurs, n’est rien d’autre que ce qui vous conduit à l’Éternité de manière fiable et définitive. Bien sûr, la personne va essayer de se saisir de ces processus douloureux afin de se rassurer elle-même ou alors l’âme elle-même cherche à se rassurer par rapport à cela. Mais en tout cas, certaines Portes et même les Portes du dos ne font que traduire non pas vos résistances ou vos insuffisances mais bien la pénétration majeure de la Lumière à ce niveau-là. Cela ne veut pas dire qu’il y a une difficulté à trouver à ce niveau-là, bien au contraire. C’est une incitation à aller vers la joie dépourvue de toute cause, à maintenir l’état de Grâce, à maintenir la paix, la sérénité, quelles que soient les circonstances de votre vie ou de ce monde.

… Silence…

Écoutons ensemble la question qui suit.

Question : quand j’examine ce qui se passe au niveau de ma poitrine et de mon cœur, je distingue des différences : chakra, Couronne, Feu, vibration, Triangle. Pourquoi ?

Bien-aimé, cela te montre simplement les différentes couches qui te mènent au joyau et qui se manifestent selon tes humeurs, selon ce qui se produit sur Terre ou dans le ciel, sur le Soleil aussi et en fonction aussi de ton environnement. Alors parfois c’est simplement le chakra du cœur, parfois cela est le Cœur Ascensionnel, parfois c’est le Triangle qui a été la Nouvelle Eucharistie et parfois encore il y a ce qui a été nommé le tétrakihexaèdre du cœur.

Tout cela ne sont que des strates qui te conduisent effectivement, dès que tu les as identifiées, à te maintenir à volonté au sein de l’Infinie Présence ou de l’Ultime Présence sans toutefois t’y arrêter et qui te donne le libre accès à ce que tu es, c’est à dire l’Absolu. Ainsi donc il existe plusieurs strates et plusieurs couches correspondant chacune, je dirais, à un niveau particulier de manifestation du cœur. Sentir le chakra du cœur est simplement ce que je nommerais le cœur éthérique, qui n’a rien à voir avec le vrai cœur, bien sûr. Quand nous parlons du cœur, il y a bien sûr plusieurs acceptions possibles et chacun va le traduire en fonction de son propre vécu.

Alors bien sûr, il y a ce qui a été nommé la Couronne radiante du cœur, qui correspond en quelque sorte à la périphérie, beaucoup plus expansée que le chakra du cœur, et qui vient mettre en relation directement l’amour personnel et l’Amour impersonnel. Il y a la perception du Triangle de la Nouvelle Eucharistie qui signe à ce moment-là que votre âme, quoi qu’elle soit devenue ou  qu’elle demeure encore, ou qu’elle ait disparu, a été contactée par l’Esprit Saint, par la descente de la Lumière venant, je vous le rappelle, de Sirius depuis déjà plus d’une génération. Il y a aussi le tétrakihexaèdre qui te donne accès à la structure du corps d’Êtreté. Tout cela donc réfère à un niveau de fonctionnement mais pour voir les différents niveaux, il faut être capable de maintenir, sans le vouloir bien sûr, l’Infinie Présence qui donne accès à tous les possibles.

Et simplement quand tu traverses certaines couches de ta propre existence au sein de ce monde, et selon ce que tu traverses comme couche, se manifestent différents aspects de ce qui est nommé le cœur. Tous ces aspects-là ne sont fonction que de la longueur d’onde, si je peux dire, qui est expérimentée à ce moment-là. Mais tout cela, tu le sais et tu t’en doutes, par le joyau, tout cela est sous-tendu par la joie de l’Amour et l’amour de la Joie qui n’a rien à voir avec une quelconque personne ou même avec un quelconque monde. Toutefois explorant et vivant au sein de ce monde et au sein des mondes subtils, tu perçois par toi-même qu’il y a des différences significatives selon ce qui vibre, selon ce qui est perçu et selon ce que tu sens.

Je te rappelle que dès l’instant où l’Infinie Présence était établie, même s’il y a perception des possibles, tout s’éteint sur l’écran de la conscience pour pénétrer enfin ta Demeure d’Éternité où là il n’est plus question de quelque cœur que ce soit, de quelque personne que ce soit, de quelque vibration que ce soit. Ce qui n’empêche pas, au moment des allées et venues au sein de cette incarnation, d’éprouver les différents aspects vibratoires et les différentes consciences qui correspondent à ces différents aspects vibratoires.

On peut dire en résumé qu’il y a tout d’abord, et cela n’est pas indispensable pour chacune des étapes mais en schématisant, cela vous donnerait ceci : il y a d’abord l’élan du cœur qui est plus lié à la compassion et au charisme et qui ne se traduit pas nécessairement par des aspects énergétiques mais parfois par un décrochage du cœur, un sentiment de vide ou de plein au niveau de la poitrine, un changement de rythme cardiaque, vous connaissez tous cela. À un moment donné, quand l’affect est très important et le mental est très puissant, même clair, la vibration du chakra du cœur peut apparaître. Il n’a rien à voir en amplitude et en superficie au sein de l’espace que ce qui est appelé le Cœur Ascensionnel ou la Couronne radiante. Il y a ensuite, au-delà du cœur énergétique, il y a effectivement les points sensibles au niveau de la Nouvelle Eucharistie. Cela se produit quand l’âme est touchée par la Lumière. Il y a ensuite les mécanismes directement reliés à l’Ascension : la Couronne radiante du cœur, le Cœur Ascensionnel, le Feu du cœur, même si ce Feu du cœur peut être de nature vitale ou vibrale. Mais les conséquences, bien sûr, ne sont pas les mêmes.

Mais à un moment donné, même ce qui est perçu au sein du cœur, même dans sa partie la plus élevée vibratoirement, que vous nommiez cela le Feu du cœur, la Couronne radiante du cœur ou le Cœur Ascensionnel, s’éteint elle aussi. Les véhicules intermédiaires ne sont plus nécessaires, vous êtes sorti de l’illusion en totalité, même si celle-ci peut encore se manifester au travers de la différente perception du tétrakihexaèdre, de la nouvelle Trinité, de la Couronne radiante ou même du chakra du cœur. Mais vous savez que vous n’êtes rien, à ce moment-là, de tout cela et cela se produit simplement comme un marqueur de vos différents mouvements entre l’Éternel et l’éphémère.

Le Commandeur vous a parlé voilà plus d’un an de la réponse du cœur et de ses différentes potentialités. Cela concernera toujours la personne mais maintenant, quand le joyau est trouvé, découvert et manifesté, il y a juste l’Amour. Il n’y a même plus besoin de ce que vous nommez Supramental ou vibration de la conscience parce que l’Amour, en définitive, est au-delà de toute conscience manifestée même s’il est présent en chaque monde. Vous trouvez à ce moment-là réellement l’essence de ce que vous êtes et tout le reste ne participe que de l’éphémère que vous accomplissez avec la même grâce, quels que soient les évènements.

… Silence…


Écoutons si vous le voulez bien la prochaine question.

Question : pouvez-vous développer sur les différences entre le feu de l’ego et le Feu de l’Amour ?

Le feu de l’ego ramène tout à soi, à ses propres expériences, à ses propres rôles, à ses propres fonctions, au niveau bien sûr spirituel, qui sont crus comme quelque chose de réel. Le Feu de l’Amour  n’a que faire de tous les jeux affectifs, relationnels. Ils sont vécus avec la même grâce et surtout sans le moindre intérêt, même si cela est réel pour celui qui le vit.

Le Feu de l’Amour vous libère de tous les feux. Le feu de l’ego vous renforce dans les jeux de rôles, les fonctionnements au sein de ce monde ou les projections de l’âme à travers un avenir quel qu’il soit. Le Feu de l’Amour n’est pas concerné par un quelconque avenir, il est lui-même ce qu’il est et c’est ce que vous êtes.

Le feu de l’ego va vous emmener à rechuter et à retomber au sein de la dualité, à voir le bien, à voir le mal, à voir l’ennemi, à voir l’ami. Celui qui est dans le Feu de l’Amour n’a ni ami ni ennemi, parce qu’il voit en les deux la même chose : ce qu’il est.

Le feu de l’ego a besoin de s’approprier, a besoin de démontrer, de montrer ce qu’il croit être. Le Feu de l’Amour n’a aucunement besoin de ces jeux, il « est » l’Amour. Il n’a pas besoin de diriger, de contrôler quoi que ce soit au sein de sa vie comme au sein de l’autre, il laisse se manifester simplement cet Amour. Et cet Amour peut parfois effectivement rencontrer des résistances. Alors ça peut aller à l’encontre de la personne, blesser la personne que vous êtes encore.

Dans le cas du feu de l’ego il y aura toujours des réactions, des justifications, des besoins d’expliquer, des besoins de confronter, des besoins de se prouver, à l’autre surtout et à soi-même, que l’on est dans la vérité. Le Feu de l’Amour ne se pose même pas la question de la vérité. Il ne se pose pas la question de la personne. Il ne se pose pas la question de ce qui est vécu au niveau des vibrations. Il est réellement l’Amour.

Le Feu de l’Amour  dissout le feu de l’ego. Le Feu de l’Amour est l’état de Grâce. Le feu de l’ego vous éloigne de la Grâce et vous amène sans arrêt à vous justifier, sans arrêt à expliquer, sans arrêt à confronter le bien et le mal en vous et surtout en l’autre si possible. Alors que le Feu de l’Amour ne joue aucun jeu et surtout pas ce jeu-là. Le Feu de l’Amour se suffit à lui-même, il n’entraîne ni justification, ni besoin de parole, ni besoin de démontrer, il « est », tout simplement.

Le Feu de l’Amour sera toujours en mouvement. Il sera toujours dans la liberté du mouvement. Le feu de l’ego ne sera pas dans le mouvement mais dans l’agitation. Il fera ce que le Commandeur avait appelé les tournicoti-tournicota, un jour une chose, un autre jour une autre chose. Le Feu de l’Amour  traverse une expérience quelle qu’elle soit sans chercher à les orienter ou à les diriger en fonction d’une appropriation ou d’un besoin de justification.

Le Feu de l’Amour est libre de toute attache en ce monde. Le Feu de l’Amour ne croit en rien, n’espère rien, ne redoute rien. Il est surtout la manifestation de l’Absolu. Il n’est plus axé sur la vibration, il n’est plus axé sur l’élévation de la conscience, il a transcendé tous les jeux par l’installation de la Vérité.

Le feu de l’ego est en perpétuelle recherche, il est en perpétuelle représentation. Le Feu de l’Amour  n’a rien à représenter ni à présenter, il est ce qu’il est et ne dépend d’aucune circonstance ni d’aucune situation. Il est équanime. Il est le même face à la joie, face à la souffrance, face à la mort comme face à la vie, de soi comme de l’autre.

Bien sûr les conséquences ne sont pas les mêmes. Dans le feu de l’ego, il y a déperdition de l’Amour. Dans le Feu de l’Amour, il y a accroissement de l’Amour, toujours plus, toujours plus vaste, toujours plus grand, toujours plus infime en ce monde dans la présentation de la personne.

Le feu de l’ego renforce la personne et renforce l’âme dans le besoin de montrer et de se démontrer au sein de ce monde. Le Feu de l’Amour vous fait disparaître en totalité à ce monde, comme je l’ai manifesté de mon vivant. Voyez, c’est pas du tout la même conséquence.

Dans le feu de l’ego, il y a une personne qui gesticule, qui revendique un rôle, une fonction, des attributs. Dans le Feu de l’Amour, il n’y a rien de tout cela. Il y a l’innocence et la simplicité de l’Amour, même si la personne encore présente a besoin de diriger, par exemple dans ses fonctions familiales ou professionnelles, mais cela est vraiment sans importance parce que le Feu de l’Amour  prend toute la place même sur ce qu’il est nécessaire de diriger.

C’est ainsi que s’installe non pas simplement la Fluidité de l’Unité mais réellement la Fluidité de l’Amour. Cela vous le voyez en vos vies même, selon ce qui se déroule, et dans la vie de vos sœurs et frères que vous rencontrez. Est-ce qu’il y a agitation ? Est-ce qu’il y a mouvement qui part dans tous les sens ou est-ce qu’il y a cette stabilité inébranlable de l’Amour que rien ne peut affecter ?

… Silence…


Accueillons ensemble la question qui suit.

Question : pourquoi disparaît-on quand se présente un état d’Amour total et inconditionné ?

J’ai répondu déjà en partie à cette question à travers ce que j’ai dit depuis que nous avons commencé, mais je vais poursuivre les explications. Quand l’Amour inconditionné est là, vous êtes effectivement ravi en extase. Vous vivez la vraie mort de l’ego, de la personne, même si la personne demeure en vie. Alors à ce moment-là, il n’y a rien de mieux à être que de disparaître à l’illusion en totalité. Comme je l’ai exprimé, c’est au retour que le changement est important. Celui qui disparaît dans le sommeil ne ramènera jamais avec lui la Joie, la Paix et l’Amour. Celui qui a disparu dans l’Absolu par l’Amour inconditionné revient encore plus rempli de joie et d’amour, que cela soit pour ses frères et sœurs, pour ce monde et pour la vie, quelles que soient les illusions qui y sont présentes et quel que soit le cycle que vous traversez.

Alors l’Amour inconditionné, oui, vous fait disparaître. Il n’a aucune raison de demeurer quoi que ce soit de vous quand l’Amour inconditionné prendra toute la place et tout l’espace possible de votre conscience. Il n’y a d’ailleurs plus de conscience, vous le savez, cela a été nommé la A-conscience. La conscience n’est que la manifestation de quelque chose, alors que l’Absolu n’est jamais manifesté. Il est la certitude et la vérité de ce que vous êtes. Il n’a pas besoin de preuve, il n’a pas besoin de justification, il n’a pas besoin d’être contrôlé par la personne, ni vécu même par la personne. Elle ne pourra jamais le vivre ni s’en approcher, parce que celui qui s’exprime depuis l’Absolu n’exprime pas le point de vue d’une personne ou d’une âme, ni même ses expériences. Elle exprime simplement la réalité de l’Amour à propos de quoi que ce soit qui est évoqué dans les paroles et dans les discours. Il y a le même Amour qui émane, que cela soit au sein d’une colère, que cela soit au sein d’une tristesse qui passe, que cela soit dans une explication de quoi que ce soit concernant aussi bien ce que vous nommez l’Esprit ou encore même le fonctionnement de ce monde dans lequel vous êtes.

Alors oui, l’Amour inconditionné vous fait disparaître. Étant donné qu’il n’y a plus de conditions, qu’il n’y a rien à prouver, vous n’avez plus aucune raison d’être inscrit au sein de l’illusion et bien sûr il faut laisser le corps vivre sa vie. Il n’est pas question de mettre fin à la vie, même dans l’illusion, par vous-même et sur vous-même, mais ce que vous ramenez est profondément différent, que vous en ayez conscience ou pas.

En vivant l’Absolu, lors de la disparition, même si vous n’en ramenez strictement rien au niveau du vécu de ce moment, qui dure une minute ou des milliers d’heures d’affilée, vous êtes profondément différent. Au travers de ce qui est vu, au travers même des vibrations qui reviennent à ce moment-là et surtout au niveau du déroulement de votre vie dans tous ses aspects. Vous êtes à la fois touché par tout mais en même temps atteint par rien. C’est bien plus que de l’indifférence, c’est bien plus que du déni ou du refus de réalité, c’est la vraie transcendance de la réalité et surtout de l’illusion de ce monde.

… Silence…


Écoutons la question qui vient.

Question : m’étant discréditée auprès de mes enfants en 2012 et ayant, depuis, observé le silence au sujet des événements à venir, j’aimerais pourtant les prévenir par une lettre à n’ouvrir qu’au moment où les sons du ciel et de la Terre se feront entendre. Est-ce utile ?

Bien-aimée, pour la personne cela est utile, pour toi comme pour l’autre qui est à l’autre bout. Mais en définitive tu n’as pas à t’inquiéter parce que celui qui entendra les sons, et c’est le cas de tout le monde à ce moment-là, ne pourra douter à aucun instant qu’il y a un changement de paradigme, quelle que soit la colère. Nous ne serons plus à ce moment-là dans des situations de déni mais dans des situations de colère et de confrontation qui ne seront que le résultat, pour chacun, de la possibilité d’être dans son cœur ou pas.

Alors, prévenir ne sert à rien, au sens de l’âme et au sens de l’Esprit. Comme disait le Christ : « Que celui qui a des oreilles pour entendre et des yeux pour voir, voit ». Celui qui ne veut pas voir et ne veut pas entendre sera obligé de le voir à ce moment-là. Alors il ne sert en rien d’anticiper. Parce qu’à ce moment-là tu risquerais de ré-établir un lien qui s’est dissout de lui-même par rapport, non pas à des erreurs ou à des projections, mais réellement à la réalité de ce que cela devait être pour toi pour vivre ce qu’il y avait à vivre, détachée de tout lien et arriver à ta propre Libération.

Saisissez-vous pourquoi la plupart des grands mystiques dans l’ancien temps, avant la descente de l’Esprit Saint, même si dans mon cas j’ai été mariée, n’avaient pas besoin ni d’enfants ni de mari ni de femme ni de parents, même s’ils respectaient cela ? Cela a participé du point de vue de l’Amour,  pour toi, malgré cet événement que tu peux considérer encore, quand tu es dans la personne, de façon néfaste et funeste, comme une libération et une liberté pour toi, mais aussi pour l’autre. Tu lui as permis de devenir autonome même si c’est au travers du refus.

Allez au-delà du regard et de la première explication que j’ai donnée correspondant à la personne. Fais ce que ton cœur te dit, fais ce que tu te dis à toi-même et non pas ce que je te dis moi, parce que cela concerne la personne. En aucun cas l’Amour ne peut être affecté par cela, le tien comme le sien. En aucun cas cela ne peut affecter la réalité de ce que sont encore ces personnes qui sont dans le déni. Rappelle-toi qu’elle doit vivre la colère, la négociation avant d’arriver à l’acceptation.

Les Trompettes représentent très exactement, avec leur accomplissement et l’Appel de Marie, l’acceptation devant l’inéluctabilité de ce qui se déroule. De la même façon que quand on meurt, quand on est incarné, est-ce qu’on se préoccupe, au moment où la personne s’éteint, de ce que va devenir ce qu’il existe au sein de ce monde ? Bien sûr, au niveau des mondes illusoires de l’astral, vous êtes attrapé et rattrapé, je dirais, par les affects, par les émotions, par les liens que vous n’avez pas su détisser. Mais ce qui se déroule aujourd’hui est bien plus que la mort, c’est la Résurrection. Cela n’a rien à voir avec la mort. Là aussi, laisse œuvrer l’Intelligence de la Lumière, laisse œuvrer l’Amour qui est au fond de toi et fais à ce moment-là ce que te dit ton cœur et non pas ce que je te dis moi.

Je te donne les deux versants de l’explication. À toi de choisir et de voir si c’est la personne qui agit ou si c’est l’état de Grâce qui agit, et si tu es placée dans ton cœur à ce moment-là. Parce que de prévenir et de renforcer la réalité de ce qui est dénié, même au moment où cela se produira, peut aussi bien dissoudre les liens du côté de la personne qui est encore attachée, même si elle est dans le refus, parce que justement le refus est un attachement. Ou alors est-ce que tu laisses œuvrer l’Amour mettant fin à tout lien au sein de ce monde ? Même le sens de la responsabilité dans votre vie sera à un moment donné foulé au pied, le sens de vos responsabilités par rapport à vos enfants qui ne dépendent en définitive que de la personne et de l’âme à travers les jeux de l’action et de la réaction.

En définitive, que veux-tu ? Que décides-tu ? Laisse parler ton cœur et ne me laisse plus parler par rapport à cela, décide toi-même et vois d’où vient la décision. Vient-elle de la personne ? Vient-elle de l’Absolu ? Vient-elle du Soi ? Vient-elle du besoin de jouer la triade infernale qui vous avait été nommée le bourreau, la victime et le sauveteur ? Il n’y a rien à sauver, même pour celui qui croit qu’il y a quelque chose à sauver. Celui qui croirait sauver quelque chose ne pourrait sauver que les illusions quelles qu’elles soient, de son corps, de sa personne, de sa vie, de ses affects, de ses émotions, mais tout cela n’a aucun sens pour l’Absolu. Bidi vous l’a souvent martelé avec sa force, avec sa puissance, mais il n’a fait que dire la stricte vérité.

D’ailleurs vos scientifiques savent pertinemment aujourd’hui que ce monde est une construction chimérique qui n’a pas d’existence et qui n’est pas réel. Quelle que soit l’intensité de la souffrance, de l’émotion ou de l’amour conditionné qui est vécu, ce monde n’a aucune existence. C’est bien cela qu’il va falloir réaliser, non pas par le mental mais bien par le joyau du cœur et c’est ce que confère d’ailleurs le cœur du cœur. Il vous fait disparaître à ce monde, il vous fait disparaître à toute causalité. Il vous fait disparaître à tout jeu personnel et il vous fait disparaître réellement et complètement à l’illusion de ce monde, quelle qu’en soit sa matérialité.

Du point de vue de l’Absolu, comme du point de vue de vos scientifiques, ce monde est un hologramme. Il n’est même pas une matrice, il est juste un rêve, un mauvais rêve ou un bon rêve, mais un rêve de toute façon.

Alors à vous de savoir quel jeu vous voulez jouer. La Lumière, de toute façon, vous poussera, au travers de l’Assignation Vibrale, et au travers des Trompettes et de l’Appel de Marie, à voir réellement les tenants et les aboutissements de l’illusion. Alors, qu’acceptez-vous de nourrir, qu’acceptez-vous d’être, quelles que soient vos obligations aujourd’hui, quelles que soient vos filiations ? Êtes-vous libre réellement, ou pas ? Si vous êtes libre, alors la joie s’installe de plus en plus, quoi qu’il arrive. Si vous refusez la Liberté, alors il y a colère, il y a déni, il y a émotion, il y a mental, mais ce n’est pas une punition. Cela traduit simplement votre besoin d’âme d’expérimenter et d’explorer la conscience, en toute liberté et non plus enfermée de toute façon. Mais rien ne subsistera de tout ce que vous connaissez.

