SOYEZ PRÊTS
Tous les signes sont là, si vous ne le voyez pas et si vous ne le vivez pas, c’est que vous n’avez pas à le vivre. Mais ça ne changera rien à ce qui va se produire sur terre. C’est irrémédiable, irrévocable et c’est maintenant. O.M.A.

7 mars 2011

La télé nous rend idiots, obèses ou anorexiques

La sortie du livre de Michel Desmurget, TV lobotomie - La vérité scientifique sur les effets de la télévision le 3 février dernier a fait grand bruit. Ce docteur en neuropsychologie affirme, études à l’appui, que la télévision nous rend idiots, obèses ou anorexiques et qu’elle pèse très lourdement sur notre espérance de vie.

Cette aversion contre le petit écran prend de plus en plus d'ampleur et les chercheurs se focalisent de plus en plus sur les effets nocifs qu'elle engendre. En avril prochain se déroulera même l'édition 2011 de la Semaine internationale sans télé, imaginée par une association canadienne.

Si les chercheurs américains ont développé de nombreuses études sur la corrélation entre comportements violents des jeunes et visionnage d’images violentes, consommation de télé et niveau scolaire, télé et obésité...la France reste un peu en retrait. Des psychiatres tels Serge Tisseron se sont néanmoins penchés sur le sujet (Enfants sous influence. Les écrans rendent-ils les jeunes violents ?, Manuel à l'usage des parents dont les enfants regardent trop la télévision... )

Les spécialistes sont unanimes quant aux dangers d’une consommation excessive de télévision par les enfants. Le psychiatre Robert Spitzer explique qu’un cerveau ne s’imprègne correctement des choses que s’il les découvre par le biais de plusieurs sens, c’est-à-dire l’audition, la vue, l’odorat et le toucher. Et, de ce point de vue, la télévision est, selon lui, une source d’information bien pauvre en comparaison avec le monde réel. De tels arguments sont aussi confortés par de nouvelles études américaines : des tests comparatifs effectués en trente ans sur des milliers d’enfants. Résultats : plus les sujets regardaient la télévision enfants, moins leur niveau d’études était élevé à 26 ans.

Peter Winterstein, psychothérapeute allemand, pense pouvoir démontrer par son étude que l’influence de la télévision sur le développement de l’enfant pourrait être plus néfaste que l’absorption de nicotine par la mère pendant sa grossesse.

Michel Desmurget (cité plus haut) va également dans ce sens et explique : "La consommation de la télévision a des conséquences sur les résultats scolaires et sous tous les piliers des apprentissages scolaires (…) Les effets sont pas complètement irréversibles. Le fait de réduire de 50% la consommation de télé à l'adolescence permet d'augmenter les capacités scolaires".

Les chaînes "spécialisées" pour les enfants de 0 à 3 ans sont particulièrement montrées du doigt, de même que les DVD "éducatifs" visant le jeune public. Une étude américaine a réalisé un test pour connaître les impacts de ces DVD sur l'apprentissage. "Pour apprendre à parler, rien ne remplace un bain linguistique avec des enjeux réels de communication", explique Olivier Houdé de l'Université Paris-Descartes.

Une consommation excessive de télévision par de jeunes enfants a donc des effets désastreux sur ses résultats scolaires. Cela affecte la capacité de représentation de l’enfant donc sa faculté d’imagination, elle altère sa capacité de concentration et perturbe également son sommeil. Pour Michel Desmurget "les enfants qui n'ont pas la télé dorment mieux, moins stressé, moins anxieux moins matérialistes ils sont plus heureux ".

La télé n'est-elle pas utilisée comme un prétexte pour expliquer l'échec scolaire, la violence chez les jeunes…?

Certains pensent que oui ! Pour eux, les études réalisées sur la télévision ne prennent pas assez en considération d'autres facteurs. Le contexte social et cultuel de l'enfant, les méthodes d'apprentissage, le contexte familial…sont autant de paramètres à prendre en compte.

La consommation de la télévision par les adultes est également décriée par les études scientifiques.

Dans son ouvrage Le mystère du nocebo sorti le 3 février dernier, Patrick Lemoine explique que les médias, les journaux, Internet, la télévision, par le flux d’informations catastrophes qu’ils diffusent, auraient le pouvoir de nous rendre physiquement malades (dépression, insomnie, angoisse…).

Les études scientifiques sont très claires : trop de télévision est nocif pour la santé physique et mentale des individus.

Les enfants sont donc les plus touchés par ce fléau. C'est donc à leur famille de les préserver et d'instaurer des règles afin que l'enfant ne se retrouve pas seul face à son écran, sans repères et gavé d'images souvent pas adaptées à son âge.

Les adultes quant à eux doivent prendre conscience des dérives du média télévision et en connaître les limites. Autrement dit, ne pas gober les infos, les images en toute inconscience. Le consommateur de télévision ne doit pas se laisser aller au piège de l'avachissement passif mais être conscient et traiter les informations avec une certaine réflexion et surtout beaucoup de recul. La télé peut-être une ouverture sur le monde (docu, infos…) mais c'est au téléspectateur de faire la part des choses et d'avoir la démarche de comparer les infos du média télé avec d'autres sources. La télévision ne délivre pas la vérité ! Elle peut en revanche dans certains cas être une fenêtre sur le monde et une véritable source d'apprentissage pour certaines populations qui n'ont pas accès à l'éducation, à l'école et aux livres...

Premiere.fr a souhaité recueillir l'avis d'experts sur cette question. Découvrez sans plus tarder dans notre diaporama les explications de Serge Tisseron (psychiatre et psychanalyste) et Michel Desmurget (neurophysiologiste).

Mélissa Tellaa