SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

12 août 2014

Un studio de 30m2 à... 1,3 million d'euros!

C'est le prix exorbitant de la mise en vente d'un studio londonien. Cela équivaut à 43.000 euros le mètre carré.

Si les prix de vente des studios sont déjà chers notamment dans les arrondissements qui consituent le centre de Paris (environ 300.000 euros pour un studio de 30 mètres carrés), que dire de ce bien mis en vente par l'agence immobilière Foxton Real Estates, dans la capitale britannique? Un studio de 30 mètre carrés aux prix de 1 million de livres sterling, soit 1,3 million d'euros. Prix au mètre carré: 43.000 euros. La raison de ce prix astronomique: sa localisation de choix, dans le quartier chic de Mayfair, sur Upper Brook Street. Il s'agit d'une rue qui n'est qu'à quelques minutes à pieds de Bond Street et qui est adjacente à Hyde Park - un des 9 jardins royaux de Londres. En comparaison, un studio aux prestations similaires situé rue de Vaugirard à Paris, en face du jardin du Luxembourg est mis en vente aux environs de 630.000 euros. 

Le studio est situé au 4ème étage d'une maison de maître en pierre, et dispose d'une pièce principale, qui se double d'une chambre à coucher et en salon. Séparément à cette pièce, on trouve une cuisine équipée et une salle de bain.

«Ce type de bien est acheté par une clientèle qui recherche avant tout une adresse dans le quartier, et non pas un foyer. Ce sont des personnes qui veulent pouvoir dire qu'elles habitent Mayfair», explique au London Evening Standard Peter Wetherell, directeur de l'agence Wetherell et spécialiste du quartier de Mayfair. «Autre type de clientèle: les personnes qui viennent à Londres pour faire du business, et qui cherchent simplement un pied à terre.»

L'agent immobilier qui s'occupe de la vente du bien parie d'ailleurs sur un investissement de ce second type de clientèle à savoir un client étranger, souvent de passage à Londres. 
Source:lefigaro.fr