Durant les « trois jours », cela vous a été expliqué, vous ne pourrez vous raccrocher à rien car il n’existera plus rien. Ni maître, ni vaisseau, ni Marie, ni vous. Il restera l’Amour et que ça, sans personnification, sans repères de couleur, sans repères de forme, sans repères de dimension. Ce que vous pourriez appeler, du point de vue de la personne, le néant, le vide.

Et pourtant, si vous saviez et si vous viviez cela en totalité, vous seriez en extase comme je l’ai été si longtemps. Il n’y aura plus aucun jeu de rôle possible à ce moment-là. Il n’y aura que l’Amour, que vous êtes. Alors si vous êtes occupé à ce moment-là à vous raccrocher à quoi que ce soit, à vos enfants, à vos parents, à vos propriétés, comment voulez-vous être Amour ?

Mais encore une fois, même si cela n’est pas votre cas, il n’y a aucune culpabilité à avoir. Acceptez simplement que votre âme a besoin de se manifester, d’explorer les dimensions et de vivre la conscience, mais vous passerez bien évidemment par ce moment. Cela a été appelé, il me semble, le Serment et la Promesse, cela a été chanté par l’Archange Uriel, cela a été expliqué par les Anciens et par les Étoiles, de manière fort documentée, si je peux dire.

… Silence…


Nous accueillons ensemble la question qui vient.

Question : les mouvements de Li Shen sont-ils toujours utiles en cette période ?

Bien-aimée, je te répondrais que c’est utile pour celui qui en a besoin et qui en éprouve le besoin. Comment déterminer si le besoin est là ? Eh bien simplement si vous êtes en joie, simplement si vous êtes dans l’Amour, il n’y a besoin de rien.

Toutefois il est parfois nécessaire de stabiliser l’Action de Grâce pour être en état de Grâce. Alors à ce moment-là la danse du Silence qui vous a été communiquée, ou tout ce que vous avez pratiqué pour certains depuis de nombreuses années, peut être pratiqué à volonté. Mais je vous encourage quand même à pratiquer la Voie de l’Amour, de l’Humilité et de la Simplicité et de laisser émaner de vous ce que vous êtes en vérité, et cela se fait sans effort. C’est l’âme et la personne qui ont besoin parfois de se structurer avant de se dissoudre.

N’oubliez jamais, comme cela a été là aussi répété à d’innombrables reprises, qu’il n’y a que vous-même qui pouvez faire le dernier pas et personne d’autre, non pas votre personne puisque c’est justement elle qui disparaît. Il faut si cela est possible pour vous, vous abandonner intégralement à la Lumière, en l’instant du sacrifice de votre personne, de vos affects, de vos possessions. Mais retenez bien que c’est un mécanisme qui surgit au sein de la conscience. Vous n’avez pas besoin de vendre vos biens, de donner vos biens, de vous séparer de femme et enfants. C’est une attitude intérieure, ce dont je parle.

Alors s’il vous semble émerger dans la joie en pratiquant la danse du Silence, alors faites-le. Mais n’oubliez pas que cela ne sera que, comme toujours, et comme nos Présences aussi l’ont fait, que des béquilles, vous amenant toujours plus proche de ce que vous êtes. Mais seul vous-même pouvez découvrir ce que vous êtes. Aucun maître, aucun Christ, aucune vibration et aucune Lumière ne pourra vous faire vivre cela. Jamais. Il n’y a que vous qui pouvez le vivre, de vous-même, en vous sacrifiant. Le sacrifice dont je parle n’est pas le sacrifice de votre corps, ce qui serait un refus de la vie, mais un sacrifice plutôt au sens psychologique et spirituel.

Abandonnez tout ce que vous croyez savoir au niveau spirituel. Abandonnez ce que vous croyez vivre, même au sein de la personne, et disparaissez. Et là il n’y aura plus jamais le moindre problème, le moindre doute, parce que l’évidence de l’Amour sera telle que rien ne pourra l’altérer, même la mort de ce corps, même la souffrance de ce corps, même le pire des événements survenant à la personne parce que l’âme a disparu et l’Esprit est là, présent en totalité, et il est l’Amour en manifestation encore, en tant que Libéré Vivant.

Alors oui, si vous sentez qu’il y a besoin de monter vos vibrations, si vous sentez qu’il y a besoin de percevoir l’Onde de Vie, le Canal Marial, alors oui bien sûr, faites ce que vous sentez bon à ce moment-là. Mais n’oubliez jamais que ce sont des jeux qui ne durent qu’un temps et que la finalité n’est pas de faire ceci ou cela mais justement de laisser tomber ceci et cela, même nous, même nos Présences, qui ne sont qu’en vous, vous le savez.

Installons nous un peu plus au cœur du cœur, au cœur de l’Amour.

… Silence…


Écoutons la suite, si vous le voulez bien.

Question : qu’est-ce qui peut faciliter le retournement définitif de l’âme vers l’Esprit ?

Bien-aimée, cela rejoint en partie ce que j’ai déjà dit mais je vais poursuivre. Le sacrifice de l’âme, non pas par un acte de volonté ou un acte de la personne, mais bien par un relâchement total de tous les objectifs, de tous les espoirs, de toutes les souffrances, non pas un rejet qui serait une lutte mais bien plus ce que je nommerais une acceptation totale et inconditionnelle, aussi bien de l’éphémère, aussi bien de l’illusion, parce que vous savez à ce moment-là que cela ne dure qu’un temps.

Vous libérer au sein de l’Instant Présent, c’est ne pas être pollué par votre propre passé, par votre propre futur, par ce que dit le corps, par ce que disent vos émotions, vos affects, ce que disent vos rôles et vos fonctions au sein de ce monde. C’est être neutre et vierge de tout désir, de toute pensée, non pas comme quelque chose qu’il faudrait acquérir de haute lutte mais comme l’Évidence qui s’installe.

Dès l’instant où votre conscience se manifeste, même au sein de l’amour conditionné, même au sein du Soi, il y a manifestation de la conscience, même dans ses aspects illimités, mais rappelez-vous que vous n’êtes pas seulement cela et qu’en même temps vous n’êtes rien de tout cela. Toutes les expériences, même au sein des univers dits libres et au sein des dimensions les plus élevées, sont inscrites dans un autre temps, certes, qui ne connaît ni le temps ni l’espace, mais sont inscrites quelque part dans une durée. Or vous, vous n’avez aucune durée.

Je dirais aussi, ne soyez pas dupe en quelque sorte de ce que nous disons, de ce que nous échangeons. Rappelez-vous que nous ne faisons que vous rapprocher de vous-même. Alors bien sûr il y aura de multiples interventions au sein de ce monde et d’ailleurs vous en percevez parfois les contours si je peux dire, que cela soit au sein des êtres de la nature, que cela au sein des formes de nuage, que cela soit au sein des vaisseaux qui sont vus par vos yeux ou par vos moyens d’observation modernes, mais tout cela est un jeu.

Croyez-vous réellement qu’il y ait quelque chose à sauver ? Croyez-vous qu’il y ait réellement une vie à poursuivre ? Croyez-vous réellement que vous allez retrouver vos enfants, vos parents ? Êtes-vous réellement encore attaché à tout ça ? Êtes-vous dépendant de tout ça ou êtes-vous réellement libre ?

C’est une attitude intérieure, ce qui a été nommé un positionnement, un point de vue, mais ce n’est pas un point de vue au niveau mental, c’est réellement de l’endroit où vous vous tenez. Est-ce que vous vous tenez dans la conscience manifestée, ici comme ailleurs, ou est-ce que vous êtes au-delà réellement de tous les jeux de la conscience, au-delà même de vos lignées, au-delà même de votre origine stellaire, au-delà même de la Source, puisque vous êtes tout cela réuni ?
Mais le voyez-vous ? L’avez-vous déjà seulement accepté ? Même au niveau fragmentaire de la personne. L’Amour ne s’encombre d’aucun support, d’aucune personne, d’aucun monde, même si les mondes bien sûr sont des lieux de manifestation de la conscience absolument remplis de beauté, remplis de joie, remplis d’amour aussi, mais ce sont les jeux de la conscience. Vous n’êtes aucun jeu de la conscience. Saisissez cela. Non pas pour vous en saisir mais pour vous apprêter à le vivre, à l’éprouver.

Il a souvent été dit que ce à quoi vous teniez vous tient. Cela est la stricte vérité. Ne tenez à rien et soyez libre. Que vous soyez riche, que vous soyez pauvre, que vous soyez marié, que vous soyez seul, que vous soyez jeune, que vous soyez vieux, à quoi tenez-vous ? Pouvez-vous être enfin vivant sans dépendre de quoi que ce soit, d’un aliment, d’un exercice, de quoi que ce soit de ce monde ? Sans rejeter pour autant ce monde bien sûr.

Voyez réellement, avec amour, avec pardon aussi, là où vous êtes. Respectez ce que vous êtes ici, même dans l’illusion, mais sachez que vous n’êtes rien de tout cela. Tout cela ne sont que des jeux, tout cela ne sont que des postures si je peux dire, des stratégies, des adaptations, qu’elles soient au niveau de l’âme ou au niveau de ce corps. Si vous voulez, c’est la même analogie, je pourrais prendre l’exemple suivant : vous conduisez une voiture qui vous emmène d’un point à un autre, c’est votre voiture, c’est vous qui la conduisez mais jamais il ne vous viendrait à l’esprit de vous identifier à la voiture.

De la même façon, pourquoi voulez-vous maintenir l’identification à un corps, à une conscience, à des affects ? Vous êtes bien plus que ce que vous pensez vivre aujourd’hui, quel que soit l’état de votre conscience.

… Silence…

Et je poursuis. Alors bien sûr il y a des jeux utiles et il y a des jeux futiles. Utiles pour qui ? Pour la personne, pour l’âme, mais ne perdez jamais de vue qu’aucun jeu même utile ne vous servira à rien le moment venu. Il vous a juste permis de vous approcher de votre essence et il n’y a que vous qui pouvez vous reconnaître. Il n’y a que vous qui pouvez vous aimer parce que vous êtes l’Amour.

… Silence…


Accueillons ce qui suit.

Question : le fait de beaucoup manger est-il contradictoire avec le retournement de l’âme, cela peut-il l’empêcher ?

Bien-aimée, le corps a ses besoins, l’âme a ses besoins et l’Esprit a son évidence. Alors bien sûr cela dépend de la personne. Vous l’avez constaté, certains d’entre vous mangent plus et d’autres mangent moins. C’est une croyance de croire que l’excès d’aliments ou l’insuffisance d’aliments va changer quoi que ce soit à l’Esprit, même s’il est évident que l’aliment, et selon sa nature parce que vous savez qu’il existe - et cela est extrêmement vrai aussi bien dans les philosophies orientales qu’en Inde -  il existe des aliments lourds et des aliments raffinés. Il existe trois classes d’aliments, alors à vous de voir ce que vous mangez.

Si vous mangez beaucoup d’aliments tamasiques vous allez vous alourdir, si vous mangez beaucoup d’aliments rajasiques vous allez vous affiner, mais cela n’a rien à voir avec l’Esprit. Il est évident, et vous le savez pour l’avoir vécu, que quand vous jeûnez ou quand vous mangez moins vous percevez plus facilement les vibrations. Mais ce que vous êtes n’a pas changé d’un iota, vous êtes toujours l’Esprit. Simplement l’âme s’exprime de façon différente à ce moment-là.

Alors oui bien sûr, du point de vue de la personne, il est souhaitable de manger des aliments raffinés, dans le sens  « élevant la vibration et la conscience ». Effectivement, pour élever les vibrations, il est préférable de ne pas manger de produits morts, animaux, mais l’Absolu n’a que faire de tout cela. Alors attention à ne pas tomber dans l’excès de cadre et l’excès de rigueur au niveau de l’âme elle-même parce que l’Esprit libre, lui, n’a que faire de ce qui rentre ni de ce qui sort, il n’est pas concerné par cela. Comme dirait Bidi, c’est le sac de viande qui est concerné, avec ses besoins.

Mais croire que par l’alimentation, par le jeûne, par la prière, vous allez être libéré est une insulte à l’Esprit. Mais toutefois il peut être parfois utile de s’approcher de la vérité. Alors oui, dans ces cas-là, comme pour les exercices, comme pour les yogas, comme pour les cristaux, comme nos aides, vivez-le mais ne soyez pas dupe non plus. Là non plus, ne soyez pas tributaire d’un aliment. Ne soyez pas tributaire d’une personne. Ne soyez tributaire de rien au sein de cette illusion.

Alors bien sûr la personne répondra qu’il y a besoin d’argent, qu’il y a besoin de manger mais encore une fois, ce sont des croyances. Avez-vous réellement cessé de manger ? Avez-vous réellement cessé d’avoir de l’argent pour voir ce que cela signifiait ? Avez-vous vérifié par vous-même que vous étiez libre, peut-être plus à ce moment-là qu’auparavant ? Non, donc ce ne sont que des projections.

Alors bien sûr il y a un besoin de raffinement dans la conscience humaine, il y a un besoin d’élévation vibratoire pour au moins toucher, si je peux dire, certains niveaux et les vivre. Mais après, pourquoi vous encombrer de tout cela ? Si vous avez l’impression que ce que vous mangez, à partir du moment où vous vivez le Soi, influe sur la qualité vibratoire, cela est véritable pour la personne et vrai, mais cela concerne là aussi encore une fois l’illusion.

De mon vivant dans la chair, je pouvais passer des années sans manger ou me contenter, pour faire plaisir à mes proches, d’un bol de riz par semaine, et pourtant je n’ai jamais maigri. Ça a été même plutôt l’inverse. Alors d’où venait ce poids qui me venait ? Quelle importance cela avait-il ? Vous voyez, tout dépend de là où vous êtes, dans vos croyances, dans ce que vous suivez, dans ce que vous adhérez.

Mais je vous rappelle que l’âme, dans les Mondes Libres, ou l’Esprit, n’a que faire de cette notion d’aliment. Cela appartient à ce monde et à son enfermement, c’est-à-dire ce que vous nommez la prédation. Je vous rappelle que même les peuples qui étaient au sein de l’Intraterre, et en particulier Ramatan et son peuple, faisaient une cérémonie par semaine avec un repas rituélique plus que nourricier, simplement pour le plaisir de faire la fête ensemble et de se rappeler la matière. Mais à aucun moment ce n’était vital.

Donc dans quel but mangez-vous ? Dans quel but ne mangez-vous plus ? Avez-vous l’impression qu’il y a encore quelque chose à raffiner en vous ? À élever en vous ? Ou acceptez-vous réellement que vous êtes parfait maintenant de toute Éternité ? Cela est beaucoup plus facile maintenant qu’auparavant.

… Silence…


Écoutons ensemble la question.

Question : après une transplantation cardiaque il arrive que le receveur prenne une partie de la personnalité du donneur. Cette permutation se passe-t-elle au niveau de l’âme ?

Bien-aimée, la réponse est dans l’intitulé de ta question : il s’agit de personnalité et pas d’âme, même si effectivement il a été dit que le siège de l’âme se situe dans le cœur et en amont du cœur. Il existe effectivement un atome germe, la Goutte rouge et la Goutte blanche qui sont dans le cœur. Mais je te rappelle que s’il y a transplantation cardiaque, c’est que celui qui a donné son cœur est mort et son âme n’est plus là. Ce qui se manifeste à ce moment-là n’est que la personnalité et rien d’autre, des bribes de personnalité de celui qui a donné son cœur, en aucun cas l’âme. Le seul cas où il y ait échange d’âmes, c’est ce processus qui a été nommé « walk-in », quelle que soit sa nature. Ici, ce qui est concerné est simplement les mémoires personnelles inscrites dans la cellule, dans la chair, mais en aucun cas l’âme et encore moins l’Esprit.

… Silence…


Accueillons la question suivante.

Question : si on ne ressent pas le Triangle de Feu ou le point AL, comment savoir si l’âme a fait son retournement vers l’Esprit ?

Quand l’âme est retournée vers l’Esprit, même si elle n’est pas dissoute, il y a allègement. Cet allègement se produit dans tous les sens du terme et dans tout ce qui existe au sein de la conscience, que cela concerne les liens, que ce soient les peurs, que ce soit la façon de vous présenter au monde dans vos yeux, dans vos sourires, dans vos gestes. Celui dont l’âme est retournée vers l’Esprit n’est plus attiré par, je dirais, les vicissitudes de ce monde : la propriété, le sens de la possession, le sens de l’appropriation, le sens de jouer un rôle, au sens spirituel bien sûr.

Celui dont l’âme est retournée vers l’Esprit n’a plus les mêmes besoins, aussi bien au niveau physiologique qu’affectif, que relationnel. Celui dont l’âme s’est retournée vers l’Esprit découvre et entrevoit des espaces de Liberté à nul autre pareils. Les méditations se font plus légères et moins encombrées de pensées, d’idées, d’images. Le sommeil, quelles que soient sa durée et sa modification, n’est pas affecté par quoi que ce soit d’autre que le fait de dormir. Les besoins bien sûr, vitaux, ne sont plus les mêmes. Il y a un désintérêt réel et total du besoin de se comparer ou de se mesurer. Il y a de moins en moins de revendications en ce monde et en quelque domaine que ce soit.

L’âme tournée vers l’Esprit s’intéresse à l’Esprit, sans pour autant renier la matière, et trouve l’Esprit aussi bien dans le fait de créer quoi que ce soit que d’entretenir un jardin ou que d’échanger avec l’inconnu qui passe. Il y a une révolution intérieure au sein de la personne qui, je vous le rappelle, ne vous fera pas sortir de la personne mais allègera vraiment et concrètement la personne. Les questionnements concerneront de moins en moins la personne mais de plus en plus le domaine de l’Esprit, les questionnements intérieurs comme extérieurs.

Dans le retournement de l’âme, effectif et définitif, il ne peut pas y avoir non-perception au minimum, je dirais, de la Porte AL, même si les Couronnes radiantes n’ont pas été vécues, même si l’Onde de Vie n’est pas vécue. Il y aura nécessairement une zone douloureuse si je peux dire, ou sensible, au-dessus du sein droit et parfois d’ailleurs dans le logis ancien de l’âme, c’est-à-dire au niveau de ce que vous nommez le chakra du foie qui correspond au foie et à la vésicule et donc au logis de l’âme tournée vers la matière.

Les émotions peuvent être exacerbées dans un premier temps et après elles disparaissent d’elles-mêmes. Vous êtes moins affecté par vos propres réactions et par vos propres émotions quelles qu’elles soient. Vous demeurez alors de plus en plus souvent centré et aligné, sans le vouloir, sans le décider. Bien sûr les besoins physiologiques eux aussi deviennent différents, mais ça je l’ai déjà dit.

Vous n’êtes plus attaché, et surtout pas à vous-même, mais vous respectez ce Temple et ce corps, cette chair qui vous permet de vous manifester. Mais vous en êtes de moins en moins tributaire. Que cela soit à travers les joies ou les souffrances, elles ne peuvent plus affecter, et de moins en moins, ce que vous êtes réellement, même au sein du Soi.

En résumé, je pourrais dire que la personne elle-même ne peut pas se voir de la même façon qu’avant son retournement de l’âme. Il y a, comme je l’ai dit, changement de paradigme, changement de priorités. L’autre devient plus important que soi, là est le sens du sacrifice de soi. Que vous le vouliez ou non, vous n’êtes pas plus sensible à l’autre mais au siège de votre conscience, l’autre est déjà perçu comme une partie de vous-même, même dans son rejet, même dans sa confrontation, si je peux dire.

… Silence…


Accueillons encore une question.

Question : les dernières clés Métatroniques révélées, E-LO-HIM NE-PHI-LIM, correspondent-elles à des points précis sur le corps physique ?

Oui bien sûr. Mais rappelez-vous que nous vous avons donné le nom des Étoiles, ceux que nous portions. Certaines Étoiles portent des noms très occidentaux, n’est-ce-pas ? Clarté, Précision, par exemple. Certaines Étoiles ont été identifiées et vous ont communiqué leur nom et pour d’autres, vous ne le savez pas. Bien sûr, vous pouvez faire la relation entre l’ensemble des clés Métatroniques et les 12 Étoiles, les 12 Portes et aussi les 24 Anciens, c’est la même chose.

Mais il n’est pas nécessaire de vous encombrer de l’explication parce que cela concerne la personne, même pas l’âme. L’âme les connaît intrinsèquement. Vous avez juste à vivre cela. Vous pouvez bien sûr les chanter. Vous pouvez les réciter tel un mantra mais vous n’avez pas besoin de savoir où cela se situe parce que cela œuvre en ce moment même sans aucune intervention de votre part. Cela n’est pas la même chose que l’activation des nouveaux corps qui vous ont été expliqués et enseignés par les yogas différents transmis par Un Ami et même, pour les techniques respiratoires, par Maître Ram.

Aujourd’hui tout cela se trouve dans la spontanéité, dans l’abandon, dans le sacrifice de soi. Vous ne pourrez rien retenir à ce niveau-là, vous ne pourrez que le vivre. Vous n’avez plus besoin de systématiser, de même connaître les lieux du corps puisque ceux-ci aussi sont appelés à disparaître, comme je l’ai dit précédemment. Alors peut-être que dans quelque temps l’un des Anciens, s’il en a l’occasion, acceptera de vous dévoiler cela, mais il n’y aura pas ni de protocoles ni de yoga qui seront liés à ces nouvelles clés. Elles sont  totalement actives en vous, de par les circonstances de la Terre, même si vous ne le percevez pas au niveau vibratoire, aboutissant je vous le rappelle aux Trompettes et à l’Appel de Marie.

Il existe de très nombreux points qui vont ont été donnés. Regardons par exemple ce qui a été nommé les Portes. Il existe aussi des circuits si je peux dire, des lignes qui relient ces Portes, constituant même les 24 triangles de votre corps d’Êtreté qui s’impriment en ce corps éphémère. Mais de la même façon que vous n’avez pas besoin de connaître le nom de tel muscle de votre corps de chair pour que celui-ci agisse, il en est exactement de même dorénavant.

Bien sûr nous avons sollicité votre attention et votre conscience sur un certain nombre de points, d’Étoiles, parce que cela était nécessaire à un moment donné, pour l’échelon collectif de l’humanité, de pouvoir expérimenter et ancrer en quelque sorte en ces points, en ces Portes, en ces Étoiles, les nouveaux corps. Mais l’Esprit n’a pas besoin de cela. Or, je vous rappelle que c’est l’Esprit de Vérité qui arrive maintenant en totalité.

