SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

13 juin 2012

Le Diesel Tue!

Les particules émises par les moteurs diesel tuent 380 000 personnes chaque année en Europe

Alors que 85 % du carburant consommé en France en 2012 par les automobilistes et les transporteurs routiers est du diesel, l'OMS lance un véritable signal d'alarme. Selon l'Organisation Mondiale pour la Santé, les polluants rejetés dans l'atmosphère par les moteurs diesel provoqueraient indirectement la mort de plus de 42 000 personnes par an en France et 380 000 en Europe !

Malgré les progrès opérés ces dernières années sur les motorisations diesel, notamment du fait des normes très contraignantes Euro, le diesel reste terriblement mais surtout sournoisement polluant. Ses filtres à particules, très efficaces mais seulement après quelques minutes de roulage pour atteindre une certaine température, laissent en prime s'échapper des milliards de micro-particules qui viennent directement se coller au fond des alvéoles pulmonaires. Résultat, la combustion du diesel est directement rendue responsable de millions de cas d'asthme, de maladies des bronches et, plus grave, de dizaines de milliers de cancers des voies aériennes tous les ans, toujours par l'OMS.

Si l'on tient compte du fait que la France est un des plus gros consommateurs de diesel au monde (6 véhicules sur 10 roulent au diesel en France, contre 2 sur 10 par exemple en Allemagne, et 5 % aux Etats-Unis), que son tarif subventionné - le diesel collecte moins de taxes que l'essence pour favoriser les dieselistes français, aujourd'hui largement concurrencés par les constructeurs étrangers- n'a plus lieu d'être, le scandale du diesel est en passe de remplacer le scandale de l'amiante dans les esprits et dans les prétoires.

Forts de cette étude de l'OMS, demain, des victimes de cancers des voies aériennes ou d'autres pathologies graves, habitant à proximité d'une grosse voie de circulation, pourraient facilement attaquer l'Etat et les constructeurs automobiles, suivis en cela par des centaines d'autres malades. Quand bien même l'issue n'est pas certaine, et la bataille assurément longue, les constructeurs et les pouvoirs publics pourraient ils en payer la facture tant financière que… morale ? Rien n'est moins sur…