… Silence…



Bien aimés sœurs et frères, nous allons poursuivre notre entretien au cœur de l’Amour, et écoutons donc la question suivante.

Question : pouvez-vous parler de votre vie dans la chair et apporter des éclairages sur notre vécu d’aujourd’hui.

… Silence…

Ma vie dans la chair, comme vous l’avez peut-être lu, ou vu, s’est déroulée dans la plus grande des simplicités. La vie m’a permis d’être entourée d’âmes très chères. Ces âmes très chères m’ont permis de manifester la Joie sans dépendre des circonstances de ce monde, tout en y étant. Il est évident que les conditions de la terre de mon vivant et les conditions de la terre aujourd’hui n’ont plus rien à voir. Aujourd’hui, je peux dire que vous avez de plus grandes facilités à vivre ce que j’ai vécu, les extases, la Joie et l’Amour qui émanaient spontanément sans aucune volonté de ma part, est aujourd’hui accessible à vous tous. Les moments d’extase, même si vos circonstances en occident et dans vos vies occidentales ne sont pas les mêmes, permettent tout à fait de vivre exactement la même chose.

Alors vous allez me dire qu’est-ce qui vous en empêche ? Simplement les ultimes attachements à l’illusion, même en vivant le Soi : le sens de la responsabilité, le sens d’avoir besoin de vous occuper, le sens d’avoir besoin d’avoir des activités, des obligations morales, des obligations sociales, qui vous maintiennent, que vous le vouliez ou non, en tout cas en occident, prisonniers quelque part d’un système d’organisation de la vie qui n’a rien à voir avec la Liberté. Même si cela vous est présenté ainsi.

Alors de mon vivant je n’avais pas à me soucier de quoi que ce soit, c’est la vérité. Mais aujourd’hui, si vous tombez en extase, en Amour, là aussi vous n’aurez rien à vous occuper. Parce que la Vie, dans son Intelligence de la Lumière et dans l’Amour, vous fournira tout ce qui est utile à maintenir cet état. Alors ce n’est pas une question de choix ou de décision, c’est une question de relâchement. Dès l’instant où vous sentez que vous n’avez plus le choix que d’être ce que vous êtes, l’ensemble des circonstances de la vie, quels que soient les désagréments de ce monde occidental, ne peuvent rien contre ce que vous êtes. Alors bien sûr vous savez qu’il y a un moment précis, qui sera l’Appel de Marie, qui vous mettra tous, si vous l’accueillez, dans ce même état.

J’ai eu de nombreuses expériences de Samadhi où mon corps ne pesait pas son poids habituel, il était impossible à déplacer. Il y a eu des moments et des périodes où le ravissement en mon extase m’empêchait même de parler, de m’alimenter, d’exprimer ce que j’avais à dire. Beaucoup de gens se sont inquiétés autour de moi, malgré leur connaissance de ce que j’étais. Aujourd’hui, chacun d’entre vous a la possibilité de vivre cela. Non pas en le désirant, non pas en le souhaitant, mais en laissant réellement œuvrer, je dirais en totalité, la Lumière à l’intérieur de vous. Mais pour cela vous le savez, il faut disparaître à la personne, disparaître à tous les attachements, disparaître à toutes les croyances, disparaître à toutes les suppositions et les projections de quoi que ce soit concernant l’avenir. Bref, il faut être complètement immergé dans l’ici et maintenant.

L’ici et maintenant ne s’embarrasse pas de mots, de mental, d’histoire quelle qu’elle soit. L’attention de la conscience à ce moment-là, au sens où ma sœur Gemma Galgani l’avait exprimé voilà quelques années concernant l’Unité, ainsi qu’Hildegarde de Bingen, doit prendre je dirais tout le champ de votre conscience. Tout ce qui apparaît à vos sens, tout ce qui apparaît dans votre cœur, tout ce qui apparaît dans votre pensée quelle qu’elle soit, n’est que l’Amour et rien d’autre. Il n’y a pas de place, en l’Amour, pour autre chose. Il n’y a pas de place pour ce monde, il n’y a pas de place pour un rôle ou une fonction au sein de ce monde. Mais bien sûr, vous n’êtes pas tous destinés à vivre cela.

Bien évidemment cela rejoint les questionnements sur la survie de l’âme, la dissolution de l’âme ou le retournement de l’âme, alors c’est à vous de voir. Mais conscientisez bien que quand l’extase vous prend, quand vous êtes ravi en extase, ce n’est pas moi ni vous qui décidez de réaliser cela. C’est les circonstances de la vie qui déclenchent cela en vous. Et à ce moment-là, soit vous résistez soit vous laissez la joie s’amplifier jusqu’à la démesure, jusqu’à l’inconnu total de ce qu’il peut vous arriver. Là est la véritable confiance, là est la seule foi possible pour vivre ce que j’ai vécu.

C’est à vous dorénavant qu’il convient de voir les chaînes qui peuvent rester au sein de ce monde. Les attachements, les devoirs, les sens moraux, les sens de la religion, le sens de la société, qu’est-ce que cela veut dire pour vous ? Il ne peut pas y avoir de demi-mesure. Plus vous vous rapprocherez de l’Appel de Marie et des Trompettes, plus vous constaterez par vous-même qu’il est impossible de maintenir les deux réalités, comme l’a exprimé en son langage métaphorique le Commandeur des Anciens. Avant comme il le disait, vous aviez, parfois assis d’un côté, parfois assis de l’autre, parfois vous aviez, comme il le disait non sans humour, le cul entre deux chaises. Après vous avez choisi une chaise, jusqu’à vous apercevoir qu’il n’y avait ni chaise ni postérieur.

Là est la vérité. C’est le moment où vous n’avez plus le choix. Tant que vous croyez avoir le choix de manifester ceci ou cela, en réalité vous n’êtes pas libre. Vous êtes conditionné par la soif d’expérience, fût-elle celle de l’âme la plus élevée.

Alors ce n’est pas quelque chose qui est à rechercher. Vous n’êtes pas tous destinés à vivre la même chose, malgré le même évènement commun. Vous avez chacun une Demeure différente, illustrant par-là les propos du Christ : « Il y a de nombreuses Demeures à la Maison du Père ». Et aucune Demeure n’est plus digne ou plus élevée qu’une autre, en quelque dimension que ce soit, en quelque sphère que ce soit. L’Amour est plus important que tout positionnement au sein d’une dimension ou d’un système solaire, de toute fonction ou de toute attribution, même comme un Archange, au sein de ce monde dans la Libération.

Bien sûr, ces jeux doivent être menés à leur terme. Alors vous ne jouez pas tous la même partition, ni la même mélodie, il faut aussi accepter cela. Saisissez bien que vous n’avez rien à rechercher pour être libre, parce que vous l’êtes déjà. C’est simplement la conscience de cela qu’il faut voir, afin de dépasser tout aspect de conscience limitée, et tout aspect même de conscience illimitée. Vous établir dans la Présence totale et absolue de vous-même à vous-même, vous conduit inexorablement à la réalité de votre être éternel, au-delà des jeux de la conscience. Mais vous n’avez pas à le rechercher parce que dès l’instant où vous prononcez ce mot, vous vous éloignez vous-même de ce que vous êtes. Il faut vous re-connaître, en vous-même, en ce que vous étiez comme disait Bidi, avant même d’apparaître en ce monde, en cette vie, sans se poser la question de quelque réincarnation que ce soit qui ne sont que des jeux de personne, là aussi. Même s’il existe une morale et une notion d’action/réaction. Jamais l’action/réaction ne vous fera sortir de l’action/réaction, parce que l’action/réaction est sans fin alors que l’Action de Grâce vous a donné l’impulsion.

Certains d’entre vous en resteront là, et d’autres iront jusqu’à l’état de Grâce, jusqu’à manifester des extases de plus en plus intenses. Mais ce n’est pas vous qui choisissez. Ni au sein de la personne, ni au sein de l’âme. C’est la Vie qui le décide en fonction de ce qu’il peut rester de résistances ou de forces de prédation, à l’égard de vous-même ou à l’égard de qui que ce soit à la surface de cette planète.

Alors dans mon vécu j’étais, comme cela a pu être écrit, « saturée de Joie ». Il n’y avait pas le moindre espace ou interstice pour autre chose que la Joie. Je n’avais pas à me forcer, je n’avais pas à méditer, je n’avais pas à lire de textes, je n’avais pas à évoluer, j’avais juste à être ce que la Vie me donnait à vivre au sein de ce monde, juste à être ce que j’étais, et ce que je suis encore aujourd’hui. Saisissez bien la nuance.

Nous avons été amenés les uns et les autres, Étoiles, Anciens et Archanges, à vous conduire sur un chemin, afin que vous découvriez par vous-mêmes qu’il n’y a aucun chemin. Mais nous vous avons approchés de ce but. Et là, vous êtes tous seuls, au seuil, même si nos Présences continueront à vous aider jusqu’au dernier moment, même si vos contacts avec les autres dimensions au sein même de la nature, ou en d’autres états de l’être, au sein du corps d’Êtreté, tout cela n’a qu’un temps et n’est destiné qu’à vous approcher au plus proche de la réalité ultime qui est la seule Vérité.

Alors bien sûr chaque Étoile vous a donné, pour certaines en tout cas, leur propre chemin de vie, elles vous ont expliqué comment elles se sont tendues vers un seul objectif, que cela soit par la Voie de l’Enfance de Thérèse, que cela soit par les connaissances de Hildegarde de Bingen, à son époque, cela ne fait aucune différence. Le moteur bien sûr, c’était la soif du Christ, de ce que représente le Christ, bien au-delà du personnage historique.

Si je devais m’exprimer devant les orientaux, je parlerais de Krishna. En d’autres traditions j’emploierais d’autres mots. Mais les mots là aussi ne sont que des ornements, que des moyens de se représenter quelque chose au sein de la conscience. C’est tous ces conditionnements liés aux formes, liés au temps, liés à l’espace, liés au passé ou au futur qui doivent s’éteindre en vous, afin de laisser éclore la Joie, sans la restreindre en aucune façon et en aucune manière. Si vous saisissez cela, alors la voie vous est plus qu’ouverte, vous l’êtes déjà.

Si cela ne se produit pas, dès l’instant où cela ne se produit pas, la conscience limitée comme illimitée au sein du Soi va essayer de se rapprocher de cet état, et là serait l’erreur. Parce que dès cet instant vous faites intervenir la volonté, la volition, le désir, même si ce désir n’est pas situé au niveau du corps astral mais à un niveau plus sublimé, comme celui de l’âme ; ils ne font que vous éloigner de la Vérité de l’être. C’est en ce sens que l’ici et maintenant est un bon critère, et un bon état. Mais au-delà de Hic et Nunc, au-delà de l’instant présent, il y a bien sûr je dirais l’ultime polarité de la conscience qui veut connaître le Mystère, le Mystère d’elle-même, et pour cela elle doit disparaître.

Au niveau de l’âme, c’est la même chose qu’au niveau de la personne, la réponse n’est pas au niveau de la personne, la réponse n’est même pas au niveau de l’âme, elle est en l’esprit de Vérité, en l’Esprit du Soleil, en le Chœur des Anges, mais au-delà de toutes ces personnifications, au-delà de toutes ces énergies, ces vibrations. Qui vous ont aidés à un moment donné ou qui vous aident encore peut-être. Que souhaitez-vous ? Qui êtes-vous ? Là se situe la clé du problème.

Rappelez-vous, vous n’êtes ni ce corps ni cette conscience ni même le Soi. Vous n’êtes aucune de vos vies passées, vous n’êtes aucune de vos vies futures, vous n’êtes rien de ce qui voyage de dimension en dimension. Vous n’êtes même pas le corps d’Êtreté qui n’est lui aussi qu’un véhicule, qui vous constitue dans les dimensions, mais vous n’êtes pas constitué de cela. Vous êtes le joyau.

Réaliser cela c’est déjà l’accepter, dans votre chair, dans vos émotions, dans vos pensées, dans vos affects au sein même de la société, même si elle vous donne à voir exactement l’inverse. Il faut garder le cap, si je puis dire, mais ne pas le chercher. Une fois que cela est posé, oubliez-le et vivez votre vie, soyez le plus simple et le plus humble possible, ne cherchez rien, en tout cas en ce qui concerne un quelconque objectif que vous pourriez nommer spirituel ; il n’en est rien. Tout ceci ne sont que des jeux. Certains jeux peuvent vous rapprocher, et nous avons essayé de mener ce jeu avec vous. Beaucoup d’entre vous y sont parvenus, d’autres pas. Il n’y a pas de jugement, il n’y a que la réalité de la Lumière en ses différentes Demeures, en ses différentes Maisons.

La capacité de l’homme est toujours de prendre et de saisir ce qui apparaît sous les sens, ce qui apparaît sous l’intellect, ce qui apparaît selon ses désirs et ses affects. Tout cela ne sont que des jeux de personne ou des jeux d’âme mais ne sont pas la volonté de l’Esprit. La volonté de l’Esprit est justement d’être, sans volonté, juste d’être là, que vous en soyez conscient ou pas, que vous en ayez conscience, que vous l’acceptiez, que vous le refusiez, cela ne changera rien.

Seule la personne croit qu’elle peut se détourner de ce qu’elle est en vérité, seule l’âme croit qu’il y a une évolution, une amélioration de quelque chose. Mais leur voie, le vrai principe a toujours été là. C’est à cela d’ailleurs qu’on reconnaît, non pas un sage mais un Libéré. Il n’a que faire des étiquettes, il n’a que faire des mots, il n’a que faire des définitions, il n’a que faire de l’évolution, il n’a que faire de ce qu’il a été ou ce qu’il sera, puisque ce qu’il est, il l’est de toute Éternité, avec ou sans le corps. Il n’y a plus de franges d’interférence, il n’y a plus de résistance organisée en quelque plan que ce soit.

Le plus dur, effectivement, est d’accepter de vous dessaisir de tout ce que vous croyez tenir et surtout au niveau de ce que vous nommez la spiritualité. Bien sûr qu’il est plus agréable d’être en joie que d’être en tristesse, nous sommes bien d’accord. Mais la recherche de la joie induit déjà la tristesse.

La Joie est ce que vous êtes, ce n’est pas ce que vous avez à trouver. L’Amour est ce que vous êtes, ce n’est pas ce que vous avez à chercher.

Là aussi, le fait de chercher quelque chose qui est déjà là met encore plus une distance entre la Vérité et vous. N’oubliez pas que la personne n’est là que pour masquer cette Éternité, du fait des circonstances particulières de ce monde. Et l’âme aussi se croit chargée d’une mission. L’âme se croit portée par la matière ou par l’Esprit, elle se croit quelque chose alors qu’elle n’est qu’un médium, comme votre corps n’est qu’un véhicule et un médium.

Mais n’oubliez pas que par rapport à ce que je dis, il ne faut développer aucune culpabilité quel que soit votre point de vue et quel que soit l’emplacement de votre conscience en ce monde ou ailleurs. Il y a juste à se rendre compte de cela, parce que si vous mettez là aussi un jugement en vous disant que vous n’y êtes pas, ou que vous n’y arriverez pas, ou que cela semble difficile, cela semble compliqué, soyez certain que cela le sera. Bien plus que ce que vous énoncez et affirmez.

La difficulté étant de ne pas rentrer en quelque sorte dans le refus de la vie ici-bas, ou espérer une amélioration ou un changement qui viendra de l’extérieur, même si c’est une fin de cycle réelle et concrète, ce que nous nommons en Inde la fin du Kali Yuga, de l’Âge sombre. Mais même cela ne doit pas vous préoccuper et doit sortir du champ de votre conscience, si vous voulez que la conscience s’éteigne sans difficulté pour être ce que vous êtes.

La A-conscience, comme Bidi l’a dit, ne sera jamais une quête. Ce n’est même pas une révélation à proprement parler, c’est le moment où plus rien d’autre n’existe, tout simplement, que cela. Or vous ne pouvez pas vous servir et utiliser tout le reste pour trouver ce que vous êtes. Le connu ne vous mènera jamais à l’inconnu, quel qu’il soit. Même la connaissance des lois de l’âme, même la connaissance du karma, même la connaissance de quelque élément que ce soit, Jophiel vous l’a d’ailleurs reprécisé, il me semble.

Alors vous avez surtout, simplement à être et à vous dépouiller le plus possible de tout ce qui peut interférer. Mais ce dépouillement lui-même n’est pas une action de volonté. Elle est simplement un état d’être qui fait que plus rien ne peut interférer. Mais cela encore une fois, ce n’est pas vous qui pouvez le décider, le construire ou le bâtir. C’est justement une déconstruction totale de ce qui fait le sens d’être une identité ou d’être une âme au sein de ce monde. Vous voyez bien la différence.

Si vous le vivez d’ailleurs en partie, il suffit d’avoir touché, vous le savez, une fois le Soi pour vivre l’état de Soi permanent et non plus osciller de l’un à l’autre. Mais pour cela il ne faut rien quémander, il ne faut rien vouloir, il ne faut rien chercher, surtout par rapport à ce que vous nommez la spiritualité. Ce qui ne vous empêche pas de chercher dans la vie ordinaire ce qui est nécessaire à cette vie ordinaire. Mais même cela, vous le verrez, ne vous intéressera plus. Vous ne serez plus conditionné par le besoin de gagner votre vie, de gagner l’affection de qui que ce soit, puisque vous vivez à ce moment-là qu’il n’y a rien d’autre que vous et vous seul, qui contenez tout le reste qui apparaît sur l’écran de votre conscience, ami comme ennemi, Archonte comme Source.

Tout ceci n’est qu’un niveau de réalité. Il fallait sortir de l’illusion, non pas par la volonté mais en vous proposant des modèles de Lumière, des éléments de réflexion qui en quelque sorte pouvaient vous décrocher des illusions tenaces de la vie en ce monde. Après, chacun d’entre vous est allé là où il devait aller, ou là où il croyait aller. Mais saisissez que ce n’est jamais vous, à quelque niveau que ce soit qui pouvez contrôler quoi que ce soit d’autre que votre personne, vos émotions, vos pensées. Mais pour le cœur, vous ne pouvez rien contrôler. Vous l’êtes, ou vous ne l’êtes pas.

… Silence… 


Peux-tu m’énoncer une autre question ?

Question : y a-t-il toujours la présence de l’Esprit dans la Lumière Noire ?

Oui, puisque la Lumière Noire est la source même de l’Esprit. L’Esprit est présent partout, la Lumière est présente partout, il n’y a aucune exception. Même au sein de l’ombre la plus dense, il ne peut y avoir que Lumière, même si celle-ci n’est pas vue. La Lumière Noire, comme Bidi vous l’a exprimé, correspond à ce qui est au-delà de la Lumière, ce que Bidi nomme le Parabrahman. Le Parabrahman ne peut pas se connaître lui-même, il ne se connaît qu’à travers la conscience. Simplement celui qui vit l’Absolu ultime, sait qu’il est le Parabrahman. Il n’a pas besoin de confirmation au sein de la conscience, tout en acceptant s’il est libéré vivant, de jouer le jeu de la conscience. Mais il n’est pas dupe, il n’est pas prisonnier de la conscience lui non plus, même si celle-ci est illimitée, même si le Soi est installé à volonté si je peux dire. L’Esprit, est au-delà de toute forme, il est au-delà même de toute dimension, il baigne tout. Il manifeste tout.

… Silence…


Nous écoutons la question qui suit.

Question : quand deux sœurs biologiques ont rompu leurs liens suite à des oppositions de leur unité, est-il important de les renouer pour leur évolution spirituelle ?

Le simple mot « renouer » signe l’incompatibilité. Il n’y a rien à renouer, puisque tout est à dénouer. Dénouer ne veut pas dire s’opposer, ne pas être en lien. Dénouer veut dire ne pas être dupe des liens de la chair quels qu’ils soient et quelle que soit leur intensité, même au sein de ce que vous nommeriez des jumeaux. Parce que les jumeaux n’ont pas la même âme, ils ont la même personnalité mais une âme ne se dichotomise pas, contrairement à l’Esprit qui peut donner naissance vous le savez, à ce qui a été nommé les Flammes jumelles. Une âme peut s’échanger, dans les processus de « walk-in », une âme peut se transformer aussi, mais il ne peut y avoir deux âmes au sein d’une même personne. Même dans les cas que vous nommeriez « possession », il peut y avoir possession mais non pas cohabitation permanente, cela est impossible.

Alors le mot renouer est vraiment très mal choisi. Parce que rappelez-vous, aujourd’hui certains d’entre vous retrouvent des personnes qu’ils n’ont pas vues depuis longtemps, dans n’importe quel cercle, familial, professionnel, affectif, non pas pour renouer mais pour bien permettre, par votre Présence, la Liberté et la Libération justement. Ce n’est pas un problème de personne, ce n’est pas un problème de liens héréditaires ou de filiation. Il n’y a rien à renouer, il y a juste à être. Et à ce moment-là, si la vie vous propose de vous retrouver, ce n’est certainement pas pour renouer quoi que ce soit mais pour vous libérer mutuellement, que l’autre en soit conscient ou pas. Alors ne cherchez rien là non-plus, l’Intelligence de la Lumière prendra le pas sur votre intelligence limitée, en quelque circonstance que ce soit. Là aussi il y a un problème de foi et de confiance, en la Vie et en l’Intelligence de la Lumière.

Le Libéré Vivant ne cherche rien. S’il doit voir sa famille, il la verra. Et s’il la voit, ce n’est pas parce qu’il l’a décidé, c’est parce que quelque chose au sein de la Lumière doit résoudre justement ce lien, non pas pour renouer mais justement pour libérer. Peut-être pas celui qui est libéré mais celui qui attend quelque chose au sein d’une relation affective quelle qu’elle soit. Saisissez bien la nuance entre les deux, parce qu’elle est importante.
Aujourd’hui, beaucoup d’entre vous se posent la question de leur famille, de leurs enfants, de leurs proches, de leurs parents. Si cela émerge de vous, qu’est-ce que cela signifie ? Si vous acceptez réellement de voir clair. Cela veut dire que vous êtes encore dépendant des circonstances de ce monde, d’une manière ou d’une autre. Je n’ai pas dit par là qu’il faille rejeter tous les liens, mais il faut éclaircir et libérer tous les liens. Pas par une action de la volonté de l’âme ou de la volonté de la personne, mais là aussi par l’Intelligence de la Lumière.

Être fluide, c’est accepter ce que la Vie vous propose, que cela soit un présent, que cela soit un cadeau, que cela soit la mort, que cela soit la souffrance, dans le même état. Si votre corps souffre et que vous en souffrez, cela veut dire que vous êtes attaché à votre corps. Voyez-le clairement. Non pas pour vous juger, non pas pour vous condamner, mais accepter la réalité de ce qui est évident, c’est aussi faire œuvre d’humilité, faire œuvre de simplicité.

Tous les frères et les sœurs humains dans la chair ne sont pas égaux devant la privation, la souffrance, l’abondance ou la privation. Parce que chacun est constitué, au sein de la personne et de l’âme, de choses différentes. La meilleure des conduites n’est pas de vouloir résoudre quelque chose mais bien de laisser la Lumière agir réellement et concrètement. Et la Lumière n’agira pas réellement et concrètement si vous y mettez votre avis, votre opinion, votre désir.

L’Abandon à la Lumière, c’est bien plus que simplement voir la Lumière, c’est agir dans le même abandon, surtout dans les circonstances comme cela. Saisir que ce n’est pas vous qui décidez. Vous décidez en ce monde, de manger telle chose ou telle chose, d’aller à tel endroit ou de ne pas y aller, mais cela ne concerne en rien ce que vous êtes. Puisque ce que vous êtes n’a jamais bougé, a toujours été là.

Alors pourquoi contraindre ce qui a toujours été là ? Pourquoi vouloir l’orienter selon vos désirs personnels, selon des conventions sociales, morales, selon des habitudes, ou selon des peurs ? Il a été dit aussi la peur ou l’Amour. L’Amour se suffit à lui-même. Si il y a peur, en quelque circonstance que ce soit, c’est que l’Amour n’a pas encore pris toute la place, c’est aussi simple que cela.
 
Vous pouvez y trouver toutes les justifications que vous voulez, pour dire que vous n’êtes pas prêt, que ce n’est pas le moment, mais tout ceci ne sont que des faux-semblants, parce qu’il n’y aura jamais de meilleur moment que maintenant. Jamais. Même en fin de cycle.

Il avait été dit par le Christ : « Cherchez le royaume des Cieux qui est au-dedans de vous, et tout le reste vous sera donné de surcroît ». Le mot recherche n’est pas adapté, identifiez ce que vous êtes réellement, allez à la cause première. Qui étiez-vous, comme disait Bidi, avant de naître en ce monde, revêtu des lois de l’ignorance de la chair ? Si vous trouvez cela, sans le chercher mais simplement en posant la question, la réponse arrivera, d’une manière ou d’une autre. Ne cherchez pas simplement les signes, ne cherchez pas simplement la Fluidité de l’Unité, les synchronicités, mais allez aussi au-delà.

Laisser s’exprimer l’Amour n’est pas chercher l’Amour. Laisser s’exprimer l’Amour, c’est laisser s’effacer tout ce qui n’est pas lui. Sans conditions et sans restriction. Cela ne peut être une décision personnelle mais vraiment le moment où vous dites, comme le Christ : « Père, que ta volonté soit faite et non la mienne », dans la plus grande des souffrances comme dans la plus grande des joies.

Savoir que vous n’êtes rien, vous n’êtes que poussière à la surface de ce monde, mais que vous êtes à la fois bien plus que le Tout et le Rien. Il faut adhérer à cette idée mais ne pas chercher de moyens pour mener à son terme cette idée, parce que cette idée s’imposera d’elle-même dès l’instant où vous ne tenez rien entre vos mains, entre votre personne. Et cela est tout à fait réalisable même dans votre vie d’occidental, sans aucune difficulté. Il y a juste les habitudes, il y a juste les comportements acquis, les blessures vécues, qui vous empêchent de le réaliser.

Il ne sert à rien non plus, surtout maintenant, d’aller rechercher la cause des blessures ou les explications des blessures quelles qu’elles soient. Mettez l’Amour devant, là aussi. Et si cela ne marche pas, il n’y a pas à incriminer l’Amour que vous êtes, il n’y a rien à incriminer. Simplement il y a encore des voiles qui vous masquent cette Vérité essentielle et unique. Acceptez-le avec bienveillance, sans jugement aucun, simplement comme une évidence qui est là. Et si vous l’acceptez alors totalement et entièrement, vous verrez que vous réaliserez très vite ce que vous êtes. Surtout maintenant. Et je dirais encore plus maintenant.

J’avais dit précédemment que les circonstances de votre monde occidental d’aujourd’hui n’ont rien à voir, bien sûr, avec les circonstances de l’Inde de mon époque. À mon époque, nous n’étions pas encore « enfoncés » en totalité dans le Kali Yuga, ou l’Âge sombre. L’Âge sombre, vous l’avez sous les yeux : c’est la souffrance de l’humanité, c’est votre souffrance, c’est les règles et les lois de ce monde qui n’ont rien à voir avec la règle et la loi d’Amour, et qui en sont même, je dirais, l’antithèse et l’opposé. Saisissez-vous cela ? Créer des lois, créer des moralités, créer des obligations, créer le fait de gagner sa vie, pour quelqu’un qui est en vie, réellement en vie, ne veut strictement rien dire. Le Christ vous l’avait dit : « Vous êtes sur ce monde, mais vous n’êtes pas de ce monde », alors que préférez-vous ? Que choisissez-vous en définitive ?

De considérer que réellement vous êtes sur ce monde même si vous pensez ne rien avoir à y faire, plutôt que de participer à ce monde. Entendez bien que ceci n’est pas une nécessité ou une injonction à quitter ce monde mais à le voir tel qu’il est, parce que l’Amour y est autant qu’ailleurs.
Vous avez même l’opportunité unique, en cette fin de cycle, de réaliser cela, je dirais même que cela peut vous tomber dessus, même pour celui qui n’a jamais eu de recherche dite spirituelle, surtout au moment de l’Appel de Marie.

Rappelez-vous que la principale résistance, aujourd’hui, est simplement votre recherche. Ce n’est plus le karma. C’est les résistances de ce monde à l’Esprit, donnant à voir les conflits que vous voyez entre vous, autour de vous et en le monde. Êtes-vous concerné par cela ? Êtes-vous touché par cela ? Alors si oui, c’est que vous n’êtes pas dans le joyau du cœur. Parce que cela vous le verrez, vous n’en serez pas affecté si le joyau du cœur est rempli, en tout interstice, de l’Amour. Il n’y a pas de place pour autre chose dans l’Amour que l’Amour lui-même. Non pas l’Amour traduit, exprimé, manifesté, mais l’Amour émanant spontanément de lui-même, qui vous nourrit en totalité.

… Silence…


Veux-tu bien énoncer une autre question ?

Question : pourquoi tant de chagrin à la disparition d’une personne que l’on ne voyait plus depuis longtemps, alors que des amis sont partis sans causer la moindre peine ?

Le chagrin, à la disparition d’un frère ou d’une sœur, n’est pas fonction seulement des liens du sang, ainsi que tu l’exprimes, mais aussi des attachements, même quand on ne se voit plus, qui ont été créés dans tout rapport humain quel qu’il soit. Ne croyez pas que en ne voyant plus les personnes vous êtes débarrassé pour autant des liens qui sont entretenus, même par la dysharmonie. L’Amour brûle les liens mais le conflit maintient les liens, même si l’être humain a tendance à croire qu’il suffit de s’éloigner, de se perdre de vue. Ce n’est pas vrai. Et tu en as la preuve. Ceci dit, cela signifie qu’il était resté un lien, que ce lien s’est brûlé de lui-même dès l’instant où cette personne a disparu. Ce n’est pas la tristesse de la perte, c’est la tristesse de ce qui restait comme lien, tout simplement. Le lien est brûlé définitivement à cette occasion, alors peut s’exprimer la tristesse, non pas de la perte de la personne mais de ce lien en lui-même, qui tire de vous des émotions, en l’occurrence ici la tristesse.

Vous pouvez parfois accepter de perdre des proches, effectivement, sans sentiment de perte et sans tristesse. De la même façon qu’un être humain peut mourir à l’autre bout de la planète et par exemple vous tombez sur un article que vous lisez et vous éprouvez de la compassion et de la tristesse. Pourtant, cette personne vous ne la connaissiez pas, elle était à l’autre bout de la planète. Il y avait nécessairement des liens et des résonances communes, même par rapport à un inconnu total. Alors vous imaginez bien si c’est une relation passée, de quelque nature que ce soit, tout ce qui a pu être entretenu, malgré le fait que vous n’y pensiez pas, malgré le fait que vous ne vous voyiez plus.

Tout ce qui n’a pas été éclairé par l’Amour se manifeste par une émotion. L’Amour ne sera jamais une émotion. L’amour-sentiment oui, mais l’Amour est un état de joie qui ne connaît pas les émotions. La Joie n’est pas une émotion, sans ça cela s’appellerait du plaisir ou du désir. Mais la Joie est quelque chose qui naît spontanément, qui n’est pas recherchée, qui ne dépend effectivement d’aucune circonstance extérieure, qui est indépendante de ce monde et pourtant manifestée en ce monde. Il en est de même pour toute perte, il en est de même pour tout attachement.

Regardez vos vies, quels que soient vos âges, vous avez tous connu des relations, en quelque secteur que ce soit, humaines. Êtes-vous en joie ? Quand vous pensez à ce passé, qu’il ait été heureux ou malheureux, si vous êtes en joie, alors cela veut dire et cela signifie que l’Amour a été mis devant. Non pas par une quelconque volonté mais par l’Intelligence de la Lumière.

S’il existe en vous, par rapport à une relation passée ou présente, le sentiment de devoir entretenir quelque chose, le sentiment de devoir couper quelque chose, le sentiment de faire un effort, le sentiment de vous contraindre, bien sûr à ce moment-là vous souffrirez. D’une manière ou d’une autre. Que cela soit par la séparation, la rupture, que cela soit par la perte de l’être aimé, ou d’un enfant ou d’un parent, ou d’un proche.

Si vous êtes réellement dans la Joie, ni le départ ni la mort ni les insultes ni les coups ne pourront altérer la Joie que vous êtes. Et si en plus vous êtes réellement l’Amour et la Joie, rien de cela ne peut apparaître sur l’écran de votre conscience, et rien ne peut vous distraire de la Joie et de l’Amour quand vous êtes la Joie et l’Amour.

Soyez conscient là aussi de ce que vous voulez changer, de ce que vous voulez améliorer, et rappelez-vous que l’Amour et la Joie sont parfaits en toute circonstance et en quelque relation que ce soit, dès l’instant où vous disparaissez du désir de la personne, quel que soit ce désir.

L’Amour rend libre, il n’attache pas. L’Amour ne peut être attaché à rien. Ni à une personne, ni à une situation, ni à un quelconque passé et à un quelconque avenir. L’Amour ne peut être que dans l’instant présent, et nulle part ailleurs. Et l’instant présent ne se soucie pas d’aucun instant passé ni d’aucune relation. Que cela soit entre vous, ou avec nous.

Bien sûr, vous vous êtes appuyé sur cela dans votre vie affective, et dans notre relation avec vous, c’était fait pour cela. Mais comme dirait Frère K, aujourd’hui il faut être autonome et libre. Le souhaitez-vous réellement ? Le voulez-vous réellement ? Non pas comme le sens d’une volonté mais comme une aspiration ultime à être cela. Rappelez-vous que c’est ce que vous êtes, vous n’avez pas à le chercher.

Il est temps aujourd’hui de voir ce qu’il peut rester en vous d’attachements à vous-même, d’attachements à l’autre ou d’attachements à nous. Cela ne veut pas dire refuser de se rencontrer ou se voir, cela veut dire proclamer et déclamer son Autonomie et sa Liberté. L’Autonomie et la Liberté ne se privent pas de rencontres, ne se privent pas de relations, mais celui qui est dans la Joie et l’Amour ne peut être soumis aux conditions de la relation en aucune manière, quelle que soit la relation. Que cela soit avec un enfant, avec l’être aimé ou avec n’importe qui d’autre, parce que l’autre n’est que vous-même et vous le savez, et vous le vivez.

Posez-vous toujours la question de votre simplicité. Laissez-vous être la Lumière, ou voulez-vous être la Lumière ? Avez-vous réellement mis fin à la notion de quête ou de recherche de l’Amour ?

Rappelez-vous aussi que tant que l’Amour est projeté à l’extérieur avant d’être vécu en soi-même, cet Amour sera toujours incomplet, et toujours sujet au manque, à la frustration, à la joie. Il sera toujours manifesté au gré des humeurs des uns et des autres. Est-ce là l’Amour ? Non. L’Amour ne connaît rien de tout cela. Il est indépendant des circonstances, il est indépendant même des personnes. Il est le même en toute circonstance, en toute relation. Ce n’est pas quelque chose que vous avez à forcer, c’est quelque chose que vous devez voir parce qu’il est là.

En définitive, il n’y a rien à renouer, ni rien à dénouer, c’est le jeu de la personne, c’est le jeu de l’âme, ce n’est pas la vérité de l’Esprit. Cela ne fait que traduire quelque part l’existence encore de quelques peurs, c’est-à-dire que l’Amour n’a pas pris toute sa place. Et la Joie, même si elle est présente au sein de l’état de Grâce, par moments, ou par l’action de Grâce, n’est pas constante. Et cela veut dire simplement qu’à ce moment-là, c’est vous qui n’êtes pas constant dans votre Présence. Ne vous jugez pas, là non plus, mais voyez-le.

Autant pour la personne il est très dur de sortir du jeu des sens et des passions, autant pour l’âme il est difficile de sortir des jeux de la causalité et des jeux de Lumière et d’ombre. L’Esprit ne connaît aucun de ces jeux. L’Amour encore moins.

Alors accueillez la Joie que vous êtes. La vraie Joie ne peut venir d’aucune circonstance extérieure parce qu’elle sera toujours éphémère, dans ces cas-là. Dans la Joie, il n’y a pas de causalité. Dans l’Amour non plus. Parce que vous êtes libre, dans la Joie et l’Amour.

… Silence…


Une autre question.

Question : pouvez-vous donner un éclairage sur ce rêve : j’étais sur un cheval, il y a eu comme une fusion entre ce cheval et moi, je me suis penchée sur lui et il y avait tellement d’Amour entre nous.

Cela tient en très peu de mots : tu es passée de la distance à la coïncidence. Tu es passée de la notion de cheval et de la notion d’humain sur ce cheval, en ne faisant plus qu’Un. Cela peut aussi évoquer bien sûr, certaines lignées, mais aussi la liberté et la puissance au sein de la terre que représente ce cheval. C’est un moment particulier.

Ainsi que je l’ai dit tout au début de notre entretien au cœur de l’Amour, les rêves peuvent être pris à différents niveaux. Ce qui est important, ce n’est même pas ce que je viens de dire par rapport au cheval et aux lignées, c’est cet Amour si intense que tu décris. Toutes les occasions sont bonnes pour l’Amour pour se rappeler à vous. Celle-ci en était une, et là est l’essentiel. Le reste est simplement une justification, une explication.

De la même façon que les relations et contacts que vous vivez entre vous, comme avec les êtres de la nature ou avec nous, ce qui est important ce ne sont pas les mots, ce ne sont pas les explications, et vous le savez, pour vous qui êtes là ou qui lirez ou qui écouterez, c’est ce qui est transmis bien au-delà des mots : l’Amour. Le reste en quelque sorte ne sert que d’alibi à l’Amour et à la Joie.

Jouez tous les jeux que la Vie vous propose, mais ne soyez pas dupe de la notion de jeu. Parce que les jeux, en définitive, qu’ils soient à travers un drame de la vie, qu’ils soient à travers un rêve, ne sont que des opportunités à vivre et à vous approcher au plus proche de ce que vous êtes, jusqu’au moment où vous pourrez lâcher la notion et le sens d’être une personne, d’être ce corps, d’être cette vie, ou d’être même sur ce monde.

Allez derrière, je dirais, toutes les formes de manifestations quelles qu’elles soient, allez au-delà des explications, rentrez dans la simplicité et l’humilité. Parce que toutes les expériences qui se déroulent en ce moment dans vos vies, comme sur la Terre, ne sont en définitive que l’occasion de laisser éclore en totalité l’Amour et lui laisser prendre toute la place. Rappelez-vous, l’Amour se suffit à lui-même, quelles que soient les manifestations, quel que soit le monde je dirais.

… Silence…


Reprenons si vous le voulez bien, notre entretien au Cœur de l’Amour. Mais tout d’abord, installons-nous dans le silence de la Présence.

… Silence…


Nous pouvons maintenant écouter la question.

Question : l’âme et l’ego sont-ils liés au plan causal d’où émane le Souffle de l’Esprit ?

Le Souffle de l’Esprit, bien-aimé, n’émane pas du corps causal. Le corps nommé causal est partie intégrante de l’illusion de ce monde. Le corps causal est celui qui est responsable, si je puis dire, de la naissance de l’âme en elle-même. La Libération correspond en totalité à la destruction par le Feu de l’Amour, à la dissolution du corps causal et du plan causal laissant libre le plan nommé Atmique et parfois bouddhique. Ainsi donc l’ego n’est pas l’âme et l’âme n’est pas l’Esprit. Le corps causal n’est pas, lui non plus, l’Esprit.

En la tradition indienne ayurvédique nous sommes tous, dans la chair, constitués jusque voilà peu de temps de sept corps que vous connaissez tous : le corps physique, le corps éthérique, le corps astral, le corps mental et le corps causal. Le corps nommé bouddhique ou le corps de bouddhéité, de même que le corps Atmique, n’ont rien à voir avec ce qui est situé dans les cinq premières enveloppes ou les cinq premiers corps que je viens d’énumérer. L’Esprit indéniablement est lié à l’Atman, ou si vous préférez au Brahman. Rien de tout cela n’est en rapport avec l’Absolu.

Encore une fois, l’Absolu ne connaît aucun corps ni aucune causalité. La causalité au sein de ce monde n’est que la traduction de la loi de karma ou d’action/réaction, qui est en résonance directe avec le principe même de l’enfermement au sein de l’illusion de ce monde.

Ainsi donc, l’Esprit ne vient pas du corps causal même s’il est présent effectivement, jusque dans la moindre parcelle de cette illusion présente au sein de ce monde, dans chaque cellule du corps, dans chaque particule circulant au sein de ce qui est nommé le prâna, comme au sein de ce qui existe au sein des différents œufs auriques présents en périphérie de votre corps, mais n’étant que la résonance de ce qui se déroule à l’intérieur de vous.

Ainsi donc on ne peut pas assimiler l’Esprit au corps causal, même s’il y est présent. L’Esprit ou l’Étincelle Divine est la première flamme de manifestation au sein de la Présence et au sein des Mondes Libres. C’est cela qui a été nommé la Flamme éternelle, si vous préférez aussi le Joyau qui véhicule l’Amour, lui aussi, mais qui encore n’est pas l’Amour, ni l’Absolu.

… Silence…


Écoutons ensemble la prochaine question.

Question : pouvez-vous nous parler de la vie sur Sirius ?

Bien-aimé, il existe une infinité de vies et un nombre important de dimensions existant au sein de l’ensemble nommé Sirius. Sirius n’est pas une étoile mais une triple étoile. La vie évolue là-bas en différentes dimensions, en différentes formes, en différentes dimensions donc mais aussi en différents projets, si je peux dire, de manifestation de la conscience. Il m’est donc impossible de décrire les modes de vie quelle que soit leur dimension, car cela ne peut être décrit en mots et est bien loin de ce que nous avons tous connu au sein de ce monde. Il n’y a pas de corps, au sens où vous l’entendez, il n’y a pas de temps et d’espace, au sens où vous l’entendez et le vivez, il y a des formes de vie multiples. Certaines vous sont connues de par leur manifestation au sein de ce monde et d’autres vous sont strictement inconnues.

Il n’est donc pas possible, pour ce système solaire en particulier, de vous décrire, même en prenant beaucoup de temps, l’ensemble de ce qu’il peut exister et être manifesté dans l’ensemble des dimensions présentes et dans l’ensemble des corps présents. Cela serait une gageure et ne vous apporterait rien en termes de Joyau d’Amour et en termes de cœur. Sachez simplement que la vie en quelque système solaire que ce soit, en quelque endroit que ce soit et en quelque dimension que ce soit, prend des aspects parfois surprenants et des aspects parfois déroutants. Je ne parle même pas de ce qui peut être vu depuis le point de vue de l’incarnation mais même de notre point de vue. Il existe d’innombrables vibrations, d’innombrables gammes de fréquences de vie. Il est donc impossible de rentrer dans les détails de cela.

D’autant plus que de la même façon sur la Terre vous avez vécu sans prendre conscience, autrement que dans les contes et les légendes, de ce qu’il existe au niveau des Êtres de la nature, de la même façon vous les découvrez aujourd’hui. Et encore, vous n’en voyez que certains aspects dans vos relations et contacts avec ces Êtres de la nature, quand vous les vivez.

Encore une fois, ce n’est pas la description de la vie qui est importante mais le vécu de la relation, quand celle-ci se produit avec quelque être que ce soit. Que cela soit avec un grain de sable, que cela soit avec l’océan, que cela soit avec l’ensemble de la conscience de la Terre, Gaïa, que cela soit avec la Lune, avec le Soleil, il n’y a rien à retenir au niveau des formes, il n’y a rien à retenir au niveau de l’agencement de la vie mais bien plus vivre la relation en elle-même, car elle nourrit et fait grandir ce que vous êtes en vérité. L’essentiel est là.

D’autant plus, je vous le rappelle, qu’au sein des autres dimensions il n’existe pas à proprement parler d’organisations au sens où vous l’entendez sur cette Terre, telles que les sociétés, les familles, les systèmes politiques, économiques, financiers ou sociaux. Quand nous vous disons qu’en d’autres dimensions, au-delà de la falsification, tout est libre, tout est réellement absolument libre. Bien sûr il existe des systèmes solaires qui sont spécialisés dans telle ou telle caractéristique, correspondant à l’exploration de la beauté, l’exploration de l’art, l’exploration de ce que vous pourriez nommer encore silence, de l’agencement de la vie elle-même parfois. Mais rien de tout ça n’est tributaire des critères qui vous sont appréhensibles, compréhensibles.

Il n’est donc pas possible d’exaucer ta demande et d’aller plus avant au-delà des généralités que j’ai dites. Non pas par défaut de connaissance, bien sûr, mais simplement parce que ça ne servirait strictement à rien dans ce que vous êtes en cet instant, et que cela nous emmènerait d’autre part beaucoup trop loin dans des descriptions qui ne serviraient pas à grand-chose.

… Silence…


Écoutons la question qui vient.

Question : l’Appel de Marie est-il différent s’il n’existe pas de lignée de Sirius en nous ?

L’Appel de Marie est le même pour chaque conscience à la surface de cette Terre, que vous ayez une lignée ou une origine stellaire de Sirius ou pas. Ainsi que cela a été dit, votre chair de cette Terre est constituée par l’ensemencement de Marie au niveau de votre ADN même s’il n’existe pas à proprement parler, pour certains d’entre vous, de lignée en résonance avec Sirius. Vous êtes tous constitués du sang de la Terre et donc du sang de Marie, indépendamment de votre origine stellaire, et indépendamment de vos lignées stellaires. L’Appel de Marie concerne donc la totalité de ce système solaire et pas seulement vous humains, et pas seulement nous d’ailleurs aussi, mais bien l’ensemble des consciences, même libres, présentes à la surface de ce monde encore.

… Silence…


Nous écoutons la question suivante

Question : comment reconnaître un Libéré Vivant ?

Bien-aimé, bien que j’aie déjà en partie répondu à cette question, je vais donc la compléter. Tu ne peux te servir d’aucun des outils conceptuels ou perceptuels liés à la reconnaissance éventuelle d’un Libéré Vivant. Le Libéré Vivant n’a pas de disciples, le Libéré Vivant n’a pas d’organisation. Il ne se sent pas responsable de quoi que ce soit ou de qui que ce soit. Il est ce qu’il est, il parle ou il fait silence. En tout cas, il n’emmène nulle part quelque part, il n’emmène nulle part qui que ce soit. Il est là, simplement, dans le silence ou dans les mots, il délivre ce qui sort de lui sans réfléchir, sans penser.

Il est lui-même libéré vraiment de toute contrainte si ce n’est les contraintes de ce corps qu’il habite encore. Il ne croit en rien, il n’impose rien, il ne démontre rien. Il est affranchi lui-même de tout discours organisé. Il est affranchi lui-même de la plupart des références que vous retrouvez dans les religions quelles qu’elles soient, même s’il peut s’appuyer sur des éléments présents en certaines.

La reconnaissance du Libéré Vivant ne vous servirait à rien, car si vous-même n’êtes pas libéré, comment pouvez-vous prétendre même le reconnaître ? Le Libéré Vivant n’est plus de ce monde et pourtant il est encore en ce monde. Il ne connaît plus aucun monde. Il n’aspire à rien d’autre qu’à être ce qu’il est, avec ce corps ou sans ce corps. Il a surtout l’esprit d’un enfant, il ne se prend pas au sérieux parce que ce monde n’est pas sérieux.

Bien sûr il ne recherche rien, ni la gratitude ni les récompenses ni la satisfaction de quoi que ce soit en rapport avec ce monde. Il peut même avoir des activités tout à fait ordinaires et banales, voire très simples, que cela soit au niveau d’une vie familiale, s’il y en a une, que cela soit au niveau d’une activité professionnelle quelle qu’elle soit. Cela ne change rien à ce que son corps mène au sein de ce monde en fonction de ce que la vie lui propose. Et surtout, il n’attend rien, il n’espère rien, il demeure imperturbable quoi qu’il se déroule sur l’écran de la conscience limitée, pour lui comme pour chaque autre.

Le Libéré Vivant peut laisser des traces ou pas de son vivant. Rappelez-vous que même la Source, quand elle a synthétisé un corps voilà cent ans pour la dernière fois, était très peu connue de son vivant. Il n’a rien écrit, il n’a rien organisé, il n’a soigné personne. Il était simplement là, simplement présent, même au sein de cette illusion. Il n’a rien demandé et il n’a rien fait au sens où vous pourriez l’entendre. Il a simplement été là pendant un laps de temps.

Il ne revendique aucune filiation à quelque courant que ce soit. Il ne revendique rien ni pour lui ni pour l’autre, ni pour ce monde. Il n’est pourtant pas indifférent, même si au regard de la personne cela peut être le cas. Il est totalement lui-même et il est aussi vous, même si vous ne le voyez pas.

Vous ne pouvez donc le reconnaître à travers quelque chose que vous avez vécu ou à travers des signes ou des symptômes, ou à travers une manifestation quelconque. Simplement ce qui se dégage de lui n’a rien à voir avec un aspect physique ou avec un élément de nature émotionnelle. Il est pourtant là, il est pourtant toujours là. Il peut jouer avec un enfant. Il peut tout faire mais avant tout, il est « Tout ».

Un Libéré Vivant ne cherche rien, ni pour lui ni pour l’autre. Même s’il utilise des mots, ses mots ne sont rien sans sa Présence. Le Libéré Vivant se laisse, pour la personne, celui qui le regarde en tant que personne, porter par la Vie, il se laisse conduire par la Vie elle-même. Il n’est plus une personne, même s’il est dans une personne, soumis d’ailleurs aux conditions de cette personne au niveau du devenir de ce corps, c'est-à-dire son côté éphémère. Mais lui ne l’est pas.

Il ne joue plus dans aucun champ d’expérimentation de la conscience. Il n’est même pas nécessaire pour lui de jouer avec les pouvoirs mystiques, d’ailleurs il les fuit comme la peste. Tout ce qui serait évoqué devant lui de notions de causalité, d’explications pour la personne, ne veut rien dire et ne représente rien. Sa Présence est bien plus importante que ses mots, parce qu’il est le Libéré Vivant.

Il est ignorant de toutes connaissances, même s’il les a parcourues auparavant. Il sait très bien la valeur relative de tous ces enseignements qui ne valent rien par rapport à la Vérité et qui ne conduiront nulle part, et surtout pas à la Libération.

Rappelez-vous que le Libéré Vivant, à un moment donné, a accepté de tout perdre et de tout lâcher, en quelque circonstance que ce soit, matérielle ou spirituelle. C’est sa reddition sans conditions à ce qu’il est en éternité qui a fait de lui ce qu’il a perçu et ce qui l’identifie comme un Libéré Vivant.

Il n’envisage rien. Il ne promet rien. Il n’a pas besoin de manifester une quelconque énergie, il est lui-même la Vie. Quelles que soient les occupations de sa personne au sein de la société ou du monde, il n’est pas cela et il le sait. Il est donc libéré de toute peur de jugement. Il est libéré du bien faire ou du mal faire. Il fait simplement ce qu’il doit faire, non pas parce qu’il a décidé de le faire mais parce que la Vie le lui propose.

Il ne cherche rien, ni explications, ni justifications. Les expériences, même les plus mystiques, transcendantales et réelles, n’ont pour lui aucun intérêt, ce qui ne veut pas dire qu’il n’est pas passé par là mais simplement qu’il a dépassé et transcendé tout ça.

Il est prêt à perdre sa vie sans aucune difficulté. Il accepte sa mort avec une grande joie. Il ne dépend d’aucun regard, d’aucun système. Il mange s’il en a envie, il ne mange pas s’il n’en a pas envie. Pas lui en tant que Libéré Vivant mais il écoute simplement ce que demande le corps et ce que lui demande la Vie en toute circonstance.

Il ne fait jamais de choix et il est pourtant quelqu’un de très décidé. Il laisse la Vie choisir pour lui. Il a abandonné toute vanité de maîtrise et de contrôle de quoi que ce soit. Parce que la bonté émane naturellement de lui, il n’a pas besoin de se contraindre en quoi que ce soit. S’il est en extase, il sera en extase ; s’il a besoin de manger, il mangera ; s’il a besoin de crier, il criera. Mais ce n’est pas la personne qui le manifeste et le dit, c’est bien au-delà de tout ce que vous pouvez en comprendre et en connaître et en saisir.

Comme disait Bidi, vivez-le vous-même et vous le saurez. Comme disait Frère K, traversez la rive du connu pour aller vers l’inconnu. Il n’y a rien à en dire parce que chaque mot que vous pourrez expliquer par rapport à l’Absolu ne veut rien dire pour celui qui est dans la personne. Quels que soient les discours, quelle que soit la tradition dont il est issu, cela n’a que peu d’importance. Même s’il a besoin d’habiller ses mots du milieu dans lequel il s’exprime, il n’est pas dupe non plus des mots qu’il emploie.

Donc vous ne pouvez pas le reconnaître depuis le point de vue de la personne. Et je dirais même qu’il est encore plus difficile de le reconnaître depuis le point de vue du Soi parce que le Soi tient à lui, tient à l’Unité, tient à la Lumière Blanche et désire demeurer dans cette paix suprême sans aller plus loin.

Le Libéré Vivant sait que même la Demeure de Paix Suprême, quels qu’en soient les avantages, les atouts et les manifestations, ne représente plus rien pour lui. Même s’il peut être appelé par la vie à le revivre, à le manifester, cela ne présente pour lui réellement et concrètement aucun intérêt. Il n’est pas pourtant indifférent à l’homme, il n’est pas indifférent à la vie, il n’est pas indifférent à ce qui se passe sur cette terre mais ces éléments-là n’ont aucune prise sur lui et ne peuvent le faire dévier d’un iota de ce qu’il est.

Vous ne pouvez donc avoir aucune reconnaissance énergétique, vous ne pouvez avoir aucune reconnaissance du Libéré Vivant à travers des concepts, des idées ou des pensées, même pas je dirais au travers de la perception de l’énergie qui émane de lui. Simplement, par sa Présence, il est à même de vous amener non pas là où il est, parce qu’il n’y a que vous qui pouvez le réaliser, mais il peut toutefois vous emmener à la porte de manière plus directe, je dirais, sans vous perdre dans les méandres des connaissances quelles qu’elles soient, aussi bien de ce monde que des connaissances énergétiques ou spirituelles.
… Silence…


Nous écoutons la question suivante.

Question : plusieurs fois, en rêve, j’ai vu mes mains qui devenaient brûlantes et par la paume sortait une lumière bleue, qui émanait non pas vers l’extérieur mais vers l’intérieur.

En ce rêve il t’est, bien-aimé, montré explicitement qu’il existe dans tes mains certaines vertus. Cela concerne bien sûr la personne, reliée à des influences spirituelles si tu veux les nommer ainsi, venant de l’âme ou de l’Esprit, qui se révèlent ainsi à toi. Cela te donne la coloration de ton l’âme. Cela te donne aussi le sens même d’une mission d’âme au sein de ce monde, qui est d’apporter par tes mains, mais aussi par ce que tu es, une notion spirituelle d’Esprit. C’est un engagement aussi à se voir soi-même, à se voir dans la manifestation au sein de ce monde, à se voir réellement.

Et comme tout rêve, encore une fois, il n’est là que pour éclairer ton cheminement en tant que personne ou en tant qu’âme. Il signe pour toi un potentiel que j’ai nommé « spirituel », qui est développé ou qui est à développer. Si ce rêve se reproduit plusieurs fois, cela veut dire qu’il y a une itération de l’âme qui se manifeste à toi de cette façon.

Mais rappelle-toi que toute explication que je te donne correspond à un niveau, voire à deux niveaux, et ne sera jamais la Vérité. Par exemple, vous ne pouvez jamais rêver de l’Absolu parce que c’est inconnaissable, même en rêve. La conscience de rêve, comme cela avait été expliqué par Bidi et par d’autres Anciens, est une conscience particulière. Le rêve peut avoir plus de substance, je dirais, que la réalité dense de ce monde et pourtant il n’en demeure pas moins, lui aussi, quelque chose qui passe, n’est-ce-pas, même si cela repasse à plusieurs reprises. Il attire l’attention, il attire la conscience, bien au-delà de la simple explication, au niveau de quelque chose qui se déroule à l’intérieur de la personne ou de l’âme, qui rentre je dirais donc en manifestation, en perception, que cela soit reconnu ou pas.

Rappelle-toi ce que je disais, l’Absolu n’a pas besoin de rêver de quoi que ce soit. D’ailleurs quand il dort, il disparaît, il ne ramène rien. Même s’il est capable de se maintenir au seuil de l’Infinie Présence et de ramener un certain nombre de visions, d’expériences, celles-ci ne viennent aucunement entacher ou exalter son sommeil. Il demeure libre de toute information durant son sommeil. Il n’a pas besoin de mémoriser quelque chose qui est déjà passé au réveil, puisque le rêve effectivement n’existe plus dès l’instant où tu te réveilles. Il n’a donc pas à se pencher sur l’interprétation ou l’explication.

Cela est valable bien sûr pour le Libéré Vivant mais n’est pas valable pour celui dont l’âme est encore présente et qui a effectué un certain nombre de retournements, ou qui a entamé le chemin du retour vers l’Esprit et donc de la dissolution de l’âme, où là effectivement un certain nombre d’informations peuvent être révélées.

Mais rappelle-toi que le rêve, au moment où tu te rappelles de ce rêve, est déjà passé et n’existe déjà plus. Il est juste une sorte d’information, de bouée à laquelle tu peux faire jouer ton expertise psychologique, tes conceptions de la vie, ou même en faire une approche symbolique. Rappelle-toi que certains rêves sont même prophétiques ou annonciateurs. Mais encore une fois, quand le rêve est vécu, quels que soient les effets, il disparaît. Le rêve n’est jamais donc en relation avec l’Éternité, car dans l’Éternité il n’y a pas de rêve.

… Silence…


Nous écoutons la question qui suit.

Question : quel a été le déclenchement de notre première incarnation sur Terre ?

Bien-aimé, je ne peux pas faire de réponse commune, car chaque cas est différent en ce qui concerne la première incarnation. Certains Esprits se sont sacrifiés eux-mêmes afin de revêtir un corps de chair éphémère pour accompagner, si je peux dire, ce monde durant un certain temps. D’autres ont été piégés par la matrice elle-même. D’autres sont venus volontairement expérimenter les conditions d’enfermement, et bien sûr ils sont restés enfermés.

Ainsi donc la première incarnation au sein de la matrice falsifiée peut être survenue voilà peu de temps ou voilà très longtemps, dans ce cycle ou dans d’autres cycles. Je dois dire qu’aujourd’hui beaucoup d’Esprits prennent une âme pour venir en ce monde en cette fin de cycle parce qu’ils ont connu la Terre bien avant son enfermement, au moment où elle était libre, et veulent retrouver aujourd’hui dans un corps, la sensation de libération et la réalité de la Libération.

Vous avez aussi bien sûr des consciences qui n’ont rien à voir avec l’humanité incarnée actuellement. Je dirais qu’ils n’ont rien d’humain, même s’ils revêtissent un corps humain. Vous avez été informés de ce qui est nommé les portails organiques ou les sans-âmes. Mais il y a aussi d’innombrables peuples des étoiles évoluant soit en 3D unifiée soit bien plus haut dans la sphère dimensionnelle qui est la leur, et venant en cette période particulière de la Terre afin de vivre ce qui est à vivre au sein même de l’enfermement. Les enjeux, bien sûr, ne sont pas les mêmes et la destination non plus.

De la même façon qu’il existe de nombreuses Demeures à la Maison du Père, il existe de nombreuses origines aux âmes et consciences présentes sur cette Terre. Bien au-delà de ce que vous nommez les lignées, bien au-delà de ce que vous nommez votre origine stellaire.

Vous savez que tout cela a été traduit par ce qui a été appelé « la Chute ». Mais il n’y a pas de chute, il n’y a pas de faute, il y a simplement des expériences qui ont été vécues. Certaines ont mal tourné du fait même des lois d’enfermement, d’autres ont bien tourné et ont permis à certains êtres de s’extraire eux-mêmes de l’illusion bien avant la fin de ce cycle. N’y voyez pas là non plus, même s’il y a une âme, une quelconque causalité en résonance avec une quelconque erreur ou une quelconque punition, si je peux dire.

Il existe peut-être, comme vous le savez, ce que l’on nomme des vagues d’âmes venant d’un endroit précis dimensionnel ou d’un endroit précis au niveau des systèmes solaires, s’incarnant là aussi en groupe tout en étant individualisées, bien sûr. C’est des courants, des lignes qui sont suivies et qui permettent à certains peuples, à certaines dimensions, à certaines origines stellaires de venir prendre corps en ce monde et d’y vivre ce qu’ils ont à y vivre en tant qu’expérience.

Rappelez-vous que l’expérience de ce monde n’a pas plus de réalité que les autres mondes. Même si la conscience est libre de manifester et de créer à l’infini tout ce qui est possible et impossible, la règle, si vous voulez essentielle, étant la loi d’Amour qui ne peut être expurgée de toute manifestation de la conscience. Cette manifestation de l’Amour peut être limitée, en quelque sorte bridée par l’enfermement comme en ce monde mais s’il n’y avait pas la moindre once d’Amour en ce monde, ce monde ne pourrait pas exister ou manifester quoi que ce soit, en quelque conscience que ce soit.

… Silence…

Nous écoutons la question suivante.

Question : les chakras d’enracinement de l’âme et de l’Esprit sont douloureux avec la sensation que cela traverse les Portes pour ressortir dans le dos au niveau des omoplates. Pourquoi ?

Cette perception est très directement liée à l’Ascension en cours que vous vivez, il y a dissolution de l’âme. Rappelez-vous que les Portes sont les lieux de résistance de l’éphémère et de l’Éternel au sein de cette structure de ce monde que vous nommez corps physique. Ainsi donc les pesanteurs, les douleurs ressenties à ce niveau, et parfois effectivement transfixiantes, traversant le corps de l’arrière vers l’avant aboutissant aux différents endroits, mais le plus souvent soit au niveau de ce que vous avez nommé la Porte KI-RIS-TI soit au niveau des omoplates, ne fait que traduire la dissolution de l’âme et l’émergence de l’Esprit.

Ces douleurs peuvent même exister pour certains d’entre vous depuis plus longtemps, puisque dès la Libération de la Terre et dès la fin de l’année que vous nommez 2012, cela a été rendu possible pour beaucoup d’entre vous. Ainsi donc sentir des douleurs, des gênes au niveau de ces deux Portes est le signe indubitable de votre Ascension, sans préjuger de votre Demeure dans l’expérience de la conscience ou dans sa disparition totale, mais signe pour ce corps la fin de l’éphémère et la fin de l’illusion.

Rappelez-vous simplement qu’il peut y avoir des douleurs du côté de l’âme, du côté de ma Porte si vous préférez, ou de l’autre côté, du côté de ma sœur Gemma, au niveau des Étoiles, mais qui correspondent comme vous le savez aussi aux Portes. Les Portes AL et Unité sont les témoins et les marqueurs de la rencontre de l’Éternel avec l’éphémère. L’intensité de la douleur ne signe pas nécessairement ni obligatoirement la présence de résistances mais signe bien plutôt l’intensité de la rencontre et l’intensité de la dissolution qui est en cours.

De la même façon que certains d’entre vous ont perçu des douleurs sur les Portes Attraction/Vision à certains moments ou encore aujourd’hui, qui ne font elles que traduire le retournement de l’âme. Par contre, si vous percevez ces gênes et ces douleurs au niveau de AL et Unité, cela veut dire simplement que votre processus lié au corps ascensionnel et au Cœur Ascensionnel par le Lemniscate nommé sacré est en route en ce moment même, quelles que soient les conditions de votre éphémère au niveau de l’âge, au niveau des difficultés ou des facilités. Cela ne concerne en rien ce qui se vit sur ce monde, même si c’est vécu en ce monde.

Nous vous avons toujours dit qu’il n’y avait qu’une porte de sortie : le cœur. Ces deux Portes sont en liaison directe avec la Nouvelle Eucharistie ou la Nouvelle Trinité, si vous préférez, qui est une structure intermédiaire qui est profondément reliée au Canal Marial et au Lemniscate sacré et à la Fontaine de Cristal, c'est-à-dire à ce que vous avez appelé la Merkabah interdimensionnelle. Cela signe l’allumage de la Libération en vous.

Encore une fois, quelles que soient les difficultés apparentes au sein de l’éphémère, celles-ci s’éteindront toutes seules lors de l’Appel de Marie.

… Silence…


Nous écoutons la question suivante.

Question : pouvez-vous développer la phrase : « Mettez l’Amour devant. » ?

Bien-aimé, mettre l’Amour devant, c’est disparaître à soi-même et disparaître à la personne. C’est ne voir que l’Amour en toute circonstance, quelle qu’elle soit, même la plus détestable. Mettre l’Amour devant ne traduit pas un besoin de protection de quoi que ce soit. C’est avoir la lucidité de penser avant toute chose, en quelque circonstance que ce soit, à l’Amour, qui est préalable, je vous le rappelle, à toute manifestation même au sein de ce monde.

Mettre l’Amour devant n’est pas un acte de volonté mais c’est simplement avoir la lucidité au sein de la conscience de cette présence de l’Amour en tout, même, je le répète, si ceci n’est pas perçu. C’est pourtant la seule évidence et la seule Vérité. Faire ceci n’est pas destiné à vous protéger de quoi que ce soit, mais bien à emprunter, comme cela a été dit il me semble voilà quelques mois, la nouvelle Matrice Christique de Vie, retrouver votre dimension intégrale de Fils Ardent du Soleil, d’être revêtu en quelque sorte de ce qui a été nommé par saint Jean, je crois, dans votre Bible, comme le Corps sans couture, le Corps de Gloire ou le Corps immortel.

Mettre l’Amour devant, ce n’est pas se sacrifier par rapport à une autre personne, c’est lui opposer et lui montrer l’Amour avant de lui montrer votre personne et de rentrer dans votre histoire ou dans son histoire. Mettre l’Amour devant, c’est se libérer des attachements quels qu’ils soient, c’est dénouer ce qui a besoin d’être dénoué sans le faire soi-même, mais par la Grâce de l’Amour et par l’état de Grâce ou l’Action de Grâce.

Mettre l’Amour devant, c’est conscientiser l’Amour, le rendre réel en la manifestation de ce monde. N’avoir que ce mot à la bouche, n’avoir que ce mot dans la conscience permet là aussi de rentrer encore plus dans l’humilité et dans la simplicité. L’Amour est humble et tolérant et doux. Et donc si vous mettez l’Amour devant, avant même de prononcer un mot, avant même de regarder quiconque ou d’entrer en relation avec quelque situation que ce soit, alors la Grâce de l’Amour, du fait des circonstances de la Terre, se déploiera avec naturel, vous donnant à voir, vous donnant à expérimenter la réalité et la vérité de l’Amour en quelque circonstance que ce soit.

Mettre l’Amour devant met aussi fin à la souffrance, met aussi fin à l’interrogation, en soi comme en l’autre, comme en toute situation difficile. Mettre l’Amour devant, c’est éclairer soi et l’autre, soi et la situation, à la lumière de l’Amour. C’est amplifier la clarté, la précision, c’est donner la profondeur réelle à l’échange et à la relation.

On pourrait dire aussi que mettre l’Amour devant est une gymnastique intellectuelle ou mentale, mais dont les fruits n’ont rien à voir avec l’intellect et le mental. Car il vous rapproche de la Joie, et il vous rapproche de l’Évidence, et il vous rapproche du Christ. Le Christ ne nous a pas dit pour rien, et cela a été dit voilà peu de temps : « Ce que vous faites au plus petit d’entre vous, c’est à moi que vous le faites ».

Parce que le Principe Christique, ce que j’ai nommé la Goutte blanche ou le corps atmique, l’Esprit, est présent en toute conscience présente à la surface de ce monde, présent en toute situation, même si le regard de la personne ou le regard social d’un groupe d’individus ne correspond pas aux règles établies, si je peux dire.

Mettre l’Amour devant, enfin, permet d’aplanir ce qui peut résister et l’éclaire en même temps. Cela vous démontre à vous-même, plus qu’à l’autre d’ailleurs, qu’avant d’envisager quoi que ce soit l’Amour est toujours devant, au-devant de vous, au-devant de l’autre, au-devant de la situation. Cela vous permet de vous rapprocher du cœur du cœur et de vous préparer à l’installation totale de l’Amour sur ce monde.

L’installation totale de l’Amour sur ce monde, bien sûr, représente pour l’ego le néant, le pire des châtiments, la fin de la vie. Or il n’en est rien, ce n’est que la Résurrection. Mais beaucoup de frères et de sœurs sur la Terre ne veulent pas de cette Résurrection. Ils veulent tenir à leur vie, tenir à leurs acquis, tenir à leurs illusions, tenir à ce qui est éphémère.

Mettre l’Amour devant, c’est en quelque sorte vous préparer de manière active, si je peux dire, sans rien faire pourtant, à la venue totale de l’Amour. Je ne parle pas là de l’Appel de Marie ou de la stase, mais de l’élément final nommé par le Commandeur des Anciens le grille-planète, voilà fort longtemps, et qui correspond à l’apparition de ce qui a été décrit comme le 6ème Soleil, qui n’a plus rien à voir avec le Soleil actuel en cette dimension et qui n’a plus rien à voir aussi avec les mécanismes de vie qui vaudront et prévaudront à ce moment-là au niveau de l’Intraterre.

Mettre l’Amour devant, enfin, c’est s’affranchir de la dépendance liée à la personne, liée aux situations, c’est s’affranchir de la souffrance aussi. Mettre l’Amour devant, par exemple sur une de vos douleurs, consiste à sortir de l’action/réaction et de la causalité. Mettre l’Amour devant dans ce cas-là, appelle irrésistiblement l’Amour, quel que soit votre positionnement.

Mettre l’Amour devant n’est pas un acte intellectuel ni réfléchi. Cela doit devenir quelque chose de spontané et de naturel. L’entraînement en est très rapide et les fruits en sont visibles très vite aussi. Mettre l’Amour devant, c’est quelque part anticiper l’Appel de Marie et la Libération, si celle-ci ne vous est pas acquise.

Mettre l’Amour devant enfin, c’est ne plus s’approprier quoi que ce soit. Ne plus mettre la personne devant. C’est s’effacer, par la Voie de l’Enfance et de l’Humilité. C’est cette foi totale et absolue dont vous a parlé ma sœur Thérèse.

… Silence…


Nous écoutons ensemble la question suivante.

Question : quel rôle jouent les êtres de la nature dans ce que nous vivons en ce moment ?

La grande majorité des êtres de la nature sont des êtres qui n'appartiennent pas à votre dimension. Ils vous deviennent visibles du fait - et perceptibles - du fait même du rapprochement de l'éphémère et de l'Éternel. Leur rôle, ce n'est pas de converser, même s'ils peuvent vous dire des choses, c'est de vivre là-aussi la relation, parce que cette relation n'est possible que par Amour et pour l'Amour et en l'Amour. Ainsi donc, quel que soit le mode de perception, de vision ou d'information que vous en retirez, l'important n'est pas là.

Je précise toutefois que cela n'est pas indispensable, bien sûr, pour tout le monde, mais cela est une évolution logique pour ceux qui ont résonné avec les Éléments, avec les lignées, avec les Triangles élémentaires de la tête et du corps. Tout ceci n'est que la conséquence et l'aboutissement du déploiement de vos lignées, mais aussi des éléments non falsifiés à la surface de ce monde nommés Cavaliers de l'Apocalypse. Il s'agit là aussi simplement d'une révélation.

Ceci n'a pas pour but de satisfaire une curiosité ni même de vivre simplement l'expérience de la relation mais apporte vraiment, je dirais, un vent de liberté préalable à l'Appel de Marie. Si cela pour vous, vous est accessible, alors rendez grâce parce que l'Amour nécessairement est devant, dans ces cas-là. Il n'y a pas d'effort à faire, cela se produit ou cela ne se produit pas. Là non plus vous n'avez pas spécifiquement à le rechercher. Vous n'avez pas à en tirer quelque avantage au niveau de la personne mais bien à vous immerger au sein de ce contact et de cette relation, afin en quelque sorte de fortifier ce que vous êtes en vérité, ou de le laisser apparaître si toutefois cela n'est pas apparu.

Bien sûr je ne parle pas des rôles des êtres de la nature, qui eux sont spécifiques, et je crois d'ailleurs que certains d'entre eux vous en ont communiqué des éléments. Ils auraient pu développer bien plus largement mais cela n'apporterait rien de plus par rapport à la relation elle-même et en elle-même. De la même façon, voilà quelques années que certains d'entre vous ont vécu des processus qui avaient été nommés communion, fusion, dissolution entre deux consciences. C'est exactement la même chose. Mais cette fois-ci non plus entre humains mais avec des êtres qui n'ont rien à voir avec l'humanité et qui pourtant sont des êtres d'Amour, et qui se sont eux aussi quelque part sacrifiés depuis l'enfermement de la Terre.

Alors rendez grâce à leur Présence et rendez grâce à votre Présence et surtout à votre relation. Encore une fois, bien sûr des informations peuvent être délivrées mais le but n'est pas là. Le but est de vivre cette expérience si elle vous est proposée, ou si en tout cas vous y êtes attiré. Mais cela n'est ni indispensable ni obligatoire. Cela correspond simplement à un des nouveaux potentiels qui s'ouvrent à vous avant même l'Appel de Marie.

Pour en finir avec cette question, je dirais que la rencontre avec les peuples de la nature n'est pas une finalité en soi. C’est une fois de plus un outil, un moyen qui vous est offert par vous-même, et par les êtres de la nature et par les circonstances actuelles de la Terre pour vous approcher de l'ultime porte de l'Infinie Présence et de l'Absolu.

Tout ce qui se présente à la surface de cette Terre, depuis les événements les plus joyeux et les plus fantastiques pour certains comme les rencontres avec les êtres de la nature, comme les éléments vous apparaissant comme violents à la surface de ce monde et allant parfois jusqu'à la guerre, ne sont que l'expression de la Libération de la Terre afin que chacun vive ce qu'il a à vivre en tant que personne avant l'Appel de Marie, et même pour certains après l'Appel de Marie.

Il s'agit d'un éclairage. Il s'agit d'un éclairage parfois très violent, bien sûr. Mais ne vous attardez pas aux circonstances là non plus, ou à chercher une quelconque responsabilité, car ceci ne découle en définitive que de l'action complète des Éléments en vous et autour de vous, dans l'environnement, dans les peuples, dans les religions, dans les sociétés. Cela avait été appelé je crois dans vos écritures, comme dans les nôtres, «  la guerre de tous contre tous ».

Je dirais presque que l'intérêt est pédagogique, en une certaine mesure, puisque quelles que soient les guerres, que ce soient celles qui se sont déroulées en le siècle précédent, en ce siècle et bien avant, toutes vous montrent quelque part la vanité de l'organisation de ce monde et l'impossibilité de contrôler de quelque manière que ce soit la vie de ce monde par la contrainte mentale, par la peur, par la guerre. Ceci est la résultante de la conscience des forces résistantes à la Lumière et des forces en accord avec la Lumière. Celui qui est libéré vivant ne participe à aucune guerre et n'est tributaire d'aucune guerre, en lui comme autour de lui.

Ainsi je peux dire aussi que vos rencontres avec les êtres de la nature vous équilibrent et vous stabilisent dans vos constituants élémentaires, dans vos lignées si vous préférez, ou dans les Triangles élémentaires de la tête mais aussi dans le corps d'Êtreté. Ils préparent en quelque sorte, pour les plus proches d'entre vous de la vérité infinie de l'Amour, la Résurrection.

… Silence…


Bien-aimée, énoncé de la question suivante s’il te plaît.

Question : en quoi l'amour humain est-il limitant pour vivre l'Amour inconditionnel ?

Bien-aimé, cherche le Royaume des Cieux et le reste sera donné de surcroît. L'amour humain quel qu'il soit n'est pas un obstacle à l'Amour inconditionnel, il est simplement un élément briguant, en quelque sorte. L'Amour est quelque chose qui est né libre. L'amour humain n'a rien à voir, quel qu'il soit, avec l'Amour inconditionné. L'Amour inconditionné et inconditionnel, impersonnel, ne connaît pas de personne et ne peut être en aucun cas en reliance avec une personne. D'ailleurs celui qui vit l'Amour inconditionnel par le Cœur Ascensionnel par exemple ou par la Nouvelle Eucharistie ou encore par la Couronne radiante du cœur, sait très bien faire la différence entre l'amour humain et cet Amour-là.

Par contre, quand l'Amour inconditionnel est vécu, alors il vient compléter, agréablement cette fois-ci, l'amour entre deux êtres, quel que soit leur type de relation. Mais s'il n'est pas vécu avant, alors de toute façon cet amour humain sera limitant. Il ne peut en être autrement du fait même du principe d'enfermement, du principe même de la causalité à travers ce qui est nommé le karma.

Quand vous mêlez vos ADN à travers un enfant, quand vous entrez en relation, même si ce n'est pas en vue d'une descendance ou d'avoir des enfants, vous mêlez réellement des sentiments, même si ceux-ci sont très purs, même si ceux-ci vous équilibrent dans la vie et sont très gratifiants, mais ils ne vous permettront jamais de vivre l'Amour inconditionnel. Vivez d'abord l'Amour inconditionnel, quel que soit le type de relation parfaite que vous ayez avec qui que ce soit, et cette relation personnelle deviendra éclairée par l'Amour inconditionné.

L'amour humain limité dans sa manifestation ne peut, si je peux dire, rivaliser en aucune manière avec l'Amour inconditionnel. L'amour humain dépendra toujours d'une circonstance de l'amour que vous avez porté à une personne, de l'amour que vous donnez à un enfant, à un parent, à un proche. Mais cet amour-là, que vous le vouliez ou non, est toujours conditionné et sera toujours conditionné et en tant que tel il est effectivement une limite, frustrant en quelque sorte le déploiement de l'Amour inconditionné. Ainsi donc, ce n'est pas vraiment un antagonisme ni une antinomie mais c'est simplement une question de repérage.

Vous pouvez aimer le Christ à l'infini, comme l'ont montré certaines de mes sœurs Étoiles occidentales, et cet Amour a pris toute la place. Il n'y avait pas d'autre place pour l'amour conditionné quel qu'il soit.

Alors posez-vous la bonne question. Ce qui est affirmé là prouve justement que l'Amour inconditionné n'est pas vécu, tel que cela est formulé. Tant que l'amour trouve sa source en ce monde, il maintient la personne dans l'illusion, même l'amour le plus pur.

Croyez-vous sincèrement qu'une âme comme Gemma Galgani, un Esprit aussi éclairé que Thérèse, si le Christ avait été vivant sur terre, elle aurait pu manifester son Amour de cette façon ? Absolument pas. Il aurait été conditionné par la présence d'une personne sur terre, fût-elle le Christ. Même l'épouse du Christ - parce que le Christ était marié bien sûr - même son haut degré initiatique peut-on dire était nécessairement conditionné, parce que dès qu'il y a chair, dès qu'il y a lien de sang, il y a condition. Cela ne veut pas dire bien sûr qu'il faut renier les liens de sang mais il faut les voir pour ce qu'ils sont : un conditionnement de plus, une responsabilité de plus.

Maintenant bien-aimé, au travers de cette question, si ton choix est de poursuivre la voie de l’incarnation, la voie de l'expérience humaine au sein des Mondes Libres, cela ne pose aucun problème, il n'y a aucun jugement de valeur au travers de ça. L'Amour inconditionné ne peut en aucun cas être tributaire d'un amour conditionné et conditionnel qui de toute façon s'éteindra à la fin de l'éphémère, c'est-à-dire à la fin de cette vie, à la mort des parents, à la mort des enfants éventuellement. Il ne restera que le souvenir passé de l'amour et cela n'a rien à voir avec l'Amour inconditionnel.

Il existe très peu de cas, si nous prenons l'exemple d'un couple, où l'Amour inconditionné peut s'exprimer et se manifester. Cela est le cas par exemple pour les Flammes jumelles, les monades. Mais en aucun cas au sein d'une relation humaine, fût-elle la plus harmonieuse qui soit. Le fait de mener à bien une relation sociale, affective, familiale est certes très enrichissante et certes très épanouissante mais n'a rien à voir avec l'Amour inconditionné. Et encore une fois, ils ne sont pas l'antithèse ou antinomiques l'un de l'autre mais c'est simplement je dirais, si je peux exprimer ainsi, l'un qui s'inscrit dans un cadre de référence limité par la naissance et la mort, l'autre s'inscrit dans l'Éternité et n'a que faire de la personne.

Si je veux prendre un exemple proche de vous, celui qui se nomme aujourd'hui Bidi parmi vous, que je connaissais bien sûr, a perdu sa femme. Croyez-vous qu'il a été triste ? Non. Il a chanté et dansé parce que sa femme était morte. Croyez-vous qu'il l'aimait ? Bien sûr qu'il l'aimait, mais de manière inconditionnée. Et quoi de plus agréable pour le Libéré Vivant de voir son compagnon libéré lui-aussi, même en passant par la mort. Cela l'amour conditionné ne pourra jamais le comprendre, parce que lui est affecté par la perte et la disparition. Ce qui n'est pas le cas pour celui qui est libéré vivant.

Que vous l'acceptiez ou non, que vous le compreniez ou non, cela ne change rien à la réalité de ce que je viens d'énoncer. Mais si vous ne le vivez pas, bien sûr, alors vous ne pouvez ni le comprendre ni l'accepter. Il faut le vivre pour enfin l'accepter et le comprendre. Et cela ne contredit pas bien sûr, après, de vivre une relation de couple ou de père à enfant normale. Mais cette relation, même pour celui qui vit l'Amour inconditionné et qui est libéré vivant, n'aura jamais la même intensité et la même qualité que l'Amour inconditionné. Parce qu'il y a les limites de la chair, parce qu'il y a les limites de la naissance et de la mort, parce que les liens de la chair et les liens du sang n'ont rien à voir avec la liberté spirituelle, bien au contraire.

Maintenant ne croyez pas trouver l'Amour inconditionné en quittant femme, enfants, conjoint, cela serait une erreur. Mais simplement remettez chaque chose à sa juste place. Que représente le plus bel amour romantique et le plus équilibrant entre deux personnes, par rapport à l'Éternité ? Posez-vous cette question. Et rappelez-vous que même dans cette relation d'amour lié par la chair ou par l'affection, il y a la barrière des corps, même s'il y a fusion des corps. Il y a attraction, il y a vision mais il n'y a pas liberté. Vous demeurez à ce moment-là au niveau de l'axe Attraction/Vision. Cela est inscrit bien sûr dans l'ADN, dans la chair et dans le principe même de la falsification.

… Silence…


Écoutons  la question suivante.

Question : vous avez dit « pour le cœur, vous ne pouvez rien contrôler, vous l'êtes ou vous ne l'êtes pas ». Pourtant les divers intervenants ont toujours dit que nous seuls pouvions faire le dernier pas. Pouvez-vous développer sur cette contradiction ?  

La contradiction n'est apparente que pour la personne, bien-aimé. Quand nous nous adressons à vous en vous disant qu'il n'y a que vous qui pouvez faire le pas, est-ce que nous nous adressons à votre personne ? Absolument pas. Si c'est la personne qui entend, elle n'a pas compris. Il n'y a de contradiction que pour la personne qui tient à sa personne et qui en même temps voudrait bien lâcher mais qui ne lâche pas.

Quand nous vous disons qu'il n'y a que vous qui pouvez faire le premier pas, c'est la vérité, le dernier pas, c'est la stricte vérité. Mais ce n'est pas la personne qui doit faire le dernier pas. Elle peut faire le premier, elle peut faire les suivants mais en aucun cas la personne ne peut faire le dernier pas, puisque justement ce dernier pas se réalise quand il n'y a plus personne, quand la personne a compris qu'il n'y a rien à lâcher, quand la personne a compris qu'elle n'existe pas au sein de son histoire, même au sein du Soi. Il n'y a donc plus aucun attachement qui demeure.

À ce moment-là, vous êtes libéré de la personne, ce n'est pas la personne qui est libérée. Il y a une inversion de compréhension typique, je dirais, de celui qui demeure accroché à sa propre personne pour quelque raison que ce soit. Ceci n'est pas un jugement, mais bien un déficit de compréhension, qui dépasse largement le cadre de la personne.

Peux-tu relire toutefois la question, s'il te plaît ?

… vous avez dit « pour le cœur, vous ne pouvez rien contrôler, vous l'êtes ou vous ne l'êtes pas ». Pourtant les divers intervenants ont toujours dit que nous seuls pouvions faire le dernier pas. Pouvez-vous développer sur cette contradiction ?

Il n'y a pas d'apparente contradiction, si ce n'est pour la personne, parce que le point de vue dans ce cas-là, à travers ce qui est exprimé, montre qu'il n'a pas bougé d'un pouce. Il est très facile de parler d'Amour, il est autrement plus ardu de le vivre en demeurant une personne. Tant que vous n'avez pas acquiescé à cela, effectivement vous ne bougerez pas d'un iota. Quelle que soit votre volonté, quel que soit votre contrôle et quels que soient vos exercices. Il n'y a que dans l'Abandon total et irrévocable à la Lumière, de vous-même en tant que personne, en la croyance d'être une personne qui mène une histoire à la surface de ce monde. C’est cela le dernier pas. Mais ce n’est pas la personne qui le fait ce dernier pas. Il se fait justement quand la personne disparaît.

Si la personne ne disparaît pas, il ne peut y avoir disparition de la personne. Ce n'est pas la personne qui décide de disparaître. Comment voulez-vous qu'une personne inscrite au sein d'une histoire, inscrite au sein d'un début et d'une fin puisse accepter de disparaître, puisque même au moment de la mort, du fait même des circonstances de l'enfermement, combien d'entre nous ont réussi à s'extraire de la matrice en totalité? C'est-à-dire franchir les portes de l'astral, les portes du causal, aller de l'autre côté du Soleil, et se rendre compte de l'ineptie de ce monde. Ils sont très peu nombreux, encore aujourd'hui. Mais vous êtes tous en route vers cela. Cela correspond très précisément, non pas à l'Appel de Marie mais à la stase.

L'apparente contradiction n'est liée qu'au positionnement au sein de la personne.

… Silence…


Nous écoutons la question suivante.

Question : seul le retour à l'Absolu, à la A-conscience rend libre et c'est notre Demeure ultime puisque c'est ce que nous sommes. Alors pourquoi tant de Demeures à la Maison du Père ?

Mais est-ce que l'Absolu contredit quelque expérience que ce soit en quelque dimension que ce soit ? Pourquoi voulez-vous séparer, bien-aimé, l'Absolu de toutes les manifestations de conscience ? L'Absolu comprend bien sûr toutes les manifestations de conscience. L’Absolu est présent en chaque conscience ; simplement, du fait de l'enfermement en ce monde, vous l'avez oublié. Mais l'Absolu ne peut en aucun cas être une quête. Dès l'instant, et cela avait été asséné avec force par Bidi, dès l'instant où vous considérez qu'il y a une quête ou une recherche de l'Absolu, celui-ci vous échappera indéfiniment, en tout cas au sein de ce monde.

Nous avons toujours dit aussi que l'ensemble de l'humanité serait libérée, Ascension ou pas Ascension. Voyez-vous le contresens qui se déroule au sein de votre conscience limitée ? Vous faites de l'Absolu une quête, vous faites de l'Absolu une recherche, vous opposez l'Absolu avec la conscience libre. Qui a pu vous dire cela ? Comment avez-vous pu comprendre cela ? Là, il s'agit réellement d'un contresens formel.

L'Absolu se reconnaît en toute source, en toute conscience, en toute dimension, en toute sphère planétaire, et en tout soleil. Le Parabrahman, Absolu, Ultime, n'est pas l'ultime quête, il est la totalité du Créé et de l'Incréé. C'est ce que nous sommes tous, que vous le réalisiez ou pas en étant dans la chair. Quel est l'élément en vous qui vous a permis de faire de l'Absolu ce qu'il n'est pas ? En quoi cela se traduit-il et que cela signifie-t-il ? Cela signifie que vous continuez à chercher et à rechercher ce qui ne peut être cherché ni même connu au sein du connu. Je le répète, ce n'est pas la personne qui est libérée mais c'est vous qui êtes libéré de la personne.

L'Absolu ne vous empêche pas de regagner votre origine stellaire, puisque l'Absolu n'est localisé nulle part. Ni dans une conscience, encore moins dans une dimension, encore moins dans une forme, et encore moins dans quoi que ce soit.

Quand Bidi vous assène de vous oublier vous-même, cela ne veut pas dire qu'il faille chercher quoi que ce soit. Il faut justement se positionner en dehors de toute quête et de toute recherche. Les aspects de la conscience à travers la Supraconscience, le Supramental et les vibrations, étaient destinés à vous amener à ce seuil. Et à faire un travail collectif au niveau de la Terre qui a été accompli et qui s'est traduit par la Libération de la Terre, mais aussi par votre Libération finale, totale, de l'illusion de ce monde.

Et vous passez tous à ce moment-là, je vous le rappelle, durant la stase, par l'Absolu. Sans le vouloir, sans le désirer, sans le chercher, que vous l'acceptiez ou pas. En quoi le fait d'être Absolu, libéré en plus de la forme en ce monde, vous prive-t-il de quelque expérience de conscience, puisque vous êtes la somme de toutes les expériences de conscience, non pas en votre personne limitée mais en ce que vous êtes réellement ?

Celui qui se nomme Bidi, de son vivant, a bien dit que ses paroles n'échoueraient jamais parce qu'il exprimait la seule Vérité absolue, ce que vous êtes et ce que nous sommes tous, individuellement et collectivement, ici comme partout ailleurs, en quelque expérience de conscience et quelque expérience dimensionnelle que ce soit.

L'Absolu n'a que faire de ce monde, mais à aucun moment il ne le refuse. Il laisse la Vie s'écouler librement.

… Silence…

Au-delà de tout mot, au-delà de toute explication, de tout raisonnement, je vous propose maintenant de nous reposer chacun en notre cœur, oubliant tous les mots, les réponses comme les questions, afin que ne reste effectivement que l'Amour…

… Silence… …


Sœurs et frères en la chair nous allons, si vous le voulez bien, poursuivre et terminer nos entretiens au cœur de l’Amour. Mais tout d’abord faisons ensemble le silence et accueillons l’Esprit du Soleil en le Feu de l’Amour.

… Silence…


Nous écoutons la question.

Question : j’ai eu cinq crises de colite biliaire dont deux très rapprochées; la dernière a été très douloureuse. Ma vésicule biliaire étant gorgée de calculs, je pense la faire retirer. La crise m’a fait voir où j’en étais par rapport au détachement et j’étais conscient que cela devait être traversé. Je ne souhaitais qu’une chose : la paix, disparaître, mais la douleur était trop forte et j’ai eu beaucoup de mal à porter mon attention ailleurs. Thérèse m’a fait sentir à quel point j’étais petit dans la matière et combien elle est grande par son Amour. Tous les points des Étoiles et des Portes étant sur le méridien de la vésicule biliaire, pourriez-vous m’éclairer sur ce vécu? Y a-t-il des conséquences pour la Lumière à retirer la vésicule biliaire ? Quel sens donner à tout cela ?

Bien-aimé, ainsi que tu le stipules, la vésicule biliaire ainsi que son méridien sont directement en résonance avec surtout ce qui est nommé, à ce niveau-là, la Porte Vision. Ainsi donc et comme chacun à la surface de ce monde dans la chair, vous traversez avec plus ou moins d’aisance ces passages de l’éphémère à l’Éternel. Je vous rappelle que l’accroche et l’ancrage du corps d’Êtreté se fait avant tout par les Portes et les Étoiles. Ainsi donc d’avoir une Porte touchée, si je peux dire, de cette façon au niveau physique, ne signe ni quelque chose de bon ni quelque chose de mauvais et n’a de plus aucune influence, bien sûr, sur la Lumière et l’Êtreté.

Par contre, et ainsi que tu le dis, cela t’a permis de voir par toi-même les zones de résistance. Alors, puisque tu en demandes une explication au-delà des Portes, Étoiles, et de la rencontre entre l’Éternel et l’éphémère, il suffit de saisir que la vésicule biliaire intervient bien sûr sur des fonctions qui sont connues de longue date, au niveau de la digestion. Mais sur un plan plus invisible, je dirais, la vésicule biliaire est nommée « l’entraille du flair médian ». Elle est bien sûr celle qui permet le choix. Or quand l’âme est retournée, quand l’âme est en voie de dissolution en l’Esprit, il n’y a plus de possibilité de marche arrière ou de retour en arrière. L’accroche du corps d’Êtreté au niveau de cette Porte vient tout naturellement, indépendamment de tes résistances conscientes et de tes observations quant à ton placement au sein de l’Éternité, vient mettre fin, de façon certes brutale, à la notion de choix, à l’indécision.

La vésicule biliaire est aussi liée à ce qui est nommé le feu vital. Ainsi donc, cela traduit pour toi la dissolution du feu vital au sein du Feu Vibral. Cette alchimie se traduit pour toi par la précipitation des énergies matérielles de la vésicule biliaire à l’intérieur de celle-ci.

Il t’appartient donc de choisir la solution la plus radicale et la plus efficace pour toi, concernant ce qui a été réellement et effectivement traversé à cette occasion, te donnant à voir, ainsi que tu le dis toi-même, ce qui résistait au sein de l’âme pourtant tournée vers sa propre autodissolution. Ainsi donc l’organe en lui-même, quel que soit son état, et même quand il y a absence de celle-ci, il est bien évident que cela ne joue aucunement sur les fonctions vitales et vibrales de cet organe ainsi que de cette Porte.

C’est donc à toi qu’il appartient de décider ce qu’il convient de faire afin d’éliminer, je dirais, ce résidu lié à ton propre feu vital qui en ces temps a dû résister, quelle qu’en soit la raison, au Feu Vibral. Il n’y a rien d’autre à comprendre si ce n’est faire disparaître effectivement ces douleurs ou ces pathologies, quelle que soit la technique employée puisque, en particulier dans le phénomène de calculs ou de concrétions, c’est l’illustration sur le plan physique de la cristallisation, non pas dans le sens d’un blocage mais bien plus d’une précipitation au sein de la matière, de ce qui s’évacue. Il y a donc à agir de la façon que tu le souhaites sur ce qui est maintenant passé et dépassé.

… Silence…


Nous écoutons la question qui suit.

Question : il m’a été donné de voir que je serai transporté sur un Cercle de Feu en vaisseau Végalien avec mon corps de chair. Pourriez-vous rappeler pourquoi certains conserveront leur corps de chair sur ces Cercles, hormis le fait que les Arcturiens récupèrent les mémoires ? Est-ce le signe d’un passage en 3D unifiée ou pourra-t-on se libérer de ce corps à la fin des 132 jours ?

Bien-aimé, qu’il y ait le corps physique ou qu’il n’y ait pas le corps physique au sein du Cercle de Feu, cela ne signifie aucunement et en aucune manière qu’il y a accès à une 3D unifiée mais bien plus à une libération totale et inconditionnelle de ta conscience se plaçant dès lors selon ce qu’elle est, mais en aucun cas la 3eme dimension unifiée.

Quant à ce qui concerne ce que tu nommes mémoires au sein de ce monde, utiles au sein des mondes unifiés, en aucun cas ces êtres-là ne séjourneront sur les Cercles de Feu. Ils seront transportés si je peux dire, avec leur corps, pour récupérer ces mémoires, non seulement chez ceux que vous nommez les Arcturiens mais dans bien d’autres civilisations de 3ème dimension unifiée, vivant alors tranquillement leur vie jusqu’à l’extinction de celle-ci et retrouvant alors, eux aussi, la Liberté inconditionnelle de la conscience. Il n’existe aucune différence, après l’Appel de Marie, entre ceux d’entre vous qui posséderont un corps de chair et ceux qui n’en posséderont plus.

La présence de votre conscience au sein des Cercles de Feu n’est que, je dirais, un affinement de vos possibilités multidimensionnelles permettant aussi, avec l’aide des Anciens, des Archanges et des Étoiles, de permettre la finalisation de l’Ascension de la Terre de par votre emplacement en conscience au sein de ces Cercles de Feu. Cela n’a rien à voir, que cela soit Cercle de Feu ou pas, avec le devenir de votre conscience.

Certains d’entre vous seront aptes spontanément, dès l’Appel de Marie à retrouver leur Liberté et n’auront pas d’utilité, aussi bien au sein des Cercles de Feu qu’en dehors des Cercles de Feu. Ils n’auront donc plus rien à faire au sein de ce système solaire, quelle que soit leur Demeure alors.

… Silence…


Nous écoutons la question suivante.

Question : pour les êtres n’ayant pas encore entendu l’Appel de Marie et qui perçoivent les Portes, les Couronnes, les vibrations, est-ce un choix de l’âme ou de l’Esprit d’entendre l’Appel de Marie au moment collectif et pas avant ?

Bien-aimé, le fait d’avoir entendu l’Appel de Marie de manière individuelle voilà déjà quelques années ou plus récemment, ou d’attendre le moment collectif, ne fait strictement aucune différence.
Certains d’entre vous, de par leurs structures vibrales et surtout de par l’agencement de leurs lignées et origine stellaire, ont été plus aptes à capter cet Appel, je dirais, de manière anticipée. Cela ne traduit en rien votre assignation vibrale, cela ne traduit en rien votre Demeure d’Éternité. C’était juste une question d’affinité, en résonance avec la perméabilité de votre Canal Marial durant ces années passées, elle-même liée à vos lignées et à votre origine. Cela ne préjuge en rien de quoi que ce soit d’autre que cela.
Y a-t-il d’autres éléments dans cette question ?

… Silence…

Je vous rappelle que l’Appel de Marie, au-delà d’être concomitant du processus nommé stase ou Mahasamadhi, n’a strictement rien à voir avec les événements se déroulant ensuite. Ils sont juxtaposés, si je peux dire, de façon à ce que la filiation à Sirius, même si vous n’en avez pas de lignée, ce qui est rare, même si vous n’en avez pas d’origine, tout simplement parce que le corps de cette Terre dans lequel vous êtes, est de toute façon relié à Sirius même si vous n’en portez pas une lignée.

… Silence…


Écoutons la question qui suit.

Question : pouvez-vous développer sur les Amasutum, vierges noires ?

Bien-aimée, établir une équivalence en ce qui est nommé les Amasutum et les vierges noires est une projection, même s’il existe des résonances communes. L’une et l’autre n’ont strictement rien à voir. Les Amasutum ont été désignées ainsi dans le langage Sumérien original comme les Mères créatrices en tant que Mères généticiennes de ce monde. Les vierges noires ne sont donc qu’une ancienne résonance affectée par le temps de ce que furent les Amasutum. Il n’y a donc pas de relation possible autre que celle consistant à nommer une conscience « Mère », portant par-là la vibration essentielle du Féminin Sacré. Il n’y a rien d’autre au niveau historique.

Les Amasutum sont intervenues à différents moments de l’histoire de l’humanité, que cela soit il y a des millions d’années ou plus récemment, lors des conflits de la fin de chaque cycle d’enfermement. « Les vierges noires » est une appellation qui est survenue bien plus tard, renvoyant effectivement par leur couleur noire à ce qui se déroulait, bien après la présence des Amasutum, avec le peuple africain.

Il y a bien évidemment, et vous l’avez saisi, une relation entre les Étoiles, même si elles ne viennent pas de Sirius, les vierges noires, les Amasutum, une « Mère » au sens le plus large. La caractéristique d’une Mère est de pouvoir accueillir en son sein la Vie, lui permettre de se mener à son terme aussi bien dans sa gestation que dans son achèvement. C’est directement relié à ce que j’ai nommé le Féminin Sacré, actif et présent en toutes les Étoiles ou en toute conscience actuellement à la surface de cette Terre, ayant réalisé l’Androgynat Primordial, c'est-à-dire ayant fusionné ses propres deux polarités intérieures nommées masculine et féminine.

Il y a donc une résonance commune entre celle qui apparaît dans l’histoire de l’Égypte nommée Isis, Marie et bien d’autres exemples, pas seulement en ces temps passés et historiques mais ne serait-ce que pour les Étoiles d’une manière générale. Hildegarde de Bingen, qui fut supérieure au sein d’un ordre monastique, était aussi une Mère. Thérèse, malgré son jeune âge, était aussi une Mère. Ce n’est pas pour ça, même en ayant cette affinité vibratoire, que vous pouvez superposer les Amasutum et Isis, les Amasutum et ma Présence. Même s’il y a des caractéristiques communes, ce n’est en aucun cas une filiation directe mais bien le principe du Féminin Sacré incarné en totalité.

… Silence…


Écoutons la question suivante.

Question : je rêve d’un bébé. Un frelon lui entre dans la narine gauche, pond des œufs. Quand les larves éclosent, elles mangent le cerveau du bébé. Je m’interroge sur la signification de ce rêve.

Bien-aimée, comme tout rêve, je ne peux que te recadrer parce que l’explication concerne la personne, même si je vais te la donner, et en aucun cas ce que tu es en vérité, au-delà du  jeu de ce monde.

Le bébé peut représenter l’enfant intérieur. Celui-ci est parasité. Un frelon, qui est lui aussi un prédateur, pond des œufs qui viennent manger le cerveau de l’enfant. Ainsi donc cela traduit que tu as trouvé ton enfant intérieur mais que celui-ci est encore parasité par un certain nombre de pensées récurrentes liées à ton histoire personnelle. Il y a donc au travers de ce rêve, pour la personne, la nécessité de laisser œuvrer, au-delà de tout parasitisme de toi-même, ton enfant intérieur.

… Silence…

Nous pourrions bien sûr aller plus loin dans l’interprétation - pour la personne - de ce rêve. Je t’engage simplement à réfléchir sur ce qu’est le nez et en particulier les narines. Là où passe l’air et  là aussi où se produit le témoin de l’activation de la Couronne radiante de la tête, au travers la respiration crânienne passant par le nez. Il y a bien sûr d’autres éléments sur le symbolisme du frelon mais je te conseille quand même d’en rester simplement à la signification générale que je t’ai donnée.

… Silence…


Nous écoutons la question qui suit.

Question : pendant vos interventions, l’Onde de Vie s’est manifestée au chakra racine puis a disparu et un point s’est activé sous chacune des aisselles. Qu’en est-il ?

Qu’en est-il de quoi ?

… quelle est la relation entre le chakra racine et l’activation sous les aisselles ?

La zone des aisselles correspond à ce qui est nommé. Et tel que vous le voyez, il y a le tronc et il y a les membres. Les membres sont la périphérie, le tronc est lui aussi déjà un centre dans sa totalité. Les fonctions des membres et les fonctions du tronc n’ont rien à voir. La jonction entre les membres et le tronc, que cela soit en bas ou en haut correspond aux Portes. Celles qui sont situées en bas sont celles qui sont dans les plis de l’aine et derrière, au niveau du sacrum et autour du sacrum, et correspondent effectivement à une résonance avec le premier chakra.

L’Onde de Vie remonte et libère, comme cela vous a été expliqué longuement, ce que vous nommez les lignes de prédation et vient fusionner avec le cœur. Quand le cœur a fusionné avec l’Onde de Vie, il y a résonance au niveau des Portes AL et Unité, visant à la dissolution de l’âme et à la redécouverte, si je peux dire, de l’Esprit. Ce qui se passe sous les aisselles est simplement le témoin, pour cette personne, de la mise en œuvre de ce mécanisme.

C’est le passage de l’étage, au niveau du tronc, sous-diaphragmatique, à l’étage sus-diaphragmatique. Vous pouvez aussi l’appeler le passage de la Porte Étroite, de l’ego au cœur.

… Silence…

Permettez-moi de compléter ma réponse par les éléments  qui m’ont été communiqués par une des Étoiles connaissant bien l’énergétique, comme vous la nommez, du corps.

Les points sous les aisselles, comme je l’ai dit, sont liés aux Portes supérieures AL, Unité et KI-RIS-TI, et aussi le 9ème corps. Il y a par ailleurs sous les aisselles une fonction énergétique importante qui est de mobiliser le sang et de faire circuler le sang. Le sang est ce qui véhicule l’âme. Quand l’âme circule en des territoires inconnus, situés au niveau de la poitrine et non plus seulement dans l’étage sous-diaphragmatique, il y a disparition de l’attraction de l’âme vers la matière, se traduisant par une circulation du sang et de l’énergie profondément différente au niveau de l’étage aérien sus- diaphragmatique. Voilà ce qu’il m’a été demandé de rajouter.

… Silence…


Nous écoutons la question suivante.

Question : dans mon salon, j’ai vu une flamme blanche d’un mètre de haut environ. Puis elle a disparu et un fin tube de Lumière violette est apparu. À quoi cela correspond-il ?

Bien-aimé, cela correspond uniquement au dévoilement des mondes unitaires au sein même de votre monde. Il m’est impossible bien sûr de te dire quelle présence ou quelle conscience s’est manifestée à toi par ce mécanisme visuel, que cela soit la flamme, que cela soit le tube de couleur violette. Mais ils traduisent, l’un comme l’autre assurément, l’irruption de la multidimensionnalité au sein même de votre enfermement résiduel, vous donnant à voir et vous procurant de plus en plus de mécanismes nommés de relation et de résonance, que cela soit chez vous, au sein de la nature, en vos rêves ou en vos voyages. Tout cela participe du même processus lié, et déjà vécu depuis plusieurs mois pour certains d’entre vous, lié aux processus nommés Ascension et Libération.

L’irruption de ce qui vous était invisible, que cela soit à travers des manifestations telles que tu les décris ou des Présences plus organisées selon des formes comme les êtres de la nature, ne fait que simplement état de votre Libération en cours. N’y cherchez pas d’explications au sein du mental pour pouvoir catégoriser, et sérier et classer cela dans votre tête. Cela ne sert strictement à rien et vous éloigne à chaque fois de ce qui est à vivre à ce moment-là. C’est le mental qui vous demandera toujours une compréhension alors que nous avons toujours dit, les unes et les autres et aussi les Anciens et les Archanges, que l’important était de vivre ce qui se présentait et non pas de le comprendre au sens du mental pour le classer quelque part. C’est l’expérience elle-même qui est le témoin de votre Ascension et non pas l’explication.

… Silence…


Écoutons ensemble la question suivante.

Question : quelles sont les qualités ou spécificités des êtres d’Altaïr ?

Que cela soit une origine stellaire ou une lignée stellaire, la résonance inscrite ici au sein de l’âme, de la conscience et de l’Esprit, et du corps, se traduit par des potentiels. Ces potentiels, dans une définition très large, sont la capacité d’une vision élargie, bien au-delà de la simple compréhension, ce que je pourrais nommer une vision panoramique concernant aussi bien ce qui se déroule sur l’écran de la conscience personnelle qu’au sein de ce monde, qu’au sein de ce que nous pourrions nommer les mondes spirituels. 

Il y a donc une capacité manifestée et exprimée parfois dans tous les plans que j’ai nommés, ou dans certains cas, seulement sur certains plans spirituels, sur le plan de l’intelligence, sur le plan des émotions ou toute autre fonction liée au corps, à l’âme ou à l’esprit, se traduisant par une capacité de synthèse et une capacité de transcendance, une capacité aussi à prendre de la hauteur, c'est-à-dire ne pas fuir mais à s’échapper des conditionnements liés aux émotions, aux histoires et aux liens existant en cette incarnation, qu’ils soient familiaux, qu’ils soient avec ses propres émotions ou qu’ils soient avec son propre mental. La vision panoramique et la capacité à voir d’ailleurs, est la caractéristique de ceux qui ont une lignée ou une origine en résonance avec Altaïr. Il y a aussi une capacité à fédérer, à réunir et à rassembler, liée directement à cette résonance cosmique nommée Altaïr.

… Silence…
Écoutons la question qui suit.

Question : il a été dit que tout ce qui se passait à l’extérieur de nous se passait à l’intérieur. Pourriez-vous nous éclairer sur les colonnes de Lumière et les sinkholes que l’on sent à    l’intérieur ?

Bien-aimé, toutes proportions gardées, les sinkholes ne représentent que les portes d’accès de la Lumière vibrale au noyau cristallin de la Terre, non plus seulement au niveau des Cercles de Feu mais directement au travers de ce qui vous apparaît comme des trous, plus ou moins parfaitement constitués, permettant à la Lumière de nourrir toujours plus le noyau cristallin de la Terre.

Comme vous le savez, il y a une origine commune au noyau cristallin de la Terre en relation avec Sirius. Le triple rayonnement venu depuis les Noces Célestes a permis progressivement, par votre action aussi conjointe, de libérer ce noyau cristallin de la Terre, rétablissant en quelque sorte une connexion avec Sirius et rétablissant maintenant une attractibilité de la Terre par ces rayonnements de Lumière vus en différents endroits de la Terre, permettant de guider en quelque sorte l’Ascension de la Terre mais aussi de l’ensemble de ce système solaire, car les mêmes mécanismes se produisent à la surface du Soleil - vous nommez cela des trous coronaux - mais aussi sur toutes les planètes de ce système solaire, préparant le changement dimensionnel du système solaire qui est en cours.

Ce qui se produit en vous, puisque le monde est en vous, se voit - sur l’écran de la conscience - sur ce que nous nommons et que vous nommez l’extérieur, vous montrant par là même qu’en définitive il n’y a ni intérieur ni extérieur parce qu’il y a superposition de deux points de vue. Celui qui est limité et attaché à la personne et au corps d’Êtreté, et celui qui est universel.

Si je prends un autre exemple, plus peut-être proche des écrits prophétiques anciens, il est dit qu’à la fin du Kali Yuga - mais aussi noté de façon différente dans l’Apocalypse de saint Jean - qu’à la fin des temps mille démons hurleront à la surface de la Terre. Bien sûr, il s’agit aussi bien des forces infernales et inconscientes libérées par la reconnexion à Sirius et son attraction par Sirius, de la Terre, mais aussi en vous, vous donnant à voir ce qu’il peut rester de résiduel dans vos attachements quels qu’ils soient, nommés là aussi des démons intérieurs. Les démons intérieurs ne sont pas simplement ce que vous pourriez nommer des Asuras ou des entités négatives, ou des diables, mais sont avant tout, tout ce qui fait ombre en vous.

C’est exactement la même chose, que vous le viviez à l’intérieur ou à l’extérieur. Ce n’est que des réajustements finaux de la Lumière en vous et de la conscience que vous êtes. Il n’y a strictement aucune différence entre ce qui se déroule à la surface de ce monde et à la surface de votre corps. Étant constitué de la Terre en ce corps, il est normal que ce corps vive exactement la même chose que ce qui se déroule sur Terre. Un autre exemple : l’éveil nommé de la Kundalini, la descente de l’Esprit Saint, l’éclosion du Feu de l’Amour se traduit bien sûr, au niveau du manteau terrestre, par le réveil des volcans. Et tout peut être superposable de cette façon-là, sans aucune exception.

N’oubliez pas que le Commandeur, de façon peut-être humoristique, vous a dit à de nombreuses reprises durant cette année que celui qui disait, y était lui aussi. Ce que vous voyez sur l’écran de votre conscience, que ce soit à travers un ressentiment, une joie, un amour aimé ou un amour détesté est exactement la même chose à l’extérieur, en ce monde, comme en votre intimité. Ce qui est vu à l’extérieur sera vu, si ce n’est pas encore vu, à l’intérieur.

… Silence…


Nous écoutons la suite.

Question : je me suis sentie lion puis dauphin. On parle de lignées stellaires, à quoi cela correspond-il ?

Bien-aimée, bien avant le dévoilement en vous ou de façon intellectuelle de ce qui est nommé les lignées, vous avez certainement tous rêvé d’animaux, vous avez tous des affinités pour certains animaux et pas du tout pour d’autres. Là aussi il y a résonance avec ce qui est nommé lignée.

Les lignées sont les parts Élémentaires vous constituant au sein de l’âme mais aussi au sein de cette matière. Ainsi donc rêver de certains animaux est en résonance directe avec des lignées. Ce que vous nommez sur cette Terre - comme cela avait été explicité voilà fort longtemps - animaux, n’est qu’une parodie de ce que sont les peuples dits extraterrestres, qui ne sont pas sous forme humaine au niveau de leur visage mais qui ont réellement la forme des animaux tels qu’ils sont présents - au niveau de leur visage - à la surface de ce monde.

Ainsi donc que cela soit en rêve, que cela soit par affinité, que cela soit par attraction avec certains animaux, que cela soit par révélation vibrale, cela est exactement le même processus qui vous donne à voir votre constitution Élémentaire.

Je ne reviendrai pas sur ce qui a donc tant été explicité sur les lignées, car là aussi cela nous        emmènerait beaucoup trop loin, mais la quasi-totalité de ce qui devait en être dit a déjà été dit et    écrit.

… Silence…


Nous écoutons la question suivante.

Question : en présence des quatre peuples de la nature, il m’a été dit que la flamme de l’Esprit Saint était maintenant ancrée dans mon front, que je devenais une colonne de Lumière et que chaque personne qui m’approcherait avec Amour, voyait sa vie transformée par la Grâce de l’Amour, la nouvelle tri-Unité. Pouvez-vous m’éclairer ?

Bien-aimée, ce que tu as dit toi-même au travers de cette question, et ce que tu vis et vivra, est suffisamment clair. Quel éclairage de plus ou quelle confirmation de plus te faut-il ? Car ce que tu décris est ce que tu as vécu. En quoi as-tu besoin d’une confirmation autre que celle qui t’as été donnée ? Quelle est l’hésitation ou le besoin d’être rassuré qui émerge au travers de cette question ?

Cela est valable et cela a été expliqué pour nombre d’entre vous. Dès l’instant où les Couronnes radiantes sont activées, dès l’instant où la Merkabah interdimensionnelle s’est mise en action et en service, chacun de vous joue réellement et concrètement ce rôle et cette fonction, qui n’est pas une fonction future mais qui est un des rouages du mécanisme de Libération collective. Que veux-tu de plus au travers de cette question ?

Et je t’invite à regarder en toi. Quel est l’élément qui peut douter ? Quel est l’élément qui a besoin de montrer ou de démontrer autre chose ou en plus que ce qui a été dit, et vécu ?

… Silence…


Nous écoutons la question suivante.

Question : les Élémentaux peuvent-ils faire partie de nos lignées ou origines stellaires ?

Bien-aimée, en aucun cas. Quelle que soit votre affinité avec l’un de ces règnes de la nature, même si cela est très troublant pour vous, ne fait que traduire simplement votre contact avec l’Élément dominant chez vous, qui peut être aussi bien sur votre origine stellaire comme ne pas l’être.

Ainsi donc vous avez remarqué et remarquerez que vous établissez des résonances, des expériences, beaucoup plus facilement en certains éléments de la nature comme en certains peuples de la nature. N’y voyez pas là d’origine ni de retour. Même si nombre d’entre vous peuvent se retrouver        effectivement avec une telle résonance avec les Elfes qu’il peut leur être suggéré intérieurement qu’ils ont une origine Elfique, il n’en est rien. Il s’agit simplement de l’Élément et de l’archétype         correspondant, vous donnant à vivre parfois cette affinité très forte.

… Silence…


Écoutons la question suivante.

Question : les Élémentaux de la nature sont-ils Absolu ayant pris forme ?

Bien-aimée, toute forme évoluant au-delà de l’incarnation de ce monde est nécessairement Absolu, quelle que soit la forme, quelle que soit la conscience. Je vois que vous continuez à mettre une distance entre l’Absolu et le reste.

Je répète ce que j’ai pu dire à des moments antérieurs : l’Absolu ne peut être une quête car les multiples jeux de la conscience au sein des Mondes Libres, quelle qu’en soit l’attribution, quelle qu’en soit la forme, en quelque conscience que ce soit et en quelque dimension que ce soit, est par définition Absolu. Seule votre vision fragmentaire attribue une conscience à une forme délimitée et fixe, et vous fait poser la question de son Ultime ou de son côté Absolu. Cela ne fait que traduire votre difficulté, et je dirais même, comme je l’ai dit, l’impossibilité de vous saisir de l’Absolu.

Toute forme, toute conscience, au sein de tout monde et de toute dimension, même dans ce que vous nommez troisième dimension unifiée, est Absolu. Rien n’est séparé, rien n’est attribué au sein d’une forme, d’un temps, d’un espace ou d’une dimension donnée. C’est votre aspect fragmenté qui vous fait envisager qu’il y a une différence. Il y en a une pour le point de vue de celui qui est enfermé, il n’y en a aucune sur la vraie réalité.

L’enfermement en ce monde et en ce système solaire a concerné bien sûr le Soleil, la Terre et surtout les consciences de la Terre, humaines et non pas le peuple de la nature. Les Elfes et autres peuples de la nature étaient présents avant même le dépôt des matrices cristallines par les Mères généticiennes de Sirius. Ces formes-là ne connaissent aucune forme, aucune limite, quelles que soient leurs attributions, quel que soit l’élément dominant en eux et quelles que soient leurs manifestations sensibles ou visibles pour vous.

Cela, vous ne pouvez ni vous en saisir ni le comprendre ni l’appréhender ni vous le représenter. Vous ne pouvez que lâcher toutes vos connaissances pour accéder à cet inconnu, ici-même, là où vous êtes, mais jamais le mental et même l’expérience que vous faites de la relation ne vous conduira à cette réalité ultime. Elle ne fait que vous en approcher, comme je l’ai dit en d’innombrables questions posées en ces « Entretiens au cœur de l’Amour ».

… Silence…


Nous écoutons la question qui suit.

Question : avant l’enfermement dans cette dimension, avons-nous pu être des êtres de la nature, un Dragon par exemple ?

Je crois que j’ai déjà répondu à cette question prise dans l’autre sens. Simplement, il existe des affinités vibratoires entre ce que vous nommez les Dragons, peuple de la nature, et certaines origines reptiliennes Dracos, rédemptés ou non d’ailleurs, étant impliqués dans la falsification ou non. Là oui, il y a une résonance. Mais en aucun cas, vous n’avez pu être un Gnome, un Elfe, une Ondine ou un Dragon.

Mais il y a effectivement une résonance, par exemple entre les Elfes et Altaïr, parce que ce sont sensiblement les mêmes mécanismes à l’œuvre, quelle que soit la forme de la conscience et en quelque dimension que ce soit. Ainsi donc je complète ma réponse précédente. Ni vous allez vers les peuples de la nature autrement que dans la relation… Vous ne serez jamais, quelles que soient votre Liberté et votre Absolu, incarné si je puis dire en une dimension donnée au sein de l’un de ces peuples qui sont spécifiques aux mondes que je qualifierais d’originels, antérieurs au déploiement de ce que je nommerais la co-création consciente du Féminin Sacré.

Excepté ce que vous nommez ici-même sur cette Terre les peuples de la nature, vous pouvez être effectivement, en conscience, n’importe quel être de la nature en quelque monde que ce soit mais cela, là aussi, ne vous est ni compréhensible ni accessible. Parce que d’un bout à l’autre des dimensions, d’un bout à l’autre des formes au sein des Mondes Libres, l’Absolu est tout cela. L’Absolu est aussi antérieur à la conscience mais il est aussi la totalité des consciences en chacune de ses parties. Cela se nomme il me semble, l’hologramme. Si vous voulez vous représenter ce concept, renseignez-vous sur le principe de l’hologramme de Lumière, et peut-être alors que votre mental pourra s’en approcher.

Mais en tout cas c’est la relation qui est à vivre, et en tant que telle, elle vous conduit à vivre l’hologramme. Mais votre conscience limitée a toujours besoin, tant que vous n’êtes pas réellement libéré vivant ou libéré in fine, de vous attribuer une forme et une fonction, dans un aspect limitatif. C’est le propre de la conscience qui a été séparée de ce qu’elle est depuis fort longtemps. Vous n’avez aucun moyen de vous représenter cela, encore une fois, vous ne pouvez qu’en vivre l’expérience en toute liberté, vous préparant, je vous le rappelle, à simplement stabiliser vos lignées lors de l’Appel de Marie, afin d’être libre.

Ne projetez pas, au travers de vos rencontres, que cela soit entre vous, que cela soit entre vous et nous, que cela soit avec les êtres de la nature. Rappelez-vous que ce qui est important, ce n’est pas de classer ou de rapporter cela au sein de votre conscience limitée mais de laisser s’expandre la conscience illimitée au travers de ces rencontres. Sinon, quelles que soient la réalité et l’intensité de ce qui est vécu, vous bloquez le processus en vous l’appropriant.

Mais si cela se produit, car tout est parfait, cela veut dire que pour vous, cela est juste. Mais soyez lucide, surtout dans cette superpo¬sition de l’Éternel et de l’éphémère, soyez lucide de ce que vous    co-créez, de ce que vous laissez émerger et ce qui se déroule. Encore une fois non pas pour classifier l’expérience, non pas pour satisfaire votre mental ou quoi que ce soit d’autre mais bien pour le vivre en totalité de manière libre. Et vous n’êtes plus libre dès l’instant où dans cette relation, ou après avoir vécu l’expérience, vous essayez de la rattacher à quoi que ce soit au sein de votre conscience limitée et au sein du connu.

Ces expériences ne sont destinées qu’à vivre la Liberté et non pas à vous mettre à vous-même encore plus d’étiquettes ou encore plus d’attributions au sein de ce monde. Si tant est que l’on puisse parler d’objectif, le seul objectif est de vous rapprocher de ce que vous êtes et non pas de vous rattacher à une connaissance tenue au travers d’une expérience nouvelle.

De la même façon que vous allez voir de plus en plus de choses, chez vous, dans la rue, dans le ciel, dans les villes, c’est simplement le résultat de la superposition et de la fusion de l’éphémère et de l’Éternel. C’est comme si vous me demandiez, en ce plan-là où vous êtes, je prends un exemple : « J’ai vu un chat blanc, avec des taches jaunes. Qu’est-ce que ça veut dire pour moi ? ». C’est exactement la même chose. D’où saisissez donc qu’il y a des questions qui ne font que vous renvoyer à vous-même, dans votre façon de procéder, quelle que soit l’intensité de la relation que vous avez vécue. Ne vous appropriez rien, et surtout avec les êtres de la nature.

Ce qui est à traverser, là, ne nécessite ni explication ni justification. Et rappelez-vous, et c’est la même chose qui se produit quand par exemple il y a irruption de cette Éternité sous quelque forme que ce soit, comme lors d’une question précédente concernant la vision d’une flamme blanche et d’une colonne de Lumière violette.

Dès l’instant où vous saisissez, c’est-à-dire dès l’instant où vous vous accaparez ce qui est vécu, le processus s’arrête. Vous ne pouvez qu’être un observateur silencieux pour vivre complètement la relation. Que cela concerne aussi bien les êtres venant vous visiter la nuit, que nos contacts entre nous, que vos contacts entre vous, retenez que ce qui reste limité de votre conscience a toujours besoin de réguler, de cadrer, de juger et d’interpréter.

Si vous acceptez ce simple fait, pourtant évident, vous éviterez de créer des liens inutiles, voire même superflus, voire même attachants pour vous au niveau limité. Ne vous saisissez de rien de ce qui se déroule lors de ces contacts entre l’éphémère et l’Éternel. Vivez-le pleinement, entièrement, en l’instant présent, mais ne vous posez pas de questions ensuite. Là aussi, il convient de traverser cela en toute liberté.

Rappelez-vous que ces rencontres font partie du processus normal de la Libération et de cette Ascension collective, même si elle ne correspond pas pour chacun à la même réalité d’Ascension mais bien à la même réalité unique de la Libération, c’est-à-dire vivre l’Absolu.

Cela vous permet en outre d’observer votre propre comportement et de conclure par vous-même quel est votre niveau global d’attachement je dirais, à la manifestation quelle qu’elle soit, en ce monde comme en tout monde.

… Silence…


Nous écoutons la question qui suit.

Question : que vont devenir nos forêts à la fin des temps ?

Mais les forêts sont libérées comme vous. Elles évoluent sur un autre cadre matriciel Christique, c’est à dire - sur un plan purement scientifique - que ce qui est appelé carbone aujourd’hui sera transformé en silice.

À moins que je n’ai pas compris cette question ou ce qui est sous-entendu.

… il n’y a pas d’autres précisions : que vont devenir nos forêts à la fin des temps ?

Elles deviennent libres. Et surtout, changent de modèle vibratoire et de modèle atomique.

… Silence…


Écoutons la question suivante.

Question : vous avez parlé de cesser d’être dans le faire. Comment faire pour organiser sa journée et pour passer le temps quand on ne travaille plus, en dehors des moments d’Appel de la Lumière ?

Je n’ai jamais dit ça, c’est encore une interprétation. Si la Lumière vous appelle, vous ne pourrez plus « faire ». Mais je ne vous ai jamais dit de ne pas faire ce que vous aviez à faire. D’un autre côté, ne comptez pas sur moi pour vous dire quoi faire de votre temps. Ou alors je n’ai toujours pas compris ce genre de question.

… vous avez parlé de cesser d’être dans le faire…

Non, dans l’action/réaction. Personne ne vous dira de cesser de faire ce que votre vie vous demande de faire. C’est bien pour ça que je dis : c’est une mauvaise interprétation ou une transformation. Personne, parmi les Anciens, les Étoiles, les Archanges, ne vous a demandé de cesser quoi que ce soit, si ce n’est d’obéir de manière de plus en plus tangible aux injonctions de la Lumière. S’il n’y a pas d’injonction de la Lumière, aimez et faites ce que vous voulez.

Il a été dit, par contre, que vous ne pouviez pas « faire » et « être ». Oui, mais n’attribuez pas ça à votre vie quotidienne. Si la Lumière vous empêche de faire, comme je l’ai expliqué au travers de mon vécu, alors à ce moment-là acceptez de ne pas faire. Mais si ni la Lumière ni votre Êtreté ni quoi que ce soit de ce monde ne vous dit de ne pas faire, pourquoi voulez-vous ne pas faire ? Quelque activité que ce soit. Y avait-il d’autres éléments dans cette question, dans la deuxième partie ?

… alors comment faire le matin pour organiser sa journée par exemple, et pour passer le temps quand on ne travaille plus, en dehors des moments d’Appel de la Lumière ?

Bien-aimée, s’il y a besoin de « passer le temps », c’est que le temps n’est pas mort en toi, ni en ta conscience. Celui qui est immergé dans le Soi, sans même disparaître à ce monde, ne se pose jamais la question du temps. Le temps, inscrit au sein de ce monde, fait partie de l’enfermement. Si tu trouves le temps long, si tu ne sais pas quoi faire, tu ne peux pas compter sur moi ni sur aucune aide de notre plan pour te dire quoi faire ou comment remplacer ce « faire ». Tu es libre, de ton temps, quelle que soit la façon dont ce temps s’écoule pour toi. Cela ne dépend que de toi. Fais ce qu’il te plaît, et aime.

Soit cette question traduit un besoin d’action au sein de ce monde. Si la vie ne t’a pas proposé de travail, en fonction de ton âge ou de ta condition, si tu n’as pas d’ascendants ou de descendants à t’occuper, s’il n’y a pas d’animaux, s’il n’y a pas de jardin, alors peut-être que ta vie telle qu’elle se vit actuellement n’est que l’injonction à justement ne rien faire. Alors ne me demande pas quoi faire. Cela est valable, bien-aimée, pour chacun de vous. Si vous trouvez le temps long, posez-vous la question de qu’est-ce qui trouve le temps long, si ce n’est la personne qui n’a pas disparu.

D’ailleurs, de différentes façons - et cela avait été évoqué - beaucoup d’anomalies de la matrice en dissolution vous renvoient à des heures précises, à des mécanismes concernant vos montres, horloges et repères de temps. Que cela soit au sein des mécaniques précises de ce monde comme des horloges, comme des montres, comme des ordinateurs, mais aussi à travers votre propre conscience qui, même si elle n’est pas libérée, appréhende le temps et vit le temps de façon je dirais, décousue et non plus organisée comme auparavant.

Alors peut-être qu’à ce moment-là ta question peut traduire cela. C’est-à-dire être dérouté par les moments de disparition, par d’autres moments où le temps semble s’étirer et d’autres moments où il semble ne plus exister. Mais cela, alors, fait partie du processus normal de la rencontre entre l’éphémère et l’Éternel, que vous vivez.

… Silence…


Écoutons la question suivante.

Question : depuis votre intervention, j’ai l’impression de la persistance d’un rayonnement permanent entre la nature et mon corps. Quelle est votre interprétation ?

Aucune interprétation, bien-aimée, tu décris la réalité objective de ce qui se déroule en votre plan. Vous n’êtes plus séparés, vous n’êtes plus coupés, même s’il existe encore quelques fragments ou quelques divisions à l’intérieur de votre conscience. Et vous prenez réellement conscience de cette relation de Liberté et d’Amour entre vous, entre vous et nous, et entre vous et la nature.

Il n’y a rien à interpréter, cela est simplement la réalité de votre connexion et de votre Liberté vous amenant, que cela soit avec les êtres de la nature, que cela soit avec l’action des Éléments à vous, à travers les Cavaliers, que cela soit à travers vos lignées, que cela soit à travers l’Onde de Vie, que cela soit entre nous et vous, tout ceci participe du même processus nommé Libération. Il n’y a donc rien à interpréter, rien à classifier, rien à cogiter, et simplement vous installer le plus en plus souvent au sein de cet instant présent, que vous soyez dans le faire ou dans l’être de votre vie quotidienne. Il n’y a rien d’autre à faire.

Pour le reste, continuez à vivre votre vie selon ce que la Lumière vous demande et selon ce que l’Intelligence de la Lumière vous demande, indépendamment de toute projection, indépendamment de toute interprétation, indépendamment de tout besoin, je dirais, compulsif de la conscience limitée à attribuer des rôles, des fonctions et des formes en quelque être que ce soit. Car cela vous éloigne de l’instant présent et surtout vous réinscrit au sein d’une histoire de ce monde.

Soyez disponible pour tout ce qui est à vivre, disponible intégralement dans l’ici et maintenant. Ne vous posez pas la question des résultats, ne vous posez pas la question de si cela est utile ou inutile, vivez simplement ce que la vie vous propose et ayez l’humilité, même si nous avons joué à ce jeu important pour vous tous, ici et ailleurs, ne perdez jamais de vue que le plus important est le vécu de la conscience, en quelque dimension que ce soit, en quelque expérience que ce soit.

N’oubliez pas que les outils dont vous vous servez encore aujourd’hui, ce que vous nommez les sens, ce que vous nommez l’intellect, n’auront plus cours au moment de la stase, et encore moins après. Vous fonctionnerez directement au sein de l’instant présent, c’est-à-dire au sein du cœur, où la cogitation, l’explication, l’interprétation n’auront plus lieu d’être.

Participer déjà à cette Liberté, c’est accepter de vivre vos rencontres entre vous, entre vous et nous et avec la nature ou avec les circonstances de la vie telles qu’elles arrivent à vous, avec le même état et la même Grâce. De la même façon que j’ai évoqué Action et état de Grâce, de la même façon voyez dans ce que la vie vous propose à vivre, la capacité à vous installer, par l’Action de Grâce, dans l’état de Grâce. Et plus vous vivrez ces expériences sans vous poser de questions, et plus vous n’y chercherez aucune interprétation et aucune projection, plus vous serez libre pour l’expérience et plus votre conscience sera en quelque sorte libre, au sein même de ce monde.

Avant de terminer nos entretiens au Cœur de l’Amour, permettez-moi de vous transmettre ce que la totalité de mes sœurs Étoiles m’ont demandé de vous transmettre. Par la Grâce du Feu de l’Amour, par la Grâce de l’Esprit du Soleil et de l’Esprit de Vérité, accompagnés par le Chœur des Anges, nous allons être ensemble, sans faire quoi que ce soit d’autre que d’être là.

Nous commençons.

… Silence… …


Je suis Ma Ananda Moyi. Sœurs et Frères bien aimés, merci de votre bienveillance, merci de vos questions, merci de votre écoute, merci de votre lecture.

Je rends grâce à votre Présence, je rends grâce à votre attention, je rends grâce à vos questionnements qui serviront bien sûr d’innombrables sœurs et frères, et je rends grâce avant tout à l’Amour que vous êtes. Et je salue et bénis votre Éternité.

… Silence…

Au revoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire